Navigation – Plan du site
Genre et environnement

Genre, environnement et conflit à Plogoff (1980)

Gender, Environment and Conflict in Plogoff (1980)
Vincent Porhel

Résumés

Les liens entre conflits, environnement et problématique de genre sont encore peu abordés en France. Cet article, en se saisissant d’une lutte environnementale en Bretagne dans les années 68, montre les relations complexes entre représentations masculines relatives à la maîtrise des sciences et techniques et volonté féminine de s’opposer à la mise en œuvre de projets perçus comme une atteinte à l’environnement immédiat. À ce titre, l’article interpelle l’écoféminisme en mettant en évidence la diversité des actions animées par les femmes de Plogoff, non réductible à un positionnement féministe. Ces actions, qui se soldent par une victoire des opposant·es au projet de centrale nucléaire en 1980, donnent lieu à un agencement des mémoires confondant engagement des femmes, environnement et défense d’une identité régionale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jacques Pouchepadass (dir.), « Outre-Mers coloniaux et environnement », numéro spécial de la Revue (...)
  • 2 Michel Lette, « Le tournant environnemental de la société industrielle au prisme d’une histoire des (...)
  • 3 Carolyn Merchant (dir.), « Women and Environmental History. Special Issue », Environmental Review, (...)
  • 4 Alice Ingold, « Écrire la nature. De l’histoire sociale à la question environnementale ? », Annales (...)

1En France, l’histoire environnementale s’est peu confrontée aux problématiques de genre. On pourrait y voir autant une marque de l’encore faible reconnaissance institutionnelle de ce champ d’étude en France1 que l’expression des hésitations de nombre d’historiens à considérer le genre comme un objet d’analyse incontournable. Le « tournant environnemental » des années 60-70, au cours desquelles une conscience environnementale se serait manifestée dans les différentes sociétés occidentales, offre pourtant une large séquence contestataire propice à interroger, par le biais du conflit social, la dimension environnementale dans une perspective de genre alors que s’affirme dans le même temps un vaste mouvement féministe. Si le conflit environnemental peut être défini comme « la manifestation d’intérêts contradictoires dont l’enjeu porte sur la légitimité des usages qui sont faits de l’environnement et qui se disputent l’appropriation de ressources d’espaces et de territoires2 », l’insertion d’une problématique de genre invite à questionner plus généralement les perceptions sexuées de l’environnement. Ainsi on évoque volontiers une conception proprement masculine de l’environnement3 tendant à objectiver la nature dans une lecture scientifique de l’environnement instituée depuis deux siècles4. À cette aune, les femmes, exclues de la légitimité scientifique dans le cadre d’une société patriarcale, sont perçues comme inaptes à intervenir sur des problématiques environnementales. Étudier l’intervention des femmes dans le cadre d’un conflit environnemental aboutit donc à questionner les stratégies mises en place par les femmes pour imposer leur légitimité à traiter de la question de la nature. L’exemple du conflit antinucléaire de Plogoff en 1980, évoqué ici, souligne tant le volontarisme de femmes confrontées à une remise en cause de leur environnement quotidien que la difficulté d’inscrire durablement leur légitimité à mener ce combat. Le présent article ambitionnera donc dans un premier temps d’aborder les avancées théoriques reliant conflictualité, genre et environnement avant d’aborder le conflit de Plogoff comme un lieu de la mixité pour questionner ensuite l’assignation genrée des actrices de la contestation. Il s’appuiera sur des sources archivistiques et une collecte de sources orales auprès des acteurs et actrices de la contestation.

Femmes-nature/hommes-culture ?

  • 5 Archives départementales du Finistère, 1235W20, Jacqueline Desouches, conseillère générale socialis (...)

On va nous dire qu’il s’agit d’une peur bien féminine devant l’inconnu, devant la technique, devant tout ce qui est scientifique et qui, par principe, nous dépasse. Je pense qu’il s’agit de tout autre chose, d’un souci effectivement bien féminin de la qualité de la société que nous allons transmettre aux générations futures. Je crois que les femmes sont particulièrement sensibles à l’avenir que l’on prépare aux enfants qu’elles ont le privilège de mettre au monde5.

Une voix discordante

  • 6 Pour un développement détaillé des événements sur la moyenne durée, Tudi Kernalegenn, Luttes écolog (...)
  • 7 Le 31 juillet 1977, de violents affrontements opposent les forces de police et les manifestants ant (...)
  • 8 Gilles Simon, Plogoff, op. cit, p. 229

2Quand Jacqueline Desouches, élue socialiste et seule femme dans cette assemblée d’hommes réunie à la préfecture du Finistère, prend la parole, la décision d’installer une centrale nucléaire sur le site de la pointe du Raz à proximité du village de Plogoff a été entérinée par les plus hautes autorités de l’État et par le conseil régional de Bretagne6. Le vote du conseil général du Finistère n’a donc pour fonction que de confirmer une décision déjà actée et EDF se prépare à lancer l’enquête d’utilité publique, démarche purement administrative visant à avertir les populations concernées de l’imminence de la mise en chantier. Pour parvenir à cette apparente unanimité, EDF a multiplié les réunions et les opérations de communication et a soigneusement évité les sites où la contestation antinucléaire apparaissait comme particulièrement radicale (dans les villages d’Erdeven ou de Ploumoguer à proximité de la ville de Brest). Le contexte semble idéal dans la mesure où le mouvement antinucléaire sort durablement affaibli de la manifestation de Creys-Malville en 19777. Preuve de la tranquillité d’esprit des autorités préfectorales, celles-ci ont la veille accepté d’entendre les opposants à la centrale et au premier chef l’adjointe au maire de Plogoff, Amélie Kerloch, violemment opposée au projet nucléaire. Qu’importe, au sein de l’assemblée, les élus de droite majoritaires ont déclaré voter pour la centrale et les élus socialistes, malgré leurs réserves, restent ambigus à l’égard du nucléaire civil8.

  • 9 Joan Tronto, Un monde vulnérable. Pour une politique du care, Paris, La Découverte, 2009, p. 144.
  • 10 Adopté le 5 mars 1974, le programme électronucléaire français prévoit d’équiper en un temps record (...)
  • 11 Ulrich Beck, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, trad. de l’allemand par L. Be (...)

3Tous ces éléments, Jacqueline Desouches les a vraisemblablement en tête ; pourtant elle tente une dernière fois de faire entendre une voix discordante. Pour ce faire, elle choisit de convoquer des arguments perçus comme féminins, comme la faculté d’empathie non seulement à l’égard des autres mais également à l’égard de l’environnement. Ce faisant, la conscience de la vulnérabilité de la société apparaît comme une autre manière d’appréhender le monde dans la durée9. Ainsi, elle met en avant l’expérience maternelle comme vecteur de compréhension de l’environnement en se projetant dans la succession des générations, contre le court-termisme masculin incarné par l’action d’EDF qui construit des centrales à marche forcée10. À ce titre, elle oppose des stéréotypes habituellement appliqués à la femme – peur, sensibilité, inquiétude – au discours viriliste porté par ses collègues, qui ne serait finalement que soumission à une culture du risque, où la vulnérabilité humaine ne serait plus qu’une affaire de probabilité, susceptible d’être contrôlée11. Cet argumentaire combatif porté par Jacqueline Desouches, par ailleurs maître-assistante à la Faculté de droit et de sciences économiques de Brest, en soutien aux villageois et villageoises de Plogoff, apparaît comme l’une des rares alternatives à la construction de la centrale au sein du personnel politique. Il est intéressant qu’il ne puisse se développer qu’en convoquant l’expertise scientifique des hommes.

  • 12 Françoise d’Eaubonne, Écologie/féminisme. Révolution ou mutation ?, Paris, Éditions ATP, 1978.
  • 13 Françoise d’Eaubonne, Le féminisme. Paris, Éditions A. Moreau, 1972, suivi de Le féminisme ou la mo (...)
  • 14 Anne-Line Gandon, « L’écoféminisme : une pensée féministe de la nature et de la société », Recherch (...)
  • 15 Maria Mies, Vandana Shiva, Écoféminisme. Femmes et changements, Paris, L’Harmattan, 1998.
  • 16 Melissa Leach and Cathy Green, « Gender and Environmental History: From Representation of Women and (...)

4Ces propos résonnent étrangement alors que, dans le même temps, Françoise d’Eaubonne publie son troisième ouvrage consacré à l’écoféminisme12, concept qu’elle travaille depuis 197213. Dans une démarche plus radicale, l’auteure féministe aborde la même thématique que Jacqueline Desouches en pointant la responsabilité de la domination masculine dans la crise environnementale qu’elle perçoit alors sous l’angle de la surpopulation et de l’agriculture intensive. Cependant, elle tend également à opposer les hommes, responsables de la destruction de la nature, aux femmes, porteuses de valeurs de vie, selon une dialectique biologie (nature) contre technologie (culture)14. S’il est peu probable que Jacqueline Desouches ait lu Françoise d’Eaubonne en 1978, l’une et l’autre partagent – dans le temps de l’événement – une argumentation similaire, reprise depuis par une génération de chercheuses principalement anglo-saxonnes, visant à rapprocher l’exploitation de la nature par l’homme et l’oppression des femmes garantes de la conservation environnementale au nom d’une sagesse millénaire15. Ce discours, à rebours de la vision technocratique, participe cependant à essentialiser le rapport des femmes à la nature en affirmant un lien spécifique et universel des femmes à l’égard de l’environnement16. Françoise d’Eaubonne, dans ses écrits, se garde cependant bien de réduire le couple nature/culture au couple femmes/hommes. Elle insiste notamment sur le contexte social d’énonciation du concept de nature hors de toute religiosité ou transcendance.

5Reste que c’est bien cette essentialisation de la femme comme mère et protectrice de l’environnement qui sape l’efficacité du discours porté par Jacqueline Desouches, laquelle ne s’inscrit que prudemment dans une mise à distance de la domination masculine, différence essentielle avec les positionnements engagés de Françoise d’Eaubonne. Pour les hommes présents, ces arguments ne font, sans doute, que refléter leurs perceptions stéréotypées de la femme en politique, inapte à aborder le champ scientifique et contrainte, par son assignation biologique, à la maternité vécue comme un privilège. Privilège dont les hommes se passent volontiers dès lors qu’ils restent maitres de la science et de son utilisation.

Le nucléaire comme lieu de pouvoir de genre

  • 17 Sezin Topçu, « Atome, gloire et désenchantement. Résister à la France atomique avant 1968 » in Celi (...)
  • 18 Gabriel Hecht, « L’Empire nucléaire. Les silences des trente Glorieuses », ibid., p. 159-178.

6En effet, un autre volet de l’argumentation de Jacqueline Desouches, qu’elle aborde prudemment sous l’angle de l’ironie, renvoie à la légitimité des hommes, et des hommes seuls, à traiter de la science. La technologie nucléaire en France dans les années 1970 apparaît, de fait, comme l’expression privilégiée de cette domination masculine et techniciste. Le culte du secret17 entourant la mise en place des installations nucléaires ne fait que renforcer ce sentiment de toute puissance, amplifié par le statut de l’atome comme sauveur de la nation18. Marque de cette supériorité intellectuelle que les acteurs de cette industrie entendent incarner, la tentation récurrente de renvoyer tout contradicteur à ses insuffisances dans les débats auxquels ils condescendent à participer.

  • 19 Archives départementales du Finistère, 1235W20/3, Les Français et les centrales nucléaires, une enq (...)
  • 20 Ce qui est une constante du discours des industriels attentifs à désorienter les éventuelles plaint (...)
  • 21 Géraldine Terry souligne ainsi la lecture étroitement mathématique et donc très masculine de la thé (...)

7En pleine crise de Plogoff, lors d’une émission radiophonique nationale, un technicien nucléaire interrogé par un journaliste, pourtant acquis à la cause nucléaire, sur l’information dispensée par EDF, répond sèchement que l’information a toujours été faite mais « qu’elle est trop technique pour être comprise19 », formule qui traduit bien la volonté des ingénieurs du nucléaire d’affirmer leur mainmise sur des savoirs techniques inaccessibles aux hommes comme aux femmes. Les techniciens n’hésitent d’ailleurs pas à complexifier leurs discours médiatiques pour renvoyer une image de sérieux et de compétence20. Quand Jacqueline Desouches évoque l’incapacité des femmes à s’emparer de la dimension technique, elle ne fait que conforter une représentation masculine de l’enjeu environnemental qui perdure encore aujourd’hui21.

  • 22 Françoise Zonabend, La presqu’ile au nucléaire, Paris, Odile Jacob, 1989, réed. 2014 et Françoise Z (...)

8Cette attitude teintée de supériorité des techniciens du nucléaire se prolonge également dans une perception du risque qui initie une posture virile soigneusement entretenue par les acteurs de l’industrie nucléaire étudiés par Françoise Zonabend22. Le projet de centrale est finalement adopté à la majorité du conseil avec quelques réserves de pures formes. Les résultats du vote, alors que la contestation contre la centrale tend à se radicaliser à l’approche de l’enquête d’utilité publique chargée d’avaliser l’accord de la population, semblent donc conforter l’absence de capacité d’agir des femmes dans le cadre de la défense de l’environnement. Le déroulement de la lutte environnementale sur le site de Plogoff va cependant, semble-t-il, bousculer ces représentations.

Genre et lutte environnementale

  • 23 Témoignage d’une habitante de Plogoff, Ouest France, 5 février 1980.

Nous n’avons pas pour habitude de nous retrancher derrière nos maris comme le font nombre de femmes23.

  • 24 Susan Buckingham, « Ecofeminism in the Twenty-First Century », The Geographical Journal, 2, 170, En (...)
  • 25 Carolyne Merchant, Earthcare: Women and the Environment, New York, Routledge, 1996, p. 151.
  • 26 Ramachandra Guha, The Unquiet Woods. Ecological Change and Peasant Resistance in the Himalaya, Oxfo (...)
  • 27 Irene Dankelman, Joan Davidson, Women and Environment in the Third World: Alliance for the Future, (...)
  • 28 Lois Marie Gibbs, Murray Levine, Love canal: My Story, New York, University of New-York Press, 1982
  • 29 Bruno Ziglioli, « Seveso 1976. La diossina sul corpo delle donne », Ecostorie. Donne e uomini nella (...)

9Les études récentes mettent en évidence la place des femmes dans les conflits environnementaux. Celle-ci entraîne, de la part des forces de l’ordre notamment, des représentations genrées des conflits concernés en renforçant les liens entre question environnementale et conséquences humaines24. Carolyne Merchant25 souligne ainsi la forte mobilisation des femmes aux États-Unis contre les dépôts toxiques. Des « mouvements » féminins sont mis en évidence de 1973 à 1978 dans l’Inde himalayenne avec le mouvement Chipko réunissant des villageois contre l’abattage forestier26, le mouvement de la ceinture verte au Kenya en 1977 et le conseil national des femmes dirigé par Wanagari Maathai entre 1981 et 198727, les luttes autour du Love Canal et de ses dépôts toxiques, notamment de dioxine, dans l’État de New York entre 1976 et 197828, ou, plus proche de nous, l’accident de Seveso en 1976 qui entraîne une bataille autour du corps féminin menacé par la dioxine et devient ainsi un enjeu politique, porté par les organisations féministes, autour de l’autorisation de l’interruption volontaire de grossesse29.

  • 30 Jessica van Horssen, « “À faire un peu de poussière”. Environmental Health and the Asbestos Strike  (...)
  • 31 Jessica van Horssen, « “À faire un peu de poussière” », art. cit., page 124.

10Ces luttes ont attiré l’attention sur le rôle des femmes dans les conflits environnementaux, mais également souligné les limites de leur capacité d’action ainsi que les stratégies que ce manque de pouvoir ont nécessité de leur part. Nombre de luttes environnementales ne laissent en effet qu’une place ténue aux femmes, même si leur action peut être évoquée. Ainsi, le premier conflit social prenant en compte la thématique environnementale dans les mines d’amiante d’Asbestos au Québec en 1949, témoigne de la place faite aux femmes dans cette lutte contre la pollution par les fibres d’amiante (« la poussière »)30. Leur action la plus représentative se situe le 6 mars 1949 quand une réunion syndicale leur est consacrée pour s’assurer que les grévistes ont le soutien de leur famille31. Les interventions de ces femmes au cours de la réunion révèlent leur inquiétude à l’égard de la conduite de la grève – approche classique au fil des conflits sociaux, les femmes devant assurer le quotidien – mais également à l’égard de la dangerosité de l’amiante. Elles restent cependant à l’écart du mouvement social lui-même.

  • 32 Vincent Porhel, « Les mutations du genre au travers des conflits sociaux en Bretagne dans les année (...)

11Cette faible reconnaissance de la participation des femmes à la conflictualité sociale se retrouve en Bretagne comme ailleurs. La place des femmes au sein des conflits sociaux des années 1970 peine à s’extirper des déterminismes de genre32. C’est en cela que le déroulement du conflit antinucléaire de Plogoff apparaît si particulier.

Femmes en conflit

  • 33 L’ensemble des mairies concernées ayant fermé leurs portes, le pouvoir doit se résoudre à cet expéd (...)
  • 34 Entretien avec Jean Moalic, responsable de l’association écologiste pendant les événements.

12Du 1er février au 15 mars 1980, des camionnettes faisant fonction de mairies annexes33 et protégées par les forces de l’ordre pénètrent sur le territoire de la commune de Plogoff à la pointe du cap Sizun dans le Finistère afin d’assurer la menée de l’enquête d’utilité publique préalable au lancement des travaux d’une centrale nucléaire. D’une durée de six semaines, cette enquête va générer une contestation d’ampleur marquée par d’importantes manifestations, l’édification de barrages dans la nuit pour freiner l’avancée des forces de l’ordre, des violences ponctuelles sur le site au moment du départ des mairies annexes à 17 heures, l’ensemble drainant une importante couverture médiatique. Cet épisode clôture une agitation sociale débutée en 1976 en marge de la volonté de l’État d’installer une puissante industrie nucléaire en France. L’agitation au sein du village mobilise les habitants mais également des militants écologistes, regroupés au sein d’une association « Evit Buhez ar C’hap », qui parviennent à capter la confiance des habitants pourtant très méfiants à l’égard de l’extérieur34.

  • 35 Renée Conan, Annie Laurent, Femmes de Plogoff, Éditions La Digitale, 1981 (réed. 2010).

13Au cœur de ce conflit singulier dans une Bretagne pourtant coutumière de l’agitation sociale depuis le début des années 1950, les femmes de Plogoff sont amenées à jouer un rôle central. Or ce rôle donne lieu à des lectures divergentes. Si les interviews des acteurs et actrices de la contestation, quarante ans après, laissent à voir une commune lecture de la lutte de la part des hommes et des femmes, la médiatisation de ce rôle inusité des femmes participe de la popularisation du conflit dans l’opinion au risque de construire une lecture féministe de la contestation. Ainsi les sources journalistiques évoquent cette combativité des femmes. Cette mise en scène des femmes est valorisée par les acteurs de la lutte eux-mêmes car elle permet une publicité bienvenue. C’est au cours du conflit que deux militantes féministes et écologistes franchissent le pas en tentant de trouver une expression féministe à cette action des femmes. Elles puisent ainsi, au fil des entretiens collectés auprès des femmes de Plogoff, la matière d’un ouvrage diffusé à l’issue des événements35.

  • 36 Ibid., p. 98.

14Ces femmes sont très majoritairement des femmes au foyer, rôle qui découle d’une complémentarité avec des hommes souvent absents. Rien ne prédispose donc les habitantes de Plogoff à tenir de telles fonctions au sein de la lutte. À ce titre, la situation de Plogoff tranche avec les conflits antinucléaires antérieurs en Bretagne – à Erdeven dans le Morbihan notamment – qui mobilisent des acteurs associatifs, syndicaux et politiques disposant d’une expérience militante et technique. Cette expertise technique, les femmes de Plogoff l’acquerront au fil de la contestation36.

15Présentes au sein de l’équipe municipale par le biais d’Amélie Kerloch, d’abord adjointe au maire puis maire après le départ du maire en fonction en 1980, les femmes le sont également au sein de la structure de résistance, le Comité de défense, qui voit une jeune femme de trente ans, Annie Carval, en prendre la direction et devenir la figure et la voix de la lutte. Ce faisant, elle incarne la modernité du conflit. Plus largement, ce conflit va amener les femmes à prendre en main le suivi de la contestation en accord avec leurs maris. Leur action occupe tous les champs de la contestation et notamment l’affrontement direct avec les forces de l’ordre aux côtés des jeunes scolarisés et des retraités. Si les jets de pierre restent largement minoritaires dans leur démarche contestataire, elles sont partie prenante des opérations de nuit visant à couper l’accès au village par l’érection de barricades chargées de ralentir l’arrivée des mairies annexes sur le site. Reste que c’est la guerre psychologique qu’elles mènent face aux forces de l’ordre tout au long de la journée en l’absence des hommes partis en mer ou travaillant à l’extérieur qui est reprise comme le symbole de la détermination de femmes de Plogoff. Organisées en tour de garde, les femmes harcèlent verbalement les gendarmes mobiles tout au long de la journée, assurées de ne pas risquer de réaction violente.

Des femmes masculinisées ?

  • 37 Gilles Simon, Plogoff, op. cit., p. 190-191.

16Cette visibilité et cette combativité des femmes de Plogoff sont à relier à l’absence des hommes du village pour des délais plus ou moins longs. À Plogoff, sur un total d’environ 600 foyers, 430 comportent une personne ou une activité reliée à la mer, principalement des marins travaillant pour la pêche, la marine marchande ou la marine nationale37, auxquels il faut ajouter les hommes travaillant à l’extérieur et revenant le soir, alors que l’essentiel du conflit se déroule dans la journée. Cette configuration entraîne une présence discontinue des hommes actifs tout au long du conflit – ainsi Clet Kerloc’h, vice-président du Comité de défense contre l’installation de la centrale, embarque en janvier 1980, la veille de l’annonce des dates de l’enquête d’utilité publique. Pour d’autres, employés par la Marine Nationale, c’est la crainte d’indisposer leur employeur, l’État, qui les dissuade d’entrer franchement dans la contestation. Les actions se déroulant en soirée ou de nuit rassemblent par contre l’ensemble de la population villageoise de Plogoff.

  • 38 Renée Conan, Annie Laurent, Femmes de Plogoff, op. cit., p. 62.

17Les femmes de Plogoff, habituées à ces absences, sont donc assignées en permanence, qu’elles le veuillent ou non, à des fonctions identifiées comme masculines, telles que l’entretien de l’automobile, la discussion avec l’extérieur ou l’exercice du bricolage, d’où le constat, revendiqué, d’assurer des fonctions communément associées aux hommes : « on est souvent seules ; j’ai toujours été seule pour faire les démarches, tout le temps ; pour améliorer la maison, pour aller trouver un maçon, un menuisier… ce sont toujours les femmes qui font ça. Le mari n’est pas là. Il faut faire des démarches, aller à droite et à gauche. On a des soucis. Tout ça fait partie de notre vie. Ailleurs, les femmes sont plus habituées à avoir leur homme avec elles. Nous, on doit se débrouiller seules pour élever les enfants38 ». Il est révélateur que le village de Plogoff ait connu un club de football féminin dès les années 1970 : assumant des fonctions normalement dévolues aux hommes, les femmes se sont également emparées de leurs loisirs. Elles en tirent alors une légitimité sociale fièrement assumée dans le temps même de la lutte.

  • 39 « C’est du passé, et c’est un sujet qu’on évite, qui ne revient plus sur le tapis, absolument pas, (...)
  • 40 Témoignage de Michel Vergès, lieutenant de gardes mobiles cité dans Tudi Kernalegenn, Luttes écolog (...)

18Une partie des femmes du village vont alors se mobiliser39 et s’emparer de la contestation en tenant à l’écart les structures de soutien extérieures pour conserver leur autonomie de décision et en organisant le quotidien des luttes, suivies en cela par les hommes présents, principalement retraités. Les rares militants écologistes tolérés au sein du village participent à leur manière à cette relecture du genre. Arborant des cheveux longs, adeptes de la non-violence depuis le drame de Creys-Malville, ils participent à ce retournement des normes alors que l’initiative de la violence semble l’apanage des femmes. À cet étiage, celles-ci renvoient les forces de l’ordre à leur indécision : « Avec une femme, on a toujours une retenue, mais elles ne se retiennent pas. Je peux vous dire qu’elles font très mal, quand vous avez malheureusement affaire à elles. C’est beaucoup plus dangereux qu’un homme40 ». De fait, l’activisme des femmes de Plogoff s’explique en bonne partie par leur certitude de ne pas être arrêtées, profitant ainsi des contraintes de genre que s’assignent les hommes eux-mêmes.

Construire un récit du conflit environnemental

  • 41 Renée Conan, Annie Laurent, Femmes de Plogoff, op. cit., p. 88.

Les gens de Plogoff sont toujours partis gagner leur pain ailleurs. Les hommes ne trouvent pas dur de partir ailleurs, parce que, quand ils reviennent, ils se retrouvent heureux, pendant leur retraite41.

  • 42 Vincent Porhel, Mémoires, industrialisation, conflits : la construction des représentations sociale (...)
  • 43 Renée Conan, Annie Laurent, Femmes de Plogoff, op. cit.
  • 44 Lutte santé sécurité, n° 16, juin 1980.
  • 45 Un milieu qui n’est pas exempt de masculinisme comme le montre l’exemple de Judi Bari au sein des m (...)
  • 46 Gilles Simon, Plogoff, op. cit., p. 309.

19L’ouvrage Femmes de Plogoff paru aux lendemains des évènements met ainsi en évidence un certain nombre de positionnements à l’égard du conflit que l’on retrouve au sein des entretiens collectés postérieurement42. Élaboré dans le feu de l’événement par deux militantes écologistes, l’ouvrage se veut militant et renvoie à l’ouvrage Lip au féminin paru en 1973 qui marque les représentations des féministes de la période. Dans cet ouvrage, les femmes de Plogoff se définissent moins sous l’angle du genre que par l’appartenance à un environnement spécifique. C’est bien une identité particulière, réunissant hommes et femmes au sein d’une même communauté acculée par le projet de centrale, qui est mise en avant. Cette visibilité sociale et identitaire de femmes de marins est farouchement revendiquée contre l’ensemble des autres femmes présentées comme par trop dépendantes de leurs maris. À ce titre, les femmes de Plogoff se refusent à endosser les habits trop larges du féminisme et s’en distancient fortement : « ici il n’y a personne qui voudrait faire partie du mouvement de libération de la femme43… ». En ce sens, elles rappellent que l’opposition de femmes à une assignation environnementale portée par les hommes n’implique pas pour autant une conscience de genre lue comme l’intériorisation de l’assignation de rôles de genre dans une société donnée. La lecture qui est faite de leur combat par les médias écologistes renforce et conforte le lien entre vie quotidienne et lutte environnementale : « il faut dire le rôle des femmes de Plogoff : comme dans leur vie quotidienne où elles sont habituées à prendre en main les affaires de famille, elles ont pris dans cette lutte leurs responsabilités et des initiatives44 ». La lutte est alors présentée comme le prolongement d’une aptitude à s’occuper de son foyer. Le regard que portent sur ces femmes contestataires les médias écologistes très majoritairement masculins tend à conforter ces autoreprésentations45. Les contenus des nombreux articles et ouvrages militants qui couvrent le conflit instituent en effet une distance à l’égard d’une critique argumentée du nucléaire civil et de ses conséquences potentielles pour dériver vers la défense d’un cadre identitaire. L’action des femmes de Plogoff apparaît progressivement diluée dans « l’actualisation d’un pittoresque breton associé à une connotation féministe assez originale qui a été la marque de fabrique de la mise en écrit de Plogoff dans les médias46 ».

  • 47 On trouve cependant ponctuellement trace d’une conjonction entre féminisme et régionalisme dans des (...)
  • 48 Paol Queinnec, Hommes liges des talus en transes, Paris, Pierre Jean Oswald éditeur, 1969, p. 11.
  • 49 Michelle Zancarini-Fournel, Le Moment 68, une histoire contestée, Paris, Seuil, 2008, p. 267.
  • 50 Félix et Nicole Le Garrec, Plogoff, des pierres contre des fusils, 1980, 90 min. Un autre film, plu (...)
  • 51 Entretien Félix et Nicole le Garrec.

20Si les liens entre féminisme et régionalisme ont été peu travaillés47, on peut cependant constater que la défense d’une identité bretonne, portée dans le temps de l’événement par la mouvance autonomiste, ne laisse qu’une faible place à la conscience de genre. L’évocation des femmes au sein de la littérature régionaliste bretonne participe des codes littéraires du xixe siècle les confinant trop souvent dans la ruralité et la religiosité. Le poète et militant régionaliste Paol Queinnec ne fait ainsi que rapidement mention des femmes dans son poème manifeste de 1969, sinon pour en souligner le caractère conservateur : « il pleut sur les femmes obstinées à emplir les églises par l’entonnoir des porches48 » énonce-t-il ainsi au début de son ouvrage. De la même manière, le chanteur régionaliste Gilles Servat, dans sa chanson « La blanche Hermine », en 1970, développe une même image de la femme liée au terroir et héritière d’une culture49. Cette utilisation des femmes par le régionalisme breton renvoie à la nécessité d’une unité d’un peuple breton face à la nation française mais également à une nostalgie d’un temps révolu et d’une société rurale fantasmée. Cette interprétation est reprise par les différents médias écologistes qui se saisissent de la dimension identitaire comme d’un levier anti moderniste à opposer à la course au progrès incarné par le nucléaire. Ce faisant, ce discours médiatique assigne aux femmes de Plogoff une mission plus aisément compréhensible pour les protagonistes de la lutte : celle de gardiennes du foyer luttant pour maintenir intact leur environnement. Ces représentations parcourent ainsi le film tourné au fil des événements50, qui évoque la vie tranquille d’un village ancré dans sa tradition, dominé par les femmes de marins et brutalement confronté au conflit. Son efficacité tient à la juxtaposition de scènes de violence et de scènes de la vie quotidienne entrecoupées d’entretiens de villageois et villageoises pris sur le vif. L’enjeu est clairement de mettre en évidence un autre modèle de développement axé sur la ruralité et la conservation de l’environnement contre le nucléaire51.

  • 52 Weltspiegel, émission diffusée sur l’ARD le 9 mars 1980.
  • 53 Ulrich Wickert, Frankreich: Die wunderbare Illusion, Hambourg, Hoffmann und Campe, 1989.
  • 54 Céline Caro, Le développement de la conscience environnementale et l’émergence de l’écologie politi (...)

21Cette lecture est reprise et approfondie par un journaliste de la presse étrangère présent sur place tout au long du conflit. Le journaliste de télévision allemand Ulrich Wickert consacre ainsi une émission télévisée à Plogoff52 et revient sur l’analyse du conflit dans un ouvrage postérieur53. En habitué des conflits antinucléaires, il n’est pas surpris – à l’inverse de la presse française – de la forte activité des femmes, leur place dans la contestation antinucléaire allemande étant fortement repérée depuis les luttes antinucléaires de Gorleben tout au long des années 1970 ou à Wyhl à partir de 1974. Des manifestations organisées par l’Association des femmes du pays de Bade mobilisent ainsi des centaines de femmes contre le projet de centrale nucléaire en octobre 197454.

  • 55 Weltspiegel, op. cit.
  • 56 Ulrich Wickert, Frankreich…, op. cit., p. 229.

22Reste que cherchant à expliciter cette « guerre de femmes » – intitulé de son reportage – le journaliste s’intéresse tout particulièrement à la dimension régionaliste en assignant aux femmes la défense de cette identité régionale à rebours de la modernité : « Une région où les femmes portent leur tenue traditionnelle même pendant la semaine et où l’on parle aujourd’hui de mégawatt, fusion nucléaire et radioactivité55 ». Dans son ouvrage postérieur, il souligne également une inquiétude révélatrice des femmes de Plogoff à l’égard de la centrale en citant Annie Carval : « Si une commune comme Plogoff qui compte normalement 2 000 habitants, doit soudain accueillir pendant une période de douze ans 8 000 ouvriers, des hommes, ce sera la destruction de notre vieille structure sociale. Nos hommes passent six mois de l’année en mer. Cette nouvelle situation, entre les femmes du village et les ouvriers, ne peut que provoquer le chaos56 ». Ce faisant, cet argument confirme, s’il en était besoin, que le combat des femmes de Plogoff ne renvoyait qu’indirectement aux luttes antinucléaires mais bien à la défense de leur environnement social. Bien plus, à la lumière des témoignages rétrospectifs des actrices de la contestation, on peut paradoxalement interpréter le basculement des thématiques mobilisées par les militants écologistes au fil du conflit – de l’opposition au nucléaire à la défense d’un environnement menacé, ayant pour conséquence une assignation identitaire des femmes – comme une marque de l’influence de ces mêmes femmes sur la contestation.

Conclusion

  • 57 Catherine Larrère, « La nature a-t-elle un genre ? Variétés d’ecoféminisme », in Sandra Laugier, Ju (...)

23Le combat des femmes de Plogoff témoigne des ambivalences de la lecture du genre dans l’environnement. Au prisme de la lutte environnementale, l’action des femmes peut être interprétée comme une affirmation de leur capacité d’agir. La masculinisation des femmes de Plogoff puis leur essentialisation dans une lecture rigide d’un environnement identitaire montrent cependant de quelle manière la domination masculine parvient à s’insérer dans une lutte environnementale aux apparences féministes. Si la médiatisation du conflit leur confère, temporairement, une nouvelle identité sociale, c’est d’abord du statut revendiqué de « femmes de marins » qu’elles tirent leur légitimité, loin des aspirations à une conscience de genre, alors même que leur appréhension de l’environnement sous l’angle de la qualité de la vie et de la santé participe bien d’un combat écologique propre aux courants féministes57. Le 17 juin 1981, la victoire de François Mitterrand à l’élection présidentielle suspend définitivement le projet de construction d’une centrale nucléaire sur la pointe du Raz.

Haut de page

Notes

1 Jacques Pouchepadass (dir.), « Outre-Mers coloniaux et environnement », numéro spécial de la Revue d’Histoire d’Outre-Mer, 299, 1993 ; Geneviève Massard-Guilbaud, Histoire de la pollution industrielle : France, 1789-1914, Paris, Éd. de l’EHESS, 2010 ; Thomas Le Roux, Le laboratoire des pollutions industrielles : Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel, 2011. Pour le reste l’histoire environnementale en France reste largement en deçà des élans constatés dans les autres pays. Fabien Locher, Grégory Quenet. « L’histoire environnementale : origines, enjeux et perspectives d’un nouveau chantier », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 4, 56, 2009, p. 7-38. Pour une mise au point plus récente, voir Stéphane Frioux, « Jalons pour une histoire environnementale contemporaine », Le Mouvement social, 262, janvier-mars 2018, p. 3-15.

2 Michel Lette, « Le tournant environnemental de la société industrielle au prisme d’une histoire des débordements et de leurs conflits », Vingtième siècle, 113, janvier 2012, p. 142-154. Deux ouvrages traitent plus directement de la période abordée : Thomas Leroux, Michel Letté (dir), Débordements industriels. Environnement, territoire et conflit. xviiie-xxie siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013 et Céline Plessis, Sezin Topçu, Christophe Bonneuil, Une autre histoire des trente glorieuses. Modernisation, contestations et pollutions dans la France d’après-guerre, Paris, La Découverte, 2013.

3 Carolyn Merchant (dir.), « Women and Environmental History. Special Issue », Environmental Review, 1, 8, Printemps 1984.

4 Alice Ingold, « Écrire la nature. De l’histoire sociale à la question environnementale ? », Annales HSS, 1, janvier-mars 2011, p. 11-29, p. 12.

5 Archives départementales du Finistère, 1235W20, Jacqueline Desouches, conseillère générale socialiste, séance du conseil général du Finistère du 29 novembre 1978.

6 Pour un développement détaillé des événements sur la moyenne durée, Tudi Kernalegenn, Luttes écologistes dans le Finistère. 1967-1981. Les chemins bretons de l’écologie, Fouesnant, Éditions Yoran Embanner, 2006, p. 141-189 ; Vincent Porhel, Ouvriers bretons. Conflits d’usines, conflits identitaires en Bretagne dans les années 68, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 223-273 ; Gilles Simon, Plogoff. L’apprentissage de la mobilisation sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

7 Le 31 juillet 1977, de violents affrontements opposent les forces de police et les manifestants antinucléaires sur le site du surrégénérateur Superphénix à Faverges. Vincent Porhel, « Creys-Malville contre Plogoff : les nouveaux visages de la lutte antinucléaire » in Philippe Artières, Michelle Zancarini-Fournel, 68, une histoire collective (1962-1981), Paris, La Découverte, 2008 (réed. 2018), p. 710-716.

8 Gilles Simon, Plogoff, op. cit, p. 229

9 Joan Tronto, Un monde vulnérable. Pour une politique du care, Paris, La Découverte, 2009, p. 144.

10 Adopté le 5 mars 1974, le programme électronucléaire français prévoit d’équiper en un temps record la France d’un réseau de centrales nucléaires d’une densité unique au monde. Les 13 000 mégawatts prévus pour être réalisés de 1972 à 1977 sont entièrement engagés avant la fin de 1975 et les investissements d’EDF envisagent le quadruplement de cette puissance avant 1980.

11 Ulrich Beck, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, trad. de l’allemand par L. Bernardi, Paris, Aubier, 2001.

12 Françoise d’Eaubonne, Écologie/féminisme. Révolution ou mutation ?, Paris, Éditions ATP, 1978.

13 Françoise d’Eaubonne, Le féminisme. Paris, Éditions A. Moreau, 1972, suivi de Le féminisme ou la mort, Pierre Horay, 1974.

14 Anne-Line Gandon, « L’écoféminisme : une pensée féministe de la nature et de la société », Recherches féministes, 1, 22, 2009, p. 5-25.

15 Maria Mies, Vandana Shiva, Écoféminisme. Femmes et changements, Paris, L’Harmattan, 1998.

16 Melissa Leach and Cathy Green, « Gender and Environmental History: From Representation of Women and Nature to Gender Analysis of Ecology and Politics », Environment and History, 3, 3, October 1997, p. 343-370, p. 344.

17 Sezin Topçu, « Atome, gloire et désenchantement. Résister à la France atomique avant 1968 » in Celine Plessis, Sezin Topçu, Christophe Bonneuil, Une autre histoire…, op. cit, p. 189-209.

18 Gabriel Hecht, « L’Empire nucléaire. Les silences des trente Glorieuses », ibid., p. 159-178.

19 Archives départementales du Finistère, 1235W20/3, Les Français et les centrales nucléaires, une enquête réalisée par Charles Villeneuve pour Europe 1, SOFEDIR, 1980, 63 pages.

20 Ce qui est une constante du discours des industriels attentifs à désorienter les éventuelles plaintes. Geneviève Massard-Guilbaud, « La régulation des nuisances industrielles urbaines (1800-1940) », Vingtième Siècle. Revue d’histoire. 64, octobre-décembre 1999, p. 53-65, p. 60.

21 Géraldine Terry souligne ainsi la lecture étroitement mathématique et donc très masculine de la thématique du changement climatique. Geraldine Terry, « No climate justice without gender justice: an overview of the issues », Gender and Development, 1, 17, Climate changes and climate justice, mars 2009, p. 5-18, p. 6.

22 Françoise Zonabend, La presqu’ile au nucléaire, Paris, Odile Jacob, 1989, réed. 2014 et Françoise Zonabend, François Duchène, « La perception du risque », in Thierry Coanus, Jacques Comby, François Duchêne, Emmanuel Martinais, Risques et territoires. Interroger et comprendre la dimension locale de quelques risques, Paris, Lavoisier TEC & DOC, Coll. Sciences du risque et du danger, 2010.

23 Témoignage d’une habitante de Plogoff, Ouest France, 5 février 1980.

24 Susan Buckingham, « Ecofeminism in the Twenty-First Century », The Geographical Journal, 2, 170, Environment and Development in the UK, juin 2004, p. 146-154, p. 151.

25 Carolyne Merchant, Earthcare: Women and the Environment, New York, Routledge, 1996, p. 151.

26 Ramachandra Guha, The Unquiet Woods. Ecological Change and Peasant Resistance in the Himalaya, Oxford, Oxford University Press, 1989 ; Maria Mies and Vandana Shiva, Ecofeminism, London/New York, Zed Books, 1993, p. 246.

27 Irene Dankelman, Joan Davidson, Women and Environment in the Third World: Alliance for the Future, London, Earthscan, 1988, p. 147.

28 Lois Marie Gibbs, Murray Levine, Love canal: My Story, New York, University of New-York Press, 1982.

29 Bruno Ziglioli, « Seveso 1976. La diossina sul corpo delle donne », Ecostorie. Donne e uomini nella storia dell’ambiente, Genesis, 2, 12, 2013, p. 99-114.

30 Jessica van Horssen, « “À faire un peu de poussière”. Environmental Health and the Asbestos Strike of 1949 », Labour / Le Travail, 70, automne 2012, p. 101-132. De nombreux articles ont été auparavant consacrés à cette lutte sociale emblématique au Québec mais jamais sous l’angle environnemental.

31 Jessica van Horssen, « “À faire un peu de poussière” », art. cit., page 124.

32 Vincent Porhel, « Les mutations du genre au travers des conflits sociaux en Bretagne dans les années 1968 », in Marc Bergère et Luc Capdevila (dir.), Genre et événement. Du masculin et du féminin en histoire des crises et des conflits, Paris, PUR, 2006, p. 137-157.

33 L’ensemble des mairies concernées ayant fermé leurs portes, le pouvoir doit se résoudre à cet expédient, déjà expérimenté lors des mobilisations de Golfech, pour assurer le bon déroulement de l’enquête.

34 Entretien avec Jean Moalic, responsable de l’association écologiste pendant les événements.

35 Renée Conan, Annie Laurent, Femmes de Plogoff, Éditions La Digitale, 1981 (réed. 2010).

36 Ibid., p. 98.

37 Gilles Simon, Plogoff, op. cit., p. 190-191.

38 Renée Conan, Annie Laurent, Femmes de Plogoff, op. cit., p. 62.

39 « C’est du passé, et c’est un sujet qu’on évite, qui ne revient plus sur le tapis, absolument pas, parce que dans toutes les associations à Plogoff, on se retrouve entre gens qui étaient pour et des gens qui étaient contre, on se tait, on se tait … mais bon, celles qui ont de bons souvenirs, de temps en temps on se lance de petites … il est resté des sympathies, on a bien lutté, c’est ce qu’elles disent. On a bien lutté et on a gagné », Entretien LG et FLG.

40 Témoignage de Michel Vergès, lieutenant de gardes mobiles cité dans Tudi Kernalegenn, Luttes écologistes dans le Finistère, op. cit., p. 151.

41 Renée Conan, Annie Laurent, Femmes de Plogoff, op. cit., p. 88.

42 Vincent Porhel, Mémoires, industrialisation, conflits : la construction des représentations sociales et culturelles dans les années 1968 en Bretagne au filtre de cinq conflits sociaux (1966-1981), thèse sous la direction de Jacqueline Saincliver, Rennes, Université Rennes 2, 1998. Une collecte par ailleurs complexe dans la mesure où nombre d’acteurs et d’actrices des événements ont refusé d’apporter leur témoignage, marque des profondes tensions que les événements ont durablement fait régner au sein du village.

43 Renée Conan, Annie Laurent, Femmes de Plogoff, op. cit.

44 Lutte santé sécurité, n° 16, juin 1980.

45 Un milieu qui n’est pas exempt de masculinisme comme le montre l’exemple de Judi Bari au sein des mouvements radicaux de l’écologie. Jeffrey Shantz, « “Judi Bari and The Feminization of Earth First!”: The Convergence of Class, Gender and Radical Environmentalism », Feminist Review, 70, Globalization, 2002, p. 105-122.

46 Gilles Simon, Plogoff, op. cit., p. 309.

47 On trouve cependant ponctuellement trace d’une conjonction entre féminisme et régionalisme dans des conflits contemporains des événements notamment au sein du conflit LIP à Besançon ou lors des mobilisations du Larzac. Xavier Vigna, « Lip et Larzac : conflits locaux et mobilisations nationales », in Philippe Artières, Michelle Zancarini-Fournel, 68 une histoire collective (1962-1981), Paris, La Découverte, 2008, p. 487-494.

48 Paol Queinnec, Hommes liges des talus en transes, Paris, Pierre Jean Oswald éditeur, 1969, p. 11.

49 Michelle Zancarini-Fournel, Le Moment 68, une histoire contestée, Paris, Seuil, 2008, p. 267.

50 Félix et Nicole Le Garrec, Plogoff, des pierres contre des fusils, 1980, 90 min. Un autre film, plus orienté vers le combat antinucléaire mais moins populaire, a été également tournée sur le conflit.

51 Entretien Félix et Nicole le Garrec.

52 Weltspiegel, émission diffusée sur l’ARD le 9 mars 1980.

53 Ulrich Wickert, Frankreich: Die wunderbare Illusion, Hambourg, Hoffmann und Campe, 1989.

54 Céline Caro, Le développement de la conscience environnementale et l’émergence de l’écologie politique dans l’espace public en France et en Allemagne, 1960-1990, Thèse d’études germaniques, Paris, Université de Paris 3, 2009, p. 191.

55 Weltspiegel, op. cit.

56 Ulrich Wickert, Frankreich…, op. cit., p. 229.

57 Catherine Larrère, « La nature a-t-elle un genre ? Variétés d’ecoféminisme », in Sandra Laugier, Jules Falquet, Pascale Molinier (coord.), « Genre et environnement. Nouvelles menaces, nouvelles analyses au Nord et au Sud », Cahiers du Genre, 59, 2, 2015, p. 117.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Porhel, « Genre, environnement et conflit à Plogoff (1980) », Genre & Histoire [En ligne], 22 | Automne 2018, mis en ligne le 21 janvier 2019, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3757

Haut de page

Auteur

Vincent Porhel

Université Lyon 1 – LARHRA. Courriel : vincent.porhel@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page