Navigation – Plan du site
Varia

Femmes et activités physiques sous le régime de Vichy : politiques et enjeux médicaux

Women and sports activities in Vichy France : politics and medical issues
Fatia Terfous

Résumés

Cet article porte sur les conceptions du sport et de l’éducation physique féminins telles qu’elles ont été véhiculées dans les publications politiques et médicales en France entre 1940 et 1944. L’étude, fondée sur les archives nationales et privées, montre que, même s’il ne s’agit pas, pour la majorité d’entre eux, d’un axe prioritaire, les dirigeants politiques et les médecins ont érigé la participation des Françaises aux activités physiques et sportives en impératif patriotico-nataliste, indispensable pour la survie de la race. Après avoir exposé les conceptions politiques et médicales en matière de sport et d’éducation physique féminins, sont mises en exergue les problématiques du pouvoir médical quant à l’institutionnalisation du sport féminin et la progression de ce dernier.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin. Contribution à une sociologie politique de l’ord (...)
  • 2 Françoise Thébaud, « Féminisme et maternité : les configurations du siècle », in Yvonne Knibiehler, (...)
  • 3 Georges Duby, Michelle Perrot et Françoise Thébaud (dir.), Histoire des femmes en Occident. Le XXe  (...)
  • 4 Fabrice Virgili, dir., « Les lois genrées de la guerre », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 39, 2014, (...)
  • 5 Robert A. Nye, « Médecins, éthique médicale et État en France 1789-1947 », Le Mouvement Social, 214 (...)
  • 6 Muel-Dreyfus, Vichy, op. cit., p. 289-356.

1Dans la Révolution nationale, la famille et les mères occupent une place centrale. Les dirigeants du régime de Vichy prônent la réhabilitation d’un « éternel féminin1 » et comme sous la Troisième République, la natalité est considérée comme un enjeu national, patriotique et politique2. Des chercheur·es ont montré les décalages entre les ambitions du maréchal Pétain et les réalités notamment en ce qui concerne le domaine de la famille et la natalité3. Mais dans les travaux concernant les lois genrées de la guerre4 figure avant tout la fonction domestique et reproductive défendue par les dirigeants et les médecins solidaires du pouvoir. Entre 1940 et 1944, avec le soutien de l’État français, l’ordre des médecins s’institutionnalise5. Les médecins, qui deviennent alors les principaux artisans de la Révolution nationale, détiennent un monopole quant au savoir sur les femmes, les assignant à la sphère privée, au rôle de mère et de génitrice6.

  • 7 Ibid., p. 291.

2Historiquement inscrites dans la sphère publique et la culture « masculine et virile », les pratiques physiques et sportives sont particulièrement intéressantes pour, d’une part, comprendre comment les acteurs politiques et médecins ont pu faire valoir la participation des femmes à ces activités et, d’autre part, pour interroger la « forme particulière d’impérialisme médical7 » en France au cours de la Seconde Guerre mondiale.

  • 8 Alain Corbin, « La rencontre des corps », in Alain Corbin, dir., Histoire du corps. Tome 2. De la r (...)
  • 9 Baptiste Viaud, Panser les deux mondes. Médecins et sports : entre principes hippocratiques et perf (...)
  • 10 Anaïs Bohuon et Antoine Luciani, « Biomedical discourse on women’s physical education and sport in (...)
  • 11 Anaïs Bohuon, Entre santé et pathologie : discours médical et pratique physique et sportive féminin (...)

3On sait que, tout au long du xixe siècle, les médecins considèrent les femmes comme des êtres extrêmement fragiles, inaptes à toute activité physique8. Entre la fin du xixe siècle et la première moitié du xxe siècle, les médecins rattachent les activités physiques et sportives à la « nature maternelle » et prescrivent la modération. Différents critères (scientifiques, esthétiques, sociaux, moraux) pèsent sur leur recommandation : surveillance de la ceinture abdominale (partie du corps concernée par la maternité), lutte contre le surmenage, exercices hygiéniques en lien avec les usages ménagers9. Anaïs Bohuon indique que les médecins sont alors tiraillés entre deux options : déconseiller aux femmes de faire des exercices physiques au regard des dangers sur le système reproductif ou promouvoir les activités pour fortifier le corps des femmes10. Les médecins deviennent des prescripteurs de pratiques dans le souci de régénérer la race. La chercheuse souligne ainsi l’importance d’observer leur rôle dans l’institutionnalisation du sport féminin pendant la Seconde Guerre mondiale11.

  • 12 En tout cas pas dans le versement 20000243 (organisation, comptes rendus de sessions du conseil sup (...)
  • 13 Baptiste Viaud, « Le contrôle des populations sous le régime de Vichy (1940-44), une aubaine pour l (...)

4Or il n’existe aucune trace de la position du conseil de l’ordre des médecins sur cette question dans les archives12. Les femmes ne sont jamais mentionnées dans les documents sur le contrôle médico-sportif impulsé par les hommes de Vichy13. Jean Coll de Carrera, médecin, sportif, professeur agrégé de la faculté de Médecine de Montpellier et directeur de l’Éducation Générale et Sportive (EGS) entre mai 1942 et décembre 1943, œuvre pour l’institutionnalisation et le développement du contrôle médical sans jamais parler des femmes. Par ailleurs, les manuscrits ou ouvrages médicaux qui évoquent l’activité physique des femmes dans les années 1940 sont introuvables dans les catalogues des facultés de médecine et dans ceux de la bibliothèque nationale de France (BNF).

  • 14 AN F17/13367, Jacques Martinié-Dubousquet, « Une conception de l’éducation physique ». D’après la m (...)
  • 15 Archives départementales du Nord-ADN, 1W4483/8, Luc Durtain, « Conférence sur le sport féminin à la (...)
  • 16 AN, F44/37, Docteur Legrand-Lambling, « 2e addendum, L’éducation physique féminine et ses particula (...)
  • 17 BNF, 8-V-55960, Ebba Champetier de Ribes, ABC d’éducation physique féminine, Paris, Éd. Chiron, 194 (...)

5Seuls quatre témoignages de médecins, deux femmes et deux hommes, ont été retrouvés. Parmi ces derniers, figure Jacques Martinié-Dubousquet, médecin fédéral accrédité en 1942 auprès du comité national des sports-CNS (organe dépendant du Commissariat Général à l’Éducation Générale et aux Sports-CGEGS qui coordonne, contrôle et développe l’activité de toutes les fédérations sportives dirigeantes)14 et Luc Durtain qui est intervenu en 1943 lors d’une conférence sur le « sport féminin » organisée par le CGEGS à la Sorbonne15. Impliquée dans le travail du bureau médical du CGEGS sous Vichy, Yvonne Legrand-Lambling est médecin assistant d’orthopédie à l’hôpital Trousseau16. Elle préface le livre « ABC d’éducation physique féminine »17, publié en 1942, d’Ebba Champetier de Ribes, médecin gymnaste de l’académie royale de Suède qui tient en 1943 la place de conseillère technique auprès de la direction de l’EGS.

  • 18 Michel Caillat, L’idéologie du sport en France depuis 1880 : race, guerre et religion, Paris, Éd. d (...)
  • 19 Colette Guillaumin, Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de nature, Paris, Côté-femmes, 2016.

6L’originalité de cet article est de croiser les discours sur les activités physiques des femmes tenus par ces quatre médecins et par Marie-Thérèse Eyquem, cheffe du service des sports féminins au sein du CGEGS (dirigé par Jean Borotra de 1940 à 1942) puis du Commissariat Général aux Sports-CGS (dirigé par Joseph Pascot de 1942 à 1944). Il vise à montrer que la race est de nouveau mêlée au nationalisme et à l’essentialisme dans les discours au sujet de la préparation physique des Françaises. Adossée au sport dès le xixe siècle18, la « race » est entendue ici comme une construction sociale, un « marquage physique arbitraire »19, une manière de distinguer les populations à partir de différents indices comme la nature biologique ou des caractères (physiques, héréditaires, sexuels) dont la sélection s’est accompagnée d’une distribution différentielle, entre les groupes et/ou entre les sexes.

  • 20 Le traitement des données textuelles a consisté à établir des catégories reposant sur différents cr (...)
  • 21 AN, sous-séries F/44 (CGEGS) et F/17 (Instruction publique et CGS) ; série 2 AG (archives du cabine (...)
  • 22 Tous les Sports, hebdomadaire officiel des fédérations sportives françaises et du comité national d (...)
  • 23 Marie-Thérèse Eyquem, La femme et le sport, J. Susse, 1944.

7Le travail est fondé sur une analyse discursive20 des sources écrites traitant du sport et de l’EGS. Le corpus est constitué d’archives administratives21, de textes règlementaires adoptés par les instances dirigeantes et d’articles portant sur le « sport et l’éducation physique féminins » parus dans les organes officiels du CGEGS dont le but est de mettre à la disposition des lecteur·rices un panorama de l’actualité du mouvement sportif22. Pour mieux documenter la question du « sport féminin », nous avons examiné l’ouvrage de Marie-Thérèse Eyquem édité en 194423.

8Les deux premières parties de l’exposé montrent les effets de genre dans les discours politiques et médicaux à propos des activités physiques puis de l’EGS et distinguent les niveaux de convergence entre Marie-Thérèse Eyquem et les quatre médecins identifiés. Les relations et/ou collaborations entre les professionnel·les de la santé et la directrice du service des sports féminins tout comme le rôle des médecins dans l’institutionnalisation du sport féminin et l’intention d’émanciper les femmes par le sport sous le régime de Vichy sont articulés et discutés dans la dernière partie.

Des pratiques sportives déterminées par la nature et les rôles de genre

  • 24 Luc Robène, dir., Le sport et la guerre, XIXe et XXe siècles, Rennes, Presses Universitaires de Ren (...)
  • 25 Fatia Terfous, « “La sportive française” entre Révolution nationale et commandement allemand », Cli (...)
  • 26 Laurence Munoz, « Marie-Thérèse Eyquem (1913-1978) au moment de l’occupation », in Pierre Arnaud, T (...)

9La défaite française face à l’Allemagne fait naître l’espoir d’une régénérescence de la race, d’un relèvement national et moral par le retour de chacun·e à sa place « naturelle ». Convaincu que les exercices physiques sont des moyens d’y parvenir, le maréchal Pétain crée le CGEGS et nomme Jean Borotra premier commissaire au CGEGS le 14 juillet 1940. Le 20 décembre de la même année, celui-ci fait paraître au Journal officiel une charte des sports impliquant un contrôle autoritaire du mouvement sportif24. Parallèlement, Borotra confie la direction du service des sports féminins à Marie-Thérèse Eyquem qui faisait avant la guerre l’éloge des valeurs catholiques et de l’exemplarité au sein du Rayon Sportif Féminin et de la Fédération Catholique d’Éducation Physique Féminine. La présence de Marie-Thérèse Eyquem dans l’organisation sportive de l’État français est alors comprise comme résultante d’une proximité entre le régime de Vichy et une frange des catholiques largement acquis aux idées de la Révolution nationale25. Laurence Munoz soutient, en revanche, que le parcours associatif et professionnel de Marie-Thérèse Eyquem a joué en sa faveur et que le poste de directrice des sports féminins constitue une opportunité de carrière, à l’âge de 27 ans26.

10Alors que la plupart des dirigeants du régime de Vichy affichent leur opposition à la politique sportive impulsée entre 1936 et 1938 par le sous-secrétaire d’État aux sports et à l’organisation des loisirs Léo Lagrange, Marie-Thérèse Eyquem ne remet pas en cause explicitement les idéaux républicains ni l’ambition du Front populaire de vouloir mettre le sport au service de la santé et du bien-être des travailleurs. En revanche, elle déplore l’absence de contrôle public sur le sport féminin et critique, comme les journalistes avant la guerre, les sportives qui vont à l’encontre de la morale en s’habillant en homme ou qui transgressent les normes de féminité traditionnelles (femmes adeptes de sports dits masculins). Elle ne part pas du principe que le projet sportif développé entre 1936 et 1938 s’adresse à toutes et tous, sans distinction ou division entre les hommes et les femmes. Elle dit cependant vouloir rompre avec l’indifférenciation entre les hommes et les femmes dans le nouveau modèle d’organisation du sport féminin afin d’assainir ce domaine et mettre fin aux polémiques et craintes des parents.

  • 27 FSCF, Tous les sports, « Marie-Thérèse Eyquem nous parle du sport féminin », 12 juillet 1941.
  • 28 Les réflexions féministes ont bien montré la capacité de régénérescence de la domination masculine (...)
  • 29 FSCF, Tous les sports, « Marie-Thérèse Eyquem nous parle du sport féminin », art.cit.

11Marie-Thérèse Eyquem explique le regroupement des activités pratiquées par les femmes et les hommes ainsi que leur gestion par les fédérations sportives regroupées au CNS au regard de la « plus grande fermeté des hommes27 ». Elle approuve le transfert des compétences en matière de sport féminin aux hommes, active les mécanismes de la domination masculine28 et défend, en même temps, la présence des femmes dans les comités directeurs, techniques ou sportifs. Toutefois, elle précise que « […] le travail commun réalisé entre les hommes et les femmes ne doit pas faire disparaître les différences existantes ni nuire à la santé et à l’esthétique des femmes29 ». Elle prend appui sur la « nature » et les rôles traditionnels associés aux femmes et écrit :

  • 30 ADN 1W4483/9, « Marie-Thérèse Eyquem, La doctrine nationale dans les associations sportives féminin (...)

Le but poursuivi n’étant nullement le même quand il s’agit des hommes qu’il faut viriliser et des femmes qu’il faut rendre robustes, mais laisser gracieuses, il serait dangereux de résoudre les problèmes sportifs sans envisager des modalités d’application aux associations féminines. Les femmes ne doivent pas être traitées comme les hommes, ni considérées simplement comme plus faibles et moins résistantes ; leur constitution et leur rôle dans la vie imposent, à des problèmes devenus différents, des solutions d’un autre ordre30.

  • 31 Champetier de Ribes, ABC, op. cit., p. 3.
  • 32 Durtain, « Conférence … », art. cit.

12L’essentialisation est également utilisée par les médecins qui répètent que les femmes ne doivent pas imiter les hommes et se distinguer sur certains points : « N’imitons donc pas les garçons ou les hommes en matière d’éducation physique, ni dans la technique proprement dite, ni dans l’habilement ou le comportement sur les stades. Restons ce que nous sommes : des femmes et des jeunes filles, dignes et fières de notre mission dans la vie !31 ». En 1943, le docteur Durtain évoque le culte dionysiaque incarné dans le corps féminin pour marquer le clivage et conclut : « Il serait erreur de calquer le sport de la femme à celui de l’homme32 ».

  • 33 FSCF, Tous les sports, « Marie-Thérèse Eyquem : comment est organisé le sport féminin », 17 janvier (...)

13Pour Marie-Thérèse Eyquem, la pratique des exercices physiques doit contribuer à faire des femmes « […] des épouses et des mères dignes de former les générations nouvelles, notre seul salut. Tâche sublime, la plus belle33 ». De la même manière, Luc Durtain lie les exercices physiques à la destinée providentielle des femmes et à la race :

  • 34 Durtain, « Conférence… », art. cit.

Le corps féminin doit viser par le sport la plénitude de la jeunesse, une autorité, une grâce que l’exercice incorpore à son profil. Les exercices féminins doivent permettre l’aisance du geste et de l’allure et s’attache à développer la moitié inférieure du corps. Le but du sport chez les femmes reste celui d’un développement individuel mais aussi de les rendre aptes à jouer leur rôle dans les destinées du pays, France avant tout, d’être capables de perpétuer et d’embellir la race34.

14Les docteurs Martinié-Dubousquet et Durtain décrivent et comparent certains « caractères différentiels » d’ordre anatomique et physiologique ou évoquent les performances des sportif·ves pour consolider l’idée d’une infériorité des femmes à partir de laquelle des proscriptions et prescriptions s’établissent.

  • 35 Eyquem, La femme, op.cit, p. 50.

15Les médecins excluent le football, les courses (fond, relais, cross, course à pied, cyclistes), acrobatie (grimper, porter, sauter), les jeux ou sports violents (boxe, lutte) pour différents motifs : mauvais dosage et inadaptation aux possibilités de l’organisme féminin, épuisement et effondrement sur le sol, craintes des parents. Marie-Thérèse Eyquem écarte aussi les activités de combat, le rugby, le football et le cyclisme car elle voit dans ces sports un préjudice au développement du sport « féminin raisonné, sain et gracieux35 ».

  • 36 Martinié-Dubousquet, « Une conception… », art. cit., p. 28.
  • 37 Le Grand-Lambling, « 2e addendum…», art. cit.
  • 38 Champetier de Ribes, ABC, op. cit., p. 20.

16Pour des raisons morales, la directrice des sports féminins s’oppose à l’entrainement mixte et aux exhibitions spectaculaires. Elle condamne la spécialisation et le surentraînement. Elle entend limiter la participation des femmes aux compétitions sportives. Les médecins, quant à eux, continuent de penser que les techniques et compétitions sportives sont susceptibles de modifier défavorablement le comportement physique et psychique des femmes36, de les masculiniser37 et de provoquer fatigue et surmenage : « […] quand nous disions tout à l’heure qu’il faut aller jusqu’à se méfier du sport, nous entendions par là que la race française n’est pas encore préparée à la pratique généralisée de sports quelconques38 ». Anaïs Bohuon a montré que, dès le début du xxe siècle, les médecins partagent l’idée que la pratique des sports implique une « masculinisation » qui elle-même provoquerait perversion de la sexualité et dégénérescence des fonctions reproductrices.

  • 39 Durtain, « Conférence … », art. cit.
  • 40 Ibid.
  • 41 Martinié-Dubousquet, « Une conception… », art. cit., p. 29.
  • 42 Joël Lebeaume, L’enseignement ménager en France. Sciences et techniques au féminin, 1880-1980, Renn (...)

17Les médecins et Marie-Thérèse Eyquem valorisent des formes de pratique censées être adaptées aux caractéristiques et « constitutions féminines ». Ils souhaitent que les femmes ne dépassent jamais leurs « possibilités ». Ils s’accordent sur la défense d’une activité physique et sportive modérée, dosée et adaptée. Au plan des méthodes, ils recommandent les exercices naturels (Georges Hébert), les exercices correctifs (associés à la gymnastique suédoise de Ling) et la rythmique (Irène Popart). Luc Durtain est le seul des quatre médecins à afficher sa préférence pour la rythmique : « Parmi ces efforts de rénovation physique auxquels un Jacques Dalcroze, un Demeny ont lié leurs noms, le plus valable semble être la méthode française de gymnastique harmonique créée par Mme Irène Popard et qui se destine exclusivement aux femmes39 ». Ebba Champetier de Ribes considère quant à elle que la natation est : « Le meilleur de tous les sports pour jeunes femmes et filles40 ». Enfin, la particularité du docteur Martinié-Dubousquet n’est pas seulement d’encourager les femmes à se livrer aux exercices naturels en respectant « une légitime pudeur41 ». Alors que l’enseignement ménager devient une « affaire d’État » et qu’il est rendu obligatoire dans tous les établissements scolaires publics de filles, le médecin conçoit les tâches ménagères et les exercices physiques comme des moyens complémentaires de forger le corps des femmes42.

  • 43 ADN, 1W4483/9, Marie-Thérèse Eyquem, « La doctrine nationale dans les associations sportives fémini (...)

18Il est question aussi de faire des femmes cadres (dirigeantes des associations sportives, monitrices, techniciennes), des gardiennes de la décence et de la moralité des Françaises. En 1943, Marie-Thérèse Eyquem résume leur rôle de la manière suivante : apprendre aux filles « le sens de la mesure », contrôler « très sévèrement leur entrainement pour éviter les excès qui nuisent au développement harmonieux des fonctions et des formes », limiter les exhibitions « susceptibles de nuire à la santé et à l’équilibre morale des sportives », exiger « une tenue parfaite »43.

  • 44 Loïc Szerdahelyi, « Femmes d’action ». Parcours d’enseignantes d’EPS en France, des recrutements sé (...)

19Luc Durtain dit que la personnalité et l’attitude des cadres sont essentielles dans la préparation physique des Françaises. Ebba Champetier de Ribes stipule, quant à elle, que le personnel doit se présenter physiquement comme un modèle, posséder des qualités et avoir le sens de l’autorité. Ainsi, la directrice des sports féminins et les médecins jugent bon de confier la préparation physique des Françaises à des « femmes d’action » (enseignantes d’EPS, monitrices, maîtresses d’éducation générale et sportive) qui répondent aux normes sociales et morales en vigueur et qui incarnent la régénération des forces vives du pays44.

  • 45 Gigliola Gori, « Féminité et esthétique sportive dans l’Italie fasciste », Clio. Histoire‚ femmes e (...)
  • 46 Gertrud Pfister, « Activités physiques, santé et construction des différences de genre en Allemagne (...)

20Les arrangements de Marie-Thérèse Eyquem et des médecins avec les assignations sexuées et les liens qu’ils tissent entre la participation des femmes aux activités physiques, la maternité et la race pendant la Seconde Guerre mondiale s’expliquent, à l’évidence, par le contexte national et international. Ils ne sont pas nouveaux ni propres à la France. En effet, depuis la fin du xixe siècle, les doctrinaires du sport, théoriciens de l’éducation physique, les médecins mais aussi les journalistes de la presse écrite (des hommes essentiellement) s’attachent au postulat essentialiste, aux représentations, divisions, hiérarchisations fondées sur le sexe et agissent comme prescripteurs d’attitudes et de pratiques physiques. Si on ne peut pas établir de liens directs entre les modèles étrangers du sport et le modèle français, d’autres pays d’Europe s’appuient aussi sur des classifications biologiques et sociales et prennent des dispositions pour encadrer, contrôler et surveiller rigoureusement la participation des femmes aux activités physiques et sportives. Ainsi, la politique sportive du régime mussolinien vise à accroitre la démographie, la santé de la population et à véhiculer l’image d’une nation peuplée d’individus physiquement et moralement forts45. À quelques nuances près, on retrouve les mêmes attentes dans l’idéologie nazie : formation de corps sains, renaissance de la nation Allemagne. D’après Gertrud Pfister, le biologisme et l’hygiénisme racial contenus dans le national-socialisme ont eu un impact sur la manière de concevoir la santé des femmes et de nouer maternité, race et activités physiques et sportives46.

Les filles et l’Éducation Générale et Sportive : des discours sans ambiguïté

  • 47 Fatia Terfous, « La politique en faveur de l’éducation physique des jeunes filles sous Vichy : l’œu (...)
  • 48 FSCF, Tous les sports, « Marie-Thérèse Eyquem : les activités de la femme moderne », 13 juillet 194 (...)
  • 49 AN F17/14464, Compte rendu mensuel activité du bureau médical, 10 janvier-7 février 1942, n° 125 EG (...)

21En 1940, le maréchal Pétain entend substituer à l’école laïque et républicaine une école nationale qui doit procurer aux jeunes gens un corps sain et viril et, aux jeunes filles, un corps sain et gracieux. Les dirigeants politiques explicitent clairement que l’EGS, nouvelle discipline introduite dans le secteur scolaire, doit contribuer à préparer les jeunes Françaises au rôle de mère de famille47. Marie-Thérèse Eyquem soutient que « C’est pendant l’adolescence que les femmes et les mères, gardiennes des foyers et de la race, doivent se préparer à leur mission48 ». Outre le fait de confirmer que ses visées sont maternelles et eugénistes, l’EGS des filles renseigne sur la manière dont Marie-Thérèse Eyquem s’approprie certaines connaissances scientifiques et s’inspire très probablement des discours de la docteure Legrand-Lambling même si l’issue de la prise de contact du bureau médical de Paris avec les deux femmes, en février 1942, demeure inconnue49.

  • 50 FSCF, Tous les sports, « Marie-Thérèse Eyquem : les activités de la femme moderne », art. cit.
  • 51 Legrand-Lambling, « 2e addendum…», art. cit.

22Selon Marie-Thérèse Eyquem, les différences physiques et psychologiques qui séparent les deux sexes supposent d’adapter l’EGS « aux exigences de l’éducation féminine ». Elle pense que « l’organisme féminin plus fragile, surtout dans la période pré-pubertaire et pubertaire50 » implique une EGS commune aux filles et garçons avant la puberté puis une distinction. Elle semble adhérer au postulat de la docteure Yvonne Legrand-Lambling selon lequel : « L’acquisition d’une harmonie physique et d’un équilibre moral, chez la femme, doit être obtenue à chaque étape du développement et par des moyens adaptés à la psychologie féminine et à l’organisme des femmes plus fragile que celui des hommes51 ».

  • 52 Ibid.

23Marie-Thérèse Eyquem exige que les efforts demandés aux filles soient mesurés et variés à partir de la puberté qu’elle caractérise comme un moment de déséquilibre physiologique, de forte sensibilité et de fatigabilité accrue. La docteure Legrand-Lambling parle de la fragilité organique et psychologique, de la malléabilité du squelette vertébral, du développement des organes génitaux, des caractères sexuels secondaires et retient certains troubles (déséquilibres affectifs, élans excessifs) avant de proposer de doser les efforts et d’employer certains exercices pour les systèmes musculaire, squelettique et nerveux (musculature dorsale, pectorale, abdominale, exercices de détente et de précision…). Elle avance qu’au moment de la puberté : « L’éducation physique apparait comme un moyen d’équilibration particulièrement actif, comme un dérivatif remarquablement efficace des poussées affectives et sexuelles inconsidérées52 ».

24Afin de ne pas surmener l’organisme des préadolescentes et adolescentes, Marie-Thérèse Eyquem proscrit les exercices de force et propose les adaptations suivantes : limitation de la durée et de l’intensité des exercices et des sorties, réduction des distances à parcourir et du poids des engins. Certains exercices naturels (courir, sauter, grimper) sont, selon elle, préférables pour le développement des muscles abdominaux et consolider les qualités psychomotrices des filles.

  • 53 FSCF, Tous les sports, « Le sport et la femme : la rythmique et la doctrine nationale », 16 août 19 (...)
  • 54 FSCF, Tous les sports, « Marie-Thérèse Eyquem : les activités… », art. cit.

25Elle présente la rythmique comme un « complément indispensable à l’éducation physique foncière qui remplace, pour les filles, les exercices de combat (lutte, course)53 ». Elle précise que l’éducation corporelle des filles ne doit pas reposer exclusivement sur cette activité et lui confère en même temps des vertus en lien avec des traits considérés comme typiquement féminins : développement du sens artistique et de la personnalité, éducation à la volonté, sensibilité, altruisme. Par ailleurs, elle estime, qu’après la puberté, le sens de l’attitude correcte, la musculature du bassin et le renforcement de la cage thoracique sont les effets à rechercher par des exercices appropriés (correction, coordination, souplesse, équilibre) car, à cette période, les filles auraient tendance à se replier sur elles-mêmes et manqueraient de persévérance54.

  • 55 Eyquem, La femme, op.cit., p. 296. Connaissance de la psychologie féminine, autorité, efficacité, r (...)
  • 56 Legrand-Lambling, « 2e addendum…», art. cit.

26Parce qu’elle conçoit que les filles, pendant l’adolescence, demandent à être menées avec « beaucoup plus de tact et de psychologie », Marie-Thérèse Eyquem met en exergue le besoin de femmes formées et informées des « spécificités féminines » pour remplacer les hommes dans l’encadrement pédagogique55. Elle est convaincue que la monitrice peut avoir une influence et une action moralisatrice supérieure à celle du moniteur. La docteure Legrand-Lambling tient le même discours. Elle avance que l’enseignement des activités physiques doit être assuré par une femme « d’une moralité irréprochable et très instruite des particularités et sensibilité de l’organisme dont il aura à suivre et guider le développement56 ». Les deux femmes reprennent ainsi à leur compte les positions conservatrices et les idées d’un retour à un ordre moral autoritaire qui se sont exprimées avant la guerre. Elles veillent à la mise en conformité du travail pédagogique aux visées maternelles et patriotiques à travers la participation de femmes sélectionnées et formées selon les comportements attendus de l’époque (moralité, exemplarité…).

  • 57 Gertrud Pfister, « The Medical Discourse on Female Physical Culture in Germany in the 19th and Earl (...)

27Marie-Thérèse Eyquem et la docteure Legrand-Lambling mobilisent en premier lieu des connaissances biologiques, physiologiques et psychologiques, puis distingue caractères, possibilités musculaires et nerveuses, besoins hygiéniques et morphologiques des filles et enfin, détaillent les dispositions correspondantes à chaque période de transformation. Les deux femmes plaident pour une EGS différente de celle des garçons, utile à la sexualité et ses vicissitudes et préservant la santé des futures mères de la nation. Elles mettent l’accent sur le redressement du corps, les muscles sollicités lors de l’accouchement et la morale. Elles semblent déterminées à ne pas brouiller l’ordre sexué. Leurs discours traduisent en tout cas la force du courant médico-psychologique en période de Révolution nationale. Comme en Allemagne, « les arguments scientifiques et leurs axiomes sont liés non seulement à certains intérêts mais aussi à l’époque historique au cours de laquelle ils sont formulés57 ».

Institutionnalisation et essor du sport féminin : à propos de la contribution des médecins et de Marie-Thérèse Eyquem

28Les documents d’archives ne sont pas suffisants pour dire que les médecins ont joué un rôle déterminant dans l’institutionnalisation du sport féminin pendant la guerre. Rares sont celles et ceux qui se sont exprimés sur les activités physiques des (jeunes) femmes. Les quatre médecins identifiés sont proches du pouvoir mais ils ne portent pas vraiment d’intérêt aux orientations politiques de Marie-Thérèse Eyquem. Les mesures qu’elle prend ne sont jamais directement évoquées ou commentées dans les discours médicaux examinés. Aussi, la place accordée par la directrice des sports féminins aux médecins est assez réduite tout au long de la période étudiée. Elle ne semble pas avoir été accompagnée par des médecins pour élaborer sa politique et elle utilise rarement des arguments médicaux pour justifier ses vues. Malgré les convergences discursives relevées, l’alliance ou la collaboration entre Marie-Thérèse Eyquem et les médecins n’est donc pas démontrée.

  • 58 Legrand-Lambling, « 2e addendum…», art. cit.
  • 59 ADN, Les sports du Nord, 24 janvier 1942.

29Des éléments montrent, d’une autre manière, que la contribution des médecins au processus d’institutionnalisation du sport féminin est très incertaine. Par exemple, les médecins tiennent des positions antagonistes concernant l’exercice physique chez les femmes enceintes. La docteure Legrand-Lambling considère que la gymnastique médicale et l’entraînement physique pendant la grossesse ont une bonne influence sur le déroulement de l’accouchement58 alors que la commission médicale de la fédération française de basket-ball : « […] considère l’état de grossesse avérée comme une contre-indication temporaire mais absolue du sport de compétition (pourquoi pas du sport tout court ?). Les médecins habilités devront donc refuser tout certificat médical initial aux femmes enceintes59 ». La position de la Société Française de Gynécologie face au sport féminin conduit le CGEGS à réagir et à diffuser, en janvier 1942, un communiqué précisant :

  • 60 FSCF, Tous les sports, « La femme et le sport », 24 janvier 1942.

On n’a pas oublié l’émoi causé il y a quelques mois dans les milieux de l’athlétisme féminin par certaines déclarations prêtées, sinon dues à la Société Française de Gynécologie, déclarations aux termes desquelles la pratique du sport n’était point recommandable à la femme. Certaines informations (nous dit le Service des Sports féminins au Commissariat Général et aux Sports), parues dans la presse, semblaient laisser croire que la Société Française de Gynécologie, avait condamné le sport féminin. Nous tenons à préciser, en plein accord avec la Société Française de Gynécologie, que cette dernière n’a condamné que les excès des sports féminins et les compétitions féminines inconsidérées. La Société Française de Gynécologie a trouvé un écho particulièrement favorable au Commissariat Général qui avait devancé ses conclusions en organisant et en réglementant le sport féminin. Que nos sportives ne s’inquiètent donc pas et que les jeunes filles et jeunes femmes continuent à venir en foule au sport pour leur plus grand bien à condition de « savoir toujours raison garder »60.

30Il n’est pas certain que le consentement entre la Société Française de Gynécologie et le CGEGS greffé à cette déclaration d’annulation n’a pas affecté les relations entre le pouvoir et les professionnels de la santé. Le contrôle médical dans les associations sportives et les établissements d’enseignement traduit mieux la fragilité des liens entre le pouvoir et les médecins qui se plaignent du manque de soutien financier de la part de l’État et des personnels habilités à cette tâche. La question du recrutement, de la formation et des honoraires des médecins suscite des débats.

  • 61 Martinié-Dubousquet, « Une conception… », art. cit., p. 13-14.

31Le contrôle médical est aussi à l’origine des tensions entre les enseignant·es d’éducation physique qui ne croient pas à la participation efficiente des médecins dans la conduite de l’EGS et les médecins qui se sentent plus légitimes à déterminer les aptitudes des sujets aux activités physiques, à les orienter dans ce domaine et à adapter leur implication aux circonstances. C’est le cas du docteur Jacques Martinié-Dubousquet : « L’éducation physique doit être généralisée, elle doit être dirigée, le médecin y doit jouer un grand rôle. Chaque cas doit être examiné séparément et placé dans le cadre qui lui convient. Ce travail de répartition est réservé au médecin qui, s’il veut appliquer son esprit au domaine de l’éducation physique est le plus apte à juger61 ».

  • 62 Champetier de Ribes, ABC, op. cit., p. 19.
  • 63 ADN, 1W4483/9, Marie-Thérèse Eyquem, « Éducation physique et sportive féminine », EGS, n° 1, 1942.

32Ebba Champetier de Ribes ne développe pas de réflexions sur le rôle et la place des médecins dans la préparation physique des (jeunes) femmes. Pour elle, le personnel d’encadrement « doit juger de la nature et de l’importance des déficiences auxquelles il lui faudra parer et du choix des mouvements propres à les prévenir ou à les corriger62 ». Marie-Thérèse Eyquem ne se préoccupe pas quant à elle de la « concurrence » entre les enseignant·es et les médecins. Les résultats du contrôle médical conduisent, selon à elle, à deux possibilités : « Comme le garçon, la petite fille, avant de recevoir sa première leçon d’éducation physique, devra subir le contrôle médical qui la reconnaitra apte ou inapte. Inapte elle relèvera du médecin ; apte du/de la professeur·e d’éducation physique qui la classera suivant sa valeur physiologique63 ».

  • 64 Thierry Terret, “From Alice Milliat to Marie-Thérèse Eyquem : revisiting women’s sport in France (1 (...)
  • 65 Florys Castan Vicente, Marie-Thérèse Eyquem. Du sport à la politique. Parcours d’une féministe, L’O (...)
  • 66 Bernard Prêtet, Sports et sportifs sous Vichy, Nouveau Monde, 2016.
  • 67 FSCF, Tous les sports, « Joseph Pascot : le bilan général de 1943 », 25 décembre 1943.

33En raison des contradictions entre médecins au sujet de la pratique du sport chez les femmes et les frictions générées par le contrôle médical, il parait peu probable que des médecins aient joué un rôle dans l’institutionnalisation du sport féminin pendant la guerre. En revanche, le « féminisme politique »64 de Marie-Thérèse Eyquem a sans doute permis aux femmes d’accéder aux sports, voire de s’émanciper65. À l’appui des statistiques officielles, certains soutiennent que le sport féminin a progressé entre 1940 et 194466. Si l’on en juge par les chiffres de la direction des sports du CGEGS, le nombre de sportives augmente chaque année. 3 400 clubs féminins sont affiliés aux fédérations et unions d’associations en 1941 puis 5 844 en 1942. Le nombre de sections féminines serait passé de 3 700 en 1939 à 14 000 en 1943. Le nombre de licenciées a presque triplé, passant de 38 160 en 1941, 73 980 en 1942 et 102 620 en 194367.

  • 68 AN, F17/14465, Docteur Philippe Encausse, Éducation physique et sous-alimentation, influence de l’é (...)
  • 69 AN, F44/42, Champetier de Ribes, conseillère technique, correspondances avec le colonel Bernard, S/ (...)
  • 70 Jean-Louis Gay-Lescot, Sport et éducation sous Vichy (1940-1944), Lyon, Presses Universitaires de L (...)
  • 71 Terfous, « La sportive française », art. cit., p. 225-226 ; Gay-Lescot, op. cit. ; Fatia Terfous, « (...)

34Les seuls chiffres du CGEGS disponibles sur la rythmique, encouragée par Marie-Thérèse Eyquem vu sa compatibilité avec la « nature féminine », ont été relevés dans l’ouvrage du docteur Encausse68. Ils montrent que, dans les 47 associations de rythmique déclarées au CNS en 1942-1943, 860 cartes sportives auraient été délivrées situant ainsi la rythmique au 28e rang du classement des 35 disciplines sportives. Ce ne sont pas les remises en cause de la docteure Ebba Champetier de Ribes concernant l’obligation faite aux enseignant·es d’adopter la rythmique qui expliquent son insuccès69. Les installations matérielles et la formation des maître·sses nécessaire à son application ont été de réelles sources de problème pour les chef·fes d’établissements scolaires70. En bref, nous pensons que les chiffres de la pratique sportive féminine pendant la guerre, donnés par le CGEGS et CGS, sont surestimés71.

  • 72 Castan Vicente, Marie-Thérèse Eyquem, op. cit., p. 48.

35Il est difficile de croire que l’organisation « sexuée », « normalisée » et « moralisée » en phase avec un « éternel féminin » portée par une femme (Marie-Thérèse Eyquem) et partagée par certains médecins (dont au moins deux femmes) a permis au plus grand nombre de Françaises d’accéder aux activités physiques, d’accroitre la reconnaissance des sportives et/ou de participer à une meilleure acceptation (sociale) de ces dernières. Notamment parce que Joseph Pascot (second commissaire au CGS) ne s’intéresse pas au travail de Marie-Thérèse Eyquem et que le durcissement de l’Occupation entrainent une diminution du budget consacré au « sport féminin » à partir de 194272.

Conclusion

36Si nos sources ne rendent qu’imparfaitement compte du positionnement des médecins, des liens entre eux et avec la directrice des sports féminins au sujet des activités physiques des Françaises, c’est probablement parce que la régénération virile est la priorité du régime de Vichy. Les discours politiques et médicaux analysés sont toutefois en relation avec deux piliers de la Révolution nationale : la famille et la patrie.

37Marie-Thérèse Eyquem et les médecins s’accordent sur le fait que la préparation physique des Françaises est un moyen de garantir de saines maternités et de régénérer la race. Ils considèrent les femmes comme « fragiles », « inférieures » et « incapables » (au plan physique/sportif entre autres) en raison de leur « nature » et s’appuient sur les rôles sociaux traditionnels pour dégager un corpus d’exercices corporels jugés légitimes et illégitimes et pour souligner l’importance de former des femmes cadres. Les discours convergent mais l’approche adoptée ne permet pas d’avancer l’idée d’un « impérialisme médical » sur le terrain précis du sport féminin. La Seconde Guerre mondiale ne semble pas avoir fourni aux médecins l’occasion de conquérir un espace de représentativité (supplémentaire) ou de consolider leur légitimité (auprès du pouvoir) sur ce front.

38Il est aussi impossible de confirmer que la participation des femmes aux activités physiques a progressée entre 1940 et 1944 et que Marie-Thérèse Eyquem pense émanciper les femmes par le sport au cours de cette période. Beaucoup persistent alors à ne voir dans les pratiques culturelles et sportives que distraction, besoin d’évasion ou esprit de résistance en raison de la présence des Allemands dans les zones d’occupation et/ou des conditions de vie particulièrement difficiles à cette époque.

Haut de page

Notes

1 Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin. Contribution à une sociologie politique de l’ordre des corps, Paris, Le Seuil, 1996.

2 Françoise Thébaud, « Féminisme et maternité : les configurations du siècle », in Yvonne Knibiehler, Maternité, affaire privée, affaire publique, Paris, Bayard, 2001, p. 29-47.

3 Georges Duby, Michelle Perrot et Françoise Thébaud (dir.), Histoire des femmes en Occident. Le XXe siècle, Paris, Plon, 1992, p. 185-209 ; Christophe Capuano, Vichy et la famille. Réalités et faux semblants d’une politique publique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009 ; Éric Jennings, « Discours corporatiste, propagande nataliste, et contrôle social sous Vichy », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 49, 2002, p. 101-131.

4 Fabrice Virgili, dir., « Les lois genrées de la guerre », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 39, 2014, p. 7-17 ; Luc Capdevila et Fabrice Virgili, « Guerre, femmes et nation en France (1939-1945) », Institut d’Histoire du Temps Présent, 2000, http://www.ihtp.cnrs.fr.

5 Robert A. Nye, « Médecins, éthique médicale et État en France 1789-1947 », Le Mouvement Social, 214, 2006, p. 19-36.

6 Muel-Dreyfus, Vichy, op. cit., p. 289-356.

7 Ibid., p. 291.

8 Alain Corbin, « La rencontre des corps », in Alain Corbin, dir., Histoire du corps. Tome 2. De la révolution à la Grande guerre, Paris, Le Seuil, 2005, p. 149-214.

9 Baptiste Viaud, Panser les deux mondes. Médecins et sports : entre principes hippocratiques et performances, Thèse de doctorat de sociologie, Université de Nantes, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, 2009-2010, p. 82.

10 Anaïs Bohuon et Antoine Luciani, « Biomedical discourse on women’s physical education and sport in France (1880-1922), The international journal of the history of sport, 26, 2009, p. 573-593.

11 Anaïs Bohuon, Entre santé et pathologie : discours médical et pratique physique et sportive féminine (1880-1922 »), Thèse de doctorat en STAPS, Université Paris XI, 2008. Anaïs Bohuon, « Entre perversion et moralisation : les discours médicaux au sujet de la pratique physique et sportive des femmes à l’aube du xxe siècle », Corps, 7, 2009, p. 99-104.

12 En tout cas pas dans le versement 20000243 (organisation, comptes rendus de sessions du conseil supérieur de l’ordre national des médecins, circulaire, dossiers disciplinaires) consulté aux Archives Nationales-AN.

13 Baptiste Viaud, « Le contrôle des populations sous le régime de Vichy (1940-44), une aubaine pour la médecine du sport », Vesalius, Acta internationalia historiae medicinae, 2, 2010, p. 63-67.

14 AN F17/13367, Jacques Martinié-Dubousquet, « Une conception de l’éducation physique ». D’après la mention des archivistes, ce document est publié immédiatement après l’armistice.

15 Archives départementales du Nord-ADN, 1W4483/8, Luc Durtain, « Conférence sur le sport féminin à la Sorbonne », revue EGS, VI, avril, mai, juin 1943, non paginée.

16 AN, F44/37, Docteur Legrand-Lambling, « 2e addendum, L’éducation physique féminine et ses particularités », 1940, non paginé. Ce médecin a contribué à l’élaboration d’une fiche dite physiologique destinée au contrôle médical scolaire. Elle a été désignée par le CGEGS pour étudier la question de l’EGS et la sous-alimentation (AN F17/14464, AN F17/14465).

17 BNF, 8-V-55960, Ebba Champetier de Ribes, ABC d’éducation physique féminine, Paris, Éd. Chiron, 1942, préface du docteur Yvonne Legrand-Lambling dans laquelle elle souligne l’autorité incontestable d’Ebba Champetier de Ribes, p. 1.

18 Michel Caillat, L’idéologie du sport en France depuis 1880 : race, guerre et religion, Paris, Éd. de la Passion, 1989 ; Alain Derlon, Sport, nationalisme français et régénération de la race 1886-1914, Paris, L’Harmattan, 2008.

19 Colette Guillaumin, Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de nature, Paris, Côté-femmes, 2016.

20 Le traitement des données textuelles a consisté à établir des catégories reposant sur différents critères (thèmes, acteurs, événements, arguments, pratiques, modèles) afin de rechercher des similarités chez les politiques, chez les médecins mais aussi des différences entre les politiques et les médecins.

21 AN, sous-séries F/44 (CGEGS) et F/17 (Instruction publique et CGS) ; série 2 AG (archives du cabinet du chef de l’État 1940-1944).

22 Tous les Sports, hebdomadaire officiel des fédérations sportives françaises et du comité national des sports, consulté à la Fédération Sportive et Culturelle de France-FSCF. EGS, bulletin mensuel du CGS et Stades : revue de l’éducation générale et des sports consultés aux ADN.

23 Marie-Thérèse Eyquem, La femme et le sport, J. Susse, 1944.

24 Luc Robène, dir., Le sport et la guerre, XIXe et XXe siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, 249-291.

25 Fatia Terfous, « “La sportive française” entre Révolution nationale et commandement allemand », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, 36, 2012, p. 209-234.

26 Laurence Munoz, « Marie-Thérèse Eyquem (1913-1978) au moment de l’occupation », in Pierre Arnaud, Thierry Terret, Jean-Philippe Saint-Martin et Pierre Gros, dir., Le sport et les Français pendant l’Occupation 1940-1944, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 65-72.

27 FSCF, Tous les sports, « Marie-Thérèse Eyquem nous parle du sport féminin », 12 juillet 1941.

28 Les réflexions féministes ont bien montré la capacité de régénérescence de la domination masculine ainsi que l’impossibilité d’envisager la « féminité » de façon autonome, autrement que comme élément constitutif d’un système socioculturel très stable ou « masculinité » et « féminité » sont interdépendants et construisent des relations de hiérarchie et de domination. Ilana Löwy, L’emprise du genre. Masculinité, féminité, inégalité, Paris, La Dispute, 2006 ; Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Le Seuil, 1998.

29 FSCF, Tous les sports, « Marie-Thérèse Eyquem nous parle du sport féminin », art.cit.

30 ADN 1W4483/9, « Marie-Thérèse Eyquem, La doctrine nationale dans les associations sportives féminines », EGS, avril, mai, juin 1943.

31 Champetier de Ribes, ABC, op. cit., p. 3.

32 Durtain, « Conférence … », art. cit.

33 FSCF, Tous les sports, « Marie-Thérèse Eyquem : comment est organisé le sport féminin », 17 janvier 1942.

34 Durtain, « Conférence… », art. cit.

35 Eyquem, La femme, op.cit, p. 50.

36 Martinié-Dubousquet, « Une conception… », art. cit., p. 28.

37 Le Grand-Lambling, « 2e addendum…», art. cit.

38 Champetier de Ribes, ABC, op. cit., p. 20.

39 Durtain, « Conférence … », art. cit.

40 Ibid.

41 Martinié-Dubousquet, « Une conception… », art. cit., p. 29.

42 Joël Lebeaume, L’enseignement ménager en France. Sciences et techniques au féminin, 1880-1980, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014, p. 97.

43 ADN, 1W4483/9, Marie-Thérèse Eyquem, « La doctrine nationale dans les associations sportives féminines », art. cit.

44 Loïc Szerdahelyi, « Femmes d’action ». Parcours d’enseignantes d’EPS en France, des recrutements séparés à la mixité des concours (1941-1989), Thèse de doctorat en STAPS, Université de Lyon 1, 2014.

45 Gigliola Gori, « Féminité et esthétique sportive dans l’Italie fasciste », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, 23, 2006, p. 93-118.

46 Gertrud Pfister, « Activités physiques, santé et construction des différences de genre en Allemagne », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, 23, 2006, p. 45-73.

47 Fatia Terfous, « La politique en faveur de l’éducation physique des jeunes filles sous Vichy : l’œuvre de Marie-Thérèse Eyquem (1940-1944) », Carrefours de l’éducation, 30, 2010, 133-148.

48 FSCF, Tous les sports, « Marie-Thérèse Eyquem : les activités de la femme moderne », 13 juillet 1941.

49 AN F17/14464, Compte rendu mensuel activité du bureau médical, 10 janvier-7 février 1942, n° 125 EGSP. /5.

50 FSCF, Tous les sports, « Marie-Thérèse Eyquem : les activités de la femme moderne », art. cit.

51 Legrand-Lambling, « 2e addendum…», art. cit.

52 Ibid.

53 FSCF, Tous les sports, « Le sport et la femme : la rythmique et la doctrine nationale », 16 août 1941.

54 FSCF, Tous les sports, « Marie-Thérèse Eyquem : les activités… », art. cit.

55 Eyquem, La femme, op.cit., p. 296. Connaissance de la psychologie féminine, autorité, efficacité, rigueur, influence, action moralisatrice supérieures ou différentes de la monitrice comparativement au moniteur sont les motifs invoqués par l’auteure.

56 Legrand-Lambling, « 2e addendum…», art. cit.

57 Gertrud Pfister, « The Medical Discourse on Female Physical Culture in Germany in the 19th and Early 20th Centuries », Journal of Sport History, 17, 1990, p. 183-199.

58 Legrand-Lambling, « 2e addendum…», art. cit.

59 ADN, Les sports du Nord, 24 janvier 1942.

60 FSCF, Tous les sports, « La femme et le sport », 24 janvier 1942.

61 Martinié-Dubousquet, « Une conception… », art. cit., p. 13-14.

62 Champetier de Ribes, ABC, op. cit., p. 19.

63 ADN, 1W4483/9, Marie-Thérèse Eyquem, « Éducation physique et sportive féminine », EGS, n° 1, 1942.

64 Thierry Terret, “From Alice Milliat to Marie-Thérèse Eyquem : revisiting women’s sport in France (1920-1960)”, The international journal of the history of sport, 27, 2010, p. 1154-1172.

65 Florys Castan Vicente, Marie-Thérèse Eyquem. Du sport à la politique. Parcours d’une féministe, L’Ours, 2009.

66 Bernard Prêtet, Sports et sportifs sous Vichy, Nouveau Monde, 2016.

67 FSCF, Tous les sports, « Joseph Pascot : le bilan général de 1943 », 25 décembre 1943.

68 AN, F17/14465, Docteur Philippe Encausse, Éducation physique et sous-alimentation, influence de l’éducation physique et sportive sur la jeunesse en fonction de l’alimentation actuelle, Paris, Académie de Médecine, Henri Dangles éditeur, 1944, p. 40-41. Le docteur Encausse est un collaborateur de la première heure du service médical du CGEGS. En 1941 et 1942, il est sous-chef du bureau médical de Paris-CGS.

69 AN, F44/42, Champetier de Ribes, conseillère technique, correspondances avec le colonel Bernard, S/dir. EGS, Vichy, le 27 janvier 1943.

70 Jean-Louis Gay-Lescot, Sport et éducation sous Vichy (1940-1944), Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1991, p. 160-161.

71 Terfous, « La sportive française », art. cit., p. 225-226 ; Gay-Lescot, op. cit. ; Fatia Terfous, « Le sport sous l’occupation : regards croisés sur les chiffres rendus par le Commissariat général à l’éducation générale et aux sports (1940-1942) », Movement & Sport Sciences, 73, 2011, p. 55-58.

72 Castan Vicente, Marie-Thérèse Eyquem, op. cit., p. 48.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fatia Terfous, « Femmes et activités physiques sous le régime de Vichy : politiques et enjeux médicaux », Genre & Histoire [En ligne], 21 | Printemps 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3181

Haut de page

Auteur

Fatia Terfous

Laboratoire ACTé EA 4281, Université Clermont Auvergne. Courriel : fatia.terfous@uca.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page