Navigation – Plan du site
Comptes rendus

« Les affaires d’État sont mes affaires de cœur ». Lettres de Rosalie Jullien, une femme dans la Révolution, 1775-1810. Présentées par Annie Duprat, postface par Jean Sauvageon

Paris, Belin, 2016, 556 p.
Sabine Juratic
Référence(s) :

« Les affaires d’État sont mes affaires de cœur ». Lettres de Rosalie Jullien, une femme dans la Révolution, 1775-1810. Présentées par Annie Duprat, postface par Jean Sauvageon, Paris, Belin, 2016, 556 p.

Texte intégral

Si les livres de souvenirs et les mémoires à visées auto-justificatives écrits après la Révolution abondent, plus rares sont les témoignages de femmes qui suivent au jour le jour le déroulement des événements politiques. L’abondante correspondance entretenue avec ses proches par Rosalie Ducrollay (1745-1824), épouse du député de la Drôme à la Convention nationale, Marc Antoine Jullien, et mère d’un jeune agent du Comité de salut public, apporte donc un témoignage extrêmement précieux sur les épisodes révolutionnaires parisiens et sur la perception que pouvait en avoir une femme cultivée, appartenant à une famille de la bourgeoisie éclairée et politiquement engagée.

La correspondance de cette épistolière prolixe (on conserve d’elle près d’un millier de lettres, écrites durant trente-cinq ans, et dont une partie seulement est publiée dans ce volume) couvre de façon inégale la période révolutionnaire, au gré des allées et venues entre Paris, la province et l’étranger des différents membres de la famille, et probablement aussi, du fait d’une possible destruction volontaire de certaines lettres écrites dans des contextes sensibles. Ceci pourrait contribuer à expliquer par exemple l’absence de lettres concernant les prémisses de la Révolution, entre le 25 octobre 1787 et le 27 août 1789, ou les interruptions de la correspondance entre le 5 octobre 1789 et le 4 avril 1790, puis, de nouveau, entre le 17 septembre 1790 et le 2 août 1791.

Sélectionnées par Annie Duprat et présentées en quatre moments chronologiques, les lettres publiées sont adressées pour l’essentiel au proche entourage de Rosalie, essentiellement à son mari et à ses deux fils. La première section, outre trois lettres datées de 1779 et 1785 lorsque la jeune femme réside encore en Dauphiné, concerne la période du 27 août 1789 au 6 septembre 1792. La majorité des lettres sont alors adressées de Paris à son mari, retenu sur ses terres en province. À partir de mai 1792, l’installation en Angleterre de leur fils aîné est à l’origine d’une autre relation épistolaire régulière entre la mère et le fils, relation qui devient ensuite dominante dans la correspondance. C’est en effet à ce fils, envoyé en mission en province par le Comité de salut public que sont adressées la plupart des lettres écrites entre le 17 octobre 1792 et le 20 juillet 1794, et encore la majeure partie des lettres envoyées entre 1796 et 1810. Durant cette dernière période, le second fils, Auguste, est aussi destinataire de quelques-unes des lettres, mais il ne s’agit que d’une quinzaine, alors que son frère aîné en a reçu, dans le même temps, près d’une centaine.

À travers sa correspondance, Rosalie Jullien se révèle d’abord une observatrice avertie de l’effervescence politique parisienne dont elle rend fidèlement compte à son mari, puis à son fils aîné. Elle recueille souvent elle-même de visu les informations qu’elle transmet à ses correspondants, dans la rue, aux Tuileries, dans les tribunes de l’Assemblée nationale, qu’elle fréquente avec assiduité, ou au Tribunal révolutionnaire. Elle les tire aussi des journaux dont elle est une lectrice insatiable, ou se les procure auprès de personnes proches. Les récits très vivants qu’elle donne de la vie à Paris, depuis les débuts de la Révolution jusqu’à la chute de Robespierre, représentent certainement l’apport le plus intéressant de ses lettres, d’autant plus qu’ils s’accompagnent souvent de remarques d’ordre plus personnel sur l’évolution de la situation et sur les acteurs de la Révolution. Ces commentaires témoignent de l’extrême volatilité des opinions et de la fragilité des positions des représentants politiques. Roland, Brissot et Pétion, parmi bien d’autres, se voient ainsi successivement encensés puis cloués au pilori sous la plume de Rosalie. Elle-même ne fait pas mystère des sympathies familiales pour le Comité de Salut public et pour Robespierre, qu’elle connaît personnellement et rencontre à diverses reprises. La volte-face de l’épistolière après Thermidor, destinée à ménager les intérêts de son fils et à le dédouaner de sa proximité compromettante avec le chef montagnard, illustre, de façon cruelle mais très concrète, l’adhésion de Rosalie à l’entreprise de « fabrication d’un monstre » (Jean-Clément Martin) cristallisée sur la figure de celui qu’elle désigne désormais comme « l’infâme Robespierre ». Son intérêt pour la politique ne cesse pas pour autant, mais ses lettres témoignent dès lors d’un républicanisme modéré qui s’accompagne d’un certain repli sur la sphère familiale, surtout une fois que ses deux fils, ralliés à Bonaparte, sont parvenus à se faire une place dans l’administration impériale.

Une autre dimension importante de la correspondance concerne en effet le rôle d’éducatrice que l’épistolière entend remplir auprès de ses deux garçons et dans lequel elle s’investit pleinement. Elle rend compte de leurs progrès à son mari et s’enorgueillit de leurs succès. À ses fils, l’aîné surtout, elle délivre en abondance préceptes moraux et conseils de conduite, émaillés de citations de ses propres lectures, tandis qu’elle entraîne souvent le cadet avec elle dans ses pérégrinations sur les théâtres politiques parisiens. Elle s’inscrit ainsi dans la lignée d’un xviiie siècle féru d’une pédagogie où les femmes entendent tenir leur rôle, et l’on ne peut s’empêcher de songer ici au modèle de Félicité de Genlis chargée de l’éducation des enfants du duc d’Orléans.

Sous ses différents habits de témoin engagé, d’observatrice et de commentatrice de l’actualité, de moraliste et de pédagogue, Rosalie Jullien apparaît comme une femme curieuse, active et passionnée de politique. Pourtant, comme le souligne Annie Duprat, elle ne revendique ni pour elle-même ni pour les autres femmes des droits à plus de citoyenneté et précise, dans une lettre tardive adressée à son fils (30 mai 1805), les limites qu’elle a assignées à son propre accès à la culture, dans un rôle féminin second entièrement assumé : « Je suis contente que ta femme aime la lecture et lise avec fruit. Elle ne sera jamais plus pédante que moi qui n’ai appris que pour vous apprendre dans votre enfance et pour vous comprendre dans votre maturité et pour me mettre en rapport de goût avec ton excellent papa, qui a toujours aimé la littérature et tout ce qui est beau et bon, antique ou moderne » (p. 514).

Il faut rendre hommage à l’éditrice de ces lettres d’avoir donné accès à une matière très riche qui éclaire d’un jour nouveau le vécu d’une femme et d’une famille engagées à Paris dans la Révolution. On peut toutefois regretter que l’appareil critique et l’index n’aient pu être davantage développés afin de mieux situer l’insertion des Jullien dans les milieux jacobins et dans leur environnement socio-politique, à Paris comme en province. Les liens avec le général Dejean ont ainsi, de toute évidence, joué un rôle capital dans la destinée familiale, mais l’index ne comporte à l’entrée « Dejean (famille) » que la mention laconique « amis des Jullien ». Il est dommage aussi que, même si la postface de Jean Sauvageon donne un aperçu de la façon dont les lettres ont été réunies et transcrites, on ne dispose pas d’indications plus précises permettant d’évaluer ce que représente la sélection des lettres publiée dans le millier conservé, ni d’explications sur la manière dont ont été effectuées les coupures, assez fréquentes, dans le texte des lettres. Ces quelques observations ne remettent toutefois pas en cause l’intérêt majeur de la publication de cette correspondance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabine Juratic, « « Les affaires d’État sont mes affaires de cœur ». Lettres de Rosalie Jullien, une femme dans la Révolution, 1775-1810. Présentées par Annie Duprat, postface par Jean Sauvageon », Genre & Histoire [En ligne], 21 | Printemps 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3316

Haut de page

Auteur

Sabine Juratic

CNRS – IHMC

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page