Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Aubrée David-Chapy, Anne de France, Louise de Savoie, inventions d’un pouvoir au féminin

Paris, Classiques Garnier, 2016, 794 p.
Julia Heinemann
Référence(s) :

Aubrée David-Chapy, Anne de France, Louise de Savoie, inventions d’un pouvoir au féminin, Paris, Classiques Garnier, 2016, 794 p.

Texte intégral

  • 1 Denis Richet, « La Monarchie au travail sur elle-même ? », De la Réforme à la Révolution. Études su (...)

1Le paradoxe d’une monarchie excluant les femmes de la succession royale tandis que les régentes marquaient la politique dès la fin du xve siècle a préoccupé les historiens de la monarchie française depuis quelque temps déjà. Anne de France, fille et sœur de roi, et Louise de Savoie, mère de roi, toutes les deux régentes sans être reines, sont deux figures centrales pour comprendre l’évolution de la régence des femmes comme institution en France. C’est la thèse de ce livre d’Aubrée David-Chapy, qui fournit une contribution importante tant comme synthèse des recherches déjà menées que comme travail novateur attachant plus étroitement l’analyse des régences aux changements du système politique français et au state building de l’époque moderne. Ainsi, le livre, issue d’une thèse de doctorat, s’inscrit à la fois dans l’histoire du pouvoir des femmes et dans l’histoire politique et constitutionnelle de la monarchie. Le portrait complexe que l’auteure fait de la régence est celui d’un mouvement constant, d’une évolution dynamique et d’une monarchie « au travail sur elle-même1 ». Elle localise les discours et les pratiques de ces femmes dans les catégories de (l’in)formel, (l’in)officiel, (l’il)légitimité et l’institutionnalisation (ou le manque de celle-ci). Ce faisant, l’auteure argumente que « d’outil informel du pouvoir, la régence acquiert le statut d’institution » (p. 26-7) et que l’évolution des deux régences précédentes a préparé la voie pour Catherine de Médicis et les régentes du xviie siècle.

2L’introduction du livre aborde la problématique du parallélisme du renforcement de l’État royal et du pouvoir des femmes. David-Chapy distingue entre l’exclusion des femmes de la succession par la loi salique et l’exercice du pouvoir qui montre un certain « pragmatisme » en ce qui concerne le genre (p. 36). Son approche méthodologique s’enracine ainsi dans une vision nuancée de la dynamique politique « en perpétuelles métamorphose et redéfinition » (p. 28) où l’exceptionnel se reproduit et devient durable dans l’institution de la régence (p. 34). Dans cette perspective, Anne de France est attachée à l’invention tandis que Louise de Savoie est liée à l’institutionnalisation du pouvoir au féminin. Il s’ensuit une analyse minutieuse que l’auteure organise en trois parties thématiques qui comparent les deux régentes sur différents niveaux.

3La première partie se situe autour des différentes formes d’accès au pouvoir : Anne et son mari Pierre de Beaujeu accédaient au pouvoir de par la volonté du roi Louis XI (qui avait exclu les princes du sang du gouvernement) et de la tutelle de Charles VIII confiée à Anne. David-Chapy caractérise ce processus comme une « prise de pouvoir » (p. 51) et argumente de manière convaincante qu’il s’agissait justement d’une « lacune juridique » (p. 58) qui offrait à Anne et Pierre la possibilité d’agir. Dans ce contexte, la lieutenance de Pierre de Beaujeu a marqué une étape importante vers l’institutionnalisation de la régence selon l’auteure. Louise de Savoie en revanche, tout en profitant des précédents des Beaujeu, fondait sa légitimité sur sa qualité maternelle et a reçu le titre officiel de régente avec des pouvoirs de représentation de la souveraineté royale – ce que David-Chapy définit comme constituant le modèle des régentes à venir. L’analyse soigneuse du vocabulaire et de l’évolution de la sémantique de la régence est particulièrement révélatrice dans ce contexte (p. 88-93). L’auteure aborde le problème de la légitimation qu’elle décrit comme transformation d’un grand déficit de légitimité chez Anne dû à sa position informelle en l’opposant à la figure légitime de Louise qui aurait été moins critiquée pour son sexe que pour ses décisions politiques. C’est un grand mérite du livre que de traiter la question de la légitimité par différents modes de justifications, que ce soit les vertus, l’amour, le sang royal mythique, l’éducation humaniste, les institutions, la tradition ou les discours de l’autorité royale. David-Chapy décrit les deux femmes comme actrices travaillant constamment pour construire et défendre leurs positions.

4Cette perspective est approfondie dans la deuxième partie du livre visant à analyser les stratégies de conservation du pouvoir. Selon l’auteure, « la régence est par essence faillible » et dans ce sens les régentes se distinguent du roi « dont l’autorité est incontestable, à défaut d’être toujours incontesté » (p. 231) – cette réflexion intéressante sur le pouvoir du roi n’est malheureusement pas mise plus systématiquement en comparaison avec celui des régentes. David-Chapy montre que la proximité et la maîtrise du roi étaient centrales pour conserver le pouvoir des deux régentes. Tandis qu’Anne formait un couple inséparable avec Charles VIII, derrière lequel elle restait (en théorie) dans l’ombre, Louise mettait en scène une trinité de dimension religieuse composée de la mère, du fils et de la fille avec François Ier et Marguerite de Navarre. Contrairement à Anne, elle pouvait représenter la personne du souverain en son absence. En résumant, l’auteure décrit avec acuité les périodes des régences comme « réflexion incessante sur la souveraineté et sur l’autorité royale », ce qui lançait l’évolution des institutions (p. 395).

5La troisième partie enfin traite la question de l’étendue du pouvoir des deux régentes dans la pratique politique et de l’important problème de savoir si on peut parler d’un pouvoir au féminin. À cet égard, David-Chapy différencie les pratiques de gouvernementalité d’Anne et Louise : la dame de Beaujeu a toujours dépassé les prérogatives d’une simple tutelle, mais elle a gouverné à travers le roi, son mari et son gendre ; le travail politique du couple de Beaujeu ne pouvait et ne peut pas être distingué. Louise en revanche pouvait gouverner seule en tant que régente représentant la souveraineté ; avec elle, « le pouvoir en actes se dit, se montre et même s’exhibe » (p. 475). David-Chapy argumente de manière convaincante et originale (et dans un sens contraire au titre du livre) qu’une régente a toujours représenté « à elle seule les deux faces du pouvoir » féminin et masculin (p. 400). Anne et Louise ont toutes deux exercé le pouvoir souverain normalement réservé au roi mâle et en même temps, elles mettaient en avant des vertus et des regalia traditionnellement associées aux femmes comme la médiation, la justice et la paix. L’auteure montre que les deux régentes ont travaillé sur les symboles de la régence féminine en construisant un réservoir de modèles fondant une tradition du pouvoir au féminin. David-Chapy le précise encore plus à la fin du livre : Avec la « pratique d’un pouvoir qui se décline tant au masculin qu’au féminin » (p. 703), Anne et Louise pouvaient incarner la royauté dans son ensemble et créer la vision « d’une Royauté en deux personnes » (p. 707).

  • 2 Harriet Lightman: « Political power and the Queen of France. Pierre Dupuy’s treatise on regency gov (...)
  • 3 Theresa Earenfight, Queenship in Medieval Europe, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2013, p. 24.

6Ce livre très riche nous éclaire sur l’évolution tant de la régence que de la monarchie même. Cependant une réflexion plus explicite des catégories de l’informel, de l’officiel ou de la légitimité aurait peut-être aidé encore plus à renforcer l’argument. Il n’est pas toujours clair combien ces catégories dépendent de l’existence de l’écrit selon l’auteure. Si les jurisconsultes ont toujours discuté de la question du fondement juridique de la monarchie pendant le temps des deux régences analysées, il en va encore de même par exemple avec Pierre Dupuy arguant toujours en plein xviie siècle que la légitimité de la royauté était fondée sur la tradition et les précédents2 : par conséquent, on peut se demander comment comprendre exactement la fabrique de l’institutionnalisation ou de l’informel dans ce contexte. De plus, la référence aux recherches internationales sur le pouvoir féminin dans les monarchies européennes aurait permis de situer davantage le livre dans les discussions méthodologiques sur le rôle du genre dans la pratique et la représentation du pouvoir. Theresa Earenfight par exemple a proposé de comprendre la monarchie en Europe comme « composite of gendered people3 ». Toutefois, l’ouverture des perspectives, l’argumentation complexe prenant toujours en compte les contextes sociaux, juridiques, politiques et culturels, la critique soigneuse des sources et le portrait dynamique de la régence comme pratique politique et forme de la légitimation royale font de ce livre une contribution novatrice et importante pour l’histoire des régences et de la monarchie française.

Haut de page

Notes

1 Denis Richet, « La Monarchie au travail sur elle-même ? », De la Réforme à la Révolution. Études sur la France moderne, Paris, Aubier, 1991, p. 425-450.

2 Harriet Lightman: « Political power and the Queen of France. Pierre Dupuy’s treatise on regency governments », Canadian Journal of History, 21, 1986, p. 299-312.

3 Theresa Earenfight, Queenship in Medieval Europe, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2013, p. 24.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julia Heinemann, « Aubrée David-Chapy, Anne de France, Louise de Savoie, inventions d’un pouvoir au féminin », Genre & Histoire [En ligne], 21 | Printemps 2018, mis en ligne le 14 septembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3359

Haut de page

Auteur

Julia Heinemann

Universität Zürich. Mail : julia.heinemann@hist.uzh.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page