Navigation – Plan du site
Varia

Le suffragisme en milieu rural dans l’entre-deux-guerres : l’action de l’UFSF dans les Deux-Sèvres

Campaigning for women’s suffrage in a rural context in the interwar years: the activism of the UFSF in the Deux-Sèvres
Julia-Pauline Larose

Résumés

Cet article est consacré à la mobilisation des militant·es de l’Union française pour le suffrage des femmes (UFSF) durant l’entre-deux-guerres dans le monde rural, en l’occurrence le département des Deux-Sèvres. Le matériau principal de cette réflexion provient d’une riche documentation conservée au Centre des Archives du féminisme à Angers, les fonds Cécile Brunschvicg (secrétaire générale, puis présidente de l’UFSF) et Marie-Josèphe Réchard (présidente du groupe de Niort et de la fédération du Centre-Ouest). Loin d’être un mouvement isolé et apathique, le suffragisme provincial de l’entre-deux-guerres se doit d’être considéré comme un véritable champ de recherches de l’histoire des féminismes. Ainsi, en analysant cet engagement en faveur du vote des femmes à travers un prisme local, il s’agit principalement de s’interroger sur les modes d’implantation et d’actions en province de cette association féministe.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Christine Bard, Les filles de Marianne, Histoire des féminismes : 1914-1940, Paris, Fayard, 1995, p (...)
  • 2 Bard, « L’étrange défaite des suffragistes », in Eliane Viennot (dir.), La démocratie « à la franç (...)
  • 3 Bard, Les filles de Marianne, op. cit., p. 27.
  • 4 Ibid., p. 32.
  • 5 Steven C. Hause, « The Failure of Feminism in Provincial France (1890-1920) », Proceedings of the W (...)
  • 6 Bard, Les filles de Marianne, op. cit., p. 32.
  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid., p. 149.

1Après avoir débattu pour la première fois le 8 mai 1919 du suffrage féminin, les députés français adoptent, le 20 mai, le suffrage intégral. Débute alors, entre les deux guerres, le temps de « la navette infernale1 » entre la Chambre et le Sénat, qui contribue à accentuer sur l’ensemble du territoire français la campagne de nombreuses associations suffragistes ayant « organisé des centaines de meetings, réuni des dizaines de milliers d’adhérentes […] publié des articles, des journaux, des livres, des histoires de leur mouvement…2 ». Parmi cette « nébuleuse féministe3 », l’Union française pour le suffrage des femmes (UFSF), est « aux dires de […] Cécile Brunschvicg, […] la principale société suffragiste4 ». Fondée en 1909 par Jeanne Schmahl, cette association a pour but au moment de sa création « de rassembler un petit groupe de femmes puissantes et influentes de tout milieu politique (républicain et catholique) pour faire pression […] en faveur du vote5 ». D’un point de vue théorique, l’UFSF appartient au courant des réformistes qui « envisage une campagne pour le suffrage par étapes, en commençant par le droit de vote local6 ». L’arrivée de Cécile Brunschvicg en tant que nouvelle secrétaire générale en 1910, puis présidente à partir de 1924, coïncide avec l’essor de l’association féministe. Elle défend en effet l’idée que « la cause du suffrage féminin serait mieux servie par la création d’un réseau de sociétés suffragistes à l’échelle nationale7 ». Durant l’entre-deux-guerres, l’UFSF se développe en créant des groupes et des sections en province, où elle compte 80 % de ses adhérentes. Les décisions majeures sont prises par le comité central parisien et relayées par les fédérations régionales chargées de la coordination entre la capitale et la province. L’après-guerre semble donc constituer pour les associations féministes, et a fortiori pour l’UFSF, une intense phase d’implantation provinciale, considérée comme le « point faible du féminisme d’avant 19148 ».

2Il convient donc de s’interroger sur ce suffragisme des campagnes, plus précisément sur le militantisme de l’UFSF dans le département rural des Deux-Sèvres. Au cours de cette période, la population rurale représente plus de 80 % des Deux-Sévriens. Quant à l’économie locale, elle est encore profondément marquée par l’agriculture, même si durant l’entre-deux-guerres se développent les secteurs industriel et tertiaire, grâce aux mutuelles et aux assurances. Sur le plan politique, à partir de la constitution du Cartel des Gauches en 1924, le radicalisme, incarné par le sénateur René Héry, devient l’une des principales forces politiques des Deux-Sèvres.

  • 9 Julia-Pauline Larose, Féministes et antiféministes dans la Vienne et les Deux-Sèvres de l’entre-deu (...)
  • 10 Hélène Rebourd, Répertoire numérique détaillé du fonds Marie-Josèphe Réchard (29AF), sous la direct (...)

3Cet article, issu de deux mémoires de master9 consacrés à l’affrontement entre féministes et antiféministes et au militantisme suffragiste dans le Centre-Ouest durant l’entre-deux-guerres, est fondé sur des extraits de journaux, des documents émanant du fonctionnement quotidien des groupes de l’UFSF et sur les correspondances de ses militants. Ces sources proviennent des archives départementales et des fonds Cécile Brunschvicg et Marie-Josèphe Réchard conservés au Centre des Archives du féminisme à Angers. Le choix de centrer cette réflexion sur les Deux-Sèvres est intrinsèquement lié à la richesse des archives conservées par Marie-Josèphe Réchard, « présidente de comité local, déléguée départementale et présidente de fédération régionale10 » de l’UFSF.

  • 11 Françoise Thébaud, « Dix ans plus tard », in Michelle Perrot, Georges Duby et Françoise Thébaud ( (...)
  • 12 Laurence Klejman et Florence Rochefort, L’égalité en marche. Le féminisme sous la IIIe République, (...)
  • 13 Karen Offen, « Les femmes, la citoyenneté et le droit de vote en France, 1789-1993 », in Yolande C (...)
  • 14 Anne-Sarah Bouglé-Moalic, Le vote des Françaises. Cent ans de débats (1848-1944), Rennes, Presses u (...)

4Cette réflexion sur le suffragisme provincial souhaite s’inscrire au sein de plusieurs traditions historiographiques relatives à l’histoire des femmes et de la politisation envisagée à travers le prisme local. Dans le sillage de Michelle Perrot ou Christine Bard, une approche sexuée de l’histoire s’est imposée depuis plus de trente ans. Dans la nouvelle introduction « Dix ans plus tard » de l’Histoire des femmes en Occident – Le XXe siècle, Françoise Thébaud évoque les perspectives actuelles de ce champ historiographique. L’historienne remarque un déplacement du centre de gravité « de l’exploration de la sphère privée (nouvel objet d’histoire dans les années 1970 et 1980) vers l’analyse de l’appropriation par les femmes de la sphère publique (par l’exercice des droits politiques et par l’engagement associatif), de leur accès à la citoyenneté, des usages sexués de l’espace public et du genre des politiques11 ». À cet égard, les travaux de Florence Rochefort et Laurence Klejman12, ou encore de Karen Offen13 semblent clefs pour comprendre l’émancipation politique des femmes et leur conquête de la citoyenneté. Plus récemment, la thèse d’Anne-Sarah Bouglé-Moalic, publiée en 2012 sous le titre Le vote des Françaises. Cent ans de débats (1848-1944), constitue une bonne illustration des évolutions de l’historiographie des femmes et du genre. Cette historienne a, en effet, opté pour une démarche innovante qui consiste à « réunir les deux approches [celles du genre et de l’histoire politique] et [à] traiter l’histoire du suffrage des femmes à travers le prisme de la République14 ». Faisant dialoguer tous les acteurs du débat que sont les militants féministes, les hommes politiques, les publicistes, les suffragistes et les antisuffragistes, Anne-Sarah Bouglé-Moalic met en lumière les grandes dynamiques sociales et politiques qui ont influencé l’évolution de cette idée républicaine qu’est le vote des femmes.

  • 15 Bard, Les filles de Marianne, op. cit., p. 32.

5Dès lors, il s’agit de s’inscrire dans cette démarche historiographique et de se consacrer à l’étude du milieu rural, pour l’instant trop souvent oublié ou éclipsé par le mouvement parisien, en observant à l’échelle locale le suffragisme durant l’entre-deux-guerres et en analysant les formes de militantisme mises en place par l’UFSF dans le département des Deux-Sèvres. Comment les militantes se sont-elles implantées dans les territoires deux-sévriens urbains et/ou ruraux ? Par quels moyens ont-elles créé une campagne active de propagande ayant pour but d’exposer le débat suffragiste au cœur la scène publique locale ? Malgré l’ « image républicaine15 » de l’UFSF due aux amitiés entre les dirigeantes parisiennes et le Parti radical, quelles relations entretiennent les militantes deux-sévriennes avec la sphère politique locale ?

Le suffragisme deux-sévrien : implantation et actrices

6Il convient, dans un premier temps, de mettre en perspective chronologique la géographie de l’UFSF dans les Deux-Sèvres et de s’attacher à comprendre qui sont ces suffragistes provinciales.

L’implantation de l’UFSF dans les Deux-Sèvres

  • 16 Archives départementales des Deux-Sèvres, 4 M 318, Article « Union française pour le suffrage des f (...)

7Niort est une des villes fondatrices du mouvement suffragiste dans le Centre-Ouest. En effet, certaines sources permettent d’affirmer que l’association suffragiste réformiste, qui a été fondée en 1909 par Jeanne Schmahl, s’est implantée dans les Deux-Sèvres avant la Première Guerre mondiale. Ainsi, dès 1913, Marguerite Martin, nommée « Déléguée du groupe des Deux-Sèvres pour l’Union française pour le suffrage des femmes16 », est à l’origine de la fondation du groupe de Niort. Après sa mise en sommeil au cours du premier conflit mondial, c’est la nouvelle déléguée des Deux-Sèvres, Melle Ravard, qui tente de réformer avec succès en 1919 le groupe niortais, ce dernier devenant dès lors omniprésent dans le paysage suffragiste deux-sévrien.

  • 17 Dans les années 1930, Bressuire compte plus de 5 000 habitants, Saint-Maixent environ 6 000, Parthe (...)
  • 18 Le groupe de Thouars est fondé une première fois en 1913, mais s’effondre très rapidement.
  • 19 Une section est composée de moins de vingt-cinq adhérent·es.
  • 20 Arch. dép. Deux-Sèvres, 1 J 925, Rapport moral de 1930.

8La principale vague de développement de l’UFSF dans les Deux-Sèvres se déroule dans les années 1930 sous l’égide de la nouvelle présidente du groupe niortais, Marie-Josèphe Réchard, élue en 1927. Cette dernière entreprend d’étendre l’influence de l’association en quadrillant l’ensemble du territoire deux-sévrien par des conférences suffragistes. Quatre d’entre elles sont fructueuses, car elles conduisent à la fondation de groupes dans les principales villes du département17 : à Bressuire et Saint-Maixent en 1930, à Parthenay et à Thouars en 1932. L’UFSF est active à Bressuire jusqu’en 1933, puis elle végète jusqu’à son extinction en 1937. Quant au groupe de Saint-Maixent, il est extrêmement dynamique jusqu’en 1935, puis semble s’éteindre doucement jusqu’en 1938. Le groupe parthenaisien est en activité jusqu’en février 1935. Enfin, la refondation du groupe de Thouars18 en 1932, qui marque la fin de la vague de création des années 1930, n’est qu’éphémère, puisque dès l’année suivante il n’y a plus de traces de ce dernier. Il existe également trois sections19 de l’UFSF se situant dans le milieu rural, à La Mothe-Saint-Heray et à Saint-Pardoux-en-Gâtine à partir de 1932, ainsi qu’à Saivres dès 1933. Elles dépendent toutes trois du groupe de Saint-Maixent, sauf Saint-Pardoux qui à partir de 1933 se rattache à Niort. De fait, même si la secrétaire du groupe niortais affirme en 1930 que « bientôt l’Union française pour le suffrage des femmes rayonnera sur toutes les 2-Sèvres20 », au regard de cette géographie, il s’avère que l’association suffragiste est implantée dans les principales villes du département, mais n’est que très peu présente institutionnellement dans les espaces ruraux.

L’implantation de l’UFSF dans les Deux-Sèvres

L’implantation de l’UFSF dans les Deux-Sèvres

Les figures suffragistes deux-sévriennes

9Comme l’UFSF qui, à l’échelle nationale, s’appuie sur la figure tutélaire de Cécile Brunschvicg, le groupe niortais repose principalement sur sa présidente Marie-Josèphe Réchard. Née le 12 septembre 1885 à Cholet, Marie-Josèphe Sigonneau grandit entre les valeurs catholiques inculquées par sa mère et l’enseignement d’un père instituteur et directeur d’école publique. Elle choisit, elle aussi, de devenir institutrice. Le 15 décembre 1919, Marie-Josèphe épouse Camille Réchard, un militaire et après le Traité de Versailles, le couple part vivre à Mayence, en Rhénanie. C’est pendant ce séjour en Allemagne que les opinions pacifistes et suffragistes de Marie-Josèphe Réchard émergent, au contact des Allemandes ayant acquis le droit de vote. En 1926, après la retraite militaire de son mari, le couple s’installe à Niort où Camille Réchard devient expert-comptable. Dès lors, Marie-Josèphe peut se consacrer uniquement à l’action associative pour mettre en œuvre ses idées suffragistes et pacifistes ; elle adhère à plusieurs associations dont la Ligue française pour le relèvement de la moralité publique et l’UFSF en 1927, au sein de laquelle elle prend la tête du groupe niortais.

  • 21 Raymond Duplantier, Discours prononcé au Sénat le 3 mars 1932, à l’occasion de la discussion de la (...)
  • 22 Il est à noter que les effectifs du groupe de Saint-Maixent sont très importants par rapport aux au (...)
  • 23 Il est à noter que les fonds étudiés ne comprennent pas suffisamment de listes de membres pour étud (...)

10Il ne faut toutefois pas réduire le suffragisme niortais ou deux-sévrien à une seule femme. En effet, si la présidente est la clef de voute de cette organisation, gravitent autour d’elle d’autres femmes engagées et actives, ce d’autant plus que les groupes locaux se doivent de recueillir le plus d’adhésions possible, afin de prouver à leurs détracteurs et aux parlementaires anti-suffragistes, présentant le féminisme comme « un article bien parisien21 », que le vote des femmes est désiré par toutes et tous, aussi bien à Paris qu’en province. Il apparaît que, dans les centres urbains, durant les premières années d’existence d’un groupe suffragiste, les effectifs augmentent avec l’effort nouveau de propagande des militant.es. Le groupe urbain de Niort compte entre 120 et 160 membres, Saint-Maixent près de 300 adhérent·es22 au plus fort de son activité, alors que les comités ruraux ne comptent en moyenne qu’une quarantaine d’adhérent·es. Les effectifs suffragistes23 ont tendance à diminuer lentement à la fin des années 1930, cette baisse correspond la plupart du temps au déclin du groupe lui-même et à l’essoufflement de ses dirigeantes, mais aussi aux effets de la crise économique.

  • 24 Alban Jacquemart, Les hommes dans les mouvements féministes français (1870-2010). Sociologie d’un e (...)
  • 25 Ibid., p. 80.
  • 26 C.A.F., fonds Cécile Brunschvicg, 1 AF 1, Statuts de l’UFSF, s.d.
  • 27 C.A.F., fonds Cécile Brunschvicg, 1 AF 64, groupe de Niort, « Règlement du groupe niortais voté à l (...)

11Quelle place occupe la mixité dans une association où les militant·es se battent pour les droits des femmes ? Comme l’affirme Alban Jacquemart, « les féministes réformistes ne sont pas hostiles aux hommes24 ». Pour les dirigeantes de l’UFSF, « l’enjeu principal est de conserver l’appui et la participation des hommes tout en les écartant de la direction du mouvement25 ». En effet, dans les statuts de l’UFSF, il est précisé que le comité directeur parisien de l’association est réservé aux femmes, même si le comité central et l’adhésion sont ouverts aux hommes26. La référence à la mixité des adhérent.es se retrouve également dans les statuts des groupes locaux, comme celui de Niort établi en 1914 : « Les hommes font partie du groupe au même titre que les femmes […] Le comité est composé de 15 membres, hommes et femmes […]. La présidence sera réservée à une femme27 ». Les hommes sont ainsi autorisés à adhérer aux groupes provinciaux, mais n’ont pas la possibilité de les diriger. À titre d’exemple, à Saint-Maixent, il n’y a que quatre hommes sur 203 membres en septembre 1930, c’est-à-dire moins de 2 % des adhérent·es, alors qu’en 1937, dix-huit suffragistes masculins sont à dénombrer, soit 8 %. En outre, s’il ne fait aucun doute que ceux-ci adhérent à l’association parce qu’ils sont partisans de l’émancipation civique et politique des femmes, ils ne participent souvent pas au militantisme de terrain.

12Si l’on dépasse ces critères de genre, il convient également de se demander qui sont ces femmes et hommes qui luttent pour l’obtention du droit du vote des femmes. Appartiennent-ils et elles à la bourgeoisie comme les militantes parisiennes de l’UFSF ? À ce sujet, Violaine Poubanne affirme que :

  • 28 Violaine Poubanne, « Les groupes locaux de l’Union française pour le suffrage des femmes, 1909-1940 (...)

La sociologie des membres des groupes locaux n’est pas la même que celle des dirigeantes de l’UFSF dont l’image bourgeoise dessert la propagande en province. L’ambition de l’association est de rassembler des femmes de toutes opinions et de tous milieux, mais les femmes de milieux modestes sont plus ou moins absentes de ces groupes […]. Les groupes locaux rassemblent donc en majorité des femmes travaillant dans le monde de l’enseignement (surtout les institutrices), et celles issues d’un milieu aisé qui se sont investies dans le domaine social28.

  • 29 Nombreuses sont les listes qui ne précisent ni le sexe, ni le métier des adhérent·es. Cet effet de (...)
  • 30 Nous emploierons le terme d’ « enseignant·es » par commodité de langage, mais il s’agit de tous les (...)
  • 31 Steven C. Hause, art. cit. p. 424.
  • 32 Bard, Les Filles de Marianne, op. cit., p. 32.
  • 33 Martine Cocaud et Jacqueline Saincliver, « Femmes et engagement dans le monde rural (xixe-xxe sièc (...)
  • 34 Ibid.

13Ce modèle sociologique de la féministe provinciale semble correspondre aux suffragistes deux-sévriennes, Marie-Josèphe Réchard en étant l’archétype. En effet, après l’étude de plusieurs listes de membres de différents groupes deux-sévriens29, il s’avère qu’à Saint-Maixent, il y a 24,15 % d’enseignant·es30 en 1930 et 15,25 % en 1937, et qu’en 1921, 31,6 % des adhérent·es niortais·es sont des enseignant·es. La forte représentation des enseignant·es au sein des effectifs suffragistes permet à Christine Bard et Steven Hause de défendre la thèse d’un « réseau d’institutrices31 » tissé par Cécile Brunschvicg afin de créer les branches provinciales de l’UFSF. Ces militant·es de province sont décrit·es par l’historienne française comme des institutrices « syndiquées et sensibilisées au féminisme par leur bataille en faveur de l’égalité des traitements32 ». En outre, Martine Cocaud et Jacqueline Sainclivier identifient, dans leur réflexion sur les femmes et l’engagement dans le monde rural aux XIXe et au XXe siècles, les institutrices comme faisant partie des figures types qui en tant que « femmes rurales [s’engagent] dans la vie publique de la Troisième République33 ». En effet, pour ces deux historiennes, « les institutrices laïques […] font naître un nouveau modèle de sociabilité féminine en apportant les pratiques de la ville au village34 ». Par conséquent, c’est à la fois en tant que hussardes de la République, mais d’une République rêvée dont les femmes sont partie intégrante, et également en tant qu’institutrices syndiquées militant pour l’égalité des sexes, que les institutrices deux-sévriennes prêchent en faveur des idées suffragistes et aident l’UFSF à se développer dans leur département.

14Aux côtés des enseignant·es, nous ne pouvons pas dire qu’une autre profession se dégage nettement des statistiques. Au sein du groupe de Saint-Maixent, les professions en dehors du monde enseignant sont assez variées, mais appartiennent pour beaucoup aux classes moyennes et aux artisans, les deux professions les plus représentées étant les commerçant·es et les employé·es des PTT. Quant à la section de La Mothe-Saint-Heray, sa composition sociale est assez hétérogène. Les adhérent·es sont commerçant·es, cultivateurs·rices ou couturières. Au regard de ces constatations, il apparaît que les militant·es des groupes implantés dans une ville de taille conséquente comme Niort ou Saint-Maixent appartiennent à des classes sociales plus favorisées, tandis que les groupes évoluant dans les milieux ruraux sont plus hétérogènes et comptent davantage de membres d’origine populaire.

15Après avoir dessiné une géographie de l’implantation de l’UFSF dans ce département rural et déterminé qui sont ces voix féministes deux-sévriennes, il est à présent nécessaire d’envisager le suffragisme à travers le prisme du militantisme. Comment les militantes suffragistes de l’entre-deux-guerres tentent-elles de faire entendre leurs voix et de convaincre ?

Le militantisme féministe local : quelles modalités d’actions ?

16Les missions que le comité central de l’UFSF assigne à ses groupes locaux se divisent en deux grands thèmes : la propagande et l’éducation. Quels instruments privilégient les suffragistes pour se rendre visibles ? Quels types de manifestations organisent-elles ? Comment préparent-elles les Deux-Sévriennes à faire leur entrée dans la Cité ?

Créer des événements publics

  • 35 Marcelle Kraemer-Bach est avocate et préside la Fédération internationale des avocates. À partir de (...)
  • 36 Germaine Malaterre-Sellier, célèbre pour son courage lors de la Guerre 1914-1918, est une des dirig (...)
  • 37 Louis Martin est député du Var de 1900 à 1909 et sénateur de 1909 à 1936. Il est inscrit au groupe (...)
  • 38 Arch. dép. Deux-Sèvres, 1 J 925, Rapport moral de 1932.
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid.
  • 41 Ibid.

17L’activité principale des militantes deux-sévriennes est l’exposition de leurs idées sur la scène publique, soit par l’organisation de conférences, soit sous la forme de prises de parole spontanées. Si leur propagande passe bien évidemment par des distributions de tracts et d’affiches au cours des foires ou des marchés, les réunions contradictoires constituent une action privilégiée pour Marie-Josèphe Réchard et ses camarades. Ces conférences ont trois maitres-mots : exposer, informer et éduquer. Elles permettent au groupe une mise en lumière du débat suffragiste, accentuée par la participation possible à ces réunions de célèbres féministes à l’échelle nationale. En effet, deux types d’intervenant·es peuvent y prendre la parole : les membres des groupes locaux ou des invité·es prestigieux appartenant au féminisme parisien. À titre d’exemple, de 1930 à 1933, quatre grandes figures féministes viennent faire des conférences sur le territoire deux-sévrien : Marcelle Kraemer-Bach35 en 1930 et 1931, Germaine Malaterre-Sellier36 en 1930 et 1933, le sénateur du Var Louis Martin37, accompagné de Cécile Brunschvicg en 1932. Ces conférences sont aussi un espace d’information et de discussion au sujet de la place des femmes dans la société et sur leur droit de vote. Concernant les effectifs de l’auditoire, ils sont très variables. Ils peuvent aller d’une centaine à plus de mille spectateur·rices, car ils sont fonction de la renommée de l’orateur ou de l’oratrice. Parallèlement, un autre type d’action est mené par Marie-Josèphe Réchard. Il s’agit de prises de parole spontanées dans des réunions ou meetings politiques, qui se déroulent souvent lors des périodes électorales. Ces petites interventions « fructueuses38 », qui durent rarement plus de cinq ou dix minutes, sont l’« occasion de faire devant salle comble un plaidoyer en faveur du vote féminin39 » et d’exposer les « thèses et raisons40 » de l’UFSF à un auditoire non conquis au suffrage féminin, qui ne répond habituellement « jamais à […] [l’] appel lorsque […] [les militantes les invitent] à […] [des] conférences41 ». Un des points clefs de la stratégie suffragiste consiste donc à occuper l’espace public, afin que la population locale se familiarise progressivement à l’idée du droit de vote féminin et l’intériorise.

  • 42 Arch. dép. Deux-Sèvres, 1 J 925, Rapport moral de 1930.
  • 43 Bard, Les filles de Marianne, op. cit., p. 388.
  • 44 C.A.F., fonds Cécile Brunschvicg, 1 AF 36, Projet de règlement intérieur des groupes de l’UFSF, s.d

18En outre, on peut identifier deux périodes dans l’activité de l’UFSF dans les Deux-Sèvres au cours de la présidence de Marie-Josèphe Réchard. En effet, dans une première phase de 1927 à 1934, Marie-Josèphe Réchard et ses camarades, dynamiques et créatrices, entreprennent de nombreuses actions. Les conférences se multiplient, les personnalités féministes se succèdent et sous l’impulsion de la présidente, les suffragistes envahissent l’espace public. À cet égard, le congrès régional de l’UFSF des 19 et 20 octobre 1930 sous l’égide du groupe niortais semble être l’archétype de l’événement médiatique suffragiste. Souhaitant aussi bien afficher leur vitalité aux yeux des dirigeantes du comité central parisien que convaincre les Deux-Sévrien·nes de la nécessité du droit de vote des femmes, les militantes niortaises organisent un grand événement public, où se succèdent durant deux jours les manifestations féministes dont « le meeting [de clôture] où une salle comble acclame (a) la conférencière Me Malaterre-Sellier42 ». Cet événement est pour le suffragisme deux-sévrien un véritable succès relayé par la presse locale, comme Le Mémorial des Deux-Sèvres qui y consacre cinq articles, dont un faisant la une du quotidien le 22 octobre. Après cette première phase d’intense propagande, à partir de 1934, une rupture apparaît dans l’activité de l’UFSF dans les Deux-Sèvres, une « sclérose43 » selon les mots de Christine Bard, que les sources locales ne permettent pas d’expliquer. En outre, si une part importante de l’activité des militantes deux-sévriennes réside dans l’organisation d’événements publics, il s’avère également qu’elles essayent de donner aux Deux-Sévriennes une « éducation civique, sociale et morale44 ».

Transformer les femmes en futures citoyennes

  • 45 Arch. dép. Deux-Sèvres, 1 J 925, Rapport moral 1934-1935.
  • 46 Ibid.

19Deux expériences mises en place par les groupes suffragistes deux-sévriens dans les années 1930 illustrent ces volontés pédagogiques. La première, entreprise par les militantes niortaises à partir de juin 1934, consiste en l’organisation de « thés mensuels […] [qui sont] l’activité principale du groupe niortais pendant l’année 34-3545 ». Ceux-ci sont l’occasion d’une « causerie sur les actions féministes apportées chaque semaine par le journal La Française, de manière à rendre ces modestes réunions instructives et éducatrices pour les femmes qui y assistaient46 ». Il s’agit donc d’espaces privilégiés pour éduquer les Deux-Sévriennes en débattant des actualités suffragistes à partir de journaux, de projets de loi ou de récits d’événements. Jusqu’en 1938, le groupe niortais poursuit cette expérience des thés mensuels. Les sources ne permettent pas de définir avec précision qui sont les participantes de ces réunions. On peut penser que celles-ci étaient ouvertes à toutes les Deux-Sévriennes, il est probable qu’ils n’aient été fréquentés que par les membres de l’UFSF ou les futures adhérentes.

  • 47 Le journal La Française est créé par Jane Misme en 1906. Jusqu’au milieu des années 1920, il est l’ (...)
  • 48 C.A.F., fonds Cécile Brunschvicg, 1 AF 64, groupe de Saint-Maixent, Copie du procès verbal de l’ass (...)
  • 49 C.A.F., fonds Cécile Brunschvicg, 1 AF 64, groupe de Saint-Maixent, Lettre de Melle Granet à Cécile (...)
  • 50 Ibid.

20Le groupe de Saint-Maixent est également un des fers de lance départemental de l’éducation des futures citoyennes. En effet, sa présidente, Melle Granet, une institutrice, accorde une place prédominante à l’instruction civique, morale et politique des Saint-Maixentaises, en faisant circuler dans l’aire d’influence de son groupe les numéros du journal La Française47. Dès l’assemblée constitutive du groupe saint-maixentais, elle demande « à la Direction de La Française de […] consentir 8 abonnements48 » au nom du groupe deux-sévrien. Cette dernière souhaite que le comité central lui adresse personnellement le reste des abonnements étant donné qu’elle est à l’origine d’une initiative originale. En effet, elle transforme son véhicule personnel en « bibliothèque roulante49 » en le remplissant avec les dernières parutions et les anciens numéros de La Française et sillonne Saint-Maixent et ses environs pour prêter temporairement ces journaux aux membres du groupe ou aux futurs adhérent·es. Melle Granet organise aussi de véritables réseaux urbains ou ruraux de solidarités locales conduisant à une plus large diffusion de La Française. À cet égard, la ville de Saint-Maixent « est divisée en 5 secteurs, et dans chacun d’eux les journaux circulent sous une enveloppe sur laquelle se trouve la liste du secteur. La dernière personne sur la liste remet le journal chez la Présidente50 ».

21Le militantisme suffragiste deux-sévrien se traduit donc le plus souvent par une exposition publique du débat suffragiste grâce à des conférences médiatisées par la presse locale et de nombreuses tentatives pour accompagner la transformation des Deux-Sévriennes en citoyennes. Toutefois, un autre aspect de leur engagement en faveur du vote des femmes réside dans les liens, souvent antithétiques, que les militantes essayent de tisser avec les hommes politiques locaux.

Groupes suffragistes et hommes politiques locaux : des relations ambiguës

22Les liens que les militantes de l’UFSF entretiennent avec les élus locaux sont de deux natures. En premier lieu, les enjeux politiques locaux du militantisme suffragiste dans les Deux-Sèvres se cristallisent autour du combat médiatique contre le sénateur antiféministe, René Héry. Cependant, il ne faut pas négliger l’important travail de recherche de soutiens des suffragistes auprès des autres hommes politiques locaux lors des temps forts que constituent les élections, conduisant parfois à des réussites, comme l’entrée de quelques femmes dans la vie politique municipale niortaise à partir de 1935.

Combattre René Héry dans son fief

  • 51 C.A.F., fonds Cécile Brunschvicg, 1 AF 64, groupe de Bressuire, Lettre de Cécile Brunschvicg à Mme  (...)

23Sénateur des Deux-Sèvres de 1920 à 1941, René Héry (1870-1941) est inscrit au groupe de la Gauche démocratique, mais n’accepte aucune consigne de parti. En tant que rapporteur du projet de loi sur le vote des femmes à partir de 1929, il participe directement au blocage de la discussion sur le suffrage féminin au Sénat. Ainsi, dès sa nomination de celui-ci à la tête du projet de loi, Cécile Brunschvicg demande à Marie-Josèphe Réchard d’entreprendre une intense propagande à Bressuire, fief du sénateur et ville dans laquelle il n’y a à ce moment-là pas de groupe de l’UFSF. Après la conférence prononcée à Bressuire sur le vote des femmes par Marcelle Kraemer-Bach en janvier 1930, un bureau provisoire est constitué dans le fief de René Héry. Cécile Brunschvicg affirme à ce sujet que cela « ne le fera certainement pas changer d’idée, mais il verra peut-être que la question ne se pose pas seulement à Paris, mais aussi chez lui51 ». Très offensives, les dirigeantes du groupe de Bressuire rencontrent à plusieurs reprises le sénateur entre janvier à juillet 1930 et l’affrontent même publiquement lors d’une conférence de la Ligue des droits de l’Homme. Mme Bonnet, présidente du groupe bressuirais, pousse ainsi publiquement le sénateur anti-suffragiste dans ses derniers retranchements. En effet, René Héry, face à la déclaration du conférencier de la Ligue des droits de l’homme en faveur du vote des femmes, est contraint d’affirmer qu’il est prêt à se justifier publiquement sur les raisons de son anti-suffragisme. Dès lors, les suffragistes deux-sévriennes projettent d’organiser une confrontation publique qui opposerait une figure parisienne de l’UFSF au sénateur anti-féministe. Cette joute oratoire se déroule le 17 octobre 1930 à Bressuire entre Germaine Malaterre-Sellier et René Héry. Les dirigeantes suffragistes bressuiraises sont dithyrambiques quant à la prestation de cette dernière et affirment que la vice-présidente de l’UFSF semble avoir convaincu bon nombre des électeurs du sénateur de la nécessité du suffrage féminin. En outre, même si René Héry n’abjure pas son anti-suffragisme, cette confrontation est un échec pour lui, car il est obligé de promettre aux militantes de débloquer la situation du projet de loi sur le vote des femmes au Sénat. Cependant, cet événement qui s’apparente à première vue à un succès de l’UFSF démontre rapidement ses limites dans la mesure où cela n’a aucune incidence sur l’attitude de René Héry au Sénat. Les militantes bressuiraises apparaissent donc de plus en plus résignées. Un statu quo implicite s’installe alors entre les deux partis qui conduit lentement le groupe suffragiste bressuirais à son extinction en 1937.

Rechercher le soutien des élus locaux

  • 52 Arch. dép. Deux-Sèvres, 1 J 925, Rapport moral du groupe niortais pour l’année 1931.
  • 53 Arch. dép. Deux-Sèvres, 1 J 925, Questionnaires, Union française pour le suffrage des femmes, Secti (...)
  • 54 Arch. dép. Deux-Sèvres, 1 J 925, Questionnaire complété par M. Moreau habitant à Thorigné, con (...)
  • 55 Arch. dép. Deux-Sèvres, 1 J 925, Questionnaire complété par M. Charrier, maire de Breloux-La Cr (...)

24La recherche nécessaire de légitimation du mouvement suffragiste par les hommes politiques locaux s’effectue principalement lors des temps forts que constituent les différentes élections. À cet égard, lors des élections cantonales de 1931, les militantes de l’UFSF font passer à tous les candidats et élus sortants des questionnaires afin de « connaître des candidats courtois […] leur sentiment à l’égard du vote des femmes, et qu’elle serait leur attitude en une circonstance donnée52 ». Face aux sénateurs antiféministes qui défendent l’idée que le suffragisme est une revendication de bourgeoises parisiennes, le soutien des hommes politiques locaux montre l’implantation rurale et masculine des idées en faveur du vote féminin. Cette enquête est composée de deux questions ne demandant pas nécessairement de justification : « Vous engagez-vous à inscrire le suffrage féminin dans votre programme électoral et à en parler dans vos réunions ? […] Vous engagez-vous, si vous êtes élu, à soutenir au Parlement tout projet de loi tendant à l’égalité politique des hommes et des femmes ?53 ». Sur les vingt questionnaires complétés transmis à la secrétaire du groupe niortais, douze élus ou candidats se prononcent en faveur du suffrage des femmes, trois ne souhaitent pas se prononcer et cinq sont contre le droit de vote féminin. Les arguments propres aux partisans et aux détracteurs du suffrage féminin se retrouvent dans les justifications des élus : pour les premiers, le rôle moral que les citoyennes pourraient jouer dans la « lutte contre l’alcoolisme et la guerre54 », et pour les seconds, la prédominance de leur rôle de mère éducatrice les enfermant dans leur foyer et le fait qu’elles ne soient « pas suffisamment dégagées des influences religieuses55 ».

  • 56 Ibid.

25Ces questionnaires de 1931 constituent une des seules sources écrites qui montrent la recherche de soutien et de légitimation qu’entreprennent les militantes de l’UFSF dans les Deux-Sèvres, mais il est certain que cette activité donne lieu à chaque élection à de nombreux entretiens oraux. En outre, malgré ces résultats qui semblent a priori positifs, les militantes féministes n’ont « aucune illusion sur l’efficacité de [leurs] efforts auprès des candidats56 ». Lucides, elles savent pertinemment que les promesses des élus deux-sévriens ne mènent à aucune action au Parlement.

Faire entrer les femmes dans la vie politique municipale : l’exemple des « conseillères techniques » niortaises

  • 57 Anne-Sarah Bouglé-Moalic, « Vive la République quand même ! » Le suffrage des Françaises, aléas d’u (...)
  • 58 Bouglé-Moalic, Le vote des Françaises, op. cit., p. 284.
  • 59 Anne-Sarah Bouglé-Moalic, « Vive la République quand même ! », op. cit., p. 596.
  • 60 C.A.F., fonds Marie-Josèphe Réchard, 29 AF 2, Lettre de Marie-Josèphe Réchard à Émile Panou, 30 oct (...)
  • 61 Nous ne savons malheureusement ni dans quel journal, ni quand est paru cet article rédigé par la pr (...)
  • 62 C.A.F., fonds Marie-Josèphe Réchard, 29 AF 2, Brouillon d’article rédigé par Marie-Josèphe Réchard, (...)

26Considérant que la réforme sur le suffrage féminin doit se faire par étapes, les féministes réformistes de l’UFSF préconisent d’abord de donner aux femmes le droit de voter et d’être éligibles aux élections municipales. La stratégie progressive et légaliste prônée par l’UFSF consiste donc à encourager les dirigeantes provinciales à faire pression sur les municipalités pour faire entrer les femmes dans la vie politique locale, d’autant plus que ce processus d’intégration peut être favorisé par les bonnes relations qu’entretiennent les militantes locales avec les élus des communes rurales. Ainsi, « plusieurs élus décident de contourner les refus répétés du Sénat57 » à partir de 1935 en intégrant quelques femmes à la vie politique municipale. Pour ces quelques maires suffragistes, il est nécessaire de « reconnaître l’égalité entre les sexes, [et de] faire la preuve par l’expérience du bénéfice social du vote des femmes58 ». Après les élections municipales de 1935, certaines femmes sont « nommées pour participer au conseil municipal59 » de nombreuses villes françaises, dont Niort. En effet, Marie-Josèphe Réchard entreprend des démarches auprès de la municipalité niortaise à partir de 1935, en se mettant en contact dès qu’il est élu avec Émile Panou, le nouveau maire radical de la ville, qui accepte la nomination de quatre conseillères techniques dans les commissions d’hygiène et d’habitat bon marché. Ces candidates au poste de conseillères, sont choisies par le comité suffragiste niortais60. En ce qui concerne ce choix, Marie-Josèphe Réchard explique dans un article61 qu’« en raison de l’absence de femmes médecin ou architecte […], le comité a recherché pour ces nominations : la capacité d’adaptation, la culture indispensable pour la mise sur pied de rapports […], la diversité des opinions et la volonté de faire progresser les idées féministes62 ».

  • 63 C.A.F., fonds Marie-Josèphe Réchard, 29 AF 2, Lettre d’Émile Panou à Marie-Josèphe Réchard, 8 novem (...)

27En réponse à cette désignation, Émile Panou affirme que la municipalité niortaise compte « faire appel au concours […] [des conseillères techniques] chaque fois […] [qu’elle en aura] l’occasion63 ». Cependant, dès 1936, Marie-Josèphe Réchard fait part, désabusée et amère, de sa déception quant à la nomination de femmes dans les commissions municipales :

  • 64 C.A.F., fonds Marie-Josèphe Réchard, 29 AF 11, Rapport moral de la fédération de l’Ouest de 1936, M (...)

[C’est] une arme à deux tranchants qui risque de s’aiguiser contre nous. Ces Messieurs pourront dire en effet : " à quoi cela sert-il d’avoir introduit les femmes dans les municipalités ; elles ne font rien ". Et pour cause ! Avec une Municipalité en majorité favorable, c’est parfait ; avec une municipalité hostile, les Conseillères privées nommées sur la seule initiative d’un Maire, hier encore hostile, […] ce n’est qu’un " os à ronger ", et ce peut être un piège64.

28Marie-Josèphe Réchard dresse donc un bilan négatif de l’intégration des femmes à la municipalité niortaise, celles-ci n’ont qu’un rôle consultatif, sont cantonnées à des domaines traditionnellement dits « féminins » et ne participent pas à la vie municipale classique, c’est-à-dire qu’elles n’assistent pas aux conseils municipaux.

*

  • 65 Julia-Pauline Larose, Le suffragisme « au village », op. cit.

29Grâce au rayonnement et au dynamisme des groupes de Niort et Saint-Maixent, les militantes deux-sévriennes sont parmi les plus actives du Centre-Ouest, notamment en comparaison de l’implantation quasiment inexistante de l’UFSF en Charente et des nombreuses difficultés que l’association rencontre dans les départements de la Charente-Inférieure et de la Vienne65. Principalement implantées dans les villes importantes de ce département rural, les suffragistes deux-sévriennes essayent d’aller fréquemment dans les campagnes à la recherche de nouveaux adhérent·es, et si possible d’y fonder des sections. En outre, il existe un lien indéfectible entre les suffragismes de Paris et des campagnes, source d’un subtil jeu de rôles entre les figures féministes parisiennes et les militantes provinciales, toutes deux actrices de la scène locale. Le dynamisme suffragiste deux-sévrien tient également en grande partie de l’investissement de Mesdames Réchard et Granet, principales figures locales et régionales de l’UFSF.

30S’inscrivant au cœur du féminisme réformiste, les groupes deux-sévriens de l’UFSF mettent donc en place une active campagne en faveur du vote des femmes, marquée par de nombreuses prises de parole publiques. Les militantes cherchent également à s’ancrer dans la République par le biais des partis politiques, cela se traduisant à l’échelle locale par une recherche de soutien auprès des élus locaux. Ainsi, la stratégie provinciale de l’UFSF est polarisée par plusieurs axes : occuper l’espace public pour pénétrer les esprits, éduquer les futures citoyennes, lutter contre les antiféministes locaux et obtenir le soutien d’une fraction de la classe politique. Ce suffragisme « au village » n’est donc pas si éloigné du mouvement qui est né dans la capitale tant par ses modes d’action que par les personnalités qui y prennent part.

31Loin de l’ébullition parisienne et des luttes médiatiques entre les dirigeantes de l’UFSF et les antisuffragistes du Palais du Luxembourg, il existe donc une histoire rurale relativement méconnue du militantisme en faveur du vote des femmes. Il faut saluer la recherche innovante d’Isabelle Le Boulanger : À l’origine du féminisme en Bretagne, Marie Le Gac-Salonne (PUR, 2017). Il serait à présent pertinent pour réussir à avoir une vision plus complète de ce suffragisme « au village » d’envisager une étude des actions de l’UFSF sur tout le territoire provincial français, mais aussi de le comparer à d’autres associations féministes durant l’entre-deux-guerres pour mesurer ses réussites et ses échecs.

Haut de page

Notes

1 Christine Bard, Les filles de Marianne, Histoire des féminismes : 1914-1940, Paris, Fayard, 1995, p. 145.

2 Bard, « L’étrange défaite des suffragistes », in Eliane Viennot (dir.), La démocratie « à la française » ou les femmes indésirables, Paris, CEDREF/Université́ Paris 7 – Denis Diderot, 2002, p. 234.

3 Bard, Les filles de Marianne, op. cit., p. 27.

4 Ibid., p. 32.

5 Steven C. Hause, « The Failure of Feminism in Provincial France (1890-1920) », Proceedings of the Western Society for French History, n° 8, 1980, p. 423-436.

6 Bard, Les filles de Marianne, op. cit., p. 32.

7 Ibid.

8 Ibid., p. 149.

9 Julia-Pauline Larose, Féministes et antiféministes dans la Vienne et les Deux-Sèvres de l’entre-deux-guerres, mémoire de master 1, dir. François Dubasque, université de Poitiers, juin 2012, 208 p. et Le suffragisme « au village ». Les groupes locaux de l’Union française pour le suffrage des femmes dans le Centre-Ouest durant l’entre-deux-guerres, mémoire de master 2, dir. François Dubasque, université de Poitiers, juin 2013, 321 p.

10 Hélène Rebourd, Répertoire numérique détaillé du fonds Marie-Josèphe Réchard (29AF), sous la direction de Bénédicte Grailles, Université d’Angers, janvier 2012, p. 5.

11 Françoise Thébaud, « Dix ans plus tard », in Michelle Perrot, Georges Duby et Françoise Thébaud (dir.), Histoire des femmes en Occident. Le xxe siècle, Paris, Perrin, Coll. « Tempus », 2002, p. 46.

12 Laurence Klejman et Florence Rochefort, L’égalité en marche. Le féminisme sous la IIIe République, Paris, Presses de la FNSP, 1989.

13 Karen Offen, « Les femmes, la citoyenneté et le droit de vote en France, 1789-1993 », in Yolande Cohen et Françoise Thébaud (dir.), Féminismes et identités nationales. Les processus d’intégration des femmes au politique, Lyon, ENS de Lyon, 1998, p. 47-70.

14 Anne-Sarah Bouglé-Moalic, Le vote des Françaises. Cent ans de débats (1848-1944), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 21.

15 Bard, Les filles de Marianne, op. cit., p. 32.

16 Archives départementales des Deux-Sèvres, 4 M 318, Article « Union française pour le suffrage des femmes », Le Populaire de l’Ouest, 28 décembre 1911.

17 Dans les années 1930, Bressuire compte plus de 5 000 habitants, Saint-Maixent environ 6 000, Parthenay plus de 7 000 et Thouars plus de 8 700.

18 Le groupe de Thouars est fondé une première fois en 1913, mais s’effondre très rapidement.

19 Une section est composée de moins de vingt-cinq adhérent·es.

20 Arch. dép. Deux-Sèvres, 1 J 925, Rapport moral de 1930.

21 Raymond Duplantier, Discours prononcé au Sénat le 3 mars 1932, à l’occasion de la discussion de la proposition de loi de Louis Martin, tendant à rendre accessible aux femmes les professions de notaire, d’avoué, d’huissier et de greffier dans le Journal Officiel. Débats parlementaires. Sénat, 1932, p. 247-252.

22 Il est à noter que les effectifs du groupe de Saint-Maixent sont très importants par rapport aux autres groupes départements notamment grâce à l’intense activité de sa présidente. Toutefois, signalons que le groupe recrute aussi en dehors du territoire saint-maixentais, ces chiffres sont donc à relativiser. Par exemple, en 1930, 120 adhérent·es habitent à Saint-Maixent, 53 dans les environs immédiats, 70 dans le reste du département, le Centre ou le Centre-Ouest ; en 1931 sur les 290, 185 sont de Saint-Maixent.

23 Il est à noter que les fonds étudiés ne comprennent pas suffisamment de listes de membres pour étudier avec précision l’évolution des effectifs des militant·es de chaque groupe deux-sévrien durant l’entre-deux-guerres.

24 Alban Jacquemart, Les hommes dans les mouvements féministes français (1870-2010). Sociologie d’un engagement improbable, thèse de doctorat, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, 2011, p. 79.

25 Ibid., p. 80.

26 C.A.F., fonds Cécile Brunschvicg, 1 AF 1, Statuts de l’UFSF, s.d.

27 C.A.F., fonds Cécile Brunschvicg, 1 AF 64, groupe de Niort, « Règlement du groupe niortais voté à l’Assemblée générale du 26 février 1914 », s.d.

28 Violaine Poubanne, « Les groupes locaux de l’Union française pour le suffrage des femmes, 1909-1940 », extrait du Bulletin Archives du féminisme, n° 6, décembre 2003.

29 Nombreuses sont les listes qui ne précisent ni le sexe, ni le métier des adhérent·es. Cet effet de source conduit à mettre en garde les lecteur.rices quant à l’exhaustivité de cette étude et à la pertinence de ces résultats statistiques.

30 Nous emploierons le terme d’ « enseignant·es » par commodité de langage, mais il s’agit de tous les membres du milieu éducatif.

31 Steven C. Hause, art. cit. p. 424.

32 Bard, Les Filles de Marianne, op. cit., p. 32.

33 Martine Cocaud et Jacqueline Saincliver, « Femmes et engagement dans le monde rural (xixe-xxe siècles) : jalons pour une histoire », Ruralia, n° 21, 2007, p. 3.

34 Ibid.

35 Marcelle Kraemer-Bach est avocate et préside la Fédération internationale des avocates. À partir de 1918, elle devient membre de l’UFSF et y occupe diverses responsabilités à l’échelle nationale. En 1934, elle est nommée secrétaire générale de l’UFSF.

36 Germaine Malaterre-Sellier, célèbre pour son courage lors de la Guerre 1914-1918, est une des dirigeantes du CNFF et de l’UFSF dont elle préside le groupe de Paris.

37 Louis Martin est député du Var de 1900 à 1909 et sénateur de 1909 à 1936. Il est inscrit au groupe de la gauche démocratique radicale et radical-socialiste.

38 Arch. dép. Deux-Sèvres, 1 J 925, Rapport moral de 1932.

39 Ibid.

40 Ibid.

41 Ibid.

42 Arch. dép. Deux-Sèvres, 1 J 925, Rapport moral de 1930.

43 Bard, Les filles de Marianne, op. cit., p. 388.

44 C.A.F., fonds Cécile Brunschvicg, 1 AF 36, Projet de règlement intérieur des groupes de l’UFSF, s.d.

45 Arch. dép. Deux-Sèvres, 1 J 925, Rapport moral 1934-1935.

46 Ibid.

47 Le journal La Française est créé par Jane Misme en 1906. Jusqu’au milieu des années 1920, il est l’organe officiel du Conseil national des femmes françaises, puis devient en 1923 celui de l’UFSF lorsque Cécile Brunschvicg prend la direction du journal.

48 C.A.F., fonds Cécile Brunschvicg, 1 AF 64, groupe de Saint-Maixent, Copie du procès verbal de l’assemblée constitutive du 26 mai 1930, Melle Granet.

49 C.A.F., fonds Cécile Brunschvicg, 1 AF 64, groupe de Saint-Maixent, Lettre de Melle Granet à Cécile Brunschvicg, 12 juin 1930.

50 Ibid.

51 C.A.F., fonds Cécile Brunschvicg, 1 AF 64, groupe de Bressuire, Lettre de Cécile Brunschvicg à Mme Bonnet, 17 décembre 1929.

52 Arch. dép. Deux-Sèvres, 1 J 925, Rapport moral du groupe niortais pour l’année 1931.

53 Arch. dép. Deux-Sèvres, 1 J 925, Questionnaires, Union française pour le suffrage des femmes, Section locale des Deux-Sèvres.

54 Arch. dép. Deux-Sèvres, 1 J 925, Questionnaire complété par M. Moreau habitant à Thorigné, conseiller général de Celles sur Belle.

55 Arch. dép. Deux-Sèvres, 1 J 925, Questionnaire complété par M. Charrier, maire de Breloux-La Crèche.

56 Ibid.

57 Anne-Sarah Bouglé-Moalic, « Vive la République quand même ! » Le suffrage des Françaises, aléas d’une idée républicaine, thèse sous la direction de Michel Boivin, université de Caen, 2011, p. 595.

58 Bouglé-Moalic, Le vote des Françaises, op. cit., p. 284.

59 Anne-Sarah Bouglé-Moalic, « Vive la République quand même ! », op. cit., p. 596.

60 C.A.F., fonds Marie-Josèphe Réchard, 29 AF 2, Lettre de Marie-Josèphe Réchard à Émile Panou, 30 octobre 1935.

61 Nous ne savons malheureusement ni dans quel journal, ni quand est paru cet article rédigé par la présidente du groupe niortais de l’UFSF. Peut-être s’agit-il d’un article destiné à La Française ?

62 C.A.F., fonds Marie-Josèphe Réchard, 29 AF 2, Brouillon d’article rédigé par Marie-Josèphe Réchard, s.d.

63 C.A.F., fonds Marie-Josèphe Réchard, 29 AF 2, Lettre d’Émile Panou à Marie-Josèphe Réchard, 8 novembre 1935.

64 C.A.F., fonds Marie-Josèphe Réchard, 29 AF 11, Rapport moral de la fédération de l’Ouest de 1936, Marie-Josèphe Réchard, s.d.

65 Julia-Pauline Larose, Le suffragisme « au village », op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre L’implantation de l’UFSF dans les Deux-Sèvres
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3109/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julia-Pauline Larose, « Le suffragisme en milieu rural dans l’entre-deux-guerres : l’action de l’UFSF dans les Deux-Sèvres », Genre & Histoire [En ligne], 21 | Printemps 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3109

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page