Navigation – Plan du site
Itinéraires

Entretien avec Karin Hausen

Christa Hämmerle
Traduction de Loïc Windels

Notes de la rédaction

La version allemande de l’entretien est accessible sur le site de la revue L’Homme. Europäische Zeitschrift für feministische Geschichtswissenschaft/European Journal of Feminist History, https://www.univie.ac.at/Geschichte/LHOMME/.

Notes de l’auteur

Les propos qui composent le présent texte sont tirés de deux longs entretiens que Karin Hausen a accordés à Christa Hämmerle en février 2018 dans sa maison du quartier de Dalhem, à Berlin.

Texte intégral

  • 1 Karin Hausen, « Die Polarisierung der ‚Geschlechtscharaktere’. Eine Spiegelung der Dissoziation von (...)

1Karin Hausen vient de fêter ses 80 ans le 18 mars 2018. Elle compte parmi les pionnières de l’histoire des femmes et du genre dans l’espace germanophone. En 1978, après des études à Berlin, Marburg, Münster, Paris et Tübingen, elle devient professeure à la chaire d’histoire sociale et économique (Wirtschafts- und Sozialgeschichte) de l’Université technique de Berlin (Technische Universität, ou TU), où sous bien des aspects elle joue un rôle de précurseur. Dans cette même université, elle crée en 1995 un centre de recherches interdisciplinaires sur les femmes et le genre (Zentrum für Interdisziplinäre Frauen- und Geschlechterforschung) qui devient bientôt un lieu incontournable de la recherche internationale dans ce domaine. Les travaux de Karin Hausen, qui croisent plusieurs approches historiques récentes, témoignent de son souci constant d’interdisciplinarité et sont encore très lus. Paru en 1976, son article intitulé « Die Polarisierung der ‘Geschlechtscharaktere’. Eine Spiegelung der Dissoziation von Erwerbsarbeit und Familienleben » (« La polarisation des ‘caractères attribués aux sexes’, un reflet de la dissociation entre travail rémunéré et vie familiale1 ») reste aujourd’hui encore en histoire des femmes et du genre (Frauen- und Geschlechtergeschichte) l’étude germanophone la plus citée. Entre autres activités éditoriales, elle a longtemps dirigé la collection « Geschichte und Geschlechter » (« Histoire et genres ») de la maison d’édition Campus, et a été membre du comité éditorial de la revue L’Homme. Europäische Zeitschrift für Feministische Geschichtswissenschaft / European Journal of Feminist History. Elle a également assuré le suivi de la publication du quatrième tome de l’édition allemande de l’Histoire des femmes en Occident.

Christa Hämmerle (C. H.) : Tu m’as dit être devenue ce que tu es devenue par hasard. Peux-tu expliciter ?

Karin Hausen (K. H.) : Je viens d’une famille de quatre enfants : deux filles et deux garçons. Mes parents n’avaient pas pu aller jusqu’au baccalauréat et ils étaient fermement décidés à ce que leurs enfants reçoivent l’éducation qu’ils souhaiteraient. Être autonome, responsable, capable de décision : voilà ce qu’on attendait de nous. J’ai toujours entendu : « Karin, les notes, c’est ton affaire, mais si jamais tu redoubles, tu devras arrêter l’école ». Cela m’a marquée. Par ailleurs, un de mes deux frères, qui avait trois ans de plus que moi et auquel j’étais très attachée, n’arrêtait pas de « m’embêter ». Cela m’a appris à me défendre et à m’imposer.

Après mon baccalauréat, il était clair que je voulais travailler dans l’enseignement et devenir professeure dans le secondaire. Dans un premier temps, les deux disciplines que j’avais choisies pour mes études étaient l’allemand et la biologie. Mais très vite je me suis rendu compte que cette combinaison n’était pas vraiment possible, et c’est pourquoi je finis par opter, après de longues hésitations, pour l’allemand et l’histoire. Voilà comment je suis arrivée à cette discipline qui, à mesure que je la découvrais, me fascinait et m’occupait de plus en plus, tant et si bien que l’allemand passa au second plan. C’est ici le premier hasard à jalonner mon parcours.

  • 2 Fondées au xixe siècle, les corporations d’étudiants sont encore très présentes dans certaines régi (...)

J’ai commencé mes études à l’université de Marbourg. Le fait que par rapport aux hommes on me remarque à peine et qu’on m’écoute à peine pendant les cours – je n’étais d’ailleurs pas la seule femme dans ce cas – reste dans mon souvenir une expérience qui a été particulièrement vexante, d’autant que, venant d’un lycée pour filles, je n’avais pas été habituée à ça. Et puis le milieu étudiant de Marbourg était dominé par des « sociétés combattantes » (schlagende studentische Burschenschaften2) et leurs manières insupportables de virilité et de misogynie me heurtèrent profondément.

Au semestre d’hiver 1959, je me rendis à Berlin-Ouest pour m’inscrire à l’Université Libre de Berlin (Freie Universität, ou FU). J’avais conscience de prendre là une décision importante, libératrice. Cette université avait été fondée dans un esprit démocratique dix ans plutôt, en décembre 1948. J’aimais notamment la grande convivialité qui régnait parmi les membres du département d’histoire, l’Institut Friedrich Meinecke. Mais je continuais de penser que je me destinais à une carrière de professeure dans le secondaire, et que dans tous les cas j’aurais un jour des enfants et ne voudrais jamais m’arrêter de travailler. Les jeunes femmes qui étudiaient avec moi à la FU trouvaient mes idées si absurdes que je me demandais si je ne divaguais pas un peu. Mais je gardais mes rêves d’avenir.

  • 3 La Freie Deutsche Jugend (Jeunesse libre allemande), ou FDJ, était l’organisation de jeunesse offic (...)
  • 4 Des trois grandes universités berlinoises, la seule qui fût à l’est. (Note du traducteur)

Mon déménagement à Berlin-Ouest durant la guerre froide me jeta au milieu des débats et des discussions animées qui avaient lieu chaque jour devant le restaurant universitaire de la FU entre les étudiants de Berlin-Ouest et des « FDJ3 » envoyés par l’Est pour faire de l’agitation. Comme l’épisode du blocus et du pont aérien de 1948-1949 l’avait enseigné, l’encerclement de Berlin-Ouest par le territoire est-allemand constituait une menace forte, et constante. Le mur construit par la RDA en août 1961 avait eu pour effet la division physique de la ville. Pour nos camarades de Berlin-Est qui étudiaient à la FU parce qu’ils n’avaient pas le droit d’étudier à la Humboldt4, le mur signifia l’arrêt brutal de leurs études. Un de nos amis de Berlin-Ouest avait disparu sans laisser de traces ; plus tard, nous apprîmes qu’il avait tenté, avec d’autres étudiants en médecine, de faire passer des camarades d’université à l’ouest ; dénoncés, ils furent jugés en RDA et envoyés dans la prison de Bautzen, tristement célèbre. Naturellement, l’étudiante que j’étais manifestait comme des milliers de gens devant les ruines du Reichstag à chaque 1er mai, pour la liberté de Berlin-Ouest, tandis qu’à deux pas de là les parades militaires de mai défilaient côté Est.

À l’automne 1961, une bourse d’études me permit de séjourner à Paris pendant tout un semestre. Ça a beaucoup compté pour moi. À l’époque, la guerre d’Algérie durait depuis 1954 et ne devait se terminer qu’en mars 1962. Quand j’arrivai à Paris, un sentiment d’horreur régnait dans la capitale, conséquence du massacre du 17 octobre, lors duquel un grand nombre de manifestants algériens avaient été roués de coups, tués, puis jetés dans la Seine. Un grand rassemblement de protestation devait avoir lieu à la Maison de la Mutualité. Je m’y rendis, et n’en crus pas mes yeux : à l’inverse de ce que je connaissais en Allemagne, avec des professeurs plutôt apolitiques et pas précisément courageux, on voyait ici des professeurs renommés s’exposer au milieu d’une foule de contestataires. Ils parlaient haut et fort, ne cachaient nullement leur engagement politique, n’hésitaient pas à critiquer le gouvernement avec une grande sévérité, le tenant ainsi pour responsable du fait qu’on piétinât de la sorte les idéaux révolutionnaires, acquis de haute lutte par les générations passées. Des discours pleins d’emphase faisaient valoir le « nous » d’une nation née dans les révolutions. Je vécus ce rassemblement comme un contre-modèle possible à l’image que j’avais d’une Allemagne et d’une histoire allemande si peu propres à une telle mobilisation politique.

C. H. : Ça a aussi été une façon de te politiser, non ?

K. H. : Et comment ! Une façon radicale ! Il se trouvait d’ailleurs toujours de nouvelles occasions pour cela. À Paris, je faisais fréquemment la connaissance de gens qui étaient venus là pour étudier. La plupart était originaire de ce qui était déjà des ex-colonies françaises – Indochine, Afrique du Nord ou Afrique noire –, mais il y avait aussi des Sud-américains, et des réfugiés tchèques ou polonais. Le restaurant universitaire qu’on m’avait indiqué étant casher, je rencontrai aussi des Juifs pour la première fois de ma vie. Mon ignorance m’engagea dans des discussions délicates. Retourner sans cesse dans cet endroit réclamait tout mon courage. J’habitais le Quartier latin, dans une toute petite chambre de bonne située sous les toits, avec vue sur le Collège de France. Mon voisin était marocain. Moi qui, en bon petit enfant allemand de l’après-guerre, n’avais vu jusque-là que des amis dans les Américains, je fus, en discutant, confrontée pour la première fois à la critique de l’impérialisme américain. J’étais également fascinée par les manifestations éclairs qui se tenaient contre la guerre d’Algérie pendant l’heure de midi, quelque part entre le boulevard Saint-Germain, le boulevard Saint-Michel et le Panthéon, au rythme de feux de circulation mis à contribution de façon tout à fait ingénieuse. Une bonne part de ce qui m’arrivait à Paris était si nouveau pour moi que je mis à ruminer par devers moi : « Eh bien ! Karin, en voilà une éducation à refaire ! Quelle ignorance ! » Toutes ces impressions parisiennes eurent sur moi l’effet d’un déclic.

Mon diplôme obtenu, je me dis que peut-être que je pourrais aussi faire une thèse, certainement pas pour me lancer dans une carrière scientifique, non, mais pour pouvoir rester encore un peu à l’université. Je choisis l’histoire du colonialisme allemand comme sujet pour pouvoir me rendre en Afrique. Puis je demandai au professeur Gerhard A. Ritter s’il voulait bien me prendre comme doctorante. Il accepta, tout en ajoutant ne rien connaître à mon sujet, me conseillant seulement de « m’y mettre ». À l’époque, il ne m’est même pas venu à l’esprit qu’un travail de thèse nécessitait un vrai suivi et par ignorance, par bêtise, je n’ai jamais rien exigé de tel de la part de mon directeur. A posteriori, il me paraît intéressant de noter qu’au même moment d’autres thèses sur l’histoire du colonialisme allemand se préparaient dans les universités ouest-allemandes et que nous n’avions jamais entendu parler les uns des autres. De même, il est révélateur que je me sois intéressée durant mes recherches à beaucoup de choses qui avaient trait à l’ethnologie mais que j’ai délaissé ces pistes de travail parce que j’étais persuadée qu’elles ne relevaient pas de la discipline historique.

  • 5 Ce travail a été publié sous le titre Kolonialherrschaft in Afrika. Wirtschaftsinteressen und Kolon (...)

Sur un point essentiel, mon projet de thèse aboutit à un échec. Car si je réussis à étudier l’histoire coloniale jamais, en revanche, je ne pus me rendre sur mon terrain de recherche au Cameroun car je tombai gravement malade, d’une hépatite qui dura longtemps, après quoi je n’étais plus vraiment apte aux tropiques. Ne pouvant effectuer de recherches sur place, il me fallut donc faire ma thèse en travaillant exclusivement sur des fonds situés en Allemagne5.

C. H. : Quand tu te remémores l’époque de ta thèse, y avait-il déjà beaucoup d’étudiantes qui comme toi poursuivaient leurs études jusqu’au doctorat ? Quelle était à l’époque la situation générale dans les facs, et comment une jeune femme vivait-elle cette situation, y compris du point de vue de la politique du genre ?

K. H. : On ne peut pas dire que le nombre de femmes doctorantes fût négligeable, au contraire. Du fait que la maîtrise n’existait pas encore, quiconque désirait obtenir un diplôme reconnu de fin d’études sans pouvoir ou sans vouloir passer l’examen d’État destiné aux carrières d’enseignement devait nécessairement se tourner vers le doctorat. Cela dit, ça m’agaçait déjà à l’époque de voir parmi les étudiants en histoire et en littérature allemande des jeunes femmes très brillantes et très intelligentes qui avaient un doctorat sans pour autant envisager de carrière universitaire alors que manifestement certains jeunes gens de sexe masculin, que je ne jugeais pas particulièrement intéressants du point de vue intellectuel, savaient d’emblée qu’ils deviendraient un jour professeurs.

C. H. : Que s’est-il passé ensuite ? Tu as soutenu ta thèse en 1969, mais toujours dans l’idée de devenir professeure dans le secondaire, et à nouveau, le hasard est venu s’en mêler, c’est ça ?

K. H. : Exactement. À nouveau, le hasard s’en est mêlé. Le professeur Thomas Nipperdey de l’Institut Friedrich Meinecke de la FU de Berlin, m’a demandé si je voulais devenir son assistante. Et j’ai pensé « oui, d’accord, je peux encore faire ça ». Et me voilà de retour à Berlin, après avoir déménagé à Münster, en Westphalie, puisque Gerhard A. Ritter avait obtenu là-bas un poste de professeur durant ma thèse. C’est une fois devenue assistante que je fis l’expérience de ce qu’il faut endurer, et à quel prix, quand on est la seule femme dans un milieu universitaire encore exclusivement organisé pour les hommes, et qu’on prétend avoir les mêmes droits qu’eux. S’il n’y avait pas eu quelques collègues avec qui je m’entendais bien, j’aurais sans doute bien vite pris mes jambes à mon cou. À un moment donné, après avoir enseigné à l’université en toute autonomie pendant plusieurs années, je me mis à avoir des doutes quant à ma capacité à traverser saine et sauve la dernière épreuve qui me restait à traverser avant de pouvoir exercer dans le secondaire, à savoir le stage préalable au second examen d’État, de terrible réputation. Cette prise de conscience ne rendit pas ma situation plus brillante, au contraire ! À partir de ce moment-là, mes inquiétudes sur mon avenir furent plus vives que jamais. Auparavant, je tâchais de me rassurer en prenant mes distances et en me disant avec conviction : « De toutes façons, moi, j’ai l’école, donc je n’ai rien à voir avec tous ces gens ni avec l’Institut ». Ça me servait de protection, de sécurité. Et il est probable que sans cette porte de sortie bien réelle, j’aurais dit adieu à l’histoire avant cela, ou tout au moins à l’histoire telle qu’on la pratiquait alors à l’université.

C. H. : Quand est-ce que le nouveau mouvement féministe apparaît dans ta vie ? Avant ou après la fin de tes études ? Quelle a été la suite de ton parcours, à l’époque des grands mouvements sociaux ? Qu’est-ce qui t’a le plus marquée ?

  • 6 L’AStA, acronyme d’Allgemeiner Studentenausschuss, est le nom donné au comité général des étudiants (...)

K. H. : Après mon retour de Paris au printemps 1962, étudier à la FU devint des plus intéressants, y compris du point du vue politique. Je participai par exemple à une campagne organisée sur le campus pour la tenue d’un vote qui avait pour but la destitution d’un délégué fraîchement élu de l’AStA6 parce qu’il était membre d’une « société combattante » et parce qu’à la FU ce genre d’associations étudiantes faisaient l’objet d’une interdiction globale. Cette campagne fut couronnée de succès et elle fit beaucoup pour rendre les étudiants plus réceptifs, voire plus favorables, à une forme de politique universitaire plus critique. Il s’agissait entre autres choses d’obtenir que des gens de gauche figurent parmi les personnalités officiellement invitées à donner une conférence. C’était l’époque de l’Union socialiste allemande des étudiants, la SDS. Les étudiants de la FU étaient de plus en plus politisés et les autres établissements d’enseignement supérieur de Berlin-Ouest connaissaient les mêmes mouvements sociaux. Le mouvement étudiant de 68, qui à Berlin-Ouest commença plus tôt et se développa de manière particulièrement violente, m’a d’emblée fascinée, même si j’ai été davantage observatrice des événements qu’actrice, puisqu’après ma longue maladie des années 1965-1966, j’ai vécu un temps en dehors de Berlin. La contestation de structures systémiques qui passaient pour immuables était enthousiasmante. Je fus notamment impressionnée par la manière toute simple dont on s’arrogeait alors le droit de manifester, pour en user à son idée. Puis, lorsque les projets de bouleversement généralisé ont occupé le devant de la scène, j’ai juste été surprise. En revanche, je me suis réjouie de voir un grand nombre de petites émancipations vécues chez des gens de ma connaissance qui tournaient une page, changeaient, se libéraient. Il était à la fois urgent et important de remettre en question beaucoup de choses, voire tout, de façon radicale. À Berlin, la volonté et l’énergie nécessaires pour cela abondaient, ce qui fut bénéfique pour les mouvements féministes, qui faisaient de l’autonomie une revendication.

C. H. : Venons-en à ce sujet du mouvement féministe et de l’histoire des femmes. Tu es saluée, dans l’espace germanique et au-delà, comme une des principales fondatrices de l’histoire des femmes de cette époque. Y a-t-il eu des motifs concrets pour cela, ou bien était-ce simplement, là encore, l’atmosphère de l’époque, et en particulier l’expérience acquise à travers le mouvement féministe autonome qui se développa en dehors des universités vers la fin des années 1960 et au début des années 1970 ?

  • 7 L’Arbeitskreis für moderne Sozialgeschichte (littéralement « Groupe de travail en histoire sociale (...)

K. H. : Je n’ai pas utilisé l’appellation « histoire des femmes » (Frauengeschichte) dans les années 1970. J’ai simplement voulu répondre à des questions cruciales relevant de l’histoire de la famille, parce qu’il me paraissait important qu’on mène des recherches de grande ampleur sur cette partie de la culture allemande qui a trait à l’intimité, à la domesticité, au partage – prétendument inné – des tâches, et à tout ce qui peut s’y rapporter. Pendant des années, nous avons été tout un groupe à travailler sur l’histoire de la famille et à nous réunir une fois l’an. Dans les premiers temps, nous avions des liens avec Vienne via Michael Mitterauer, avec un vaste projet de recherches sur la famille et la sphère domestique. Interdisciplinaire, international, c’était un groupe de recherches épatant, qui n’était pas encore soumis à l’impératif actuel de produire des publications à la chaîne ; dans ce laboratoire de pensée animé collectivement par les femmes et les hommes qui le constituaient, les échanges entre les disciplines respiraient la franchise, le calme et la sérénité. C’est là que trouve sa source le type d’études sur la famille (Familienforschung) que je pratiquais à l’époque. Mon article sur la « polarisation des ‘caractères attribués aux sexes’« , qui a fait sensation, était au départ une contribution à l’histoire de la famille. Il est né à l’occasion d’un colloque qui, de manière indirecte, était lui-même influencé par la critique du mouvement étudiant envers l’institution de la famille, envers son caractère autoritaire, cause de toutes sortes de complexes. Les études historiques sur la famille (historische Familienforschung) s’inscrivent dans ce contexte. Durant ce colloque organisé par Werner Conze et l’Arbeitskreis Sozialgeschichte7 en collaboration avec des représentants anglais de l’histoire de la famille appartenant au Group for the History of Population and Social Structure de Cambridge, l’opinion dominante était que les chiffres étaient gages de résultats décisifs. Le concept de quantification et ses derniers avatars étaient au premier plan. Moi-même, d’ailleurs, j’étais impressionnée par les découvertes qu’on peut faire par ce biais. Mais cela ne m’a pas empêchée de présenter mon exposé sur la « polarisation des ‘caractères attribués aux sexes’«  et d’apporter, pour ainsi dire, un correctif qualitatif. Ce texte, que j’ai ensuite développé et approfondi pour la publication, est le premier état de mon article sur le sujet.

  • 8 Karin Hausen (dir.), Frauen suchen ihre Geschichte, Munich, Beck, 1983.

C. H. : Nous reviendrons sur cela plus tard. Attardons-nous encore un peu sur le rapport entre histoire de la famille et histoire des femmes : tu aurais donc tendance à repousser l’idée que tu as été, comme j’ai dit, une des fondatrices de l’histoire des femmes ? Si j’ai bien compris, il ne s’est pas agi d’une décision consciente du genre « Ok, maintenant, on met l’histoire des femmes au centre, on se met à chercher les femmes dans l’histoire » – ce qui est pourtant le titre d’un ouvrage collectif fondamental que tu as dirigé8 ? Comment cela s’est-il passé ? Est-ce l’histoire de la famille qui t’a fait te rendre compte de la nécessité d’une histoire des femmes ?

  • 9 Karin Hausen, « Familie als Gegenstand historischer Sozialwissenschaft. Bemerkungen zu einer Forsch (...)
  • 10 Karin Hausen, « Women’s History in den Vereinigten Staaten », Geschichte und Gesellschaft, 7, 1981, (...)

K. H. : Oui, c’est cela. L’histoire de la famille (Familiengeschichte) m’a fait subir un feu nourri de la part des historiennes du New Yorker Women’s History Group qui prônaient une approche axée sur l’histoire des femmes et les rapports entre les femmes. Ma réponse fut que je voulais poser les mêmes questions mais en partant du principe qu’on obtient davantage de réponses en travaillant sur la famille comme institution qu’en travaillant sur les rapports et les liens d’amitiés entre femmes. Ce faisant, j’avais sans cesse en tête une histoire des structures (Strukturgeschichte) à l’échelle de la société tout entière. J’ai eu dans les années 1970 l’occasion d’exposer mes idées sur l’histoire de la famille dans la revue Geschichte und Gesellschaft9, dans laquelle j’ai également publié un texte sur la « Women’s History » américaine en 198110. En préparant ces travaux, j’ai multiplié les lectures – et les stupéfactions. J’ai eu comme une révélation, notamment en lisant les premiers écrits de Gerda Lerner sur l’histoire des femmes. Mon article de 1981 se terminait d’ailleurs en proclamant la nécessité qu’il y avait à mener des recherches sur les femmes ; mais la place réservée aux femmes dans la société étant indissociable de celle qu’on prévoit pour les hommes, il faut en même temps des recherches sur les hommes. C’est pourquoi des études historiques sur les femmes (historische Frauenforschung) – je trouve cette appellation plus juste que celle d’histoire des femmes (Frauengeschichte) – qui feraient abstraction des hommes me paraissent impossible.

Les étudiantes féministes faisaient entendre leurs revendications d’une voix de plus en plus forte et ce sont elles, avec les universités d’été des femmes organisées par la FU en 1976, 1977 et 1978, qui ont le plus fortement contribué à m’amener à l’histoire des femmes. Ma fille étant née en 1973, elle était encore petite dans ces années-là, et il me fut impossible d’être tout le temps présente, ni de prendre part à tout. Je pense notamment aux « rencontres d’historiennes » (Historikerinnentreffen), qui ont eu tant d’influence par la suite. Ces événements organisés de façon autonome de 1980 à 1986 à Bielefeld, Berlin, Vienne, Bonn puis Amsterdam comptèrent des centaines de participantes et l’intérêt, l’enthousiasme y étaient palpables. On y trouvait des femmes actives, des étudiantes, des conférencières, des lycéennes. Toutes avaient une grande motivation et les idées les plus radicales qui soient. Une créativité latente proprement inépuisable ne demandait qu’à s’exprimer, ce qui se traduisit par beaucoup de contacts, de réseaux et de publications.

Le tournant des années 1980 a été pour moi un moment charnière. En 1978, je fus nommée au poste de professeure d’histoire économique et sociale à la TU de Berlin. Beaucoup de choses bougeaient, et se mettaient à converger. Les mouvements féministes se montraient actifs en de nombreux endroits, y compris, entre temps, dans des villes universitaires de taille plus modeste. Le nombre d’étudiantes désireuses de faire bouger les choses s’accrut significativement. On peinait seulement à avoir les idées claires quant à la direction à prendre. Je me rappelle encore très bien l’élan avec lequel, au cours de la première université d’été de 1976, Gisela Bock avait déclaré : « Chamboulons tout ! » Mais définir un programme pour cela nécessitait beaucoup d’efforts. Ce n’est qu’à la fin des années 1970 qu’on vit un peu mieux vers où tout cela menait. Tous ces mouvements en quête d’on ne savait trop quoi avaient tout de même permis des avancées et dans un texte important, Gisela Bock dressa un premier état des lieux. Barbara Duden et elle avaient commencé par soumettre leurs réflexions à discussion lors de la « rencontre d’historiennes » de Bielefeld. Et en 1983, Gisela Bock publia son article intitulé « Historische Frauenforschung : Fragestellungen und Perspektiven » (« Etudes historiques sur les femmes : problématiques et perspectives ») dans un recueil d’articles que j’ai dirigé et que nous avons déjà mentionné : Frauen suchen ihre Geschichte (Les femmes en quête de leur histoire). La situation aux États-Unis était une grande source d’inspiration. Mais il était illusoire d’espérer pouvoir simplement importer le programme institutionnel de la Women’s History dans l’Allemagne fédérale. En effet, l’implantation de ce cursus dans les universités américaines avaient été un succès parce que le fonctionnement de ces universités était fondé sur les lois du marché et qu’il dépendait donc fortement de l’offre et de la demande. Au contraire, le système universitaire allemand était bien loin d’être prêt à répondre par des postes et des moyens aux demandes étudiantes qui allaient dans ce sens. Cela n’empêcha pas les étudiantes des décennies 1970 et 1980 de réclamer des charges de cours en histoire des femmes avec une ténacité admirable, et de lutter énergiquement pour leur validation dans les parcours d’études.

  • 11 Karin Hausen et Helga Nowotny (dir.), Wie männlich ist die Wissenschaft ?, Francfort-sur-le-Main, S (...)

C. H. : Tu as publié dans ces années-là un autre ouvrage collectif important, qui était lui aussi très lu et très discuté à Vienne durant mes études : Wie männlich ist die Wissenschaft ? (À quel point la recherche est-elle masculine ?), codirigé avec Helga Nowotny11. Comment cet ouvrage a-t-il vu le jour ? Quel motif vous animait ?

  • 12 Prestigieux institut d’études avancées. (Note du traducteur)

K. H. : À vrai dire, ce livre a vu le jour sous le coup de la colère. Helga Nowotny, avec qui je l’ai codirigé, était l’une des très rares chercheuses à avoir été invitée au Wissenschaftskolleg de Berlin12. Là, j’ai assisté un soir à sa conférence intitulée « Wie männlich ist die Wissenschaft ? », qui m’a fait forte impression. Quelques semaines plus tard, le quotidien berlinois Der Tagesspiegel publiait sur cette conférence un article malveillant, où l’auteur s’indignait du fait que l’on finance de pareilles inepties avec l’argent du contribuable. J’ai alors écrit à Helga Nowotny – que je ne connaissais pas personnellement – qu’il était temps de se défendre. Nous nous sommes rencontrées, et nous avons imaginé un colloque autour de ce sujet. Nous avons invité des chercheuses issues de disciplines différentes et pour les commenter, des chercheurs compétents dans ces mêmes disciplines. Nous nous étions arrangées, dans une sorte de monde à l’envers, pour que les hommes présents au colloque se retrouvent en minorité au milieu de nombreuses femmes, ce qui était pour eux tout à fait inhabituel. Dans ce rôle qui leur était imparti et dans ce débat dominé par les femmes, les hommes se sentaient visiblement mal à l’aise. Les femmes de leur côté purent, en observant cela, réaliser combien d’énergie et de confiance en soi il leur fallait dépenser en temps normal, car lorsque par bonheur elles avaient l’opportunité d’être invitées à des colloques, elles s’y retrouvaient le plus souvent la seule femme, ou à deux. L’ouvrage tiré de ce colloque a connu un accueil massif. En le codirigeant, je m’imaginais avoir outrepassé mon rôle d’historienne, voire de m’être engagée dans quelque chose qui, d’une façon générale, n’était pas de mise pour une chercheuse sérieuse. Mais apparemment ce livre-là non plus ne m’a pas fait de tort.

C. H. : Plus tard, en 1995, tu es nommée directrice du Zentrum für interdisziplinäre Frauen- und Geschlechterforschung (ZIFG – Centre de recherches interdisciplinaires sur les femmes et le genre) de la TU, un centre de recherches fondé sur ton initiative. Disposer d’un institut à part entière, et d’un institut qui a eu une grande importance pour les jeunes générations de chercheuses allemandes et qui est devenu un lieu incontournable des études sur les femmes et le genre – ou plutôt qui a fait de Berlin un centre en ce domaine et un centre visible sur la scène internationale – comment regardes-tu cela a posteriori ? Je songe à vos nombreux colloques, workshops, événements, publications, et à tant de chercheuses qui ont soit soutenu leur thèse dans cette institution, soit passé leur habilitation avec toi.

K. H. : Berlin a clairement joué un rôle de modèle et contribué à ce que les études sur les femmes (Frauenforschung) soient mieux acceptées. Mais cela a même commencé plus tôt puisque dès 1988 et pendant plus de dix ans, le programme de subventions « Frauenforschung » du Sénat de Berlin, que j’ai aidé à mettre sur pied, a permis de dégager les financements nécessaires à un premier essor des études sur les femmes. À la TU de Berlin, par ailleurs, j’ai participé à l’élaboration d’un règlement destiné aux chargées de mission pour l’égalité hommes-femmes (Frauenbeauftragte), service qui, à Berlin, venait d’être mis en place. Par la suite, je fus élue au comité consultatif de ce service et le suis restée jusqu’à ma retraite. C’était très intéressant car à partir de 1989-1990, un programme de soutien destiné aux chercheuses fut mis en place et il incombait plus ou moins au comité de décider, parmi de très nombreuses candidates, laquelle serait embauchée, pour une durée qui pouvait aller jusqu’à cinq ans.

  • 13 Ces négociations, usuelles en Allemagne, sont importantes : elles définissent la dotation du poste (...)

Enfin, j’eus l’opportunité de changer l’intitulé de mon poste et d’améliorer mon statut. Je postulai à une chaire d’études interdisciplinaires sur les femmes (interdisziplinäre Frauenforschung) et je décrochai le poste, de sorte que j’eus l’opportunité, pendant les négociations de recrutement13, de présenter mon projet de centre de recherches interdisciplinaires pour les études sur les femmes et le genre. Le centre n’a pas été créé sans mal. Cela nous a demandé énormément de temps et d’efforts. Des obstacles nouveaux ne cessaient de se dresser devant nous. Nous, c’est-à-dire mes assistantes Karen Hagemann puis Ulrike Weckel, ma collaboratrice Evelyn Annuss, qui à l’époque n’avait pas encore soutenu sa thèse et dont le domaine de recherche était la littérature allemande et les études théâtrales, et moi-même. Le démarrage fut donc difficile, mais avec l’aide de nos deux étudiant·e·s sous contrat, nous nous sommes tout bonnement lancées tête baissée dans le travail, fournissant avec zèle force rapports sur nos activités.

C’était un vrai plaisir de réfléchir ensemble à la forme que devait revêtir un cours qui avait pour objectif l’interdisciplinarité en ligne de mire. Que ce soit dans notre séminaire de recherche ou à l’occasion de nos nombreux ateliers, nous avons organisé des rencontres entre disciplines dans le but de discuter les contenus, les méthodes et les points de vue toujours restrictifs de chaque discipline : « de quel domaine de spécialité venez-vous ? de quel contexte professionnel ? avec quel parcours ? quelles connaissances préalables ? » De telles questions évitaient les malentendus et aidaient à comprendre d’où ceux-ci pouvaient venir. La réflexion collective qui suivait n’en était que plus passionnante, car on pouvait à présent demander à son tour : « Pourquoi poses-tu cette question-ci de cette manière-là ? Parce que moi, à ta place, je l’aurais posée autrement. » Que les interventions portent sur des questions de fond, de méthode ou de théorie, ce qui nous importait dans la discussion collective, et nous y arrivions de mieux en mieux, c’était vraiment de prendre ces interventions au sérieux et de consacrer à chacune le temps nécessaire pour en examiner avec précision les tenants et les aboutissants.

C. H. : Pourtant, malgré tous ces succès, le ZIFG a bien failli ne pas survivre à ton départ à la retraite. Il y a eu des atermoiements, vos craintes et des lettres de protestations. Il vous a vraiment fallu vous battre pour garantir au centre un avenir après ton départ. Quels étaient les arguments de la direction de l’université ?

K. H. : Pas d’argent, pas de postes. C’était une période où la TU s’est vue contrainte de supprimer un grand nombre de chaires, et où la décision fut prise de fermer la quasi-totalité de la faculté de sciences humaines. On peut donc comprendre que les collègues se soient battus becs et ongles pour défendre leurs prébendes. Ils n’ont d’ailleurs jamais dit qu’ils voulaient liquider le ZIFG mais tout en concédant au centre la reconduite de ses activités, ils en repoussaient sans cesse l’échéance effective. Du côté du ZIFG, cette stratégie rendait toute protestation sérieuse impossible.

C. H. : Avec l’argument des coupes budgétaires pressantes et indispensables, on fait complètement l’impasse sur les activités de recherche, qui en pareille situation ne comptent pas. Or, vos résultats en la matière étaient très bons. Rappelons tout de même que tout cela avait lieu en 2003 ! C’est-à-dire à une date où le bilan du ZIFG en matière d’études sur les femmes et le genre était déjà couronné de plusieurs succès : collections éditoriales, thèses, habilitations, une certaine présence dans le champ universitaire et une capacité certaine à convaincre – tout cela n’a donc pas suffi à faire taire ce genre de commentaires. Quels étaient alors tes arguments pour défendre la pertinence en général des études sur les femmes et le genre et les activités du centre en particulier ? Quelle corde n’as-tu pas dû pincer pour pouvoir continuer ce travail de persuasion qui visiblement n’a jamais cessé ?

K. H. : Il ne s’agissait absolument pas de résultats. La commission de recherche n’arrêtait pas de me convoquer pour que j’explique pourquoi il ne serait pas mauvais que le ZIFG soit reconduit dans ses activités. Il est probable que j’aie purement et simplement renoncé à faire quelque travail de persuasion que ce soit, parce que dans la situation qui était la nôtre à l’époque, cela n’intéressait plus personne. Nous avions fourni les rapports annuels d’activité les plus beaux qui soient, de vrais petits chefs-d’œuvre ai-je encore envie de dire, avec la liste détaillée de ce que nous avions réalisé en termes d’interdisciplinarité, de dimension internationale, etc. Mais avec des gens qui ne veulent ni vous lire ni rien entendre, faire ce genre de rapports ne sert pas à grand-chose. Il était pourtant facile d’expliquer la pertinence sociale de ce que notre recherche, notre enseignement et nos discussions mettaient à l’ordre du jour : il suffisait de regarder vers l’avenir. Prenons l’exemple du partage des tâches entre les sexes. Si nous aspirons réellement à des changements sociaux qui contribuent à ce que ce partage ne soit plus considéré comme naturel, les conséquences impliquées sont considérables. Jusqu’à aujourd’hui, les tâches entre les sexes sont traditionnellement réparties de telle sorte que les femmes en ressortent toujours perdantes, puisque typiquement les inégalités en termes de salaire, de statut, de rapports de pouvoir ou de sécurité de l’emploi perdurent. Si on veut que cet état de faits, qui jouit d’une légitimité apparente, cesse et que l’on s’achemine pour de bon vers une égalité effective des chances entre les sexes, alors il faut que la société prenne conscience assez tôt des conséquences aussi bien positives que négatives de changements si considérables, ne serait-ce que pour y répondre et atténuer ce qui doit l’être. Et il lui faut pour cela deux choses : un aperçu fiable de ce type de réactions en chaîne et des équipes de gens compétents prêtes à se mettre au travail aussitôt un plan d’action défini.

C. H. : Je voudrais à présent quitter la question de la pertinence des études sur les femmes et le genre pour en venir plus précisément à tes recherches. Dans tes travaux, tu as montré clairement comment des sujets apparemment marginaux permettaient, lorsqu’on les abordait autrement, d’attirer l’attention sur des structures profondément ancrées dans la société et de mettre des relations de pouvoir en évidence. C’est le travail de fond que tu as mené sur des sujets comme la « grande lessive » au temps de l’industrialisation, la disette en bois à l’époque moderne, ou l’histoire de la machine à coudre, reliant ainsi l’histoire du quotidien à l’histoire des structures et à l’histoire de la société.

  • 14 Karin Hausen, « Technischer Fortschritt und Frauenarbeit. Zur Sozialgeschichte der Nähmaschine », G (...)

K. H. : En ce qui concerne mes sujets de recherche, il importe de souligner que j’ai passé mon enfance au village. Là, il était encore possible d’observer précisément comment on fait les choses : comment on scie, comment on fauche, comment on bat le blé, comment on traie les vaches ou ressemelle les souliers, comment on peut se nourrir avec les produits de son jardin. C’était pour moi, qui aidais beaucoup et souvent, autant de connaissances et d’expériences très concrètes de ce qu’un quotidien peut être. Je crois que cela a eu plus tard une grande influence sur mes recherches. Les quelques problèmes sur lesquels je me suis penchée sont venus à moi plutôt que moi à eux et je savais d’emblée quels y étaient les « bons » sujets, ceux qui permettaient d’éclairer un aspect intéressant. Ni mon article sur l’histoire de la machine à coudre ni celui sur la grande lessive et les machines à laver14 n’étaient des travaux délibérément féministes. Mon but était plutôt de replacer ces tâches féminines qu’on qualifie souvent de traditionnelles dans un contexte général de transformations sociales dont elles étaient partie prenante, et de les considérer en conséquence – c’est d’ailleurs là ma conception des études historiques sur les femmes.

  • 15 Karin Hausen, Geschlechtergeschichte als Gesellschaftsgeschichte, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (...)

C. H. : Tu as recueilli ces deux textes dans un beau livre bleu paru en 2012 sous le titre Geschlechtergeschichte als Gesellschaftsgeschichte (L’histoire du genre, une histoire de la société)15. Les textes que tu y as rassemblés comptent parmi tes travaux les plus importants et ils ont trait à des périodes qui s’échelonnent de l’époque moderne jusqu’au vingtième siècle. Puisqu’on te doit cette sélection, j’aimerais qu’elle nous serve de guide pour avancer parmi tes recherches. Qu’est-ce qui t’a poussée à publier ce recueil ?

K. H. : Dans mon idée, ce livre aurait dû être achevé bien plus tôt. Malheureusement, il a paru plusieurs années seulement après mon départ en retraite. En réunissant ces textes dans un même livre, je voulais montrer qu’il existait un lien entre mes différents travaux, qui avaient paru un peu partout. Je pense que ce lien apparaît dans le livre. À chaque fois, il s’est agi de mettre mes compétences d’historienne au service d’un examen précis de la manière dont les hommes, les femmes et les rapports de genre se manifestent dans l’histoire. Et de voir ce que donne cette approche d’historienne quand on l’applique à des objets aussi différents que ceux représentés dans le livre. Dans cette perspective, je prenais mes exemples dans l’univers du quotidien et je choisissais les plus évidents et les plus familiers. Puis, je m’efforçais d’apporter la plus grande précision possible dans leur connaissance, leur exposition et leur évaluation, en multipliant les questions et en considérant, quand ils le permettaient, des périodes assez longues. Les articles qui ont vu le jour de cette manière – sur le mariage, la machine à coudre, la fête des mères, le partage des tâches, etc. – forment donc bien un tout : dans la mesure où ils me permettent de produire des récits historiques qui, depuis des perspectives différentes, disent tous combien le genre est présent partout, toujours essentiel, et combien cette importance et cette omniprésence se jouent à l’échelle de la société tout entière. Enfin, les textes choisis constituent un échantillon représentatif non seulement de mon écriture mais de ce qui était possible ou non à l’époque de leur première publication, à la fois en termes de problèmes et de résultats.

C. H. : Rappelons que ton livre est divisé en cinq parties qui ont été pour toi autant de terrains privilégiés pour étudier le rôle du genre dans l’histoire : l’ordre social bourgeois, les liens entre technique et sphère domestique, le monde du travail, les cérémonies du premier après-guerre et leurs figures emblématiques, enfin un terrain plus réflexif où il est question du concept de patriarcat en histoire des femmes et du défi historiographique que constitue ce que tu appelles la « non-unité de l’histoire ». Peux-tu dire quelques mots de la façon dont cet échantillon représentatif est structuré ?

  • 16 Karin Hausen, « Mütter, Söhne und der Markt der Symbole und Waren. Der ‘Deutsche Muttertag’ 1923-19 (...)

K. H. : Prenons l’exemple de mon travail sur la fête des mères (Muttertag), littéralement la journée de la mère. J’en ai publié deux versions. Au départ, je devais écrire quelques pages pour un ouvrage collectif consacré à l’histoire des loisirs. Je songeai à la fête des mères, que je n’aimais pas, et commençai mes recherches. Plus j’examinai mon sujet de près, plus j’étais en colère devant les horreurs qui avaient été diffusées à l’occasion de cette fête et du projet qu’elle recouvrait : une fois l’an vous honorerez cette mère infatigable, se sacrifiant sans une plainte et qui n’est que bonté. La fête des mères est le résultat d’une action commune entre d’une part les représentants d’une orientation sociale conservatrice qui prétendaient, après la Première Guerre mondiale, passer par l’intermédiaire des mères pour porter remède à l’effondrement de la société, et d’autres part les représentants d’intérêts purement économiques, au premier rang desquels les fleuristes, qui voyaient là une occasion de gagner de l’argent. La mise en évidence de cette action commune m’a paru d’autant plus intéressante que dès le départ, les écoles et les crèches étaient censées contribuer à introduire la fête des mères dans les familles par le biais des enfants. Au passage, j’ai été la première surprise en constatant que la fête des mères n’était pas une invention nazie, mais qu’on l’avait diffusée et célébrée dès 1923. Quant au texte imprimé dans mon livre, il est né de recherches complémentaires sur le sujet, effectuées à l’occasion d’un workshop international intitulé « Emotion and Interest16 ».

Plus tard, comme un pendant à ces recherches, j’ai travaillé sur le Volkstrauertag, la journée du deuil national allemand. Comme dans le cas de la fête des mères, son implantation dans l’espace public a été permise par un programme de célébration problématique et par le soutien des fleuristes. Le grand nombre d’hommes tués ou estropiés pendant la guerre pesa durablement sur la société allemande d’après-guerre. Or dans le cadre de la jeune République de Weimar, l’État ne disposait d’aucune institution clairement compétente en matière de cérémonies commémoratives. Ce déficit institutionnel suscita en réaction un mouvement en faveur du Volkstrauertag et c’est ce mouvement autoproclamé qui réussit à instaurer à date fixe une journée de deuil dans toute l’Allemagne. Durant le national-socialisme, l’État s’appropria le Volkstrauertag, qui fut rebaptisé Heldengedenktag, journée de commémoration des héros. De toute évidence, Muttertag et Volkstrauertag, fête des mères et journée du deuil, reposent sur la présence diffuse au sein de la population d’un malaise où se mêlent de l’affliction, du désespoir, des souffrances provoquées par les injustices, des difficultés économiques, et une absence de perspectives. Pour les mères, qui étaient à la fois écrasées par la tâche et dénuées de presque tout soutien social, comme pour les innombrables familles ayant perdu des frères ou des pères à la guerre, ou qui avaient retrouvé des hommes mutilés ou psychiquement perturbés, l’atmosphère qui pesait sur la République de Weimar a dû être particulièrement accablante. Les mouvements autoproclamés en faveur de la fête des mères et de la journée de deuil constituèrent autant de réponses à ces émotions qui flottaient dans l’air du temps ; ils les mobilisaient dans le discours public pour faire adopter leurs nouvelles journées de commémoration. Celles-ci servaient à la fois les intérêts politiques de courants conservateurs et réactionnaires et, en requérant pour les cérémonies des formes d’expression adaptées au marché, les intérêts économiques de commerçants et de producteurs.

C. H. : Dans ces deux travaux de recherche, tu montres donc aussi qu’il y a une relation entre l’ordre économique capitaliste d’un côté, et plus précisément les intérêts d’une économie fondée sur la consommation, et les émotions qui peuvent exister dans certains groupes de femmes de l’autre, en l’occurrence dans le cas des veuves, des mères ou des épouses. C’est quelque chose qui traverse tout le livre et en réalité tout ton travail : tu renvoies sans cesse à l’importance de la dimension économique des problèmes posés, et en important cette dimension dans l’histoire des femmes et du genre, tu élargis ton sujet jusqu’à écrire en fait, comme le titre du livre l’indique, une histoire de la société. On trouve cette tendance très tôt dans tes recherches, dès les travaux sur les tâches domestiques et sur les autres sujets dont nous avons parlé. Mais tu montres également les liens qu’il peut y avoir entre le genre et – mettons ici des guillemets – la « grande » économie, comme dans ton article intitulé « Wirtschaften mit der Geschlechterordnung » (« La hiérarchie des sexes, une ressource économique »). Ce texte aborde l’époque de l’industrialisation et la ségrégation sexuée du marché du travail qui l’a accompagnée et démontre clairement qu’on ne peut écrire une histoire du travail aux XIXe et XXe siècles en faisant abstraction des rapports de genre, des constructions du masculin et du féminin ayant eu cours durant cette période, ou encore de la dichotomie public/privé. Bref, qu’on ne comprend pas l’histoire de l’industrialisation si on ne fait pas appel à la catégorie du genre.

K. H. : Oui, s’appuyer sur la catégorie du genre et croiser l’histoire des relations hommes-femmes et des rapports de genre avec l’histoire de l’économie et du travail, et le faire de façon systématique, c’est un défi qui reste à relever. Le grave problème qui se pose clairement aujourd’hui est celui de la déconstruction et de l’abolition des structures organisant la division sexuée du travail selon les sexes : ce sera long et difficile, d’autant plus long et difficile que ces structures ont eu des dizaines d’années pour continuer leur développement et renforcer leur ancrage dans les institutions sociales et dans l’esprit des gens. Le problème posé par la façon de faire d’aujourd’hui est particulièrement sensible ces temps-ci dans le domaine des soins à la personne, où le besoin augmente rapidement sans que nous sachions y répondre de façon adaptée, le défi consistant à mettre, avec ou sans salaire, un travail indispensable et très contraignant à la disposition d’hommes et de femmes issus de différentes classes d’âge, tout en garantissant que les soins prodigués le soient avec prévenance et humanité, sans dommage pour les personnes les nécessitant.

C. H. : C’est au cours de l’industrialisation qu’est née et s’est consolidée l’opinion selon laquelle les femmes sont plus agiles et plus habiles de leurs mains, et donc plus propres à exercer des activités auxiliaires dans les usines – ce qui relève de l’idéologie, au même titre que la norme suivant laquelle les hommes seraient les seuls à pouvoir effectuer sur les machines les tâches qui requièrent de la force. L’ordre soi-disant naturel des sexes fut avancé comme argument. Mais tu signales aussi la contradiction induite par ce concept qui d’une certaine façon entre en concurrence avec certains intérêts entrepreneuriaux, ou une certaine logique entrepreneuriale. La main d’œuvre féminine coûtant moins cher, il eût été logique en effet de confier aux femmes les tâches les plus variées possibles.

K. H. : La logique économique de réduction des coûts s’est parfois inclinée devant la logique inhérente à l’ordre soi-disant naturel des sexes. Ce qui m’intéresse, c’est pourquoi et comment cela arrive. Je m’efforce de remettre en question le récit commun, la manière établie de parler de l’histoire, et de tout renverser. Prenons l’exemple du travail domestique. Même les féministes parlaient de « tâches domestiques traditionnelles », comme si celles-ci étaient demeurées inchangées depuis des siècles ! Dans mon article sur la « grande lessive », je remets en cause ce récit en demandant : qui est assez fou pour croire qu’une tradition peut rester constante quand tout, au cours de l’industrialisation, change ? La manière dont on lave le linge, dont on cuit le pain, dont on coud un habit ou construit une auto depuis qu’on a inventé les autos : tout est à la même enseigne. J’aimerais expliquer brièvement pourquoi, même dans les foyers précédant l’invention du lave-linge, ce raccourci de « tâches domestiques traditionnelles » est absurde. Dans toute l’Europe, peut-être, et en tout cas dans toute l’Europe de l’ouest, laver le linge était une tâche dévolue aux femmes. Une lessive réussie supposait de disposer de produits détergents capables de laver le linge, mais aussi d’une rivière ou d’un ruisseau pour le rincer dans une eau propre. Mais que faire lorsque soudain, par la grâce spéciale d’une usine située en amont, la rivière ou le ruisseau se transforme en cloaque ? La « lessive traditionnelle » ne s’en tire qu’en leur trouvant un substitut : l’eau stagnante d’un puits, ou plus tard le robinet d’eau, sur une toute petite surface. C’est surtout à la ville que la question de l’accès au point d’eau utilisable est cruciale : si le point d’eau se trouve dans le jardin ou dans la cour d’un immeuble de plain-pied, il est plus facile à utiliser depuis le rez-de-chaussée que depuis un appartement du quatrième étage. De même, en ce qui concernait le trempage, le lavage, le séchage et le lissage du linge, lorsque le travail « traditionnel » devenait impossible, il fallait là encore « inventer » de nouveaux moyens et de nouveaux procédés. Qu’elles vendent leurs services comme blanchisseuses ou soient trop pauvres elles-mêmes pour faire laver leur linge par d’autres, c’étaient surtout les femmes pauvres, très mobiles, qui devaient faire preuve d’inventivité.

C. H. : Pourrais-tu, dans le cas de l’histoire sociale de la machine à coudre, refaire avec nous ce même chemin qui va de l’activité des femmes au contexte économique global ?

K. H. : L’histoire de l’industrialisation se concentrait surtout sur ce que Marx appelait la « grande industrie » : les machines à vapeur, les usines textiles et, plus tard, l’industrie lourde. À l’inverse, je souligne que des changements se sont produits à tous les niveaux, ce qu’ont d’ailleurs confirmé par la suite les recherches menées autour de la proto-industrialisation. Pour mon histoire de la machine à coudre, cette idée de départ a été décisive. Longtemps, l’histoire de l’industrialisation s’est seulement intéressée à l’industrie du coton et aux nouvelles forces motrices, autrement dit à la mécanisation. Mais personne ne s’est demandé comment on s’y est vraiment pris pour gérer la grande quantité de coton produit de cette manière, comment on a généré une demande pour l’écouler, par exemple. Eh bien quand on y regarde de près, on remarque deux choses : premièrement, pour pouvoir transformer une étoffe de coton, il faut au moins qu’on l’ait lavée, puis teinte. Et il a fallu beaucoup de travail avant de pouvoir effectuer ces premiers processus de transformation de façon efficace. Deuxièmement, une fois l’étoffe fin prête, elle doit être cousue, et ce processus est lui aussi fastidieux. C’est là que commence l’histoire de la machine à coudre, dont le développement progressif s’étend sur une grande partie du XIXe siècle, jusqu’à sa commercialisation à l’échelle mondiale, notamment par la firme américaine Singer qui se signale ici par son succès. Devant ces quantités d’étoffes qui devenaient maintenant attrayantes, la couture manuelle ne suffit plus. La demande changea dans son ensemble, de même que l’idée que l’on se faisait du nombre d’habits qu’il fallait porter pour se sentir « habillé ».

Cette perspective permet de comprendre le travail à domicile des femmes dans le domaine de la confection, qui apparaît à cette époque, comme le pendant du « travail pour subsister » des hommes dans le domaine de la construction, sur les chantiers de villes à la croissance rapide. Ces femmes ne travaillaient pas dans de grandes usines centrales mais dans de petits appartements, du fait même de leur statut de travailleuses à domicile. On a là ce que la conciliation des vies familiale et professionnelle peut donner de pire. Les femmes ouvrières se changèrent en travailleuses à domicile. Du point de vue des entreprises qui les employaient, elles présentaient l’avantage de fournir le lieu de travail, la lumière, le chauffage et la machine à coudre elles-mêmes, c’est-à-dire « gratuitement ». Pour ce qui est de leur machine à coudre, elles l’achetaient par le biais du système de l’achat à crédits. Je ne l’ai appris qu’une fois mes recherches finies, mais il arrivait que les travailleuses à domicile parviennent à se soustraire à l’échéance pressante du versement suivant, voire, avec un peu de chance, à toutes les suivantes : en emportant leur machine à coudre sans laisser d’adresse, dans un déménagement décidé au besoin dans l’urgence. Le collecteur chargé de recouvrer les versements ne trouve plus sa cliente à son ancienne adresse, il se renseigne et, solidarité entre ouvrières oblige, personne bien sûr ne peut dire dans le voisinage où la femme en question a déménagé, alors qu’elle habite quelques fois deux maisons plus loin.

C. H. : Revenons encore une fois à ce texte fondamental de la « polarisation des ‘caractères attribués aux sexes’ », si souvent cité, ainsi que sur sa réception, dont l’histoire figure aussi dans le livre. Quel était ton but à l’époque de sa rédaction ? Et pour quelle raison l’as-tu retenu pour ce recueil ?

K. H. : Pendant la rédaction de ce texte, j’étais persuadée qu’avec lui je me situais en dehors de la discipline historique. Je n’avais pas du tout prévu qu’il serait auréolé d’un succès aussi constant ni aussi durable, et le fait qu’il fonctionne encore au niveau du contenu n’en finit pas de m’étonner. À l’époque, j’ai surtout conçu son écriture comme un moyen de tirer au clair l’image que j’avais de moi-même. Durant mes études, les hommes avaient vis-à-vis des femmes une attitude provocante qui semblait aller de soi, notamment vis-à-vis de celles qui montraient quelque intérêt pour la chose intellectuelle. On imagine mon étonnement lorsqu’au cours de mes recherches je constatai qu’ils ne faisaient là rien de bien nouveau, mais qu’en réalité ils suivaient et banalisaient un programme très puissant de hiérarchisation des sexes formulé dès les années 1800. Mais je m’étonne aujourd’hui que cet article continue à recevoir autant d’attention alors que les représentations des sexes auxquelles les étudiants et étudiantes sont désormais confrontés ont radicalement changé par rapport à celles qui avaient cours dans les années 1950-1960.

C. H. : Tout à fait. Ça vient du fait que tu as grandi et que tu t’es formée avec cette dichotomie des sexes si fortement polarisée, et que ce n’est plus le cas des étudiant·e·s aujourd’hui, ou alors de façon partielle. Mais évidemment, les étudiant·e·s en histoire regardent volontiers en arrière et quand ils veulent se faire une idée de la société bourgeoise d’alors, ils trouvent ton texte très convaincant parce qu’il explicite et historicise l’ordre des sexes de la « modernité », et qu’on y trouve beaucoup de choses qui concernent aussi la situation contemporaine. C’est pourquoi je pense en effet que son importance et son actualité n’ont pas cessé. Et puis les sources que tu convoques sont surtout des dictionnaires et des encyclopédies.

K. H. : Oui, les encyclopédies de l’ère bourgeoise constituent mes sources principales. La réception de cet article présente toutefois une lacune notable qui à la fois m’intrigue et m’intéresse. J’ai insisté en effet sur le fait que la polarisation des spécificités attribuées aux sexes n’a pas seulement servi à justifier l’asymétrie structurelle des rapports de pouvoir entre les hommes et les femmes, autrement dit à un programme de dévalorisation des femmes. Au contraire, avec le concept de complémentarité des sexes qui s’y trouvait inscrit, la polarisation proposait également un projet de réconciliation qui, pour l’époque, était tout à fait séduisant.

  • 17 Karin Hausen, « Die Nicht-Einheit der Geschichte als historiographische Herausforderung », in Ann-C (...)

C. H. : Il y a un autre article reproduit dans l’ouvrage de 2012 sur lequel je voudrais revenir : « Die Nicht-Einheit der Geschichte als historiographische Herausforderung » (« La non-unité de l’histoire, un défi historiographique ») qui avait d’abord paru en 199817. Pourquoi « non-unité de l’histoire » ? Qu’entends-tu par là et à l’inverse, qu’est-ce que son unité ? Pourrais-tu, à travers ce concept, expliciter ce qui fait la spécificité de ton approche historiographique ?

K. H. : Mon approche, ma perspective, ma pratique d’historienne ont pu changer avec les années, mais je me suis toujours posée la question de la place de mes écrits dans l’édifice deux fois centenaire de la discipline historique : je voulais y apporter ma pierre mais comment m’assurer que cela ait un sens, et aussi du poids ? Cet édifice est en effet structuré par des récits unifiants qui visent à maîtriser la diversité du particulier et qui finissent par faire d’une histoire ainsi unifiée le gage d’une unité harmonieuse de l’Histoire, notamment quand cette unification se présente sous les traits convaincants d’une histoire nationale. Ma position à l’égard des historiographies produisant ce genre d’unité n’est pas celle d’une opposition de principe. Mais j’estime que le prix qu’il faut payer pour établir cette unité doit impérativement faire l’objet d’une réflexion critique. Et pour moi, pour ma manière de faire des recherches et d’écrire sur l’histoire, le prix payé pour doter l’histoire (nationale) de son unité habituelle est trop élevé. C’est pourquoi j’ai montré que le concept d’unité repose sur des décisions de ce qui est important et de ce qui ne l’est pas, et que ces décisions empêchent qu’on juge mes récits historiques à leur juste valeur. On n’imagine pas quelle force a, dans cette conception « unitaire » de l’histoire, le présupposé tacite qui fait qu’on attribue à toute construction qui prétend au général – celle d’un récit national par exemple – une grande importance, tout simplement parce que l’on regarde la sphère publique comme quelque chose de très général et de très important tandis que la sphère privée apparaît par contraste comme relevant de broutilles quotidiennes sans importance, et qui ne valent même pas la peine qu’on en parle. Cette façon de présenter l’histoire, prédominante jusque dans la seconde moitié du XXe siècle, constitue pourtant une pratique historiographique à la valeur douteuse. Car au nom d’une unité discutable, elle ne tient aucun compte de ce qu’elle a préalablement déclaré comme relevant de la sphère non importante du privé. Pour faire la grande histoire de la manière dont les êtres humains assurent leur survie jour après jour tout en devant manger, boire, dormir, laver, aimer, s’entendre entre eux et élever des enfants, il faut juger si et à quel point les différents processus de sélection et de partage – important/non important, public/privé, unité/pluralité – sont encore opportuns ou utiles du point de vue historiographique.

  • 18 Karin Hausen, « Familie als Gegenstand historischer Sozialwissenschaft. Bemerkungen zu einer Forsch (...)

Rétrospectivement, on peut faire un lien entre ce texte-ci et « Polarisation des ‘caractères attribués sexes’ ». À partir du xviiie siècle, on a commencé à développer des procédés qui visaient à ordonner le monde et à décider de l’importance ou de la non-importance des choses. Dans mon article sur la « non-unité de l’histoire », je vais un peu plus loin en rendant compte de l’histoire des État-nations comme constituant, avec son ordonnancement hiérarchique des échelles locale, régionale et nationale, un nouveau modèle narratif. L’histoire allemande en particulier est un bon poste d’observation pour relever les déplacements de ce qui est considéré comme important. L’histoire de l’État-nation se développe après la fondation du Reich allemand en 1871, alors même que les différents états continuent pendant longtemps de mener une vie autonome au sein de celui-ci. C’est pourtant le moment où, dans l’historiographie, le national est mis en avant en tant qu’unité et où l’attention portée à la sphère publique se concentre sur le gouvernement du Reich et sur le parlement, sur les armées de terre et les armées de mer, enfin sur les grands hommes de la politique, des affaires et de la culture. Le changement aurait dû se produire au plus tard avec le tournant de l’histoire sociale, qui a modifié de façon décisive le programme de base de la discipline historique. À partir de ce moment, dans l’histoire du travail, par exemple, il aurait dû tomber sous le sens qu’on élargisse le champ d’études aux familles, aux épouses et aux travailleuses. Dans un premier temps, pourtant, il n’en fut rien. En 1975, dans un article où j’insistais sur la nécessité d’une histoire de la famille18, je demandais déjà comment et pourquoi la discipline historique en était arrivée à ignorer purement et simplement la sphère soi-disant privée. C’était là une première étape du raisonnement que je conduirais plus tard dans mon article sur la « non-unité de l’histoire ».

C. H. : Ne pourrait-on pas comparer la discipline historique à une grande maison pleine de pièces, chacune offrant une perspective différente sur l’histoire, et celle-ci se voyant donc divisée en autant de champs différents ? Étant entendu que dans cette maison toutes les perspectives se valent et qu’il n’y en a pas une qui l’emporte sur l’autre en importance selon, justement, la perspective que l’on adopte ou que l’on professe. Cette image te parle-t-elle ? Ou bien celle de tiroirs que l’on tire ?

K. H. : Effectivement, on pourrait voir ça comme ça. Mais en réalité je ne réfléchissais pas en ces termes. Et puis on aura beau imaginer des pièces ou des tiroirs, il reste clair qu’à l’intérieur de chacun de ces espaces clos les femmes sont secondaires. Et si je cherche à cerner la place de l’histoire du genre dans l’histoire, cette image ne m’aide pas beaucoup. Certes, tout le monde dirait sans doute : « oui, bien sûr, à présent qu’il y a cette nouvelle histoire, il nous faut un nouveau tiroir ». Mais je devrais alors répondre : non ! Car la maison ou le placard serait de part en part traversé non seulement par le genre – en tant qu’il est une forme de connaissance quotidienne – mais par la certitude reçue que le genre n’a pas d’importance sur le plan historique. Or, mon travail d’historienne consiste précisément à considérer les normes de genre et les pratiques relationnelles entre les sexes, et à examiner qui est, ou qui était avantagé, qui désavantagé. Et il consiste aussi à comprendre pourquoi, pendant très longtemps, l’historiographie n’a montré aucun intérêt pour ce genre de questions. Quand on regarde le XIXe siècle avec suffisamment d’attention, on relève des contradictions : d’un côté, il est vrai, les modernes prenaient congé de la société d’ordres et ils regardaient avec sympathie les droits humains universels, mais d’un autre côté ils recouraient dans le même temps à l’argument légitimant de la « nature » des femmes, et ils s’arrangeaient ainsi pour que la tutelle patriarcale soit maintenue sur les femmes adultes dans le cadre de la famille et pour que l’égalité soit, dans la sphère publique, refusée aux femmes en matière d’accès à l’éducation, aux études supérieures, à l’activité professionnelle, à l’appartenance à des organisations politiques, au droit de vote. On n’a pas toujours été en mesure, à l’époque, de faire passer ce genre d’inégalités comme allant de soi sans de longues explications, loin de là. Mais comment se fait-il que ce type de contradictions inhérentes à la société bourgeoise ont pu, des décennies durant, passer inaperçues auprès des générations suivantes d’historiens, sans intriguer leur curiosité de chercheurs, voire qu’on a pu délibérément les passer sous silence ?

C. H. : Revenons en France pour finir. As-tu, dans tes recherches ou dans le choix de tes sujets, été influencée par l’historiographie française, par la façon qu’elle a, par exemple, de se tourner vers l’anthropologie, vers l’histoire de la vie quotidienne ? Je pense aussi à l’histoire de la famille, qui a également été pratiquée en France, ou à la « Nouvelle Histoire » de l’école des Annales, qui a opéré un déplacement et une déconstruction des hiérarchies fondées sur une échelle d’importance. Enfin, je me demande quels ont été tes contacts avec l’histoire française des femmes et du genre.

K. H. : Durant ma bourse, à Paris, j’étudiai à la Sorbonne et j’en profitais pour essayer d’en apprendre le plus possible sur les spécificités culturelles du milieu universitaire français en matière de sciences humaines. L’histoire coloniale et les théories de l’impérialisme, auxquelles je m’intéressais alors, n’étaient pas très représentées. J’ai beaucoup travaillé à la Bibliothèque Nationale où je tâchais de réunir des documents pour mon mémoire. Dans l’ensemble, mon séjour parisien a surtout permis d’améliorer très nettement mon niveau de français, assez en tout cas pour qu’à partir de ce moment-là, je consacre des lectures assidues aux travaux historiques venus de France, travaux qui suscitèrent mon intérêt, voire mon enthousiasme. Ce que je lus le plus assidûment, ce sont les Annales ESC. Quant aux rencontres, Georges Haupt était venu en 1974 à la FU de Berlin depuis Paris en tant que professeur invité pour une durée de quelques mois. Durant l’été, il m’invita à Paris pour participer à une table ronde consacrée à l’histoire du travail des femmes. Outre l’âpreté des débats, les chercheuses rassemblées pour l’occasion, surtout, me firent grande impression. C’est là que je rencontrai Michelle Perrot pour la première fois, avec qui je suis restée en contact par la suite. Son livre sur l’histoire de la grève, et en particulier ses développements sur les femmes des ouvriers grévistes m’ont appris beaucoup de choses, à l’époque.

  • 19 Heinz-Gerhard Haupt et Karin Hausen, Die Pariser Kommune von 1871. Erfolg und Scheitern einer Revol (...)

En 1979, mon collègue Heinz-Gerhard Haupt et moi-même avons publié un livre sur la Commune de Paris19. Ce livre nous donnait également l’occasion de critiquer quelques-unes des théories de la révolution discutées dans les milieux des sciences politiques et sociales, principalement aux Etats-Unis. Par ailleurs, j’ai été littéralement conquise par la dimension historique des études françaises sur la famille, et en particulier par la démographie historique. Celle-ci avait connu en France des développements beaucoup plus intéressants qu’en Angleterre, et en Allemagne, elle n’en était qu’à ses débuts. La série de colloques « Geschichte und Anthropologie » (« Histoire et anthropologie »), organisée dans les années 1980 par Hans Medick et David Sabean, chercheurs à l’Institut Max-Planck de Göttingen, me permit également de nouer des contacts avec des historiennes et des historiens français. En somme, j’aurai toujours suivi de près ce qui s’est publié en France ou sur l’histoire de France, même si je n’ai jamais eu personnellement l’occasion de travailler sur place.

Haut de page

Notes

1 Karin Hausen, « Die Polarisierung der ‚Geschlechtscharaktere’. Eine Spiegelung der Dissoziation von Erwerbsarbeit und Familienleben », in Werner Conze (dir.), Sozialgeschichte der Familie in der Neuzeit Europas. Neue Forschungen, Stuttgart, Klett, 1976, p. 363-393. Pour une liste complète de ses travaux, cf. son site personnel : http://www.karin-hausen.de.

2 Fondées au xixe siècle, les corporations d’étudiants sont encore très présentes dans certaines régions d’Allemagne. On qualifie de « combattantes » celles qui pratiquent toujours le combat à l’épée. Elles sont d’ordinaire connotées politiquement à droite, voire très à droite. (Note du traducteur)

3 La Freie Deutsche Jugend (Jeunesse libre allemande), ou FDJ, était l’organisation de jeunesse officielle de la RDA. (Note du traducteur)

4 Des trois grandes universités berlinoises, la seule qui fût à l’est. (Note du traducteur)

5 Ce travail a été publié sous le titre Kolonialherrschaft in Afrika. Wirtschaftsinteressen und Kolonialverwaltung in Kamerun vor 1914, Zurich/Fribourg, Atlantis, 1970.

6 L’AStA, acronyme d’Allgemeiner Studentenausschuss, est le nom donné au comité général des étudiants d’une université. (Note du traducteur)

7 L’Arbeitskreis für moderne Sozialgeschichte (littéralement « Groupe de travail en histoire sociale moderne ») a été fondé par Werner Conze à Heidelberg en 1957. Il existe toujours. (Note du traducteur)

8 Karin Hausen (dir.), Frauen suchen ihre Geschichte, Munich, Beck, 1983.

9 Karin Hausen, « Familie als Gegenstand historischer Sozialwissenschaft. Bemerkungen zu einer Forschungsstrategie », Geschichte und Gesellschaft, 1, 1975, p. 171-209.

10 Karin Hausen, « Women’s History in den Vereinigten Staaten », Geschichte und Gesellschaft, 7, 1981, p. 347-363.

11 Karin Hausen et Helga Nowotny (dir.), Wie männlich ist die Wissenschaft ?, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1986.

12 Prestigieux institut d’études avancées. (Note du traducteur)

13 Ces négociations, usuelles en Allemagne, sont importantes : elles définissent la dotation du poste en termes de budget de financement, nombre d’assistant·e·s, etc. (Note du traducteur)

14 Karin Hausen, « Technischer Fortschritt und Frauenarbeit. Zur Sozialgeschichte der Nähmaschine », Geschichte und Gesellschaft, 4, 1978, p. 148-169 ; idem, « Große Wäsche. Technischer Fortschritt und sozialer Wandel in Deutschland vom 18. bis ins 20. Jahrhundert », Geschichte und Gesellschaft, 13, 1987, p. 273-303.

15 Karin Hausen, Geschlechtergeschichte als Gesellschaftsgeschichte, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, coll. « Kritische Studien zur Geschichtswissenschaft », 2012.

16 Karin Hausen, « Mütter, Söhne und der Markt der Symbole und Waren. Der ‘Deutsche Muttertag’ 1923-1933 », in Hans Medick et David W. Sabean (dir.), Emotionen und materielle Interessen. Sozialanthropologische und historische Beiträge zur Familienforschung, Göttingen, 1984, p. 473-523 ; publié parallèlement en anglais : « Mothers, Sons and the Sale of Symbols and Goods. The German Mother’s Day », in Hans Medick et David W. Sabean (dir.), Interest and Emotion. Essays on the Study of Family and Kinship, Cambridge, Cambridge University Press, 1984, p. 371-413.

17 Karin Hausen, « Die Nicht-Einheit der Geschichte als historiographische Herausforderung », in Ann-Charlott Trepp et Hans Medick (dir.), Geschlechtergeschichte und Allgemeine Geschichte. Herausforderungen und Perspektiven, Göttingen, Wallstein, 1998, p. 15-55.

18 Karin Hausen, « Familie als Gegenstand historischer Sozialwissenschaft. Bemerkungen zu einer Forschungsstrategie », Geschichte und Gesellschaft, 1, 1975, p. 171-209.

19 Heinz-Gerhard Haupt et Karin Hausen, Die Pariser Kommune von 1871. Erfolg und Scheitern einer Revolution, Francfort-sur-le-Main/New York, Campus, 1979.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christa Hämmerle, « Entretien avec Karin Hausen », Genre & Histoire [En ligne], 22 | Automne 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3905

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page