Navigation – Plan du site
Travaux soutenus

Flavie Leroux, Maîtresses des premiers rois Bourbons : femmes, fortunes familiales et pouvoir royal

Thèse de doctorat en histoire moderne, EHESS, sous la direction de Robert Descimon, soutenue le 8 décembre 2017

Texte intégral

1Les maîtresses royales ont longtemps constitué dans l’historiographie un objet sinon futile, du moins dérisoire. De manière quelque peu contradictoire, elles ont donné lieu à une ample littérature mais dont la portée scientifique s’avère souvent limitée. Dans la lignée des études portant sur les mignons, les favoris et les cardinaux-ministres, l’historiographie sur le sujet s’est pourtant renouvelée depuis quelques années, guidée par des enjeux liés à l’histoire locale ou généalogique, ou ouvrant des perspectives plus larges, notamment sur les plans artistique et politique.

2Pour autant, plusieurs aspects restaient à questionner, notamment la place qu’occupent les maîtresses dans les cadres institutionnels et sociaux, sur plusieurs temporalités et niveaux familiaux. Comme lorsqu’elle s’applique aux hommes, la faveur au féminin permet d’interroger les interrelations entre exercice du pouvoir royal, fonctionnement de la société aulique et avancement individuel. Mais restent deux spécificités avec les maîtresses : l’éventualité d’une maternité et la pluralité des appartenances familiales, notamment par le biais du mariage. S’ajoutant à la question du genre, ces deux éléments génèrent plusieurs points de tension, d’abord pour interroger la faveur elle-même dans ses manifestations et ses enjeux, à la fois pour le donateur et pour la ou les donataires. Une seconde interrogation porte sur le rôle des femmes dans des collectifs : en analysant leurs possibilités d’action, l’enjeu est de voir les choix qu’elles opèrent, les rapports qu’elles entretiennent, ceux qu’elles créent, ainsi que les répercussions que cela peut revêtir pour les individus concernés, en prenant en compte une profondeur horizontale et verticale de la parenté. Dans cette perspective, il a été choisi d’articuler systématiquement le politique à l’économique, au social et à la parenté. L’intention était ainsi moins de déterminer le rôle joué par les maîtresses au niveau directement politique (diplomatie ou réseaux de fidélité) que de comprendre en quoi leur situation joue pour elles-mêmes et leur entourage – nébuleuse que cette étude vise d’ailleurs, aussi, à définir. L’enjeu est enfin, à travers ces femmes, de comprendre le fonctionnement de la monarchie et de la société nobiliaire, séparément et dans leurs interactions, en tenant compte à la fois des limites et des ouvertures propres à cette dimension féminine.

3Pour répondre à ces objectifs, j’ai décidé de me focaliser sur une période politique charnière dans l’histoire de la monarchie française, s’étendant du début du règne d’Henri IV (1589) à la fin de celui de Louis XIV (1715). Des fonds d’archives variés et inédits ont été mobilisés. Tandis que je tentais d’explorer de la manière la plus exhaustive possible les documents imprimés (prosopographies, monographies et articles), j’ai procédé à d’importants dépouillements des minutes de notaires et des papiers généalogiques, à Paris essentiellement (Archives nationales et Bibliothèque nationale de France), mais également dans plusieurs Archives départementales. Ce premier corpus a été étudié en parallèle des sources émanant du souverain, notamment les lettres patentes, les brevets, les arrêts du conseil, ainsi que les comptes de recettes et dépenses du trésor royal. Ce n’est que dans un second temps que j’ai sollicité les écrits personnels – mémoires, journaux, correspondances –, afin de compléter ma documentation de première main sans pour autant me laisser abuser par les témoignages des contemporains.

4Pour mener à bien ce projet, plusieurs échelles d’analyse, sociales et chronologiques, ont été adoptées, en suivant une logique concentrique. La première partie de la thèse est consacrée à la maîtresse elle-même, et donc de la période de la faveur, de l’inclination à la distinction, pour saisir comment évoluent position sociale et fortune. A ensuite été considérée une temporalité plus longue, allant jusqu’au décès de ces dames, afin d’explorer leur action sur les différentes composantes sociales auxquelles elles se rattachent : parents, enfants, protégés et établissements religieux (entre autres). Enfin, a été prise en compte une chronologie plus vaste, correspondant au temps généalogique des maisons nobles, pour observer l’articulation entre passé familial, faveur féminine ponctuelle et devenir sur le long terme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Flavie Leroux, Maîtresses des premiers rois Bourbons : femmes, fortunes familiales et pouvoir royal », Genre & Histoire [En ligne], 21 | Printemps 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3435

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page