Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours

Paris, La découverte, 2017, 995 p.
Gérard Lange
Référence(s) :

Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours, Paris, La découverte, 2017, 995 p.

Texte intégral

1Michelle Zancarini-Fournel relève le défi d’écrire une histoire populaire de la France contemporaine dans un imposant ouvrage dont la trame chronologique, ordonnée en six parties et dix-huit chapitres, s’avère somme toute classique. Les bornes choisies sont pourtant dérangeantes : l’adoption du Code Noir en 1685 et les émeutes urbaines de 2005 traquent les failles mémorielles du colonialisme. Autre liberté, l’auteure n’hésite pas à distordre le temps en s’attardant plus longuement sur certaines périodes, tel le moment 68.

  • 1 Victorine Boucher, Souvenirs d’une morte vivante, Paris, Maspero, 1982, pp. 156-157, citée par M. Z (...)

2Disons-le tout net : on éprouve tout d’abord un grand plaisir de lecture en parcourant les pages consacrées aux luttes et aux rêves de la France populaire. Michelle Zancarini-Fournel a su écrire cette histoire riche en événements en maîtrisant l’art du récit : usage de phrases courtes, portraits bien sentis et exemplaires, contextualisations utiles qui n’alourdissent pas le propos. C’est qu’il serait malvenu d’aborder la question des dominé·es avec un regard froid et distancié. Et même si l’on sait que leur voix est souvent confisquée, remarque qui concerne les femmes au premier chef, l’auteure n’hésite pas à restituer leur expérience sensible en leur accordant tout simplement la parole. Victorine Brocher exprime à sa façon toute l’intensité du début de la Commune de Paris. Ce 18 mars 1871, celle qui est à ce moment-là ambulancière dans un bataillon de la Garde Nationale, ressent charnellement l’atmosphère d’une journée qui éprouve ses sens : elle entend les cris des marchands de journaux, elle éprouve l’animation particulière de la place de l’hôtel de ville, elle apprécie le soleil éclatant et sa pensée incarne alors les aspirations de la foule rassemblée : « nous pensions en effet qu’une ère nouvelle allait s’ouvrir1 ».

  • 2 Ludivine Bantigny, 1968 : des grands soirs en petits matins, Paris, Seuil, 2018, p. 262.

3L’histoire qui nous est contée est si foisonnante qu’elle pourrait se perdre en fragments. Mais la violence dont le peuple est victime constitue une forte ligne directrice. Ainsi, si les féroces répressions du mouvement ouvrier du xixe siècle émergent facilement dans nos représentations collectives, songeons à certaines pages d’Émile Zola ou de Victor Hugo, on s’étonne davantage du fait qu’on tire encore sur la foule après 1945. Cette thématique se renforce de l’une des bonnes idées de ce livre, celle de vouloir décentrer notre regard en donnant toute sa place aux colonisé·es qui ont, à leur manière, façonné le pays. En mars 1948, trois coupeurs de cannes sont tués par des gendarmes en Martinique. Dans « l’affaire des seize de Basse Pointe », un homme est retrouvé mort, frappé de coups de sabre. L’émeute de décembre 1959 sur cette même île fait trois morts tandis que la rébellion urbaine à Pointe-à-Pitre en dénombre huit. La révolte de 1968, souvent uniquement circonscrite à une joyeuse fête, prolonge pourtant cette énumération sanglante si l’on veut se rappeler qu’en juin, le mouvement était loin d’être terminé. Les affrontements entre les forces de l’ordre et les insurgé·es font un mort à Flins et deux morts chez Peugeot-Sochaux. Les hommes paient le plus lourd tribut au cours de cette période. C’est que nous sommes encore dans un monde où le courage physique et la détermination des manifestant·es sont virilisés. Dans son récit 1968 : des grands soirs et petits matins, Ludivine Bantigny nous montre des femmes, certes agissantes, mais moins exposées. « Leur présence la nuit dans les entreprises occupées est la plupart du temps refusée ou pas même imaginée2 ». Elles quittent les locaux de Sud-Aviation Bouguenais quand ils sont investis au lendemain de la manifestation du 13 mai 1968.

4Si la comptabilité macabre des victimes des formes éruptives de la colère populaire semble davantage préserver les femmes, cette histoire contemporaine, qui commence en 1685 avec l’adoption du Code Noir et de l’Édit de Fontainebleau (un autre choix judicieux qui prend de ce fait à bras le corps la diversité des formes de domination exercée par l’État Français), dévoile avec force la violence quotidienne et spécifique subie par les femmes du peuple qui vivent une double oppression, car à la fois femmes et travailleuses. Dans un monde qui reste longtemps rural, la brutalité se confine dans l’espace domestique, provoquée par le mari. L’artisan exerce son autorité paternelle en obligeant les filles à rester à la fabrique familiale, une situation qui est souvent vécue comme allant de soi. Dans l’industrie, les femmes se heurtent à la conception masculine d’une valorisation de la virilité dans le travail. Les savoir-faire techniques restent l’apanage des hommes qui laissent aux femmes les travaux répétitifs réclamant peu d’autonomie. En 1968, exprimer le refus de l’emprise physique masculine, qu’elle soit ouvrière ou patronale constitue une revendication encore rare qui s’énonce de façon mesurée. Des journaux intimes confirment néanmoins que l’encadrement masculin des corps et des esprits devient insupportable. Celui tenu par quatre lycéennes bourguignonnes, écrit entre janvier 1961 et 1962 ainsi que le journal commencé par une jeune ouvrière OS d’une usine montpelliéraine en septembre 67, qui le rendra collectif en mai 68, témoignent de transformations silencieuses. Elles augurent des luttes plus frontales et des réflexions plus élaborées pour combattre les rapports d’autorité à tous les niveaux. Michelle Zancarini-Fournel établit un récit de 68 qui valide l’idée de Dominique Memmi selon laquelle la « domination rapprochée » entre en crise.

5Quand cette histoire populaire interroge, non plus l’action militante, mais la vie ordinaire des gens de peu, elle associe histoire sociale, économique et culturelle. Dans cet entrelacs, le genre apparaît comme un objet structurant. L’enfantement et ses risques constituent une préoccupation à la fois permanente et évolutive. Dans le livre de raison de Ponce Millet (1673-1725, Doux en Champagne), il est mentionné que sa mère est morte en couches à la naissance de son cinquième enfant. François-Jacques Maret, qui tient son livre de compte de 1730 à 1761, a, lui, huit enfants avec son épouse dont trois seulement parviennent à l’âge adulte. La seconde partie du xviiie siècle marque le recul irréversible de la mortalité infantile et la volonté grandissante, de plus en plus sensible, de maîtriser sa fécondité. La séparation du couple charpente aussi l’histoire des femmes aux origines sociales dominées. Pour ce qui concerne les périodes les plus éloignées, les plaintes des femmes subissant des brutalités physiques jugées irrecevables au nom d’un droit de correction mettent au jour les mentalités. L’organisation sociale est questionnée en évoquant les séparations plus importantes en milieu urbain. Enfin, le droit au divorce, avec ses avancées et ses reculs, ouvre le champ de l’histoire juridique des luttes féminines. On peut regretter qu’une histoire populaire n’aborde pas la religion ou les loisirs, deux thèmes qui auraient permis, là encore, de montrer des différences perçues entre les sexes. Cette histoire des laissé·es pour compte, qui intègre les femmes au même titre que les hommes, est revivifiée par le regard généreux portée par Michelle Zancarini-Fournel.

Haut de page

Notes

1 Victorine Boucher, Souvenirs d’une morte vivante, Paris, Maspero, 1982, pp. 156-157, citée par M. Zancarini-Fournel, p. 353.

2 Ludivine Bantigny, 1968 : des grands soirs en petits matins, Paris, Seuil, 2018, p. 262.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Lange, « Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours », Genre & Histoire [En ligne], 21 | Printemps 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3389

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page