Navigation – Plan du site
Genre et environnement

Blanchisseuses du propre, blanchisseurs du pur. Les mutations genrées de l’art du linge à l’âge des révolutions textiles et chimiques (1750-1820)

Laundrywomen and the Clean, Laundrymen and the Pure: Gendered Transformations of Laundering in the Age of the Textile and Chemical Revolutions (1750-1820)
Raphaël Morera et Thomas Le Roux

Résumés

Cet article analyse les mutations genrées liées aux transformations du blanchissage entre 1750 et 1820. Dans cette activité, le passage de matières organiques à des substances minérales (soude, chlore) éclaire la concurrence des sexes qui s’opère à l’heure des révolutions textiles et chimiques. À Paris, sur la Seine et sur la Bièvre, le blanchissage est longtemps dévolu aux femmes, qui s’approprient les rivières dans le cadre commercial d’une économie de service. Mais à l’aube de la révolution industrielle, leurs pratiques sont progressivement stigmatisées, en raison de l’encombrement, du bruit et d’une supposée pollution : il faut donc leur substituer une organisation rationnelle, mécanique, fluide et efficace, délimitée par la technologie manufacturière, un environnement et des cours d’eau de plus en plus aux mains des hommes. Ces derniers s’approprient ainsi une nouvelle conception du propre ­le pur­ à la faveur de la révolution industrielle.

Haut de page

Texte intégral

Nous remercions Frédéric Graber, François Jarrige et les relecteurs anonymes de la revue pour leurs remarques et suggestions.

La Blanchisseuse — Nous venons, Madame, de rapporter votre linge, et votre femme de charge ne nous en donne point à remporter.
La Maîtresse — C’est par mon ordre.
La Blanchisseuse — Mais, Madame, jamais nous n’avons essuyé de reproches de votre part ; nous nous piquons de blanchir, moi le linge de maison, et ma fille, le fin comme personne. Y a-t-il dame qui ait du linge plus blanc que le vôtre ?
La Maîtresse — Oui, celles dont le linge se blanchit à la vapeur. Vous vous refusez à employer ce moyen, et je vous retire ma pratique. […]
La Blanchisseuse — Mais, Madame, nous voilà donc ruinées !
La Maîtresse — Oui, si vous persistez à ne pas employer un procédé qui ne tardera pas à devenir général, par les avantages sans nombre qui en résultent, pour vous blanchisseuses et pour les particuliers ; avantages qui méritaient bien de fixer l’attention des savants, car ce n’est pas une blanchisseuse qui a conçu l’idée de blanchir par ce procédé simple et économique. […]
La Blanchisseuse — Mais de quoi se mêlent ces maudits savants-là, eux qui n’ont jamais blanchi, de vouloir nous apprendre à blanchir, nous qui de père en fils blanchissons.
La Maîtresse — De quoi ils se mêlent ? Je vais vous l’apprendre. Ils se mêlent de vous économiser la dépense, le temps, la peine, les soins, les embarras, et surtout de conserver votre santé, qu’altère une profession aussi pénible ; et c’est de la reconnaissance que vous devez à ces savants-là.
Cadet de Vaux, « Dialogue entre la Maîtresse et la Blanchisseuse », introduction au Traité du blanchissage à la vapeur, 1805.

  • 1 Jean-Claude Kaufmann, La trame conjugale. Analyse du couple par le linge, Paris, Armand Colin, 2014 (...)

1Parmi les principaux archétypes de la distinction entre le féminin et le masculin, le linge et le textile arrivent en bonne place ; dans l’espace domestique et en société se tissent des relations fortement genrées, où le linge et son entretien sont assignés à une prérogative féminine. Encore aujourd’hui, et même lorsque le volontarisme tente de briser représentations et pratiques, il est fréquent de voir ressurgir des typologies sexuées – ainsi dans le couple1. Les racines historiques de ces répartitions sont nombreuses, et certaines périodes ont pu faire l’objet de redéfinitions mettant en jeu le rapport au propre et l’attribution des pouvoirs dans l’avènement d’une société « hygiéniste ». C’est notamment le cas à travers les mutations du blanchissage – à savoir le lavage du linge – à l’heure des révolutions textiles de la fin du xviiie siècle en France.

  • 2 Voir notamment le numéro d’Ethnologie française, 16, 3, 1986, consacré au linge et les articles res (...)
  • 3 Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, Les femmes à l’époque moderne, Paris, Belin, 2003 ; Idem., Être veuv (...)
  • 4 Danielle Chabaud-Rychter, Delphine Gardey (dir.), L’engendrement des choses : des hommes, des femme (...)
  • 5 Nancy C. Unger, « Women and Gender. Useful Categories of Analysis in Environmental History », in An (...)

2Même si les activités de blanchissage ont déjà fait l’objet d’études dans les années 1980 et 1990, notamment grâce aux travaux portant sur l’hygiène, la consommation et la vie matérielle2, de nouvelles approches permettent une réflexion sur la différenciation des rôles entre hommes et femmes dans l’avènement d’une société où le propre devient une valeur de distinction sociale. L’histoire du genre a montré l’importance du rôle des femmes dans les économies préindustrielles, en tant que vecteur de transmission de patrimoine ou, une fois veuves, en tant qu’agents économiques à part entière3. L’histoire des sciences et des techniques s’est, quant à elle, fortement interrogée sur l’implication spécifique des femmes dans la vie scientifique ou dans les processus d’innovation4. L’histoire environnementale, qui propose de nouvelles entrées, n’aborde cependant pas frontalement la question du genre, sauf à de rares exceptions5. Ce silence relatif demeure surprenant tant les changements environnementaux ont nécessairement touché hommes et femmes de manière différenciée. Par un travail empirique portant sur Paris, des liens entre ces différents champs de savoirs peuvent s’établir plus finement, et permettre d’interroger comment la place des femmes dans le blanchissage est redéfinie par les prémices de la civilisation industrielle au cours du xviiie siècle.

  • 6 Carolyn Merchant, The Death of Nature. Women, Ecology and the Scientific Revolution, Londres, Wildw (...)
  • 7 Arwen P. Mohum, « Industrial Genders : Home/Factory », in Nina E. Lerman, Ruth Oldenziel, Arwen P.  (...)

3La mutation peut s’observer dans ses transformations séculaires. Selon Carolyn Merchant, un basculement des cosmologies environnementales associées aux femmes vers celles associées aux hommes s’opère au moment de la révolution scientifique du long xviie siècle. Une vision plutôt organique renvoyant aux valeurs féminines serait remplacée par une rationalité détachée de la nature faisant de la pensée scientifique, incarnée uniquement par des hommes, le nouveau moteur des relations entretenues avec l’environnement6. À un autre niveau, Arwen Mohum a récemment montré qu’à la fin du xixe siècle, le secteur de la blanchisserie aux États-Unis a été l’objet de profondes mutations qui ont dépossédé les blanchisseuses de leur savoir-faire, au profit d’hommes introduisant des procédés industriels fondés sur l’énergie à vapeur. Alors qu’auparavant, cette activité, typiquement féminine, reposait sur des savoirs spécifiques se transmettant de mères en filles, tels que la composition des savons, le lavage, le rinçage, l’amidonnage, les nouvelles buanderies usinières promues par les hommes réorganisent le travail par de nouvelles machines et une division des tâches au sein d’entreprises détenues et contrôlées par des hommes, bases d’une nouvelle identité masculine associée au blanchissage7. Dans cette longue chaine multiséculaire assignant aux femmes une place subordonnée et non plus centrale, que peut apporter le cas parisien autour des années 1800 ?

4Le rôle des blanchisseuses dans l’espace parisien offre un terrain idoine pour aborder ces questions. Entre le xviiie et le xixe siècle, les conditions techniques du lavage du linge évoluent considérablement sous l’effet, d’une part, de la croissance démographique parisienne et de l’affirmation d’un nouveau rapport au linge et, d’autre part, de la mise au point et du développement de nouveaux procédés de nettoyage nécessitant toujours d’importantes quantités d’eau et de substances chimiques inédites. La quantité de linge nettoyé connaît une forte croissance alors que la masse d’eau utile et les contraintes liées au transport n’évoluent pas ou peu. Dans le contexte de l’industrialisation et de l’hygiénisme, les hommes, jusqu’alors tenanciers ou financeurs de l’activité de blanchissage, commencent à prendre en charge l’aspect technique, c’est-à-dire la fonction de commande des tâches, tout en redéfinissant ce qu’était le propre. Ce faisant, et s’appuyant sur des théories scientifiques, les hommes s’approprient ainsi le « pur », valeur-ajoutée du « propre » à la faveur de la révolution industrielle, ce qui a pour effet de marginaliser les savoir-faire des femmes.

5Cette évolution peut s’observer en trois temps. Au cours du xviiie siècle, les femmes deviennent des actrices visibles de l’économie des rivières. Presque absentes de la documentation écrite jusqu’au xviie siècle, leur présence s’affirme, sur la Seine ou sur la Bièvre, au fur et à mesure qu’elles s’approprient le travail du blanchissage dans le cadre commercial d’une économie de service. Mais, à contre courant de cette présence, un discours hygiéniste émerge et stigmatise progressivement ces pratiques, à cause de leur encombrement, de leur bruit et des bulles de lessive : il faut leur substituer un environnement rationnel, mécanique, fluide et efficace, délimité par la technologie manufacturière, un environnement de plus en plus aux mains des hommes. Ce troisième temps de la démonstration met en valeur la mobilisation des savants et l’emploi de nouveaux produits chimiques dans l’avènement d’une réforme radicale du blanchissage, qui renvoie aux différenciations genrées du monde industriel.

Les blanchisseuses, actrices de la rivière

  • 8 Roche, La culture des apparences…, op. cit. ; Idem, Histoire des choses banales…, op. cit.
  • 9 Serge Chassagne, Oberkampf, un entrepreneur capitaliste au Siècle des Lumières, Paris, Aubier Monta (...)

6L’histoire des blanchisseuses est indissociable de l’histoire du linge et de l’économie des apparences. Au xviiie siècle, l’agglomération parisienne connaît une croissance soutenue. Seule ville du continent à pouvoir rivaliser avec Londres, elle avoisine 750 000 habitants à la veille de la Révolution française. Cette croissance démographique s’accompagne d’une évolution des modes de vie et de l’affirmation d’une nouvelle urbanité marquée par la culture des apparences, si bien que l’entretien du textile devient de plus en plus important. Les dépenses en linge et vêtements pour l’ensemble des groupes sociaux regroupés au sein de la capitale connaît une hausse continue, la part des budgets domestiques consacrée au linge faisant plus que tripler au cours du xviiie siècle8. Ce mouvement de fond n’est cependant pas uniforme : la distinction sociale, la mise à distance de l’autre, s’exprime à travers le nuancier vestimentaire des Parisiennes et des Parisiens. L’augmentation des dépenses profite à de nouveaux textiles, plus légers et plus faciles à nettoyer, en particulier le coton, moteur de l’industrialisation, qui provoque l’emploi de nouvelles substances de traitement des textiles9.

  • 10 Archives Nationales (dorénavant AN), H2 1956 (2), pièce 59, 22 septembre 1785, cité par Ungerer, «  (...)

7Cette révolution des apparences fonctionne de pair avec le développement du blanchissage. Au siècle des Lumières, la blancheur du vêtement joue un rôle décisif : elle rend visible la propreté et l’appartenance de classe. L’économie du vêtement est ainsi doublée par une économie de la blanchisserie. Les familles les plus riches, quelque fût leur ordre, recourent volontiers aux services de blanchisseuses rurales et n’hésitent pas, selon les cas, à envoyer leur linge en Hollande. Le travail des blanchisseuses parisiennes fonctionne en gradient : le linge nettoyé en ville est celui des moins fortunés, tandis que celui blanchi dans les campagnes appartient aux plus riches. En 1785, les services du Bureau de la Ville, exécutif municipal qui détient l’autorité sur la Seine, constate ainsi que « peu de bourgeois donnent leurs linges aux blanchisseuses de Paris, ils le donnent à celles de la campagne ; il ne se blanchit guère à Paris que le linge des ouvriers et des gens peu aisés10 ». Il n’en reste pas moins que l’économie du blanchissage est omniprésente dans la capitale et, en particulier, le long de la Seine, en raison de l’importante quantité d’eau nécessaire à l’opération, mais aussi, de plus en plus, sur la Bièvre, à cause de la saturation de l’espace fluvial.

  • 11 AN, Q1 1119, État des baux des bateaux à lessive, 1695.
  • 12 Isabelle Backouche, La trace du fleuve. La Seine et Paris (1750-1850), Paris, Éditions de l’EHESS, (...)
  • 13 Ibid., p. 47

8Dans Paris, le blanchissage se réalise essentiellement sur les bords de la Seine où la Ville loue des emplacements destinés à des bateaux à lessive. Chaque bateau appartient à un ou une propriétaire qui emploie des blanchisseuses ou leur met à disposition un emplacement. Le bateau à lessive donne ainsi accès à l’eau, tel un ponton qui permet aux blanchisseuses d’avoir un support stable. Cette pratique ancienne est bien documentée à partir de la fin du xviie siècle, lorsque la Monarchie comme la Ville entreprennent de redresser leur situation financière. En 1695, la Ville ordonne de dresser un bilan de l’occupation des berges de la Seine et de l’état des baux aux noms desquels les bateaux de blanchisserie sont installés. L’enquête recense 60 baux de bateaux à lessive, 34 en rive droite, 25 en rive gauche et un sur l’île de la Cité, répartis sur 27 quais différents. Quatre quais comptent plus de cinq bateaux à lessive et un seul, le quai Pelletier, en abrite neuf. Fait significatif, 49 baux (82 %) concernent des portions de quais situés en amont du Pont-Neuf. Les bateaux à lessive occupent en réalité tous les espaces laissés libres par la navigation fluviale11. Isabelle Backouche a montré un accroissement du nombre de baux au cours du xviiie siècle : avant la Révolution française, le nombre de baux est ainsi de 88. Chaque bateau permet à 24 blanchisseuses de travailler, ce qui porte à 2 112 le nombre théorique de places de blanchisseuses. Une autre évolution concerne leur emplacement, puisque qu’à la fin de l’Ancien Régime, on dénombre dorénavant 35 bateaux sur 88 au-delà du Pont-Neuf (40 %), soit un glissement relatif vers l’aval, où l’activité commerciale se fait moins intense. Après 1760, toutes les nouvelles installations se font dans cette portion et sur la rive droite12. Ce mouvement s’opère dans un contexte de hausse modérée du prix des baux, estimée entre 10 % et 25 % selon les emplacements. Signe de l’intérêt que l’activité suscite, les baux des bateaux changent régulièrement de main à la faveur notamment d’une logique de diversification des activités de certains marchands13.

  • 14 Edoardo Lilli, « Les parcours urbains des blanchisseuses à Rome au xviiie siècle. Usage et percepti (...)
  • 15 AN, Q1 1119, État des baux des bateaux à lessive, 1695.
  • 16 AN, Q1 1119, Sentence du Bureau de la Ville, 25 novembre 1738.

9L’insertion du blanchissage au cœur de la ville s’accompagne d’une appropriation de l’espace public par les femmes et de leur participation active à l’économie. Leur activité les positionne au cœur d’un jeu d’interactions complexes. Même si elles travaillent au service de la domesticité, de l’espace privé de leurs clients, elles accomplissent leur tâche dans l’espace public. Au travail, elles sont visibles de tous et circulent constamment dans la ville pour aller chercher puis pour déposer le linge dont elles ont la charge. Elles sont donc des actrices à part entière de la vie urbaine14. Sur la Seine, les baux de bateaux à lessive font apparaître une activité très féminisée, non seulement par le travail, exclusivement féminin, mais aussi par leur engagement économique. En 1695, sur les 60 baux, 25 sont détenus par des veuves et deux par des « dames ». De plus, s’ajoutent les héritiers, dont le sexe n’est jamais précisé, mais dont on peut supposer que certains sont en fait des héritières. Les baux de bateaux à lessive rapportent alors annuellement à la Ville 1 851 livres tournois. Le montant des versements féminins s’élève au moins à 872 livres, soit 47 %15. Il reste toutefois que l’économie d’Ancien Régime confère une place spécifique aux femmes. Considérées comme mineures, elles ne peuvent agir qu’avec l’autorisation de leur époux ou de leur père. Ce n’est que devenues veuves qu’elles entrent en capacité d’agir directement, en tant qu’héritière ou tant que tutrice de leurs enfants. Dans ce contexte normatif et dans le cadre de l’économie parisienne, les femmes deviennent des actrices de l’économie de la rivière dès la fin du xviie siècle. La féminisation de la blanchisserie est cependant bien plus massive au regard de la composition de la main d’œuvre. À lire les textes normatifs, tous les blanchisseurs sont des blanchisseuses. Par exemple, en 1738, une sentence du Bureau de la Ville de Paris se montre sans équivoque. Le prévôt des marchands, qui dirige le Bureau, condamne un tenancier de bateaux à laver à 300 livres d’amende, pour avoir menacé la vie de son personnel, exclusivement des blanchisseuses, en refusant de jeter l’eau de son bateau, au risque de le voir couler16.

  • 17 Haïm Burstin, Une révolution à l’œuvre. Le faubourg Saint Marcel, Seyssel, Champ Vallon, 2005 ; Tho (...)
  • 18 AN, Z1E 308, procès-verbal du 31 août 1736.
  • 19 Archives de Paris (dorénavant AP), VO3 73, Tableau et état général des tonneaux des blanchisseuses, (...)

10L’implication des femmes dans l’économie des rivières parisiennes concerne également la Bièvre, petit affluent de la Seine qui s’y jette juste en amont de la zone de forte densité urbaine. Les veuves y sont également nombreuses et influentes, parfois comme héritières de leur défunt mari, mégissier ou tanneur, principales professions de ce cours d’eau17. Au milieu du xviiie siècle, plus d’un tiers des établissements de blanchisserie sont ici détenus par des veuves, dont l’activité est extrêmement morcelée. Ici, point de bateaux, mais des tonneaux, installations de fortune qui témoignent d’une économie de la précarité, et dans lesquels les femmes s’insèrent pour accéder à la rivière. L’installation des blanchisseuses sur ce cours d’eau, par saturation de l’espace fluvial, se réalise sans l’encadrement du Bureau de la Ville, mais avec la relative tolérance de l’autorité de référence, la Maîtrise des Eaux et Forêts. La pression sur les usages de l’eau, sur cet espace étroit et monopolisé depuis la fin du xviie siècle par les teinturiers et artisans du cuir, se renforce au cours du siècle. En 1732, un arrêt du Conseil du roi interdit aux blanchisseuses de s’y établir ; or quelques années plus tard, en 1736, une enquête note l’inefficacité de la mesure et atteste cette activité sur la rivière où « se trouvent des tonneaux à blanchisseuses, ce qui rétrécit considérablement le lit de la rivière dans [une] partie qui n’est déjà que trop étroite18 ». Les tanneurs et les teinturiers dénoncent régulièrement cette présence qui s’avère toutefois toujours plus forte. En 1756, la présence des blanchisseuses est régularisée sur le cours d’eau par deux arrêts du Conseil du roi, en échange d’une participation aux frais d’entretien de la rivière. Au début des années 1770, on dénombre ainsi 300 tonneaux de blanchisseuses. Ils sont 581 selon un état de la Préfecture de police de prairial an IX (juin 1801)19.

11La place des femmes dans la blanchisserie est donc prédominante, mais déjà se manifeste une logique spatiale de relégation. Les blanchisseries comblent en effet les espaces les moins centraux : la moindre activité commerciale leur laisse des espaces libres périphériques mais les soumet à l’emploi d’une eau d’une qualité dégradée. En aval de Paris, les blanchisseuses utilisent des eaux fortement souillées par les consommations urbaines, d’autant plus que certaines ne sont pas éloignées de l’exutoire du grand égout se jetant dans la Seine au pont de Chaillot. Sur la Bièvre, si elles doivent se placer en amont des tanneries et teintureries, la répartition spatiale n’est pas aussi rigoureuse et la coexistence avec ces activités ne permet pas à toutes de bénéficier d’une eau pure. Il apparaît ainsi que la blanchisserie parisienne du siècle des Lumières utilise une eau sale aux services d’un Paris populaire. C’est pourtant au nom de la salubrité des eaux que leur activité commence à être stigmatisée à partir du milieu du siècle.

Une activité stigmatisée

  • 20 M. Home, Essai sur le blanchiment des toiles, Paris, chez Ganeau, 1763.

12La technique du blanchissage repose sur des savoir-faire détenus par les femmes, transmis souvent dans le cadre de l’économie domestique, de mères en filles. Elle se déroule en plusieurs opérations assez longues, qui varient en fonction des lieux et de la qualité du linge, mais qui se rattachent à ce principe général. La première opération est la macération des toiles, successivement dans de l’eau chaude et de l’eau froide, pour activer une fermentation et détacher la saleté. Puis, après une première action de séchage, vient le « coulage », soit l’application de la lessive, elle-même fabriquée par une combinaison de soudes ou de potasses végétales, issues de la combustion de plantes salines, ou de cendres, dites « gravelées » ou « communes », quelquefois même avec de la chaux. Le coulage se fait par foulage. L’opération se réalise en plusieurs temps sur plusieurs heures. Puis, les linges sont mis à sécher et, suivant la nature du blanchissage, ces dernières opérations peuvent être renouvelées un grand nombre de fois, surtout lorsqu’il s’agit de blanchiment de textiles propres aux opérations manufacturières. L’opération suivante consiste en un savonnage, dans des baquets remplis d’eau chaude, au bord desquels les blanchisseuses frottent et battent le linge sur une planche de bois. Enfin, viennent les opérations de séchage et d’amidonnage. Plusieurs jours sont nécessaires à l’ensemble du processus qui mobilise un travail physiquement très intense20.

  • 21 Vincent Milliot, Les bruits de Paris ou le peuple travesti. La représentation des petits métiers pa (...)
  • 22 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, Amsterdam, 1781-1788, livre 5, chapitre 397, p. 318.
  • 23 Boisson (ingénieur du roi), Mémoire du sieur Boisson, ingénieur du roy, concernant le canal qu’il p (...)
  • 24 Bibliothèque Nationale de France, fonds Joly de Fleury, 1425, Affaires de Paris, construction d’une (...)
  • 25 Pierre Patte, Mémoire sur les objets les plus importants de l’architecture, Paris, Benoît Rozet, 17 (...)
  • 26 Backouche, La trace du fleuve... op. cit., p. 95.
  • 27 Corbin, Le miasme et la jonquille…, op. cit. ; Thomas Le Roux, Le laboratoire des pollutions indust (...)

13Comme bon nombres d’activités qui prennent place dans l’espace urbain dans la deuxième moitié du siècle, le blanchissage commence à être critiqué comme non compatible avec la nouvelle urbanité des Lumières. Le premier grief concerne le bruit et l’encombrement (les fameux cris et embarras de Paris)21. Selon Louis-Sébastien Mercier, les trois premiers jours de la semaine, « on entend à un quart de lieue le battoir retentissant des blanchisseuses22 ». À ce titre elles suscitent la méfiance et subissent une forme de réprobation morale. En 1719, un ingénieur présente par exemple un Projet de canal navigable, s’inscrivant dans une longue tradition de projets hydrauliques visant à rénover l’urbanisme parisien, qui cherche en particulier à relocaliser l’activité du blanchissage en la cantonnant à des places précises car « cela empescheroit bien des friponneries qui se font par la très grande quantité de blanchisseuses qu’il y a dans Paris qui volent le linge impunément23 ». Mais c’est surtout la conjonction de leur présence avec la malpropreté et l’insalubrité de l’espace public qui commence à être dénoncée. Selon un autre faiseur de projets urbains, dans les années 1760, la construction d’un canal permettrait de les y installer, en leur interdisant la Seine, car : « les bateaux des blanchisseuses nuisent à la navigation, corrompent les eaux ; placés le long des canaux qui doivent porter les eaux dans l’égout, ils ne causeront aucun préjudice, au contraire, en laissant la place libre sur la rivière des bateaux marchands24 ». La lecture des observateurs urbains et des architectes confirme cette forte tendance. Ainsi en 1769, l’architecte Patte pense pouvoir résoudre la « distribution vicieuse des villes » en reléguant au-delà de quatre rangées d’arbres plantés autour de la ville, « tous les métiers grossiers, & les arts qui produisent beaucoup d’odeurs & de bruit, tels que les tanneries, les triperies, les maréchaux, les blanchisseuses25 ». De même, en 1776, le chef d’escadre Gabriel de Bory lit devant l’Académie des sciences un projet d’aménagement du fleuve qui inclut le rejet des blanchisseuses hors de Paris26. Il s’agit là de l’expression d’une volonté de fluidifier la ville et de la débarrasser des sources de putréfaction, dans le cadre d’une pensée néo-hippocratique qui associe les mauvaises odeurs à la propagation des maladies27.

  • 28 AN, Y 9482A et 9483A, Rapports du commissaire Landelle, rue Saint-Romain, 18 juin 1779, et rue des (...)
  • 29 AN, Y 9483A, Rapport du commissaire Landelle, 14 avril 1780.
  • 30 Ordonnance pour la police de la rivière par rapport à la santé publique, cité dans Nicolas Delamare (...)
  • 31 AN, Y 9499, pièces 519, 546 et 812, Ordonnances de police, 8 juin 1733, 10 juin 1734 et 22 mai 1745
  • 32 AN, AD I/27A, dossier O, Ordonnance concernant la police de la Seine, 14 août 1777.
  • 33 AN, O1 1597, pièce 376, Lettre de Lenoir au comte d’Angeviller, immondices de blanchisseuses, 30 dé (...)

14Dans les sources policières, les blanchisseuses, comme d’autres professions polluantes, sont particulièrement incriminées. Elles jettent bien souvent leurs eaux usées dans la rue, quand ce ne sont pas les cendres de lessives usagées28. En avril 1780, dix blanchisseuses sont successivement condamnées à l’amende pour avoir laissé des tas de cendres plusieurs jours dans la rue de Sèvres et la rue du Four29. Sur le cours de la Seine, les griefs portent aussi sur les préjudices portés à la qualité de l’eau. L’arsenal réglementaire élaboré à partir des années 1660 est explicite sur ce point. Dès 1666 et 1669, il est interdit aux porteurs d’eau d’aller puiser en de nombreux points de la Seine « à cause de l’infection & impureté des eaux qui y croupissent », notamment au-dessous des bateaux des lavandières et des égouts des rues30. Ces injonctions sont régulièrement répétées, à l’approche de l’été, mais les zones de restriction s’agrandissent au fil du temps31. En 1777, une ordonnance de police rappelle dans le détail cette interdiction : « faisons très-expresses inhibitions & défenses auxdits Porteurs d’eau, & à toutes autres personnes, de puiser de l’eau dans le Canal de la Riviere […] derriere & au-dessous des Bateaux des Teinturiers, Tripiers, Lavandieres & de ceux chargés de Chaux32 ». Trois ans plus tard, le Lieutenant général de police, en charge de la propreté de la capitale regrette auprès du directeur des bâtiments du roi de ne pouvoir ordonner « l’éloignement des bateaux de Blanchisseuse, dont le séjour près de la Samaritaine, y occasionne un amas d’immondices qui nuisent à l’action des Pompes, et ne leur laissent à aspirer qu’une eau bourbeuse et corrompue. » Quelques jours plus tard, le Bureau de la Ville se contente seulement d’interdire le travail des blanchisseuses sur bateaux après 21 heures33. Enfin, en mars 1788, Breteuil, le ministre en charge de Paris, rappelle à l’ordre le procureur du roi du Bureau de la Ville, Ethis de Corny :

  • 34 AN, O1 *499, fol 177, Lettre de Breteuil à Ethis de Corny, 10 mars 1788.

L’établissement des bateaux de blanchisseurs dans l’intérieur de Paris forme un spectacle plus choquant encore par l’étalage des linges de toute espèce mis sur les bords de la rivière sous les fenêtres du Louvre ou des Thuilleries. Ces bateaux peuvent être sans inconvénient disposés au dessus & au dessous de Paris, et la navigation en deviendra plus facile. Vous voudrez bien provoquer sur ces objets toutes les mesures nécessaires. Cette opération devant conduire à faire le recensement des bateaux placés sur la rivière, il sera nécessaire d’en former un état de designer leurs numéros34.

  • 35 Mercier, Tableau de Paris, op. cit., livre 6, chapitre 491, p. 115-118.

15Louis Sébastien Mercier confirme à sa manière ce portrait peu reluisant ; il dépeint les eaux sales et savonneuses qui se fondent aux boues ordinaires, dans les ruisseaux des rues aux alentours des domiciles des blanchisseuses où se préparent les lessives. Comme celles des perruquiers qui utilisent l’amidon, ces eaux usées rongent et déchaussent le pavé35. Mercier n’est de ce point de vue pas isolé. En 1787, dans sa Dissertation sur la nature des eaux de la Seine, Parmentier assure qu’il faudrait que les autorités publiques interviennent pour améliorer la qualité des eaux, altérée à cause des blanchisseuses :

  • 36 Antoine-Augustin Parmentier, Dissertation sur la nature des eaux de la Seine, Paris, Buisson, 1787, (...)

il serait à désirer que le Gouvernement, occupé aujourd’hui de tous les genres d’objets de salubrité, obligeât les blanchisseuses, par exemple, d’établir leurs bateaux au dessous de Paris : cet aspect, qui nuit à la perspective agréable du cours de la Seine, laissera toujours présumer au public qui voit laver dans la rivière le linge des malades, que ses eaux doivent en charrier les particules morbifiques36.

  • 37 Mercier, Tableau de Paris, op. cit., livre 10, chapitre 787, p. 106.

16Mercier le plagie presque mot pour mot dans le dixième livre des Tableaux de Paris, publié l’année suivante37. Les eaux des blanchisseuses, comme celles des teinturiers ou des dégraisseurs, traditionnellement surveillées, sont de moins en moins tolérées dans le contexte de croissance du sentiment hygiéniste.

  • 38 Archives de la Préfecture de Paris (dorénavant APP), par exemple : AA 137, fol 358, 23 octobre 1791 (...)

17La Révolution française aggrave cette appréhension, car la dérégulation momentanée rend possible les installations de blanchisseuses hors des bateaux assignés au lavage. De nombreux constats de rues souillées par les eaux savonneuses et de tonneaux installés illégalement sur le cours de la Seine sont mentionnés par les commissaires de police38. Ainsi, le commissaire Voilquin signale en thermidor an IV (juillet 1795) que :

  • 39 APP, AA 141, fol 425, Procès-verbal du commissaire de police Voilquin, eaux des blanchisseuses, 19  (...)

la misere du tems a pretexte les moyens d’une multitude de femmes d’aller faire leur lessives et laver leurs linges aupres des arcades du pont notre dame et le long de la riviere depuis ce pont jusqua l’abreuvoir pres la rue geoffroi lasnier. Elles s’excusent encore sur ce qu’aux batteaux des blanchisseuses on leur demande dix sols par jour qu’elles ne sont pas en etat de payer. Le groupe aupres des arcades occasionne des eaux savonneuses qui pourroient, peut-être deteriorer les dittes arcades ; d’ailleurs elles nuisent a l’abreuvoir, et gatent la salubrité de l’eau aux endroits de la pompe et de ceux ou puisent les porteurs d’eaux, elles genent encore l’exploitation des ports39.

  • 40 Bibliothèque Historique de la Ville de Paris (dorénavant BHVP), Ms 25, fol. 77, Arrêt du conseil du (...)

18Le long de la Bièvre, les pièces de procédures confirment cette stigmatisation, attisée ici par la concurrence très forte de l’usage de l’eau entre professions sur une rivière à faible débit. Dès 1715, alors que les blanchisseuses sont encore en nombre réduit, les syndics de la rivière s’en plaignent à Antony, en amont de Paris, afin qu’elles cessent leurs activités en raison des atteintes portées à la qualité de l’eau40. Quelques années plus tard, le 12 mars 1728, le grand maître des Eaux et Forêts interdit – vainement – aux blanchisseuses l’accès à la rivière. L’enquête menée dans le cadre de la procédure charge les blanchisseuses en termes explicites :

  • 41 BHVP, Ms 25, Ordonnance du 1er avril 1728.

étant au-dessus de la barrière des Gobelins qui traverse la rivière il auroit trouvé immédiatement au-dessus de ladite barrière trente blanchisseuses de chacune côté de la dite rivière dans chacune un tonneau entouré de pieux plantés sur le bord de ladite rivière qui lavaient la lessive, ce qui causait la crasse qu’il avait reconnue provenant du linge et de leur savon, et que continuant le long de la rivière, montant du côté de sa source, il en aurait encore trouvé plusieurs qui lavaient la lessive, ce qui lui aurait fait connaître que cette crasse blanche et épaisse qui couvrait la rivière provenait de la même cause41.

19Les interdictions sont clairement formalisées en 1732 dans l’arrêt du Conseil du roi, par les dispositions des articles 29, 30 et 31. Au-delà de la dégradation de la qualité de l’eau, il est reproché aux blanchisseuses de ponctionner une partie de l’eau de la rivière et par conséquent de nuire aux autres activités. Mais finalement, après l’arrêt du conseil de 1756, qui autorise les tonneaux, le versement d’une contribution des blanchisseuses à l’entretien de la rivière est requis. La cotisation donne le droit à un tonneau

  • 42 Ordonnance portant règlement concernant les tonneaux à blanchisseuses, établis sur les riviere et m (...)

fermé d’un couvercle avec cadenat, sans que sous aucun prétexte, lesdits particuliers intéressés puissent louer ni souffrir l’usage de leurs dits tonneaux à aucun autre, à peine d’être compris et taxés auxdits rôles comme louant tonneaux à blanchisseuses, laquelle peine sera et demeurera encourue à la première contravention42.

20Polluantes et bruyantes, les blanchisseuses n’en sont pas moins nécessaires si bien que les autorités cessent de les interdire purement et simplement préférant les contrôler et réglementer leur activité. Cette politique a une forte implication sur la féminisation de la rivière. En effet, la blanchisserie est définie comme une activité artisanale de petite envergure puisque seule l’exploitation de son propre tonneau est autorisée.

Industrialiser le blanchissage

21Les mesures policières contre l’activité du blanchissage n’en ont que modérément ralenti sa progression, surtout sur la Bièvre. La police ne pouvait raisonnablement transformer brutalement un secteur qui occupait tant de monde, surtout dans les classes populaires. C’est donc essentiellement par le contournement que de nouveaux modes opératoires apparaissent. Le constat répété des nuisances causées par des blanchisseuses omniprésentes sur les bords des cours d’eau et la stigmatisation morale et hygiéniste justifie, à partir de la fin du xviiie siècle, la formulation de projets destinés, d’une manière ou d’une autre, à accentuer le contrôle sur l’activité, en associant conjointement des structures de financement importantes et la mobilisation de savants. Cela aboutit à une redéfinition du propre à l’aune du pur, un processus qui tend à donner une partie de la maîtrise des opérations de blanchissage aux hommes.

  • 43 Le Roux, Le laboratoire des pollutions industrielles…, op. cit., chapitre 1.
  • 44 Backouche, La trace du fleuve..., op. cit., p. 95.
  • 45 AN, F7 4296, Mémoire de Messier au baron de Breteuil, 1785 ; avis du Bureau de la Ville, 22 septemb (...)

22Jusque dans les années 1780, comme pour d’autres activités artisanales polluantes, la régulation policière à l’égard des blanchisseuses ne s’immisce pas dans leur pratique ; elle se contente de trouver les « bons » emplacements43. Dans cette logique, on trouve de nombreux projets de déplacements des bateaux à lessiver avant 1750. Par exemple dans les années 1720, plusieurs d’entre eux imaginent déjà de délocaliser les bateaux-lavoirs sur l’île des Cygnes, en aval de Paris, face au quartier du Gros-Caillou qui jouxte l’hôtel des Invalides. Les dernières décennies du siècle apportent un glissement qui remet plus fondamentalement en cause l’existence de l’activité telle qu’elle s’est pourtant consolidée dans les dernières décennies. Apparaît une confrontation entre les pratiques anciennes, expériences acquises par les gens de terrain, et les propositions de savants ou de financeurs étrangers au fleuve44. Ainsi, quand le sieur Messier, mécanicien du roi, propose en 1785 un nouveau bateau-lavoir qui permettrait à la fois de « détremper, lessiver, laver, épurer et blanchir le linge », il se targue de l’appui de l’Académie des sciences. Son souci est de concentrer toutes les opérations des blanchisseuses sur un même site afin d’en rationaliser le déroulement. Si le Bureau n’accède pas à ses demandes, pour des raisons techniques et économiques, néanmoins le mouvement vers la réforme est lancé45.

  • 46 AN, Q1 1069, Blanchisserie Riffé, extrait des registres du Conseil du roi, 2 septembre 1786 ; Q1 11 (...)

23Après 1785, subitement, plusieurs projets se donnent pour objectif de créer des « buanderies », sorte d’usines intégrées placées le long des rivières pour rationaliser et concentrer l’activité dans les mains de quelques entrepreneurs, figures du capitalisme industriel naissant. Les projets sont sans équivoque. Il s’agit de concurrencer les bateaux de blanchissage pour aboutir au transfert d’une partie de l’activité dans des bâtiments établis sur la terre ferme. Trois entrepreneurs finissent par obtenir en même temps une autorisation du Conseil du roi en septembre 1786, respectivement le sieur Monnet, à Bercy, le sieur Riffé à Boulogne et le sieur Witasse à Saint-Denis. Pour avoir gain de cause, les entrepreneurs ont pris soin d’affirmer qu’ils veulent mettre en œuvre une pratique du blanchissage moderne, rationnelle, sur le modèle des blanchisseries flamandes et hollandaises, dans de grands établissements fonctionnels, munis d’étuves chauffées au charbon de terre afin de sécher le linge à l’intérieur des bâtiments – et non plus à l’extérieur sur des fils ou des perches – et dont les procédés, importés de l’étranger, éviteraient au linge l’altération qu’il subit de la soude, de la potasse, des mains, des brosses et du battoir des blanchisseuses. De même, tous insistent sur la pureté de l’eau qu’ils mobiliseront mais aussi sur la décongestion du centre, soit en amont de la Ville (Bercy) soit suffisamment en aval (Boulogne et Saint-Denis)46.

  • 47 AN, O1 1294, fol 384, Projet de Witasse, chevalier Duhangard, projet de blanchisserie, s. d. ; Q1 1 (...)
  • 48 Registre des procès-verbaux de l’Académie des sciences, fol 208-212, Rapport de Fourcroy, Baumé, Va (...)
  • 49 Journal de Paris, 29 octobre 1786, n° 302.
  • 50 Journal de Paris, 17 décembre 1786, n° 351 ; 18 juillet 1788, n° 200 (supplément) ; 18 novembre 178 (...)
  • 51 Pierre Mercier, « Premier établissement industriel dans l’île Seguin : la blanchisserie Riffé (1786 (...)

24Aménagement rationnel de bâtiments de type industriel assurant une évidente commodité et gestion des eaux usées constituent le point central de ces propositions. À Saint-Denis comme à Boulogne, la circulation de l’eau, propre et usée, conditionne l’organisation des buanderies et les tâches sont méthodiquement réparties au sein de l’établissement47. Quant à celle de Bercy, elle est composée d’un atelier principal de 34 mètres de long sur 10 de large regroupant les machines et où s’effectue l’opération principale de blanchissage, à proximité immédiate des réservoirs. Au premier étage, est prévu l’étendage, le séchage – grâce notamment à la chaleur des fourneaux des machines du rez-de-chaussée – et le repassage48. Les entrepreneurs de Saint-Denis annoncent l’ouverture de leur blanchisserie en octobre 1786 dans le Journal de Paris49 : « Il vient de s’élever un établissement nouveau & des plus considérables. [Il] comprend, dans une étendue considérable de bâtimens, tout ce qui est nécessaire pour la perfection du blanchissage. » Le quotidien annonce en outre l’ouverture de l’établissement de Bercy50. Les débuts de la blanchisserie Riffé, finalement sur l’île de Sèvres, en face de Boulogne, sont un peu plus lents, puisqu’elle n’entre en activité qu’en juin 1788, et qu’elle balbutie51.

  • 52 Archives de l’Académie des Sciences, Registre des procès-verbaux de l’Académie des sciences, fol 19 (...)
  • 53 AN, F12 1327, Blanchisserie Monet, an II.
  • 54 AN, F12 998, Brevet Pochon, mémoire descriptif, 21 messidor an VIII.

25Lorsqu’il s’agit d’expertiser le projet de buanderies à grande échelle à Paris en août 1789, ce sont les chimistes Fourcroy et Baumé qui sont appelés à l’Académie des Sciences. Leur rapport loue le projet et souligne qu’« on se plaint depuis longtemps que l’art de blanchir le linge est loin de sa perfection » car livré à des ouvriers sans instruction, il « est vraisemblable qu’il serait resté dans cet état d’imperfection si l’industrie ne s’était enfin portée sur cet objet de première nécessité52 ». Cette dynamique est fortement ralentie par la Révolution qui perturbe l’aboutissement d’une réforme globale appuyée par la puissance publique. Les trois grandes buanderies ne résistent pas aux troubles révolutionnaires et végètent53. Parallèlement, d’autres projets continuent de proposer de nouvelles méthodes de type industriel. Ainsi, tout en conservant les bateaux, le citoyen Pochon obtient un brevet d’invention en germinal an VII pour y installer des machines, moulins, pompes et foyers, le tout étant organisé dans des locaux entièrement couverts : « L’exécution des bateaux couverts a le premier avantage de faire disparaître ceux qui ne présentent aujourd’hui sur la Seine, qu’un spectacle peu digne de la première capitale du monde54 ».

  • 55 Riffaut, « De Chaptal à la Mère Denis… », art. cit.
  • 56 Académie des sciences, Procès-verbaux des séances de l’Académie des sciences, tenues depuis la fond (...)
  • 57 Le Roux, Le laboratoire des pollutions industrielles…, op. cit.
  • 58 Antoine de Chaptal, De l’industrie française, Paris, Renouard, 1819, t. 2, p. 45.
  • 59 Antoine-Alexis Cadet de Vaux, Traité du blanchissage domestique à la vapeur, Paris, Au bureau du «  (...)

26Mais la période révolutionnaire favorise également le rapprochement des faiseurs de projets du pouvoir politique et scientifique, qui en souhaitent l’appui, et l’introduction de nouvelles substances chimiques55. L’industrialisation du blanchissage se poursuit à la faveur d’un intérêt constant porté à ces questions par les différents hygiénistes, ce qui ouvre la voie à de nouveaux marchés, conçus comme des secteurs d’avenir de l’industrie nationale. Deux personnages clé, Alexis-Antoine Cadet de Vaux et François-René Curaudau, portent l’idée de réforme sous le Consulat et l’Empire. Tous deux recherchent l’appui de l’Académie des sciences qui rapporte régulièrement sur leurs mémoires56. Cadet de Vaux, ancien inspecteur général de la salubrité de Paris dans les années 1780, est un pharmacien reconverti dans l’action philanthropique sous les auspices de la science officielle57. En 1805, il publie, sous le haut patronage de Chaptal58, propagateur de la modernisation économique par la chimie industrielle et ministre de l’Intérieur entre 1800 et 1804, un Traité sur le blanchissage à la vapeur, auquel il réunit une Instruction populaire relayée par les préfets59. Dans son introduction, qui suit un « Dialogue entre la Maîtresse et la Blanchisseuse » opposant la routine des blanchisseuses aux méthodes promues par les savants, il se réclame de l’initiative de Chaptal :

  • 60 Idem, p. 6.

Le Sénateur Chaptal étant, comme savant, un de ceux qui ont eu l’initiative sur le blanchissage à la vapeur, j’ai dû le consulter sur le projet que j’avais dès long-tems conçu de modifier, de simplifier ce procédé, pour en former un art tout nouveau ; art qui cessant d’être un objet de spéculation, ainsi qu’il l’avait été antérieurement à la révolution, devint un bienfait pour l’économie domestique, pour la classe laborieuse de femmes dont le blanchissage est la profession. Ce savant, comme ministre alors, a désiré, qu’indépendamment du traité que je me disposais à publier sur cet objet, je rédigeasse une instruction populaire, spécialement destinée aux ménagères et aux blanchisseuses ; je me suis empressé de remplir ce vœu60.

  • 61 Le Roux, Le laboratoire des pollutions industrielles…, op. cit., chapitres 5 et 6.

27Cadet de Vaux se place dans le cadre d’une refonte philanthropique du blanchissage, qui associe la pédagogie à l’intérêt pour la lutte contre la misère populaire et les métiers insalubres. Avec l’introduction des machines à vapeur, l’économie domestique est également revue à l’aune de l’économie politique, car la nouvelle méthode permettrait d’économiser du bois, donc de préserver les forêts, de dynamiser l’économie nationale et de soulager les blanchisseuses. Outre l’usage de la vapeur, il s’agit aussi de changer la composition des lessives et d’introduire de nouveaux produits chimiques, en particulier le carbonate de soude, d’invention récente, obtenu à l’aide de la fabrication de soude artificielle par décomposition de sel marin par l’acide sulfurique. Même si la production de ce carbonate de soude pollue énormément par ses rejets d’acide chlorhydrique, Cadet de Vaux n’exprime aucun doute61 :

  • 62 Cadet de Vaux, Traité du blanchissage…, op. cit., p. 12-13.

Il appartient à la chimie seule de perfectionner les arts qui existent, et d’en créer de nouveaux ; car les arts, nés des premiers besoins de l’homme, et conséquemment aussi anciens que les sociétés, n’ont point reçu leur perfection du tems. Le tems, au contraire, a consacré les préjugés, les routines ; et le savant, habitué à jouir en naissant des productions de ces arts anciens, les a laissé marcher dans leur état l’imperfection. […] C’est depuis un siècle seulement, c’est depuis que la chimie s’est emparée du sceptre sous lequel tous les arts, ses vassaux, sont venus se ranger. Quels obstacles plus puissans encore doit poser aux innovations la multitude ignorante ! 62

28C’est un ordre mécanique, implacable, la victoire de la science contre des pratiques ancestrales défectueuses :

  • 63 Ibid, p. 24.

Ma prétention a été d’anéantir un vieil art dont les opérations, disons-nous, sont diamétralement opposées aux principes, et ruineux pour l’économie ; d’imprimer à l’air nouveau que la science devait lui substituer, ce mouvement que des expériences isolées ne lui donnaient pas. C’est une horloge qui était là, mais dont il fallait mouvoir le balancier, qu’il fallait régler pour l’utilité de la société entière63.

  • 64 Ibid, p. 68-71.
  • 65 AN, F12 2247, Blanchiment à la vapeur, Cadet de Vaux, an XII – an XIII.

29Cette politique dépossède les blanchisseuses de leurs savoir-faire. Outre le changement de procédés, elle implique une capitalisation radicalement nouvelle ; Cadet de Vaux en est bien conscient et indique que les blanchisseuses y trouveraient avantage en n’ayant qu’à louer des emplacements pour leur travail dans ces nouveaux établissements, se déchargeant du financement au profit des entrepreneurs. Elles libèreraient ainsi leur logement des opérations qui ne s’effectuent pas sur la rivière, ce qui aurait aussi l’avantage de débarrasser les rues de l’encombrement de leurs allées et venues64. Les machines proposées par Cadet de Vaux sont expertisées par la Société d’encouragement pour l’industrie nationale et par le Bureau des arts et manufactures du Ministère de l’Intérieur65.

  • 66 APP, Rapport du Conseil de salubrité, 15 décembre 1817.
  • 67 François-René Curaudau, Traité du blanchissage à la vapeur, Paris, Chez l’auteur, 1806, p. 16, 19-2 (...)

30Le projet de Curaudau s’inscrit dans la perspective dessinée par Chaptal et Cadet de Vaux. Entrepreneur, il s’occupe aussi d’améliorer les fourneaux (dit « économiques ») et possède alors un atelier de poêles rue de Vaugirard ; il tente lui-même d’établir une buanderie industrielle en 1810, mais sans succès66. Dans son Traité de 1806, comme Cadet de Vaux, il vante la préservation des forêts, l’amélioration de l’hygiène des vêtements, l’économie de lessives, dénigrant la routine et les « préjugés qui s’élèvent ordinairement contre tout ce qui tient à l’innovation67 ». Comme le pharmacien, il recommande aussi l’adjonction du carbonate de soude et ajoute, prudent :

  • 68 Ibid., p. 72.

j’ai remarqué que l’emploi du savon étoit superflu, et que c’étoit l’habitude plutôt que la nécessité qui en commandoit l’usage. Cependant je me garderai bien de le proscrire, parce qu’alors on n’auroit plus d’armes à opposer à la blanchisseuse, qui laisseroit exprès des taches sur le linge pour prouver contre ce procédé, qu’elle n’adoptera qu’à la dernière extrémité68.

  • 69 John Graham Smith, The Origins and Early Development of the Heavy Chemical Industry in France, Clar (...)
  • 70 Ibid., p. 130 ; Journal de Paris, 29 décembre 1788, 364 (supplément).
  • 71 Chassagne, Oberkampf…, op. cit. ; Idem, Le coton…, op. cit.

31La composition des lessives fait alors, depuis une vingtaine d’années, l’objet d’une profonde redéfinition par l’industrie chimique. En 1785, le chimiste Berthollet constate le pouvoir blanchisseur du chlore – gaz découvert en 1773 – à partir des premières expérimentations des produits chlorés et de la fabrication de soude artificielle qui contient le principe chloré par son acide (acide chlorhydrique)69. Dans l’usine d’acide sulfurique de Javel, le long de la Seine en aval de Paris, les entrepreneurs produisent ainsi des produits chlorés avec l’aide du chimiste, le chlore étant obtenu par réaction entre l’acide sulfurique, le sel marin et le dioxyde de manganèse, puis facilement dissout dans l’eau70. Employé rapidement dans les fabriques de toiles peintes, par exemple dans la manufacture d’Oberkampf à Jouy, il permet d’accélérer le blanchiment des étoffes – c’est le début des « blanchisseries bertholliennes » qui ne sont pas à proprement parler des établissements de lavage de linge, mais de préparation des étoffes de coton avant l’application des teintures71. Toutefois, l’idée d’introduire le chlore dans les lessives fait son chemin et, pour en ôter le caractère suffocant, on y adjoint de la potasse. Pour enlever des esprits son principe corrosif et en populariser son usage, l’entreprise lui donne alors le nom d’« eau de Javel ».

  • 72 Le Roux, Le laboratoire des pollutions industrielles…, op. cit., chapitre 2.
  • 73 Michel Pastoureau, Dominique Simonnet, Le petit livre des couleurs, Paris, Le Seuil, 2014 ; Nicole (...)
  • 74 François Jarrige, « Le travail de la routine : autour d’une controverse sociotechnique dans la boul (...)
  • 75 Le cas de l’imprimerie révèle également des tensions liées au genre, mais d’une autre nature. Voir (...)

32Les promoteurs du blanchissage industriel envisagent l’application de nouveaux procédés pour obtenir un linge non seulement plus propre, mais aussi plus « pur », au blanc étincelant : le chlore et l’acide chlorhydrique se parent des vertus de la désinfection, hygiéniste et sociale72. Jusque-là, le blanc, dans la tradition culturelle chrétienne, était synonyme de pureté73. Dorénavant, à la blancheur apparente ne suffit plus, la désinfection chimique, permet de purifier le linge. Ce faisant, les chimistes renvoient les blanchisseuses au passéisme et à la crasse de la société d’Ancien Régime. Pour eux, elles ont vocation à fournir la main-d’œuvre des nouvelles installations industrielles ; s’ils n’ambitionnent pas de lisser les hiérarchies sociales grâce aux procédés industriels, il s’agit plus prosaïquement de prendre le contrôle de cette main-d’œuvre et de l’intégrer dans la nouvelle société industrielle et chimique en devenir. Si de nombreux autres secteurs d’activité sont touchés par cet avènement et la disqualification des « routines », ainsi les boulangers face au pétrin mécanique dans les décennies suivantes74, c’est aussi une tension sur le genre dans le cas des blanchisseuses75.

  • 76 APP, Rapport du Conseil de salubrité, 22 octobre 1817.
  • 77 Mme Rouget de L’Isle, Le livre du blanchissage, Paris, Chez Ploche, 1852.
  • 78 Antonin Bourgnon de Layre, Traité pratique du blanchissage du linge à la vapeur d’eau, Paris, Maiso (...)

33La redéfinition du blanchissage et la prise de contrôle des cours d’eau n’est encore que théorique ; en effet, ces projets radicaux de réorganisation échouent à court terme, car aucun établissement industriel de cette nature n’est réalisé. Ainsi, l’emploi des produits chlorés rencontre une forte résistance dans la société et, en particulier avant 1830, de la part des blanchisseuses. Une des premières grandes blanchisseries « bertholliennes », tenue en 1817 par le citoyen Daniel à Saint-Denis et étudiée par le Conseil de salubrité, rencontre des oppositions « aussi fortes qu’imposantes » qui amènent conduisent ce Conseil à préconiser une conduite sévèrement contrôlée des eaux usées vers l’égout76. Dans les faits, avant 1830, seuls cinq projets de blanchisseries bertholliennes sont soumis aux autorités. De même, le blanchissage à la vapeur, difficile à mettre en œuvre, est parfois fortement critiqué par la suite, avec parfois des retours à l’ancien procédé77, tandis que l’usage de l’eau de Javel est finalement déconseillé78.

Conclusion

34Avant même que n’éclatent les premiers troubles révolutionnaires, la blanchisserie parisienne est ainsi entrée dans une phase de mutation et une amorce d’industrialisation. Dénigrées, pour leur morale comme pour la pollution qu’elles causent, les blanchisseuses sont progressivement éloignées du cœur de la ville et on tente de les rassembler dans de vastes buanderies qui nécessitent des capitaux. La dynamique économique, appuyée sur la demande sociale et sur l’expertise scientifique et technique des savants commence à s’imposer, initiant une déféminisation des cours d’eau parisien. Ce processus se prolonge par le perfectionnement des processus chimiques mis en œuvre. Aux yeux des promoteurs de l’industrialisation nationale, les blanchisseuses des berges parisiennes n’ont d’avenir que dans les enceintes des buanderies qu’ils élaborent.

  • 79 Collection officielle des ordonnances de police des origines jusqu’à 1844, 1844, t. 1 : 1800-1814, (...)
  • 80 Ibid., p. 297.
  • 81 APP, Rapport du Conseil de salubrité, 15 avril 1819.
  • 82 APP, Rapports du Conseil de salubrité, 4 août 1819 et novembre 1819. Voir aussi la mention de l’aba (...)
  • 83 APP, DB 226, Buanderies, Lefort, Buanderies publiques pour remplacer tous les bateaux à lessives, a (...)
  • 84 Backouche, La trace du fleuve…, op. cit., p. 319-320, 326-328.
  • 85 Perrot, « La ménagère dans l’espace urbain… », art. cit, p. 16-17 ; Dominique Hervier, « L’usage de (...)
  • 86 Michèle Perrot, « Femmes au lavoir », Sorcières, 19, 1980. On pourrait en outre prolonger la réflex (...)
  • 87 Charles de Livry, Le bateau des blanchisseuses, tableau-vaudeville en 1 acte, Paris, Marchant, 1832 (...)

35Dessinée dans ces principes, cette évolution met cependant encore quelques décennies pour s’imposer. Malgré l’interdiction des bateaux à lessive décrétée le 9 mai 1805, le nombre de ceux-ci ne baisse pas considérablement79. Le directeur du service des Ponts et Chaussées du Département de la Seine, propose en 1816 la création d’un lavoir public, quai des Invalides, pour 240 blanchisseuses (soit dix bateaux), une concentration en aval idéale pour désengorger les berges du centre de Paris80. En 1819, c’est au tour du chimiste Cadet de Gassicourt, de proposer au Conseil de salubrité un plan général. Cadet propose alors de réformer le système traditionnel, d’interdire tous les bateaux, d’organiser et de centraliser la corporation au sein de huit grandes buanderies, chacune de cent blanchisseuses, aux portes de Paris, sur le modèle des abattoirs81 ; le préfet de police nomme une commission d’étude en août 1819 avant de refuser toute mesure de rigueur trop brutale82. Dans les années 1820, tout plan global de régulation de la blanchisserie achoppe encore sur les droits acquis des bateaux du centre de la Seine83. En 1833, on dénombre en effet plus de 53 bateaux à lessive dans la capitale et toujours 47 en 1840. La décrue ne s’accélère réellement qu’au cours de la deuxième moitié du xixe siècle, lorsque les autorités encouragent ou construisent sur leurs deniers des buanderies publiques, ou lavoirs de terre ferme, qui servent de levier à la politique d’hygiène84. Ces lavoirs deviennent des lieux où le travail est davantage contrôlé, dans des pièces divisées en « batteries », où chaque blanchisseuse a sa place85. Dans certains cas, la mécanisation a complètement modifié le rapport des femmes à l’espace, au travail : mécanisé, le travail du lavoir devient l’affaire des hommes et les femmes n’y sont plus que clientes passives86. Les imaginaires suivent cette évolution : en 1730, Chardin pouvait encore représenter tendrement l’atmosphère familiale de la blanchisserie dans une scène de genre, intitulée La Blanchisseuse ou Une petite femme s’occupant à savonner ; un siècle plus tard Honoré Daumier, dans La blanchisseuse – première version présentée au Salon de 1861 – en peint une incarnation laborieuse et harassée. Au point de basculement, vers 1820-1830, la blanchisseuse est devenue une figure du folklore parisien qui fait les beaux jours des vaudevilles87. Quelques décennies plus tard, Gervaise Macquart, mise en fiction par Émile Zola dans l’Assommoir, fait écho au tableau de Daumier.

  • 88 On trouve la trace des ces conflits dans les archives parisiennes dès les années 1820, ainsi que da (...)
  • 89 Catherine Larrère, « L’écoféminisme : féminisme écologique ou écologie féministe », Tracés, 22, 1, (...)

36Les hommes s’approprient ainsi le pur à la faveur de la révolution industrielle, transformant la nature du travail féminin. Les mutations amorcées dès le xviiie siècle dans les pratiques du linge et du textile témoignent du basculement des cosmologies environnementales autour du propre et de la purification ; les notions de sain et de malsain en sont bouleversées. Le pur, revendiqué par la puissance industrielle s’oppose désormais au propre des blanchisseuses. À l’échelle européenne et étasunienne, ces femmes disqualifiées n’en ont pas moins énergiquement contesté cette mutation au cours du xixe siècle en combattant notamment les fumées industrielles salissant le linge qu’elles continuent de laver à l’échelle domestique ; elles deviennent alors le fer de lance de la mobilisation contre une industrie minérale et masculine. Les femmes sont en effet aux premières loges pour constater et dénoncer la pollution issue des usines. Dans les villes et quartiers industriels, les fumées noires de l’industrie triomphante souillent le linge propre à peine étendu. L’histoire de ces mobilisations, à peine esquissée par certains historiens88, ouvre des perspectives de recherches fécondes dans le cadre de l’étude des différentes formes d’écoféminismes89.

Haut de page

Notes

1 Jean-Claude Kaufmann, La trame conjugale. Analyse du couple par le linge, Paris, Armand Colin, 2014.

2 Voir notamment le numéro d’Ethnologie française, 16, 3, 1986, consacré au linge et les articles respectifs de Catherine Ungerer, « Les valeurs urbaines du propre : blanchissage et hygiène à Paris au xviiie siècle », p. 295-298, de Daniel Roche, « L’invention du linge au xviiie siècle », p. 227-238, et d’Alain Corbin, « Le grand siècle du linge », p. 299-310. Dans le même ordre d’idée, voir Marie-Cécile Riffaut, « De Chaptal à la Mère Denis, histoire de l’entretien du linge », Culture technique, 3, 1980, p. 256-263 ou encore les ouvrages classiques de Daniel Roche, La culture des apparences, Paris, Fayard, 1989 ; Idem, Histoire des choses banales, Paris, Fayard, 1997 ; Georges Vigarello, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, Le Seuil, 1985 ; Idem, Le sain et le malsain : santé et mieux-être depuis le Moyen Âge, Paris, Le Seuil, 1993 ; Idem, « L’hygiène des Lumières », in Patrice Bourdelais (dir.), Les hygiénistes. Enjeux, modèles et pratiques, Paris, Belin, 2001, p. 26-40 ; Alain Corbin, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social, xviie-xixe siècles, Paris, Aubier, 1982.

3 Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, Les femmes à l’époque moderne, Paris, Belin, 2003 ; Idem., Être veuve sous l’Ancien Régime, Paris, Belin, 2001 et plus généralement, Luc Capdevilla et al., Le genre face aux mutations. Masculin et féminin, du Moyen Âge à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

4 Danielle Chabaud-Rychter, Delphine Gardey (dir.), L’engendrement des choses : des hommes, des femmes et des techniques, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 2002.

5 Nancy C. Unger, « Women and Gender. Useful Categories of Analysis in Environmental History », in Andrew C. Isenberg, The Oxford Handbook of Environmental History, Oxford, Oxford University Press, 2014 ; Melissa Leach et Cathy Green, « Gender and Environmental History : From Representations of Women and Nature to Gender Analysis of Ecology and Politics  », Environment and History, 3, 3, 1997, p. 343-370.

6 Carolyn Merchant, The Death of Nature. Women, Ecology and the Scientific Revolution, Londres, Wildwood House, 1982 (1980) ; Idem, « Gender and Environmental History », The Journal of American History, 76, 1990, p. 1117-1121.

7 Arwen P. Mohum, « Industrial Genders : Home/Factory », in Nina E. Lerman, Ruth Oldenziel, Arwen P. Mohum (dir.), Gender and Technology. A Reader, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2003, p. 153-176 ; Idem, Steam Laundries : Gender, Technology, and Work in the United States and Great Britain, 1880-1940, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1999.

8 Roche, La culture des apparences…, op. cit. ; Idem, Histoire des choses banales…, op. cit.

9 Serge Chassagne, Oberkampf, un entrepreneur capitaliste au Siècle des Lumières, Paris, Aubier Montaigne, 1980 ; Idem, Le coton et ses patrons, France, 1760-1840, Paris, EHESS, 1991.

10 Archives Nationales (dorénavant AN), H2 1956 (2), pièce 59, 22 septembre 1785, cité par Ungerer, « Les valeurs urbaines du propre… », art. cit.

11 AN, Q1 1119, État des baux des bateaux à lessive, 1695.

12 Isabelle Backouche, La trace du fleuve. La Seine et Paris (1750-1850), Paris, Éditions de l’EHESS, 2000, p. 33-39.

13 Ibid., p. 47

14 Edoardo Lilli, « Les parcours urbains des blanchisseuses à Rome au xviiie siècle. Usage et perception de l’espace », in Anna Bellavitis, Nicole Eldelman (dir.), Genre, femmes, histoire en Europe, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 277-283 ; Michelle Perrot, « La ménagère dans l’espace urbain parisien au xixe siècle », Les Annales de la recherche urbaine, 9, 1980, p. 3-22.

15 AN, Q1 1119, État des baux des bateaux à lessive, 1695.

16 AN, Q1 1119, Sentence du Bureau de la Ville, 25 novembre 1738.

17 Haïm Burstin, Une révolution à l’œuvre. Le faubourg Saint Marcel, Seyssel, Champ Vallon, 2005 ; Thomas Le Roux, « Une rivière industrielle avant l’industrialisation : la Bièvre et le fardeau de la prédestination, 1670-1830 », Géocarrefour, 85, 4, 2010, p. 193-207.

18 AN, Z1E 308, procès-verbal du 31 août 1736.

19 Archives de Paris (dorénavant AP), VO3 73, Tableau et état général des tonneaux des blanchisseuses, 12 prairial an IX (1er juin 1801).

20 M. Home, Essai sur le blanchiment des toiles, Paris, chez Ganeau, 1763.

21 Vincent Milliot, Les bruits de Paris ou le peuple travesti. La représentation des petits métiers parisiens, xvie-xviiie siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995.

22 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, Amsterdam, 1781-1788, livre 5, chapitre 397, p. 318.

23 Boisson (ingénieur du roi), Mémoire du sieur Boisson, ingénieur du roy, concernant le canal qu’il propose de faire autour de Paris, depuis la pointe de l’Arsenal jusqu’à Chaillot d’un canal navigable depuis l’arsenal jusqu’à la Savonnerie au dessous de Paris en le faisant passer par les marais, s. l., s. d. (après 1723).

24 Bibliothèque Nationale de France, fonds Joly de Fleury, 1425, Affaires de Paris, construction d’une gare sur la Seine, 1762-1765, Mémoire, f° 54, s. d. ; Backouche, La trace du fleuve…, op. cit., p. 188-190

25 Pierre Patte, Mémoire sur les objets les plus importants de l’architecture, Paris, Benoît Rozet, 1769, p. 1 et 9.

26 Backouche, La trace du fleuve... op. cit., p. 95.

27 Corbin, Le miasme et la jonquille…, op. cit. ; Thomas Le Roux, Le laboratoire des pollutions industrielles. Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel, 2011.

28 AN, Y 9482A et 9483A, Rapports du commissaire Landelle, rue Saint-Romain, 18 juin 1779, et rue des Deux-Anges, 21 janvier 1780.

29 AN, Y 9483A, Rapport du commissaire Landelle, 14 avril 1780.

30 Ordonnance pour la police de la rivière par rapport à la santé publique, cité dans Nicolas Delamare, Traité de la police, Paris, J.-F. Hérissant, 1705-1738, livre IV, titre III, p. 590.

31 AN, Y 9499, pièces 519, 546 et 812, Ordonnances de police, 8 juin 1733, 10 juin 1734 et 22 mai 1745.

32 AN, AD I/27A, dossier O, Ordonnance concernant la police de la Seine, 14 août 1777.

33 AN, O1 1597, pièce 376, Lettre de Lenoir au comte d’Angeviller, immondices de blanchisseuses, 30 décembre 1780, et H2 1968, Ordonnance de police des prévôts des marchands et échevins de la ville de Paris, concernant les blanchisseuses et autres fréquentant les bateaux à laver lessives sur la rivière, 23 janvier 1781.

34 AN, O1 *499, fol 177, Lettre de Breteuil à Ethis de Corny, 10 mars 1788.

35 Mercier, Tableau de Paris, op. cit., livre 6, chapitre 491, p. 115-118.

36 Antoine-Augustin Parmentier, Dissertation sur la nature des eaux de la Seine, Paris, Buisson, 1787, p. 88-89.

37 Mercier, Tableau de Paris, op. cit., livre 10, chapitre 787, p. 106.

38 Archives de la Préfecture de Paris (dorénavant APP), par exemple : AA 137, fol 358, 23 octobre 1791, Procès-verbal commissaire Ricard, eaux des blanchisseuses ; DB 226, Arrêté de la municipalité de Paris, blanchisseuses à tonneaux ou sans tonneaux sur les bords de la rivière, 15 mai 1792 ; AA 139, fol 428, Procès-verbal commissaire de police Jolly, eaux insalubres, 9 germinal an II ; AA 99, fol 683, Division du commerce, au citoyen Jatot, lavage de linge, 29 floréal an IV ; AA 64, fol 87, Procès-verbal commissaire de police Frémy, ronde de police, blanchisseuse, 8 ventôse an VII ; AA 143, fol 569, Procès-verbal commissaire de police, eaux des bateaux blanchisseuses, 18 ventôse an VII.

39 APP, AA 141, fol 425, Procès-verbal du commissaire de police Voilquin, eaux des blanchisseuses, 19 thermidor an IV.

40 Bibliothèque Historique de la Ville de Paris (dorénavant BHVP), Ms 25, fol. 77, Arrêt du conseil du roi, 21 décembre 1715.

41 BHVP, Ms 25, Ordonnance du 1er avril 1728.

42 Ordonnance portant règlement concernant les tonneaux à blanchisseuses, établis sur les riviere et morte riviere de Bièvre, dite des Gobelins, […] confirmée par Arrêts du Conseil des 4 et 18 may 1756.

43 Le Roux, Le laboratoire des pollutions industrielles…, op. cit., chapitre 1.

44 Backouche, La trace du fleuve..., op. cit., p. 95.

45 AN, F7 4296, Mémoire de Messier au baron de Breteuil, 1785 ; avis du Bureau de la Ville, 22 septembre 1785.

46 AN, Q1 1069, Blanchisserie Riffé, extrait des registres du Conseil du roi, 2 septembre 1786 ; Q1 1133/6, Projet de blanchisserie Riffé, avis du prévôt des marchands, 2 juin 1786 ; F12 1327, bBlanchisserie Monet, 1786 ; O1 *497, fol 485 et 486, Lettres de Breteuil à Berthier, Ethis de Corny et au contrôleur général, 3 septembre 1786.

47 AN, O1 1294, fol 384, Projet de Witasse, chevalier Duhangard, projet de blanchisserie, s. d. ; Q1 1069, Blanchisserie Riffé, extrait des registres du Conseil du roi, 10 juin 1786.

48 Registre des procès-verbaux de l’Académie des sciences, fol 208-212, Rapport de Fourcroy, Baumé, Vandermonde, 19 août 1789.

49 Journal de Paris, 29 octobre 1786, n° 302.

50 Journal de Paris, 17 décembre 1786, n° 351 ; 18 juillet 1788, n° 200 (supplément) ; 18 novembre 1788, n° 323 (supplément).

51 Pierre Mercier, « Premier établissement industriel dans l’île Seguin : la blanchisserie Riffé (1786-1793) », De Renault frères constructeurs d’automobiles à Renault régie nationale, Bulletin de la section d’histoire des usines Renault, t. 2, n° 6, 1975, p. 110-115.

52 Archives de l’Académie des Sciences, Registre des procès-verbaux de l’Académie des sciences, fol 195 et 208-212, 25 juillet et 19 août 1789.

53 AN, F12 1327, Blanchisserie Monet, an II.

54 AN, F12 998, Brevet Pochon, mémoire descriptif, 21 messidor an VIII.

55 Riffaut, « De Chaptal à la Mère Denis… », art. cit.

56 Académie des sciences, Procès-verbaux des séances de l’Académie des sciences, tenues depuis la fondation de l’Institut jusqu’au mois d’août 1835, Hendaye, 1910-1922, 10 vol. En particulier, les mémoires de Curaudau sur divers sujets de chimie industrielle sont régulièrement discutés par les académiciens. Sur le blanchissage, t. 3, p. 339, 351 (1806) et 563 (1807).

57 Le Roux, Le laboratoire des pollutions industrielles…, op. cit.

58 Antoine de Chaptal, De l’industrie française, Paris, Renouard, 1819, t. 2, p. 45.

59 Antoine-Alexis Cadet de Vaux, Traité du blanchissage domestique à la vapeur, Paris, Au bureau du « Journal d’économie rurale et domestique », an XIII-1805.

60 Idem, p. 6.

61 Le Roux, Le laboratoire des pollutions industrielles…, op. cit., chapitres 5 et 6.

62 Cadet de Vaux, Traité du blanchissage…, op. cit., p. 12-13.

63 Ibid, p. 24.

64 Ibid, p. 68-71.

65 AN, F12 2247, Blanchiment à la vapeur, Cadet de Vaux, an XII – an XIII.

66 APP, Rapport du Conseil de salubrité, 15 décembre 1817.

67 François-René Curaudau, Traité du blanchissage à la vapeur, Paris, Chez l’auteur, 1806, p. 16, 19-20.

68 Ibid., p. 72.

69 John Graham Smith, The Origins and Early Development of the Heavy Chemical Industry in France, Clarendon press, Oxford, 1979, p. 117-119.

70 Ibid., p. 130 ; Journal de Paris, 29 décembre 1788, 364 (supplément).

71 Chassagne, Oberkampf…, op. cit. ; Idem, Le coton…, op. cit.

72 Le Roux, Le laboratoire des pollutions industrielles…, op. cit., chapitre 2.

73 Michel Pastoureau, Dominique Simonnet, Le petit livre des couleurs, Paris, Le Seuil, 2014 ; Nicole Pellegrin, « “Au risque de se perdre”. Normes chromatiques et nuances de blanc dans le vêtement monastique féminin », Modes pratiques, 1, 2016.

74 François Jarrige, « Le travail de la routine : autour d’une controverse sociotechnique dans la boulangerie française du xixe siècle », Annales HSS, 65, 3, 2010, p. 645-677.

75 Le cas de l’imprimerie révèle également des tensions liées au genre, mais d’une autre nature. Voir François Jarrige, « Le mauvais genre de la machine. Les ouvriers du livre et la composition mécanique (France, Angleterre, 1840-1880) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 54, 1, 2007, p. 193-221.

76 APP, Rapport du Conseil de salubrité, 22 octobre 1817.

77 Mme Rouget de L’Isle, Le livre du blanchissage, Paris, Chez Ploche, 1852.

78 Antonin Bourgnon de Layre, Traité pratique du blanchissage du linge à la vapeur d’eau, Paris, Maison, 1840, p. 24-26.

79 Collection officielle des ordonnances de police des origines jusqu’à 1844, 1844, t. 1 : 1800-1814, p. 277-278.

80 Ibid., p. 297.

81 APP, Rapport du Conseil de salubrité, 15 avril 1819.

82 APP, Rapports du Conseil de salubrité, 4 août 1819 et novembre 1819. Voir aussi la mention de l’abandon du projet dans Victor de Moléon (dir.), Rapports généraux sur les travaux du Conseil de salubrité de la ville de Paris et du département de Seine, Années 1802-1839. Paris, Au bureau du Recueil industriel, etc. 1828-1841, pour les années 1819 et 1821, vol. 1, p. 143-144 et 197.

83 APP, DB 226, Buanderies, Lefort, Buanderies publiques pour remplacer tous les bateaux à lessives, actuellement établis sur la Seine, qui gênent la navigation et nuisent à la salubrité des eaux, 1823 ; APP, Rapport du Conseil de salubrité, 27 mai 1825 ; AN, F2 I/947, dossier 58 ; Nicolas Clément-Désormes, « Notice sur les avantages d’un établissement public de blanchissage du linge et sur un établissement de cette nature fondé dans la capitale », Annales de l’Industrie Nationale et Étrangère, 22, 1826, p. 213-214 et p. 225-235.

84 Backouche, La trace du fleuve…, op. cit., p. 319-320, 326-328.

85 Perrot, « La ménagère dans l’espace urbain… », art. cit, p. 16-17 ; Dominique Hervier, « L’usage de l’eau dans une activité de service disparue : la blanchisserie », La Seine et son histoire, Mémoires de la société d’histoire Paris et Ile de France, 45, 1994, p. 439-470.

86 Michèle Perrot, « Femmes au lavoir », Sorcières, 19, 1980. On pourrait en outre prolonger la réflexion par le processus d’invisibilisation du travail des lingères à l’Assemblée Nationale, mises à l’écart des espaces de vie démocratique sous la Troisième République, voir Delphine Gardey, Le Linge du Palais-Bourbon. Corps, matérialité et genre du politique à l’ère démocratique, Lormont, Le Bord de l’eau, Coll. « Objets d’histoire », 2015, chapitre 6.

87 Charles de Livry, Le bateau des blanchisseuses, tableau-vaudeville en 1 acte, Paris, Marchant, 1832 ; Georges Duval et Edmond Rochefort, La blanchisseuse de fin, ou Tout ce qui luit n’est pas d’or, vaudeville grivois, Paris, Duvernois,1825.

88 On trouve la trace des ces conflits dans les archives parisiennes dès les années 1820, ainsi que dans les archives départementales (Côte-d’Or par exemple). Stephen Mosley et Frank Uekoetter mentionnent aussi ces combats. Stephen Mosley, The Chimney of the World: A History of Smoke Pollution in Victorian and Edwardian Manchester, Cambridge, White Horse Press, 2001 ; Frank Uekoetter, The Age of Smoke : Environmental Policy in Germany and the United States (1880-1970), Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2009.

89 Catherine Larrère, « L’écoféminisme : féminisme écologique ou écologie féministe », Tracés, 22, 1, 2012, p. 105-121 ; Jules Falquet, Sandra Laugier, Pascale Molinier, Genre et environnement. Nouvelles menaces, nouvelles analyses au Nord et au Sud, Cahiers du Genre, 59, 2, 2015 ; Glenda Riley, Women and Nature : saving the Wild West, Lincoln, University of Nebraska Press, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Morera et Thomas Le Roux, « Blanchisseuses du propre, blanchisseurs du pur. Les mutations genrées de l’art du linge à l’âge des révolutions textiles et chimiques (1750-1820) », Genre & Histoire [En ligne], 22 | Automne 2018, mis en ligne le 21 janvier 2019, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3706

Haut de page

Auteurs

Raphaël Morera

Raphaël Morera, chercheur au CNRS, Centre de recherches historiques (UMR 8558). Courriel : raphael.morera@ehess.fr.

Thomas Le Roux

Thomas Le Roux, chercheur au CNRS, Centre de recherches historiques (UMR 8558). Courriel : tleroux@ehess.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page