Navigation – Plan du site
Genre et environnement

Introduction

Pour un croisement des histoires environnementale et du genre
Combining gender and environmental history: a fertile crossbreeding
Charles-François Mathis

Notes de la rédaction

Le comité éditorial remercie tout particulièrement Patrick Farges et Mélanie Traversier pour le suivi de ce dossier et Karen Adler pour la finalisation de la version anglaise de l’article de Rachele Ledda.

Texte intégral

  • 1 Verena Winiwarter, « Gender and Environmental history – a call to arms », 4 septembre 2017, consult (...)

1Dans une tribune intitulée « Gender and environmental history – a call to arms », et publiée le 4 septembre 2017 sur le site de l’éditeur White Horse Press, connu pour ses publications en histoire environnementale, l’historienne autrichienne Verena Winiwarter s’emporte contre l’oubli dans lequel sont plongées les pionnières de la défense de l’environnement au profit d’un récit par trop centré à son goût sur les acteurs masculins. Elle en vient même à demander un retour à une histoire des femmes plutôt que du genre pour mieux mettre au jour les parcours singuliers de ces activistes dont elle cite quelques exemples1. Le sous-titre de cette tribune – « a provocation » – laisse peu de doute sur son ambition explicitement polémique, cherchant simplement à susciter une mobilisation en faveur d’une histoire environnementale moins exclusivement masculine.

  • 2 Carolyn Merchant, « Gender and Environmental History », The Journal of American History, 76, 1990, (...)
  • 3 Melissa Leach et Cathy Green, « Gender and Environmental History: From Representations of Women and (...)
  • 4 Virginia Scharff, Seeing Nature through Gender, Lawrence, University Press of Kansas, 2003. Dans un (...)
  • 5 Stefania Barca et Laura Guidi, Ecostorie. Donne et uomini nella storia dell’ambiante, numéro de Gen (...)
  • 6 Nancy C. Unger, « Women and Gender. Useful categories of analysis in environmental history », in An (...)

2Cette colère peut se comprendre si on l’inscrit dans une longue liste d’appels au croisement des études de genre et d’histoire environnementale, qui débute probablement par un bref article publié en 1990 par Carolyn Merchant dans The Journal of American History2, et se continue par la suite dans de nombreuses autres publications, comme celle de Melissa Leach et Cathy Green en 1997, dans la revue Environment and History3, dans l’ouvrage Seeing Nature through Gender dirigé en 2003 par Virginia Scharff4 ou dans l’introduction de Stefania Barca et Laura Guidi au numéro spécial de la revue Genesis, en 2013, pour ne prendre que quelques exemples5. En somme, l’absence d’une approche genrée en histoire environnementale est déplorée continuellement depuis une trentaine d’années dans des ouvrages et articles qui appliquent avec succès ce métissage mais restent relativement isolés. On retrouve ce bilan nuancé dans le chapitre de Nancy Unger, « Women and Gender. Useful categories of analysis in environmental history », publié en 2014 dans The Oxford Handbook of Environmental History : tout en présentant sur plus de 40 pages des travaux irrigués par l’approche genrée, elle rappelle dans son introduction que moins de 5 % des ouvrages recensés dans la bibliographie d’histoire environnementale de la Forest History Society portent sur « les femmes », « le genre » ou « la sexualité6 ».

3Nous voudrions nous placer ici dans cette lignée en montrant tout à la fois les difficultés et l’intérêt du croisement de ces deux approches historiques. Pour cela, nous présenterons brièvement les grands traits de cette hybridation telle qu’elle est engagée depuis une trentaine d’année, en soulignant notamment les obstacles qu’elle rencontre sur son chemin ; puis nous analyserons les enseignements à tirer des articles réunis ici.

Quand le genre rencontre l’environnement

Destins croisés, rencontres fertiles

  • 7 Les cours de Gerda Lerner en 1963 aux États-Unis sur l’histoire des femmes.
  • 8 Michelle Perrot, « Histoire des femmes, histoire du genre », Travail, genre et sociétés, 31, 1, 201 (...)
  • 9 Roderick Nash, « American environmental history: a new teaching frontier », Pacific Historical Revi (...)
  • 10 Joan Wallach Scott, « Gender: a useful category of historical analysis », American Historical Revie (...)
  • 11 François Walter, « L’historien et l’environnement : vers un nouveau paradigme », Natures sciences s (...)

4L’histoire environnementale et l’histoire du genre ont des trajectoires étonnamment proches. Si la seconde peut se prévaloir peut-être d’une légère antériorité sous la forme de l’histoire des femmes7, c’est bien à partir des années 1970 qu’elles se constituent toutes deux en disciplines à part entière. Michelle Perrot évoque ces débuts en France, avec un premier cours intitulé « Les femmes ont-elles une histoire » en 1973, puis la mise en place du champ disciplinaire entre 1975 et 1985 et le glissement de l’histoire des femmes à l’histoire du genre8. De la même manière, l’histoire environnementale connaît ses débuts avec les premiers cours de Roderick Nash sur ce sujet aux États-Unis en 1970, l’article liminaire de cet historien en 1972 et l’ouvrage The Columbian Exchange d’Alfred Crosby la même année9. Toutes deux par ailleurs naissent dans un contexte de contestation de l’ordre établi et cherchent à redonner leur place aux sans-voix de l’histoire : les femmes ou le monde naturel. Ce faisant, elles provoquent toutes deux des changements de paradigme importants. L’histoire du genre – plus que des femmes – revendique, à travers les écrits de Joan Scott par exemple, une rupture épistémologique qui repose sur l’étude des systèmes symboliques fondés sur les distinctions homme/femme10. Quant à l’histoire environnementale, c’est la césure entre nature et culture qu’elle met à mal, en insistant sur l’étude des rapports entre l’humanité et ses environnements plutôt qu’en séparant ces deux sphères11. Ces deux histoires vont jusqu’à partager des débats liés à leur désignation : propose-t-on l’étude d’un « objet » nouveau (une histoire des femmes ou de l’environnement) ou une approche originale du passé (il s’agit alors d’histoire du genre ou environnementale) ? C’est en général cette dernière qui est privilégiée et permet de subsumer la démarche initiale centrée sur l’objet. Enfin, il a fallu, pour toutes deux, s’imposer, lentement, au sein de la discipline historique – un effort qui réduisait les possibilités que leurs chemins se croisent.

  • 12 Carolyn Merchant, The Death of Nature: Women, Ecology and the Scientific Revolution, London, Wilson (...)
  • 13 Un exemple de poursuites de ce type de réflexion se trouve dans un article de Paul Sabin qui révèle (...)

5On considère traditionnellement que c’est avec les travaux de l’historienne Carolyn Merchant que ces deux approches, genrée et environnementale, finissent par se rencontrer, notamment avec son ouvrage majeur The Death of Nature: Women, Ecology, and the Scientific Revolution12. Elle y montre comment la conception organiciste de la nature, qui prévalait depuis l’Antiquité, et imposait des limites morales à son exploitation (on ne creuse pas dans les entrailles d’une Terre-mère pour en extraire des minéraux), a été abandonnée au xviie siècle lorsque les principes de la science moderne ont été mis en place, au profit d’une vision mécaniste d’une nature passive et uniforme que l’on peut violenter. Ce rapport genré au monde naturel mettrait ainsi en évidence les liens entre dégradations environnementales et soumission des femmes13.

  • 14 Merchant, « Gender and Environmental History », art. cit.

6C’est néanmoins dans un bref article paru en 1990 que Merchant offre l’argumentaire le plus convaincant à un croisement de ces deux approches, en s’appuyant sur une conceptualisation de l’histoire environnementale proposée par Donald Worster14. Celui-ci distingue en effet, au sein de ce champ historique, trois niveaux d’analyse : l’écologie (l’histoire naturelle), la production (la technique et les rapports socio-politiques qui lui sont liés) et la connaissance (le domaine des représentations, des idées, etc.). Merchant démontre comment l’intégration d’une approche genrée peut enrichir chacune de ces catégories dans la compréhension du passé. Par exemple, elle note les impacts différents des hommes et des femmes sur l’environnement selon la répartition des tâches qui leur incombe : respectivement chasse et cueillette dans les sociétés du Paléolithique, ou encore, dans le monde colonial américain, agriculture, abattage d’arbres et chasse d’un côté, et de l’autre jardins et élevage pour les femmes. Par ailleurs, elle complète la structure de Worster en rajoutant une quatrième catégorie, plus clairement imprégnée de questionnements liés au genre, celle de la reproduction, qu’elle entend au sens large : reproduction de l’espèce, de l’énergie, ou des sociétés par transmission culturelle et maintien des systèmes socio-politiques à travers la loi.

7S’il fallait encore démontrer la pertinence de ce croisement des deux approches – en l’occurrence dans la catégorie « connaissance » proposée par Worster –, il faudrait se référer à l’introduction de Virginia Scharff dans l’ouvrage Seeing Nature through Gender qu’elle a dirigé en 2003. Elle y montre de manière convaincante que « les êtres humains connaissent la nature, au moins partiellement, à travers le genre » parce que leur connaissance du monde est médiatisée par des catégories d’analyses dont certaines sont justement genrées :

  • 15 Scharff, Seeing Nature through Gender, op. cit., p. XIII.

« Les essais de ce volume démontrent comment les idées, objets et actions liés au genre ont façonné et été modelés à leur tour, par les manières innombrables dont les êtres humains ont représenté, vécu, consommé, manipulé et produit leur propre humanité et le monde auquel ils appartiennent. Si, comme je voudrais le montrer, la nature et le genre sont des assemblages de choses et d’idées qui se constituent mutuellement et sont historiquement variables, alors étudier comment le genre fonctionne est une nouvelle façon d’aborder cette entreprise fascinante qu’est l’histoire environnementale15. »

Les enfants du métissage : voies originales et polémiques

  • 16 Unger, « Women and Gender… », art. cit., p. 602.
  • 17 Glenda Riley, Women and Nature: Saving the Wild West, Lincoln, University of Nebraska Press, 1999.

8Les premiers travaux menant à cette fertilisation croisée des champs disciplinaires dans les années 1980 ont porté, de façon assez traditionnelle, et dans la logique d’une histoire des femmes plus que du genre, sur les pionnières de la défense de l’environnement16. Ce type d’histoire, que Verena Winiwarter appelle de ses vœux dans la tribune que nous avons mentionnée au début de cette introduction, se continue aujourd’hui, sous des formes qui intègrent mieux les apports des études de genre. Par exemple, Glenda Riley, dans Women and Nature: Saving the Wild West, montre le rôle central de certaines femmes dans la lutte pour la protection de la nature américaine entre 1880 et 1940, notamment à travers la façon dont elles donnent à voir le grand Ouest par leurs écrits, dessins et photographies, qui le présentent non comme un espace à conquérir, mais comme un ensemble de paysages et de cultures indigènes à préserver17.

  • 18 Unger, « Women and Gender… », art. cit.

9Au-delà de ce type d’études, les thèmes abordés sont innombrables et montrent l’extraordinaire fertilité du croisement de l’histoire environnementale et du genre. Il nous est bien entendu impossible de détailler l’ensemble de ces recherches ; il n’est pas possible non plus d’en dégager une chronologie claire ou une organisation en de grandes thématiques englobantes. Tout au plus peut-on en suggérer la richesse et l’étendue à partir de quelques exemples tirés du bilan établi par Nancy Unger : la façon dont la chasse dans les sociétés coloniales est codifiée en fonction d’une certaine vision coloniale de ce qu’est la masculinité, tout en contribuant à la redéfinir ; le rôle des femmes pour contrer la déprédation environnementale dans les mondes urbanisés, notamment à partir de leur statut de « ménagères » ; l’usage de stéréotypes de genre pour dénigrer l’action en faveur de la défense de l’environnement d’hommes féminisés par leurs adversaires ; inversement, la possibilité de redonner une virilité à des hommes aliénés par le machinisme par des activités extérieures dans la nature ; la façon dont l’exclusion des femmes du champ politique les pousse à s’investir dans l’activisme environnemental ; etc.18

  • 19 Françoise d’Eaubonne, Le Féminisme ou la mort, Paris, Pierre Horay, 1974. Voir à ce sujet : Carolin (...)
  • 20 Vandana Shiva et Maria Mies, Ecofeminism, Halifax, Fernwood Publications, 1993.
  • 21 Goldblum, « Françoise d’Eaubonne… », art. cit., p. 195.
  • 22 Leach/Green, « Gender and Environmental History… », art. cit., p. 350-353.
  • 23 Vandana Shiva, Staying Alive: Women, Ecology and Development, London, Zed Books, 1988.

10Toutes ces études s’appuient bien sûr en partie sur des élaborations conceptuelles liées au genre issues d’autres disciplines et dont les débats parfois vifs rejaillissent sur la pratique historienne. La question de l’écoféminisme et de son usage en histoire est à ce titre centrale, car se joue en son cœur certains des enjeux essentiels de l’alliance entre histoire environnementale et histoire du genre. Ce concept, forgé par Françoise d’Eaubonne en 197419, doit pourtant sa popularité aux travaux de Carolyn Merchant, liant, comme nous l’avons vu, oppression de la nature et soumission des femmes : il s’agit dès lors de mêler les combats féministes et écologistes, comme le suggèrent en 1993 Vandana Shiva et Maria Mies dans Ecofeminism, l’ouvrage fondateur de cette pensée20. Très tôt, celle-ci s’est vue reprocher son essentialisme : les femmes seraient, par la procréation notamment, du côté de la nature et de la vie (la Terre est forcément mère), contre une gente masculine inévitablement destructrice et rapace. C’est une accusation récurrente dont cette pensée ne parvient pas à se débarrasser. D’Eaubonne par exemple réfute cet essentialisme dans des mises au point très claires à la fin de sa vie21. Mais certaines prises de position, notamment de Vandana Shiva, ont alimenté les reproches et la polémique. Dans un article très documenté, Melissa Leach et Cathy Green soulignent ainsi, du point de vue de l’histoire environnementale, les failles d’une approche essentialiste telle qu’elle émerge parfois dans l’écoféminisme ou dans l’approche WED (« Women, Ecology, and Development »), très en vogue dans certains milieux politiques22. Elles dénoncent notamment la façon dont Shiva postule, dans son ouvrage Staying Alive: Women, Ecology and Development23, une harmonie pré-coloniale dans les collines indiennes fondée sur des principes écologiques et féminins étroitement liés, et mis à mal par les conquêtes européennes. Plus fondamentalement, elles réfutent l’idée d’une correspondance universelle entre les femmes et la nature, tout autant qu’une vision par trop a-historique qui peine à prendre en compte les manières différentes dont les femmes interagissent avec leur environnement selon l’époque, le lieu ou le groupe social ou ethnique auquel elles appartiennent. Enfin, à ne prendre en compte que les femmes, on oublie de les situer dans un rapport avec les hommes, laissant ainsi de côté toute la richesse d’une réflexion de genre qui porte justement sur ces relations et ce qu’elles impliquent en termes d’inégalités ou de distribution des tâches au sein de la société par exemple. En somme :

  • 24 Leach/Green, « Gender and Environmental History… », art. cit., p. 10-11.

« Les théories écoféministes réduisent les aspects matériels des relations mouvantes à l’environnement et au genre à une dichotomie entre un âge d’or précolonial intemporel et harmonieux d’un côté, et les conséquences destructrices du capitalisme et du colonialisme de l’autre […]. Ceci dissimule les dynamiques évidemment importantes liées au genre, aux stratifications sociales et aux changements environnementaux de l’histoire précoloniale […]. Ces perspectives critiques ne réfutent pas forcément les événements que l’écoféminisme interprète – l’engagement des femmes dans des mouvements environnementaux, dans la protection des sols ou les plantations d’arbres, par exemple. Mais elles les interprètent comme spécifiquement rattachés à certains lieux, certaines périodes ou types de relations sociales, et interrogent les rapports de pouvoir qui les produisent24. »

  • 25 Sandra Laugier, Jules Falquet et Pascale Molinier, « Genre et inégalités environnementales : nouvel (...)
  • 26 Catherine Larrère, « La nature a-t-elle un genre ? Variétés d’écoféminisme », Cahiers du Genre, 59, (...)
  • 27 Voir à ce titre Lia Marcondes, Eau et féminismes. Petite histoire croisée de la domination des femm (...)
  • 28 Ellen Stroud, « Does Nature always matter? Following dirt through history », History and Theory, 42 (...)

11En dépit de ce constat sévère, il s’agit bien de prendre ses distances avec un écoféminisme essentialiste, et non de rejeter totalement l’idée d’un lien, culturel et social, non naturel, et historiquement situé, entre condition féminine et exploitation de l’environnement. Dans leur belle introduction au numéro spécial des Cahiers du Genre sur « Genre et Environnement », la philosophe Sandra Laugier, la sociologue Jules Falquet et la psychologue Pascale Molinier rappellent ces limites et privilégient l’idée d’un « féminisme environnemental/environnementalisme féministe », qui, face à un environnementalisme qu’elles qualifient de mainstream, occupé de la protection des espaces naturels, aurait à prendre en compte les exploité·es et les inégalités de race, de classe et de genre. À ces deux formes d’environnementalisme correspondraient deux visions de la nature : « une nature extérieure à l’humain, idéalisée et purifiée […] et une nature ordinaire dont nous faisons partie mais qui est aussi un bien commun25 ». Elles rejoignent ainsi Catherine Larrère qui, dans un article de ce même numéro, rappelle les deux définitions données de l’écologie à la fin du xixe siècle : celle de Ernst Haeckel en 1866, qui a été généralement retenue, et qui en fait la science des relations des êtres vivants avec leur environnement ; celle de la chimiste Ellen Swallow en 1892, qui y voit une science de la qualité environnementale26. Toutes ces chercheuses pointent ainsi la nécessité d’une réflexion sur la matérialité des relations des femmes avec leur environnement : leurs conditions d’accès, la qualité de l’eau, de l’air et du sol dont elles bénéficient, les effets de leurs actions sur ces mêmes éléments, etc.27 Un programme qui se trouve tout à fait en phase avec le cœur de l’approche de l’histoire environnementale, dont l’intérêt pour la matière même de l’environnement des sociétés passées, pour ce que Ellen Stroud a appelé « la saleté », fait justement l’originalité28.

Des croisements inégaux et contrariés

  • 29 Unger, « Women and Gender… », art. cit.
  • 30 Dans les travaux de Vandana Shiva déjà cités, bien entendu, mais aussi dans ceux de Bina Agarwal pa (...)
  • 31 Joachim Radkau, Nature and Power. A Global History of the Environment, Cambridge, CUP, 2008.
  • 32 Ainsi dans sa vaste étude, Friedemann Schmoll, Erinnerung an die Natur: die Geschichte des Natursch (...)

12Reste à comprendre ce qui a pu freiner jusqu’à présent les croisements fertiles entre ces deux traditions historiographiques désormais établies. Convenons tout d’abord d’une inégale répartition de ces hybridations de part et d’autre de l’Atlantique. Le bilan présenté par Unger, essentiellement focalisé sur l’historiographie anglo-saxonne voire américaine, est à ce titre éclairant : si elles restent encore marginales par rapport à l’ensemble de la production historique, elles n’en constituent pas moins déjà un corpus riche et varié, très axé sur les singularités de l’histoire étatsunienne (Indiens, pionniers, conquête de l’Ouest, wilderness, etc.)29. La tradition des subaltern studies, très prolifique en Inde et dans les études sur ce sous-continent par exemple, a également permis le développement d’études à la croisée des problématiques féminines et environnementales30. A contrario, l’historiographie européenne fait piètre figure dans ce domaine, tant les études au croisement de ces deux disciplines historiques restent rares. Il est significatif en ce sens que l’ouvrage de l’Allemand Joachim Radkau, Nature and Power, qui propose une histoire globale de l’environnement autour de la question du pouvoir, ne prête quasiment aucune attention aux questions de genre31 ! On comprend mieux alors les remarques de Stefania Barca, Laura Guidi et Verena Winiwarter, qui déplorent avant tout une telle absence dans les recherches de leurs homologues italiens et autrichiens/allemands respectivement32.

13C’est peu dire, donc, que l’approche genrée est loin d’être devenue systématique dans les travaux d’histoire environnementale. Non pas qu’elle soit toujours pertinente, cela va de soi – encore faut-il s’en assurer et tenter la réflexion. Une telle résistance tient peut-être à trois raisons. La première serait d’ordre théorique et trouverait son origine dans l’aporie intellectuelle de la vision écoféministe essentialiste telle que nous l’avons présentée auparavant. Dans une discussion croisée entre les historiens Richard White et Vera Norwood parue en 2001 dans la Pacific Historical Review, et rappelée par Nancy Unger, White affirme :

  • 33 Richard White, « Afterword Environmental History: Watching a Historical Field Mature », Pacific His (...)

« Le danger […] n’est pas que les questions de genre soient ignorées en histoire environnementale, mais qu’elles deviennent prévisibles – une redécouverte perpétuelle que les êtres humains ont souvent fait de la nature une femme. Le genre a mieux à offrir que cela33. »

  • 34 Ruth Morgan, « Gender and Environmental history – a call to arms – Response », 4 septembre 2017, co (...)

14Le danger est justement qu’une telle prévisibilité et platitude de l’usage du genre en histoire environnementale mène à son délaissement. Celui-ci est d’autant plus tentant que, et c’est bien entendu une des difficultés de l’histoire du genre en général, les sources permettant une approche genrée véritablement heuristique sont parfois rares et qu’il peut être difficile de se défaire du biais introduit par des archives où les femmes sont souvent réduites à la portion congrue. Enfin, et surtout, il faut tenir compte d’aspects institutionnels et disciplinaires. Nous l’avons montré, l’histoire du genre, comme l’histoire environnementale, se sont constituées en champs distincts de l’histoire traditionnelle, dominante. Elles ont créé, chacune de leur côté, des revues, des associations professionnelles, des réseaux et développé chacune une historiographie devenue au fil du temps imposante. Dans ces conditions, de quelque côté que l’on vienne (du genre ou de l’environnement), il est malaisé, voire intimidant, de s’aventurer sur des terrains aussi balisés dont on ne maîtrise pas forcément les références. Le faible nombre de propositions que notre appel à articles a suscité, tout comme les remarques de certain·es des auteur·rices de ce dossier, témoignent de ces inquiétudes à arpenter des terrains parfois peu connus. La situation est finalement celle décrite par l’historienne Ruth Morgan, qui répond à la « provocation » de Verena Winiwarter en s’appuyant sur son expérience personnelle : en l’occurrence, l’échec qu’elle a connu avec sa collègue Katie Holmes en 2017 lorsque, à l’occasion de la conférence bisannuelle de la Société Européenne d’Histoire Environnementale, elles ont voulu réunir des intervenants pour une session portant sur le genre et l’environnement. Un échec qui n’est pas signe de désintérêt puisque la session, qui s’est finalement tenue avec les seules Morgan et Holmes, a attiré un public nombreux et enthousiaste34.

Résistances et combats environnementaux : un terrain fertile aux enjeux de genre

  • 35 Et ce d’autant plus que les études européennes privilégiant ce double prisme se multiplient dans d’ (...)
  • 36 Stefania Barca et Laura Guidi, Ecostorie. Donne et uomini nella storia dell’ambiente, numéro de Gen (...)
  • 37 Sherilyn MacGregor et Nicole Seymour (dir.), « Men and Nature: Hegemonic Masculinities and Environm (...)
  • 38 La part de contingence liée aux articles soumis et à leur sélection a finalement réduit l’espace gé (...)

15C’est pourquoi il nous a semblé opportun d’offrir une nouvelle occasion aux chercheurs européens de tenter ce croisement des approches historiques35, les difficultés que nous venons d’évoquer ne pouvant être levées que par la multiplication de ces rencontres et le renouvellement constant de ces hybridations méthodologiques. La revue Genesis a fait œuvre pionnière en proposant un dossier sur « Femmes et hommes dans l’histoire de l’environnement » en 201336, comprenant des travaux sur la place des femmes dans les combats environnementaux, sur les représentations genrées de territoires, sur l’expérience coloniale des épouses de colons, sur les femmes comme victimes particulières de dégâts environnementaux. En 2017, un numéro de la revue RCC Perspectives du Rachel Carson Center for Environment and Society s’est, quant à lui, centré sur la place des hommes dans les dynamiques environnementales37. Le présent dossier souhaite s’inscrire dans les voies ouvertes par ces numéros, tout en restreignant le champ d’étude aux résistances et combats environnementaux en Europe occidentale du xviiie siècle à nos jours38. Au cours de cette période, en effet, on assiste, dans l’espace européen, à des évolutions majeures portant à la fois sur le genre et sur l’environnement. Le mouvement des Lumières, la Révolution française et ses revendications d’égalité, le bouleversement des structures traditionnelles par l’urbanisation et l’industrialisation, ont entraîné une redéfinition sans précédent des rapports de genre, précipitée par les revendications féministes, les droits progressivement acquis et les découvertes de la science (pilule contraceptive, procréation médicalement assistée…). Parallèlement, l’entrée dans la révolution industrielle – qui peut aussi être considérée comme le point de départ de l’anthropocène – pose les bases d’une profonde mutation des relations des Européens avec leur environnement naturel, malmené comme jamais, mais aussi objet de préservation et d’intérêt émotionnel ou scientifique. Il paraissait dès lors légitime d’interroger les liens possibles entre ces deux ruptures fondamentales redessinant les frontières entre masculin/féminin et culture/nature. Nous avons choisi de le faire sous l’angle des résistances et des combats environnementaux, parce que ces bouleversements ont été fondamentalement agonistiques et que c’est au cœur de cette conflictualité que peuvent plus facilement être décelés les points de convergence avec les questions liées au genre.

L’entrée dans une nouvelle cosmologie environnementale et genrée

16La thématique que nous proposons soulève un premier enjeu de taille : quels effets ont eu, sur les femmes, les bouleversements politiques, économiques et techniques du dernier xviiie siècle, et l’entrée dans un nouvel ordre du monde, dans un nouveau rapport à l’environnement ? Les articles d’Émilie-Anne Pépy et de Thomas Le Roux et Raphaël Morera dressent, pour les sujets dont ils traitent, un constat accablant et remarquablement convergent. Qu’il s’agisse de l’accès au savoir sur les plantes ou des activités de blanchissage, la rationalisation du monde par la science et sa marchandisation se font au détriment des femmes ; l’économie de marché tout comme la science sont ici d’abord une affaire d’hommes, notamment par la séparation des sphères domestiques et publiques.

17Émilie-Anne Pépy montre ainsi comment la construction d’un savoir savant sur la botanique délégitime les savoirs vernaculaires des herboristes, d’autant plus facilement discrédités qu’ils comptent parmi eux nombre de femmes ; plus généralement, les femmes sont exclues de cette sphère savante de la botanique, exclusivement dominée par les hommes de science. L’accès à cette discipline ne saurait se faire que par leur médiation, et c’est l’un des multiples intérêts de cet article que de mettre au jour la façon dont certains ouvrages destinés aux femmes guident leur pratique et leur savoir sur les plantes, mais induisent également un certain rapport subordonné à la connaissance. Les femmes sont instruites à cette science, mais dans ses aspects les plus pratiques, et toujours sous la direction d’un homme, dans une position forcément subalterne : c’est qu’il s’agit ici, finalement, de leur donner accès à cette connaissance uniquement dans la mesure où elle leur serait utile du fait de leur statut de ménagères (en charge du bien-être et donc du soin des membres du foyer) ou de femmes charitables. On mesure ici à quel point ces stéréotypes de genre déterminent une certaine relation, voire un type d’accès, à l’environnement naturel. Il est néanmoins saisissant de constater que cette assignation identitaire ne se fait pas sans résistance. Tant bien que mal, des marges de manœuvres sont obtenues par certaines femmes, qui s’immiscent dans les quelques interstices qu’elles découvrent : ainsi de Mme du Gage qui, par une stratégie d’effacement, parvient à avoir accès à des savoirs et à en produire elle-même – sans qu’ils soient pour autant considérés par les autorités de la discipline ; ainsi également des herboristes qui, par une forme de résistance passive, et grâce à une demande constante de la population, parviennent à se maintenir très avant dans le xixe siècle.

18Il en va un peu de même des blanchisseuses parisiennes sur la Seine et la Bièvre entre 1750 et 1820, telles qu’elles sont étudiées par Thomas Le Roux et Raphaël Morera. L’activité de blanchissage est traditionnellement dévolue aux femmes : elle est le prolongement « naturel » de leur rôle de ménagères, les techniques et recettes se transmettant oralement de mère en fille. Le développement démographique du deuxième xviiie siècle entraîne un accroissement de cette activité. Dès lors, les blanchisseuses semblent s’approprier les deux rivières, en multipliant les installations sur leurs berges, entrant en conflit avec d’autres activités plus masculines (tannerie par exemple). C’est sans doute là un des points les plus intéressants de l’article : voilà que les femmes non seulement mettent la main sur un espace naturel (des rivières), mais qu’en plus elles acquièrent une visibilité grandissante dans l’espace public par leur participation active à une économie de service florissante. Il y a là, en quelque sorte, une double transgression : la mainmise (apparente et partielle évidemment) sur un bien commun naturel, et le glissement de la sphère domestique à l’espace public. Or ceci s’opère au moment où la révolution scientifique et industrielle donne aux hommes les outils pour se réapproprier ces espaces fluviaux. Ces moyens sont de deux ordres : d’abord les théories hygiénistes, qui permettent de critiquer l’activité de blanchissage pour son bruit, son encombrement, la saleté qu’elle génère ; ensuite, le développement d’une science chimique qui, au propre des blanchisseuses, issu d’un savoir dévalorisé car vernaculaire, oppose le « pur » obtenu par le chlore notamment. D’où les propositions multiples visant à créer de grandes buanderies industrielles, dirigées par une élite manufacturière masculine, correspondant à ce que les auteurs de l’article appellent une « nouvelle cosmologie environnementale » : un monde naturel rationnel, mécanique, fluide, aux mains des hommes. Là encore, néanmoins, une résistance se manifeste, et il faut encore un bon demi-siècle avant que ces projets voient le jour et marginalisent le rôle des blanchisseuses.

19Ces deux articles donnent donc clairement à lire comment les changements dans le rapport à l’environnement naturel au cours du xviiie siècle par la rationalisation du monde et sa marchandisation ont eu une influence sur l’accès des femmes aussi bien à la nature elle-même, qu’à la connaissance nouvelle qu’on peut en avoir.

Des femmes au combat environnemental ?

20Ce changement de rapport au monde a eu, du point de vue environnemental, un effet paradoxal : grâce à la puissance acquise par l’exploitation des énergies fossiles, il a autorisé une soumission et une dégradation sans précédent de la nature, accompagnée de mouvements de protection dont la théorisation et les actions sont eux aussi inédits. Une interrogation émerge alors, celle de la place que les femmes occupent dans les résistances et combats environnementaux, et la façon dont ces luttes ont pu être un moyen d’émancipation féminine. À ce titre, les articles de Fabien Carrié et Vincent Porhel sont particulièrement éclairants. Le premier s’intéresse en effet aux mouvements de protection des animaux en France, notamment à la SPA, qui s’établissent au cours du xixe siècle. Très clairement, les femmes y sont marginalisées, leur action réduite à la portion congrue, notamment par la volonté de viriliser une cause jugée encore trop « sentimentale » pour être prise au sérieux. Le mouvement est donc pris en charge par une élite d’hommes de science qui lui apportent une caution masculine et raisonnable, loin de la sensiblerie attribuée aux femmes. Il est essentiel de noter ainsi que la présence des femmes peut disqualifier une action environnementale dont la légitimité ne peut se faire que par une forme de virilisation. Mais Carrié montre également que cet état de fait commence à être modifié dans les années 1880 lorsque des militantes se servent des thèses antivivisectionnistes pour remettre en cause l’orthodoxie du mouvement et la place qu’y occupent les hommes de science, s’opposant ainsi à une gestion distanciée et présentée comme la plus rationnelle possible des animaux. Il s’agit également, pour les femmes de lettres qui accompagnent cette contestation, de s’affirmer plus généralement dans le champ intellectuel : on voit bien ici comment la lutte environnementale peut être un outil d’émancipation féministe. Pour autant, et c’est le dernier point le plus intéressant de cet article, à l’occasion de ces controverses, les stéréotypes de genre ne sont pas tant balayés que retournés pour servir la cause des femmes, devenues, par leur sensibilité même, les détentrices « naturelles » du porte-parolat des plus faibles et des sans-voix comme les animaux.

21Il en va tout autrement des combats menés en 1980 contre l’installation d’une centrale nucléaire sur la pointe du Raz en Bretagne non loin du village de Plogoff, tels qu’ils sont ici étudiés par Vincent Porhel. On y trouve pourtant aussi une position essentialiste qui relègue les femmes à leur irrationalité et incompétence : il s’agit bien, pour les ingénieurs chargés d’installer la centrale, ou les politiques qui soutiennent le projet, d’une affaire d’hommes, qui seuls sont à même de comprendre les aspects techniques du projet. La surprise vient de la place centrale occupée par les femmes dans la contestation : voilà qu’elles agissent comme l’auraient fait des militants masculins, jusqu’à se livrer à des actions concrètes, voire violentes (rares jets de pierres, mais surtout installation de barricades pour bloquer l’accès au site) auxquelles on ne les associait généralement pas. Or, ici, très clairement, ce combat environnemental ne saurait être perçu comme les prémices d’une affirmation féministe, ce dont se défendent justement les militantes en question. Il s’inscrit plus logiquement dans un mode de vie particulier qui, par l’absence régulière, parfois longue, d’époux partis en mer, accorde aux femmes de Plogoff une grande autonomie et une forte responsabilité dans la gestion de leur quotidien. Porhel montre de façon tout à fait intéressante les différentes lectures qui ont pu être faites de ce combat, notamment par les médias, qui ne correspondent pas toujours au ressenti des militantes. La motivation retenue, celle de la défense d’un cadre de vie – plus que d’un refus de principe du nucléaire – renvoie ainsi les femmes de Plogoff non seulement à une identité régionaliste bretonne, mais surtout à un statut de ménagères du foyer, responsables en tant que telles de la protection de leur environnement proche. On voit ainsi comment les stéréotypes de genre peinent à être renversés, mais également la distance qui peut être établie par les actrices elles-mêmes entre leur engagement environnemental et la cause féministe.

Féminisme et environnementalisme : un combat partagé ?

22De ces relations compliquées témoignent enfin les deux derniers articles de ce dossier, qui questionnent les rapprochements entre combats féministes et environnementaux, en France pour Isabelle Cambourakis, en Italie pour Rachele Ledda. Car, bien sûr, au-delà de la place des femmes dans les mouvements de défense de la nature, c’est plus spécifiquement la convergence de ces luttes féministes et environnementales qui doit être interrogée : fut-elle évidente, chaotique, théorisée ? Quelle place accorder historiquement à l’écoféminisme et au lien qu’il établit entre oppression des femmes et dégradation de la nature ?

  • 39 Ces questions mériteraient cependant d’être approfondies. En effet, la presse contre-culturelle des (...)

23À ce titre, les leçons tirées des exemples italien et français sont très claires : ils donnent tous deux à voir les relations tumultueuses entre féminisme et environnementalisme et la difficulté à relier ces deux mouvements. Isabelle Cambourakis montre ainsi qu’en dépit des efforts réels menés à partir de 1968 pour faire converger en France contestation féministe et environnementale, c’est la conflictualité qui a longtemps prévalu. Le premier rapprochement achoppe ainsi sur des positions incompatibles face à une technologie rejetée par les écologistes, et louée par les femmes qui y voient un moyen d’émancipation (par la pilule essentiellement). Les deux mouvements ne parviennent alors pas à se trouver un ennemi commun, malgré le travail théorique de Françoise d’Eaubonne qui définit au cours des années 1970 l’écoféminisme. La radicalité de cette écrivaine, la singularité de sa pensée, sa marginalité aussi au sein des mouvements sociaux, freinent la réception de ses idées. Il est donc frappant de constater la multiplicité de ces essais infructueux de rapprochement ; d’autres encore sont tentés à la fin des années 1970, notamment par la revue Sorcières, qui relie femmes et nature dans une approche essentialiste, laquelle trouve son expression dans les œuvres d’Anne-Marie de Vilaine. Finalement, cette convergence de vues reste marginale, et ne se retrouve que dans quelques mouvements internationaux ou dans des expériences de communautés utopiques radicales menées par des lesbiennes qui tentent l’articulation féminisme/écologie39.

24Que cette dernière n’ait, historiquement, rien d’évident, est encore rappelé par Rachele Ledda dans son article. Elle aussi montre les rapports tumultueux des mouvements féministes et environnementaux, en Italie cette fois. Il a fallu le tournant de la catastrophe de Seveso, en 1976, pour faire avancer un rapprochement écoféministe de courte durée, avant que celle de Tchernobyl dix ans plus tard ne renforce à nouveau les liens entre femmes – pas forcément féministes – et défenseurs de l’environnement. Au-delà du tableau de ces relations compliquées, l’article de Ledda met aussi bien en évidence le rôle de certaines personnalités exceptionnelles, comme Laura Conti, dans l’affirmation des femmes au sein du mouvement environnemental. Elle souligne également, à la façon de Laugier, Falquet et Molinier, la pertinence de distinguer deux natures : l’une, patrimonialisée et protégée par des élites urbaines essentiellement masculines à des fins de délassement récréatif ; l’autre, ordinaire, quotidienne, indispensable à la survie des populations qui y vivent. Et c’est pour défendre cette dernière que des femmes s’investissent initialement – en 1933 en Italie, en plein fascisme, pour s’opposer à une usine d’aluminium ; en 1976 donc, alors que les substances chimiques rejetées par l’usine de Seveso multiplient les déformations fœtales et les risques de fausses-couches ; en 2015, par la création du collectif des « Mamans contre l’incinérateur » près de Florence. Et, dans ce dernier cas, le nom du groupe met en lumière, à travers les multiples lectures qui peuvent en être faites, un grand nombre d’enjeux liés au croisement des questions de genre et d’environnement. On y voit d’abord, bien sûr, l’affirmation de la part des militantes d’une action fondée sur le rôle qu’on estime spécifique des « mamans » dans la protection de la vie – une approche très en prise avec l’écoféminisme, même si cela n’est pas forcément explicité. C’est aussi, pour les militants masculins du mouvement, une manière d’accepter, dans ce cadre-là au moins, un renversement des hiérarchies de genre, un décentrement, qui se traduit jusque dans la façon dont ils se font appeler. Par ailleurs, ce nom est critiqué par certaines féministes, qui refusent une telle essentialisation de la femme-mère : on a là un exemple simple et concret des débats qui jalonnent cette histoire du genre et de l’environnement. Enfin, certaines militantes interrogées par Ledda reconnaissent que l’action au sein de ce mouvement leur a permis d’échapper au rôle unique de mère au foyer et de s’investir plus qu’auparavant dans la sphère publique, jusqu’à influer sur leur conception des rapports de genre dans la société : ici, l’engagement environnemental peut être vu comme un premier pas vers l’affirmation féministe.

Conclusion

25Ce dossier, nous l’espérons, aura ainsi apporté quelques analyses fortes sur la dimension de genre des résistances et combats environnementaux en Europe occidentale depuis le xviiie siècle, œuvrant ainsi à faciliter, de ce côté de l’Atlantique, le croisement de l’histoire environnementale et du genre. Bien sûr, les pistes à explorer encore sont innombrables.

26Sur la seule thématique qui nous occupe ici, nous avons regretté que si peu d’articles aient porté sur d’autres pays que la France. Il est probable en effet que les rapports de genre somme toute différents entre Europe du Nord et du Sud par exemple, tout autant que les nuances dans la relation à l’environnement qu’on trouve notamment dans les pays de culture catholique ou protestante, influent sur les combats environnementaux qui y sont menés et la place des enjeux genrés en leur sein.

27Inversement, il serait passionnant de mesurer les effets de l’internationalisation des mouvements environnementaux à partir du début du xxe siècle sur la place que les femmes y ont tenue, particulièrement lorsqu’après la Seconde Guerre mondiale l’image d’une Terre-mère nourricière malmenée par ses enfants s’impose dans l’imaginaire collectif.

28La place trop ténue du xixe siècle est un autre regret, tant il nous semble central dans la mise en place des instruments de subordination des femmes et d’exploitation des espaces naturels, tout en installant déjà les outils, notamment conceptuels et émotionnels, de leur émancipation et protection.

29Il y aurait aussi beaucoup à dire sans doute sur le genre de la nature : celle-ci est-elle le lieu d’une refondation de la virilité d’hommes abrutis par leur environnement urbain et industriel, ou d’une relation sensible et « féminisée » aux beautés du monde ? Dans quelle mesure la présence des femmes dans la recherche scientifique conduit-elle à remettre en cause les biais genrés des politiques industrielles et énergétiques ou de la recherche médicale par exemple, qui influent directement sur l’environnement ?

30Enfin, nous aurions aimé disposer d’analyses sur les convergences possibles entre groupes minorisés et lutte pour l’environnement. Quelle place, par exemple, pour les lesbiennes dans l’engagement en faveur de la cause animale, dans les mouvements végétarien et vegan ? Dans quelle mesure les mouvements contre-culturels des années 1970 et 1980 (mouvements hippie, punk, squatters, alternatifs), par exemple, ont-ils pu croiser lutte pour les droits civiques, féminisme, revendications LGBT, et problématiques environnementales ?

  • 40 Ruth Morgan et Katie Holmes organisent en décembre 2018 à Melbourne un atelier intitulé « Placing G (...)

31Nous pourrions multiplier les questionnements bien entendu. Sans doute ceux que nous venons de présenter sont-ils suffisants pour convaincre de l’intérêt du croisement de ces deux méthodologies historiques et pour encourager à renouveler une telle entreprise40.

Haut de page

Notes

1 Verena Winiwarter, « Gender and Environmental history – a call to arms », 4 septembre 2017, consulté le 1er août 2018, URL : https://whitehorsepress.blog/2017/09/04/gender-and-environmental-history-a-call-to-arms.

2 Carolyn Merchant, « Gender and Environmental History », The Journal of American History, 76, 1990, p. 1117-1121.

3 Melissa Leach et Cathy Green, « Gender and Environmental History: From Representations of Women and Nature to Gender Analysis of Ecology and Politics », Environment and History, 3, Octobre 1997, p. 343-370.

4 Virginia Scharff, Seeing Nature through Gender, Lawrence, University Press of Kansas, 2003. Dans un compte-rendu sur cet ouvrage, Linda Nash fait la même constatation : Linda Nash, « Review of Seeing Nature through Gender », Oregon Historical Quarterly, 106, 3, Automne 2005, p. 498-500.

5 Stefania Barca et Laura Guidi, Ecostorie. Donne et uomini nella storia dell’ambiante, numéro de Genesis, XII, 2, 2013.

6 Nancy C. Unger, « Women and Gender. Useful categories of analysis in environmental history », in Andrew C. Isenberg (dir.), The Oxford Handbook of Environmental History, Oxford, OUP, 2014, p. 601.

7 Les cours de Gerda Lerner en 1963 aux États-Unis sur l’histoire des femmes.

8 Michelle Perrot, « Histoire des femmes, histoire du genre », Travail, genre et sociétés, 31, 1, 2014, p. 2-4.

9 Roderick Nash, « American environmental history: a new teaching frontier », Pacific Historical Review, 41, 3, août 1972, p. 362-372 ; Alfred Crosby, The Columbian Exchange, Westport, Greenwood Press, 1972. Sur l’histoire de cette discipline, on pourra se référer également à : Alfred Crosby, « The Past and Present of Environmental History », American Historical Review, 100, 4, octobre 1995, p. 1177-1189 ; Fabien Locher et Grégory Quénet, « L’histoire environnementale : origines, enjeux et perspectives d’un nouveau chantier », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, vol. 56, n° 4, 2009, p. 7-38 ; Geneviève Massard-Guilbaud, « De la “part du milieu” à l’histoire de l’environnement », Le mouvement social, n° 200-3, 2008, p. 64-72 ; Grégory Quénet, Qu’est-ce que l’histoire environnementale ?, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2014.

10 Joan Wallach Scott, « Gender: a useful category of historical analysis », American Historical Review, 91, 5, 1986, p. 1053-1075 ; voir aussi une bonne mise au point théorique dans Victoria E. Thompson, « L’histoire du genre : trente ans de recherches des historiennes américaines de la France », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 96-97, 2005, p. 41-62.

11 François Walter, « L’historien et l’environnement : vers un nouveau paradigme », Natures sciences sociétés, 2, 1, 1994, p. 31-39.

12 Carolyn Merchant, The Death of Nature: Women, Ecology and the Scientific Revolution, London, Wilson House, 1980.

13 Un exemple de poursuites de ce type de réflexion se trouve dans un article de Paul Sabin qui révèle les imaginaires genrés différenciés du pétrole et du charbon en Pennsylvanie au xixe siècle. Paul Sabin, « “A Dive Into Nature’s Great Grab-bag”: Nature, Gender and Capitalism in the Early Pennsylvania Oil Industry », Pennsylvania History: A Journal of Mid-Atlantic Studies, 66, 4, Automne 1999, p. 472-505.

14 Merchant, « Gender and Environmental History », art. cit.

15 Scharff, Seeing Nature through Gender, op. cit., p. XIII.

16 Unger, « Women and Gender… », art. cit., p. 602.

17 Glenda Riley, Women and Nature: Saving the Wild West, Lincoln, University of Nebraska Press, 1999.

18 Unger, « Women and Gender… », art. cit.

19 Françoise d’Eaubonne, Le Féminisme ou la mort, Paris, Pierre Horay, 1974. Voir à ce sujet : Caroline Goldblum, « Françoise d’Eaubonne, à l’origine de la pensée écoféministe », L’Homme & la société, 203-204, 1, 2017, p. 189-202.

20 Vandana Shiva et Maria Mies, Ecofeminism, Halifax, Fernwood Publications, 1993.

21 Goldblum, « Françoise d’Eaubonne… », art. cit., p. 195.

22 Leach/Green, « Gender and Environmental History… », art. cit., p. 350-353.

23 Vandana Shiva, Staying Alive: Women, Ecology and Development, London, Zed Books, 1988.

24 Leach/Green, « Gender and Environmental History… », art. cit., p. 10-11.

25 Sandra Laugier, Jules Falquet et Pascale Molinier, « Genre et inégalités environnementales : nouvelles menaces, nouvelles analyses, nouveaux féminismes. Introduction », Cahiers du Genre, 59, 2, 2015, p. 16.

26 Catherine Larrère, « La nature a-t-elle un genre ? Variétés d’écoféminisme », Cahiers du Genre, 59, 2, 2015, p. 117.

27 Voir à ce titre Lia Marcondes, Eau et féminismes. Petite histoire croisée de la domination des femmes et de la nature, Paris, La Dispute, 2010.

28 Ellen Stroud, « Does Nature always matter? Following dirt through history », History and Theory, 42, 4, décembre 2003, p. 75-81.

29 Unger, « Women and Gender… », art. cit.

30 Dans les travaux de Vandana Shiva déjà cités, bien entendu, mais aussi dans ceux de Bina Agarwal par exemple. Voir Bina Agarwal, Field of One’s Own: Gender and Land Rights in South Asia, Cambridge, CUP, 1994.

31 Joachim Radkau, Nature and Power. A Global History of the Environment, Cambridge, CUP, 2008.

32 Ainsi dans sa vaste étude, Friedemann Schmoll, Erinnerung an die Natur: die Geschichte des Naturschutzes im deutschen Kaiserreich, Frankfurt am Main, Campus-Verlag 2004, ne consacre que quelques pages à la dimension genrée. Il en est de même de l’ouvrage de Sandra Chaney, Nature of the Miracle Years. Conservation In West Germany 1945-1975, New York, Berghahn Books, 2013, qui ignore quasiment le sujet. Ce désintérêt relatif est d’autant plus difficile à comprendre que, dans le cas de l’Allemagne notamment, la littérature sur l’histoire de l’environnement et le sentiment de nature est abondante, et que les questions environnementales ont été très largement discutées par les mouvements féministes, dès les années 1970. On peut notamment citer le Kongreß von Frauen in Naturwissenschaft und Technik dont la première édition se tint à Aix-la-Chapelle en 1977, et qui continue de se réunir chaque année, rassemblant à chaque fois plusieurs centaines de femmes de sciences. Voir Helene Götschel, Naturwissenschaftlerinnen und Technikerinnen in Bewegung: zur Geschichte des Kongresses Frauen in Naturwissenschaft und Technik, 1977 bis 1989, Mössingen-Talheim, Talheimer Verlag, 2001. Le rôle des femmes dans la prise de conscience environnementale en RDA mériterait également d’être approfondi. Voir Dorothy Rosenberg, « Rethinking Progress: Women Writers and the Environmental Dialogue in the GDR », Women in German Yearbook: Feminist Studies in German Literature & Culture, vol. 5, 1989, p. 41-56.

33 Richard White, « Afterword Environmental History: Watching a Historical Field Mature », Pacific Historical Review, 70, 1, 2001, p. 109.

34 Ruth Morgan, « Gender and Environmental history – a call to arms – Response », 4 septembre 2017, consulté le 1er août 2018, URL : https://whitehorsepress.blog/2017/09/04/gender-and-environmental-history-a-call-to-arms.

35 Et ce d’autant plus que les études européennes privilégiant ce double prisme se multiplient dans d’autres disciplines comme la sociologie, la psychologie ou la philosophie. Voir par exemple : Anne-Lise Gandon, Les représentations sociales du développement durable : des enjeux de sexe et de genre, thèse de doctorat soutenue à l’Université Lyon 2, École doctorale Sciences de l’éducation, psychologie, information et communication, 2011 ; colloque « Care, Genre et environnement », Université Lyon 3, du 7 au 11 septembre 2015, organisé par Hélène Guétat-Bernard, Pauline Texier-Teixeira, Pascale Moity Maïzi et Catherine Larrère ; Catherine Larrère, « L’écoféminisme : féminisme écologique ou écologie féministe », Tracés, 22, 1, 2012 ; Jules Falquet, Sandra Laugier, Pascale Molinier, Genre et environnement. Nouvelles menaces, nouvelles analyses au Nord et au Sud, numéro des Cahiers du Genre, 59, 2, 2015 ; Andreas Nebelung, Angelika Poferl, Irmgard Schultz (dir.), Geschlechterverhältnisse — Naturverhältnisse Feministische Auseinandersetzungen und Perspektiven der Umweltsoziologie, Berlin, Springer, 2001 ; Nicole Detraz, Gender and the Environment, Cambridge, Polity Press, 2017 ; Sherilyn MacGregor (dir.), Routledge Handbook of Gender and Environment, London, New York, Routledge, 2017.

36 Stefania Barca et Laura Guidi, Ecostorie. Donne et uomini nella storia dell’ambiente, numéro de Genesis, XII, 2, 2013.

37 Sherilyn MacGregor et Nicole Seymour (dir.), « Men and Nature: Hegemonic Masculinities and Environmental Change », RCC Perspectives: Transformations in Environment and Society, 4, 2017, URL : doi.org/10.5282/rcc/7977.

38 La part de contingence liée aux articles soumis et à leur sélection a finalement réduit l’espace géographique à la France et à l’Italie.

39 Ces questions mériteraient cependant d’être approfondies. En effet, la presse contre-culturelle des années 1970, que ce soit aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en France ou en RFA, propose régulièrement des articles et des dossiers consacrés aux questions environnementales, qui comportent souvent une dimension genrée, même si la perspective essentialiste y est en général privilégiée, à travers la célébration de « Mère Nature » ou l’évocation des « mères nourricières » des communes hippies, déléguées à la confection de menus macrobiotiques. Néanmoins, elle contribue aussi à faire connaître aussi bien le livre de Rachel Carson, Silent Spring (1962) que celui de Germaine Greer, The Female Eunuch (1970). Voir par exemple IT, 113, 23 septembre – 7 octobre 1971 ; OZ, 38, novembre 1971 ; Actuel, 13, octobre 1971. En RFA, Kompost, revue alternative écologiste lancée en 1975 dédie des articles à l’éducation alternative des enfants ou à la santé naturelle, qui visent directement les femmes. Un problème majeur de l’historiographie de la contre-culture est dès lors sa tendance à juxtaposer les combats (féministe, écologiste, hippie, squatters etc.) sans véritablement les croiser. Voir, pour une tentative en ce sens, Sven Reichardt, Authentizität und Gemeinschaft. Linksalternatives Leben in den siebziger und frühen achtizger Jahren, Berlin, Suhrkamp, 2014.

40 Ruth Morgan et Katie Holmes organisent en décembre 2018 à Melbourne un atelier intitulé « Placing Gender », avec le soutien du Rachel Carson Center for Environment and Society. Leur objectif est de faire paraître pour la première fois un numéro spécial sur la question dans Environment and History, revue de référence en Europe en histoire environnementale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-François Mathis, « Introduction », Genre & Histoire [En ligne], 22 | Automne 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3641

Haut de page

Auteur

Charles-François Mathis

Université Bordeaux-Montaigne, EA2958–CEMMC. Courriel : charles-francois.mathis@u-bordeaux-montaigne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page