Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
> Résumés de master

Elsa Neuville, À leur hauteur : les élèves de l’enseignement secondaire de l’Académie de Lyon en mai et juin 1968

Mémoire de Master Études sur le Genre / Matilda - histoire contemporaine des femmes et du genre, sous la direction de Marianne Thivend, Université Lumière Lyon 2, juin 2018

Texte intégral

1Qui sont les élèves du secondaire qui ont participé aux événements des mois de mai et juin 1968 ? Les rares études qui leur sont consacrées se concentrent sur les élèves les plus politisés des lycées parisiens, le plus souvent au masculin-neutre, quand l’historiographie du Moment 68 s’enrichit régulièrement de travaux montrant l’importance de ces événements à l’échelle locale, et de la prise en compte du genre dans l’analyse de ce Moment. Ce mémoire s’intéresse donc, dans cette perspective, aux modalités de participation des élèves de l’Académie de Lyon aux mobilisations, qu’ils et elles suivent un enseignement technique, professionnel ou général, dans des établissements mixtes ou non. Pour reconstituer le déroulement de ces deux mois extraordinaires et les modalités d’action des lycéen.nes, des archives publiques provenant de plusieurs administrations ont été mobilisées : dossiers journaliers des archives du Rectorat de l’Académie, archives des services de renseignement de la Préfecture du Rhône, ainsi que celles de plusieurs établissements du secondaire. Neuf entretiens ont également été réalisés avec d’anciens et anciennes élèves, essentiellement pour Lyon et Roanne. Ces entretiens ont permis de retrouver des archives privées, productions d’élèves de l’époque qui ont enrichi ces recherches de leur parole. Les documents produits par les élèves l’ont été principalement par les filières ou genre valorisés dans la hiérarchie scolaire et sociale : par les élèves de l’enseignement général et technique plus que professionnel, par les élèves des villes plus que des zones rurales, et par les garçons plus que par les filles. Cette spécificité explique la moindre présence des collèges d’enseignement technique (CET) dans l’analyse proposée, alors que leurs élèves prennent une part importante aux mobilisations. De plus, les rares sources retrouvées pour l’enseignement professionnel émanent principalement d’établissements de formation aux métiers de l’industrie. Elles ne mentionnent aucune revendication à propos des métiers du tertiaire, filières les plus féminisées de cet enseignement. Néanmoins, si ces sources tendent souvent à invisibiliser les filles, elles permettent d’envisager dans une certaine mesure autant la diversité de genre que de classe dans les mobilisations des élèves.

2Étudier ces mobilisations à l’échelle d’une Académie hors Paris permet d’enrichir la connaissance que nous en avons, en prenant en compte la spécificité du territoire dans lequel elles se déroulent. L’histoire de la participation des élèves de la région lyonnaise aux mobilisations de mai et juin 1968 est écrite en se situant le plus souvent possible à leur hauteur, afin de retrouver leur vécu quotidien durant ces deux mois. Ainsi, si les formes de mobilisations choisies par les élèves ou les résultats obtenus peuvent parfois sembler dérisoires au sein de l’ensemble de l’Éducation nationale, elles représentent souvent des bouleversements profonds pour celles et ceux qui les ont portés. Les changements de règlement, notamment concernant les tenues vestimentaires et la liberté de circulation à l’intérieur de l’établissement, sont souvent ceux cités en premier par les anciens et anciennes élèves rencontrées. Ainsi, au lycée Claude Lebois de Saint-Chamond, plusieurs modifications y sont apportées dès septembre 1968 : les élèves garçons âgés d’au moins 17 ans sont autorisés à fumer, les jeunes filles ont désormais le droit d’aller en récréation dans la cour commune et le port d’une blouse n’est plus obligatoire pour elles. Ces transformations au niveau local inscrivent dans le quotidien des établissements le changement de place gagné par les élèves. À l’échelle nationale, si une réforme majeure de l’enseignement secondaire n’est pas mise en place à la rentrée suivante comme dans les Universités, les mobilisations des élèves marquent le début d’une acceptation de leur participation à la vie des établissements, dont les modalités pratiques sont régulièrement discutées ensuite.

3Mai et juin 1968 sont également un moment de rencontres entre les élèves réformateurs et réformatrices des différents établissements de l’Académie. Une grande proximité se retrouve dans leurs modalités de participation aux mobilisations. Tous et toutes ont en commun de ne pas se contenter de simplement coucher sur le papier des listes de revendications, mais essayent aussi de les mettre en œuvre, ce qui rend difficile de les taxer d’utopiques ou irréalisables. C’est le cas des élèves des quatre lycées de Roanne qui occupent leurs établissements et font de ces occupations un moyen de prouver leur capacité à mettre en œuvre l’autodiscipline revendiquée. La propreté et la bonne tenue des établissements deviennent pour eux un enjeu de taille, et Juliette, ancienne élève au lycée technique de jeunes filles, se souvient : « On nettoyait le lycée avec le matériel. Des kilomètres de couloirs à laver ! C’était propre, on ramassait les papiers, on invitait les filles à entretenir leur bahut et on n’a jamais eu de problème. ». Cet exemple précis illustre bien l’importance accordée par l’ensemble des élèves mobilisés à asseoir leur crédibilité et à apparaître comme des interlocuteurs et interlocutrices légitimes aux yeux de l’administration.

4Malgré cette proximité, des différences voire des différends quant à la mise en place d’une représentation commune des mouvements d’élèves se font également jour. Cette situation peut s’expliquer par des disparités entre les types d’enseignement, ce dont les élèves ont bien conscience, leur hiérarchisation étant régulièrement dénoncée comme reproduisant la société de classe. Si les inégalités entre hommes et femmes sont en revanche presque absentes des écrits des élèves, observer leurs mobilisations et revendications sous le prisme du genre permet souvent de les situer dans des rapports sociaux de sexe. Ainsi, si les quatre lycées de la ville de Roanne sont occupés par les élèves, seuls les lycées de garçons sont occupés la nuit, les parents des filles ne les laissant pas participer à une occupation de nuit, considérée comme trop risquée pour leur moralité. De plus, toujours à Roanne, pendant les occupations, un compte-rendu d’une réunion au lycée d’État de garçons permet de deviner que les élèves du lycée d’État de filles se voient assigner des tâches traditionnellement dévolues aux femmes, puisqu’il y est indiqué que les volontaires du lycée de jeunes filles qui viendront faire la vaisselle seront invitées au repas, de même celles qui viendront préparer le repas. La participation des filles aux autres tâches comme le service d’ordre, le polycopiage ou la trésorerie n’y est pas évoquée. L’heure n’est pas encore à la remise en question de cette répartition des tâches. Par ailleurs, les revendications pour la mixité et l’éducation sexuelle, largement répandues, montrent également, quand elles sont théorisées, qu’elles signifient avant tout connaître l’autre sexe dans une perspective de mise en couple future, plutôt qu’une remise en question des places assignées à chaque sexe dans la société. L’école est pensée et dénoncée dans son potentiel de reproduction des inégalités sociales, mais pas des inégalités de genre.

5Au-delà de ces observations, une réelle confiance dans la capacité d’un cadre scolaire réformé à porter et influencer des enjeux d’importance se retrouve dans les écrits des élèves, qui soutiennent qu’une réforme de l’institution scolaire entraînera une réforme de la société tout entière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Elsa Neuville, À leur hauteur : les élèves de l’enseignement secondaire de l’Académie de Lyon en mai et juin 1968 », Genre & Histoire [En ligne], 22 | Automne 2018, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3937

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page