Navigation – Plan du site
Genre et dispenses matrimoniales : représentations et pratiques juridiques et généalogiques au Moyen Âge et à l'époque moderne

Le témoignage de la parenté : la mémoire généalogique dans les dispenses matrimoniales à Florence (xve-xvie siècles)

Bearing witness to kinship: genealogical memory in matrimonial dispensations in Florence (fifteenth-sixteenth centuries)
Jasmin Hauck

Résumés

Cet article s’appuie sur une source jusqu’ici plutôt négligée pour aborder la question de la mémoire généalogique : les témoignages de proches que les conjoints apparentés jusqu’au 4e degré canonique doivent mobiliser pour prouver les liens de parenté qui les unissent afin d’obtenir une dispense matrimoniale. Nous avons développé un système de représentation graphique de la mémoire généalogique à partir des sources florentines de la fin du Moyen Âge. Ce nouvel outil heuristique sera mobilisé pour interroger la représentation genrée des ancêtres dans les arbres généalogiques dessinés par les notaires en charge de la mise par écrit des procès. Enfin, et à partir des cas où le lien de parenté entre les témoins et les suppliants est connu, nous aborderons la question de savoir si la distribution des sexes à l’intérieur des chaînes d’ancêtres reliant les deux suppliants a ou non un impact sur le choix de certains témoins. Autrement dit, ces témoins occupent-ils des positions généalogiques préférentielles, susceptibles de faciliter le souvenir ou l’identification de certains ancêtres ? Le choix de certains témoins s’opère-t-il en fonction d’une plus grande difficulté – supposée ou réelle – à se remémorer les ancêtres féminins plutôt que masculins ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les débats se sont en particulier focalisés autour de la limite générationnelle de la mémoire généa (...)
  • 2 Cf. Christiane Klapisch-Zuber, La maison et le nom. Stratégies et rituels dans l’Italie de la Renai (...)

1La question de la « mémoire généalogique » au Moyen Âge et à l’époque moderne a été l’un des thèmes de l’histoire de la famille et de la parenté, surtout à partir des années 1980, qui n’a cessé de faire l’objet de débats1. Les chercheurs ont principalement mobilisé l’anthroponymie, les écrits du for privé ou encore les sources littéraires afin d’identifier les logiques mémorielles régissant le souvenir des ancêtres et de déterminer qui, au sein de la mémoire familiale, joue un rôle passif ou actif – en somme une personne à laquelle on se réfère directement ou à travers laquelle le souvenir d’autres personnes est mobilisé – ou, au contraire, tombe dans l’oubli. On doit en particulier à Christiane Klapisch-Zuber d’avoir insisté sur certaines de ces logiques mémorielles et surtout sur l’impact du genre sur ces processus. L’identification de « la maison et [du] nom », pour reprendre le titre d’un de ses ouvrages, désigne parfaitement une telle logique genrée, qui veut que la patrilinéarité prédomine dans la mémoire généalogique et dans ses représentations. Cette prépondérance ne s’exprime pas uniquement à travers les conventions onomastiques : le principe de résidence patri-virilocal rend, en théorie, les lignées agnatiques plus stables et donc plus facilement identifiables2. On partira donc de l’hypothèse que cette nette inflexion patrilinéaire pourrait avoir des conséquences sur la capacité des acteurs à se remémorer et à reconstituer des généalogies peuplées d’ancêtres masculins et féminins. En somme, et au regard de la littérature de l’époque et historiographique, on pourrait présumer qu’il est en général plus compliqué, pour les acteurs, de se souvenir des femmes plutôt que des hommes.

  • 3 Il existe désormais une vaste littérature sur les dispenses matrimoniales au Moyen Âge. Pourtant, l (...)

2Toutefois, nous manquons encore de travaux nous permettant d’identifier précisément et de quantifier les canaux de transmission de la mémoire généalogique. Nous proposons ici de pallier ce manque en nous focalisant sur les dispenses matrimoniales, dont les procédures obligeaient les acteurs à faire face au défi de se remémorer de manière totalement symétrique les ascendants, hommes et femmes, qui constituaient les arbres généalogiques au sein desquels les deux partenaires entretenaient un lien prohibé selon la loi canonique3. De plus, ces sources ne nous permettent pas seulement d’analyser des actes mémoriaux instaurés par les faits (par opposition à la remémoration sélective des acteurs dans les ricordanze, ou livres de raison), mais elles permettent également d’appréhender des opérations mémorielles bien plus complexes. En effet, les témoins mobilisés au cours de ces enquêtes, qui sont souvent des parents du couple, ne doivent pas uniquement se remémorer des simples lignes verticales d’ascendance directe : ils doivent également pouvoir retracer des lignes collatérales d’un ancêtre parfois assez éloigné, en suivant de multiples connexions, qu’elles soient utérines ou agnatiques et qu’elles s’opèrent par le sang ou par l’alliance.

  • 4 Nous basons notre enquête sur les archives notariales florentines, qui contiennent des exécutions d (...)

3Nous focaliserons en particulier notre attention sur les interrogatoires des témoins et sur les preuves de parenté apportées par les requérants devant le tribunal épiscopal de Florence dans le cadre d’une demande de dispense matrimoniale pour empêchement de consanguinité ou d’affinité, en plaçant la variable du genre au centre de notre analyse. Ainsi, il s’agit d’enquêter d’une part sur la place des femmes dans les généalogies que les acteurs doivent prouver dans le cadre de ces procédures et, d’autre part, de voir s’il existe une corrélation entre la distribution du genre des individus dans les chaînes généalogiques et le choix des témoins apportant la preuve de la parenté devant le tribunal4. Nous poserons donc les questions suivantes : cette inflexion agnatique de la mémoire généalogique eut-elle un impact sur la capacité des témoins à reconstituer les généalogies ? Ce principe agnatique a-t-il influencé le choix des témoins pour certifier les liens de parenté entre les conjoints ?

  • 5 Il convient de rappeler qu’au-delà du genre, un certain nombre de variables peuvent avoir un impact (...)

4Pour répondre à ces questions, notre réflexion se développera autour de trois points. Nous proposerons tout d’abord une nouvelle méthode de représentation graphique de la mémoire généalogique mobilisée par les témoins dans les procédures, que nous mobiliserons comme outil heuristique dans les deux parties suivantes. Nous nous focaliserons ensuite sur la place des hommes et des femmes dans les généalogies et sur ce que nous nommerons volontiers des « hommes marginaux », c’est-à-dire des parents de sexe masculin que les témoins ajoutent parfois dans leurs témoignages alors qu’ils ne sont pas directement impliqués dans les chaînes généalogiques qui relient les deux conjoints (une opération qui, en revanche, n’est que très rarement effectuée dans le cas inverse : on en trouvera un exemple à la Fig. 5). Ces « hommes marginaux » ne devraient pas nécessairement apparaître dans les généalogies, mais on a fait le choix de les y inclure : il convient donc de poser la question de leur fonction dans ce processus mémoriel de la parenté. Enfin, nous nous intéresserons aux témoins apparentés au couple par le sang ou l’alliance en introduisant la variable du genre comme catégorie ayant potentiellement joué un rôle dans la sélection des témoins5.

5Il faut tout d’abord insister sur les questions méthodologiques que soulève une telle enquête. Le choix des témoins s’opère évidemment à partir d’un stock de personnes disponibles – que nous ne pouvons connaître dans son intégralité – et selon des logiques qu’il n’est jamais simple d’appréhender en l’absence de discours concrets et objectifs de la part des acteurs. De plus, il convient de rappeler que cette enquête comporte un certain biais social, dans la mesure où la plupart des familles impliquées dans les procédures étudiées appartiennent au groupe des familles les plus en vue de la Florence médiévale. La question de la complétude généalogique et de la connaissance exhaustive de l’ensemble des liens que peuvent entretenir ou non les acteurs mérite également d’être posée. Ainsi, si l’on voulait apprécier pleinement le choix d’un témoin plutôt qu’un autre, il serait essentiel de connaître toutes les personnes apparentées avec le couple qui demande une dispense, et de savoir qui était en vie au moment de la procédure, présent sur place et apte à être témoin, ce qui ne s’avère évidemment pas possible pour notre époque.

Représenter graphiquement la mémoire généalogique : une proposition méthodologique de formalisation

  • 6 Lorsque le lien entre le témoin et les personnes présentes dans la généalogie (ou entre le témoin e (...)

6Comme cet article s’appuie sur une nouvelle méthode pour exposer et analyser des « témoignages généalogiques », il convient d’en présenter rapidement les caractéristiques de base (voir Fig. 1). Les généalogies, figurées sous la forme des schémas de parenté classique en anthropologie, sont dessinées en noir, avec les symboles ordinaires (triangle pour hommes, cercles pour les femmes ; les liens de filiations ou d’alliances sont représentés par des segments). Prenons l’exemple d’un mariage oblique au deuxième et troisième degré de consanguinité unissant deux époux nommés Maria et Giovanni. À chaque fois qu’un lien entre un témoin et les personnes présentes dans la généalogie existe, nous lui attribuons une couleur. Ici, le témoin Benedetto, qui est aussi l’oncle maternel de Giovanni, l’époux en question, est représenté en rouge6. Ainsi, et de la même manière, la couleur rouge représente son témoignage devant la cour. Lorsque le témoin connaît ou a connu personnellement un individu présent dans la généalogie, ce lien est représenté par une ligne un peu plus épaisse (les termes utilisés par le témoin sont, dans ce cas précis, cognoscit ou cognovit). Si au contraire le lien décrit par le témoin est connu par ouï-dire (dici audivit), il sera représenté par des pointillés. Les types de connaissance généalogique ne pouvant être déterminés par le chercheur qui reconstitue la généalogie sont représentés par de simples lignes (par exemple lorsque le témoin utilise le terme scit pour désigner un lien entre deux personnes). Lorsque le témoin affirme explicitement ne pas connaître ou avoir connu une personne présente dans la généalogie, nous le représenterons par un X, et lorsque ce même témoin précise qu’il ne connaît pas son nom, nous l’indiquerons par un double N (NN). Il convient toutefois de rappeler et d’insister sur le fait que ce schéma ne constitue pas une représentation de la mémoire réelle du témoin ni même son témoignage devant le tribunal, mais bien celle que les notaires ont retranscrite et léguée à la postérité dans leur registre.

Fig. 1. Schéma de représentation des témoignages et des liens de parenté unissant les acteurs juridiques

Fig. 1. Schéma de représentation des témoignages et des liens de parenté unissant les acteurs juridiques
  • 7 La bibliographie sur la parenté est immense. Nous nous limiterons ici à signaler un ouvrage fondame (...)

7Ce système de représentation graphique des attestations de la mémoire généalogique comporte un certain nombre d’avantages. Il nous permet tout d’abord de visualiser, dans un même schéma, les liens de parenté souvent complexes et intriqués que les témoins, appelés à se remémorer les généalogies des demandeurs de dispenses, parvenaient à mobiliser. Ensuite, il permet de mettre en évidence la « qualité » et les différentes propriétés de cette mémoire généalogique : pour ce faire, nous avons recours à différents styles de lignes et symboles. L’utilisation de plusieurs couleurs permet en outre d’ajouter un nombre important d’acteurs sans que la lisibilité du graphique n’en soit affectée. Cette méthode, que nous avons initialement conçue à partir des témoignages recueillis dans le cadre de procédures de dispenses matrimoniales, peut tout à fait être utilisée pour étudier d’autres contextes géographiques, non seulement en histoire, mais également en sociologie et anthropologie de la famille et de la parenté7.

Les « hommes marginaux » : indicateurs ou vérificateurs de la mémoire généalogique ?

Identifier…

  • 8 Sur les conventions onomastiques médiévales pour désigner les femmes, voir Olivier Guyotjeannin, «  (...)

8Après avoir abordé ces aspects quelque peu techniques, examinons à présent la question de la fonction de ces « hommes marginaux » présents dans les témoignages et les généalogies. Pour expliquer leur présence dans les reconstitutions généalogiques dans les sources, qu’elles soient graphiques ou textuelles, on pourrait avancer quelques éléments de réponse, en commençant par le plus simple : les « hommes marginaux » permettent tout simplement d’aider à nommer ou encore à identifier les femmes présentes dans le réseau généalogique auxquelles ils sont mariés. Leur fonction ne s’arrête toutefois pas là : il est important de noter que l’attribut « épouse de » n’est pas uniquement utilisé pour désigner les femmes mariées et directement intéressées par la procédure d’identification généalogique : cet attribut onomastique apparait aussi fréquemment dans des contextes et des sources de nature différente et s’avère par conséquent assez commun8. Ainsi, et ce même lorsqu’ils ne sont pas représentés dans l’arbre généalogique dessiné par le notaire, comme on peut le voir dans le doc. 1, les maris des femmes à travers lesquelles passe le lien de parenté apparaissent très souvent dans les récits des témoins, comme c’est le cas dans les actes notariés enregistrant les dispenses de mariage entre Lorenzo et Francesca (Fig 2 ; Doc. 2).

Doc. 1 : Arbor consanguinitatis de Tommaso deʼ Rucellai et Caterina deʼ Ridolfi (1538)

Doc. 1 : Arbor consanguinitatis de Tommaso deʼ Rucellai et Caterina deʼ Ridolfi (1538)

Source : Archivio di Stato di Firenze (désormais ASF), Notarile Antecosimiano, 3358, fol. 96r. Exécution de la dispense aux 3e et 4e degrés de consanguinité pour Tommaso di Carlo di Bernardo deʼ Rucellai et Caterina di Benedetto deʼ Ridolfi, 29.07.1538. (Image publiée avec l’autorisation de l’Archivio di Stato di Firenze (n° 3012, CL 28.28.01/1116))

Fig. 2 : Témoignage sur le lien de parenté entre Lorenzo et Francesca de Doccia (diocèse de Fiesole) (1542)

Fig. 2 : Témoignage sur le lien de parenté entre Lorenzo et Francesca de Doccia (diocèse de Fiesole) (1542)

Source : Archivio arcivescovile di Firenze (désormais AAF), Dispense matrimoniali, 54 (Doc. 1). Exécution de la dispense au 4e degré de consanguinité pour Lorenzo et Francesca de Doccia, 09.04.1542

Doc. 2 Arbor consanguinitatis de Lorenzo et Francesca (1542)

Doc. 2 Arbor consanguinitatis de Lorenzo et Francesca (1542)

Source : Archivio arcivescovile di Firenze (désormais AAF), Dispense matrimoniali, 54 (Doc. 1). Exécution de la dispense au 4e degré de consanguinité pour Lorenzo et Francesca de Doccia, 09.04.1542

  • 9 En se référant à un cas célèbre d’un mariage proche, Henri de Suse dit qu’il est possible d’identif (...)

9Dans les débats qui mobilisent les juristes savants autour de la manière d’identifier de manière suffisamment précise une femme dans une généalogie lorsqu’on ne peut se rappeler de son nom, l’identification par le mari est une des possibilités suggérées par exemple par Henri de Suse9. Notons que le contraire, c’est-à-dire l’identification d’un homme dont on ne connaîtrait pas le nom par l’intermédiaire de son épouse, n’est pas suggéré par les savants du droit. En outre, il est possible de comprendre la présence de ces « hommes marginaux » en tant que contribution substantielle à la preuve dans la mesure où ils symbolisent l’affiliation à un groupe de descendance agnatique (ce qui nous paraît sans doute plus évident dans le cas où ces familles ont un nom de famille, qui permet de les identifier plus facilement). En ce sens, ils ne sont pas uniquement une sorte de marqueur onomastique pour les femmes auxquelles ils sont mariés, mais peuvent aussi aider à resituer leurs descendants dans les généalogies et donc à les identifier en révélant leur affiliation à un groupe de descendance agnatique (ou à une famille). Au-delà de cette simple fonction de pouvoir aider à nommer ou à identifier une femme, la présence de ces « hommes marginaux » dans les récits des témoins constitue aussi un moyen de vérifier/contrôler la mémoire de ces derniers.

… et contrôler

10Examinons donc un cas concret permettant de mesurer à quel point le fait d’évoquer les « hommes marginaux » peut servir de contrôle supplémentaire de la fiabilité du témoignage et certifier l’authenticité de la connaissance généalogique des témoins. Il s’agit de la dispense au 4e degré de consanguinité qu’a nécessité l’union de Lena et Romolo, connectés l’un à l’autre par leur ancêtre commun, Piero Simoncini (voir Fig. 3). Le nombre de témoins, quatre au total, est assez élevé ; il est d’ailleurs intéressant de noter qu’aucun d’entre eux ne semble entretenir des liens de sang ou d’alliance avec les époux. Lorsqu’on les interroge sur leur connaissance de la généalogie des époux, ils répondent – du moins, c’est ce qui a été mis par écrit – qu’elle provient du fait qu’ils vivent à proximité de leurs familles et qu’ils ont connu personnellement Tofano, le grand-père de Romolo. Il est possible que l’absence de liens de parenté par le sang ait rendu les enquêteurs quelque peu suspicieux à leur égard, et enclins à imaginer une possible concertation des témoins et des époux avant l’instruction. On leur a donc peut-être demandé de donner des informations sur la descendance mâle de Tofano, pour ainsi dire « tester » et mettre à l’épreuve leur connaissance de la généalogie des époux, au-delà de ce qui est normalement nécessaire pour la nécessité de la preuve. À nouveau, le fait qu’un seul témoignage, celui de Matteo (représenté en rouge), semble avoir été en mesure de retracer l’ensemble des liens de parenté unissant les conjoints ne signifie pas que les autres témoins n’en n’aient pas été capables. Cela indique probablement que la connaissance que les témoins avaient des « hommes marginaux » a été jugée significative par le notaire ayant rédigé le rapport de l’interrogatoire et considéré que la présence de ces « hommes marginaux » dans les dépositions était un moyen recevable de certifier l’authenticité et la profondeur de la mémoire généalogique des témoins. Pour le dire autrement, l’évocation de ces « hommes marginaux » constituait une sorte de complément de la preuve et conférait une forme de crédibilité supplémentaire à ces témoignages. Ce cas montre d’ailleurs l’importance du rôle joué par l’onomastique pour détecter les liens de parenté : le père de Romolo, Tofano, porte le même prénom que son grand-père, ce qui a certainement aidé à se rappeler du lien de filiation qui les unissait.

Fig. 3 : Témoignages de Matteo (en rouge), Angelo (en bleu), Niccolò (en jaune) et Francesco (en vert) concernant le lien entre les suppliants Lena et Romolo (1519)

Fig. 3 : Témoignages de Matteo (en rouge), Angelo (en bleu), Niccolò (en jaune) et Francesco (en vert) concernant le lien entre les suppliants Lena et Romolo (1519)

Source : AAF, Dispense matrimoniali 1, no. 72 (Doc. 2). Exécution de la dispense au 4e degré de consanguinité pour Romolo et Lena, 23.12.1519

Au plus près des femmes pour se souvenir : lien entre positionnement généalogique des témoins et genre des ancêtres

Les normes du choix des témoins

11Avant d’aborder la question des liens de parenté entre les témoins et les individus présents dans la généalogie, attardons-nous un instant sur la question des normes juridiques portant sur le choix des témoins dans le cadre de la procédure encadrant la « preuve généalogique ».

  • 10 Les savants du droit tardo-médiéval ont développé ce regard ambivalent sur les parents proches cons (...)

12En effet, la preuve des liens de parenté constitue un cas particulier où la hiérarchie traditionnelle des témoins est partiellement inversée. Non seulement les proches parents de l’un et de l’autre sexe sont autorisés à témoigner lors de ce type de procédure, mais ils sont même considérés comme les « témoins généalogiques » par excellence. Plus le lien entre les conjoints et les témoins est proche et plus ces derniers sont en mesure de donner des informations fiables et détaillées sur les liens de parenté faisant l’objet d’une enquête. C’est seulement lorsqu’il n’y a pas, ou plus, de parents à disposition pour témoigner que le tribunal doit interroger d’autres témoins, et en particulier les anciens du village. Néanmoins, certains juristes se sont élevés contre cette forme de prédominance et d’exclusivité de la connaissance généalogique au sein de la parenté des conjoints, dans la mesure où elle pourrait représenter un risque de manipulation en faveur du couple, et en particulier lorsqu’il s’agit de leur géniteurs10.

  • 11 Parmi la vaste littérature sur les femmes-témoins, voir en particulier : Brundage, « Female Witness (...)
  • 12 Toutefois, cette absence des femmes comme témoins dans les investigations ne veut pas forcément dir (...)

13Ces inquiétudes semblent avoir fait leur chemin dans les pratiques judiciaires. Bien que l’on trouve des membres de la parenté parmi les témoins – ils sont d’ailleurs probablement plus nombreux que ceux qui sont explicitement désignés comme tels dans les sources ou que l’on arrive à identifier grâce à d’autres sources –, nous n’avons trouvé aucun cas de témoins directement impliqués dans les chaînes de parenté reliant les époux dans notre corpus. Enfin, aucune femme ne fait partie des témoins. On pourrait expliquer cette absence des femmes dans les enquêtes sur les liens de parenté pour obtenir une dispense par le fait que, dans la théorie juridique, les témoins de sexe féminin se situent à une échelle inférieure dans la hiérarchie des témoins, en vertu de leur « imbecillitas sexus » présumée11. Ainsi, et pour résumer, si les femmes ou les ascendantes directement impliquées dans les généalogies sont en théorie autorisés à témoigner, elles semblent dans la pratique florentine exclues de ces procédures12.

La pratique du choix des témoins

14Passons maintenant à la question du choix des témoins dans la pratique juridique. Parmi les cas illustrant une remarquable capacité des témoins à se souvenir des femmes, on peut citer la triple dispense de consanguinité concernant les unions de deux sœurs, Lucrezia et Costanza, avec deux frères, Sebastiano et Lorenzo (cf. Fig. 4). Dans la mesure où les liens généalogiques sont multiples et imbriqués, nous allons procéder étape par étape pour examiner ce cas. Il est particulièrement intéressant de noter qu’il y a une femme parmi les ancêtres apicaux à l’origine d’un des liens de parenté prohibé unissant les époux au troisième degré de consanguinité : une certaine Mattea. Deux de ses enfants, Lorenzo et Donato, étaient en effet nés de deux lits différents : Lorenzo était le fils de Mattea et de Segna, mais nous ignorons l’identité du père de Donato. Le deuxième empêchement de parenté se situe au 3e et 4e degré, à l’origine duquel se trouve le susmentionné Segna. Cet empêchement découle là encore de deux différents mariages. Enfin, le troisième empêchement se situe au 2e et 3e degré.

Fig. 4. Lien de parenté entre les témoins Francesco et Segna et les suppliants Lucrezia, Costanza, Lorenzo et Leonardo (1481)

Fig. 4. Lien de parenté entre les témoins Francesco et Segna et les suppliants Lucrezia, Costanza, Lorenzo et Leonardo (1481)

Source : ASF, Notarile Antecosimiano 10086, fol. 78r-80r : (Doc. 3, en annexe). Exécution de la dispense au 2e/3e et 3e et 3e/4e degré de consanguinité pour Lorenzo et Sebastiano et Costanza e Lucrezia de Poggibonsi, 23.11.1480

15Les deux témoins, Segna Junior et Francesco, dont le lien de parenté les unissant aux deux couples est connu, sont respectivement oncle et neveu, mais également des proches parents des quatre époux : ils font en effet partie du groupe agnatique des deux épouses (représenté ici en vert) et sont des parents maternels du père des deux époux, c’est-à-dire l’oncle maternel et le cousin croisé matrilatéral du père de Sebastiano et de Lorenzo, qui se prénommait Bartolomeo. Dans le circuit de parenté reliant les conjoints au 3e et 4e degré à travers l’ancêtre apical Segna Senior, la seule femme impliquée s’appelle Agnese : elle est la sœur dudit témoin Segna Junior et donc la tante paternelle de l’autre témoin, Francesco. En d’autres termes, les deux témoins appartiennent à la plus proche parenté d’une des femmes (il y en a quatre au total) impliquées dans la généalogie de l’empêchement, c’est-à-dire le « maillon faible », du point de vue mémoriel, de la chaîne de parenté à propos de laquelle ils sont amenés à témoigner dans le but d’en certifier la véracité (voir Fig. 4).

16Si le troisième témoin, appelé Bernardo, affirme ne pas se rappeler des prénoms de Letizia et de Sandra, lui-même et les deux autres témoins (les récits des témoins ne sont pas représentés dans le graphique et se trouvent en annexe) réussissent tout de même à retracer les liens utérins unissant les conjoints et l’ensemble de la généalogie, pourtant particulièrement complexe et imbriquée, comme on peut le constater dans le schéma généalogique que nous avons reconstitué. D’ailleurs, Bernardo, le seul témoin ayant rencontré des difficultés pour se rappeler des femmes présentes dans la généalogie (il disait ne pas se rappeler des noms de Sandra et Letizia), est celui qui, a priori, n’est pas lié aux suppliants par un lien de parenté (ou, tout du moins, son témoignage ne fait pas référence à un quelconque lien de parenté, au contraire des deux autres témoins).

17Voyons maintenant un autre cas particulièrement éclairant à propos de cette question de l’impact potentiel de la distribution des femmes dans les généalogies sur le choix des témoins. Il s’agit d’une dispense au 3e et 4e degré de consanguinité demandée par Alessandra et Vincenzo (Fig. 5). Les deux témoins, Germano et Bernardo, sont les frères de la grand-mère maternelle d’Alessandra. Il est particulièrement intéressant de noter que ce lien unissant les témoins aux deux conjoints est strictement utérin dans le cas de l’épouse et strictement agnatique dans le cas de l’époux.

Fig. 5 : Lien entre les témoins Germano et Bernardo et les suppliants Vincenzo et Alessandra (1528)

Fig. 5 : Lien entre les témoins Germano et Bernardo et les suppliants Vincenzo et Alessandra (1528)
  • 13 « Sieur Germano fils de Bernabeo de’ Mini originaire de ladite vallée, âgé de 44 ans, [et] Bernardo (...)

Source : AAF, Pergamene, 13.817. Exécution de la dispense au 3e et 4e degré de consanguinité pour Vincenzio et Alessandra, 26.08.152813

18Voyons enfin le cas inverse mais totalement symétrique au 3e et 4e degré de consanguinité unissant Francesca et Tommaso (Fig. 6). Cette fois, le témoin, Giovanni, est lié de manière strictement utérine à l’époux, prénommé Tommaso, et de manière strictement agnatique à Francesca, l’épouse. Ces deux cas sont probablement tout sauf le fruit du hasard : cette bipartition unilinéaire agnatique versus utérine révèle sûrement une certaine logique qui voudrait que, en présence d’une chaîne de parenté strictement utérine, les parents agnatiques de l’autre lignée, elle aussi strictement agnatique, permettent de faire le lien entre les deux, en occupant une position clé, où se trouve probablement le verrou de la mémoire généalogique, en tout cas une possible frontière entre le souvenir et l’oubli.

Fig. 6 : Témoignages de Giovanni da Sommaia (en rouge) et Niccolò de’ Pollini (en bleu) concernant le lien entre Tommaso deʼ Frescobaldi et Francesca da Sommaia (1532)

Fig. 6 : Témoignages de Giovanni da Sommaia (en rouge) et Niccolò de’ Pollini (en bleu) concernant le lien entre Tommaso deʼ Frescobaldi et Francesca da Sommaia (1532)

Source : AAF, Dispense matrimoniali 54 (Doc. 4, en annexe). Exécution de la dispense au 4e degré de consanguinité pour Tommaso di Leonardo di Tommaso deʼ Frescobaldi et Francesca di Giovanni di Rosso da Sommaia, 10.01.1532

19Mais intéressons-nous à l’autre témoin, Niccolò de’ Pollini, qui confirmerait cette logique, parce qu’il se trouve probablement dans la situation inverse de celle du premier témoin, Giovanni da Sommaia, qui est situé au croisement entre des chaînes unisexuées utérines vs agnatiques. On ne connaît pas la position exacte de Niccolò dans la parenté des deux époux, mais le fait qu’il dispose d’une meilleure connaissance de la généalogie de Francesca laisse supposer qu’il se trouve plutôt de ce côté-ci de la parenté plutôt que de celui de Tommaso (il pourrait être un affin ou un consanguin plus ou moins éloigné de Francesca [cousin, grand-cousin, grand-oncle etc.]). Il serait ainsi – à supposer que notre hypothèse soit fondée – plus éloigné de la chaîne utérine de laquelle l’autre témoin, Giovanni, est plus proche. Giovanni n’éprouve en effet aucune difficulté pour se remémorer cette chaîne généalogique et a personnellement connu les femmes qui la composent. Niccolò était très certainement généalogiquement plus distant de ces chaînons utérins et aurait par conséquent plus de difficultés à les connaître. Ainsi, c’est uniquement sur la base du ouï-dire que Niccolò connaissait le lien unissant Tommaso et Marietta et Alessandra, qui étaient respectivement sa mère et sa grand-mère maternelle. Il affirmait en outre ne pas se rappeler de leurs noms. Il ne faut pas exclure d’autres facteurs ayant potentiellement influencé ces difficultés mémorielles, comme par exemple, le positionnement générationnel de Niccolò.

20Voyons à présent une autre dispense, datée de 1515, qui concerne Leonardo de’ Buonisegni et Lucrezia de’ Ridolfi et dont l’un des témoins, Niccolò d’Ugolini est connecté aux époux à travers deux lignes unilinéaires, agnatique dans le cas de l’épouse et utérine dans celui du mari. Il convient ici de noter que le témoin n’est pas un parent consanguin mais un affin, et qui, d’une certaine manière, représente peut-être la mémoire généalogique de son épouse Maria, qui était la grand-tante des deux conjoints. Cet exemple pose à nouveau la question du témoignage des femmes et l’on pourrait se demander, par exemple, si le mari témoigne parce que celle-ci est décédée ou, tout simplement, pour la raison que nous avons déjà évoquée à propos de l’exclusion pratique des femmes dans les questions de témoignages.

Fig. 7 : Témoignages de Niccolò d’Ugolini (en bleu) et Luca deʼ Buondelmonti (en rouge) concernant le lien entre les suppliants Lucrezia deʼ Ridolfi et Leonardo deʼ Buoninsegni (1515)

Fig. 7 : Témoignages de Niccolò d’Ugolini (en bleu) et Luca deʼ Buondelmonti (en rouge) concernant le lien entre les suppliants Lucrezia deʼ Ridolfi et Leonardo deʼ Buoninsegni (1515)

Source : AAF, Dispense matrimoniali 1, no. 63 (Doc. 5). Exécution de la dispense au 3e degré de consanguinité pour Leonardo di Bindaccio deʼ Buoninsegni et Lucrezia di Giovanni deʼ Ridolfi, 16.04.1515

21Bien entendu, toutes les généalogies de notre corpus ne sont pas constituées sur la base d’une stricte division entre chaînes utérines et agnatiques : le système de parenté chrétien étant cognatique, les chaînes cognatiques sont par conséquent fréquentes, et même plus nombreuses.

  • 14 Sur lʼanthroponymie florentine et le développement des noms de familles à la période étudiée ici, v (...)

22Voyons donc un cas assez intéressant de parenté cognatique, unissant les familles Niccolini-Velluti à travers la dispense au 4e degré demandé par Odo de’ Niccolini et Baccia de’ Vellutti, tous deux descendants d’Andrea de’ Pazzi (cf. Fig. 8). Nous sommes ici en présence de quatre groupes de descendance agnatiques, soit les familles Capponi, Niccolini, Pazzi et Velluti. Notons immédiatement que deux des trois témoins sont apparentés aux conjoints à travers des liens d’affinité. La fille de Giovanni de’ Lapi (le témoin situé à l’extrême gauche, en rouge), Ginevra, est en effet l’épouse de Larione de’ Gualderotti, descendant en ligne unilinéaire utérine de Piero d’Andrea de’ Pazzi. On pourrait supposer que ledit Giovanni était de ce fait bien placé pour avoir une assez bonne connaissance de l’histoire familiale de son gendre. Toutefois, une aussi profonde « familiarité » avec la généalogie portant sur de multiples liens utérins de la part d’un membre de la parenté affine aurait de quoi surprendre, et l’on pourrait évidemment douter qu’une telle situation puisse se produire dans le cas de familles vivant dans les campagnes florentines, qui plus est si elles ne portent pas de noms de famille comme cela était fréquent à cette époque14. Le deuxième témoin, Andrea de’ Marsuppini, semble également lié au couple uniquement à travers un lien d’affinité. En tout cas, que ce soit à travers les témoignages ou à travers les enquêtes que nous avons conduites dans d’autres sources comme les ricordanze, ou en nous appuyant sur la bibliographie, il semblerait que ces deux témoins ne soient pas des parents consanguins. Andrea est en effet le mari de la cousine croisée patrilatérale de Baccia et a été tout de même capable de retracer sa généalogie ascendante jusqu’à l’ancêtre apical, Andrea de’ Pazzi, alors qu’elle comporte plusieurs chaînons utérins.

  • 15 Cf. fig. 7. Ce cas constitue d’ailleurs l’exemple d’une infraction aux normes procédurales et aux n (...)

23Néanmoins, ce savoir remarquable des témoins affins est limité. Tous les deux déclarent connaître uniquement une partie de la généalogie, qu’ils tracent ensuite (dixit hoc tantum scire […])15, c’est-à-dire, pour le premier témoin (Andrea deʼ Marsuppini), le lien entre Andrea deʼ Pazzi et Bacci deʼ Velluti et, pour le deuxième témoin (Giovanni deʼ Lapi), le lien entre Andrea deʼ Pazzi et Odo deʼ Niccolini.

  • 16 Nous n’avons pour le moment pas trouvé de traces de cette dispense dans les registres des supplique (...)

24En effet, le seul des trois témoins capable de certifier et de restituer entièrement la généalogie en connectant les deux lignées est un membre du lignage des Pazzi, Piero, arrière-petit-fils d’Andrea du même nom. La raison de sa connaissance approfondie et de son choix comme témoin ne découle probablement pas uniquement du fait qu’il soit un descendant direct de l’ancêtre commun du couple. En effet, Piero était également l’époux de Dianora deʼ Capponi, cousine au deuxième degré de Baccia deʼ Velluti. Du fait de cette double connexion avec les membres de la parenté à l’origine de l’empêchement matrimonial, soit, comme parent lié par le sang à Odo et comme parent par alliance de Baccia, Piero de’ Pazzi disposait certainement d’un savoir généalogique non négligeable quant au lien unissant le couple. Au-delà, Piero et son épouse Dianora deʼ Capponi partagent en commun, avec les deux requérants Baccia et Odo, l’ancêtre apical à l’origine de l’interdit, Andrea deʼ Pazzi. En outre, Piero de’ Pazzi était probablement familier avec ce type de procédure et avec cette même généalogie, puisque son mariage conclu en 1496 avec Dianora de’ Capponi avait nécessité, quarante ans auparavant, une dispense de consanguinité au troisième degré. Les deux premières générations de la généalogie des suppliants et du témoin, c’est-à-dire Andrea deʼ Pazzi et ses deux enfants Piero et Luisa, sont communes16. Piero de’ Pazzi était donc non seulement un témoin expérimenté dans la procédure juridique en œuvre lorsqu’il s’agit de demander une dispense matrimoniale, mais également un acteur clé de cette procédure, pouvant partager son expérience passée auprès de ses parents confrontés à la même situation ou presque.

  • 17 Il est important de rappeler que, dans le cas présent, la reconstitution des liens de parenté uniss (...)

25Au-delà du cas de Piero, dont la place est centrale dans la généalogie, il convient de souligner que le fait qu’on ait choisi comme témoins deux personnes liées aux conjoints par des liens d’affinité éloignés est assez révélateur de ce que les familles les plus puissantes et renommées disposent d’un plus large vivier de témoins dans lequel il est possible de puiser, au-delà du simple cercle des parents proches. Pour ces familles influentes et particulièrement visibles sur la scène économique et sociale de la ville, en effet, la fama de leur généalogie est, par définition, publica17.

  • 18 Voir AAF, Dispense matrimoniali 54 (Doc. 6, en annexe). Exécution de la dispense du 4e degré de con (...)

Fig. 8 : Témoignages de Piero de’ Pazzi, Giovanni de’ Lapi et Andrea de’ Marsuppini concernant le lien entre les suppliants Odo deʼ Niccolini et Baccia deʼ Velluti (1541)18

Fig. 8 : Témoignages de Piero de’ Pazzi, Giovanni de’ Lapi et Andrea de’ Marsuppini concernant le lien entre les suppliants Odo deʼ Niccolini et Baccia deʼ Velluti (1541)18

Source : AAF, Dispense matrimoniali, 54 (Doc. 6). Témoignages de Giovanni di Scolaio da Sommaia et Niccolò di Cione di Niccolò deʼ Pollini lors de lʼexécution de la dispense au 4e degré de consanguinité pour Tommaso di Leonardo di Tommaso deʼ Frescobaldi et Francesca di Giovanni di Rosso da Sommaia, 10.01.1532

26Le cas à peine exposé montre qu’un certain nombre de logiques – ici sociales et politiques – régissent ou tout du moins orientent fortement la désignation des « témoins généalogiques ». Attardons-nous maintenant sur l’ensemble des liens connus entre les témoins et les suppliants que nous avons réussi à identifier sur la totalité des dispenses en notre possession, pour déterminer si la distribution des sexes dans la chaîne d’ancêtres agit ou non comme une variable potentiellement déterminante dans le choix d’un témoin.

Témoins et distance généalogique : une vue d’ensemble

Typologies et opérateurs d’analyse : une introduction au mode de représentation

  • 19 Soit 15 au total pour les typologies 1 et 2 et 8 pour la troisième typologie.

27Si l’on décompose les relations de parenté entre les témoins et les époux dans toutes les dispenses matrimoniales pour lesquelles nous savons que ces témoins sont apparentés aux deux conjoints, il est en effet possible de dégager un certain nombre de typologies, que nous nous proposons de mettre en relation les unes avec les autres. Bien entendu, le nombre total de témoins pour lesquels l’information généalogique est complète est assez peu élevé (23 au total19), mais il s’agit avant tout d’émettre quelques hypothèses quant à une possible logique genrée à l’œuvre dans le choix des témoins dès lors qu’ils font partie de la parenté des deux époux.

28De cette opération de décomposition ont émergé trois typologies : la première regroupe tous les cas où un témoin entretient une relation de parenté plus proche avec l’un des deux conjoints, tant dans la consanguinité que dans l’affinité (cf. Fig. 9). Pour le dire autrement, la distance généalogique qui oppose le témoin et ce partenaire est moindre par rapport à celle qui relie ce même témoin à l’autre partenaire. Nous avons dissocié au sein de cette typologie les deux types de relation entre témoin et conjoint, soit d’un côté les relations de consanguinité (première ligne : les cas de A à I) et, de l’autre, d’affinité (seconde ligne : de J à N). Dans ces schémas, les témoins sont représentés par des triangles noirs. On trouve, à l’autre bout de la chaîne, le partenaire, homme ou femme, qui est le plus proche de ce témoin, s’il s’agit d’un lien de consanguinité prohibé nécessitant une dispense. S’il s’agit cette fois d’un lien d’affinité, les deux personnes représentées dans les deux typologies sont évidemment du même sexe, puisque c’est le lien entre deux partenaires successifs d’une personne qui crée l’interdit de mariage.

  • 20 Les cas intégrés dans ce graphique sont les suivants : A (AAF, Dispense matrimoniali 54), B (AAF, P (...)

Fig. 9 : Typologie n.°1, liens entre les témoins et les conjoints (consanguins et affins) les plus proches du point de vue généalogique20

Fig. 9 : Typologie n.°1, liens entre les témoins et les conjoints (consanguins et affins) les plus proches du point de vue généalogique20

29Nous avons toutefois choisi de distinguer ces relations selon le sexe du partenaire impliqué dans la relation : ainsi, dans le cas reporté ci-dessous, nous avons choisi de ne pas fusionner deux relations généalogiques identique (ici, de type Mother’s Mother’s Brother MMB), voir Fig. 10) :

Fig. 10 : Détail A et B : Distinction des relations généalogiques identiques selon le sexe de la personne reliée au témoin.

Fig. 10 : Détail A et B : Distinction des relations généalogiques identiques selon le sexe de la personne reliée au témoin.

30La deuxième typologie représente le pendant de la première, c’est-à-dire la relation unissant cette fois le partenaire qui est le plus éloigné du point de vue généalogique de ce même témoin (cf. Fig. 11).

Fig. 11 : Typologie n° 2, liens entre les témoins et les conjoints (consanguins et affins) les plus éloignés du point de vue généalogique

Fig. 11 : Typologie n° 2, liens entre les témoins et les conjoints (consanguins et affins) les plus éloignés du point de vue généalogique
  • 21 Notons que, par exemple dans le cas B (2), il s’agit de deux témoins présents dans la même dispense (...)

31Chaque lien de parenté désigné par une lettre (A, B, C, etc.) renvoie à la première typologie dégagée, représentant les liens de ces mêmes témoins avec l’autre conjoint, plus proche du point de vue généalogique. Après la lettre nominative, le nombre de cas pour lesquels nous avons identifié un tel lien dans notre corpus de sources figure entre crochets21. Voyons rapidement comment fonctionne ce regroupement de typologies, en prenant l’exemple du cas C (Fig. 12 ci-après), qui représente un lien d’affinité ; les individus liés aux témoins seront par conséquent de même sexe et sont ici deux femmes, des cousines apparentées au 3e degré canonique. Le premier schéma représente le lien de parenté qu’entretient le témoin (représenté par un triangle noir) avec les deux personnes apparentées. Les deuxième et troisième schémas montrent, de manière dissociée, les relations qu’entretiennent les individus présents dans le premier schéma, à savoir dans la deuxième figure, la relation généalogique liant le témoin et la femme la plus proche de lui du point de vue généalogique et, dans le troisième, le lien entre ce même témoin et l’autre femme, cette fois-ci plus éloignée de lui par rapport à l’autre.

Fig. 12 : Dissociation du cas C dans les deux premières typologies (Fig. 9 et Fig. 11)

Fig. 12 : Dissociation du cas C dans les deux premières typologies (Fig. 9 et Fig. 11)

32Notre système de représentation comporte également d’autres opérateurs qui permettent d’introduire une variable d’analyse supplémentaire pour confronter les typologies 1 et 2. Ainsi, les cercles et triangles bordés de rouge signifient que l’empêchement ne passe pas à travers la personne représentée par cette forme, mais à travers l’époux ou l’épouse de celle-ci. Pour illustrer ce cas, prenons l’exemple du témoin I (voir Fig. 13) :

Fig. 13 : Détail et partitions de la représentation du témoin I (voir Fig. 9 et Fig. 11)

Fig. 13 : Détail et partitions de la représentation du témoin I (voir Fig. 9 et Fig. 11)

33Le premier graphique montre le lien existant entre le témoin Carlo deʼGondi (toujours représenté par un triangle noir) et les deux conjoints, Galeotto deʼ Martelli et Marietta deʼ Rinuccini, dans un schéma unique. Le deuxième montre le lien que ce même témoin entretient avec le conjoint le plus éloigné du point de vue généalogique, Galeotto, selon le modèle présenté ci-avant (voir Fig. 11). Les troisième et quatrième graphiques montrent le lien que ce témoin entretient avec l’autre conjoint (ici Marietta) qui est le plus proche de lui du point de vue généalogique, selon le même principe. Le passage du 3e au 4e graphique illustre l’opération que nous représentons grâce à ces bordures rouges. Sans avoir à intégrer Francesco, le père de Marietta, dont la mère Ginevra est par conséquent représentée en rouge, qui apparaît encore dans le troisième graphique, nous pouvons indiquer et représenter facilement le fait que l’empêchement entre Galeotto et Marietta passe par Francesco, le beau-fils du témoin et père de Marietta et non par sa fille Ginevra, la mère de Marietta, et que ce témoin est par conséquent un parent affin de toutes les personnes présentes dans la chaîne généalogique de la dispense matrimoniale sauf, évidemment, de sa petite-fille, la suppliante, Marietta :

34Par ailleurs, l’avantage du graphique numéro 4 par rapport au numéro 3 est double : il permet d’une part de réduire les graphiques de parenté souvent complexes et difficilement intelligibles et, d’autre part, ce mode de représentation ne cache pas mais au contraire rend parfaitement et immédiatement visible le lien de descendance directe que le témoin entretient avec la suppliante. Ceci n’est pas sans importance : un tel lien d’ascendance directe entre un témoin et un.e suppliant.e (ici Carlo deʼGondi et Marietta deʼ Rinuccini) est unique dans notre corpus et l’on pourrait présumer qu’il ne serait peut-être pas recevable devant le tribunal s’il ne s’agissait pas d’un lien d’affinité, comme dans le cas présent. En effet, si le témoin avait fait partie de la chaîne d’ancêtres à prouver devant le tribunal, il aurait donc été en même temps sujet et objet du témoignage.

35Enfin, nous avons intégré une autre variable sur le modèle de celui que nous venons d’exposer, et fonctionnant de la même manière. Ainsi, les cercles et triangles cette fois bordés de bleu signifient que l’empêchement ne traverse pas la personne représentée par cette forme, mais son frère ou sa sœur (voir Fig. 14) :

Fig. 14 : Détail et partitions de la représentation du témoin L (voir Fig. 9 et Fig. 11)

Fig. 14 : Détail et partitions de la représentation du témoin L (voir Fig. 9 et Fig. 11)

Une analyse globale : le sexe des ancêtres et la position des témoins

Utérin proche versus agnatique éloigné

36Analysons maintenant les deux premières typologies qui représentent, nous l’avons vu, les cas où un partenaire est le plus proche du témoin par rapport à l’autre (Fig. 9) et son pendant, soit la relation généalogique entre ce même témoin et le conjoint le plus éloigné du point de vue généalogique (Fig. 11). Notons immédiatement que dans deux cas sur trois, les liens proches strictement utérins correspondent à des liens strictement agnatiques et plus éloignés (voir les témoins A et B dans les Fig. 9 et 11) :

Fig. 15 : Liens des témoins A et B avec les conjoints proches et éloignés (détail des figures 9 et 11)

Fig. 15 : Liens des témoins A et B avec les conjoints proches et éloignés (détail des figures 9 et 11)

37De plus, il est intéressant de noter qu’il n’y a aucun cas où un lien proche strictement agnatique est opposé à un lien éloigné strictement utérin. Il est probable qu’une telle configuration (agnatique proche versus utérin éloigné) était moins évidente dans la pratique, parce qu’elle aurait placé les témoins face à un défi mnémotechnique considérable, en les obligeant à devoir se remémorer des relations généalogiques éloignées passant exclusivement par des femmes, et donc probablement plus complexes et difficiles à convoquer dans la mémoire familiale.

Équilibre des sexes et témoins à équidistance

38Passons maintenant à l’analyse de la troisième typologie. Elle rassemble les cas où les témoins ne sont pas directement issus du couple de germains à l’origine des lignées dont descendent les conjoints (ils sont issus d’un autre membre de la fratrie) et/ou se situent, dans certains cas, à équidistance d’un point de vue généalogique entre les deux conjoints, que ce soit dans l’affinité ou dans la consanguinité (voir Fig. 15).

  • 22 Les cas intégrés dans ce graphique sont les suivants : O (Firenze, AAF, Dispense matrimoniali 1, no (...)

Fig. 16 : Typologie n° 3, liens entre les témoins (en noir) et les deux partenaires dans le cas de « témoins intermédiaire »22

Fig. 16 : Typologie n° 3, liens entre les témoins (en noir) et les deux partenaires dans le cas de « témoins intermédiaire »22

39Notons, qu’il s’agit surtout de connections fortement cognatiques, ce qui paraît assez évident et révélateur des logiques profondes du système de parenté chrétien. Cela vaut particulièrement pour les témoins représentés par S et T, mais aussi – et bien que dans une moindre mesure – pour les témoins O, P et Q. Si l’on présume, comme nous l’avons exposé plus avant, que la proximité généalogique des témoins par rapport à une ligne plutôt qu’à une autre est souvent à mettre en relation avec un déséquilibre dans la distribution des sexes tout au long de la chaîne d’ancêtres, on pourrait penser que dans le cas inverse, c’est-à-dire dans le cas d’une distribution des sexes plus équilibrée, il n’existe aucune raison de favoriser l’une ou l’autre des deux lignes lorsqu’il s’agit de désigner un témoin. Pour le dire plus simplement, le choix du témoin est probablement tout sauf casuel lorsque l’on est en présence de chaînes unisexuées strictement agnatiques d’un côté et strictement utérines de l’autre. Ces témoins seront ainsi situés dans des positions mémorielles « stratégiques », au plus près des lignes unisexuées utérines. De l’autre côté, dans le cas de chaînons plus cognatiques au sein desquels il n’y a pas un déséquilibre net entre hommes et femmes parmi les ancêtres, il n’est pas rare de rencontrer des témoins situés dans des positions généalogiques équidistantes à l’égard de ces deux lignes. Dans deux des six cas ici repérés, P et Q, deux témoins, qui sont également frères, occupent une position intermédiaire entre les deux lignes.

40Pour résumer cette quatrième partie, dans la première typologie, qui regroupe les cas où la relation généalogique entre le témoin et un conjoint est la plus proche, (Fig. 9), on note une certaine prédominance des liens utérins, alors qu’à l’opposé, ils sont totalement absents dans le cas des liens éloignés entre témoins et conjoints (Fig. 11), qui concernent surtout des chaînons agnatiques puis cognatiques. Tout en rappelant que les cas à notre disposition sont bien évidemment trop peu nombreux pour pouvoir généraliser, il semble possible d’avancer l’idée selon laquelle il existe une possible corrélation entre la distribution des sexes dans les généalogies et un choix particulier de témoins, situés souvent au même niveau générationnel que les femmes ou à la génération immédiatement inférieure dans certains cas. Cette configuration pourrait avoir des implications mnémotechniques : par exemple, dès qu’un déséquilibre dans la distribution des sexes dans les chaînes d’ancêtres existe en faveur des hommes et des parents agnatiques, le choix des témoins s’opèrerait davantage au plus proche des femmes ou des lignées utérines, a priori plus difficiles à se remémorer. Il ne serait pas incongru de penser qu’il s’agit d’une manière d’établir des ponts mémoriaux intermédiaires permettant de resituer plus facilement les femmes dans les généalogies. Dans le cas de généalogies cognatiques, on note que le choix de témoins situés à équidistance ou dans une position intermédiaire, en tout cas moins asymétrique, par rapport aux deux partenaires, prévaut, et constitue sans doute un indicateur d’un équilibre de la distribution des sexes dans les chaînes d’ancêtres.

Conclusion

41La place des femmes dans la mémoire familiale a fait l’objet de nombreux travaux, en particulier à Florence. L’historiographie a en effet largement insisté sur le lien entre représentation mémorielle et statut social des femmes, et posé la question de l’importance et l’impact du genre des ancêtres sur la manière dont ceux ou celles-ci étaient remémorés. De fait, les femmes étaient négligées dans le système onomastique médiéval, dont l’inflexion patrilinéaire s’était très largement affirmée. En outre, les femmes apparaissent en retrait dans les récits familiaux, ce qui nous incite à poser la question de savoir si cette moindre présence reflétait une méconnaissance réelle des parents maternels ou utérins ou une sorte d’amnésie plus ou moins volontaire des femmes (ou leur intégration dans le groupe agnatique, dans la « maison » ?). En somme, doit-on y voir, dans les deux cas, l’effet d’une culture généalogique au masculin ?

  • 23 Cf. lʼintroduction à ce volume.

42L’étude des dispenses matrimoniales que nous proposons ici s’inscrit dans la continuité de ces travaux et constitue une perspective nouvelle pour appréhender un phénomène complexe et difficile à quantifier. Au contraire des sources narratives comme les ricordanze ou autres écrits du for privé, dans lesquelles les acteurs sélectionnent de manière plus ou moins consciente et utilitariste (héritage matériel ou symbolique) les ancêtres qu’ils souhaitent (se) remémorer, les témoignages déposés devant le tribunal épiscopal en vue d’obtenir une dispense matrimoniale doivent répondre à une question bien précise, et sont déterminés par des faits juridiques objectifs. En ce sens, les ancêtres féminins et masculins sont ici à égalité, du moins en théorie, dans cette « recherche généalogique » faisant office de preuve.23 Dans les faits, les témoignages recueillis démontrent la capacité – ou au contraire l’incapacité – des Florentins à se rappeler de certains parents féminins. D’un côté, plusieurs témoins semblent avoir rencontré des difficultés à se souvenir des femmes, ou de certaines femmes présentes dans les généalogies. De l’autre côté, nombreux sont les cas où des témoins ont réussi à se souvenir d’ancêtres féminins situés à des degrés tout de même assez éloignés (et parfois très éloignés, comme dans le cas de Mattea [Fig. 4]) d’un point de vue généalogique, voire même d’ancêtres apicaux qui étaient des femmes. Surtout, le positionnement généalogique habituel des témoins apparentés avec le couple indique que la distribution des sexes tout au long de la chaîne d’ancêtres peut être déterminante pour le choix d’un témoin situé au plus près des chaînons utérins pour contrebalancer la difficulté que l’on pouvait parfois éprouver à se remémorer les femmes. En ce sens, la « masculinité de la mémoire généalogique » a aussi eu un impact sur la manière de façonner et de produire les arbres généalogiques, comme le montre bien la présence des « hommes marginaux », dont la fonction a probablement été de permettre d’identifier les femmes en les associant et en les intégrant à un nouveau groupe agnatique, ainsi que de tester et d’attester la véracité des récits des témoins. Bien que la culture généalogique des Florentins reste un cas à part, et bien que le nombre de cas présenté soit restreint, ce travail se proposait d’une part de développer à petite échelle une nouvelle méthodologie pour appréhender la question de la mémoire généalogique et, d’autre part, de formuler quelques hypothèses, qu’il faudra tester avec un plus grand corpus et dans d’autres aires géographiques.

Haut de page

Annexe

Doc. 3 : Témoignages de Matteo deʼ Bonacci et Michele deʼ Tantini lors de l’exécution de la dispense du 4e degré de consanguinité pour Lorenzo et Francesca, 09.04.1542

Interrogati in causa scientie dixerunt, quia testes ipsi cognoscunt dictum Laurentium, qui intendit contrahere cum dicta Francisca et cognovisse dominam Ginevram, matrem ipsius Laurentii et que fuit uxor Pasqui Christophori de plebe ad Docciam, et similiter cognovisse dominam Buonam, que fuit mater dicte domine Ginevre et uxor Benedicti de Buscaglionibus de Pomino, et similiter cognovisse dominam Margharitam, matrem dicte domine Buone, que fuit uxor Petri Ponte Agnolo populi Sancti Petri de Turrichi, que publice tenebatur et asserebatur filia dicti Joannis del Castro de Fabbretola et, quia testes ipsi similiter cognoscunt Franciscam prefatam, que est filia dicti Joannis Bartoli Sandotoli de Sandotolo sive de Castelluccio, et cognoverunt dominam Chiaram, que fuit uxor dicti Bartoli, et publice dici audiverunt, qualiter dictus Tuccius fuerat pater dicte domine Chiare et filius dicti Joannis del Monte, ex quibus liquido constat, quod prefati Laurentius et Francisca fuerunt et sunt in quarto consanguinitatis gradu invicem coniuncti prout in dictis litteris expressum est.

Source : AAF, Dispense matrimoniali, 54

Doc. 4 : Témoignages de Matteo, Angelo, Niccolò et Francesco lors de l’exécution de la dispense au 4e degré de consanguinité pour Romolo et Lena, 23.12.1519

Matteus olim Pieri Papini, laborator terrarum et populi Sancti Martini a Ganghalandi, testis inductus per Romulum Vani Chechi de Sancto Columbano, super attinentia parentele et super existentia et descendentia cuisdam Pieri Simoncini de populo Sancti Martini predicto suo iuramento […] iuravit etc. et dixit, quod ipse testis est etatis annorum sexagintaquatuor et, quod a pueritia dicti testis cognovit Pierum Simoncini et scivit, quod ex dicto Piero Simoncini natus est quidam Tofanus et domina Lisa et, quod ex dicto Tofano natus est Simon et, quod ex Simone nata est Nastasia et, quod ex Nastasia natus est Romulus et, quod dicta Lisa habuit filium, nomine Nicholao, et, quod ex Nicholao natus est Franciscus et, quod ex Francisco nata est Lena. Interrogatus in causa scientie dixit, quod scivit et scit predicta per habitum et tractatum, quia a vicinis haberi et teneri vidit a cognoscentibus eos, et sic ipse testis eos habuit, tenuit et tractavit et sic fuit et est verum et predicta dixit pro veritate tantum, remotus odio, amore, timore, prece, pretio et qualibet alia humana gratia. Dicta die et loco Angelus Laurentii Johannis de Boschis, vocato Agnolo Marellacci, alius testis inductus per eundem Romulum, suo iuramento etc. dixit, quod cognovit Pierum Simoncini il giovane de populo Sancti Martini predicto et eum cognoscere incepit iam sunt anni 50 in circa et dictus testis stetit pro garzone cum Simone Tofani Pieri ad discendum murare et scivit et scit, quod dictus Tofanus fuit filius Pieri Simoncinis et eundem haberi, teneri et reputari vidit ab omnibus eum cognoscentibus et sic ipse testis eum tenuit et, quod ex dicto Tofano natus fuit Simon et Damianus et Pierus et, quod ex Simone natus fuit Tofanus de masculis et, quod ex Damiano natus est Marcus et Tonius et Raffael et, quod ex Marco natus est Augustinus, et, quod Augustinus accepit uxorem, et adhuc non habet filios et, quod hoc dixit pro veritate tantum, et est annorum 60 et est remotus odio, amore, timore, prece, pretio et qualibet alia humana gratia. Dicta die et loco Nicholaus Simonis Zenobii Coveri laborator terrarum et populi Sancti Martini a Ganghalandi, alius testis inductus per eundem Romulum super descendentia et arbore Tofani Pieri Simoncini populi Sancti Martini laboratorum terrarum iuravit etc. ad mei delationem etc. et dixit, quod cognovit Tofanum Pieri Simoncini, quem cognoscere incepit iam sunt anni sexaginta in circa, quia ipse testis est etatis annorum octuaginta et scivit, quod dictus Tofanus habuit tres filios, videlicet Simonem, Damianum et Pierum et sic fuit habitum, tentum et tractatum ab omnibus cognoscentibus eos. Interrogatus in causa scientie dixit, quia fuit eiusdem populi et, quod ita fuit ab omnibus vicinis tractatum et sic ipse testis eos reputavit et, quod fuit laborator Tofanis monialium Sancti Pieri Maioris per longissimum tempus et hoc dixit pro veritate tantum. Dicta die et loco Franciscus Blaxii Johannis Maris, laborator terrarum et dicti populi, suo iuramento dixit, quod cognovit Tofanum Pieri Simoncini et eum cognoscere incepit iam sunt anni sexaginta et scivit et scit et vidit, quod dictus Tofanus fuit filius Pieri Simoncini et fuit tractatus tanquam filius legitimus et naturalis dicti Pieri, licet vero viderit dictum Pierum tamen intellexit et, quod ex Tofano natus est Simon, Damianus et Pierus et sic vidit eos haberi et reputari ab omnibus amiciis et cognoscentibus publice, palam, communiter et vulgo et sic fuit et est verum et hoc dixit pro veritate tantum et est etatis annorum 80.

Source : AAF, Dispense matrimoniali, 1, no. 72

Doc. 5 : Témoignages de Domenico di Antonio deʼ Fighino, Matteo et Giuliano di Lorenzo da Ripa lors de lʼexécution de la dispense au 2/3e, 3e et 3e /4e degré de consanguinité pour Lorenzo et Sebastiano et Costanza e Lucrezia de Poggibonsi, 23.11.1480

Induxerunt et produxerunt infrasciptos testes, videlicet, Bernardum Guccii Johannis, aurificem, civem florentinum et Segnam Checchi Signe de Podiobonzi predicto et Franciscum Johannis Checci Signe de Podiobonzi predicto […]. Qui Bernardus dixit et testificatus fuit omnia et singula in dictis litteris et qualibet earum exposita et narrata fuisse et esse vera. Interrogatus quomodo scit, dixit, quia ipse testis cognovit genitores et progenitores ipsorum Laurentii et Sebastiani ac Gonstantie et Lucretie et ipsos fuisse et esse primo in tertio consanguinitatis gradu et etiam in tertio et quarto gradibus ac etiam in 2° et tertio videlicet ipsos esse in tertio consanguinitatis gradu mediante persona cuiusdam domine Mactee et ipsos fuisse et esse in tertio et quarto consanguinitatis gradibus mediante persona cuiusdam Segne. Ex quo Signa nati fuerunt Donatus et Chechus, fratres, et ex dicto Checcho natus fuit domina Agnesa et ex domina Agnesa Bartholomeus et ex Bartholomeo dicti Laurentius et Sebastianus. Ex Donato autem natus fuit Nicolaus et ex Nicolao dicte Gonstantia et Lucretia et ipsos etiam fuisse et esse in 2 et 3° consanguinitatis gradibus mediante persona cuiusdam Johannis alias Nannis. Qui Johannes procreavit duas filias, quarum nomina dixit ad presens non recordari, et ex una ipsarum nati sunt dicti Laurentius et Sebastianus et ex alia nata fuit mater ipsarum Gonstantie et Lucretie et dixit, quod dicte mulieres ab aliquo non fuerunt rapte. Et predicta dixit pro veritate tantum, et ulterius idem dominus vicarius vocavit ad se dictum Signam amoto dicto Bernardo et similiter lectis dictis litteris per me notarium eidem Signe et eis vulgari sermone expositis […]. Interrogatus utrum exposita et narrata in dictis litteris et qualibet earum fuerint et sint vera necne utrum dicte mulieres vel aliqua earum fuerunt rapte. Qui Segna medio eius iuramento interrogatus testificando dixit omnia et singula exposita et narrata in dictis litteris fuisse et esse vera et, quod nulla ipsarum mulierum fuisse rapta. Interrogatus in causa scientie, quia ipse testis bene et optime scivit et scit consanguinitatem ipsorum contrahentium, tum ipse fuerit et est frater consobrinus Nicolai, patris ipsarum puellarum, et etiam ipsi Laurentius et Sebastianus fuerunt eius pronepotes nati ex sorore et, quod mediante persona eandem domine Mactee ipsi contrahentes fuerunt et sunt in 3° gradu consanguinitatis videlicet dictam dominam Macteam procreasse Laurentium et Donatum et ex Laurentio procreatus fuit Bartholomeus, pater ipsorum Laurentii et Sebastiani. Ex Donato autem procreatus fuit Nicolaus, pater ipsarum Gonstantie et Lucretie, ac etiam dixit, quod ipsi contrahentes fuerunt et sunt in tertio et 4° consanguinitatis gradibus mediante persona cuiusdam Segne. Ex quo Segna procreati sunt Donatus et Chechus. Ex Checho procreatus fuit domina Agnesa et ex domina Agnesa procreatus fuit Bartholomeus, pater ipsorum Laurentii et Sebastiani. Ex Donato autem procreatus fuit Nicolaus, pater ipsarum Gonstantie et Lucretie, ac etiam dixit idem testis, quod ipsi contrahentes fuerunt et sunt in 2° et 3° consanguinitatis gradibus mediante persona cuiusdam Johannis alias Nannis. Qui Johannes procreavit dominam Lectitiam, matrem ipsorum Laurentii et Sebastiani, ac etiam idem Johannis procreavit dominam Sandram et ex domina Sandra procreata fuit domina Caterina, mater ipsarum Gonstantie et Lucretie, et sic dictis et expositis parentelis predictis fuisse et esse in gradibus in eisdem litteris […] et dixit cognovisse omnes et singulos per eum nominatos et, quod nullomodo aliqua ipsarum mulierum fuit rapta et predicta dixit pro veritate tantum et ulterius idem dominus vicarius vocavit ad se Franciscum Johannis Checchi Signe […]. Qui testis medio eius iuramento dixit et testificatus fuit omnia et singula in eis et qualibet earum exposita et narrata fuerunt et sunt vera et non fuerunt nec sunt rapte. Interrogatus quomodo scit, dixit, quia ipse testis fuit et est consanguinitatis ipsorum videlicet dicte Gonstantia et Lucretia fuerunt et sunt nate ex quodam fratre consobrino patris ipsius testis et sic ipse testis et ipse puelle fuerunt et sunt nate ex fratribus consobrinis et etiam ipsi Laurentius et Sebastianus fuerunt et sunt pronepotes ipsius testis procreati ex sorore patris ipsius testis et sic bene scit consanguinitatem ipsorum et fuerunt et sunt in 3° consanguinitatis gradu mediante persona cuiusdam domine Mactee. Ex qua procreati fuerunt Laurentius et Donatus. Ex Laurentio procreatus fuit Barhtolomeus, pater ipsorum Laurentii et Sebastianii. Ex Donato autem procreatus fuit Nicolaus, pater ipsarum puellarum, et etiam ipsos fuisse et esse in 3° et 4° gradibus consanguinitatis mediante persona cuiusdam Segne. Qui Segna procreavit Checchum et Donatum. Ex Checho procreata fuit domina Agnesa et ex domina Agnesa procreatus fuit Bartholomeus, pater ipsorum Laurentii et Sebastiani. Ex Donato autem procreatus fuit Nicolaus, pater ipsarum puellarum et ipsos contrahentes etiam fuisse et esse in 2° et 3° gradibus affinitatis (sic) apparet mediante prima cuiusdam Johannis alias Nannis, ex quo nate sunt domina Lucretia, mater ipsorum Laurentii et Sebastiani, et etiam domina Sandra et ex qua domina Sandra nata et procreata fuit et est domina Caterina, mater ipsarum puellarum, et predicta dixit pro veritate tantum.

Source : ASF, Notarile Antecosimiano 10086, fol. 78r-80r

Doc. 6 : Témoignages de Giovanni di Scolaio da Sommaia et Niccolò di Cione di Niccolò deʼ Pollini lors de lʼexécution de la dispense au 4e degré de consanguinité pour Tommaso di Leonardo di Tommaso deʼ Frescobaldi et Francesca di Giovanni di Rosso da Sommaia, 10.01.1532

Joannes Scolai de Sommaria, testis ut supra inductus, super contentis in dictis litteris per dictum dominum vicarium examinatum medio eius iuramento deposuit ac dixit contenta in dictis litteris fuisse et esse vera. Interrogatus in causa scientie dixit, quia testis ipse cognoscit Thommasium et Franciscam, qui intendunt contrahere, et similiter dixit se cognovisse dominam Mariettam, matrem dicti Thome et olim uxorem Leonardi Thome de Frescobaldis, et dominam Alexandram, matrem dicte domine Mariette et olim uxorem Bindacci de Cechis, et similiter cognovisse dictum Scolaium, olim eius patrem, et similiter dixit se cognovisse Joannem, patrem dicte Francisce, et Rossum, patrem dicti Joannis et fratrem dicti Scolai, et scivit et scit, quod Rossus et Scolaius fuerunt fratres germani nati ex Gentile de Sommaria, eorum patre, et ita fuerunt habiti et reputati ab omnibus indifferenter in civitate Florentie et predicta fuerunt et sunt notoria et, quia ipsos et quemlibet eorum cognovit ut supra. Interrogatus de contestibus et predicta scientibus dixit de omnibus consanguineis et aliis civibus florentinis, quorum nomina longum esset referre, et, quod est etatis annorum LXX et ultra. Dicta die post predicta Nicolaus Cionis Nicolai de Pollinis, civis florentinus, alius testis inductus super contentis in dictis litteris interrogatus et examinatus suo medio iuramento deposuit ac dixit contenta in dictis litteris fuisse et esse vera. Interrogatus in causa scientie dixit, quia cognovit temporibus preteritis Rossum et Scolaium, fratres et filios olim Gentilis de Sommaria, et similiter cognovit Joannem, filium dicti Rossi, et ad presens cognoscit Franciscam, filiam dicti Joannis, que contrahere intendit cum dicto Thoma et similiter scivit et scit et publice dici audivit, quod quedam filia dicti Scolai, cuius nomen dixit se ad presens nescire, fuit uxor Bindaccii de Cechis et publice dici audivit et teneri, quod ex dicta uxor Bindacci de Cechis et dicto Bindaccio orta est quedam mulier, que fuit uxor Leonardi Thome de Frescobaldis. Ex quibus natus est dictus Thomas, qui ad presens intendit contrahere cum dicta Francisca et, quod predicta omnia fuerunt et sunt notoria in civitate Florentie inter omnes cives eiusdem civitatis, et, quod de predicto fuit et est publica vox et fama. Et est etatis annorum LXX et ultra.

Source : AAF, Dispense matrimoniali, 54.

Doc. 7 : Témoignages de Luca di Francesco deʼ Buondelmonte et Niccolò di Giorgio di Niccolò dʼUgolini lors de lʼexécution de la dispense au 3e degré de consanguinité pour Leonardo di Bindaccio deʼ Buoninsegni et Lucrezia di Giovanni deʼ Ridolfi, 16.04.1515

Lucas Francisci de Bondelmontibus, civis florentinus, testis inductus et eius iuramento interrogatus testificando dixit se cognoscere Leonardum Rudolphi de Boninsegnis et Lucretia Joannis Thomasii Aloysii de Rodulphis et, quod distant tertio consanguinitatis gradu ad invicem a stipite communi, quia prefatus cognoscit Joannem Thomasii, patrem dicte Lucretie, et cognovit Thomasium, patrem dicti Joannis, et scivit et scit dictum Thomasium fuisse filium Aloysii Dominici Laurentii de Ridolphis et ita publice tenetur et teneri vidit et tenuit dictus testis et similiter cognoscit dominam Costantiam, matrem dicti Leonardi, ac etiam cognovit dominam Andream, matrem dicte domine Constantie, et, quod prefata domina Andrea fuit filia dicti Aloysii domini Laurentii de Ridolphis et ita teneri vidit et tenuit dictus testis et ita fuit et est verum ac, quod prefata Lucretia non fuit ab aliquo rapta […] et predicta dixit pro veritate et est etatis annorum 64 vel citra et super generalibus recte respondit. Nicolaus Georgii Nicolai de Ugolinis, civis florentinus, alius testis et populi Sancti Felicis in platea de Florentia eius medio iuramento predicto interrogatus testificando dixit, ita esse prout in litteris continetur. Interrogatus in causa scientie dixit, quod cognovit Aloysium Dominici Laurentii de Ridolphis et ipse testis habuit in uxorem Mariam, filiam dicti Aloysii, et scivit et scit, quod ex dicto Aloysio natus fuit Thomasius et ex Thomasio Joannes et ex Joanne Lucretia et similiter ex dicto Aloysio nata fuit domina Andrea et ex domina Andrea domina Constantia, qui fuit uxor Benedicti de Boninsegnis. Ex qua domina Constantia natus fuit Leonardus de Boninsegnis in litteris nominatus. Quos omnes cognoscit et viventes cognovit et scivit et scit, ita esse prout in litteris continetur et ita fuit et est verum et dixit, quod prefata domina Lucretia non fuit rapta ab aliquo, quod ipse testis sciat, et predicta dixit pro veritate tantum […] et est etatis annorum 66 vel circa.

Source : AAF, Dispense matrimoniali, 1, no. 63

Doc. 8 : Témoignages de Giovanni di Tommaso di Giovanni deʼ Lapi, Piero di Renato di Piero deʼ Pazzi et Andrea di Cristoforo deʼ Marsuppini lors de lʼexécution de la dispense au 4e degré de consanguinité pour Odo di Carlo deʼ Niccolini et Baccia di Luigi deʼ Velluti, 05.10.1541

Johannes Thomme Johanis de Lapis, civis florentinus, ut supra per dictum dominum Ottonem inductus et super contentis in dictis litteris per dictum dominum vicarium examinatus suo medio iuramento dixit et deposuit se de contentis in dictis litteris hoc tantum scire, quod dominus Otto de Niccolinis fuit filius domini Caroli domini Angeli de Niccolinis. Qui dominus Angelus habuit in uxorem dominam Lisam, que, ut publice dici audivit inter varios cives florentinos, que tunc in humanis agebant, fuit filia domini Petri domini Andree de Pacciis, prout superius in arbore descriptum est et apparet. Interrogatus in causa scientie dixit, quia testis ipse cognoscit dictum dominum Ottonem et cognovit dominum Carolum, eius patrem, et dominum Angelum, eius avum, et dominam Lisam, uxorem dicti domini Angeli, et quia publice dici audivit ut supra. Interrogatus de loco, tempore et contestibus, de loco dixit in civitate Florentie. De tempore dixit iam sunt anni sexaginta et ultra […]. Interrogatus de contestibus dixit de se, teste, et universis fere civibus florentinis, quorum nomina longum esset referre. Deinde super generalibus interrogatus recte respondit. Interrogatus de etate sua dixit se esse etatis annorum LXXXIII. Dicta die Petrus olim Renati domini Petri de Paccis, civis florentinus, alius testis ut supra inductus et super contentis in eisdem litteris per dictum dominum vicarium examinatus, eius medio iuramento dixit et deposuit contenta in dictis litteris fuisse et esse vera. Interrogatus in causa scientie dixit, quia ipse optime cognoscit dictum dominum Ottonem et cognovit dominum Carolum, eius patrem, et dominum Angelum, eius avum, et dominam Lisam, uxorem dicti domini Angeli, que, ut publice dici audivit inter varios cives civitatis Florentie, fuit filia domini Petri domini Andree de Pacciis et similiter dixit se cognoscere Bacciam, filiam domini Aloysii de Vellutis, et cognovisse dominam Bacciam, filiam Nicolai Niccole de Capponibus et uxorem dicti domini Aloysii de Vellutis, et similiter cognovisse dictum Nicolaum et, quod publice dici audivit ut supra, qualiter dictus Nicolas de Capponibus habuerat in uxorem quandam dominam Luysam, que fuit filia domini Andree de Pacciis, prout superius descriptum est et per arborem apparet. Propter que constat notorie, quod dictus dominus Otto et dicta domina Baccia sunt coniuncti invicem quarto consanguinitatis gradu, prout in litteris narratus fuit. Interrogatus de loco, tempore et contestibus, de loco dixit, in civitate Florentie. De tempore dixit ab annis sue discretionis citra, respective de contestibus de se, teste, et omnibus fere hominibus et personis dicte civitatis, qui tunc tempore in humanis agebant, quorum nomina longum esset recensere. Deinde super omnibus generalibus interrogatus recte respondit. Interrogatus de etate sua dixit se esse etatis annorum LXXIIII. Dicta die post predicta Andreas Christophori de Marsuppinis, civis florentinus, alius testis ut supra inductus et similiter super contentis in dictis litteris per dictum dominum vicarium examinatus et interrogatus, an sciat, quod dictus dominus Otto et dicta domina Baccia, qui desiderant invicem matrimonialiter copulari, sint invicem coniuncti quarto consanguinitatis gradu. Respondit se hoc tantum scire de contentis in eis, videlicet, quod veritas est, quod domina Baccia, que intendit copulari cum dicto domino Ottone, fuit filia domini Aloysii de Vellutis et domine Baccie, eius uxoris. Que domina Baccia fuit filia Nicolai Niccole de Capponibus. Qui Niccolas habuit in uxorem quandam dominam Luysam, que fuit filia domini Andree de Pacciis. Interrogatus in causa scientie dixit, quia cognoscit dictam Bacciam et cognovit dominam Bacciam, eius matrem, et Nicolaum, patrem dicte domine Baccie, et publice dici audivit inter omnes fere cives florentinos, qualiter dicta domina Luisa fuit filia domini Andree de Pacciis, prout superius descriptum est. Interrogatus de loco, tempore et contestibus, de loco dixit in civitate Florentie. De tempore dixit ab annis sue discretionis et citra respective. De contestibus de se teste et omnibus fere civibus florentinis, qui tunc temporis vivebant quorum nomina longum esset recensere. Deinde super generalibus interrogatus recte respondit. Interrogatus de etate sua dixit se esse etatis annorum LVII.

Source : AAF, Dispense matrimoniali, 54

Haut de page

Notes

1 Les débats se sont en particulier focalisés autour de la limite générationnelle de la mémoire généalogique, comme le rappelle notamment François-Joseph Ruggiu dans une note de lecture critique et historiographique d’un travail collectif de grande ampleur sur l’histoire de la parenté en Europe, « Histoire de la parenté ou anthropologie historique de la parenté ? Autour de Kinship in Europe », Annales de démographie historique, 119, 1, 2010, p. 223-256 (voir en particulier les p. 228 et s.). Pour l’époque médiévale, voir également Christiane Klapisch-Zuber, « Les généalogies florentines du xive et du xve siècle », in Gérard Delille, Franco Rizzi (dir.), Le modèle familial européen : normes, déviances, contrôle du pouvoir. Actes des séminaires organisés par l’École française de Rome et l’Università di Roma, 1984, Rome, 1986, p. 87-100, ici : p. 111-115 ; Michele Luzzati, « Memoria genealogica in assenza di cognome nella Pisa del Quattrocento », in ibid., p. 87-100 ; Laurent Barry et Michaël Gasperoni, « Lʼoubli des origines. Amnésie et information généalogiques en histoire et en ethnologie », Annales de démographie historique, 116, 2008, p. 53-104.

2 Cf. Christiane Klapisch-Zuber, La maison et le nom. Stratégies et rituels dans l’Italie de la Renaissance, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1990. Parmi les nombreux travaux de Christiane Klapisch-Zuber sur la mémoire et la place des femmes dans les familles florentines, nous nous limiterons ici à citer « Les généalogies florentines », art. cit., p. 122-127 , « Family Trees and the Construction of Kinship in Renaissance Italy », in Mary Jo Maynes, Ann Waltner. Birgitte Soland, Ulrike Strasser (dir.), Gender, Kinship, Power. A comparative and interdisciplinary history, New York-Londres, Routledge, 1996, p. 100-113. Le fait que « les hommes occupent dans la mémoire familiale une place nettement prépondérante » n’est propre ni à la cité toscane, ni à l’époque tardive du Moyen Âge. Voir Georges Duby, « Structures de parenté et noblesse dans la France du Nord aux xie et xiie siècle » ; Ibidem, Hommes et structures du Moyen Âge. Recueil d’articles, Paris, Mouton, 1973, p. 267-285, ici : p. 273, qui reprend Fernand Vercauteren, « Une parentèle dans la France du Nord aux xie et xiie siècles », Le Moyen Âge, 69, 1963, p. 223-245.

3 Il existe désormais une vaste littérature sur les dispenses matrimoniales au Moyen Âge. Pourtant, les approches quantitatives restent dominantes et se basent essentiellement sur les archives pontificales. Voir en particulier Maria de Lurdes Rosa, « Mariage et empêchements canoniques de parenté dans la société portugaise (1455-1520) », MEFRM, 108, 1996, p. 525-608. Pour une analyse à la fois quantitative et qualitative des cas allemands, voir Ludwig Schmugge, Marriage on Trial : Late Medieval German Couples at the Papal Court, traduit par Atria A. Larson, Washington, DC, The Catholic University of America Press, 2012. Les procès de divorces et les dispenses de la haute aristocratie européenne sont analysés sur la longue durée par David d’Avray, Papacy, Monarchy and Marriage (860–1600), Cambridge, Cambridge University Press, 2015. Pour une analyse juridique des dispenses au Moyen Âge, voir Anne Lefebvre-Teillard, « Les origines : la dispense en droit canonique », Droits. Revue française de théorie juridique, 25, 1997, p. 11-18. Le seul travail ayant analysé un corpus régional de dispenses matrimoniales dans une perspective d’histoire sociale et d’anthropologie de la parenté reste l’œuvre fondamentale de Raul Merzario, qui ne s’est toutefois pas intéressé à la question des témoins. Cf. Raul Merzario, Il paese stretto. Strategie matrimoniali nella diocesi di Como, Secoli XVI-XVIII, Torino, Giulio Einaudi, 1981.

4 Nous basons notre enquête sur les archives notariales florentines, qui contiennent des exécutions de dispenses matrimoniales. Le but de ces procédures d’exécution était d’assurer que la dispense, déjà accordée formellement par l’autorité papale (c’est-à-dire par l’office de la chancellerie ou par la Pénitencerie apostolique, ou encore par un légat auquel ce pouvoir de dispenser était délégué par le pape) n’était pas basée sur une fausse narration des faits de la part des suppliants. Dès lors que l’investigation du tribunal local affirmait la véracité du récit sur lequel reposait la dispense papale, le juge pouvait procéder à « l’exécution » de la dispense. Seule cette exécution conférait à la dispense sa force juridique (sur ce point, voir en particulier Schmugge, Marriage on Trial, op. cit). La preuve du lien de parenté qui constitue l’empêchement matrimonial fondée sur le récit de témoins est au cœur de cette procédure de vérification. Les sources notariales sur lesquelles se fonde ce travail sont conservées de manière inégale dans plusieurs fonds d’archives. Elles se trouvent d’un côté dans un fonds particulier des diocésaines de Florence intitulé « dispense matrimoniali » et, de l’autre, sont éparpillées dans les registres notariés conservés à l’Archivio di Stato de Florence. Cette dispersion des sources rend toute enquête systématique particulièrement ardue. Ainsi, les 140 cas d’exécutions de dispenses matrimoniales que nous avons pu rassembler pour la période 1460-1540 représentent probablement une infime partie des cas effectivement traités par le tribunal épiscopal de Florence. Ces chiffres sont à mettre en rapport avec les quelques 400 cas de dispenses matrimoniales concernant le diocèse de Florence recensés dans les registres de la Pénitencerie apostolique pour la même période.

5 Il convient de rappeler qu’au-delà du genre, un certain nombre de variables peuvent avoir un impact direct sur la mémoire généalogique mais dont nous ne pourrons tenir compte. Ainsi, nous ne prendrons par exemple pas en considération la résidence des époux, des témoins ou encore des ancêtres sur lesquels portent l’enquête, dans la mesure où ces informations sont souvent absentes dans les sources. Nous ne nous attarderons pas non plus sur la question de la distinction sociale ou économique, qui nécessiterait des recherches plus approfondies et dépassant le cadre de notre étude. En effet, et quoi que l’historiographie florentine soit particulièrement riche, il n’est pas toujours possible de connaître l’origine sociale de l’ensemble des acteurs que nous étudions, y compris celle des témoins.

6 Lorsque le lien entre le témoin et les personnes présentes dans la généalogie (ou entre le témoin et cette généalogie s’il est relié à elle par des individus non représentés) n’est pas révélé par le témoin lui-même, mais reconstitué grâce à la bibliographie ou à partir d’autres sources, primaires ou secondaires (par exemple grâce aux livres de raison ou ricordanze), nous le mentionnerons en note de bas page.

7 La bibliographie sur la parenté est immense. Nous nous limiterons ici à signaler un ouvrage fondamental, qui propose un modèle général d’analyse et d’interprétation des systèmes de parenté : Laurent Barry, La parenté, Paris, Gallimard, 2008. L’auteur s’appuie sur une immense littérature historique ou anthropologique et s’attarde longuement sur le système cognatique de la parenté chrétienne dans sa genèse historique (p. 483-635).

8 Sur les conventions onomastiques médiévales pour désigner les femmes, voir Olivier Guyotjeannin, « Les filles, les femmes, le lignage », in Monique Bourin, Jean-Marie Martin, François Menant (dir.), L’anthroponymie. Document de l’histoire sociale des mondes méditerranéens médiévaux, École française de Rome, Rome, 1996, p. 383-400, en particulier p. 390-394.

9 En se référant à un cas célèbre d’un mariage proche, Henri de Suse dit qu’il est possible d’identifier les femmes figurant dans la chaîne d’ancêtres grâce à leur mari et à des qualités propres, comme la beauté, l’intelligence, la prudence, la bonté, la générosité, la fidélité, même lorsqu’il s’agit des reines ou des comtesses (non nominat reginas vel comitissas, sed nominat maritos et addit circumstantias, de pulchritudine, de discretione, de bonitate, de largitate, de fidelitate, vel alias). Hostiensis ad X 4.14.7, in : Lectura sive apparatus domini Hostiensis super quinque libris decretalium, vol. 2, Strasbourg, 1512, fol. 224v.

10 Les savants du droit tardo-médiéval ont développé ce regard ambivalent sur les parents proches considérés d’un côté comme des témoins « préférentiels » et, de l’autre, comme des témoins à éviter pour ce qui concerne la « preuve généalogique », à l’image des textes normatifs, eux aussi contradictoires. Ainsi, la décrétale « Videtur nobis » (X 4.18.3) d’Innocent III affirme que ce sont les « parents, germains et cognats des deux sexes » (parentes, fratres et cognati utriusque sexus) qu’on devrait admettre comme témoins pour la « preuve généalogique », tandis que la décrétale « Super eo » (X 2.20.22) d’Alexandre III promouvait un certain scepticisme, surtout à l’égard de la mère de l’épouse comme potentiel « témoin généalogique » dans le cas d’un mariage contesté. Un chapitre de notre thèse de doctorat est consacré au débat érudit autour de la question des témoins aptes à attester des liens généalogiques. Pour le moment, nous nous référons aux œuvres suivantes : Peter Landau, « Papst Cölestin II. und die Anfänge des kanonischen Eheprozessrechts », in De processibus matrimonialibus, 13, 2006, p. 57-71 ; Cecilia Cristellon, La carità e lʼeros. Il matrimonio, la chiesa, i suoi giudici nella Venezia del Rinascimento (1420-1545), Bologna, Il Mulino, 2010, p. 122-125 ; James Brundage, « Female Witnesses in Canon Law », Dumbarton Oaks Papers, 52, 1998, p. 147-156, en particulier p. 149-152.

11 Parmi la vaste littérature sur les femmes-témoins, voir en particulier : Brundage, « Female Witnesses », art. cit., p. 147-156 ; Susanne Degering, « Die Frau die (wider-)spricht : Gelehrte Juristen über Frauen als Zeuginnen in Prozessen ihrer Männer », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte : Kanonistische Abteilung, 85, 1999, p. 203-224.

12 Toutefois, cette absence des femmes comme témoins dans les investigations ne veut pas forcément dire que celles-ci ne jouaient aucun rôle dans la reconstitution des généalogies hors des procédures. Ainsi, dans la plupart des cas, on ne connaît pas les informateurs (et leur sexe) pour les témoignages basés sur le ouï-dire. Il est donc possible qu’il y eût des femmes parmi ces informateurs non-mentionnés dans les actes notariés. Le nombre non-négligeable de dépositions de témoins sur les généalogies de leurs propres belles-familles représente un autre argument en faveur du rôle important qu’aurait pu jouer la mémoire féminine dans ces procédures. Cela pourrait être un indicateur du fait que la mémoire des femmes était en quelque sorte représentée à travers leurs maris-témoins.

13 « Sieur Germano fils de Bernabeo de’ Mini originaire de ladite vallée, âgé de 44 ans, [et] Bernardo son frère, de la ville de Florence, âgé de 60 ans, furent les fils du susmentionné feu Bernabeo et de Dame Caterina, et connurent toutes ces personnes excepté Antonio, et savent que Benedetto était connu comme étant le neveu du côté du frère dudit Bernabeo […] et ceux-ci furent toujours traités [respectivement] comme leur cousin issu de l’oncle paternel et comme leur père, par eux-mêmes et par les autres » (Dominus Germanus Bernabe de Minis dicte valle, etatis annorum 44, [et] Bernardus, eius frater, de civitate Florentie, etatis annorum 60, fuerunt filii dicti olim Bernarbe et domine Catherine et cognoverunt omnes excepto Antonio et sciunt, quod Benedictus reputabatur nepos ex fratre dicti Bernabe […] et pro patruello eorum et patre habebant et ab aliis habebantur).

14 Sur lʼanthroponymie florentine et le développement des noms de familles à la période étudiée ici, voir : Anthony Molho, « Noms, mémoire, identité publique à Florence à la fin du Moyen Age », in Mélanges de l’École française de Rome. Moyen-Âge, 110, 1, 1998, p. 137-157.

15 Cf. fig. 7. Ce cas constitue d’ailleurs l’exemple d’une infraction aux normes procédurales et aux nécessités de la preuve puisque, selon les normes juridiques (la decrétale « Licet ex quadam » [X 2.23.47] et son interprétation de la part des juristes des Quattro et Cinquecento), la « preuve généalogique » nécessite deux témoins capables de retracer toute la chaîne d’ancêtres reliant les conjoints. Ainsi, si les deux témoignages reconstituent la généalogie de manière incomplète et/ou dissociée (et ce même si l’addition des deux témoignages permet de retracer complètement la chaîne de parenté) et qu’ils se fondent sur la base du ouï-dire, la preuve de parenté apportée n’est pas suffisante. En revanche, s’ils se basent sur une connaissance immédiate de toutes les personnes présentes dans la chaîne d’ancêtres (et donc non uniquement sur la base du ouï-dire), alors ces témoignages sont, du point de vue juridique, tout à fait recevables. Sur les normes juridiques du témoignage par ouï-dire et du cas particulier de la preuve généalogique, voir en particulier Alessandra Bassani, Sapere e credere : La veritas del testimone de auditu aliano dallʼalto medioevo al diritto comune, Milan, Giuffrè, 2012. Cette question juridique est analysée cette fois à la lumière des sources de la pratique dans notre thèse.

16 Nous n’avons pour le moment pas trouvé de traces de cette dispense dans les registres des suppliques adressées à la pénitencerie apostolique, ni dans les archives notariales de Florence. Il convient toutefois de rappeler que l’enregistrement des dispenses dans les registres papaux est, à cette époque, tout sauf complet. Il est en outre possible que cette dispense ait été concédée par une autre instance, par exemple par la chancellerie apostolique ou par un légat papal. Pour les différentes instances qui peuvent donner des dispenses, voir Ludwig Schmugge, Marriage on Trial. Late Medieval German Couples at the Papal Court, Washington D.C., The Catholic University of America Press, 2012, en particulier p. 36-54.

17 Il est important de rappeler que, dans le cas présent, la reconstitution des liens de parenté unissant les témoins aux conjoints a été opérée à partir de la littérature secondaire. Il ne faut donc pas exclure l’existence d’autres liens de parenté, notamment par le sang, qui nous conduirait peut-être à relativiser cette hypothèse, même si elle nous paraît assez fondée en l’état actuel de la recherche.

18 Voir AAF, Dispense matrimoniali 54 (Doc. 6, en annexe). Exécution de la dispense du 4e degré de consanguinité pour Odo di Carlo deʼ Niccolini et Baccia di Luigi deʼ Velluti, 05.10.1541. Le lien entre les témoins et les personnes, qui constituent l’empêchement matrimonial, a été reconstruit à partir des œuvres suivantes : Anthony Molho, Marriage Alliance in Late Medieval Florence, Cambridge/London, Harvard University Press, 1994, Fig. 3.1 ; Pompeo Litta, Famiglie celebri di Italia, vol. 17 : Valori di Firenze, Torino, 1824, Tav. 2 ; Idem, Famiglie celebri di Italia, vol. 128 : Pazzi di Firenze, Torino, 1851, Tav. 8 Luigi Passerini, Famiglie celebri di Italia vol. 164 : Capponi di Firenze, Torino, 1870, Tav. 5 et 6 ; Idem (ed.), Cronaca di sua casa scritta da Paolo Velluti in continuazione a quella di messer Donato Velluti con notizie di detta famiglia dal 1560 sino aʼdi nostri, Firenze, 1870, p. 29 ; Paolo Viti, « Marsuppini, Cristoforo », Dizionario Biografico degli Italiani, vol. 71, Roma, Istituto dellʼEnciclopedia Italiana, 2008.

19 Soit 15 au total pour les typologies 1 et 2 et 8 pour la troisième typologie.

20 Les cas intégrés dans ce graphique sont les suivants : A (AAF, Dispense matrimoniali 54), B (AAF, Pergamene, 13.817), C (ASF, Notarile Antecosimano 15937, scat.), D (ASF, Notarile Antecosimiano 10086, fol. 78r-80r), E (AAF, Dispense Matrimoniali 1, no. 91), F (ASF, Notarile Antecosimiano 10086, fol. 78r-80r.), G (ASF, Notarile Antecosimiano, 10087, fol. 432r-433r.), H (AAF, Dispense Matrimoniali 1, no. 91), I (ASF, Notarile Antecosimiano, 10087, fol. 432r-433r.), J (ASF, Notarile Antecosimano 15937, scat.), K (AAF, Dispense matrimoniali 54), L (ASF, Notarile Antecosimano 15937, scat.), M (AAF, Dispense matrimoniali 54, no. 1), N (AAF, Dispense Matrimoniali 1, no. 34). Nous ne citerons pas ici les sources supplémentaires utilisées pour la reconstitution des généalogies. L’ensemble de ces informations sera toutefois reporté dans notre thèse de doctorat, dont la soutenance est prévue en 2018.

21 Notons que, par exemple dans le cas B (2), il s’agit de deux témoins présents dans la même dispense : ceux-ci étant frères, ce type de relation apparaît deux fois mais il est évidemment possible de trouver plusieurs fois le même type de relation dans des dispenses différentes (voir A et D).

22 Les cas intégrés dans ce graphique sont les suivants : O (Firenze, AAF, Dispense matrimoniali 1, no. 65), P (Firenze, ASF, Notarile Antecosimiano 3358, fol. 240r, Q (Firenze, AAF, Dispense matrimoniali 1, no. 102), R (Firenze, AAF, Dispense matrimoniali 1, no. 63.), S (Firenze, AAF, Dispense Matrimoniali 1, no. 26.), T (Firenze, AAF, Dispense matrimoniali 54).

Nous ne citerons pas ici les sources supplémentaires utilisées pour la reconstitution des généalogies. L’ensemble de ces informations sera toutefois reporté dans notre thèse de doctorat.

23 Cf. lʼintroduction à ce volume.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Schéma de représentation des témoignages et des liens de parenté unissant les acteurs juridiques
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3512/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Doc. 1 : Arbor consanguinitatis de Tommaso deʼ Rucellai et Caterina deʼ Ridolfi (1538)
Crédits Source : Archivio di Stato di Firenze (désormais ASF), Notarile Antecosimiano, 3358, fol. 96r. Exécution de la dispense aux 3e et 4e degrés de consanguinité pour Tommaso di Carlo di Bernardo deʼ Rucellai et Caterina di Benedetto deʼ Ridolfi, 29.07.1538. (Image publiée avec l’autorisation de l’Archivio di Stato di Firenze (n° 3012, CL 28.28.01/1116))
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3512/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 2 : Témoignage sur le lien de parenté entre Lorenzo et Francesca de Doccia (diocèse de Fiesole) (1542)
Crédits Source : Archivio arcivescovile di Firenze (désormais AAF), Dispense matrimoniali, 54 (Doc. 1). Exécution de la dispense au 4e degré de consanguinité pour Lorenzo et Francesca de Doccia, 09.04.1542
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3512/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Doc. 2 Arbor consanguinitatis de Lorenzo et Francesca (1542)
Crédits Source : Archivio arcivescovile di Firenze (désormais AAF), Dispense matrimoniali, 54 (Doc. 1). Exécution de la dispense au 4e degré de consanguinité pour Lorenzo et Francesca de Doccia, 09.04.1542
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3512/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 3 : Témoignages de Matteo (en rouge), Angelo (en bleu), Niccolò (en jaune) et Francesco (en vert) concernant le lien entre les suppliants Lena et Romolo (1519)
Crédits Source : AAF, Dispense matrimoniali 1, no. 72 (Doc. 2). Exécution de la dispense au 4e degré de consanguinité pour Romolo et Lena, 23.12.1519
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3512/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 4. Lien de parenté entre les témoins Francesco et Segna et les suppliants Lucrezia, Costanza, Lorenzo et Leonardo (1481)
Crédits Source : ASF, Notarile Antecosimiano 10086, fol. 78r-80r : (Doc. 3, en annexe). Exécution de la dispense au 2e/3e et 3e et 3e/4e degré de consanguinité pour Lorenzo et Sebastiano et Costanza e Lucrezia de Poggibonsi, 23.11.1480
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3512/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 5 : Lien entre les témoins Germano et Bernardo et les suppliants Vincenzo et Alessandra (1528)
Crédits Source : AAF, Pergamene, 13.817. Exécution de la dispense au 3e et 4e degré de consanguinité pour Vincenzio et Alessandra, 26.08.152813
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3512/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 6 : Témoignages de Giovanni da Sommaia (en rouge) et Niccolò de’ Pollini (en bleu) concernant le lien entre Tommaso deʼ Frescobaldi et Francesca da Sommaia (1532)
Crédits Source : AAF, Dispense matrimoniali 54 (Doc. 4, en annexe). Exécution de la dispense au 4e degré de consanguinité pour Tommaso di Leonardo di Tommaso deʼ Frescobaldi et Francesca di Giovanni di Rosso da Sommaia, 10.01.1532
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3512/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 7 : Témoignages de Niccolò d’Ugolini (en bleu) et Luca deʼ Buondelmonti (en rouge) concernant le lien entre les suppliants Lucrezia deʼ Ridolfi et Leonardo deʼ Buoninsegni (1515)
Crédits Source : AAF, Dispense matrimoniali 1, no. 63 (Doc. 5). Exécution de la dispense au 3e degré de consanguinité pour Leonardo di Bindaccio deʼ Buoninsegni et Lucrezia di Giovanni deʼ Ridolfi, 16.04.1515
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3512/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 8 : Témoignages de Piero de’ Pazzi, Giovanni de’ Lapi et Andrea de’ Marsuppini concernant le lien entre les suppliants Odo deʼ Niccolini et Baccia deʼ Velluti (1541)18
Crédits Source : AAF, Dispense matrimoniali, 54 (Doc. 6). Témoignages de Giovanni di Scolaio da Sommaia et Niccolò di Cione di Niccolò deʼ Pollini lors de lʼexécution de la dispense au 4e degré de consanguinité pour Tommaso di Leonardo di Tommaso deʼ Frescobaldi et Francesca di Giovanni di Rosso da Sommaia, 10.01.1532
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3512/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 9 : Typologie n.°1, liens entre les témoins et les conjoints (consanguins et affins) les plus proches du point de vue généalogique20
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3512/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 10 : Détail A et B : Distinction des relations généalogiques identiques selon le sexe de la personne reliée au témoin.
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3512/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 11 : Typologie n° 2, liens entre les témoins et les conjoints (consanguins et affins) les plus éloignés du point de vue généalogique
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3512/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 12 : Dissociation du cas C dans les deux premières typologies (Fig. 9 et Fig. 11)
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3512/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 13 : Détail et partitions de la représentation du témoin I (voir Fig. 9 et Fig. 11)
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3512/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 14 : Détail et partitions de la représentation du témoin L (voir Fig. 9 et Fig. 11)
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3512/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 15 : Liens des témoins A et B avec les conjoints proches et éloignés (détail des figures 9 et 11)
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3512/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 16 : Typologie n° 3, liens entre les témoins (en noir) et les deux partenaires dans le cas de « témoins intermédiaire »22
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3512/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jasmin Hauck, « Le témoignage de la parenté : la mémoire généalogique dans les dispenses matrimoniales à Florence (xve-xvie siècles) », Genre & Histoire [En ligne], 21 | Printemps 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3512

Haut de page

Auteur

Jasmin Hauck

Katholische Universität Eichstätt-Ingolstadt/Università Roma 3. Courriel : jasmin.hauck@gmail.com

Articles du même auteur

  • Introduction [Texte intégral]
    La représentation graphique d’une asymétrie sociale et culturelle : du genre dans les dispenses matrimoniales, entre Moyen Âge et époque moderne
    Paru dans Genre & Histoire, 21 | Printemps 2018
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page