Navigation – Plan du site
Travaux soutenus

Isabelle Matamoros, « Mais surtout, lisez ! » Les pratiques de lecture des femmes dans la France du premier xixe siècle

Thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université Lumière Lyon 2, sous la direction de Christine Planté et Rebecca Rogers, soutenue le 30 novembre 2017

Texte intégral

1Ce travail interroge du point de vue du genre les pratiques de lecture des femmes en France dans la première moitié du xixe siècle. La manière dont les femmes lisaient et l’usage qu’elles pouvaient faire de leurs lectures demeurent très mal connus, au-delà des discours et des représentations entourant à l’époque la lecture féminine. De ceux-ci se dégage l’idée durable que les femmes, pour l’essentiel lectrices de romans, lisent mal. Cette étude propose de renverser le prisme d’analyse pour interroger le point de vue des lectrices sur leurs propres pratiques. Pour cela, les écrits personnels – journaux, autobiographies, correspondances – de soixante-six femmes nées entre 1789 et 1832 ont été rassemblés, et permettent de suivre leurs trajectoires de lectrices. Appréhender une expérience – la lecture – qui, par définition, laisse peu de traces, à partir d’écrits à la première personne, rendait nécessaire la pratique de l’interdisciplinarité, faisant dialoguer histoire, littérature et sciences de l’éducation. À la croisée d’une histoire culturelle du genre, d’une histoire du fait littéraire et d’une histoire de l’éducation dans le cadre familial, cette thèse révèle l’importance de la lecture dans la fabrique des identités sexuées mais aussi les possibles déplacements que celles-ci pouvaient connaître.

2Les questionnements méthodologiques, dans la lignée d’une historiographie de la lecture soucieuse de restituer les pratiques et les usages du livre dans toute leur historicité, ont conduit à procéder en trois temps. Tout d’abord, l’analyse des discours médicaux, pédagogiques et religieux, dans la première partie, avait pour objectif de comprendre quel était le périmètre autorisé de la lecture des femmes dans la première moitié du siècle, entre la nécessité sociale de les instruire et le bornage des savoirs accessibles par la lecture. Ensuite, l’analyse collective des écrits personnels, à travers ce qui est apparu comme une « biographie chorale » (parties 2 et 3), restitue les caractères généraux de l’apprentissage de la lecture chez les filles, puis de leurs pratiques quotidiennes, de leurs accès au livre et de leurs usages de l’imprimé, tout en ayant soin de mettre en lumière la pluralité des situations et des expériences de la lecture. La deuxième partie de cette thèse s’attache à interroger les possibilités concrètes d’apprentissage de la lecture, essentiellement dans le cadre familial, l’expérience des enfants face au livre et les phénomènes progressifs de sexuation de cet apprentissage. Si on n’apprenait pas alors à lire « comme une fille », au fur et à mesure des différentes étapes de l’apprentissage de la lecture, du déchiffrement à la lecture courante, les contenus s’adressaient plus spécifiquement aux enfants en fonction de leur sexe, les livres autorisés étaient répartis inégalement à l’intérieur des fratries mixtes, et les trajectoires scolaires forcément disparates des unes et des autres impliquaient des usages différenciés du livre.

3Dans la troisième partie, l’analyse de la « bibliothèque virtuelle » des lectrices recomposée à partir des mentions de lecture dans les écrits personnels a pourtant mis en lumière le poids non négligeable de la lecture de l’histoire, de la presse, de la philosophie, de la poésie, aux côtés des deux grandes catégories attendues concernant la lecture des femmes au xixe siècle, les romans et les livres de piété. Cette diversité des lectures a montré que, loin de se cantonner aux prescriptions des parents ou des directeurs de conscience, les lectrices participaient pleinement à l’actualité littéraire de l’époque et s’inscrivaient dans une « génération romantique » fascinée par la littérature sous toutes ses formes. Par ailleurs, il s’agissait, dans cette partie, d’approcher les pratiques de lecture dans leur quotidienneté, en adoptant une perspective anthropologique. Cela a conduit interroger les non-dits, les implicites, les tabous des écritures à la première personne. Enfin, à partir d’une échelle plus fine, des études de cas ont permis l’analyse de phénomènes singuliers d’appropriations de la lecture (partie 4). En suivant les trajectoires de Sophie Ulliac-Trémadeure (1794-1862) et de Justine Guillery (1789-1867), des femmes issues de la bourgeoisie mais ayant subi un déclassement, on voit comment la lecture pouvait devenir une ressource, presque un travail pour ces femmes célibataires, mais qu’elle ne cessait de questionner les lectrices sur leur identité sociale. La dernière étude de cas, à partir des textes des saint-simoniennes et des écrits de Flora Tristan, a souligné l’importance de la lecture dans l’élaboration d’une pensée sur l’émancipation des femmes durant la monarchie de Juillet.

4Les sources mobilisées dans cette thèse mettent donc au jour une pluralité́ des pratiques et des usages de la lecture au quotidien, mais surtout permettent d’interroger deux phénomènes majeurs de la France du premier xixe siècle : les logiques de sexuation à l’œuvre dans l’éducation, et la construction des identités sexuées. De fait, l’accès aux savoirs par le livre reposait alors sur une inégalité fondamentale entre femmes et hommes, et l’apprentissage des manières de lire, ainsi que la liste des livres autorisés, devaient renvoyer l’image d’une féminité acceptable, suffisamment instruite mais non savante, pieuse et vertueuse. Les écritures personnelles constituent alors un matériau propice pour repérer les processus de diffusion des normes de la lecture puis d’incorporation de ces normes. Pourtant, ces sources soulignent à quel point dans le quotidien d’autres manières de faire pouvaient s’élaborer et de nombreuses résistances pouvaient voir le jour. Car l’expérience individuelle de la lecture, en ouvrant la porte vers des territoires intellectuels jugés illégitimes, permettait aussi de transgresser les attentes concernant l’éducation des filles. Au-delà, elle engageait la lectrice dans un travail réflexif sur elle-même qui a pu la conduire à sonder voire à reformuler son identité sociale. Par ce biais, l’autonomie intellectuelle des femmes et leur possible émancipation s’en trouvaient directement questionnées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Isabelle Matamoros, « Mais surtout, lisez ! » Les pratiques de lecture des femmes dans la France du premier xixe siècle », Genre & Histoire [En ligne], 21 | Printemps 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 18 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3447

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page