Navigation – Plan du site
Travaux soutenus

Kim Girouard, Médicaliser au féminin : quand la médecine occidentale rencontre la maternité en Chine du Sud, 1879-1938

Thèse d’histoire contemporaine, ENS de Lyon et Université de Montréal, sous la direction de Christian Henriot et Laurence Monnais, soutenue le 29 septembre 2017

Texte intégral

1Cette thèse examine le processus de la médicalisation de la maternité dans la province méridionale chinoise du Guangdong entre 1879 et 1938. En explorant ce phénomène à travers l’œuvre médicale missionnaire menée dans la région, cette analyse tente de voir comment la prise en charge médicale des parturientes, puis des futures et nouvelles mères chinoises a pu se traduire sur le terrain, en parallèle ou en dehors des politiques gouvernementales pour le moins limitées. Elle met particulièrement en lumière les manifestations locales de ce processus et l’appréhende selon la perspective des principales concernées : les femmes.

2Espérant convertir les populations féminines, les missionnaires chrétiens présents dans le Guangdong, particulièrement ceux appartenant à la mission presbytérienne américaine, ont développé une offre de soins qui répondait à la norme sociale chinoise de la ségrégation sexuelle. Au sein des établissements de santé spécialisés ou adaptés à l’accueil des femmes, ils ont également organisé des maternités, ainsi que des services de santé maternelle et infantile, chargés d’étendre la prise en charge des parturientes en amont et en aval de l’accouchement. Si leurs efforts ont pu être en partie freinés par la double position de subordination qu’occupaient les femmes dans l’organisation sociale confucéenne, il n’en reste pas moins que les missionnaires ont rencontré plus d’une société chinoise dans le sud de la Chine et que certaines de ces particularités locales ont facilité, dans une certaine mesure, leurs efforts de médicalisation.

3Étant moins soumises à la ségrégation des sexes et plus impliquées dans l’économie familiale – y compris en dehors du foyer –, qu’ailleurs en Chine, les femmes du Guangdong ont été relativement nombreuses à compléter des formations médicales et infirmières dans les programmes missionnaires. Par conséquent, la profession médicale a connu une véritable féminisation/sinisation, et cette région du monde s’est révélée être un terrain beaucoup plus propice à l’innovation sociale et à l’émancipation des femmes que bien des pays occidentaux. Principales forces motrices de la médicalisation de la maternité, les femmes, professionnelles comme profanes, soignantes comme patientes, n’ont pas seulement reçu passivement ce modèle de la médecine occidentale. Elles ont aussi négocié ce modèle sur la base de leurs repères socioculturels et ont contribué à en redessiner les contours, faisant passer la médicalisation par un réel processus de naturalisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Kim Girouard, Médicaliser au féminin : quand la médecine occidentale rencontre la maternité en Chine du Sud, 1879-1938 », Genre & Histoire [En ligne], 21 | Printemps 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3468

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page