Navigation – Plan du site
Varia

L’engagement collectif des femmes : de l’expérience militante à l’institutionnalisation, l’exemple du Centre rennais d’information des femmes (1976-1982)

Women’s collective engagement: from the militant experience to institutionalisation, the example of the Centre d’information des femmes, Rennes (1976-1982)
Blandine Lefierdebras

Résumés

Entre 1976 et 1982, une large partie des groupes et organisations rennaises agissant pour la cause des femmes se rassemblent pour penser la création d’un lieu d’information pour les femmes. Le contexte socio-politique national et local favorise cette initiative. Le développement des CIF, Centre d’information féminin depuis 1972 sur l’ensemble du territoire vient offrir une perspective d’appartenance à un réseau de centre d’information. La dynamique associative rennaise, soutenue par les municipalités successives, vient étayer et soutenir le travail de ces femmes qui choisissent de s’investir dans ce projet. C’est dans ce contexte que ce groupe de femmes va se positionner à deux reprises à l’égard des possibilités qui s’offrent à elles à savoir, d’adhérer au CIF au début du projet et au CIDF Centre d’information des droits des femmes à partir de 1981. Plusieurs facteurs favorisent finalement l’adhésion de ce collectif à une association institutionnelle de l’administration des droits des femmes à partir de 1981. Après avoir présenté les éléments de la genèse du projet permettant d’imaginer une institutionnalisation, nous analyserons le rôle joué par la politique municipale pour enfin décrypter les successions de positions qui ont abouti à une institutionnalisation du CRIF.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sandrine Dauphin, « Les associations de femmes et les politiques d’égalité en France  : des liens a (...)

1Le projet de créer le Centre rennais d’information des femmes émerge au milieu de la décennie 1970, période particulièrement dynamique pour le mouvement d’émancipation des femmes. Des associations féminines actives depuis la fin du xixe siècle continuent à agir sur le territoire aussi bien au plus proche des femmes (dans les milieux ruraux et urbains) qu’auprès des pouvoirs publics pour modifier et améliorer la « condition féminine »1. Grâce à leur ancrage dans la société civile et politique, elles réussissent à atteindre l’oreille politique afin d’initier à petits pas des changements pour les droits des femmes. Leurs positions n’interrogent, ni ne remettent en cause la structure de la société comme étant à l’origine des inégalités. Par ailleurs pourtant, l’action et la pensée féministe sont en pleine effervescence et dénoncent la société patriarcale analysée comme source de l’oppression des femmes. Ce mouvement radical interpelle et bouscule la société, mettant sous pression un pouvoir politique contraint à agir. Ces deux tendances jouent chacune un rôle imposant une prise en compte des revendications des femmes par l’État.

  • 2 Archives municipales de Rennes, fonds OSCR 23Z397, compte rendu réunion du 18 février 1976.
  • 3 Issu d’une recherche faite dans le cadre d’un mémoire de master d’histoire dirigé par Martine Cocau (...)

2Dans cette mouvance générale, des Rennaises s’engagent à partir de février 1976 (date d’une première rencontre de travail autour de la question de l’information féminine2), pour créer un lieu où les femmes trouveraient écoute, information et orientation utiles à leurs besoins. En janvier 1980, celui-ci prend la forme d’une association : le CRIF, Centre rennais d’information des femmes qui devient en octobre 1981 l’un des CIDF, Centres d’information des droits des femmes. Cet article3 se concentre sur la séquence 1976-1982, période de maturation du projet et de son expérimentation bénévole, avant son adhésion à la charte des CIDF en octobre 1981.

  • 4 Laure Bereni, De la cause à la loi. Les mobilisations pour la parité politique en France (1992-2000 (...)
  • 5 Lydie Porée, Contraception, avortement : les mobilisations à Rennes pour la liberté de procréer. Hi (...)

3Le projet de création du CRIF regroupe de nombreuses actrices et organisations qui agissent pour les droits des femmes, formant ainsi un « espace de la cause des femmes ». Nous avons emprunté ce concept d’« espace de la cause des femmes » à Laure Bereni qu’elle définit comme un « ensemble des collectifs – et leurs participantes – qui luttent au nom des femmes et pour les femmes, quels que soient les termes de la lutte et la sphère dans laquelle elle se déploie4 », afin non seulement de dépasser la difficile attribution de la qualité de « féministe » à tel ou tel groupe ou personne, mais aussi pour sa propension à interroger les relations entre les différents collectifs rennais de l’espace de la cause des femmes. Pendant la décennie 1970, celui-ci est composé de groupes variés. À Rennes se côtoient des associations féminines et familiales : l’Association des femmes chefs de famille AFCF, l’Union féminine civique et sociale UFCS, l’Union des femmes françaises UFF, les associations de veuves civiles et de veuves de guerre, le planning familial, des groupes Femmes, les groupes mobilisés pour l’avortement et la contraception jusqu’à 19745. Chaque groupe joue un rôle dans le mouvement d’émancipation des femmes avec ses modalités d’action, ses objets de prédilections et ses positionnements idéologiques propres. Le projet de CRIF va rassembler autour de la question de l’information des droits une partie d’entre elles.

  • 6 Notamment Fabrizio Cantelli, Ludivine Damay et Jean-Yves Donnay, « Pour une sociologie politique de (...)

4Les travaux sur l’institutionnalisation du champ associatif6 nous ont permis d’identifier les enjeux relationnels entre associations et institutions mais également le processus d’institutionnalisation de la cause des femmes, c’est-à-dire la manière dont les pouvoirs publics s’intéressent et s’approprient progressivement un champ en cours de développement dans la France des années 1960. Le projet du CRIF prend une dimension particulière puisqu’il rencontre la préoccupation de l’Etat pour l’information des femmes sur leurs droits.

  • 7 L’Office social et culturel (OSC) se transforme en Office social et culturel rennais (OSCR) en 1977 (...)

5Par ailleurs, le contexte socio-politique rennais joue un rôle clé dans ce projet notamment à travers l’Office social et culturel/Office social et culturel rennais (OSC-OSCR)7, association municipale ayant une fonction support pour le développement associatif de la ville de Rennes. La municipalité rennaise bascule aux élections municipales de 1977. Le centre droit, représenté depuis 1953 par Henri Fréville, est remplacé par l’Union de la gauche menée alors, à Rennes, par Edmond Hervé. L’importance de l’action sociale et culturelle animée par le secteur associatif déjà présent dans la politique municipale d’Henri Fréville, va être renforcée par la nouvelle municipalité.

6Dans ce contexte social et politique, on peut se demander quelles dynamiques ont porté les militantes du CRIF vers ce projet. Quels sont les facteurs qui ont favorisé une institutionnalisation ? Après avoir présenté les éléments de la genèse du projet permettant d’imaginer une institutionnalisation, nous analyserons le rôle joué par la politique municipale pour enfin décrypter les positions successives qui ont abouti à une institutionnalisation du CRIF.

L’information des femmes sur leurs droits au croisement des préoccupations associatives et institutionnelles à Rennes

  • 8 Archives Municipales de Rennes, fonds OSCR, 23Z156, 23Z157, 23Z397.

En 1976, certaines associations féminines et familiales se retrouvent régulièrement dans le cadre de commissions au sein de l’OSC-OSCR8. À l’occasion d’échanges, elles observent que les sollicitations des femmes au cours de leurs permanences respectives portent sur des sujets similaires (droits de la famille, insertion professionnelle, etc.). L’idée émerge alors d’unir leurs forces afin d’offrir une information à toutes les Rennaises.

7Dans un premier temps, l’Association des femmes chefs de famille (AFCF), l’Union féminine civique et sociale (UFCS) et l’Union des femmes françaises (UFF), sont à l’origine d’une dynamique permettant la création du CRIF. Alors qu’elles sont en apparence très différentes, elles vont travailler ensemble.

  • 9 Sandra Fayolle, L’Union des Femmes Françaises : une organisation féminine de masse du parti communi (...)
  • 10 Sur la période étudiée, nous avons repéré cinq noms de militantes dans les sources.
  • 11 Soutien des ouvrières de la SPLI (Société parisienne de lingerie indémaillable) en 1978 avec la mis (...)

8L’UFF est une organisation de masse du Parti communiste français créée en 19459. Le manque de sources nous empêche d’avoir une vision suffisante de la réalité de cette association sur la période étudiée à Rennes. Il semble néanmoins que le nombre d’adhérentes soit en constante diminution dans les années 1970 et le nombre de militantes actives peu élevé10. D’une manière générale, l’UFF développe des actions permettant l’amélioration du quotidien et la défense des droits des femmes et des familles. À Rennes, l’association tient des permanences d’information à destination des femmes, et mène quelques actions de soutien à des mouvements de grève par exemple11.

  • 12 Archives municipales de Rennes, fonds Anne Cogné, 10Z217.

9L’histoire de l’UFCS, association issue du catholicisme social, est mieux connue localement grâce à des sources plus nombreuses. Créée à Paris en 1925, elle se dote d’une antenne rennaise visible après 1945. Son nombre d’adhérentes est également en diminution sur la période étudiée. De 75 adhérentes en 1975, on passe à 19 adhérentes en 198312. La section rennaise semble mener de nombreuses actions de formation et d’information sur les droits des femmes.

  • 13 Archives privées de l’Association des femmes chefs de famille.

10L’AFCF, créée à Rennes en juin 1969, est rattachée aux associations familiales, mais ne rassemble que des femmes (comme d’ailleurs l’UFF et l’UFCS). L’association est composée d’une soixantaine d’adhérentes en 1978. Elle connaît progressivement les mêmes difficultés de renouvellement. Ses actions portent spécifiquement sur le soutien de femmes seules chargées d’enfants (à la suite d’un veuvage, d’une séparation, etc.), la tenue de permanences d’information sur leurs droits, des actions permettant de rompre l’isolement, ainsi que sur la mise en place puis la gestion à partir d’août 1977 d’un centre d’hébergement pour les femmes seules avec enfants13.

11Ces trois associations sont marquées par des identités théoriquement assez éloignées les unes des autres. L’AFCF fonctionne comme un groupe d’entraide, les militantes partagent toutes le même vécu (se retrouver seules en charge d’enfants). Leur mouvement revendique des liens idéologiques avec un projet de société socialiste, mais elles accueillent toutes les femmes, quelles que soient leurs opinions. L’UFF est directement rattachée au PCF, mais l’objectif est de rassembler des femmes venant d’horizons divers. Quant à l’UFCS, tout en souhaitant maintenir une image apolitique et non confessionnelle, elle tisse clairement des liens avec des conceptions politiques proches du centre droit et d’une appartenance confessionnelle catholique. La possibilité d’un travail en commun entre ces trois structures semblait a priori peu envisageable.

12Pourtant, plusieurs facteurs permettent une entente sur un projet commun. Avant tout, signalons que les positions des militantes rennaises de ces trois associations féminines ne sont pas toujours en rapport avec les conceptions dominantes de leur mouvement associatif. De plus, les rencontres régulières entre les présidentes A. Cogné (UFCS), A. Couasnon (AFCF) et N. Bigot (UFF) au sein de l’OSC-OSCR, leur permettent de tisser des liens interpersonnels. Elles ont également en commun l’ambition d’être des interlocutrices représentatives auprès des pouvoirs publics afin de faire remonter leur expertise de terrain, avec une volonté d’exercer une influence, tout en restant attachées à leur autonomie, leur esprit critique et leur indépendance. Enfin, ces trois associations partagent le constat préoccupant de l’essoufflement des militantes et des difficultés de renouvellement remettant en cause leurs capacités à maintenir leurs actions auprès des femmes. Les militantes actives font preuve d’une grande motivation et d’un certain dynamisme, mais elles ne sont pas suffisamment nombreuses.

  • 14 Sandrine Dauphin, L’État et les droits des femmes : des institutions au service de l’Egalité ?, Ren (...)
  • 15 Lydie Porée, Contraception, avortement…, op. cit.
  • 16 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, fonds de la délégation régionale aux droits des femmes, (...)
  • 17 Archives municipales de Rennes, fonds OSCR 23Z397, compte-rendu réunion du 18 février 1976.
  • 18 Marie Traisnel, Du militantisme au féminisme d’Etat : les enjeux de la communication du Centre d’in (...)
  • 19 Dauphin, L’État et les droits des femmes, op. cit., p. 25.

13Les associations féminines siègent dans plusieurs commissions et participent au fonctionnement de l’OSC-OSCR, association municipale qui joue un rôle de ciment entre les associations. C’est là le lieu d’émergence de ce projet d’initiative militante locale qui rencontre une politique nationale de mise en place de Centres d’information féminin (CIF). En effet, le secrétariat d’État à la Condition féminine, créé en juillet 1974, nomme sur l’ensemble du territoire des déléguées régionales à la Condition féminine14 qui ont la double mission de faire remonter la réalité de la vie des femmes de leur région au niveau national et de diffuser une information à l’initiative du secrétariat d’État dans les régions. Elles ont également pour rôle d’encourager localement la création de CIF. Pour cela, elles rencontrent régulièrement les actrices de terrain. Bien que conviées, toutes ne participent pas aux rencontres (notamment les groupes militants pour la liberté de l’avortement15 et les groupes Femmes). La participation de l’UFF, de l’UFCS et de l’AFCF aux réunions organisées par la première déléguée régionale à la Condition féminine, Mme Pichon, nous indique qu’il n’y a pas d’opposition de principe à discuter avec la représentante de l’État. Cela ne signifie pas pour autant qu’elles acceptent et partagent les positions du gouvernement. Au cours de la réunion du 6 février 1976, la déléguée régionale évoque la possibilité de créer un CIF à Rennes16, mais dès le départ émerge une question importante : « Est-ce le rôle des associations ou celui d’une administration ?17 ». Les associations considèrent que les CIF remplissent des missions qui relèvent du service public. Le CIF « national », créé en 1972, est une association financée et gérée directement par le Premier ministre. Son rôle est de coordonner l’information spécifique à destination des femmes et des familles sur leurs droits. Il est pensé comme un « relais entre les femmes et l’Etat18 » et voué à se développer sur l’ensemble du territoire pour devenir un « service d’intérêt public19 » mais sans attribution de moyens de fonctionnement. Les CIF se développent en région du fait d’initiatives associatives. D’après les témoignages recueillis, par R.-M. Painvin, déléguée régionale à la Condition féminine de Bretagne de 1977 à 1981, n’a pas insisté pour que les associations s’engagent dans la création d’un CIF à Rennes, bien que cela soit une directive nationale. Les représentantes des associations perçoivent donc cette idée comme une proposition, et non comme une commande. Elles ne s’emparent pas directement de cette proposition, sans pour autant l’écarter.

14Dès son démarrage, le projet du CRIF, bien qu’issu d’une volonté associative, s’inscrit dans un lien avec les institutions tout en revendiquant son autonomie. La proposition de créer un CIF, pensé par une politique nationale, est loin de rassembler l’adhésion et le soutien complet des militantes, sans pour autant qu’elles la rejettent d’emblée par principe.

Le rôle joué par la politique municipale

  • 20 Archives municipales de Rennes, fonds OSCR 23Z397, compte-rendu réunion du 18 février 1976.

15Un groupe de réflexion se forme pour penser l’éventuelle mise en place d’un lieu d’information pour les femmes à Rennes, qu’il s’agisse ou non, d’un CIF, dès février 1976 avec le soutien de l’OSC-OSCR20. Ce groupe est alors constitué des trois associations d’origine (UFCS, UFF, AFCS), et s’ouvrent aux autres groupes de femmes qui souhaitent s’y investir. Il ne s’agit pas d’un groupe fermé. Chaque association est représentée par une personne au moins. Son objectif est de dresser un état des lieux des associations et institutions délivrant une information à destination des femmes à Rennes et d’étudier précisément ce qu’est un CIF. Ce travail, ponctué par des réunions mensuelles, se prolonge jusqu’en février 1978.

  • 21 Céline Mornet, La politique de soutien à la vie associative à Rennes, de la contractualisation cent (...)
  • 22 Entretien personnel avec Mme A. Hélias, ancienne élue à la municipalité de Rennes, 8 juillet 2016.
  • 23 Frank Bourgeot, Histoire de l’office social et culturel OSC entre 1960 et 1977, mémoire de maîtrise (...)
  • 24 Entretien personnel avec Mme A. Hélias, ancienne élue à la municipalité de Rennes, 8 juillet 2016.

16Le contexte socio-politique rennais est l’un des éléments explicatifs de la spécificité de ce projet collectif et l’un des facteurs de l’institutionnalisation du CRIF. La municipalité de centre-droit d’Henri Fréville, et surtout l’équipe socialiste d’Edmond Hervé à partir de 1977, sont toutes les deux en partie issues du monde associatif21. Elles attachent une importance aux actions des associations, vecteurs de dynamisme et de participation de la société civile à l’échelle municipale22 dont l’OSC puis l’OSCR sont l’un des outils majeurs23. Bien que l’OSC-OSCR soit l’instrument des deux municipalités successives (son conseil d’administration est dirigé par la municipalité et il est financé intégralement par elle), ses acteurs jouissent et surtout revendiquent une certaine autonomie par rapport au pouvoir politique, sans doute du fait de cet attachement des municipalités rennaises aux mouvements d’éducation populaire et associatifs24. Cette autonomie de pensée permet à l’OSC-OSCR d’être porteur et soutien des initiatives collectives entre associations adhérentes issues des secteurs socio-culturels. Il se propose donc d’être un soutien technique à l’élaboration de projet à l’initiative d’associations féminines. Cette fonction support influence la méthode et les idées portées par les fondatrices du CRIF. L’OSC-OSCR donne notamment l’image qu’il est possible d’être une émanation des pouvoirs publics, de maintenir une action cohérente et de garder une certaine autonomie. Les trois associations à l’origine du projet du CRIF participent depuis environ quinze ans à l’OSC. Leurs militantes ont donc pu voir à l’œuvre un exemple rassurant d’association sous la coupe d’une institution, faisant preuve d’esprit critique, d’initiative et toujours porteuse de l’esprit associatif cher aux militantes du CRIF. Le lien avec la municipalité permet en retour d’avoir une influence auprès d'elle en faisant directement remonter les besoins identifiés par les acteurs de terrain. Cela marque vraisemblablement les participantes à ce projet, qui adhérent à cette conception du rôle associatif.

  • 25 Ibid.
  • 26 Émilie Binois, La victoire de la Gauche Unie aux élections municipales de mars 1977 à Rennes, mémoi (...)
  • 27 La coordination des groupes femmes de Rennes se structure en association en 1978 sous le nom de Cer (...)
  • 28 Archives municipales de Rennes, fonds direction du développement culturel, 830W14, article paru dan (...)

17Par ailleurs, la municipalité dirigée par Edmond Hervé est favorable au projet des associations féminines pour plusieurs raisons. Tout d’abord du fait de sa volonté politique de s’appuyer sur les actions de la société civile, elle appuie toute initiative de construction d’un projet favorisant le lien social. Cela dit, le soutien à ce projet semble être le résultat d’une certaine opportunité politique. La question du droit des femmes n’est en effet pas abordée dans son programme politique de 1977 alors qu’elle suscite largement le débat au niveau national. Ce n’est alors pas au cœur des préoccupations de cette jeune équipe municipale, malgré sa volonté que des femmes prennent des responsabilités en son sein et une relative bienveillance vis-à-vis des mouvements visant l’émancipation des femmes25. Pour la campagne d’Edmond Hervé de 1977, sur une liste de 43 noms, 6 femmes se présentent, soit 14 %. En comparaison, lors de cette même campagne les conseils municipaux bretons sont composés de 9 % de femmes, ce qui est légèrement supérieur aux autres régions26. En revanche, l’équipe municipale fait preuve de méfiance à l’égard des groupes d’extrême-gauche et d’une partie de leurs militantes. Cela se manifeste notamment lorsque la coordination des groupes Femmes à Rennes27 sollicite un local auprès de la municipalité pour créer une Maison des femmes. Associée aux réseaux militants d’extrême-gauche, leur demande est rejetée28, alors que la municipalité attribue en général facilement des locaux aux associations rennaises. Le projet du CRIF correspond ainsi davantage aux modalités d’action que la municipalité considère comme acceptables pour contribuer à l’émancipation des femmes.

18Le groupe de travail interne à l’OSC-OSCR, rassemblant plusieurs associations en vue de la création d’un lieu d’information pour les femmes, émerge donc dans un contexte où les relations entre politiques locales et associations sont favorisées et habituelles. La municipalité est doublement propice à ce projet puisqu’il permet de soutenir une initiative modérée en faveur des femmes et de développer un projet vecteur de lien social. Les associations féminines à l’initiative du projet, bien que tenant fermement à leur autonomie d’action et de pensée, ne rejettent pas d’emblée les politiques publiques et les institutions qui les mettent en œuvre, contrairement à d’autres groupes militants. Cet élément décisif va permettre la réflexion du groupe, sans exclure une adhésion à une démarche institutionnelle.

D’une charte à une autre ? L’évolution des positionnements du CRIF par rapport aux politiques publiques du droit des femmes

19Entre février 1976 et février 1978, le groupe se rencontre régulièrement et construit un projet avec comme modèle la structuration des CIF sans pour autant avoir décidé de sauter le pas. Le projet s’élabore dans les moindres détails, jusqu’à la rédaction de statuts, d’un calendrier pour la mise en œuvre (préparation d’une documentation, formation des informatrices bénévoles, aménagement d’un local), et d’un budget prévisionnel. Les trois associations d’origine ont invité d’autres actrices à venir les rejoindre, mais restent à une place centrale dans ce projet et fournissent l’investissement le plus important en temps et en personnes. Des « personnes physiques » forment un quatrième groupe qui s’implique fortement dans le projet du CRIF, intégrant le « noyau dur » de ce collectif. Il s’agit de femmes qui ne sont ni adhérentes, ni représentantes d’une association, et qui se sont associées à ce projet que par intérêt personnel. M. N. Lostis est l’une d’elle, qui devient la première présidente du CRIF en 1980. L’assiduité aux réunions et le travail réalisé par ces quatre composantes font que ce sont elles qui orientent la construction du projet, même si plus ponctuellement d’autres associations participent aux réunions et au travail effectué (les veuves civiles et les veuves de guerre, des membres des groupes Femmes, le planning familial). Si la participation ponctuelle de femmes issues des groupes Femmes et du planning familial montre que ce projet leur est connu et qu’elles y sont conviées, elles ne s’y impliquent pas pour autant. Ces militantes agissent dans des sphères militantes différentes (pas d’adhésion à l’OSC-OSCR, environnement politique et social différent), et portent d’autres actions. Le manque de sources suffisantes autour de cette question ne nous permet malheureusement pas de formuler des hypothèses sur les raisons de leur participation distante.

  • 29 Archives municipales de Rennes, fonds OSCR 1976-1979, 23Z397, documents de définition du projet CIF (...)
  • 30 Ibid.
  • 31 Dauphin, L’État et les droits des femmes, op. cit.
  • 32 Archives municipales de Rennes, fonds OSCR 1976-1979, 23Z397, documents de définition du projet CIF (...)
  • 33 Ibid.
  • 34 Archives municipales de Rennes, fonds OSCR 23Z397, compte rendu réunion du 20 avril 1978.
  • 35 Ibid.

20Au cours de ces deux années de travail, les réflexions collectives portent sur ce que souhaitent les militantes pour ce lieu dédié aux femmes, sans mettre au centre les questions cruciales de lien avec les CIF. Le 9 février 1978 a lieu l’assemblée générale constitutive du CIF, où se pose la question suivante : faut-il adhérer à la Charte des CIF29 et devenir par la même occasion une association avec un projet dirigé par la politique publique en faveur de la condition féminine ? Une partie du groupe craint fortement une perte d’autonomie, notamment autour de la capacité à agir suivant la réalité locale, la dissolution d’identité des associations dans ce centre, mais aussi qu’un tel projet « pompe et use30 » les associations. L’autre partie y est timidement favorable, pour obtenir quelques moyens, même insuffisants31, avoir accès à une documentation générale déjà réalisée. Chaque association mène un débat en interne avant de se positionner lors de l’assemblée générale. Les positions vont souvent à l’encontre des attendus, puisque la représentante de la coordination des groupes Femmes y est favorable (avec des réserves sur le risque de perte d’autonomie), de même que l’UFF, alors qu’au niveau national cette association féminine refuse l’adhésion à la charte au motif que l’information diffusée par les CIF relève de la « propagande du gouvernement32 ». L’UFCS, association théoriquement la plus proche des idées du gouvernement en place, et celle qui semble a priori la plus encline à entretenir des liens avec les institutions, se positionne contre33. Après deux ans de travail, l’assemblée générale statue sur un refus de devenir un CIF mais décide de poursuivre le travail entrepris afin de créer un lieu d’information qui ne se soucierait que des besoins locaux identifiés, sans se rattacher à une politique publique qui n’apporterait en contrepartie que bien peu de moyens. Le groupe se structure cette fois-ci officiellement en commission féminine au sein de l’OSCR. Le projet ne repart pas de zéro, mais utilise le travail déjà élaboré pendant les deux années précédentes. De ce fait, il est fortement inspiré par l’organisation des CIF, qui avait constitué le support principal de la construction du premier projet. Mais une liberté totale permet d’introduire l’idée selon laquelle ce lieu pourrait également permettre des rencontres entre femmes et faire émerger des dynamiques collectives34. L’information serait alors un simple « prétexte35 » à l’expression et la rencontre des femmes.

21Cette phase « préliminaire » semble donc avoir été un espace d’apprentissage du travail commun qui a marqué les mémoires des participantes que nous avons rencontrées, au-delà des divergences. R.-M. Painvin, déléguée régionale à la condition féminine, ne semble pas avoir été contrariée par le refus de créer un CIF. Elle poursuit d’ailleurs son soutien au groupe de travail, de même que la municipalité rennaise, représentée lors des réunions par A. Hélias.

  • 36 Archives municipales de Rennes, fonds OSCR 23Z397, tract distribué lors de l’occupation du local, m (...)
  • 37 Archives municipales de Rennes, fonds OSCR 23Z397, récépissé de déclaration de l’association en pré (...)

22Le groupe de militantes poursuit le projet du CRIF et concrétise sa mise en œuvre à partir de février 1978 avec pour objectif une ouverture du centre à l’automne 1978. Parce qu’elle ne peut compter sur aucune source de financement, la commission féminine se tourne vers des ressources internes et des administrations soutiens (Délégation à la condition féminine, Centre d’information jeunesse de Bretagne, Jeunesse et sport) qui acceptent de former gratuitement les militantes. Il y a une volonté d’offrir aux femmes une information de qualité ; leur expérience des permanences d’information leur font penser qu’il est nécessaire de structurer la manière de recevoir et d’écouter ces femmes, qu’elles reçoivent parfois dans des moments de détresse importante. Reste l’outil indispensable pour démarrer : un local qui doit être central pour toucher un maximum de femmes et devenir facilement identifiable. La municipalité s’y est engagée, mais au dernier moment, la localisation change et le nouveau lieu attribué ne correspond pas aux attentes du groupe. Il s’agit d’un petit local que l’on propose d’aménager à la place des toilettes dans la Maison du Champ de mars. S’engage alors un bras de fer avec la municipalité, qui retarde l’ouverture du centre. En mai 1979, huit mois après l’ouverture souhaitée, la commission féminine, fatiguée par les discussions avec la Mairie qui n’aboutissent toujours pas à une solution acceptable, décide de tenir trois jours de permanence par semaine dans les locaux du Centre d’infirmation jeunesse de Bretagne (CIJB), qui a soutenu le projet. Le CRIF s’installe dans son local en septembre 1979, soit une année après la date prévue, plus de quatre ans après l’émergence du projet et grâce à une mobilisation du groupe élargi soutenant l’ouverture du centre, notamment une action d’occupation en mars 1979 du lieu initialement prévu36. En février 1980 le CRIF, Centre rennais d’information des femmes devient une association loi 190137. Les militantes refusent d’établir un collège d’institutionnels dans le conseil d’administration (ce qui est le cas dans les CIF). Celui-ci est finalement composé de trois collèges, celui des informatrices bénévoles, celui des associations constitutives : l’UFCS, l’UFF et l’AFCF, et celui de sympathisant-es adhérent-es (dans ce collège, l’élue à la ville de Rennes et la déléguée régionale à la Condition féminine adhèrent à titre individuel).

23À partir de la rentrée 1979, le CRIF accueille les femmes dans son local. 22 « informatrices bénévoles » se relaient pour tenir des permanences quatre journées par semaine. Les bénévoles ont donc des emplois du temps chargés, notamment pour celles qui poursuivent leurs actions dans leurs associations respectives. En plus des permanences, c’est toute une documentation qu’il faut rechercher, actualiser, classer afin de répondre au mieux aux attentes des femmes. La dimension collective du projet semble être passée au second plan, les permanences prenant déjà beaucoup de temps aux militantes.

  • 38 Dauphin, L’État et les droits des femmes, op. cit., p. 45.
  • 39 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, fonds DRDFE 1134W31, bulletin d’information du ministèr (...)
  • 40 Entretien personnel avec Mme C. Bordier-Chuberre, militante UFCS, puis salariée du CRIF-CIDF, 10 ju (...)

24En 1981, avec l’arrivée de la gauche au pouvoir, la question de l’institutionnalisation du CRIF émerge à nouveau. Le ministère délégué aux Droits de la femme d’Yvette Roudy est cette fois-ci doté de moyens38. La ministre souhaite développer des Centres d’information des droits des femmes (CIDF) sur l’ensemble du territoire, en s’appuyant sur les CIF existants, ou sur les réseaux militants locaux39. Le CRIF est sollicité pour en faire partie. Des moyens non négligeables sont proposés, permettant la création de deux postes salariés à temps plein. Se relance alors une dynamique de rencontres avec les différent-es interlocutrices et interlocuteurs locaux agissant autour des droits des femmes : faut-il adhérer à la charte des CIDF ? L’adhésion entraîne un renoncement partiel à l’autonomie. Mais après deux années d’expérimentation bénévole, la situation est nettement différente. Les militantes estiment que le besoin d’un tel lieu s’est confirmé. Les bénévoles s’épuisent, la tenue des permanences demande un gros effort de disponibilité qui ne permet plus de monter d’autres projets40. Les témoignages indiquent que ce lieu n’aurait pu perdurer beaucoup plus longtemps sur le simple engagement des bénévoles.

  • 41 Dauphin, L’État et les droits des femmes, op. cit.
  • 42 Ibid.

25Par ailleurs, au-delà de l’autonomie des associations, cette fois-ci le fait que l’Etat propose cette fois-ci des moyens pour salarier des informatrices permet de transformer l’activité, puisque même indirectement, c’est l’administration qui se charge de l’information. Pour une partie des bénévoles, c’était l’un des objectifs de départ : construire le projet, confirmer les besoins et par la suite, faire perdurer l’action par le biais d’une administration, quelle qu’en soit la forme. De plus, si les fonctions d’information sont remplies par des salariées, les bénévoles pourraient réinvestir le terrain de l’action collective. Enfin, le changement politique a eu une influence importante dans le choix d’adhésion à la charte des CIDF. Les membres du « noyau dur » qui porte depuis plusieurs années le CRIF sont, pour une grande partie, proches politiquement de la gauche socialiste. Plus généralement, l’alternance de 1981 entraîne une vague d’institutionnalisation des collectifs féministes41. L’arrivée de subventions est accueillie avec soulagement par les associations féministes et féminines qui fonctionnaient jusque-là sans moyen. « Des subventions, voilà qui éclaire l’horizon de collectifs épuisés dans un militantisme désargenté », comme l’indique Sandrine Dauphin42. Les freins à l’institutionnalisation du CRIF se lèvent pour accepter l’adhésion à la charte des CIDF en octobre 1981. Le CRIF devient le CRIF-CIDF, maintenant ainsi une spécificité locale. Quatre anciennes bénévoles deviennent salariées à mi-temps. Ces changements bouleversent le fonctionnement du centre. Un décalage se crée alors entre les salariées qui maîtrisent le quotidien du fonctionnement du centre et les bénévoles qui se retrouvent dans des fonctions d’employées de leurs anciennes camarades. Les témoignages taisent les éventuels conflits nés de cette évolution ; ils évoquent plutôt le sentiment d’une transformation du projet initial. Cela a d’ailleurs entraîné des départs et la construction d’une action sous d’autres formes. Les bénévoles se sont progressivement concentrées sur le développement de projets collectifs et sur la gestion du conseil d’administration, alors que les salariées ont pris en charge la documentation et l’information individuelle. La présidente de l’AFCF, ne se retrouvant pas dans cette organisation, a quitté l’association.

*

26Si ce projet de créer un lieu pour les femmes a émergé d’une volonté militante de trouver une réponse aux besoins d’information des Rennaises sur leurs droits, il a rapidement rencontré d’autres attentes, pensées cette fois-ci par les nouvelles institutions de la « condition féminine » qui apparaissent à partir des années 1960. Le contexte socio-politique rennais favorise les relations entre le monde associatif et le pouvoir politique local. Les rencontres régulières des associations féminines au sein de l’OSC-OSCR pour le faire fonctionner apportent une interconnaissance entre les associations et leurs militantes, un outil pour mener des projets collectifs, mais aussi un exemple de relation avec les institutions propice à une dynamique collective perçue comme plutôt positive.

27Par ailleurs, les trois associations à l’origine du projet ont toutes une habitude des relations avec les pouvoirs publics, perçues comme un moyen de faire remonter des constats de terrain. En revanche, elles n’acceptent pas de se voir imposer une commande. Ainsi, s’il est possible pour le groupe de se projeter sur la mise en place d’un CIF sans une opposition de principe, ces femmes ne peuvent faire cette démarche sans une certaine réticence et sans une analyse du contexte avant de se décider. C’est d’ailleurs cette crainte d’une perte d’autonomie qui a conduit l’assemblée générale de février 1978, censée être constitutive du CIF, à refuser l’adhésion à la charte, les avantages de cette adhésion n’étant pas suffisants pour contrebalancer le poids de la perte d’autonomie. L’expérimentation pendant deux années d’un lieu entièrement tenu bénévolement semble confirmer les besoins, mais montre son aspect chronophage. Les subventions du ministère aux Droits de la femme d’Yvette Roudy se présentent donc comme une bouffée d’oxygène. L’acceptation devient presque une évidence, comme pour de nombreuses autres structures gérées par les associations féminines et féministes. Mais cette acceptation, même si elle est souhaitée par toutes au sein du CRIF, viendra modifier en profondeur la nature même du Centre.

Haut de page

Notes

1 Sandrine Dauphin, « Les associations de femmes et les politiques d’égalité en France  : des liens ambigus avec les institutions », Pyramides. Revue du Centre d’études et de recherches en administration publique, 6, 2002, p. 149-170.

2 Archives municipales de Rennes, fonds OSCR 23Z397, compte rendu réunion du 18 février 1976.

3 Issu d’une recherche faite dans le cadre d’un mémoire de master d’histoire dirigé par Martine Cocaud et soutenu en septembre 2016 à l’Université de Rennes 2. Il est intitulé : Un projet collectif au sein de l’espace de la cause des femmes : le Centre rennais d’information des femmes (1976-1982). Le corpus de sources utilisé dans cette étude est le suivant : le fonds de la Délégation régionale aux droits des femmes aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, des fonds des Archives municipales de la Ville de Rennes, principalement le fonds de l’OSCR (Office social et culturel rennais), des archives privées déposées aux Archives municipales ou transmises par des témoins ou des associations, ainsi que des sources orales (neuf entretiens issus de groupes militants variés).

4 Laure Bereni, De la cause à la loi. Les mobilisations pour la parité politique en France (1992-2000), thèse de doctorat de science politique, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, 2007, p. 23.

5 Lydie Porée, Contraception, avortement : les mobilisations à Rennes pour la liberté de procréer. Histoire et mémoire des groupes locaux du planning familial, de Choisir et du MLAC (1965-1975), mémoire de master 2, Université d’Angers, 2013.

6 Notamment Fabrizio Cantelli, Ludivine Damay et Jean-Yves Donnay, « Pour une sociologie politique des acteurs associatifs : comprendre les nouveaux enjeux », Pyramides. Revue du Centre d’études et de recherches en administration publique, 6, 2002, p. 11-30 ; Alexandre Fabry, « Associations et pouvoirs publics locaux : le paradoxe du pouvoir et de la liberté », Pyramides. Revue du Centre d’études et de recherches en administration publique, 6, 2002, p. 135-148 ; Dauphin, « Les associations de femmes… », art. cit.

7 L’Office social et culturel (OSC) se transforme en Office social et culturel rennais (OSCR) en 1977 au changement de Municipalité. Archives Municipales de Rennes, fonds OSCR, 23Z156, 23Z157, 23Z397.

8 Archives Municipales de Rennes, fonds OSCR, 23Z156, 23Z157, 23Z397.

9 Sandra Fayolle, L’Union des Femmes Françaises : une organisation féminine de masse du parti communiste français (1945-1965), thèse de doctorat, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, 2005.

10 Sur la période étudiée, nous avons repéré cinq noms de militantes dans les sources.

11 Soutien des ouvrières de la SPLI (Société parisienne de lingerie indémaillable) en 1978 avec la mise en place notamment d’une garderie. Archives privées Thierry Loriol et association Histoire du féminisme à Rennes, document vidéo et audio numérisé sur le conflit des ouvrières de la SPLI en 1978 aux Archives municipales de Rennes.

12 Archives municipales de Rennes, fonds Anne Cogné, 10Z217.

13 Archives privées de l’Association des femmes chefs de famille.

14 Sandrine Dauphin, L’État et les droits des femmes : des institutions au service de l’Egalité ?, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Archives du féminisme », 2010.

15 Lydie Porée, Contraception, avortement…, op. cit.

16 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, fonds de la délégation régionale aux droits des femmes, 11341W 1.

17 Archives municipales de Rennes, fonds OSCR 23Z397, compte-rendu réunion du 18 février 1976.

18 Marie Traisnel, Du militantisme au féminisme d’Etat : les enjeux de la communication du Centre d’information sur les droits des femmes et des familles de Lille, mémoire de 4e année, IEP de Lille, 2011.

19 Dauphin, L’État et les droits des femmes, op. cit., p. 25.

20 Archives municipales de Rennes, fonds OSCR 23Z397, compte-rendu réunion du 18 février 1976.

21 Céline Mornet, La politique de soutien à la vie associative à Rennes, de la contractualisation centralisée à la contractualisation acentrique : étude des mutations des rapports de la ville de Rennes avec les associations, suite au renouvellement du contrat de mission Ville-Office Social et Culturel rennais, mémoire de 4e année, IEP de Rennes, 2005.

22 Entretien personnel avec Mme A. Hélias, ancienne élue à la municipalité de Rennes, 8 juillet 2016.

23 Frank Bourgeot, Histoire de l’office social et culturel OSC entre 1960 et 1977, mémoire de maîtrise en sciences politiques, Université de Rennes 1, 1992.

24 Entretien personnel avec Mme A. Hélias, ancienne élue à la municipalité de Rennes, 8 juillet 2016.

25 Ibid.

26 Émilie Binois, La victoire de la Gauche Unie aux élections municipales de mars 1977 à Rennes, mémoire de Master 1 en histoire, Université de Rennes 2, 2005, annexe n° 5. Voir aussi Gauthier Aubert, Alain Croix, Michel Denis, Jean-Yves, Edmond Hervé et Daniel Delaveau, Histoire de Rennes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Images et Veillard histoire », 2010.

27 La coordination des groupes femmes de Rennes se structure en association en 1978 sous le nom de Cercle de femmes.

28 Archives municipales de Rennes, fonds direction du développement culturel, 830W14, article paru dans Marie-Claire en mai 1979.

29 Archives municipales de Rennes, fonds OSCR 1976-1979, 23Z397, documents de définition du projet CIF envoyés le 22 décembre 1977.

30 Ibid.

31 Dauphin, L’État et les droits des femmes, op. cit.

32 Archives municipales de Rennes, fonds OSCR 1976-1979, 23Z397, documents de définition du projet CIF envoyés le 22 décembre 1977.

33 Ibid.

34 Archives municipales de Rennes, fonds OSCR 23Z397, compte rendu réunion du 20 avril 1978.

35 Ibid.

36 Archives municipales de Rennes, fonds OSCR 23Z397, tract distribué lors de l’occupation du local, mars 1979.

37 Archives municipales de Rennes, fonds OSCR 23Z397, récépissé de déclaration de l’association en préfecture d’Ille-et-Vilaine, 8 février 1980.

38 Dauphin, L’État et les droits des femmes, op. cit., p. 45.

39 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, fonds DRDFE 1134W31, bulletin d’information du ministère des droits des femmes, n° 2 (octobre 81), « Citoyennes à part entière ».

40 Entretien personnel avec Mme C. Bordier-Chuberre, militante UFCS, puis salariée du CRIF-CIDF, 10 juin 2016.

41 Dauphin, L’État et les droits des femmes, op. cit.

42 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Blandine Lefierdebras, « L’engagement collectif des femmes : de l’expérience militante à l’institutionnalisation, l’exemple du Centre rennais d’information des femmes (1976-1982) », Genre & Histoire [En ligne], 21 | Printemps 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3235

Haut de page

Auteur

Blandine Lefierdebras

Assistante sociale, membre de l’association « Histoire du féminisme à Rennes ». Courriel : blandine.lfdb@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page