Navigation – Plan du site
Genre et environnement

Les femmes et les plantes : accès négocié à la botanique savante et résistance des savoirs vernaculaires (France, xviiie siècle)

Women and plants: between scholarly botany and traditional knowledge (France, 18th century)
Émilie-Anne Pépy

Résumés

Cet article interroge les réponses des femmes face à la construction du monopole masculin d’expertise sur le végétal au xviiie siècle au profit des botanistes et des médecins qui remet en cause l’autonomie du rapport des femmes à la nature végétale. Bien que la pratique de la botanique soit socialement valorisée pour les femmes éclairées, rares sont celles qui maîtrisent les ressorts philosophiques et scientifiques de la discipline. La plupart n’ont accès qu’à une connaissance vulgarisée, médiatisée par un expert masculin, enseignant ou auteur d’ouvrages adaptés à une lecture féminine. Cette normalisation tend à s’étendre au champ de la thérapeutique, dans lequel les femmes de toutes conditions sont traditionnellement présentes, de par les fonctions domestiques qui leur sont assignées et par la profession d’herboriste qu’elles partagent avec les hommes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean Erhard, L’idée de nature en France dans la première moitié du xviiie siècle, Paris, Albin Mich (...)

1L’histoire intellectuelle du siècle des Lumières est marquée par l’omniprésence d’une « nature » dont on invente le sentiment, tout en se donnant les moyens scientifiques et techniques de la dominer1. Dans le champ de l’action publique émergent des questionnements nouveaux sur les rapports de l’homme à son environnement, bien que cette catégorie n’existe évidemment pas sous ce terme. Les historiens de la ville ont bien montré les enjeux que représentent dans les conceptions urbanistiques l’essor urbain et le développement des activités proto-industrielles. Sont ainsi encouragées les enquêtes sur la qualité des eaux et des sols, et sur les conséquences des pollutions et nuisances pour la santé humaine, comme le montre la multiplication des topographies médicales produites par les praticiens éclairés. La demande sociale de connaissance se fait plus largement sentir dans toutes les branches des sciences du vivant. L’amélioration des espèces, des essences et des peuplements est au cœur des réflexions de champs disciplinaires en plein essor, comme la médecine vétérinaire, la foresterie et l’agronomie, considérées comme des sciences éminemment utiles.

  • 2 Journal des scavans, Amsterdam, Marc-Michel Rey, 1768, vol. 1, t. 24, octobre 1768, p. 115.
  • 3 Londa Schiebinger, Nature’s body. Gender in the Making of Modern Science, Boston, Beacon Press, 199 (...)
  • 4 Londa Schiebinger, The Mind Has No Sex? Women in the Origins of Modern Science, Harvard, Harvard Un (...)
  • 5 Nathalie Sage Pranchère, L’école des sages-femmes. Naissance d’un corps professionnel (1786-1917), (...)
  • 6 Voir par exemple : Ann Shteir, Cultivating Women, Cultivating Sciences. Flora’s Daughters and Botan (...)
  • 7 Jacques Guilhaumou, « Autour du concept d’agentivité », Rives méditerranéennes, 41, 2012, p. 25-34.

2« Personne n’ignore, combien la connoissance des plantes est importante en elle-même par les secours que nous en tirons, soit pour nos besoins journaliers, soit dans nos maladies, soit même pour notre amusement2. » L’environnement végétal apparaît autant comme un réservoir de ressources indispensables, que comme un enjeu de connaissance majeur. Alors que les disciplines médicales font l’objet de toute la sollicitude des pouvoirs publics, qui entendent soutenir la croissance démographique en prenant soin de la santé publique, la botanique exerce sur les esprits des Lumières une fascination inégalée. Longtemps discipline auxiliaire de la médecine, la botanique fonctionne désormais comme une science autonome, qui entend expliquer le fonctionnement du règne végétal en nommant, triant et classant les plantes. Elle répond également aux attentes sociales en se prononçant sur les usages potentiels des végétaux. Les substances thérapeutiques restant largement d’origine végétale, les professions médicales ne peuvent se passer de la méthodologie des botanistes pour en faire la sélection. Main dans la main, le médecin et le botaniste normalisent la construction d’un savoir savant sur le végétal. Ce n’est pas un hasard si le système de classification imaginé par Linné, qui a eu une portée considérable, utilise des métaphores ouvertement genrées, proposant une analogie entre la sexualité humaine, dominée par le principe masculin, et la sexualité des plantes3. L’institutionnalisation des sciences et la spécialisation renforcée des champs scientifiques contribuent par ailleurs à renforcer le monopole masculin de production du savoir savant4. Sous l’Ancien Régime, l’éducation proposée aux filles dans la plupart des couvents reste bien souvent très superficielle, et centrée sur la littérature et les œuvres religieuses ou morales, alors que les sciences sont réservées presque exclusivement aux garçons. Dans le champ de la thérapeutique, la marge de manœuvre des femmes soignantes se réduit considérablement : en France, elles ne peuvent accéder aux formations institutionnelles, comme les collèges de médecine, et sont exclues des professions masculines qui s’autonomisent et se spécialisent (médecins, chirurgiens, apothicaires, vétérinaires). L’invention de la sage-femme, dont la formation est contrôlée et prise en charge par les États en Europe5, favorise la mise sous tutelle du corps féminin, notamment pour prévenir les velléités de contrôle des naissances. Par conséquent, les femmes se voient dénier la capacité d’élaborer et de mettre en œuvre des savoirs sur les plantes de manière autonome. Pour autant, dans l’entre soi féminin circulent des connaissances vitales sur le monde végétal. Il n’est pas question de postuler que, par essence, la femme entretiendrait davantage que l’homme des relations privilégiées avec cet environnement. Cette proximité est plutôt le fruit d’une assignation sociale : la femme maternelle et nourricière doit prendre soin de son foyer, et en bonne ménagère trouver au jardin, dans le potager ou dans la nature environnante les ressources les moins coûteuses pour conserver la santé des siens. Par ailleurs, poussées par l’urgence vitale, les femmes ont construit des savoirs sur les propriétés du végétal fondés sur l’observation et sur la transmission. La remise en question des usages traditionnels des plantes s’explique par les évolutions politico-scientifiques du xviiie siècle et se manifeste par une disqualification systématique, dans le discours savant, des savoirs vernaculaires sur les plantes, dont les acteurs et actrices de la médecine populaire ou charitable sont dépositaires. Pour autant, les femmes sont exclues ou rejetées aux marges des deux champs scientifiques qui monopolisent l’expertise sur la nature végétale, à savoir la médecine et la botanique. Cet article entend examiner les enjeux que représente pour les femmes l’accès à la connaissance vernaculaire ou savante de l’environnement végétal. Le projet se heurte à une difficulté double. Amorcée par des études anglo-saxonnes6, l’histoire des rapports genrés au végétal reste encore largement à écrire pour la France. Il faut souligner la rareté des sources, notamment pour ce qui concerne les pratiques des femmes des milieux populaires, qui n’en ont pas laissé de traces écrites et qu’il faut saisir de manière indirecte dans les archives administratives et autres règlements de police, sans oublier les sources judiciaires qui restent un continent encore peu exploré. La botanique et l’herboristerie sont deux champs d’activité qui permettent d’interroger les ressorts de l’agentivité féminine, et les stratégies déployées pour conserver une autonomie et une marge de manœuvre qu’entend limiter le discours dominant7. La pratique féminine de la botanique ne va pas de soi au xviiie siècle, pour accéder à la connaissance savante du règne végétal les femmes instruites doivent composer avec les normes masculines de la discipline dès lors qu’elles veulent persévérer dans son étude. Cette normalisation affecte également les femmes qui appliquent leurs connaissances sur le végétal à des fins thérapeutiques, même si la plasticité du marché médical leur permet de conserver des pratiques autonomes.

Une botanique tamisée pour les femmes des Lumières

L’accès à la connaissance du végétal médiatisée par les experts masculins

  • 8 Dictionnaire universel françois et latin vulgairement appelé dictionnaire de Trévoux, Paris, Compag (...)
  • 9 Depuis les années 1980 se développe une histoire des sciences « par en bas », notamment dans le cha (...)
  • 10 Pascal Duris, Linné et la France, 1780-1850, Genève, Droz, 1993, p. 182-185.
  • 11 Jacqueline Pearson, Women’s Reading in Britain, 1750-1835. A Dangerous Recreation, Cambridge, Cambr (...)

3Bien que la pratique de la botanique soit socialement valorisée au xviiie siècle, y compris pour les femmes, celles-ci demeurent aux marges de la botanique savante. Dans son édition de 1771, le dictionnaire de Trévoux définit comme botaniste le philosophe qui cherche à comprendre l’agencement des mystères de la nature. « Mais une personne qui se contente de savoir le nom des plantes, n’est Botaniste qu’à demi, & celui qui cultive les plantes sans en connoître les propriétés, n’est proprement qu’un Jardinier8 ». Cette hiérarchisation des compétences sur le monde végétal reflète la diffusion d’une conception développée par Linné dans sa Philosophia botanica (1751). Suivant sa terminologie, ne sont botanistes que les méthodiques qui élaborent des principes de classification du règne végétal et contribuent à formuler les normes et canons de la discipline, alors que les collecteurs qui énumèrent, décrivent et représentent les plantes ne sont considérés que comme des botanistes de seconde zone. Très peu nombreuses sont les femmes qui, bien qu’instruites, puissent se dire botanistes suivant ces critères, exigeant, outre une grande maîtrise des fondements de la taxinomie, d’être inséré dans les réseaux de la République des sciences pour échanger avec des pairs. En revanche, si l’on choisit d’inclure dans le champ scientifique de la botanique des pratiques et réflexions liées à la compréhension du règne végétal, et pas seulement la production d’un savoir savant, les femmes sont tout de suite plus présentes9. Les hommes sont d’ailleurs conscients de leur irruption sur ce terrain. Dans les années 1830, Hegel, témoin du succès des sociétés linnéennes mixtes10, estime que la botanique s’est trop féminisée et qu’il faut y redonner toute sa place à l’exercice rigoureux de l’intellect masculin11.

  • 12 Susan Bracken, Andrea M. Gáldy, Adriana Turpin, Women Patrons and Collectors, Cambridge, Cambridge (...)

4En effet, alors même que se renforce le monopole masculin sur la botanique savante, le xviiie siècle voit fleurir tout un discours très favorable à la pratique de la botanique comme loisir savant pour les dames. Cette science bénéficie d’un véritable effet de mode, l’aristocratie et les familles régnantes européennes donnant le ton, si bien qu’à la fin du siècle il n’est guère de grande dame qui n’ait son jardin botanique12. Sophie-Charlotte de Mecklembourg-Strelitz contribue ainsi au développement des Kew Gardens et, à partir de 1793, les princesses d’Angleterre bénéficient de l’enseignement de James Edward Smith, médecin naturaliste, premier président de la Société linnéenne de Londres fondée en 1788, et intime de Sir Joseph Banks. À Gênes, Clelia Durazzo-Grimaldi est la fondatrice d’un important jardin botanique en 1794. Quelques années plus tard, Joséphine de Beauharnais exerce son patronage sur la botanique depuis Malmaison.

  • 13 Charles Batsch, Botanique pour les femmes et les amateurs des plantes, Paris, Treuttel et Würtz, 17 (...)
  • 14 Adeline Gargam, Bertrand Lançon, Histoire de la misogynie, de l’Antiquité à nos jours, Paris, Arkhê (...)
  • 15 Jean-Jacques Rousseau, Écrits sur la botanique, Genève, Slatkine, 2012.

5La botanique doit être « pour le beau sexe, la plus innocente des distractions13 » : outre le fait que le jardinage et la fréquentation des plantes usuelles soient encouragés dans le cadre de l’économie domestique et rurale, les représentations littéraires et artistiques ont construit un topos esthétique associant le féminin aux fleurs et aux végétaux. Par ailleurs, la botanique est considérée comme plus accessible que les autres sciences, car elle est réputée faire appel tant aux facultés d’observation qu’à l’abstraction. Rousseau, qui partage les conceptions médico-scientifiques dominantes déniant au genre féminin l’accès à l’intellectualité14, en recommande l’étude aux filles dans ses Lettres élémentaires sur la botanique (1771), dont la portée est proportionnelle à la renommée du philosophe15. Après 1760 se multiplient les ouvrages de vulgarisation s’adressant à un large public mondain désireux de parfaire sa culture générale dans des champs aussi différents que la physique, les sciences naturelles, la grammaire ou la poésie. Certains de ces livres sont explicitement destinés aux « dames », souscrivant dans leurs titres aux préjugés sur l’infériorité intellectuelle féminine. D’autres auteurs explicitent leur démarche dans des préfaces, afin de rassurer le lecteur ou la lectrice néophyte. Des extraits choisis de la préface du Botaniste français du médecin Jacques Barbeu Dubourg attirent ainsi l’attention de grands journaux, comme le Mercure de France ou l’Avant-Coureur, qui assurent la publicité de ce livre et contribuent à légitimer la botanique de loisir pour les dames :

  • 16 Jacques Barbeu Dubourg, Le Botaniste françois comprenant toutes les plantes communes et usuelles, P (...)

Tâchons d’arracher les épines de la Botanique sans en ternir les fleurs, afin d’en rendre l’étude aisée & agréable à tous les âges de la vie, & que nos Dames mêmes puissent quelquefois s’amuser une heure ou deux dans les beaux jours d’été, soit à faire le dénombrement des plantes de leur campagne, soit à cueillir dans les prés de ces fleurs simples […], ou à rechercher sur les montagnes des herbes encore plus précieuses par leurs vertus salutaires16.

  • 17 Philippe Hamou, « Algarotti Vulgarisateur », Cirey dans la Vie intellectuelle, éd. François de Gand (...)
  • 18 Nicole Biagioli, « Les botaniques des dames, badinage précieux ou initiation scientifique ? », in P (...)

6Les vulgarisateurs renoncent au latin en faveur des langues vernaculaires et accordent beaucoup d’importance aux stratégies d’écriture qui doivent conjuguer la dimension récréative avec la rigueur disciplinaire et l’intelligibilité17. Les ouvrages de botanique se doivent aussi de respecter les règles de la bienséance, surtout s’ils sont mis entre les mains de jeunes filles : les réflexions linnéennes sur la sexualité des plantes ne sauraient y apparaître que soigneusement édulcorées18. Pourtant, d’après bon nombre d’observateurs, à la fin du xviiie siècle, il paraît difficile de tenir les femmes dans l’ignorance des choses de la botanique.

  • 19 Alexandre Brar, Le réveil de Jean-Jacques Rousseau, ou Particularités sur sa mort et son tombeau, G (...)

C’est un plaisir de voir le nombre des jolies Sarcleuses s’accroître de jour en jour : on ne sort plus sans loupe, sans pinces & sans serpette ; point de bonne promenade, si les plantes n’en sont pas. […] & tout cela, pourquoi ? Pour connoître le genre des simples. Oh ! Mesdames, une loupe pour découvrir le sexe !19.

  • 20 Bruno Belhoste, « Un espace public d’enseignement aux marges de l’université. Les cours publics à P (...)

7Cet hommage satirique à Rousseau fait référence, non sans allusions grivoises, aux pratiques de sociabilité qui rendent la botanique plus attrayante qu’une étude solitaire dans le silence du cabinet de travail. Les amatrices ont l’opportunité de suivre des cours et de participer à des herborisations dans la nature. Les jardins botaniques publics dont s’équipent la plupart des villes de quelque importance deviennent le lieu privilégié de l’enseignement de la botanique, mais il existe aussi des cours privés donnés par des apothicaires ou des herboristes20. Initialement destinés à la formation des professions médicales, les cours publics sont dispensés par des professeurs qui peuvent choisir de les prolonger par des herborisations hors les murs, pour faire découvrir les plantes dans leur milieu naturel. Les amatrices de botanique peuvent participer à ces promenades savantes, mises à la mode par la littérature rousseauiste, parmi un public hétérogène mêlant étudiants, érudits et curieux. Les arcanes de la discipline sont enseignés par une figure professorale masculine, jouissant souvent d’un certain renom, et qui dirige leurs pas et leurs regards. Le positionnement de ces femmes en situation d’apprentissage demeure ambigu, entre sensibilité à un effet de mode et réel intérêt scientifique. Le milieu familial apparaît comme un facteur déterminant dans la teneur de l’engagement féminin. Les femmes issues des élites sociales, de la bourgeoisie intellectuelle, plus rarement du monde de l’artisanat ou de la boutique, sont davantage encouragées à persévérer dans la discipline lorsque leur père, frère ou époux en est lui-même féru. Ainsi Manon Phlipon, future Mme Roland, fille d’un maître graveur, témoigne dès son plus jeune âge d’une forte appétence pour le savoir livresque. Au début de son mariage, elle suit un cours de botanique au Jardin du roi, pensant que ce loisir studieux lui vaudra une forme de reconnaissance de la part d’un mari beaucoup plus âgé, face auquel elle s’estime intellectuellement inférieure. Lorsque celui-ci est nommé inspecteur-général des manufactures à Amiens, elle continue de collecter des plantes pour constituer un herbier. Elle contribue aussi aux recherches sur la flore aquatique que poursuit son époux. Pourtant, c’est sous le nom exclusif de Roland de la Platière qu’est publié en 1782 l’Art du tourbier, qui recense les plantes observées dans les marais. En effet, l’écriture féminine, a fortiori scientifique, n’est guère valorisée, et l’on attend retenue et modestie des dames honnêtes de la bonne société. Qu’importent la qualité et l’épaisseur de leur bagage scientifique, dès lors que les apparences sont maintenues et que les femmes restent subordonnées aux hommes, à la place et dans les fonctions que la société leur assigne. Or, c’est précisément dans cette brèche que s’engouffrent quelques femmes pour aller plus loin dans leur exploration de la botanique.

Une production savante féminine limitée

  • 21 Parmi les publications récentes : Ella Reitsl, Sandrine A. Ulenberg, Maria Sibylla Merian & Daughte (...)
  • 22 Patrice Bret, Brigitte van Tiggelen (dir.), Madame d’Arconville, une femme de lettres et de science (...)
  • 23 Jean Verdier, Encyclopédie méthodique. Médecine, Paris, Panckoucke, 1792, vol. 4, p. 75.
  • 24 René Desgenettes, Souvenirs de la fin du xviiie siècle et du commencement du xixe, Paris, Didot, 18 (...)
  • 25 Ernest-Théodore Hamy, Joseph Dombey, médecin, naturaliste, archéologue, explorateur du Pérou, du Ch (...)
  • 26 Sarah Benharrech, « Botanical palimpsests, or erasure of women in science: the case study of Mme Du (...)
  • 27 Joseph Laissus, « Antoine-Laurent de Jussieu, “l’aimable professeur” », in Comptes rendus du 89e Co (...)
  • 28 Jean-Baptiste de Monet de Lamarck, Flore françoise ou description succincte de toutes les plantes q (...)
  • 29 Elle se fait administrer un traitement l’exposant au magnétisme de plaques aimantées, décrit dans l (...)

8La réévaluation des femmes dans l’histoire des sciences a donné lieu à des enquêtes biographiques sur des exploratrices comme Sybilla Merian ou Jeanne Baret21. Les auteures de recherches botaniques, publiant en leur nom propre, sont rares et moins connues. Si elles transgressent les normes sociales, c’est de manière moins frontale, en s’insérant dans les interstices qui s’ouvrent devant elles. Dans la France du xviiie siècle, les femmes ne peuvent être membres de plein droit d’académies ou d’institutions savantes. Cela ne les empêche pas de fréquenter leurs membres qui partagent les mêmes pratiques de sociabilité et de développer avec eux des liens d’amitié. Madame d’Arconville a ainsi fait jouer ses réseaux pour se rapprocher des professeurs les plus en vue du Jardin du roi, s’initiant à la botanique auprès de Bernard de Jussieu22. Les exemples d’Elizabeth-Julienne du Gage de Pommereul (1733-1782) et de Clémence Lortet (1772-1835) montrent que des botanistes femmes ont pu produire des recherches conformes aux canons de la discipline et construire des savoirs savants sur le végétal, sans parvenir toutefois à être traitées comme des égales par leurs collègues masculins. Quels que soient leurs liens avec la République des sciences, les femmes ne peuvent publier qu’à titre d’amatrices, faute de rattachement institutionnel. Mme du Gage, qui prête main forte à André Thouin pour l’entretien et le développement du Jardin du roi, tout en menant des recherches pour l’écriture d’un ouvrage sur les graminées, n’y a ainsi aucun statut officiel en dépit de son engagement en faveur de cette institution. En 1792, un contributeur de l’Encyclopédie méthodique cite, parmi ceux qui ont fait prospérer la botanique au Jardin du roi : « une Dame du Gage, plus savante que bien des académiciens, qui s’est occupée pendant bien des années au jardin des Plantes, à débrouiller l’immense famille des Gramen23 ». Malgré les hommages rendus par des encyclopédistes ou des botanistes reconnus, comme René Desgesnettes24 ou Joseph Dombey25, son nom est tombé dans l’oubli, demeurant seulement associé, de manière honorifique, à des végétaux nouvellement découverts : la Pommereulla de Linné fils en 1779, la Dugagesia verticillata de Dombey. Pour Sarah Benharrech, le cas de Mme du Gage est représentatif du processus d’effacement des femmes savantes de la mémoire académique, en dépit de la reconnaissance dont elle a pu jouir de son vivant, comme membre active d’une équipe de botanistes gravitant autour du Jardin du roi26. De la vie de cette femme, issue de la petite noblesse de robe bretonne, ne demeurent que quelques traces. Autodidacte, elle s’est initiée à la culture classique et aux sciences naturelles. Le goût de la botanique lui est venu tardivement, après qu’on lui en ait conseillé la pratique pour raisons de santé. Séparée de son époux, elle s’installe à Paris au milieu de la décennie 1770, dans la société d’un autre amateur de botanique, M. de la Saussaye. Ses moyens modestes lui permettent tout au plus d’occuper un galetas au Jardin du roi, grâce à un arrangement avec Bernard de Jussieu, dont elle est proche. La teneur de quelques billets qu’elle rédige entre 1776 et 1779 à l’intention d’Antoine-Laurent de Jussieu, qui remplace son oncle au Jardin du roi, montre qu’elle veille à se présenter comme son élève et sa disciple, en s’adressant à lui sur le ton du badinage mondain27. André Thouin s’en remet pourtant à son expertise pour opérer les inventaires, opérations de tri et classements de plantes qui s’avèrent nécessaires pour faire face à l’afflux de semences et spécimens envoyés par les nombreux correspondants du Jardin du roi. De cette activité scientifique régulière, il n’est resté que quelques listes rédigées de sa main, mais non signées. Cette posture d’effacement et de renoncement apparent à toute reconnaissance académique, lui permet de conserver une marge de manœuvre pour poursuivre ses recherches sur les graminées, dont la qualité fait l’unanimité parmi ses collègues masculins. À la demande d’Antoine-Laurent de Jussieu, elle s’est en effet engagée dans un projet qu’elle a fait sien : collecter les documents et spécimens nécessaires à la rédaction d’un ouvrage ambitieux, une flore consacrée aux graminées, qui nécessite un travail de fond considérable. Lamarck reconnaît la qualité de ses recherches de terrain, en mentionnant un spécimen de Grassette des Alpes qu’elle a identifié en Bretagne, lors d’une herborisation28. L’œuvre écrite de Mme du Gage de Pommereul n’a toutefois jamais dépassé le stade du manuscrit. Il faut dire qu’elle lutta durant des années contre un cancer du sein qui l’emporta en 1782 malgré les traitements pionniers auxquels elle s’est soumise29. Ses papiers se sont perdus au moment de sa succession.

  • 30 Ce document a fait l’objet d’une édition critique récente : voir Pierre Lortet et al., « Les Promen (...)
  • 31 Christian Bange, Yves Tupinier, « La formation des collections de la Société Linnéenne de Lyon », B (...)
  • 32 Jean-Emmanuel Gilibert, Le Calendrier de Flore pour l'année 1778 autour de Grodno et pour l'année 1 (...)
  • 33 Georges Roffavier, Notice sur Madame Lortet, membre de la Société Linnéenne de Lyon, Lyon, Louis Pe (...)
  • 34 Compte-rendu des travaux de la Société royale d’Agriculture, Lyon, Imprimerie Barret, 1818, p. 186.

9Les relations de Mme du Gage avec les encyclopédistes et les grands noms de la botanique française préfigurent la place qui sera celle des dames dans les sociétés linnéennes de la première moitié du xixe siècle : les femmes y sont tolérées tant qu’elles demeurent au second plan, d’autant qu’elles sont souvent là en tant qu’épouses, sœurs ou mères de membres titulaires. Pour autant, ces femmes ont le loisir d’explorer la nature végétale dans le cadre des herborisations effectuées en société, ou en solitaire. Clémence Lortet a été une botaniste voyageuse infatigable : à sa mort, elle laisse à la Société linnéenne de Lyon un manuscrit consacré à ses Promenades botaniques autour de Lyon30 (1804) et deux herbiers importants, composés de plantes cueillies dans la campagne lyonnaise, dans les Monts du Lyonnais, dans les Alpes, le Jura, l’Auvergne et jusqu’en Suisse, en Italie et en Allemagne31. Clémence Lortet est arrivée sur le tard dans le monde de la botanique, alors qu’elle a déjà fondé une famille. En 1803, des problèmes de santé l’amènent à consulter le médecin naturaliste Jean-Emmanuel Gilibert, qui lui conseille de pratiquer la marche et de concentrer son attention sur la nature végétale. Si Mme Lortet débute en botanique dans les pas de Gilibert, lui procurant les végétaux nécessaires à ses démonstrations lors des cours au jardin botanique de Lyon et rédigeant même pour lui une flore locale32, elle acquiert bientôt une pratique autonome de la discipline. Elle jouit d’un succès d’estime parmi les savants qui gravitent autour du Jardin des plantes de Lyon. En 1822, elle fait partie des membres fondateurs de la Société linnéenne de Lyon et devient, l’année suivante, associée libre de la Société linnéenne de Paris. Ces deux sociétés, quoique mixtes, réservent un statut particulier aux femmes, qui ne sauraient être considérées sur le même pied que les hommes. Bien que ses manuscrits et ses contributions orales aux travaux de la Société linnéenne de Lyon soient cités par ses condisciples masculins, Mme Lortet n’a pas publié en son nom propre33. La latitude dont elle dispose pour herboriser tient à son statut de mère qui se consacre à l’éducation de son fils, puis de veuve. Dans l’imaginaire linnéen, elle reste une collectrice, appréciée pour les services qu’elle rend comme petite main, en pourvoyant à ses collègues des spécimens qu’ils se chargeront d’étudier. Clémence Lortet ne s’est pourtant pas contentée de faire collection de plantes ; ses expériences agronomiques, comme la culture du pavot oléifère, ont été primées par la Société d’agriculture de Lyon en 181734. Davantage que l’agronomie, la thérapeutique, qui fait également appel à des connaissances appliquées sur le végétal, fait partie des centres d’intérêt des dames éclairées.

Des pratiques féminines autonomes dans l’usage thérapeutique des plantes ?

La connaissance du végétal valorisée dans le cadre des pratiques d’assistance

  • 35 Madame Fouquet, Les remèdes charitables de Mme Fouquet, Lyon, Jean Certe, 1685.
  • 36 François Lebrun, Médecins, saints et sorciers aux xviie et xviiie siècles, Paris, Seuil, 1995.
  • 37 Archives départementales du Rhône (désormais AD Rhône), 1C21, « Distribution des remèdes de M. Helv (...)
  • 38 AD Rhône, 1C21, Lassone (fils), Précis historique, 1790.
  • 39 Abbé Rozier, Observations sur la Physique, sur l’Histoire naturelle et sur les Arts, Paris, Ruault, (...)

10La Réforme catholique a contribué à la valorisation de l’engagement des laïques dans les bonnes œuvres. Au xviie siècle, les dames pieuses de la bonne société ont coutume de procurer assistance et soins aux pauvres de leur entourage, à l’instar de Mme Fouquet, passée à la postérité pour son livre de recettes thérapeutiques35. Au xviiie siècle, pour pallier l’absence de médecins ou chirurgiens dans de nombreux territoires ruraux, les pouvoirs publics s’en remettent aux acteurs privés et à l’Église. Le tableau éponyme de Greuze peint en 1773 contribue à asseoir la légitimité de la dame de charité comme pilier tutélaire de l’assistance aux pauvres dans les campagnes. Elle est en outre susceptible d’exercer une influence positive auprès des soignantes subalternes (nourrices et garde-malades) et des simples ménagères chargées de procurer à leur famille des médications simples. Dans l’intendance de Lyon, pour les années 1756-1757, la liste des dépositaires des boîtes de remèdes que l’État destine au soulagement des maux des habitants des campagnes36 comprend cinq dames, huit messieurs et six curés, cinq boîtes n’ayant pas été attribuées37. Ces « personnes zélées et charitables » ne sauraient se prendre pour des médecins, mais on leur prête la capacité de suivre les instructions jointes aux remèdes, ainsi qu’« un peu d’intelligence & quelques connaissances38 ». Certaines profitent de la latitude qui leur est donnée pour développer des compétences thérapeutiques plus pointues. Ainsi cette correspondante de Parmentier, Mme Dupille, qui pour contribuer aux recherches entreprises par celui-ci sur la dangerosité du seigle ergoté, l’informe de l’usage qu’elle fait de cette plante, administrée sous forme de décoction, pour accélérer le travail des parturientes39. Comme sa mère avant elle, Mme Dupille s’occupe de soulager les personnes souffrantes du voisinage de son château de Bertichères, dans le Vexin. Elle se livre en outre à des herborisations et a fait sienne la tradition de collaboration académique en communiquant à Parmentier ses observations personnelles sur les végétaux.

  • 40 François René de Pommereul, Lettres sur la littérature et la poésie italienne, Florence, Paris, Cai (...)
  • 41 Mathilde Chollet, Être et savoir. Une ambition de femme au siècle des Lumières, Rennes, Presses Uni (...)

11De l’assistance charitable à l’apprentissage de la botanique, il n’y a parfois qu’un pas que certaines dames charitables n’hésitent pas à franchir : c’est le cas de Mme du Gage de Pommereul40 ou de Madame d’Arconville. Les dames de charité ont en effet pour habitude de pratiquer des gestes de soin simples et de fournir aux pauvres des médications ordinaires à moindre coût, largement composées de substances végétales. Il est donc important qu’elles aient des notions de botanique thérapeutique. Les ouvrages dont disposent ces dames pour les guider dans leurs bonnes œuvres permettent de prendre la mesure des connaissances mises à leur portée, mais aussi des bornes qu’elles ne doivent pas dépasser. Depuis le xviie siècle s’est en effet développée toute une littérature destinée à diriger l’attention de ces femmes vers des pratiques de connaissances utiles, validées par l’expertise masculine. Dans la bibliothèque de Mme de Marans, les ouvrages de sciences voisinent avec des pharmacopées des pauvres, comme la Médecine des pauvres d’Alexandre Nicolas (1714), ou le Manuel des dames de charité de François Salerne (1747), qui se rattachent à une longue tradition de livres médicaux et de recettes. Les écrits de Mme de Marans, issue d’une famille récemment anoblie et vivant dans la campagne vendômoise, montrent que cette châtelaine qui compose des remèdes destinés à sa propre personne, à sa famille ou à ses domestiques, combine une approche empirique d’automédication et des éléments de culture savante puisés dans les ouvrages à sa disposition. La démonstration de ses connaissances médicales lui tient lieu de faire-valoir pour confirmer sa position de domination sociale41.

  • 42 Stéphanie de Genlis, Maison rustique pour servir à l’éducation de la jeunesse, Paris, Maradan, 1810 (...)
  • 43 Pascal Duris, op. cit., p. 185.

12Les manuels et ouvrages de vulgarisation de Stéphanie de Genlis qui s’adressent aux mères issues des élites sociales et soucieuses de l’instruction des filles, opèrent une synthèse entre cette tradition charitable et le goût pour les sciences que partagent les femmes éclairées. Son propos n’est pas de donner une formation savante aux femmes, mais plutôt de les sensibiliser à des formes de sciences appliquées, considérées comme utiles pour les pratiques charitables ou la tenue d’une maison. La connaissance des plantes usuelles est présentée comme essentielle, tant pour les dames de charité que pour les ménagères. Elles doivent mémoriser leurs effets thérapeutiques pour soulager les maux légers et être capables de reconnaître leur morphologie pour ne pas être trompées par les herboristes42. La méfiance que relaie Mme de Genlis vis-à-vis de cette profession montre qu’elle s’inscrit dans le discours dominant et partage les préjugés des gens du monde vis-à-vis des savoirs vernaculaires des petites gens. Il y va aussi sans doute d’une stratégie d’écriture, car il convient que les conseils qu’elle dispense dans ses livres n’aillent pas à l’encontre de l’ordre social. Les mères de famille sont invitées à se reposer sur l’expertise des médecins. Pour rester socialement acceptables, les activités thérapeutiques de la dame de charité ou de la ménagère ne sont censées être exercées que dans l’espace domestique, à partir des connaissances édulcorées que leur divulguent les gens de l’art, par le biais d’ouvrages de vulgarisation devenus un genre littéraire à part entière. Pascal Duris a ainsi remarqué la réticence des botanistes des sociétés linnéennes, en présence d’associées féminines, à évoquer l’usage thérapeutique du seigle ergoté, pourtant utilisé par les sages-femmes et quelques dames charitables43. Sous couvert de pudeur, ces précautions vont dans le sens d’une volonté masculine de limiter l’autonomie des femmes dans les pratiques liées à leur fécondité. Le monde médical continue en outre de redouter les savoirs que l’on prête aux femmes concernant l’usage contraceptif ou abortif des plantes. Qu’il s’agisse d’une femme ou d’un homme, l’herboriste fait de toute façon l’objet de toutes les suspicions de la part du corps médical, dans la mesure où cette profession vit du commerce du végétal thérapeutique que les autorités tentent de réglementer dès le xviiie siècle, sans grande efficacité d’ailleurs.

Vers une déconsidération des savoirs vernaculaires de l’herboriste sur le végétal ?

  • 44 De Wailly, Dictionnaire portatif de la langue françoise, Lyon, Bruyset Pontus, 1775, t. 2, p. 118.
  • 45 Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Myriam Soria (dir.), Les Vénéneuses. Figures d’empoisonneuses de l (...)
  • 46 Jacques Savary Des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, contenant tout ce qui concerne le (...)
  • 47 Matthew Ramsey, Professional and Popular Medicine in France, 1770-1830, Cambridge, Cambridge Univer (...)

13Dans la langue française, l’évolution de la définition de l’herboriste entre le xviie et le xviiie siècle est révélatrice de la montée en puissance de la botanique savante au détriment des savoirs vernaculaires. Au xviie siècle, l’herboriste étudie et connaît les plantes, définition qui au xviiie siècle ne s’applique plus qu’au botaniste. Le substantif « herboriste », donné indistinctement masculin ou féminin dans certains dictionnaires44, désigne alors celle ou celui qui, dans les villes et bourgs, fait commerce de plantes médicinales, directement cueillies ou achetées à des paysans. S’y ajoutent souvent des préparations à partir de substances végétales (tisanes, baumes, emplâtres, etc.). L’herboriste est aussi bien le marchand ou la marchande dont la boutique a pignon sur rue et qui se qualifie d’herboriste botaniste, que la revendeuse avec sa hotte ou son étal volant, souvent représentée dans les Cris de Paris, sans oublier celui ou celle pour qui la cueillette n’est qu’une activité complémentaire informelle. La portée économique de la vente de simples est inversement proportionnelle à sa portée symbolique. Connaître les plantes permet de soigner, mais aussi de nuire par empoisonnement, de manière intentionnelle ou non45. Favorable aux corporations établies, le Dictionnaire universel de commerce de 1712 définit les herboristes comme de « pauvres femmes établies la plupart dans des échopes au coin des rues, particulièrement près des boutiques des Apoticaires les plus achalandez46 ». L’herboristerie est ici présentée comme populaire, davantage liée à la glèbe qu’à la faculté. Les dictionnaires la qualifient d’activité mercantile, pratiquée par des gens des deux sexes. L’activité des herboristes femmes en tant que commerçantes n’étonne guère, car le monde de la boutique est assez largement féminisé ; en revanche la qualité de leurs savoirs sur le végétal est mise en cause, aussi bien pour les femmes que pour les hommes. À la veille de la Révolution, les quelques herboristes parisiens qui ont tenté de donner une légitimité savante à leur profession en se soumettant à un examen validé par la Faculté de médecine étaient exclusivement des hommes. Les femmes herboristes font donc l’objet d’une double disqualification, en raison de leur genre et en raison de leur origine sociale à laquelle on associe ignorance et superstitions. Issues des milieux populaires comme leurs collègues masculins, elles travaillent de manière autonome pour gagner leur vie, et n’ont pas accès aux arcanes de la botanique savante, la transmission des savoirs vernaculaires s’effectuant largement par voie orale. Les herboristes sont en outre associés par les corporations médicales à la galaxie peu recommandable des thérapeutes parallèles : empiriques, guérisseurs et guérisseuses et gens à secrets47. Siècle des Lumières oblige, l’on redoute moins les connections potentielles des herboristes avec les puissances occultes, que leur ignorance supposée, leur incapacité à identifier correctement les simples, et leurs mauvaises pratiques de conservation. La construction du stéréotype de l’herboriste incompétent ou dangereux a toutefois peu d’impact sur le commerce des simples avant la fin du xviiie siècle : la demande des consommateurs en matière de thérapeutique végétale ne faiblit pas, alors que s’accroît la population, particulièrement dans les grandes villes.

  • 48 Restif de la Bretonne, Les Contemporaines graduées, ou Avantures des Jolies-Fammes de l’âge actuel, (...)

14Pour Restif de la Bretonne, « la distance d’un Garçon-chirurgien [un étudiant en chirurgie] à une Herboriste n’est pas immense48 ». L’une de ses nouvelles, inscrite dans une série mettant en scène les mœurs de Parisiennes issues des métiers de la capitale, est consacrée à la « Gentille Herboriste-Botaniste », qui fait partie des « femmes de la médecine ». Elle est représentée dans une officine bien tenue, entourée de végétaux que sa mère est allée cueillir à travers champs (fig. 1).

Figure 1 : « La Gentille-Herboriste, montrant des simples à un Jeune homme », Restif de la Bretonne, Les Contemporaines graduées, ou Avantures des Jolies-Fammes de l’âge actuel, suivant la gradacion des principaux États de la Société

Figure 1 : « La Gentille-Herboriste, montrant des simples à un Jeune homme », Restif de la Bretonne, Les Contemporaines graduées, ou Avantures des Jolies-Fammes de l’âge actuel, suivant la gradacion des principaux États de la Société

Leipzig, Büschel, 1784, vol. 38, p. 453. Bibliothèque Municipale de Lyon, Res B t. 38.

  • 49 Cette estimation est extraite d’un État de médecine pour l’année 1777, cité dans la Gazette salutai (...)
  • 50 La loi du 21 germinal an XI institue la profession d’herboriste, garantie par un examen organisé pa (...)
  • 51 Almanach commercial, Lyon, Lusy, 1835, p. 138.
  • 52 Almanach des commerçans de Paris, Paris, Cambon, 1835, p. 487-489 et p. 833-838.

15À Paris, d’après des statistiques de la seconde moitié du xviiie siècle, il y aurait quelque 200 herboristes tenant boutique, certes dans des conditions sans doute moins romanesques49. Cette estimation, produite par les médecins de la Faculté, ne tient pas compte des vendeurs et vendeuses itinérants ; elle est toutefois corroborée par les données des almanachs commerciaux du début du xixe siècle qui recensent les herboristes dûment certifiés souhaitant faire leur publicité50. En 1835, sont répertoriés 49 herboristes à Lyon, dont quinze femmes51. À Paris, la même année, il y a 118 herboristes, parmi lesquels seulement quinze femmes ; cependant, parmi les 130 sages-femmes référencées, plusieurs dizaines ont sans doute aussi leur certificat d’herboristerie52.

  • 53 Nahema Hanafi, Le frisson et le baume. Expériences féminines du corps au Siècle des Lumières, Renne (...)
  • 54 Archives départementales de Savoie, 2B11016, fo 15-17 et 44-45.
  • 55 Jean-François Coste, Essais botaniques, chimiques et pharmaceutiques sur quelques Plantes indigènes (...)
  • 56 Le Moniteur judiciaire de Lyon, organe des tribunaux et des annonces légales, mercredi 4 janvier 17 (...)
  • 57 Ida Bost, Herbaria : ethnologie des herboristes en France, de l’instauration du certificat de 1803 (...)

16Les populations citadines modestes cherchent à se procurer des simples ou des préparations à partir de plantes à moindre frais, faute de pouvoir rémunérer les apothicaires qui préparent les médications suivant les indications des médecins. Quant aux familles aisées, elles ne dédaignent pas avoir recours aux thérapeutiques parallèles, en plus de la consultation des médecins patentés53. Ainsi cette cueilleuse de simples entr’aperçue dans le cadre d’une procédure judiciaire impliquant une sage-femme de Chambéry en 1789, où elle est qualifiée de journalière : elle garde aussi ponctuellement des enfants, et complète ses maigres revenus en revendant des herbes ramassées dans les marais aux portes de la ville. Elle compte parmi ses clients le comte de Chignin, premier syndic, et sans doute d’autres notables54. Faute de sources, il est difficile d’en savoir plus sur le rapport des herboristes au milieu naturel, qui se fonde sur une connaissance empirique des lieux où croissent les plantes convoitées. Leurs savoirs sur la flore permet à certains de développer des stratégies fructueuses, comme ces herboristes réputés de Nancy, un homme et une femme, qui commercialisent pour de la salsepareille, considérée comme un végétal exotique coûteux, des fagots de racine de houblon qu’ils vont quérir aux alentours de la ville dans la plus grande discrétion55. D’autres herboristes ont recours à la publicité par voie de presse, montrant qu’ils ou elles ont parfaitement intégré le fonctionnement du marché thérapeutique. Le Moniteur judiciaire de Lyon vante ainsi les services d’une Mme Romain, « Herboriste, […] guérit l’Épilepsie. […] Son remède n’est pas dégoûtant à prendre, & le régime n’a rien d’effrayant ni de trop assujettissant56 ». L’offensive règlementaire entamée par les corporations médicales dès les années 1760 pour réguler l’exercice d’une activité qu’elles jugent concurrentielle n’a guère d’impact sur les pratiques des consommateurs. Jusqu’à la fin du xixe siècle, en dépit des pressions constantes exercées par les pharmaciens pour s’arroger le monopole de la vente de remèdes et contraindre les herboristes à ne vendre que des plantes indigènes fraîches ou sèches, ceux-ci demeurent des acteurs essentiels du marché médical, particulièrement dans les grandes villes. Les herboristeries sont des hauts-lieux de la médecine populaire, où l’on vend plantes et préparations thérapeutiques, où l’on pratique des gestes de soin, où l’on garde les enfants57. Face à la difficulté que représente l’uniformisation de l’offre de soin de la médecine officielle, l’État maintient une certaine tolérance vis-à-vis de la thérapeutique parallèle. Le métier d’herboriste reste accessible aux femmes, qui ne sont pas découragées par le fait de devoir passer, à leurs frais, un certificat d’herboristerie, exigible depuis 1803, qui requiert des notions de botanique savante.

Conclusion

  • 58 Henri Corneille Agrippa de Nettesheim, Paradoxe sur l’incertitude, vanité et abus des Sciences, s.l (...)

[…] la vieille villageoise pansera un malade avec moins de danger par un seul remède prins au iardin & accompli en tout par la nature, que ne le fera le Médecin avec ses potions & médecines monstrueuses, chères & composées par fantasie & douteuses coniectures58.

17Au début du xvie siècle, le médecin Cornelius Agrippa de Nettesheim, reconnaissait aux femmes des compétences de guérisseuses souvent supérieures à celles de ses pairs. Au xviiie siècle, les médecins adoptent au contraire une posture surplombante et stigmatisent les connaissances et compétences féminines sur le végétal. À partir du xviie siècle, le mouvement d’institutionnalisation des savoirs savants contribue à réserver aux hommes de l’art la production et l’usage de savoirs légitimes sur le végétal. Botanistes et corporations médicales s’entendent pour lancer l’offensive contre les herboristes qui exercent de manière autonome une activité difficilement contrôlable compte tenu de l’absence de règlementation avant la Révolution et qui représente une concurrence non négligeable, en raison de sa position privilégiée sur le marché de la santé. Le discours stigmatisant les savoirs vernaculaires produit un effet de genre, la condamnation des herboristes étant d’autant plus sévère qu’il y a des femmes dans leurs rangs, ce qui achève de décrédibiliser la profession. Les femmes des élites sont elles-aussi exclues des institutions savantes et n’entrent que par la petite porte dans le cercle fermé de la botanique savante, grâce à l’effet de mode dont bénéficie la discipline au xviiie siècle. Elles sont admises en lisière de la botanique, tant qu’elles ne la pratiquent que comme un loisir savant, dans l’ombre des hommes. Si l’on admet que les ménagères et les dames de charité puissent avoir accès à des rudiments de botanique thérapeutique, c’est uniquement afin que, dans la sphère domestique ou privée, elles puissent remplir leur rôle social de soignante, sous la tutelle d’un homme de l’art.

  • 59 Séverine Sofio, Artistes femmes. La Parenthèse enchantée, xviiie-xixe siècles, Paris, CNRS Éditions (...)

18En dépit des assignations sociales dont elles font l’objet, les femmes ont pu en profiter pour négocier une marge de manœuvre plus importante, à l’instar de quelques femmes botanistes et de dames de charité. De même les herboristes, femmes ou hommes, ont résisté passivement à la disqualification de leur profession, en poursuivant leurs activités et en diversifiant leur offre thérapeutique. Par ailleurs, si les aspects scientifiques et médicaux de la connaissance du végétal ont pu échapper aux femmes, les femmes artistes ont joué un rôle non négligeable dans la construction des représentations picturales des plantes. Au xviie siècle, quelques femmes, filles de peintre le plus souvent, sont admises à l’Académie royale de peinture et sculpture. Elles n’ont pas la possibilité de peindre des modèles vivants, à l’exception des portraits, et sont cantonnées aux natures mortes et aux arts décoratifs. Les artistes femmes développent ainsi une expertise de la représentation de la flore ; au xviiie siècle, et particulièrement pendant la période révolutionnaire, elles sont bien présentes dans le domaine de l’illustration botanique59.

Haut de page

Notes

1 Jean Erhard, L’idée de nature en France dans la première moitié du xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 1994.

2 Journal des scavans, Amsterdam, Marc-Michel Rey, 1768, vol. 1, t. 24, octobre 1768, p. 115.

3 Londa Schiebinger, Nature’s body. Gender in the Making of Modern Science, Boston, Beacon Press, 1993.

4 Londa Schiebinger, The Mind Has No Sex? Women in the Origins of Modern Science, Harvard, Harvard University Press, 1989.

5 Nathalie Sage Pranchère, L’école des sages-femmes. Naissance d’un corps professionnel (1786-1917), Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2017.

6 Voir par exemple : Ann Shteir, Cultivating Women, Cultivating Sciences. Flora’s Daughters and Botany in England, 1760-1830, Baltimore, John Hopkins University Press, 1996 ; Londa Schiebinger, Plants and Empire. Colonial Bioprospecting in the Atlantic World, Cambridge (Mass.) & Londres, Harvard University Press, 2004 ; Samantha George, Botany, Sexuality and Women’s Writing, 1760-1830: From Modest Shoot to Forward Plant, Manchester, Manchester University Press, 2007.

7 Jacques Guilhaumou, « Autour du concept d’agentivité », Rives méditerranéennes, 41, 2012, p. 25-34.

8 Dictionnaire universel françois et latin vulgairement appelé dictionnaire de Trévoux, Paris, Compagnie des libraires associés, 1771, t. 1, p. 977.

9 Depuis les années 1980 se développe une histoire des sciences « par en bas », notamment dans le champ de la médecine. Un colloque récent (5-7 juin 2013) organisé à l’Université du Maine a permis une mise au point sur cette approche dans la recherche francophone.

10 Pascal Duris, Linné et la France, 1780-1850, Genève, Droz, 1993, p. 182-185.

11 Jacqueline Pearson, Women’s Reading in Britain, 1750-1835. A Dangerous Recreation, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 66-68.

12 Susan Bracken, Andrea M. Gáldy, Adriana Turpin, Women Patrons and Collectors, Cambridge, Cambridge Scholars Publishing, 2012.

13 Charles Batsch, Botanique pour les femmes et les amateurs des plantes, Paris, Treuttel et Würtz, 1798, p. 17.

14 Adeline Gargam, Bertrand Lançon, Histoire de la misogynie, de l’Antiquité à nos jours, Paris, Arkhê, 2013, p. 78-85.

15 Jean-Jacques Rousseau, Écrits sur la botanique, Genève, Slatkine, 2012.

16 Jacques Barbeu Dubourg, Le Botaniste françois comprenant toutes les plantes communes et usuelles, Paris, Lacombe, 1767, p. X.

17 Philippe Hamou, « Algarotti Vulgarisateur », Cirey dans la Vie intellectuelle, éd. François de Gandt, Studies on Voltaire and the Eighteenth century, vol. 11, Oxford, Voltaire Foundation, 2001, p. 73-89.

18 Nicole Biagioli, « Les botaniques des dames, badinage précieux ou initiation scientifique ? », in Perry Gethner, Marijn S. Kaplan, (dir.), Women in the Middle : Selected Essays from Women in French International Conference 2008, Denton, Women in French studies, 2009, p. 55-64.

19 Alexandre Brar, Le réveil de Jean-Jacques Rousseau, ou Particularités sur sa mort et son tombeau, Genève, 1783, p. 6-7.

20 Bruno Belhoste, « Un espace public d’enseignement aux marges de l’université. Les cours publics à Paris à la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle », in Thierry Amalou, Boris Noguès (dir.), Les universités dans la ville, xvie-xviiie siècles, Presses Universitaires de Rennes, 2013, p. 217-236.

21 Parmi les publications récentes : Ella Reitsl, Sandrine A. Ulenberg, Maria Sibylla Merian & Daughters: Women of Art and Science, Los Angeles, Getty Publications, 2008 ; Glynis Ridley, The Discovery of Jeanne Baret. A story of Science, the High Seas, and the First Woman to Circumnavigate the World, Crown Publishers, New York, 2010.

22 Patrice Bret, Brigitte van Tiggelen (dir.), Madame d’Arconville, une femme de lettres et de sciences au siècle des Lumières, Paris, Hermann, 2011, p. 40-42.

23 Jean Verdier, Encyclopédie méthodique. Médecine, Paris, Panckoucke, 1792, vol. 4, p. 75.

24 René Desgenettes, Souvenirs de la fin du xviiie siècle et du commencement du xixe, Paris, Didot, 1835, t. 1, p. 46-49.

25 Ernest-Théodore Hamy, Joseph Dombey, médecin, naturaliste, archéologue, explorateur du Pérou, du Chili et du Brésil, Paris, Librairie orientale et américaine, 1905.

26 Sarah Benharrech, « Botanical palimpsests, or erasure of women in science: the case study of Mme Dugage de Pommereul (1733-1782) », in Harvard Papers in Botany, 23, 1, 2018, p. 89-108.

27 Joseph Laissus, « Antoine-Laurent de Jussieu, “l’aimable professeur” », in Comptes rendus du 89e Congrès national des sociétés savantes, Paris, Gauthier-Villars, 1965, p. 27-39.

28 Jean-Baptiste de Monet de Lamarck, Flore françoise ou description succincte de toutes les plantes qui croissent naturellement en France, Paris, Imprimerie royale, 1778, t. 2, p. 466.

29 Elle se fait administrer un traitement l’exposant au magnétisme de plaques aimantées, décrit dans les Mémoires de la Société royale de médecine, année 1779, Paris, Imprimerie de Monsieur, 1782, p. 601-602.

30 Ce document a fait l’objet d’une édition critique récente : voir Pierre Lortet et al., « Les Promenades botaniques de Clémence Lortet, née Richard (1772-1835) », Bulletin mensuel de la Société linnéenne de Lyon, 87, 7-8, p. 183-185.

31 Christian Bange, Yves Tupinier, « La formation des collections de la Société Linnéenne de Lyon », Bulletin mensuel de la Société linnéenne de Lyon, hors-série numéro 1, 2009, p. 98-116.

32 Jean-Emmanuel Gilibert, Le Calendrier de Flore pour l'année 1778 autour de Grodno et pour l'année 1808 autour de Lyon, Lyon, Amable Leroy, 1809.

33 Georges Roffavier, Notice sur Madame Lortet, membre de la Société Linnéenne de Lyon, Lyon, Louis Perrin, 1835.

34 Compte-rendu des travaux de la Société royale d’Agriculture, Lyon, Imprimerie Barret, 1818, p. 186.

35 Madame Fouquet, Les remèdes charitables de Mme Fouquet, Lyon, Jean Certe, 1685.

36 François Lebrun, Médecins, saints et sorciers aux xviie et xviiie siècles, Paris, Seuil, 1995.

37 Archives départementales du Rhône (désormais AD Rhône), 1C21, « Distribution des remèdes de M. Helvétius pour les années 1756 et 1757, d’après le plan général formé par M. l’Intendant pour la répartition de ces remèdes ».

38 AD Rhône, 1C21, Lassone (fils), Précis historique, 1790.

39 Abbé Rozier, Observations sur la Physique, sur l’Histoire naturelle et sur les Arts, Paris, Ruault, 1784, t. 4, p. 144-145.

40 François René de Pommereul, Lettres sur la littérature et la poésie italienne, Florence, Paris, Cailleau, 1778, p. V-VIII.

41 Mathilde Chollet, Être et savoir. Une ambition de femme au siècle des Lumières, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016.

42 Stéphanie de Genlis, Maison rustique pour servir à l’éducation de la jeunesse, Paris, Maradan, 1810, t. 2, p. 181.

43 Pascal Duris, op. cit., p. 185.

44 De Wailly, Dictionnaire portatif de la langue françoise, Lyon, Bruyset Pontus, 1775, t. 2, p. 118.

45 Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Myriam Soria (dir.), Les Vénéneuses. Figures d’empoisonneuses de l’Antiquité à nos jours, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015.

46 Jacques Savary Des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, contenant tout ce qui concerne le commerce qui se fait dans les quatre parties du monde, Waeberge, Jansons, 1732, p. 348.

47 Matthew Ramsey, Professional and Popular Medicine in France, 1770-1830, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, p. 219-222.

48 Restif de la Bretonne, Les Contemporaines graduées, ou Avantures des Jolies-Fammes de l’âge actuel, suivant la gradacion des principaux États de la Société, Leipzig, Büschel, 1784, vol. 38, p. 453-454.

49 Cette estimation est extraite d’un État de médecine pour l’année 1777, cité dans la Gazette salutaire, composée de tout ce que contiennent d’intéressant les Livres nouveaux, les Journaux & autres Écrits publics, concernant la Médecine, la Chirurgie, la Botanique, la Chymie, n° XXVII, jeudi 3 juillet 1777.

50 La loi du 21 germinal an XI institue la profession d’herboriste, garantie par un examen organisé par les écoles de pharmacie ou un jury médical afin de valider les connaissances du candidat ou de la candidate. L’herboriste est tenu de faire commerce des plantes sèches ou fraîches, sans se mêler de médecine.

51 Almanach commercial, Lyon, Lusy, 1835, p. 138.

52 Almanach des commerçans de Paris, Paris, Cambon, 1835, p. 487-489 et p. 833-838.

53 Nahema Hanafi, Le frisson et le baume. Expériences féminines du corps au Siècle des Lumières, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2017, p. 235-260.

54 Archives départementales de Savoie, 2B11016, fo 15-17 et 44-45.

55 Jean-François Coste, Essais botaniques, chimiques et pharmaceutiques sur quelques Plantes indigènes, substituées avec succès à des végétaux exotiques, auxquels on a joint des observations médicinales sur les mêmes sujets, Nancy, Veuve Leclerc, 1778, p. 95.

56 Le Moniteur judiciaire de Lyon, organe des tribunaux et des annonces légales, mercredi 4 janvier 1769, p. 188.

57 Ida Bost, Herbaria : ethnologie des herboristes en France, de l’instauration du certificat de 1803 à aujourd’hui, thèse de doctorat en ethnologie, Université Paris 10, 2016.

58 Henri Corneille Agrippa de Nettesheim, Paradoxe sur l’incertitude, vanité et abus des Sciences, s.l., Jean Durand, 1582, p. 437-438.

59 Séverine Sofio, Artistes femmes. La Parenthèse enchantée, xviiie-xixe siècles, Paris, CNRS Éditions, 2016.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : « La Gentille-Herboriste, montrant des simples à un Jeune homme », Restif de la Bretonne, Les Contemporaines graduées, ou Avantures des Jolies-Fammes de l’âge actuel, suivant la gradacion des principaux États de la Société
Crédits Leipzig, Büschel, 1784, vol. 38, p. 453. Bibliothèque Municipale de Lyon, Res B t. 38.
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/3654/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie-Anne Pépy, « Les femmes et les plantes : accès négocié à la botanique savante et résistance des savoirs vernaculaires (France, xviiie siècle) », Genre & Histoire [En ligne], 22 | Automne 2018, mis en ligne le 21 janvier 2019, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3654

Haut de page

Auteur

Émilie-Anne Pépy

Université Savoie Mont Blanc, Laboratoire LLSETI. Courriel : Emilie-Anne.Pepy@univ-smb.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page