Navigation – Plan du site
Travaux soutenus

Dorothée Lanno, Les scènes de l’intimité domestique dans les arts figurés en France (1780-1815)

Thèse d’histoire de l’art, Université de Strasbourg, sous la direction de Martial Guédron, soutenue le 10 novembre 2017

Texte intégral

1S’inscrivant dans une perspective historique, cette thèse explore les différentes modalités de représentation de l’intimité dans les arts figurés en France, à une période historique charnière, allant des dernières années de l’Ancien Régime à la chute du Premier Empire.

2De nombreuses études ont examiné les rapports à l’intimité ainsi que ses manifestations dans les domaines de la littérature, des écrits de soi, et des usages du quotidien, mais la question n’avait été abordée que de façon partielle dans le champ de l’histoire de l’art. Dans un premier temps, une nécessaire contextualisation historique a été complétée par une enquête lexicographique et sémantique autour des termes de l’intime. Ces dernières ont permis d’établir qu’à cette période, l’intimité connaît une évolution sémantique et une utilisation plus développée. D’une acception limitée à la définition des liens entre deux individus, progressivement sa signification prend une tournure secrète, et s’étend à tout ce que nous ne dévoilons qu’à un cercle réduit d’individus – qu’il s’agisse du for intérieur, des sentiments affectifs ou encore de la sexualité. Ces changements sémantiques sont accompagnés d’une évolution des pratiques domestiques, culturelles et littéraires qui corroborent l’idée d’une période décisive dans l’histoire de l’intimité. La sélection des images composant le corpus a été réalisée ensuite : près de trois-cent-cinquante œuvres, réalisées dans des techniques variées (peinture, gravure, dessin), ont été retenues. Elles représentent des scènes de la vie privée, parmi lesquelles figurent principalement des scènes de genre, mais également des portraits, quand ceux-ci situent leurs modèles dans un contexte inspiré du quotidien. L’observation et l’étude de ces œuvres ont permis de comprendre par quels codes visuels – accessoires, expressions, postures – s’articulent les représentations de l’intimité.

3Le plan ambitionne de faire apparaître une progression allant de l’intimité personnelle, dissimulée au regard d’autrui, au partage de celle-ci dans le cocon domestique et familial, pour s’intéresser en dernier lieu à son exposition dans l’espace public et à sa réception. La première partie interroge ainsi la dualité entre intériorité de l’âme et intimité du corps, en examinant les rapports entre intimité et lieux. La définition des espaces dédiés à l’intimité, comme le cabinet, le boudoir, ou encore le cabinet de toilette, a montré que si les pratiques intimes (qu’elles soient introspectives ou corporelles) répondent à un désir d’être protégé du regard d’autrui, elles éveillent souvent un fort désir d’effraction. La seconde partie questionne les situations qui autorisent le partage de l’intimité et la constitution d’un cercle d’intimes. Celles-ci sont traitées à travers les thèmes de l’amitié, de l’amour conjugal et de la famille. Elles démontrent une évolution des modalités de représentations des liens affectifs, se traduisant par une démonstration plus explicite des sentiments. Enfin, la troisième partie questionne la destination et la réception des images de l’intimité, par le biais de leur exposition au Salon, et dans la sphère privée de la collection. Le choix de ce plan a permis d’interroger, indépendamment l’une de l’autre, les différentes significations de l’intimité et leurs manières d’être mises en images, tout en faisant apparaître des conclusions transversales à l’ensemble de la thèse.

4Tout au long de l’étude, des textes liés au champ de l’intime et issus de genres variés ont été confrontés aux images. Des fictions, des essais philosophiques et littéraires, des échanges épistolaires, ou encore des traités médicaux ont été convoqués. Cela a permis de replacer les œuvres dans leur contexte, mais aussi d’appuyer les résultats de l’enquête iconographique : dans la grande majorité des cas, les arts figurés suivent l’évolution des pratiques et des mentalités.

5Ainsi, la représentation de l’intimité à la fin du xviiie siècle répond à une aspiration double et qui peut sembler contradictoire : elle revendique le droit au secret, alors que dans le même temps, elle est mise en scène et exposée, comme pour promouvoir sa valeur. Les recherches ont également laissé apparaître une distribution genrée des types iconographiques. De fait, l’espace de l’intimité est extrêmement féminisé : les images attribuent à la femme des rôles stéréotypés, partagés le plus souvent entre la figure de l’élégante, recluse dans son boudoir, se livrant à des activités plus ou moins licites, de l’épouse ou de l’amante dans l’attente de l’être aimé, et de celle de la mère, tendre et attentive, veillant à l’éducation de ses enfants. Certains thèmes sont traités exclusivement sous un angle féminin. Par exemple, les scènes d’hygiène corporelle et de toilette ne dévoilent que des corps féminins. En outre, les représentations d’amitié intime privilégient l’image d’une amitié féminine fondée sur la confiance et la confidence. Les artistes semblent embarrassés lorsqu’il s’agit de retranscrire une amitié mixte qui tend ainsi souvent à glisser vers l’illustration du sentiment amoureux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Dorothée Lanno, Les scènes de l’intimité domestique dans les arts figurés en France (1780-1815) », Genre & Histoire [En ligne], 21 | Printemps 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3440

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page