Navigation – Plan du site
Itinéraires

Entretien avec Anne-Marie Cocula-Vallières

Dominique Picco

Notes de l’auteur

Cet entretien s’est déroulé fin juin 2018. Il a été enregistré d’une traite, sans pause, à l’université Bordeaux-Montaigne. La version écrite a été légèrement modifiée par les deux protagonistes.

Texte intégral

  • 1 Cf. Anne-Marie Cocula-Vaillières et Éric Audinet, L’estuaire de la Gironde, une histoire au long co (...)

1Spécialiste d’histoire économique et sociale de l’Aquitaine, des Guerres de religion, de Brantôme, Montaigne et La Boétie, auxquels elle a consacré plusieurs ouvrages1, Anne-Marie Cocula-Vallières, née en 1938, a été élue professeure d’histoire moderne à l’Université Bordeaux III en 1984, avant de devenir en 1994, la première femme présidente de cette université. Vice-présidente de la Région Aquitaine de 2003 à 2015, chargée de l’éducation mais également, de la culture pendant son second mandat, elle est aujourd’hui présidente du centre François Mauriac de Malagar.

Dominique Picco : Merci tout d’abord, chère Anne-Marie, d’avoir accepté de te prêter à cet entretien pour la revue Genre & Histoire. Commençons donc par ton enfance et tes études.

Anne-Marie Cocula-Vallières : Je vais regrouper enfance et études, car pour moi, elles vont de pair. Mon enfance s’est déroulée en Dordogne dans un milieu féminin, uniquement féminin, puisque j’ai été élevée par ma mère et ma grand-mère. Ma mère était institutrice et ma grand-mère, qui avait alors une quarantaine d’années, s’occupait de notre vie quotidienne. À l’époque, nous sommes en pleine guerre, la vie quotidienne c’était d’abord trouver à manger. Toutes mes années d’enfance se déroulent donc entourée par ces deux femmes qui ont envers moi, me semble-t-il, une sorte d’adoration parce que je suis fille unique –je resterai fille unique– et elles me protègent énormément. J’avais un seul cousin germain de cinq ans de moins que moi ; on se retrouvait durant les vacances et nous chahutions ensemble. Nous avons conservé des relations très étroites ainsi qu’avec sa sœur, née après la guerre

Quand mon père revient de la guerre, en 1945, j’ai sept ans et, même si nous en avons peu parlé entre nous, je peux dire qu’il est alors pour moi un étranger. Un étranger à qui j’en veux doublement parce qu’il me prend ma mère ­ou j’ai l’impression qu’il me prend ma mère­ et parce qu’il pense que je suis mal élevée, c’est-à-dire trop gâtée, et qu’il le dit à haute voix. Un étranger dont je ne mesure pas, parce que je suis encore bien trop jeune, les souffrances des années de guerre et le poids terrible de la séparation entre lui et ma mère. Je suis donc une fille élevée par des femmes, uniquement par des femmes et pendant longtemps. Certes à l’école primaire Saint-Georges à Périgueux nous étions des filles et des garçons, mais j’ai passé peu de temps dans cette école primaire puisque ma mère m’a appris à lire, à écrire et a pratiquement assuré, elle-même, toutes mes années d’enseignement primaire.

  • 2 Filière scientifique.

En 1948, à dix ans, j’entre en 6e au lycée de jeunes filles de Périgueux et j’y resterai jusqu’à l’obtention du bac philo avec uniquement, à une exception près, que je vais évoquer ensuite, des professeurs féminins. Nous sommes éduquées avec des objectifs bien précis : pour les meilleures afin de devenir professeur dans un lycée de jeunes filles, la mixité n’étant pas encore imaginable, ou bien pour être médecin ou encore pour devenir des femmes au foyer cultivées. Cette éducation ne m’a pas du tout pesé, elle m’a même bien plu, j’avais plein de copines filles que j’ai gardées ; j’ai vraiment conservé de cette époque un noyau de grandes amies. Nous avons été formées par ces années de lycée et je n’ai jamais senti à l’époque que le cadre aurait pu être différent. Tout à l’heure, j’ai évoqué une exception car nous avons eu, en seconde, un malheureux prof masculin qui était assez extravagant. Je l’ai rencontré un peu plus tard et il m’a parlé de cette expérience et confié qu’il n’a pas pu supporter plus de deux mois d’enseigner dans un lycée de filles, entouré uniquement de collègues féminines. Pour le baccalauréat, je n’ai pas fait mathélem2 d’abord parce que j’adorais les lettres et les langues anciennes, mais aussi parce que le baccalauréat mathélem semblait alors un choix compliqué, voire dangereux, parce qu’il fallait aller le préparer au lycée de garçons de Périgueux. Quand je sors en 1955, à 17 ans du lycée de jeunes filles de Périgueux avec mon bac philo en poche, je n’ai donc eu qu’une éducation féminine. Je n’ai aucun regret rétrospectif de ne pas avoir travaillé avec des garçons, ce qui ne voulait pas dire que je ne rencontrais pas des garçons, mais c’était hors du lycée et ces relations ne correspondaient pas à celles que nous aurions eues dans un même établissement.

Après le bac, je pars préparer l’ENSET (ENS Cachan) au lycée de jeunes filles de Versailles. Dans ce lycée, où je reste une année, je découvre l’univers des préparationnaires, uniquement des filles, pour Sèvres, Fontenay et Cachan. À la fin de l’année, je passe le concours, je suis reçue et admise à l’ENSET. J’ai donc 18 ans et quelques mois plus tard, pour la première fois, au niveau propédeutique, soit au niveau du DEUG, je me trouve confrontée à des garçons dans un cadre scolaire.

Mon milieu familial et mon vécu éducatif m’ont donc tenue à l’écart du monde masculin ; je n’ai rien partagé avec ce monde-là, en dehors de quelques rencontres que j’ai évoquées tout à l’heure, et de lectures. Je n’ai pas donc jamais réfléchi en termes de ce qu’on appellerait aujourd’hui la parité ou l’égalité, je ne me posai pas ces questions-là.

  • 3 Françoise Giroud fut secrétaire d’État à la condition féminine de juillet 1974 à août 1976 dans un (...)

Par contre, arrivée à Cachan, la situation devient totalement différente. Je travaille avec des garçons et je découvre les manières de travailler des garçons, des jeunes hommes d’alors, je découvre aussi des relations à la fois conflictuelles, sentimentales, etc. Pour moi c’est entièrement nouveau. En termes d’études, on peut dire que je suis sur les rails. À l’ENS, je passe une licence d’histoire puis je prépare l’agrégation « féminine » d’histoire-géographie que j’obtiens en 1963. J’insiste beaucoup sur l’agrégation « féminine » car il n’est pas question jusqu’en 1974, époque où Françoise Giroud est ministre3, de faire préparer aux femmes la même agrégation que les hommes ; il y avait l’agrégation d’histoire masculine avec un petit et un grand oral et il y avait une agrégation d’histoire féminine. Cela n’était pas pour moi un problème, je ne me posais alors aucune question sur ce qui aurait pu m’apparaître comme une discrimination et qui sera d’ailleurs jugé ultérieurement discriminatoire. Nous, les filles, nous n’étions finalement pas malheureuses de pas être dans la confrontation avec les candidats masculins et surtout, je me souviens très bien que l’on se régalait de n’avoir qu’un oral à passer et pas deux ! (rires) Pour conclure donc, jusqu’au début de ma carrière, j’ai eu une existence séparée de celle des hommes, ceci presque durant toutes mes études.

D.P. : Peux-tu maintenant évoquer le début de ta vie professionnelle ?

A.-M.C.-V. : Là, tout va changer, immédiatement même, et de façon très brutale dès le début de ma carrière. Mon premier poste dans le second degré est dans un lycée technique d’État, qu’on appelle alors une école nationale professionnelle, une ENP. Il y en avait trois en France, à Armentières, Cluny et Vierzon. C’est à Armentières que nous sommes nommés, mon mari et moi. Le lycée d’Armentières est un établissement masculin avec des grands élèves qui, après le bac, préparent les Arts et Métiers. Les professeurs sont tous des hommes, sauf deux femmes, ma collègue de mathématiques et moi, en histoire-géographie. Toutes les deux, nous avons été nommées, en remplacement de jeunes professeurs tués à la guerre d’Algérie. Donc j’arrive sur un terrain essentiellement masculin, je débarque professionnellement dans un monde qui m’est étranger avec, notamment, un proviseur qui aura maille à partir avec ses élèves, avec ses enseignants et même avec la justice. C’est une découverte en total décalage avec les études et la formation que j’ai suivies jusque-là. Pareille situation – n’enseigner qu’à des garçons­ – se renouvelle lors de notre nomination conjointe au LTE de Talence (Lycée technique d’État) qui deviendra plus tard le lycée Kastler. Ce qui fait que, de façon très contrastée, mon enfance et ma formation n’ont été que féminines et mes activités professionnelles dans l’enseignement secondaire débutent dans un milieu uniquement masculin. À Talence donc même scénario qu’à Armentières, mais avec un peu plus de femmes, dans un lycée qui était en croissance d’effectifs avec un proviseur charmant. Existe là une grande convivialité qui débouche sur une forme de sociabilité très agréable à l’époque de mai 68 où je découvre alors une façon très très amicale de travailler avec des collègues, de collaborer avec eux. Jusque-là, on travaillait chacun pour soi.

D.P. : Quand et pourquoi décides-tu de faire une thèse ? Peux-tu nous parler aussi de ton directeur de thèse et des relations que vous avez eues ?

  • 4 Anne-Marie Cocula-Vaillières, Les Gens de la rivière de Dordogne, 1750-1850, Lille, 1979, Atelier d (...)

A.-M.C.-V. : Quand est-ce que je me décide à faire une thèse ? Cela provient de la chance qui était la nôtre quand nous étions à Cachan d’avoir des professeurs parisiens qui se déplaçaient pour le petit groupe d’élèves-professeurs que nous étions. C’est là que j’ai fait connaissance de grands profs dans les matières historique, géographique, etc. C’est là que j’ai rencontré Pierre Goubert. Avec Pierre Goubert, qu’est-ce qui nous a rapproché ? Le fait que j’adorais la période moderne, tu le sais bien, mais ce qui nous a rapproché aussi c’est qu’il avait commencé sa carrière à Périgueux, juste avant la Seconde Guerre mondiale donc une Périgourdine cela lui parlait ! (rires) Il avait débuté à l’école normale d’instituteurs de Périgueux. J’étais aussi en grande admiration vis-à-vis de quelqu’un qui en dépit de difficultés d’expression à l’oral, puisqu’il souffrait d’un bégaiement assez prononcé, avait un grand humour et se permettait des évasions hors du programme. On l’aimait, on l’adorait et c’est avec lui que j’ai souhaité continuer. La difficulté que tu connais aussi bien que moi a été d’enseigner, de s’occuper de deux enfants en bas âge et d’entreprendre en même temps un travail de recherche. J’ai commencé un peu avant 1968, dans les années 65, 66, entre la naissance de mes deux enfants, l’un étant né en 63 et l’autre en 67. Je me lance donc à ce moment-là dans ce qui devait être une étude sur la vie rurale dans le futur département de la Dordogne aux xviie et xviiie siècles, ce qui était assez peu original au regard du grand nombre de thèses, déjà célèbres, sur le monde rural de l’Ancien Régime ! Mais par hasard, dans le grenier familial de ma belle famille, j’ai trouvé alors, dans une malle, des archives sur les bateliers, sur la rivière de Dordogne et j’ai découvert un territoire qui n’avait pas été jusqu’alors, exploré, exploité par les historiens4.

Les relations avec Pierre Goubert se sont déroulées dans une grande familiarité. Je l’aimais beaucoup, je connaissais bien sa femme qui était beaucoup plus timide, beaucoup plus réservée mais lui il avait un tempérament, je n’ose pas dire gascon parce qu’il ne l’était pas, mais on s’entendait très bien et je pense que ma recherche n’a pas entraîné un quelconque harcèlement de sa part. C’était l’amitié, l’admiration et en même temps la passion pour la recherche qui nous liait, je pense. Alors est-ce que cette passion de la recherche, elle se vit différemment entre les hommes et les femmes, je n’en sais rien, simplement moi ce qui me plaisait c’est que Pierre Goubert, nous réunissait, ses doctorantes et doctorants et pour avoir travaillé l’agrégation avant avec Daniel Roche, il m’a plu de retrouver des copains de Saint-Cloud et de Cachan, c’était évident pour moi.

D.P. : Avait-il autant de doctorants et de doctorantes ou étiez-vous beaucoup moins de doctorantes ?

  • 5 Érica-Marie Benabou (1935-1985). Décédée avant d’avoir soutenu sa thèse, ses travaux ont été rassem (...)

A.-M.C.-V. : Beaucoup moins de doctorantes que de doctorants mais des doctorantes auxquelles il était très attaché, et je pense notamment, j’ai oublié son prénom, à Madame Benabou5 qui travaillait sur la prostitution à Paris, décédée tragiquement. Des liens très précieux avec Pierre Goubert et jamais je ne me suis posée, donc je vais te paraître complètement anachronique, de questions liées à la parité, à l’égalité, etc., j’avais l’impression qu’on était conditionné pour suivre chacun notre route. Sur ma route, il y avait des obstacles parce que je devais beaucoup travailler mais ces obstacles n’étaient pas liés à ma condition de femme.

D.P. : Et par rapport à ta vie familiale, était-ce difficile de concilier la recherche, l’enseignement secondaire ?

  • 6 Bernard Cocula (1936-2005), professeur de littérature contemporaine à l’université Bordeaux III.

A.-M.C.-V. : La chance que j’ai eue c’est d’abord de rencontrer mon mari6 très tôt. On s’est rencontré quand j’étais encore au lycée, lui allait le quitter pour l’université, il avait deux ans de plus que moi. Nous avions donc un décalage d’études mais nous avions l’un et l’autre la passion du travail, chacun dans sa discipline, lui en littérature, moi en histoire. Entre nous, régnait une certaine forme de partage des tâches parfaitement réussie, accomplie même puisque nous parvenions à nous ménager chacun des temps de travail, donc pas de tension de ce côté-là. Malgré tout, je sentais que c’était beaucoup de travail, je sentais que mener tout de front c’était un travail que… je ne referai plus ! (rires). D’autant plus que la thèse c’est quand même douze ans de vie. Je la soutiens en 1977, cette thèse d’État, mais sans thèse complémentaire, donc un peu plus allégée parce qu’il fut un temps où l’on devait soutenir une thèse d’État et une thèse complémentaire, ce fut par exemple le cas de Pierre Goubert.

Les années plus compliquées je les ai vécues après. Parce que dans le milieu universitaire, les choses sont différentes. En 1967, alors que j’enseigne au lycée technique de Talence, j’arrive à l’université, comme chargée de cours, au moment où je débute juste mes travaux de thèse. J’ai été recommandée par Pierre Goubert et j’ai pu faire des travaux dirigés en première année d’université. En 1968, je vis les mouvements de mai, au lycée où avec les collègues on ne s’ennuie pas, on s’amuse bien même, dans une forme de collaboration festive avec un proviseur, avec des élèves qui ne posaient pas de problème : tout s’est très bien passé. Mais ces événements de 68, je les vis aussi à l’université en tant que chargée cours. La plus jeune, lors des assemblées générales, je suis chargée des comptes rendus. Mais comme je ne suis plus si jeune que cela, je perçois bien toutes les tensions internes entre universitaires. Ce n’est pas le clivage homme/femme qui compte, non ce n’est vraiment pas ce clivage là, le clivage de mai 68 à l’université de Bordeaux et j’imagine dans toutes les universités, c’est un clivage idéologique droite/gauche. Je n’ai pas perçu de relents de sexisme, c’était tout à fait autre chose. Le clivage est idéologique, il est bien là et il est très fort. Pour des professeurs que je connaîtrais bien, des années plus tard, j’ai bien senti qu’il y avait là une rupture profonde qui survivra longtemps.

D.P. : Avant de continuer sur ta carrière universitaire, un petit retour en arrière pour préciser les choses. Pourquoi êtes-vous venus vous installer ici, ton mari et toi ?

A.-M.C.-V. : Nous sommes venus ici pour des raisons très très simples parce que nous trouvions qu’Armentières était loin. Je suis fille unique, mon mari était fils unique, donc nos parents respectifs attendaient notre retour. Ils sont venus une fois les uns et les autres dans le Nord à l’occasion de la naissance de notre fils aîné qui a coïncidé avec une année de grand froid, de neige et de canaux gelés et ils ont eu l’impression de débarquer en Sibérie. Donc, nous étions attendus, nous avions envie de revenir et comme nous avions fait quatre ans à Armentières, à l’époque quatre années sans avoir demandé sa mutation c’était un bonus pour arriver à… Talence ! (rires)

La thèse, je la soutiens en 1977, en février. Avant de la soutenir, je suis entrée à l’université comme assistante, en 1969. Puis j’accomplis un parcours classique : assistante, maître assistante, je suis inscrite sur les listes d’aptitude à l’enseignement supérieur et, quand je soutiens ma thèse, je suis alors maître de conférences. Une fois ma thèse soutenue en 77, j’entre dans une ère compliquée. Après 68, à l’université, je pourrais en parler longuement, ce sont des affrontements durs et idéologiques. Je pense que j’ai joué un rôle pour pacifier les tensions et connaissant mon engagement, il n’y a pas eu de surprise de la part des collègues. Entre étudiants et collègues masculins, une femme qui tentait de s’interposer n’était pas directement menacée. Je me souviens par exemple d’avoir sorti un collègue d’une sorte de pugilat, car il était vraiment devenu une cible, pour les étudiants de gauche ou d’extrême gauche. Donc des moments compliqués, très très compliqués mais où j’ai aussi beaucoup appris en très peu de temps sur l’université, j’ai découvert beaucoup de choses sur son fonctionnement. Comme l’Institut d’histoire connaissait des tensions bien réelles, j’ai été pressentie par le président de l’université pour entrer au conseil d’administration et devenir l’un des vice-présidents : fonction très rare alors pour un maître de conférences, de surcroît une femme. Peut-être parce que cela permettait de montrer que les femmes jouaient un rôle à l’université. Nous restions malgré tout très minoritaires sauf en langues vivantes, notamment en anglais où la proportion était importante. Mais ce n’était pas le cas en histoire.

D.P. : Et ton mari, avait-il fini sa thèse avant toi ?

A.-M.C.-V. : Non, il l’a finie après. Il est donc resté trois ans de plus au lycée juste à côté, au lycée Kastler, et ensuite il a suivi un parcours identique au mien : assistant, maître assistant, maître de conférences, c’était habituel.

D.P. : La situation, très tendue politiquement à l’université, déteignait-elle sur vos recherches ?

  • 7 Jean-Pierre Poussou (né en 1938), professeur d’histoire moderne à l’université Paris IV, recteur de (...)
  • 8 Christiane Morat (1938-2017), députée PS d’Indre et Loire de 1981 à 1992. Maire de Loches de 1989 à (...)

A.-M.C.-V. : Dans le monde de la recherche, nous n’avions pas encore l’impératif catégorique d’une recherche collective, cet impératif catégorique n’est arrivé que dans les années 85, 90. Chacun continuait sa recherche individuelle et je pense que cela a pu faciliter bien des choses, même si cela en a forcément restreint d’autres. Chacun continuait en suivant sa ligne directrice, moi j’ai continué à travailler sur l’économie, la société. Néanmoins, il paraissait évident que nous serions en concurrence, Jean-Pierre Poussou7 et moi, et que s’y ajouterait une confrontation idéologique consécutive aux prolongements des « événements de mai 68 ». Je ne peux me mettre à la place de mes collègues masculins mais, peut-être, considéraient-ils de façon compliquée le rôle des femmes à l’université. L’élection de François Mitterrand, en 1981, a sans nul doute contribué à entretenir ces tensions : je pense ici à notre collègue historienne, Christiane Mora, disparue récemment, proche du nouveau président de la République, qui fut alors élue députée8 et ne fut pas traitée avec ménagement, loin de là…

D.P. : Peux-tu nous parler de ton élection comme professeure et de ton choix de fonctions administratives ?

A.-M.C.-V. : Je suis élue professeure en 1984 dans des conditions difficiles car je pense que cette « promotion » était encore jugée peu accessible à une femme. Cette élection a révélé les divisions idéologiques de la commission de spécialistes : ce sont les voix des collègues de l’université de Pau et des pays de l’Adour (UPPA) qui ont fait pencher la balance en ma faveur face à ceux de la Sorbonne présents dans la même commission. J’ai encore des difficultés à distinguer dans ce choix quelle était la part de mon engagement ou celle de ma condition de femme… Avec le temps, bien des aspects se sont atténués et, s’il fallait faire un choix au regard de l’époque, je mettrai tout de même au premier plan la confrontation idéologique qui marqua l’Institut d’histoire d’une si forte empreinte.

  • 9 Jacques Monférier, professeur de littérature française, président de l’université Bordeaux III de 1 (...)
  • 10 Régis Ritz, professeur de langues et littérature anglaises, président de l’université Bordeaux III (...)
  • 11 Bernard Marquette (né en 1934), professeur d’histoire médiévale à l’université Bordeaux III.

À l’université, j’ai exercé des responsabilités administratives importantes, à la demande de collègues d’autres sections et d’autres disciplines, peut-être soucieux de pénétrer dans le bloc historien si présent dans les instances de l’université. Devenir présidente ne s’est pas fait du jour au lendemain : j’ai d’abord été directrice de l’UFR d’histoire sans avoir subi de véritables attaques ad feminem. Après avoir été vice-présidente auprès de Jacques Monférier9, de 1983 à 1989, de Régis Ritz10, de 1989 à 1994, j’ai été élue présidente à mon tour en 1994 et le suis restée jusqu’en 1999, car le mandat des présidents durait alors cinq ans et n’était pas renouvelable. Nous étions deux candidats en 1994, tous deux vice-présidents de Régis Ritz, Bernard Marquette11, professeur d’histoire médiévale et moi-même ; deux historiens, un homme, une femme, mais là-encore je pense que le fait que je sois une femme n’a pas joué. Si le vote des trois conseils de l’université s’est fait en ma faveur, c’est pour des raisons idéologiques, propres à notre engagement antérieur. Bernard Marquette, dont j’apprécie tant les travaux d’historien, était jugé trop conservateur. Là encore un primat, le primat idéologique.

  • 12 Anne-Marie Dudézert a été secrétaire générale de l’université Bordeaux III de 1988 à 2000.

Par contre, lors de mon élection à la présidence, j’ai dû affronter quelques remarques misogynes, venues de l’extérieur et non de mon université, où j’avais une longue expérience de vice-présidente comme je l’ai rappelé. Ainsi les journalistes de Sud-Ouest ont concentré leurs questions sur un seul thème, révélateur de leurs interrogations ou des attentes des lecteurs, que l’on peut résumer ainsi : est-il possible à une femme de diriger une université de quelques 15 000 étudiants, enseignants et personnels administratifs ? C’était la première fois dans la région du Sud-Ouest et cette nouveauté pouvait les intriguer, voire les étonner… mais il suffisait qu’ils se renseignent pour savoir que d’autres universités françaises avaient été présidées par des femmes sans difficultés ! Une autre raison a contribué à « corser » ces messages misogynes : la présence depuis quelques années, dans notre université, d’une secrétaire générale, Anne-Marie Dudézert12, dont nous apprécions beaucoup la rigueur et la compétence. C’en était trop pour l’entourage des autres présidents des universités aquitaines puisque l’un de leurs conseillers a jugé bon de se permettre, en nous voyant arriver toutes deux lors d’une des premières réunions de travail : « voilà l’université ovarienne ». Tout cela à voix basse mais bien distincte pour être entendue par ses collègues qui n’en ont rien montré. Aujourd’hui je pense que j’aurais dû répliquer mais je suis restée silencieuse en prenant subitement conscience que notre tâche s’annonçait plus compliquée que prévue parce que nous étions des femmes. À ce moment-là, peut-être avions-nous atteint, l’une et l’autre, ce que l’on appelle le plafond de verre ; nous étions, sans doute, montées un petit peu trop haut et cela ne paraissait pas tout à fait normal à certains. Mon impression personnelle est que c’est à ce moment-là sans aucun doute, que cela s’est joué. Je dois reconnaître que mon mari m’a toujours beaucoup soutenue, il m’a défendue auprès de collègues qui avaient peut-être, notamment en histoire, intérêt au dénigrement, alors sexisme, là oui, je te le dis.

  • 13 Fin 2018, parmi les 130 membres de la CPU, on dénombre 15 femmes.

Par contre, à la conférence des présidents d’université, à la CPU, je n’ai jamais eu ce sentiment entre collègues présidents et collègues présidentes. Nous étions toujours une dizaine et je crois que cela n’a pas beaucoup changé, les femmes doivent être 10 sur 9513 ou quelque chose comme ça. Nous étions toujours un petit pourcentage et on s’entendait très bien : il y avait une complicité féminine entre nous qui pouvait d’ailleurs être gênante pour les présidents d’université. Nous étions quand même un peu plus délurées que lors de mes débuts, on avait même décidé d’élire le « plus beau » président ; je me souviens que nous avions bien ri de cette sorte de renversement des rôles et que cela avait gêné nos collègues masculins (rires).

D.P. : Pendant toute la période où tu as des responsabilités administratives importantes, présidente mais pas seulement, comment concilies-tu tout cela avec ta vie de famille ? Est-ce compliqué ?

A.-M.C.-V. : C’est compliqué, mais nos fils sont déjà grands et leurs études achevées. Ils ont partagé avec nous tous ces moments et leurs difficultés. Un seul exemple à ce propos, à l’automne 1995, alors que je suis élue depuis un an, débutent les longues grèves qui paralysent le pays, en particulier les universités. Les difficultés sont grandes, car à l’université à chaque fois qu’il y a des mouvements étudiants, on ne sait jamais ce que qui va se passer et il y a toujours des problèmes de sécurité. C’est le moment où notre second fils a un grave accident de voiture avec toute l’incertitude des suites de ses blessures. Finalement, cette inquiétude m’a donné une certaine distance vis-à-vis d’événements que j’avais souvent vécus à l’université et qui m’obligeaient à multiplier les déplacements entre Paris et Bordeaux, tant que les trains ont circulé. Ces années de présidence furent lourdes de charges mais j’ai toujours tenu à les concilier avec ma vie de famille, plus distante certes puisque mes enfants avaient grandi. Je n’ai jamais perdu non plus le contact avec la recherche en histoire grâce à la participation à des jurys de thèse, à des colloques et à des rencontres avec des collègues, notamment des historiennes dont j’admirais les ouvrages. Je n’étais nullement dans la confrontation avec les collègues, hommes et femmes, que j’ai eu la chance de rencontrer, de connaître ou avec qui j’ai travaillé.

  • 14 Hélène Vélasco-Graciet, née en 1963, professeure de géographie, est présidente de l’Université Bord (...)
  • 15 Depuis 2014, l’université Michel de Montaigne-Bordeaux III a pris le nom d’université Bordeaux-Mont (...)

Aujourd’hui, je ne sais pas ce qu’il en est. Désormais, une nouvelle présidente14, la seconde en Aquitaine, se trouve à la tête de de l’université Bordeaux-Montaigne15. Aucune autre université proche n’a suivi cet exemple qui semble attaché aux lettres, langues et sciences humaines. Je ne sais pas comment elle le vit et je la connais pas assez pour le lui demander. Mais, il n’est pas impossible qu’elle le vive de façon très différente parce que les institutions ont changé et, surtout, parce que nous n’appartenons pas à la même génération.

D.P. : Au fil des années, est-ce que tes choix en termes de recherche ont évolué par rapport aux gens de Dordogne ?

A.-M.C.-V. : Il est vrai que j’ai un peu délaissé ce « courant », même si je viens d’écrire un ouvrage sur l’estuaire de la Gironde, en collaboration avec un auteur-éditeur, Éric Audinet. J’ai donc délaissé l’histoire économique et sociale, pour aller vers des choix davantage culturels, liés sans doute à l’influence littéraire de mon mari, devenu durant ces années-là un spécialiste de François Mauriac, le journaliste et le romancier. Je pense effectivement qu’il faut travailler sur des écrivains pour bien connaître une période. En même temps, j’ai remonté le temps et, au contact de deux grandes historiennes, Janine Garrisson et Arlette Jouanna, je me suis rapprochée de l’histoire de la Réforme et des guerres de religion avec des recherches successives sur trois écrivains qui avaient, de plus, l’avantage d’être des Périgourdins : Brantôme, le premier, puis La Boétie, enfin Montaigne. Les deux derniers continuent de concentrer mes recherches et sont les sujets de mes ouvrages les plus récents. Par contre, je ne me suis pas rapprochée du monde féminin au point de susciter récemment de la part d’Éliane Viennot, que je connais bien et dont on sait l’engagement féministe, une interrogation sur cette prédilection pour des écrivains et non des écrivaines, à la façon de Marguerite de Valois dont elle est une spécialiste reconnue. Elle me posait une question que je ne m’étais pas posée ! L’étude politique, religieuse et littéraire de La Boétie, Montaigne, Brantôme ne m’est jamais apparue comme étant un choix masculin ; ce sont de toutes autres raisons liées à leurs engagements et à leurs œuvres qui ont dicté l’attention que je leur porte dans la région qui était la leur. Je ne m’étais jamais posé cette question de « genre » et cela doit faire de moi, à tes yeux, une espèce de zombie (rires). En fait, je n’ai découvert ce type de recherches, histoire des femmes, féminisme, genre, que grâce à ma participation au CNU dans les dernières années de ma carrière, jusqu’en 2005. Ces sessions ont été pour moi l’occasion de découvertes de travaux et d’études qui ont pris toute leur signification.

D.P. : Ces historiennes qui ont lancé en France l’histoire des femmes, tu ne les as donc jamais côtoyées ?

A.-M.C.-V. : Bien sûr, j’ai eu la chance de rencontrer Michelle Perrot et de présenter avec elle l’un de ses ouvrages sur la condition féminine à la librairie Mollat à Bordeaux et j’ai grand plaisir à citer Mona Ozouf parmi mes amies, mais elle ne travaille pas sur le féminisme ! Je rencontre assez souvent Éliane Viennot autour de Montaigne et de la Reine Margot. Les autres, je ne les ai pas beaucoup côtoyées. Sans doute est-ce aussi une affaire de génération si j’ai eu du mal, dans notre université, à suivre les recherches de collègues anglicistes, très ancrées dans un féminisme d’outre-Atlantique et qui ne voulaient pas accepter la présence de collègues masculins dans un centre de recherche sur l’histoire des femmes qu’elles avaient décidé de créer. Ce ne fut qu’un épisode peu à peu effacé par la découverte, au sein du CNU, de travaux majeurs sur l’histoire des femmes dont les dossiers ne m’étaient pas confiés puisque mes travaux étaient orientés dans une tout autre direction. Je regrette désormais qu’il y ait eu un phénomène d’enfermement.

D.P. : Ce sont aussi des tendances de la recherche historique qui ne se sont pas du tout développées à Bordeaux à la différence d’autres universités françaises.

A.-M.C.-V. : Tout à fait, cela n’était pas développé. Et même, en confidence, au moment où je suis devenue professeure en 1984, je pense que le lancement de ma part de telles recherches m’aurait valu un châtiment d’hérétique (rires).

D.P. : Toutes celles qui ont lancé des recherches de ce type, à Marseille, ou même à Paris, n’étaient sans doute pas spécialement bien vues par leurs collègues masculins.

A.-M.C.-V. : Sans doute, mais à moi, cela ne m’est pas venu à l’idée, tu comprends ? C’est très bien que tu m’aies posé ces questions, cela m’a fait réfléchir. Je me suis dit, je ne peux pas lui répondre en pensant à ce que je suis devenue, mais je vais essayer de lui répondre par rapport à ce que j’ai été. Et je suis restée trop longtemps à côté d’un monde d’hommes ; je ne dois pas être la seule. J’incarne peut-être une forme d’enfermement féminin dû à mon enfance, à mes années d’école primaire et à l’omniprésence d’une mère et d’une grand-mère à la personnalité très forte. Mon père est arrivé trop tard pour modifier cette emprise ou même la nuancer.

D.P. : Quand quittes-tu l’université et comment es-tu passée de l’histoire, de l’université, à la politique ?

  • 16 Surnom donné, en référence au film culte de Claude Lelouch Un homme et une femme, aux listes électo (...)

A.-M.C.-V. : Je vais te le dire. Depuis près de vingt ans, je faisais partie du Conseil d’administration du festival d’histoire et cinéma de Pessac crée par Alain Rousset alors maire de la commune, puis président de la Région Aquitaine à partir de 1998. Je le connaissais bien et l’appréciais beaucoup. En 2003, donc quelques années après la fin de mon mandat de présidente, lors de la constitution des listes électorales avec parité homme-femme, les listes chabadabada16, il m’a sollicitée pour en faire partie. Ma réponse a été positive à condition de ne pas figurer dans les noms placés en tête. N’étant ni militante au PS, ni disposée à faire de la politique, mais étant peut-être un peu plus connue que d’autres femmes, je me suis retrouvée dans le haut de la liste avec des responsabilités de « vice-présidente éducation » proposées par Alain Rousset, réélu en 2004. Sa confiance m’a fait plaisir et je n’abordais pas dans un monde totalement étranger puisque que je restais proche de l’Éducation nationale vu les compétences des régions sur les établissements du second degré. Ce moment fut compliqué puisqu’il a coïncidé avec la rechute de la maladie dont souffrait mon mari et dont il est mort en novembre 2005. Étrangement, ce premier mandat fut une aide pour tenter de « s’en sortir » avec toute la confiance que m’accordait Alain Rousset. Je n’ai jamais été avec lui en désaccord et, le mandat suivant, j’ai vu ma barque davantage chargée puisque, en plus des lycées, il m’a confié la culture. Années passionnantes et nouvelles découvertes grâce aux contacts avec des collègues différents de ceux de l’université et des jeunes que je me suis efforcée d’accompagner, par exemple dans des voyages aussi fructueux que les Olympiades des métiers avec l’intégration réussie de personnes souffrant de handicaps. Voilà comment les choses se sont passées. Je peux dire que pendant toutes ces années, j’ai autant travaillé qu’en tant que présidente d’université, donc vraiment beaucoup. Au total, si j’additionne toutes les années occupées par des fonctions administratives, le total doit approcher un quart de siècle. Qu’est-ce que tout cela m’a appris ? Cette expérience a modifié mes travaux en histoire : elle m’a fait prendre conscience de l’écart qui existe entre entre les projets et leur réalisation, puis entre leur réalisation et leur application. Soit une confrontation avec le réel, que tu as dû mesurer toi aussi.

D.P. : Oui, bien sûr la dure confrontation aux réalités. Dans ce monde politique as-tu connu des difficultés particulières en tant que femme ?

A.-M.C.-V. : Dans ce monde politique, j’ai été protégée, protégée pour trois raisons. Par mon âge, car je n’étais plus toute jeune, j’ai été protégée parce que je ne n’étais pas militante encartée et j’ai été protégée parce que j’étais universitaire.

D.P. : Et tu ne t’es jamais vraiment sentie attaquée en tant que femme par tes adversaires masculins ?

A.-M.C.-V. : Non, pas vraiment, non. Mes tensions très fortes avec le Front national étaient liées à la culture, à l’idéologie. Il suffisait de prononcer le mot de Mauriac pour qu’ils grimpent aux rideaux. Il y avait sans doute aussi la confiance que m’accordait Alain Rousset. De plus, je n’étais pas en compétition avec mes collègues, élues et élus : d’une part, je ne briguais aucun autre mandat, député ou sénateur par exemple, ce n’étaient donc pas la peine de me combattre et, d’autre part, mes fonctions étaient en relation avec mon parcours antérieur. Cela aurait été différent, sans doute, dans d’autres secteurs plus éloignés, par exemple, l’agriculture ou l’industrie, mais là j’étais un peu dans mon champ. Cette confiance s’est prolongée, après mon départ de la Région en tant qu’élue : j’ai été chargée par Alain Rousset, nouveau président de la Région englobant les anciennes régions du Limousin et de Poitou-Charentes, de la responsabilité du baptême de cet ensemble territorial de douze départements devenu la Nouvelle-Aquitaine. Démarche intéressante et passionnante aux côtés d’élu·e·s de tous bords, de tous horizons et d’un public qui avait à cœur à nous aider : certes peu nombreux dans les réunions, mais très impliqué. Il n’y a jamais eu de contestation à mon égard en tant que femme, je n’ai jamais été prise à partie en tant que femme, les arguments avancés étaient des arguments historiques, géographiques etc. mais je n’ai jamais rencontré une quelconque attaque parce qu’une femme accomplissait cette mission. Cette longue période d’élue en Aquitaine ne s’est pas accompagnée d’attaques, mais ce n’est pas une carrière politique ordinaire, ma carrière « politique » s’inscrivait dans le prolongement de la précédente et ne comportait pas de projet d’avenir autre que celui d’une retraite active.

D.P. : De toute façon, tu n’as jamais eu à ce moment-là des ambitions supérieures au poste que tu occupais ?

A.-M.C.-V. : Non, non et surtout pas devenir présidente !! (rires)

D.P. : Nous avons déjà abordé la question du féminisme…

A.-M.C.-V. : Et je n’ai pas beaucoup alimenté ta réflexion !

D.P. : Certes, mais ta vie de femme a-t-elle été différente par rapport aux générations précédentes, à celle de ta grand-mère, de ta mère ?

  • 17 Suzanne Lacorre (1875-1975) a été institutrice en Dordogne de 1894 à 1930, année de sa retraite.

A.-M.C.-V. : Je pense que la situation est très différente puisque, tu le sais, quand on a fait l’histoire de notre université on s’est rendu compte que la première maîtresse de conférences y est arrivée seulement après la Seconde Guerre mondiale. Elle enseignait le latin, si mes souvenirs sont bons. J’ai souvent pensé à la condition de ma mère et ma grand-mère parce qu’elles ont été les élèves toutes les deux, surtout ma grand-mère, de Suzanne Lacorre17 qui a été sous-secrétaire d’État de Léon Blum. Il y a une chose qui m’est souvent revenue en mémoire, mais beaucoup plus tard. Bien après ma sortie du lycée, j’ai pris conscience que ma mère avait fait des études et qu’elle regrettait de ne pas être allée plus loin. Jusqu’à la fin de sa vie, elle a entretenu ce regret. Elle était institutrice, on ne parlait pas alors de professeur des écoles, elle voulait que je sois prof ; quand j’ai été prof de lycée, elle voulait que je m’arrête. Après, elle n’a pas tout à fait compris la continuité, mais elle voulait cela pour moi. Elle se remémorait souvent et là j’y pense beaucoup aussi, l’histoire de sa mère, ma grand-mère. Ma grand-mère avait passé son certificat d’études ; elle était la bonne élève de Suzanne Lacorre qui devait d’ailleurs en avoir d’autres ! Quand Suzanne Lacorre est venue demander à ses parents qu’elle continue après le certificat d’études, ses parents ont refusé ; sa mère surtout a refusé car son père était prêt à accepter qu’elle continue. Sa mère a refusé parce que c’était une fille et qu’il fallait d’abord qu’elle se marie, on était vraiment encore dans ce cadre-là. Pour elle, pour ma grand-mère, l’expérience terrifiante a été, après son mariage, celle de la guerre, la Première Guerre mondiale. Son mari est revenu gazé et donc elle a tenu la boutique, elle a maintenu l’activité artisanale ; son fils, mon oncle, donc le frère aîné de ma mère, lui a été amputé en 1940. Donc tu vois, ma grand-mère a vécu des drames, elle est vraiment la génération sacrifiée, la génération des sacrifiés. Pour ma mère ce fut mieux quand même, mais après des débuts difficiles et douloureux : un père malade, un frère grièvement blessé et un mari prisonnier pendant cinq années alors qu’elle venait juste d’avoir 22 ans en 1939. C’est pour tout cela que je suis une fervente de l’Europe !

D.P. : La dernière question que je voulais te poser concernait 68 mais tu as déjà en partie répondu en tant qu’universitaire, historienne, professeure. Cette fois, dans ta vie de femme, épouse, mère, est-ce que 68 a changé quelque chose ?

A.-M.C.-V. : Non, je crois que j’étais sur les rails, j’étais engagée dans mes travaux de thèse, j’étais sur les rails dans tous les domaines. C’est vrai que 68 apporte une forme de liberté, mais je pense que je l’avais déjà, en fait. Par exemple, quand j’étais à l’ENSET, j’étais encore mineure, puisque la majorité était encore à 21 ans, et je recevais déjà un salaire. Donc mes parents n’avaient plus à m’entretenir. Tout l’argent que je recevais, que j’allais chercher en billets à l’intendance, je le dépensais. J’avais une très grande liberté qui s’est prolongée et perpétuée, je n’ai jamais été dans la contrainte. Que te dire de plus ?

Haut de page

Notes

1 Cf. Anne-Marie Cocula-Vaillières et Éric Audinet, L’estuaire de la Gironde, une histoire au long cours, Bordeaux, éditions confluences, 2018 ; Anne-Marie Cocula-Vaillières, Étienne de La Boétie et le destin du Discours de la servitude volontaire, Paris, Classiques Garnier, 2018.

2 Filière scientifique.

3 Françoise Giroud fut secrétaire d’État à la condition féminine de juillet 1974 à août 1976 dans un gouvernement Chirac alors que Valéry Giscard d’Estaing était président de la République.

4 Anne-Marie Cocula-Vaillières, Les Gens de la rivière de Dordogne, 1750-1850, Lille, 1979, Atelier de reproduction des thèses, 2 vol.

5 Érica-Marie Benabou (1935-1985). Décédée avant d’avoir soutenu sa thèse, ses travaux ont été rassemblées par ses collègues et préfacés par Pierre Goubert sous le titre La prostitution et la police des mœurs au xviiie siècle, Paris, Perrin,1987.

6 Bernard Cocula (1936-2005), professeur de littérature contemporaine à l’université Bordeaux III.

7 Jean-Pierre Poussou (né en 1938), professeur d’histoire moderne à l’université Paris IV, recteur de l’académie de Bordeaux de 1986 à 1989 ; président de l’université Paris IV de 1993 à 1998.

8 Christiane Morat (1938-2017), députée PS d’Indre et Loire de 1981 à 1992. Maire de Loches de 1989 à 1995.

9 Jacques Monférier, professeur de littérature française, président de l’université Bordeaux III de 1983 à 1989.

10 Régis Ritz, professeur de langues et littérature anglaises, président de l’université Bordeaux III de 1989 à 1994.

11 Bernard Marquette (né en 1934), professeur d’histoire médiévale à l’université Bordeaux III.

12 Anne-Marie Dudézert a été secrétaire générale de l’université Bordeaux III de 1988 à 2000.

13 Fin 2018, parmi les 130 membres de la CPU, on dénombre 15 femmes.

14 Hélène Vélasco-Graciet, née en 1963, professeure de géographie, est présidente de l’Université Bordeaux-Montaigne depuis mars 2016.

15 Depuis 2014, l’université Michel de Montaigne-Bordeaux III a pris le nom d’université Bordeaux-Montaigne. Les trois autres universités bordelaises ont fusionné sous le nom d’Université de Bordeaux.

16 Surnom donné, en référence au film culte de Claude Lelouch Un homme et une femme, aux listes électorales respectant la parité homme, femme rendues obligatoires dans les communes de plus de 3 500 habitants par la loi du 6 juin 2000.

17 Suzanne Lacorre (1875-1975) a été institutrice en Dordogne de 1894 à 1930, année de sa retraite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Picco, « Entretien avec Anne-Marie Cocula-Vallières », Genre & Histoire [En ligne], 22 | Automne 2018, mis en ligne le 30 janvier 2019, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3898

Haut de page

Auteur

Dominique Picco

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page