Navigation – Plan du site
Varia

Oscillations et réaffirmations du genre dans les petites annonces de l’Intermédiaire Discret 1921-1939

Oscillations and reaffirmations of gender in the small ads of the Intermédiaire Discret, 1921-1939
Claire-Lise Gaillard

Résumés

Le présent article s’intéresse au marché de la rencontre matrimoniale durant l’Entre-deux-guerres en France. L’intermédiaire discret, un journal bordelais, a fourni un corpus de plus de 4 000 petites annonces entre 1921 et 1940. Dans ces courts textes, les célibataires esquissent une définition des rôles qu'ils et elles attribuent à l'un et l'autre sexe en exprimant leur idéal d'époux et d'épouse. Aussi constituent-ils un observatoire des mutations des attentes matrimoniales des hommes et des femmes durant l’Entre-deux-guerres en France. Le caractère explicite des règles de sélection dans la logique concurrentielle du marché contribue à faire des annonces un espace de réaffirmation drastique des identités de genre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’intermédiaire Discret, Bordeaux, Janvier 1931.

Veuve de fonctionnaire 55 ans, brune, taille moyenne, physique, agréable, affectueuse et dévouée, femme d’intérieur, bonne santé, honorabilité parfaite, ayant pension épouserait monsieur ayant bonne situation1

  • 2 Dominique Kalifa, « L’invention des agences matrimoniales », L’Histoire, n° 365, Juin 2011, p. 76-7 (...)
  • 3 Jean-Baptiste Fages, Miroirs de la société. 2. Les petites annonces, Tours, Mame, 1972.
  • 4 François de Singly, « Les manœuvres de séduction : une analyse des annonces matrimoniales », Revue (...)
  • 5 Marc Martin, « Images du mari et de la femme au xxe siècle, les annonces de mariage du « Chasseur f (...)
  • 6 Maurice Garden, « Les annonces matrimoniales dans la lunette de l’historien », L’Histoire, n° 37, S (...)
  • 7 L’Intermédiaire du foyer, Paris, 1919.
  • 8 La Famille, revue littéraire favorisant le mariage, Lyon, 1925.

1En France, le recours à la publicité pour rencontrer son futur conjoint est une pratique qui prend corps dans le sillon des agences matrimoniales2 à la fin du xixe siècle pour connaitre un véritable élan au début du siècle suivant. Le système de la presse matrimoniale propose, contre abonnement, la publication d’une annonce de rencontre à laquelle tout·e lecteur·rice peut répondre en s’adressant au journal. Hommes et femmes s’écrivent alors anonymement pour ensuite éventuellement se rencontrer. Ce sont les sociologues qui voient d’abord dans les petites annonces un « miroir de la société3 », à l’instar de Jean-Baptiste Fages ou de François de Singly, qui y recherchent le support d’une sociologie des acteurs4. Mais la longévité du Chasseur français et le sérieux de ses annonces ont aussi convaincu des historiens tels que Marc Martin5 et Maurice Garden d’en faire le support de leur travail, cherchant à y retracer « un reflet de la société et des mentalités profondes de la France d’hier6 ». Au sortir de la Grande Guerre des feuilles telles que L’Intermédiaire du foyer7, ou La Famille, revue littéraire favorisant le mariage8, se présentent comme une réponse directe au déséquilibre du marché matrimonial et aux craintes de dépopulation et de dégénérescence. Elles proposent de donner aux femmes les moyens de rentrer dans le cadre du mariage pour prévenir le célibat qui les guette, quitte à leur accorder l’initiative de la séduction par la petite annonce.

  • 9 L’échantillonnage se fait à raison d’un numéro par an.
  • 10 Voir sur cette question Bozon Michel, « le choix du conjoint » in François de Singly (dir.), La fam (...)

2L’Intermédiaire Discret est l’un de ces journaux. Il permet, sur 19 ans de publication (entre 1921 et 1940) de constituer un corpus de plus de 4 000 petites annonces9. Au fil des colonnes, offres et demandes se répondent pour reconstituer un marché matrimonial où la quête est explicite. Dans la mesure où le libre choix du conjoint s’impose durant l’Entre-deux-guerres en parallèle de l’impératif du bonheur conjugal, ce sont aux célibataires eux-mêmes qu’incombe la responsabilité de séduire10. Tout en se proposant comme objet de séduction, les usager·ères des petites annonces expriment plus qu’ailleurs la tension entre individualité et normes sociales. Dans leurs convergences, variations et exceptions, les annonces permettent d’évaluer les représentations que les individus se font du féminin, du masculin, du mariage, mais aussi, plus généralement la manière dont ils appréhendent les lois du marché de la rencontre. Véritable mise en équation du rapport homme-femme, la petite annonce révèle le rapport de pouvoir dans le rapport de genre. En exprimant leur idéal d’époux et d’épouse, les célibataires esquissent une définition des rôles qu’ils attribuent à l’un et l’autre sexe.

3L’analyse des petites annonces de l’Intermédiaire Discret permet une première prise de vue sur l’achalandage du marché du cœur, pour comprendre dans quelle mesure il peut constituer un espace de concurrence matrimoniale autonome ou au contraire dépendant des lois du marché à l’œuvre à l’échelle de la société française. Il s’agira ensuite de mettre en miroir les postures et représentations de genre qu’érigent hommes et femmes dans leurs manœuvres de séduction afin d’appréhender points de connivences ou de décalages entre les deux sexes quant à leurs aspirations respectives. Lorsque des mariages ont lieu, on peut cependant constater le décalage qui existe entre les lois du marché telles qu’elles sont édictées par les annonceur·euses et celles qui régissent de facto les rares unions qui aboutissent grâce au journal.

Un marché matrimonial exigu aux lois explicites

4Les annonces de l’Intermédiaire Discret constituent un échantillon de la population française entre 1921 et 1940 qui donne à la fois une idée de la structure du marché matrimonial de l’époque, mais qui possède surtout ses logiques propres. Différents facteurs (de classe sociale, d’âge, de sexe) peuvent venir expliquer le choix de la rencontre par annonces. La sur-représentation de certaines catégories de populations est alors éclairante pour comprendre les rapports de force qui se mettent en place dans le cadre d’un marché matrimonial concurrentiel.

Une relative mixité sociale autour d’une large classe moyenne

  • 11 Selon la nomenclature du recensement de 1936.
  • 12 Serge Berstein, La France des années 30, Paris, A. Colin, 2002, p. 14.
  • 13 Susan Bachrach et Jean-Michel Galano, « La féminisation des PTT en France au tournant du siècle » (...)

5L’appartenance sociale des individus est un facteur de hiérarchisation des profils particulièrement opérant. Bien que la publicité de soi embellisse les carrières et arrondisse les chiffres des dots à la hausse, les annonces donnent des informations sur la richesse et le milieu professionnel des candidat.es. Mais en allant au delà du biais déclaratif, entre les quelques très hautes situations déclarées et les plus modestes, on peut constater que la grande majorité correspond aux petites et moyennes situations. Quatre secteurs professionnels11 dominent. Les commerçant·es, largement surreprésenté·es en regard de la moyenne nationale, sont aussi bien des négociant·es (parfois « grands »), petit·es commerçant·es ou employé·es dans des grandes maisons. En rapide croissance numérique durant l’Entre-deux-guerres12, la fonction publique est également sur-représentée. Les hommes, qui en composent la grande majorité, se distinguent entre les civils et les militaires (parmi lesquels de nombreux coloniaux), et les femmes entre institutrices et demoiselles des postes, souvent identifiées comme un vivier de célibataires en raison de leur profession13. Dans le cas de l’industrie de transformation, l’hétérogénéité est de mise, on retrouve dans les annonces aussi bien des grands industriels, des petits propriétaires d’usines, que de simples ouvriers ou ouvrières (du textile notamment). Le dernier secteur professionnel qui fournit ses effectifs aux colonnes de l’Intermédiaire Discret est le secteur agricole. Les annonces sont celles de petits propriétaires exploitants qui pâtissent de l’exode rural des jeunes filles. La distinction entre urbains et ruraux (qui représentent respectivement 40 % et 60 % des déclarants) est d’abord une répartition entre hommes et femmes. Ces proportions s’accentuent au fil de la période, la ville est de plus en plus attractive pour les femmes et la part des hommes ruraux – malmenés par la concurrence urbaine – ne cesse de croître tout au long de la période dans les colonnes du journal.

  • 14 Il faut ici avoir en tête un biais méthodologique : les hommes renseignent plus fréquemment que les (...)
  • 15 Berstein, La France des années 30, op. cit., p. 15.

6En somme l’écrasante majorité des individus que les informations permettent de catégoriser14 appartient manifestement à la classe moyenne. Ils se rattachent en effet à la définition qu’en donne Serge Berstein : « Entre la haute bourgeoisie et le monde ouvrier il existe toute une série de groupes sociaux intermédiaires dont la spécificité est difficile à saisir, dont les limites sont imprécises15 ». Dans chaque groupe professionnel les effectifs les plus importants se situent bien entre la bourgeoisie et le monde ouvrier dans une grande hétérogénéité. Ces classes moyennes et populaires se mettent en scène dans leurs annonces comme pourrait le faire la bourgeoisie – en mettant en avant leur patrimoine, si infime soit-il, plus que leur situation, ce qui dénote une stratégie de séduction par laquelle le mariage est vu comme un moyen de mobilité sociale. Cet espoir est d’autant plus permis que la structure du marché matrimonial, en défaveur de certains profils, nourrit les ambitions des autres.

Le déséquilibre numérique des sexes

  • 16 Jean-Claude Bologne, Histoire du célibat et des célibataires, Paris, Hachette, 2007, p. 315.
  • 17 Le rapport de masculinité (ou sex-ratio qui désigne le rapport, dans une population ou un groupe d’ (...)

7Faire le choix de passer une petite annonce, au début du xxe siècle, n’est pas anodin, aussi l’originalité de cette démarche contribue-t-elle à opérer une première sélection des célibataires du marché de la rencontre. Les annonces de LIntermédiaire Discret reconstituent donc un marché matrimonial parallèle mais non représentatif de celui de la société française d’Entre-deux-guerres. À l’échelle nationale, la saignée de la guerre visible sur la pyramide des âges laisse nombre de femmes en âge de se marier face à une génération d’hommes aux rangs clairsemés. Le recensement de 1921 compte 13 948 000 femmes en âge de se marier contre 12 465 000 hommes16, soit un rapport d’environ 1,13 femmes pour un homme. Ce fort déséquilibre devrait théoriquement donner aux hommes une position de force sur le marché, en faisant jouer la concurrence. Ils sont pourtant en légère majorité dans les colonnes de l’Intermédiaire Discret (à hauteur de 53 %). Cette proportion pourrait contredire la tendance nationale si l’on ne prenait pas en compte l’écart d’âge moyen entre les conjoint·es. Dès lors, pour chaque catégorie d’âge le déséquilibre du rapport de masculinité s’accentue (cf. graphique 1)17 : les jeunes femmes de moins de 30 ans sont celles sur lesquelles est censé peser le risque du célibat induit par la guerre. Pourtant, il semble que leur jeunesse leur laisse quelque espoir car peu nombreuses sont celles qui font du journal matrimonial une solution préventive. Les hommes de moins de 30 ans qui recherchent justement des jeunes filles entre 18 à 25 voire 30 ans, sont donc 1,3 hommes pour une femme dans les annonces du journal. À partir de 30 ans la situation s’inverse : pour les femmes de 35 à 55 ans le rapport de masculinité est, a priori de 2,78 femmes pour un homme. En somme ce sont les jeunes femmes qui sont en mesure de faire jouer la concurrence masculine jusqu’à 35 ans, puis la tendance s’inverse pour les autres catégories d’âge (en gardant à l’esprit la présence hypothétique des femmes de plus de 60 ans).

Graphique 1. Rapport du nombre d'hommes pour cent femmes par groupe d'âges dans les annonces

Graphique 1. Rapport du nombre d'hommes pour cent femmes par groupe d'âges dans les annonces
  • 18 L’expression désigne les jeunes femmes qui, à 25 ans, sont encore célibataires et voient alors s’am (...)
  • 19 25 % des veuves mentionne la guerre comme raison du veuvage, mais les jeunes veuves de moins de 30 (...)

8On peut probablement reconnaître dans cette sur-représentation des femmes de plus de 30 ans la génération des femmes auxquelles la guerre a fauché l’homme qu’elles auraient pu ou dû épouser. L’importance de leurs effectifs entre 30 et 40 ans montre qu’il s’agit d’une quête de première union qui s’éternise jusqu’à la décennie suivante, lorsqu’elles ont « coiffé sainte Catherine18 ». Leurs chances de réussite sont d’autant plus réduites qu’il s’agit précisément des catégories d’âge où le rapport de masculinité est le plus faible. Autre pan de cette « génération du sacrifice » : les veuves de guerre qui représentent 26 % des femmes du corpus19. Le corollaire de cette saturation du marché matrimonial par les femmes est la sur-nuptialité des hommes mariables : les célibataires de plus de 30 ans, mais surtout les veufs et les divorcés sont présents en proportions importantes au regard de la moyenne nationale. Ces hommes que la concurrence du marché matrimonial aurait probablement évincés (le remariage étant souvent un second choix), saisissent l’opportunité d’une offre féminine importante.

Ajuster l’offre à la demande : la drastique hiérarchisation des profils

  • 20 De Singly, « Les manœuvres de séduction… », art. cit, p. 523.
  • 21 Le Trait d’Union, Journal mensuel d’annonces ayant pour but de faciliter le mariage, Paris, 1935.

9L’enjeu de l’annonce, le mariage, est assez sérieux dans les esprits de ces célibataires pour que ceux-ci prennent toutes leurs précautions en vue de conserver ou augmenter leur capital social en cherchant à séduire une personne au capital au moins équivalent, sinon supérieur. Les annonceur·euses mettent ainsi en œuvre ce que François de Singly nomme des « manœuvres de séduction », une rhétorique aux formes diverses : la « parade sexuelle », qui joue des silences sur tel ou tel aspect de sa personne, mais aussi la « prétention » c’est-à-dire la formulation d’une équation entre l’offre et la demande20. En rédigeant l’annonce, les candidat·es au mariage fixent en effet par écrit ce qu’il leur semble équitable d’obtenir en proportion de ce qu’ils offrent. Ainsi retrouve-t-on cette formulation caractéristique : « INSTITUTRICE État, charmante dit-on, très affectueuse, quelques qualités, fortunée, désire mariage fonctionnaire, belle situation, physique et caractère agréables. Laids, petits, tarés exceptés21 ».

  • 22 De Singly, « Les manœuvres de séduction… », art. cit.

10Les termes de l’échange sont clairement posés : les adjectifs « charmante » et « affectueuse » appellent un « physique et [un] caractère agréables », et à « fortunée » répond la « belle situation ». De surcroît, l’annonce prend la précaution de dépeindre un véritable anti-modèle en négatif : « Laids, petits, tarés ». Puisque la majorité des annonceur·euses souhaite séduire une personne de valeur « équivalente ou supérieure à la leur22 » on peut schématiser nombre de petites annonces comme une équation de proportion : A = A’ ≠ B. En en définissant les termes, les célibataires ne font rien d’autre que d’édicter les règles du marché telles qu’ils les perçoivent, et hiérarchisent explicitement les différents profils.

  • 23 Fages, Miroir de la société..., op. cit., p. 140.
  • 24 Notamment les mutilés de guerre.

11L’hypothèse selon laquelle les petites annonces concerneraient les exclu·es ou les recalé·es du marché matrimonial classique est largement entérinée par les célibataires de l’Intermédiaire Discret. Le marché du cœur y est vu comme une échappatoire à un célibat annoncé telle une « bouteille jetée à la mer » selon l’expression de Jean-Baptiste Fages23. De fait, on compte dans les colonnes certains aveux d’exclusion, qui vont du simple manque de relations pour se marier à une infirmité plus ou moins lourde24. Mais ces aveux font figure d’exception car le premier tri des candidat·es se fait en amont par l’imbrication de trois critères : genre, âge et statut matrimonial. Dans la pyramide des âges des candidat·es de L’Intermédiaire Discret, la sur-représentation de certains profils révèle leur difficulté à trouver spontanément un conjoint. Ces proportions sont en effet un reflet des logiques d’exclusion à l’œuvre lors du choix du conjoint dans la société d’Entre-deux-guerres.

  • 25 Celui-ci oscille entre 23 et 24 ans pour les générations de 1891 à 1925, voir à ce sujet Jean-Claud (...)

12L’âge est le premier élément discriminant : les candidat·es sont majoritairement des célibataires de plus de 30 ans qui ont vu leurs chances de se marier se réduire de façon drastique une fois dépassé l’âge moyen au premier mariage25 et à mesure de la réduction des effectifs de célibataires sur le marché matrimonial. Le statut matrimonial est le second élément de discrimination : les célibataires, majoritaires, ont le plus de chances de réussite en cumulant 80 % des attentes. Mais si l’on ne peut arriver à ses fins dans cette catégorie de candidat·es, on peut envisager un déclassement, comme dans l’annonce suivante :

  • 26 L’intermédiaire discret, op. cit., 1923. Nous soulignons.

702. PERCEPTEUR brun, sérieux, appointements 12 000 par an, bel avenir, petit avoir, correspondrait avec jeune fille 23 ans, bonne famille, bien sous tous rapports, ayant dot et avoir, à défaut accepterait jeune veuve 25 ans, sans enfant, physique agréable, sérieuse, bonne situation de fortune26.

  • 27 Peggy Bette, « Veuves et veuvages de la première guerre mondiale », Vingtième Siècle. Revue d’histo (...)
  • 28 Au retour de la guerre, nombre de maris demandent la réparation d’un adultère ou d’un abandon du do (...)
  • 29 Anne-Marie Sohn évoque à ce sujet les difficultés des mères qui n’ont pas pu épouser à la hâte le p (...)

13Veufs et veuves peuvent en effet toucher la pension du conjoint défunt, jouir d’une propriété, ou même dans le cas des veuves de guerre, bénéficier de subventions et protections spécifiques sur le marché du travail27. Cependant, la présence des enfants reste un obstacle majeur au remariage : 19 % des annonces précisent « sans enfant ». En revanche les divorcé·es et les parents célibataires occupent le bas du classement. Leur nette représentation sur le marché du cœur reflète certes l’augmentation du nombre de divorces à l’issue du conflit28, mais traduit surtout le lourd anathème qui pèse sur les divorcé·es, en dépit d’une relative reconnaissance institutionnelle d’une pratique qui reste marginale. Dans l’annonce il fait planer l’ombre d’une faute sur l’un des deux anciens époux, aussi les concernés précisent-ils « divorcé, à son profit » ou « divorcé en sa faveur », pour éloigner les doutes de dépendance financière et de mauvaise conduite. Le cas des parents célibataires est plus rare : 13 hommes et 20 femmes. Le statut des premiers est ambigu : la présence d’un enfant ne s’accompagne pas de la mention d’une précédente union mais ils ne semblent pas subir l’infamie qui pèse sur la fille-mère, véritable stéréotype social et littéraire. De la même façon que les agences matrimoniales traitent des « mariages avec tache », l’annonce est pour ces mères un recours nécessaire à une situation souvent précaire29.

14Cet exigu marché matrimonial que forment les annonceur·euses de L’Intermédiaire Discret est donc un miroir déformant des femmes et hommes mariables en France durant l’Entre-deux-guerres. La sur-représentation des profils en difficulté dans le jeu de la concurrence pousse les usager·ères du journal à établir une hiérarchie drastique à laquelle les représentations de genre ne sont pas étrangères.

Autoportraits et attentes différenciées : le genre en représentations

  • 30 Fabienne Casta-Rosaz, Histoire du flirt : les jeux de l’innocence et de la perversité, Paris, Gras (...)

15L’Entre-deux-guerres se caractérise pour les jeunes gens et jeunes filles par un décloisonnement de leurs jeunesses respectives, la liberté de mouvement acquise par les femmes leur permet d’aller à la rencontre de la gent masculine. Fabienne Cata Rozaz voit dans la possibilité d’une « camaraderie amoureuse30 » un pas franchi vers une meilleure connaissance de chaque sexe sur l’autre. Dans la mesure où le libre choix du conjoint s’impose, il revient aux célibataires de se séduire mutuellement en faisant montre des qualités qu’ils attribuent à leur sexe. La presse matrimoniale donne à voir cette démarche de séduction, toute pudique soit-elle, et cristallise ainsi les représentations de genre que partagent, ou non, hommes et femmes. Mais si l’imaginaire social se focalise sur l’aspect spectaculaire des bouleversements de mœurs, les petites annonces reflètent une réalité toute autre.

Genre et posture de séduction : hommes convoitant femmes convoitées

  • 31 Henry de Montherlant, Les Jeunes filles, Paris, 1936, p. 19. L’auteur ouvre en effet son roman sur (...)

Nous avons lu ceci : « monsieur désire connaître en vue mariage jeune et jolie personne ayant grosse fortune » Un point, c’est tout. Vous jeune, jolie, grosse fortune. Moi… eh bien, moi, « un monsieur » : vous n’êtes pas contente ?31

  • 32 Émile Fenouillet, L’Art de trouver un mari, Paris, 1924 p. 201.

16Par son fonctionnement même, la presse matrimoniale offre aux femmes la possibilité de prendre l’initiative de la séduction. Mais si l’annonce met les deux sexes sur un pied d’égalité formel, les usager·ères recréent au sein de cette structure un rapport dans lequel les hommes restent les sujets et les femmes les objets de la séduction. Dans son essai consacré à L’art de trouver un mari32, Emile Fenouillet constate ce décalage dans les annonces : « D’une façon générale, la loi de l’offre et de la demande se révèle implacable. Les hommes décrivent ce qu’ils veulent et les femmes ce qu’elles sont. Utilitaires, les hommes veulent une femme qui leur serve, ils entrent minutieusement dans le détail de ce qu’ils en attendent. »

17De fait, l’agencement des annonces diffère selon le sexe de l’annonceur. Rappelons que les annonces de L’intermédiaire Discret sont limitées à 30 mots (au-delà de quoi il faut payer un supplément), ce qui contraint les candidat·es à faire des choix révélateurs de leurs priorités. Si les hommes sont avares de mots pour se décrire, ils en consacrent davantage au portrait de leur conjointe idéale. À l’inverse, les femmes s’attardent plus facilement sur leur propre description que sur celle de leur futur époux. Dans le contexte d’un déséquilibre des sexes sur le marché matrimonial, les hommes ne manifestent pas le besoin de faire valoir leurs atouts outre mesure puisqu’ils se savent en capacité de choisir. À des annonces masculines au portrait minimaliste répondent ainsi des annonces féminines au portrait détaillé :

  • 33 L’Intermédiaire Discret, janvier 1928.

DOCTEUR épouserait personne sérieuse, distinguée, bien physiquement, affectueuse et femme d’intérieur. Photo nécessaire sera renvoyée.33

  • 34 Ibid., janvier 1938.

DEMOISELLE 29 ans, petite, brune, bien physiquement, femme d’intérieur, moralité, éducation, instruction parfaites, catholique pratiquante, situation, avoir, espérances directes, épouserait monsieur bonne moralité34.

18Les annonceur·euses de l’Intermédiaire Discret semblent avoir intériorisé la prétention masculine. Ce faisant ils sont amenés à adopter des stratégies de séduction et à anticiper ce que leur personne peut présenter d’attirant pour l’autre sexe. À ce titre les petites annonces sont-elles autant de regards croisés sur les identités de genre.

Regards croisés sur les féminités

19Dans les dix qualificatifs que les femmes s’attribuent le plus facilement, on peut reconstituer l’image de la femme idéale décrite par la littérature populaire de l’Entre-deux-guerres : jeune, élancée, gaie, brune ou blonde pourvu qu’elle soit jolie et aimable. Les femmes du corpus s’accordent d’abord sur l’importance de leur apparence conformément à l’idée qu’elles se font de la féminité. Elles mentionnent leur couleur de cheveux (toutes carnations confondues), puis se disent élégantes et distinguées pour se rattacher à une idée de la féminité urbaine et bourgeoise. Certaines qu’il s’agit d’un critère de séduction primordial elles vantent parfois leur beauté : elles sont « charmantes » « belles femmes » ou simplement « jolies ». La jeunesse, lorsqu’elle peut être mentionnée est également une des caractéristiques de la femme idéale à leurs yeux. Pour ces messieurs, il s’agit d’un critère auquel ils attachent d’autant plus de prix qu’ils savent le marché matrimonial saturé par des femmes qui ont largement dépassé l’âge moyen au mariage. Du point de vue masculin, la femme rêvée doit être grande, brune, belle et élégante, mais aussi en bonne santé. La bonne répartition de ces critères dans les demandes révèle une assez grande exigence : la femme parfaite combine l’ensemble de ces qualités.

  • 35 Daric Jean, « Quelques vues sur le travail féminin non agricole en divers pays », Population, 13e a (...)
  • 36 L’Intermédiaire Discret, janvier 1939.

20Pour ce qui est de la répartition genrée des rôles au sein du couple, la sphère domestique revient intégralement aux femmes. Les annonceur·euse·s ont sur ce point des attentes très marquées. Il s’agit de la première qualité morale demandée par les hommes, et à laquelle les femmes répondent très majoritairement. Plus de 60 % des femmes du journal vivent aux frais de leur famille ou sur leurs rentes – ou pension lorsqu’il y a lieu. Aussi l’image de l’ange du foyer est-elle très largement mise en avant par les femmes qui revendiquent leurs qualités de « femme d’intérieur ». Toutefois 36 % des candidates au mariage mentionnent une activité rémunérée, une proportion tout à fait en adéquation avec le pourcentage de femmes actives en France en 193035. L’accès à une profession peut permettre aux femmes une vie en dehors du cadre familial, à l’instar de cette jeune secrétaire, fière de sa « jolie chambre » et de son expérience professionnelle : « JEUNE FILLE 24 ans, châtain, grande, fille de fonctionnaire, possédant jolie chambre, secrétaire depuis 5 ans importante maison commerce, épouserait jeune homme très sérieux, ayant bon emploi36 »

  • 37 Steven Zdatny, « La mode à la garçonne 1900-1925 ? Une histoire sociale des coupes de cheveux », Le (...)
  • 38 L’Intermédiaire Discret, janvier 1931.
  • 39 Ibid., janvier 1939.
  • 40 Ibid., janvier 1924.
  • 41 Rebecca Rogers et Françoise Thébaud, La fabrique des filles : l’éducation des filles de Jules Ferry (...)
  • 42 L’Intermédiaire Discret, janvier 1938.

21Toutefois il est rare que ces femmes attribuent une dimension valorisante à leur activité professionnelle, même si l’on compte quelques couturières revendiquant leur « vieille clientèle ». Et pour cause, les hommes (à mesure de leur situation sociale il s’entend) leur demandent moins une bonne situation qu’un patrimoine qu’il s’agisse d’une dot, de rentes ou d’un avoir. Il semble préférable que l’apport financier des femmes ne soit pas lié à une profession mais à une fortune familiale, ce qui va dans le sens de l’attrait d’un mode de vie bourgeois. Durant l’Entre-deux-guerres les représentations du féminin oscillent dans les discours entre deux pôles : l’ange du foyer, digne héritière de « l’oie blanche » et la jeune fille moderne voire la garçonne émancipée. Il ne faut pas négliger la dimension générationnelle de cette bi-partition, qui distingue la jeune fille d’avant et celle d’après guerre. En se décrivant, les femmes de l’Intermédiaire Discret sont amenées à se définir en opposition ou en adéquation avec l’un de ces modèles. Il y a fort à parier que beaucoup d’entre elles – les plus jeunes du moins – ont suivi la mode des cheveux courts37, mais aucune n’en fait mention, d’autant qu’on peut lire dans les annonces masculines des restrictions telles que « cheveux coupés s’abstenir ». Si aucune ne revendique l’appellation de garçonne, en revanche son allure longiligne et androgyne semble être acceptée comme idéal par la majorité des femmes qui se disent « élancée », « mince », « fine » lorsqu’elles le peuvent, tandis que d’autres confessent leur carrure « un peu forte ». Par ailleurs, quelques symboles de l’émancipation féminine se glissent dans les annonces comme la possession d’une automobile ou du permis de conduire. Toutefois, comme pour prévenir les appréhensions masculines, il est rare qu’une audace de modernité ne soit pas minorée ou tempérée : « moderne sans exagération38 » goûts « modernes mais simples39 » ; si on a des « idées larges », on est aussi « sérieuse [et] économe40 ». Celles qui osent ce genre de précisions sont aussi celles qui présentent le plus de qualités culturelles. Nombre de femmes mettent en avant leur bonne éducation, leur instruction, voire se disent « intellectuelle », ou « intelligente », bien plus que les hommes ne le font. Plus de 30 % d’entre elles estiment que ces qualités peuvent être érigées en atout de séduction. On peut y lire les effets de la scolarisation croissante des jeunes filles, couronnée en 1924 par l’alignement de l’enseignement secondaire féminin sur le masculin41. Cependant, il semble que les femmes s’illusionnent sur ce point car, dans la demande masculine, les qualités culturelles ne sont pas un critère à l’aune duquel les femmes sont jaugées : moins de 10 % d’hommes en font la demande. Plus que de l’instruction, c’est de la moralité et de l’honorabilité qu’attendent les hommes de leur future épouse. Dans le même temps, les craintes de tomber sur des femmes malhonnêtes ou malpropres sont nombreuses ; aussi voit-on des mises en garde telles que « vulgaires, moralité ou santé douteuses s’abstenir42 ». Si les femmes sont largement considérées comme les garantes de la moralité dans la famille, un aspect constitutif de ce qu’on appelle alors la « nature des femmes » leur colle à la peau : le dévouement à l’époux. Il est vu comme une condition du fonctionnement du couple ; mais si les hommes demandent des femmes aimantes, serviables, gentilles, prévenantes ou attentives, seules 2 % des femmes se disent « dévouées ». Ce dévouement, souvent décrit dans les manuels conjugaux comme une vertu constitutive de l’épouse, n’est manifestement plus un fardeau que les annoncières envisagent de porter.

22En somme l’idéal de féminité qui ressort des petites annonces est assez traditionnel : beauté, douceur du foyer et capital économique sont les principales qualités attendues par les hommes et affichées par les femmes. Cependant, aux marges de ces normes, on peut lire quelques décalages qui dénotent un glissement des représentations féminines : plus scolarisées, plus actives, sans toutefois revendiquer trop de modernité, elles semblent refuser de rester confinées au rôle d’épouse que le xixe siècle leur a assigné. Des nuances qui ne se retrouvent que très peu dans les attentes masculines.

Regards croisés sur les masculinités

23Dans la mesure où les hommes se décrivent moins que les femmes et que ces dernières ne font pas un portrait de leur conjoint aussi précis que le leur, le travail sur les représentations des masculinités se fait sur un champ lexical plus restreint. Mais si les adjectifs accordés aux hommes le sont en moindre nombre qu’aux femmes, c’est avant tout en raison de la prépondérance donnée aux capacités économiques du futur mari. Hommes et femmes sont unanimes sur ce point : ce qui définit d’abord un homme c’est son activité professionnelle ou sa situation financière. Cette pression s’accroît à mesure que l’insécurité financière se fait sentir dans les foyers (plus pressante encore dans les années 1930).

  • 43 Agnès Walch montre que ce type littéraire et social s’introduit dans les chansons d’amour populaire (...)
  • 44 Sohn, Du Premier baiser à l’alcôve, op. cit. p. 163.
  • 45 Voir sur ce point, Claire-Lise Gaillard « Corps en séduction : les mises en scènes du corps dans le (...)
  • 46 Jean-Claude. L’homme moderne, Paris, janvier 1938.
  • 47 Il ne faut pas oublier qu’en 1921 se tient le procès de Landru, qui rentrait en contact avec ses vi (...)

24Dans les descriptions physiques une grande taille et un air jeune sont aux yeux des hommes les premiers atouts du stéréotype du grand brun tel que l’incarnent alors Rudolph Valentino ou Robert Taylor sur les écrans de cinéma. Un bel homme est avant tout un homme en bonne santé, sportif, ou du moins qui en a l’allure, aussi se disent-ils « robustes », « valides », « forts », puis « alertes » quand l’âge se fait sentir. Au lendemain de la Grande Guerre nombreux sont ceux qui ressentent la nécessité de prouver leur intégrité physique. Ils précisent tout d’abord qu’ils sont « sains », probablement pour rassurer la future épouse sur les maladies qui pourraient la mettre en danger, notamment vénériennes, peut-être héritées d’une vie de garçon. Intégrités physique et morale sont liées dans la mention de la sobriété qui préoccupe principalement les classes populaires et petites classes moyennes. Mais le stéréotype de l’homme buveur et violent qui traverse l’imaginaire social43 inquiète bien davantage les femmes, ne sachant pas ce qui exclut leurs correspondants du marché matrimonial classique. Après l’intégrité du corps, son apparence divise également les hommes et les femmes. Ces dernières réclament de la « prestance », de « l’élégance », ou plus humblement un homme « présentable ». Anne-Marie Sohn voit à cet égard l’Entre-deux-guerres comme le moment où les attentes féminines changent sur ce sujet et l’apparence masculine prend une importance nouvelle44. Mais leurs espoirs restent sans réponse, car les hommes du corpus se préoccupent peu de leur allure, rares sont ceux qui se disent « élégant », « bel homme », ou « svelte ». Dans beaucoup d’esprits masculins, la beauté reste manifestement l’apanage des femmes dans la séduction. Toutefois, fut-elle encore modeste, la présence de descriptions physiques chez les hommes est un élément nouveau dans l’histoire de la rencontre par annonces, car dans les annonces de la fin xixe siècle cette précision restait minoritaire ou anecdotique45. Les petites annonces de l’Intermédiaire Discret dénotent donc bien d’une évolution des représentations de genre dans lesquelles l’apparence physique devient un critère à l’aune duquel la future épouse peut jauger le potentiel conjugal du candidat. Mais dans cette préoccupation les hommes restent encore très en-deçà des attentes féminines qui dessinent un idéal masculin plus urbain et policé. Les qualités morales viennent dans un second temps et sont minoritaires. Les hommes se disent de « bon caractère », de caractère « agréable » ou « excellent ». C’est ensuite le champ lexical de l’activité qui est mobilisé : « actif », « énergique », « vif ». Ils n’hésitent pas à se dire promis à un « bel avenir », ou engagés dans une « profession d’avenir ». La propriété reste d’autre part un symbole fort de la virilité : 20 % des hommes revendiquent le fait d’être propriétaires ou d’avoir un intérieur, quand seulement 8 % des femmes peuvent le faire. À un degré moindre que la propriété foncière, la possession d’une automobile est vue comme un véritable atout de séduction. Le magazine pour hommes Jean-Claude consacre à ce sujet plusieurs articles et confirme cette vision des choses : « l’automobilisme prédispose-t-il au Don-juanisme ? Peut-être. L’homme élégant au volant de sa voiture s’imagine volontiers que les femmes le regardent complaisamment46 ». Mais si les hommes se disent actifs, valides et économiquement combatifs, les qualités morales que leur demandent les femmes sont toutes autres : moralité et honnêteté arrivent en tête, des garanties d’autant plus nécessaires dans le contexte inquiétant de la rencontre par annonces47. Pour ce qui est du caractère, elles les imaginent prévenants à défaut d’être dévoués, et insistent particulièrement sur leur bonté et leur douceur, des qualités qu’il est très rare de lire dans les autoportraits masculins.

25En somme, les représentations du féminin et du masculin qui transparaissent dans les annonces de I’Intermédiaire Discret sont en général très conservatrices : des femmes au foyer, belles et douces et des hommes actifs valides et économiquement combattifs. Mais hommes et femmes ont des attentes différenciées. Les décalages entre offres et demandes expriment à la fois les effets de la domination masculine sur le marché matrimonial, les craintes liées à ce marché des exclu·es, et de timides revendications féminines. Ces dernières sont les subtils indices d’une mutation des attentes féminines face aux attentes masculines traditionnelles réaffirmées.

Le choix du conjoint : rationalisation et exacerbation des lois du marché

  • 48 Émile Fenouillet, L’Art de trouver un mari, Paris, 1924, p. 164.

26Pour rassurer ses lecteur·rices quant à l’efficacité de son système, L’Intermédiaire Discret les informe des mariages qui aboutissent dans ses colonnes, un exemple en janvier 1935 : « nous sommes heureux de faire part à nos lecteurs et lectrices de deux nouveaux mariages : celui de l’abonné 4 148 de Bordeaux, avec l’abonnée 2 913, de la Gironde, et celui de l’abonné 14 436 ». En recherchant la trace de ces annonces dans les numéros précédents, il est donc possible de retrouver les gagnants de la « loterie matrimoniale48 ». Malgré cette expression en vogue durant notre période, le hasard des rencontres, élément constitutif des couples, est dans le marché du cœur très nettement minimisé par le principe même de la présélection.

Ce qui déclenche le choix : le profil des élu·es

  • 49 Sur toute la période, 13 % des annonceur·euses de l’Intermédiaire Discret ont trouvé un parti av (...)

27La mise en miroir des deux corpus (candidat·es et marié·es49) révèle certains points de divergences que l’on peut identifier comme autant de causes de réussite ou d’échec. Les annonces des couples mariés se ressemblent par leur souci de rassurer les lecteur·rices : au-delà du « sérieux » de rigueur dans la grande majorité des annonces (59 % des candidat·es et 64 % des marié·es), les injonctions à la franchise sont également plus nombreuses tout comme les propositions d’échange de photographie, promptement retournées. Le doute persistant toujours quant à l’identité des concernés, les annonces qui trouvent le moyen de faire montre d’honorabilité, moralité et sérieux sont donc rassurantes et choisies en priorité. D’autre part, en acceptant de n’être point trop ambitieux les candidat·es ouvrent le champ des possibles et augmentent proportionnellement leurs chances de réussite. On peut d’ailleurs comprendre de cette façon la sur-représentation des hommes de moins de 30 ans dans les annonces récurrentes d’années en années : ceux-ci, persuadés d’être en position de force sur le marché, affichent des prétentions trop élevées. En réalité les mariés doivent beaucoup leur succès à la simplicité de leurs attentes à l’instar de ce couple :

  • 50 L’Intermédiaire Discret, janvier 1936. Nous soulignons.

VEUVE, 39 ans, fille 12 ans sérieuse, économe, femme d’intérieur, peu exigeante, commerçante, avoir 50 000, épouserait monsieur, préférence seul, 40-48 ans, fonctionnaire ou situation sûre50.

  • 51 Ibid., janvier 1937.

VEUF 51 ans, santé parfaite sobre doux, affectueux caressant, aimant vie simple, légère surdité provenant guerre, retraité volontaire 14 000, désire mariage avec personne mêmes sentiments âge indifférent si physique agréable, même avec infirmité si situation assortie pouvant disposer 50 000. Très sérieux. Urgent51.

28La complaisance de cette veuve lui a manifestement permis de rencontrer un veuf de 12 ans son ainé. Celui-ci, se sachant en difficulté sur le marché à cause de son infirmité de guerre y a probablement vu une occasion inespérée. La simplicité de l’annonce peut en effet jouer en faveur de l’annonceur, dans la mesure où celui-ci ne peut être accusé de surenchère. C’est par ailleurs l’argument qui décide Renée Sérignac à contacter Victor Delahaye après avoir remarqué son annonce dans le Chasseur Français :

  • 52 Cité par Marc Schlicklin in Le Chasseur Français « La grande histoire des petites annonces du chass (...)

Monsieur,
En parcourant le Chasseur Français, j’ai vu votre annonce qui a attisé mon attention. Vous n’énumérez pas de grandes qualités et vous n’en demandez pas non plus d’extraordinaires. C’est ce qui me décide à vous écrire52.

29À l’inverse de ce que laissaient présager le pragmatisme de la majorité des annonces, les mariages conclus par le journal semblent être des mariages d’inclination. Le champ lexical de l’amour est bien plus présent dans leurs attentes et ils privilégient les qualités morales aux qualités physiques.

  • 53 Lecture du graphique : Négatif : sous-représenté dans l’échantillon des marié·es – Positif : sur-re (...)

30Pour ce qui est du rapport de séduction, l’échantillon des couples mariés atténue la tendance précédemment constatée : entre hommes et femmes l’écart se réduit, sans parler d’égalité, il y a un rééquilibrage du rapport de séduction. Les hommes qui trouvent à se marier sont plus soucieux de se décrire que leurs concurrents et sont légèrement moins précis dans le portrait qu’ils font de leur future épouse. À l’inverse, les femmes sont moins précises que les autres candidates, tant dans leurs descriptions que dans leurs attentes. Le succès des annonces ne semble donc pas être dû à une réaffirmation genrée du rapport de séduction, au contraire. Pourtant, les femmes mariées répondent davantage que les autres au stéréotype de l’idéal féminin de l’Entre-deux-guerres. La première qualité qu’elles s’attribuent est le fait d’être femmes d’intérieur ou de parfaites ménagères, en proportion plus importante que chez les candidates (cf. graphique 253) Les quelques figures d’émancipées que compte L’Intermédiaire Discret ne sont pas choisies par les hommes, dont certains rejettent ouvertement cette modernité. Parmi les mariées, pas de garçonnes donc, pas de femmes automobilistes, mais en revanche 45 % de femmes actives, une proportion supérieure à celles des candidates. Et pour cause, si ces femmes se revendiquent femmes d’intérieur, les hommes qu’elles épousent sont, de leur côté, moins attachés à cette qualité que l’ensemble des candidat·es. Du côté des hommes, les plus appréciés ne sont pas ceux qui se sont décrits comme des grands bruns élégants et sportifs. La possession d’un intérieur, la bonne santé, l’intégrité physique – la sobriété au premier chef – et, dans une moindre mesure la gaité, sont les qualités le plus mentionnées par les hommes mariés.

Graphique 2. Comparaison de l'échantillon des mariés et de celui des candidats sur les représentations de l'idéal féminin

Graphique 2. Comparaison de l'échantillon des mariés et de celui des candidats sur les représentations de l'idéal féminin

31En définitive, il ne suffit pas de se dire « bien sous tout rapport » pour entamer une correspondance qui débouche sur un mariage. Les femmes qui trouvent à se marier sont effectivement celles qui réaffirment une image du stéréotype féminin dans leur annonce : de jolies anges du foyer blondes et gaies. Mais le profil des hommes qu’elles consentent à épouser illustre les mutations des attentes féminines de l’Entre-deux-guerres. Ils se disent plus agréables, plus sains et de meilleure compagnie que la plupart des hommes.

32Le profil des élu·es de ce marché est donc asymétrique du point de vue du genre : des hommes peu soucieux de répondre aux stéréotypes masculins et des femmes qui au contraire s’affichent comme les plus conformes aux stéréotypes féminins. Comment expliquer ce hiatus ? Il est probable que, dans la pratique, le rapport de séduction s’inverse : les femmes prennent l’initiative d’écrire aux hommes (comme le fait Renée Sérignac) pour endiguer le risque du célibat qu’on leur promet. Stratégiquement elles semblent choisir les hommes les moins exigeants et les plus rassurants du marché tant pour augmenter leurs chances de réussite que pour se protéger. Face aux propositions féminines, ces messieurs ont le choix de hiérarchiser les candidates, et de sélectionner parmi ces dernières celles qui se rapprochent davantage de leur idéal féminin.

Les femmes : grandes perdantes du marché du cœur

  • 54 Louis Henry, « Perturbations de la nuptialité résultant de la guerre 1914-1918 », Population, vol.  (...)
  • 55 Ibid. p. 324.
  • 56 Mcdonald, « L’équilibre numérique entre hommes et femmes et le marché matrimonial. Le point sur la (...)
  • 57 « Septième rapport sur la situation démographique de la France », INED, février 1978, p. 39.
  • 58 On se réfère ici à Jean-François Mignot, « L’écart d’âge entre conjoints », Revue française de soci (...)

33En réduisant la part du hasard dans les rencontres, le marché du cœur exacerbe les lois de la concurrence au profit de la gent masculine. L’écart d’âge entre les époux en est la première manifestation. À l’échelle nationale, les démographes constatent que le célibat féminin a connu dans l’Entre-deux-guerres une amplitude plus limitée que celle qu’on lui avait promise54, et ce à la faveur d’une diminution de l’écart d’âge entre conjoints. Les hommes mariables se trouvent face à un ensemble de femmes plus âgées qu’elles ne l’auraient été dans des circonstances de paix. Comme le dit justement Louis Henry, « le hasard des rencontres […] facilitait le mariage de filles que la guerre avait privées d’un mari d’âge conforme aux normes d’avant-guerre55 ». C’est un mécanisme de compensation qui, s’il se fait au détriment des générations de femmes plus jeunes, se combine à une sur-nuptialité des hommes mariables survivants (veufs et divorcés par exemple). À l’échelle de notre corpus, peut-on souscrire à l’analyse de Peter MacDonald selon laquelle les populations s’adaptent aux déséquilibres numériques entre hommes et femmes « dans la mesure où les écarts d’âge entre époux absorbent aisément les modifications du marché matrimonial dans un cadre structurel donné56 » ? Il n’en est rien. Le cadre structurel qu’est le marché du cœur ne laisse pas de place à ce processus de régulation. À l’échelle nationale, pour la génération de 1886-1890, l’écart d’âge entre conjoints est de 4,3 ans, puis pour les générations de 1896 à 1900 il tombe à 1,9 ans (sous l’effet du changement dans le croisement des générations décrit par Louis Henry57). On est bien loin de cet ordre de grandeur chez les couples mariés de l’Intermédiaire Discret dont l’écart d’âge moyen est de 6,9 ans, ce que l’on retrouve dans les moyennes d’âge au mariage : 34 ans pour les femmes et 41 ans pour les hommes. Une dichotomie à noter : plus les hommes se marient tard plus l’écart d’âge avec leur épouse se creuse, alors que plus les femmes se marient tard plus l’écart d’âge avec le conjoint se comble58.

  • 59 Henry, « Perturbations de la nuptialité résultant de la guerre 1914-1918 », art. cit., p. 332.
  • 60 Ibid., janvier 1934.

34On retrouve en revanche le phénomène de sur-nuptialité des hommes mariables décrit par Louis Henry59. À l’inverse de ce que laissait penser la hiérarchisation des statuts matrimoniaux dans les annonces, les veufs et divorcés sont proportionnellement plus nombreux dans les rangs des mariés que dans ceux des candidats. Mais l’égalité n’est pas de mise : si les hommes épousent majoritairement des femmes célibataires qu’ils soient eux mêmes célibataires, veufs ou divorcés, en revanche il y a peu de chances pour une femme veuve ou divorcée de se marier avec un célibataire (cf. graphique 3). Quand elles n’y parviennent pas, c’est le veuf qu’elles choisissent. Le relatif succès des veufs, et des veuves à un degré moindre, peut se comprendre, au delà des éventuels avantages économiques, par le gage de normalité que représente la précédente union. L’un d’eux le revendique d’ailleurs en ces termes : « déjà fait preuve parfait mari60 ». Dans cette logique, on comprendra également que 11 % des annonceurs mariés aient des enfants alors que ce n’est le cas de seulement 7 % des candidats. La charge de l’enfant est finalement relativement acceptée, mais par les femmes d’abord, car 70 % des enfants des couples mariés sont ceux de l’époux. En somme, les femmes subissent les effets du déséquilibre numérique des sexes.

Graphique 3. Choix des hommes et des femmes pour ce qui est du statut matrimonial du conjoint (dans le corpus des mariés)

Graphique 3. Choix des hommes et des femmes pour ce qui est du statut matrimonial du conjoint (dans le corpus des mariés)

35Si l’hétérogamie règne dans 57 % des unions, elle se traduit majoritairement par de l’hypogamie féminine et de l’hypergamie masculine. Les hommes, se sachant en position de force, peuvent se permettre d’épouser des femmes au profil socialement plus attractif que le leur. Les commerçantes restent bien placées, c’est vers elles que se tournent commerçants, ouvriers et employés de bureaux. Les fonctionnaires se tournent vers leurs consœurs ou employées de bureau. Les ouvrières sont les grandes perdantes de cette logique hétérogame puisque lorsqu’elles pourraient trouver chez les ouvriers des maris potentiels, ceux-ci profitent de la concurrence féminine pour conclure une union avec une commerçante ou une fonctionnaire. Dans le monde rural seulement, le déséquilibre des sexes est en faveur des femmes : les agriculteurs, nombreux dans les colonnes de l’Intermédiaire Discret, ne trouvent pas à se marier. Face à la vaste demande, nombre de ces rurales trouvent aisément un conjoint.

36À quelques notables exceptions, les unions se concluent donc au prix d’une adaptation des femmes à la demande masculine. C’est l’attente masculine qui trouve une réponse dans l’autoportrait féminin, plus que l’inverse. En témoigne l’exemple de ce colonial qui cherche une « vraie jeune fille » (c’est-à-dire une épouse à l’éducation ancienne) et semble avoir trouvé celle qui répond à ces critères :

  • 61 L’Intermédiaire Discret, janvier 1934.

CÉLIBATAIRE 32 ans, physiquement bien, excellente éducation catholique, solide instruction, agent au Soudan d’une firme importante, situation 50 000, économies, dot, désire correspondre ou connaître en vue de mariage vraie jeune fille de 18 à 25 ans, physiquement très bien, bonne éducation, instruction, dot pas indispensable si vraiment très bien61.

  • 62 Ibid, janvier 1934.

JEUNE FILLE 18 ans, physiquement bien instruite, arts ménagers, peinture, piano, catholique, pratiquante avoir 30 000 espérances 60 000 épouserait fonctionnaire 24 à 32 ans ou situation industrielle62.

37Cette très jeune personne présente en effet toutes les qualités d’une jeune fille de bonne famille dont l’éducation a été soignée jusqu’à la maîtrise des arts d’agréments. La piété catholique ajoute la dernière touche au portrait de la « vraie jeune fille ». Toutes les conditions sont réunies, même l’apport financier dont l’homme était prêt à se passer pour le prix de cet idéal. Mais pour la jeune fille le constat n’est pas le même. D’une part si son jeune âge est celui que pouvait au mieux espérer son époux, les 32 ans de celui-ci est le maximum qu’elle soit prête à accepter. De plus, elle ne fait pas partie de ces jeunes filles qui se disent disposées à s’expatrier, mais l’homme qui l’a choisie a une situation au Soudan.

38In fine, le rapport de domination se renforce. Ce sont bien les hommes qui choisissent des femmes qui correspondent au mieux à leurs attentes. Celles-ci sont donc plus souvent amenées à faire des concessions, sur l’âge, et le statut matrimonial de leur époux au premier chef.

Lorsque les projets dévient : à quoi cède le genre ?

39Pour quelques couples, le contrat initial exposé par l’annonce de l’un ne se retrouve pas dans l’annonce de l’autre. Nous l’avons vu, pour les femmes il s’agit d’une acceptation du choix masculin. Mais certains hommes se laissent séduire par des atouts qu’ils n’avaient pas nécessairement mentionnés dans leurs attentes. Ainsi ce célibataire revoit-il quelque peu son jugement :

  • 63 Ibid, janvier 1935.

CÉLIBATAIRE 35 ans, grand châtain sérieux instruit éduqué pensionné État, épouserait demoiselle ou veuve sans enfant sérieuse, affectueuse, intelligente instruite éduquée catholique ayant situation ou dot63.

  • 64 Ibid, janvier 1935.

JEUNE FILLE 24 ans, grande blonde distinguée instruite éduquée musicienne, épouserait jeune homme sérieux, éduqué catholique pratiquant situation sûre âge assorti64.

40Il n’est ici pas fait mention d’une dot ni d’une situation de la part de la jeune fille, mais sa jeunesse, sa blondeur et son éducation soignée semblent avoir pris le pas sur les dimensions économiques dans le cœur de l’intéressé. Le constat est le même pour cet autre couple :

  • 65 Ibid, janvier 1937.

JEUNE FILLE 24 ans, grande blonde aux yeux bleus, distinguée fonctionnaire épouserait jeune homme grand distingué bonne éducation catholique, commerçant employé ou fonctionnaire, âge assorti65.

  • 66 Ibid, janvier 1937.

VEUF 29 sans enfant grand châtain sérieux bien physiquement fils unique ayant situation avoir, espérances épouserait jeune fille sérieuse ayant avoir66.

  • 67 Ibid, janvier 1932. Nous soulignons.

41La concession de la part de l’homme sur ses conditions n’est jamais gratuite. Elle peut se payer de beaux yeux bleus ou d’une grande distinction. Mais la plupart du temps la concession se fait au profit d’un avantage économique, en témoigne le succès de cette divorcée : « DIVORCÉE 33 ans, sans enfant grande brune, artisane couturière ayant intérieur confortable immeuble loi Loucheur petites économies épouserait monsieur sérieux ayant bons sentiments67. »

42La loi Loucheur de 1928 encourage les prêts à la construction pour des habitations bon marché en vue d’améliorer les conditions de vie des ouvriers. Bon marché mais neuf et avec un confort de classe moyenne, cet appartement est pour cette divorcée un net atout de séduction. C’est d’ailleurs un cheminot de deux ans son cadet qui est séduit par cette accession à la propriété. La classe sociale transcende ici l’impératif de l’âge. Ce principe est également à l’œuvre dans l’union de cette fille d’industriel à un ouvrier plus jeune qu’elle :

  • 68 Ibid, janvier 1932. Nous soulignons.

JEUNE HOMME 26 ans, grand brun, ajusteur mécanicien bonne situation épouserait jeune fille sérieuse ayant situation âge assorti68.

  • 69 Ibid, janvier 1932. Nous soulignons.

DEMOISELLE 28 ans, gentille distinguée sérieuse fille unique d’industriel, ayant bonne situation avoir espérances désire mariage honorable avec célibataire 28 à 35 ans. Très sérieux69.

  • 70 Ibid, janvier 1926. Nous soulignons.

43La très claire ascension sociale de cet ouvrier (potentiellement associé à direction d’une industrie) peut bien se payer d’une différence d’âge de deux ans en sa défaveur. C’est ici une tendance que l’annonce de ce veuf laissait déjà entrevoir chez les candidats : « VEUF paraissant 35 ans, grand, brun alerte, commerçant, décoré épouserait catholique, aptitudes commerciales, âge indifférent si sérieuse ou apporte capitaux pour gérance d’État70. »

44Une dizaine de couples que la presse matrimoniale qualifie généralement de « désassortis » se sont unis selon ce même schéma :

DEMOISELLE 33 ans, affectueuse bonne famille catholique pratiquante aimant intérieur dot 60 000 espérances épouserait monsieur sérieux ayant situation sûre âge assorti.

  • 71 Ibid., janvier 1929. Nous soulignons.

COMPTABLE 31 ans, 1m70, brun, artisan ayant situation et économies, épouserait personne seule, ouvrière ou employée, ayant situation et âge assorti71.

45Si l’on prend en compte l’année différente à laquelle l’un et l’autre ont passé leur annonce, il y a ici un écart d’âge de 3 ans en faveur de la femme. Ce comptable, qui demandait un âge assorti, l’a concédé au profit d’une dot de 60 000 francs. Mais cela peut également être la charge de l’enfant qui est finalement accepté lorsque l’apport financier est assez important :

  • 72 Ibid, avril 1939. Nous soulignons.

CÉLIBATAIRE 48 ans, bonne santé travailleur place stable 37 désire mariage avec veuve sans enfant ou demoiselle dans la quarantaine72.

  • 73 Ibid, mars 1939. Nous soulignons.

VEUVE DE GUERRE, 44 ans, Fille 9 ans taille moyenne blonde ayant métier plusieurs pensions espérances épouserait monsieur sérieux, situation quelconque campagne ou ville, département ou limitrophes73.

46Ce célibataire choisit de se marier avec une veuve dont il accepte la fille de 9 ans alors qu’il demandait à rencontrer une veuve sans enfant. Mais la mention du métier, de plusieurs pensions et espérances a peut-être su le rassurer. Si les hommes sont dans une position qui leur permet de choisir, certains adaptent leurs attentes à l’offre qui ne correspond pas toujours à ce qu’ils espéraient. Toutefois, si concession il y a, elle se paye du prix d’un autre avantage que l’homme préfère à celui qu’il a perdu. L’analyse ne peut se fonder ici que sur la mise en regard des deux annonces initiales, mais la négociation matrimoniale a lieu dans le secret des correspondances échangées. Malheureusement pour l’historien·ne, il est fort rare de retrouver trace de ces lettres car le tabou de la rencontre par annonce est fort et pousse souvent les couples à en faire disparaître les preuves. Il s’agit pourtant de documents précieux pour comprendre comment se nouent les unions.

Conclusion

47Le marché matrimonial de L’Intermédiaire Discret est un miroir grossissant des déséquilibres numériques des sexes de la société française d’Entre-deux-guerres. En définissant l’équivalence entre ce qu’ils sont et ce à quoi ils aspirent, hommes et femmes établissent une hiérarchisation des profils sous-tendue par la conscience de la délicate position des femmes dans le jeu de la concurrence à l’issue de la Grande Guerre. Dès lors, postures féminines et masculines diffèrent dans les petites annonces. Si les femmes se posent en objet de séduction sans pouvoir se permettre de se montrer exigeantes, les hommes affichent au contraire de grandes prétentions, conscients qu’ils sont de leur position de sujet de la séduction, mais aussi de dominants dans la concurrence du marché.

48Le prisme du genre permet par ailleurs de croiser les représentations que chaque sexe se fait de l’autre. Si hommes et femmes s’accordent majoritairement sur un rapport de couple traditionnel où les femmes d’intérieur laissent à leurs maris le soin d’assurer la sécurité économique du foyer, certaines incompréhensions traduisent tout de même les bouleversements des représentations de genre à l’œuvre durant l’Entre-deux-guerres. Les aspirations féminines changent, sans trouver de véritable écho auprès des hommes : leurs qualités culturelles, dont elles sont fières, ne sont pas reconnues par la gent masculine, et celle-ci fait peu de cas de leurs revendications d’un idéal masculin plus policé, plus élégant et attentionné. Dans la concrétisation des unions également, les règles du marché du cœur filtrent très largement les processus de régulation qui s’opèrent à l’échelle de la société française, dans la mesure où les individus laissent peu de place au hasard des rencontres, mais au contraire présélectionnent rationnellement les candidat·es. Le déséquilibre des sexes étant pris en compte dans les stratégies matrimoniales des hommes, les femmes subissent en général un déclassement. Des maris plus vieux, ayant eu une précédente union, et d’un rang social inférieure au leur, voilà le risque que prennent une grande partie des annonceuses. Si les lois de la concurrence trient drastiquement les profils féminins, elles conduisent paradoxalement à favoriser les chances de réussite de certains hommes qui semblaient a priori en difficulté.

Haut de page

Notes

1 L’intermédiaire Discret, Bordeaux, Janvier 1931.

2 Dominique Kalifa, « L’invention des agences matrimoniales », L’Histoire, n° 365, Juin 2011, p. 76-79.

3 Jean-Baptiste Fages, Miroirs de la société. 2. Les petites annonces, Tours, Mame, 1972.

4 François de Singly, « Les manœuvres de séduction : une analyse des annonces matrimoniales », Revue française de sociologie, vol. 25, n° 4, 1984, p. 523-559.

5 Marc Martin, « Images du mari et de la femme au xxe siècle, les annonces de mariage du « Chasseur français », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 27, n° 2, Avril 1980, p. 295-311.

6 Maurice Garden, « Les annonces matrimoniales dans la lunette de l’historien », L’Histoire, n° 37, Septembre 1981, p. 96-103.

7 L’Intermédiaire du foyer, Paris, 1919.

8 La Famille, revue littéraire favorisant le mariage, Lyon, 1925.

9 L’échantillonnage se fait à raison d’un numéro par an.

10 Voir sur cette question Bozon Michel, « le choix du conjoint » in François de Singly (dir.), La famille, l’état des savoirs, p. 22-33. Paris, La Découverte, 1991.

11 Selon la nomenclature du recensement de 1936.

12 Serge Berstein, La France des années 30, Paris, A. Colin, 2002, p. 14.

13 Susan Bachrach et Jean-Michel Galano, « La féminisation des PTT en France au tournant du siècle », Le Mouvement social, n° 140, 1987, p. 69-87 ; Josephine May, « Des “religieuses dans le siècle” et des hommes de ce monde », traduit par Céline Grasser, Histoire de l’éducation, n° 98, mai 2003, p. 161-85.

14 Il faut ici avoir en tête un biais méthodologique : les hommes renseignent plus fréquemment que les femmes une appartenance professionnelle, ils donc sont majoritaires dans le sous-échantillons des individus socialement catégorisables.

15 Berstein, La France des années 30, op. cit., p. 15.

16 Jean-Claude Bologne, Histoire du célibat et des célibataires, Paris, Hachette, 2007, p. 315.

17 Le rapport de masculinité (ou sex-ratio qui désigne le rapport, dans une population ou un groupe d’âge, de l’effectif masculin à l’effectif féminin, exprimé en nombre d’hommes pour 100 femmes) a été calculé en comparant le nombre d’hommes d’une classe d’âge de 5 ans d’intervalle au nombre de femmes d’une classe d’âge décalée en proportion de l’écart d’âge moyen entre conjoint (soit 5 ans environ). Le rapport numérique des sexes est ainsi calculé par la formule : 100 × M(25-29) / F(20-24). La méthode de ce calcul est tirée de Peter Mc Donald, « L’équilibre numérique entre hommes et femmes et le marché matrimonial. Le point sur la question », Population, vol. 50, n° 6, 1995, p. 1582.

18 L’expression désigne les jeunes femmes qui, à 25 ans, sont encore célibataires et voient alors s’amoindrir avec les années leurs chances de trouver un époux.

19 25 % des veuves mentionne la guerre comme raison du veuvage, mais les jeunes veuves de moins de 30 ans peuvent faire partie des veuves de guerre dans la mesure où elles correspondent aux épouses des hommes nés entre 1880 et 1900, c’est-à-dire ceux qui ont eu entre 18 et 30 ans en 1914.

20 De Singly, « Les manœuvres de séduction… », art. cit, p. 523.

21 Le Trait d’Union, Journal mensuel d’annonces ayant pour but de faciliter le mariage, Paris, 1935.

22 De Singly, « Les manœuvres de séduction… », art. cit.

23 Fages, Miroir de la société..., op. cit., p. 140.

24 Notamment les mutilés de guerre.

25 Celui-ci oscille entre 23 et 24 ans pour les générations de 1891 à 1925, voir à ce sujet Jean-Claude Chasteland et Roland Pressat, « La nuptialité des générations françaises depuis un siècle », Population, vol. 17, n° 2, Avril 1962, p. 215-240.

26 L’intermédiaire discret, op. cit., 1923. Nous soulignons.

27 Peggy Bette, « Veuves et veuvages de la première guerre mondiale », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 98, n° 2, Avril 2008, p. 191-202.

28 Au retour de la guerre, nombre de maris demandent la réparation d’un adultère ou d’un abandon du domicile conjugal, voir sur ce point Alain Drouard et Maurice Garden, Histoire de la population française. 4. De 1914 à nos jours, Paris, Presses universitaires de France, 1988, p. 78.

29 Anne-Marie Sohn évoque à ce sujet les difficultés des mères qui n’ont pas pu épouser à la hâte le père de l’enfant ou quelque autre parti, la grossesse entrainant souvent un renvoi qui prive la femme enceinte de toute ressource. In Du Premier baiser à l’alcôve : la sexualité des Français au quotidien, Paris, France, Aubier, 1996, p. 121.

30 Fabienne Casta-Rosaz, Histoire du flirt : les jeux de l’innocence et de la perversité, Paris, Grasset, 2000, p. 157.

31 Henry de Montherlant, Les Jeunes filles, Paris, 1936, p. 19. L’auteur ouvre en effet son roman sur une lecture de petites annonces matrimoniales.

32 Émile Fenouillet, L’Art de trouver un mari, Paris, 1924 p. 201.

33 L’Intermédiaire Discret, janvier 1928.

34 Ibid., janvier 1938.

35 Daric Jean, « Quelques vues sur le travail féminin non agricole en divers pays », Population, 13e année, n° 1, 1958, p. 69-78.

36 L’Intermédiaire Discret, janvier 1939.

37 Steven Zdatny, « La mode à la garçonne 1900-1925 ? Une histoire sociale des coupes de cheveux », Le Mouvement Social, n° 174, mars 1996.

38 L’Intermédiaire Discret, janvier 1931.

39 Ibid., janvier 1939.

40 Ibid., janvier 1924.

41 Rebecca Rogers et Françoise Thébaud, La fabrique des filles : l’éducation des filles de Jules Ferry à la pilule, Paris, Textuel, 2010, p. 180.

42 L’Intermédiaire Discret, janvier 1938.

43 Agnès Walch montre que ce type littéraire et social s’introduit dans les chansons d’amour populaires de l’Entre-deux-guerres, in Agnès Walch, Il y a un siècle, les amoureux, Rennes, Éd. Ouest-France, 2004, p. 80.

44 Sohn, Du Premier baiser à l’alcôve, op. cit. p. 163.

45 Voir sur ce point, Claire-Lise Gaillard « Corps en séduction : les mises en scènes du corps dans les annonces matrimoniales de l’Entre-deux-guerres » HAL du CHCSC, mars 2018.

46 Jean-Claude. L’homme moderne, Paris, janvier 1938.

47 Il ne faut pas oublier qu’en 1921 se tient le procès de Landru, qui rentrait en contact avec ses victimes par le biais d’annonces matrimoniales. Les chroniques judiciaires des journaux regorgent d’histoires louches au sujet des annonces et des agences de mariage.

48 Émile Fenouillet, L’Art de trouver un mari, Paris, 1924, p. 164.

49 Sur toute la période, 13 % des annonceur·euses de l’Intermédiaire Discret ont trouvé un parti avec qui ils ont contracté une union. Sans être insignifiant, ce chiffre révèle que 86,5 % des annonceur·euses restent célibataires ou trouvent à se marier par d’autres moyens.

50 L’Intermédiaire Discret, janvier 1936. Nous soulignons.

51 Ibid., janvier 1937.

52 Cité par Marc Schlicklin in Le Chasseur Français « La grande histoire des petites annonces du chasseur français », Hors-séries, 2014, p. 112.

53 Lecture du graphique : Négatif : sous-représenté dans l’échantillon des marié·es – Positif : sur-représenté dans l’échantillon des marié·es.

54 Louis Henry, « Perturbations de la nuptialité résultant de la guerre 1914-1918 », Population, vol. 21, n° 2, 1966, p. 273-332. Il estime le taux de célibat féminin à 12 % au lieu de 23 % pour les célibataires les plus exposées.

55 Ibid. p. 324.

56 Mcdonald, « L’équilibre numérique entre hommes et femmes et le marché matrimonial. Le point sur la question », Population, vol. 50, n° 6, 1995, p. 1582.

57 « Septième rapport sur la situation démographique de la France », INED, février 1978, p. 39.

58 On se réfère ici à Jean-François Mignot, « L’écart d’âge entre conjoints », Revue française de sociologie, vol. 51, n° 2, avril 2010, p. 281-320.

59 Henry, « Perturbations de la nuptialité résultant de la guerre 1914-1918 », art. cit., p. 332.

60 Ibid., janvier 1934.

61 L’Intermédiaire Discret, janvier 1934.

62 Ibid, janvier 1934.

63 Ibid, janvier 1935.

64 Ibid, janvier 1935.

65 Ibid, janvier 1937.

66 Ibid, janvier 1937.

67 Ibid, janvier 1932. Nous soulignons.

68 Ibid, janvier 1932. Nous soulignons.

69 Ibid, janvier 1932. Nous soulignons.

70 Ibid, janvier 1926. Nous soulignons.

71 Ibid., janvier 1929. Nous soulignons.

72 Ibid, avril 1939. Nous soulignons.

73 Ibid, mars 1939. Nous soulignons.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Rapport du nombre d'hommes pour cent femmes par groupe d'âges dans les annonces
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3064/img-1.png
Fichier image/png, 44k
Titre Graphique 2. Comparaison de l'échantillon des mariés et de celui des candidats sur les représentations de l'idéal féminin
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3064/img-2.png
Fichier image/png, 78k
Titre Graphique 3. Choix des hommes et des femmes pour ce qui est du statut matrimonial du conjoint (dans le corpus des mariés)
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3064/img-3.png
Fichier image/png, 77k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire-Lise Gaillard, « Oscillations et réaffirmations du genre dans les petites annonces de l’Intermédiaire Discret 1921-1939 », Genre & Histoire [En ligne], 21 | Printemps 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 18 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3064

Haut de page

Auteur

Claire-Lise Gaillard

Centre d’histoire du XIXe siècle. Paris 1 Panthéon Sorbonne. Courriel : clairelise.gaillard@ens-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page