Navigation – Plan du site
Comptes rendus

André Rauch, La luxure. Une histoire entre péché et jouissance

Paris, Colin, 2016, 238 p.
Odile Goerg
Référence(s) :

André Rauch, La luxure. Une histoire entre péché et jouissance, Paris, Colin, 2016, 238 p.

Texte intégral

  • 1 Pauline Mortas, Une rose épineuse. La défloration au xixe siècle en France, Mnémosyne, PUR, 2017.

1La parution des Aveux de la chair de Michel Foucault (Gallimard, 2018) pousse à se plonger dans La luxure, très bel ouvrage qu’André Rauch consacre à ce péché capital, certainement le plus cité mais aussi le plus méconnu, synonyme pour beaucoup de débauche et d’obsession du plaisir physique, généralement envisagé sous l’angle du masculin. S’y retrouvent les pères de l’Église, théoriciens d’une vision du sexe à maîtriser par l’abstinence ou à canaliser dans le cadre du mariage, en tout cas à contrôler. Dès les premiers siècles, et dans le prolongement de l’héritage de l’Antiquité, la complexité et les compromis sont grands. Il faut notamment concilier louange de la virginité et reproduction de l’espèce1, procréation et chair comme source de tentations. Si la luxure, liant sexe et transgression, et ses avatars peuvent se retrouver sous divers cieux, c’est bien le christianisme qui les a mis en avant en les définissant comme péchés, en traquant des pratiques considérées comme déviantes selon des critères moraux hégémoniques (sodomie, onanisme-masturbation, prostitution…).

2Élégamment écrit et agréablement illustré, avec un beau cahier central en couleur, le livre suit les mutations des attitudes et des lectures de la luxure, telles que les expriment divers penseurs, hommes, au fil des siècles. Les femmes, objets de convoitise, « ne jouent qu’un rôle d’instigatrices » (p. 28), que la littérature et la peinture déclinent à l’envie, rarement celui de « rédemptrices », comme au temps de l’amour courtois (ch. 4). Elles n’apparaissent comme actrices que tardivement ou marginalement, à la faveur du courant du libertinage tandis que le xixe siècle accentue l’approche médicale (ch. 9) et le xxe siècle celle de la loi (ch. 10) appelée à régenter les comportements intimes. Les interdits, de plus en plus ténus ou flous, sont passés du divin à des formes de morale laïque normées par l’État alors que divers segments de la société dite civile expriment leurs propres préoccupations (pornographie au féminin ; droit à l’hédonisme…).

3En dix chapitres, fort documentés, André Rauch s’attache à montrer les ruptures ou plutôt les glissements, car les prises de position ne sont jamais monolithiques mais s’imbriquent. L’auteur montre d’ailleurs les héritages fréquents des représentations et des symboles. Il en va ainsi du bestiaire de la luxure, qui parcourt les manuscrits ou couvre les édifices religieux au Moyen Âge (ch. 3 et 4). Les batraciens ou les reptiles, animaux chtoniens, en sont la meilleure illustration. Rauch puise dans un corpus que l’on soupçonne très vaste (littérature, patristique, mythes, philosophie, iconographie, cinéma…) et s’appuie sur des disciplines variées pour construire son objet. Allant à grandes enjambées du large ive s. de notre ère à l’époque contemporaine, il peint ce rapport à la sexualité conçu sous l’angle de l’excès, souvent dominateur, parfois libérateur, contre lequel s’insurge l’Église avant que les moralisateurs républicains, imbibés de valeurs chrétiennes, ne s’emparent de la question. Transgresser les interdits qui pèsent sur l’intime constitue pendant longtemps une forme de contestation des autorités ecclésiastiques, comme le montrent les satiristes de la Renaissance (l’Arétin, Vignale) (ch. 5) ou comme l’incarne le personnage de Don Juan (ch. 7) ou un mode de refus du primat de la raison sur les passions, érigé en dogme par les Lumières, comme l’affirme Sade (ch. 8).

  • 2 L’éditeur impose l’absence de notes de bas de page ou de source immédiate des illustrations ainsi q (...)

4En brossant un vaste panorama sur la longue durée, ce livre, à la fois érudit et destiné à un large public2, ouvre de nombreuses pistes de réflexion à une époque où la sexualité débridée de soi ou d’autrui s’étale à la Une et sur la toile et que des frontières de plus en plus mouvantes séparent luxure, érotisme et pornographie. L’exploration de la luxure fait suite à La paresse. Histoire d’un péché capital (Colin, 2013), nous attendons avec impatience que soit scrutée ainsi une troisième transgression…

Haut de page

Notes

1 Pauline Mortas, Une rose épineuse. La défloration au xixe siècle en France, Mnémosyne, PUR, 2017.

2 L’éditeur impose l’absence de notes de bas de page ou de source immédiate des illustrations ainsi que la restriction de la bibliographie. Les références des citations sont données sur le site de la maison d’édition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Odile Goerg, « André Rauch, La luxure. Une histoire entre péché et jouissance », Genre & Histoire [En ligne], 21 | Printemps 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3341

Haut de page

Auteur

Odile Goerg

Université Paris Diderot-CESSMA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page