Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sylvie Camet (dir.), Benoîte Groult. Le genre et le temps

Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Archives du féminisme », 2016, 194 p.
Danièle Voldman
Référence(s) :

Sylvie Camet (dir.), Benoîte Groult. Le genre et le temps, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Archives du féminisme », 2016, 194 p.

Texte intégral

1Cet recueil collectif autour de Benoîte Groult a été publié à l’occasion du don des archives de l’écrivaine à l’université d’Angers à la fin de la décennie 2000. En forme de kaléidoscope, il aborde les différents aspects de sa personnalité, de son œuvre littéraire et de ses engagements. Le but du livre est autant d’analyser l’œuvre à succès de l’auteure de La touche étoile que de contribuer, par un appel à de nouvelles recherches, à la valorisation du fonds. Il se veut également une invitation à d’autres versements, comme par exemple le dépôt par Yvette Roudy de sa correspondance avec la donatrice lors de leur travail commun sur la féminisation des noms de métiers, grades et fonctions. Pour les contributeurs et contributrices, en effet, l’entrée de ces archives à l’université d’Angers « constitue un enjeu patrimonial majeur pour l’histoire des lettres et du féminisme français depuis la seconde moitié du xxe siècle » (p. 33).

2Cette conviction est à l’origine de la démarche inédite de la constitution du fonds. Habituellement, la collecte de documents par le Centre des archives du féminisme (CAF) à Angers vient d’une proposition de personnalités ou de leurs ayant droits, désireuses de confier leurs papiers à des institutions capables de les conserver et de les porter à la connaissance des chercheurs. Ici, le dépôt a été fait en 2009, à l’initiative de France Chabot, responsable de la documentation du CAF. C’est elle qui a contacté Benoîte Groult pour qu’elle lui donne ses manuscrits, tapuscrits, notes, préfaces (dont celle pour une réédition du Deuxième sexe de Simone de Beauvoir en 1990), ainsi que des éléments de sa correspondance et d’une documentation annotée de sa main.

3L’idée directrice du recueil est de faire comprendre l’absence de dichotomie entre l’écrivaine et la féministe, même si sa conquête de liberté et sa conscience féministe ne se sont faites que progressivement, la parution en 1975 d’Ainsi soit-elle constituant un tournant majeur dans sa carrière. Le propos est souligné par les titres des trois parties de l’ouvrage : Vacillations, Affirmations, Imaginations. Cette troisième partie, composée de photographies et d’entretiens, est la plus centrée sur la personnalité propre de Groult.

4Trois thèmes principaux se dégagent de l’ouvrage. D’abord, celui du corps des femmes, omniprésent dans toute l’œuvre de l’écrivaine. Ce corps dont elles sont prisonnières, assignées à leur fonction maternelle, hantées par les grossesses non désirées, confrontées à l’avortement, ainsi qu’aux violences sexuelles et aux mutilations, en particulier l’excision contre laquelle Groult mènera un de ses combats. Alors que celle-ci affirme ses regrets de ne pas avoir signé le manifeste des 343 – on ne lui avait pas proposé, dit-elle, parce qu’elle n’était pas considérée comme féministe –, cette question des corps et de l’avortement introduit le deuxième thème, celui de la définition du féminisme, de l’action féministe et de ses formes de militantisme. Les femmes ne devraient-elles pas être féministes « par nature » ? Cette question reprend le débat ancien, né au xixe siècle, entre les féministes dites bourgeoises et les féministes dites révolutionnaires, pour employer des notions schématiques. L’analyse d’Ainsi soit-elle montre comment le livre, après le vote de la loi Veil, a été instrumentalisé « au service de l’arbitrage par les médias du match entre le bon et le mauvais féminisme ». L’auteure avait été identifiée, notamment par certaines militantes du MLF, « comme une bourgeoise quinquagénaire, qui [jurait] avec le cliché sur la féministe trentenaire au style de vie baba cool » (p. 81). Enfin, le troisième thème de l’ouvrage est consacré à la question du droit des femmes, notamment avec l’importance du combat sur la féminisation des noms de métier à partir des années 1984-1986, dont Groult a présidé la commission officiellement installée le 29 février 1984. À travers les témoignages d’Yvette Roudy sur son action quand elle était ministre des Droits de la femme et de la linguiste Anne-Marie Houdebine-Gravaud, membre de la commission, ressort la question fort débattue de l’institutionnalisation du féminisme au moment du gouvernement de gauche après l’alternance de 1981.

5Comme toujours dans les recueils collectifs, dont ici de surcroît les textes viennent de différentes disciplines, lecteurs et lectrices pourront déplorer leur hétérogénéité, voire leur manque de cohérence. Mais tous, chacun leur manière, apportent une pierre à la connaissance de l’œuvre ainsi que de l’auteure, une femme chaleureuse, pleine d’humour et de verdeur de ton, toujours curieuse des évolutions de son temps, notamment avec la question du vieillissement. Ils sont enrichis d’un beau cahier photos et de reproduction de lettres et d’annotations personnelles. Comme le voulaient les auteurs, un bel outil de valorisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Danièle Voldman, « Sylvie Camet (dir.), Benoîte Groult. Le genre et le temps », Genre & Histoire [En ligne], 21 | Printemps 2018, mis en ligne le 14 septembre 2018, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3411

Haut de page

Auteur

Danièle Voldman

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page