Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
> Résumés de thèse

Élodie Serna, Faire et défaire la virilité. Les stérilisations masculines volontaires en Europe dans l’entre-deux-guerres

Thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université de Genève et Université de Lille, sous la direction de Sylvie Aprile et Sandrine Kott, soutenue le 25 mai 2018

Texte intégral

1En étudiant les enjeux de la pratique volontaire de la stérilisation masculine, cette thèse éclaire une part des reconfigurations de la masculinité qui ont cours dans les années 1920 et 1930. Dans une perspective transnationale, elle examine par ce prisme les conceptions contemporaines du corps, du genre et de la reproduction du côté des hommes. À la croisée de l’histoire des masculinités, de l’histoire du corps et de la sexualité, de l’histoire de la médecine, de l’histoire de l’eugénisme et de l’histoire de l’anarchisme, ce travail étudie la coexistence de divers types d’opérations pour interroger les multiples aspects et expressions d’une virilité tour à tour mise en cause ou confortée par l’acte volontaire de stérilisation.

2Dans l’entre-deux-guerres, plusieurs chirurgies génitales sont utilisées au risque ou au détriment de la fertilité masculine dans le but d’optimiser la corporéité de l’homme, c’est-à-dire d’optimiser les manières de penser le corps et de l’habiter. Au premier xxe siècle s’est développé un savoir précurseur de l’andrologie qui s’est d’abord fondé sur l’observation des effets de la castration. La secte russe des Skoptzy offre le dernier exemple de castration volontaire ritualisée en Europe. Après la Première Guerre mondiale, la castration est aussi employée dans le cadre thérapeutique et comme mesure médico-administrative, mais ce sont surtout deux opérations nouvelles, la greffe testiculaire de Voronoff (qui consiste à se faire implanter tout ou partie de testicule d’humain, de singe ou de chien), et l’opération de Steinach (qui est une sorte de vasectomie), qui se développent en Europe au cours des années 1920. Elles ont pour but commun d’améliorer la qualité biologique de l’homme, d’accroître ses performances, de le conformer aux normes viriles et d’abolir la vieillesse. Elles constituent des formes de bio-technologie qui mettent en exergue les stratégies médicales de construction du masculin.

3En parallèle, la stérilisation est prônée et employée dans l’entre-deux-guerres dans le cadre de projets eugénistes. À partir d’une campagne pour la légalisation de la stérilisation en Grande-Bretagne, des débats au sein de la Ligue mondiale pour la réforme sexuelle et du mouvement néo-malthusien français, l’attention est portée ici à la question de la volition et du consentement, ainsi qu’à la place spécifique de la stérilisation masculine dans les débats sur l’eugénisme. Ces différents cas d’étude montrent que les projets libéraux de stérilisation volontaire participent de l’instauration d’une nouvelle discipline sexuelle et de nouvelles normes de reproduction et qu’ils ne sont pas antagonistes aux projets de stérilisation forcée. Si l’on peut observer le rôle clé de femmes dans les mouvements eugénistes, néo-malthusiens et de réforme sexuelle, il faut aussi souligner que la disciplinarisation de la reproduction passe par une masculinisation et une technicisation de l’encadrement de la contraception.

4L’évolution des normes de masculinité et de paternité est aussi perceptible dans le recours à la vasectomie comme un moyen contraceptif de convenance. En marge des politiques de sexualité instaurées dans le cadre de la réforme sociale en Autriche, on trouve trace de l’organisation d’opérations de stérilisations masculines clandestines. Ces opérations, qui s’énoncent comme un mode d’autogestion de la sexualité prolétarienne, s’exportent vers plusieurs pays d’Europe dans les milieux anarchistes. C’est en suivant le parcours d’un stérilisateur clandestin dénommé Norbert Bartosek, depuis l’Autriche jusqu’à la Suisse en passant par l’Espagne, la France et la Belgique, que s’écrit une histoire collective, transnationale, sociale et populaire des réseaux vasectomistes. Ces opérations questionnent l’implication des hommes dans la gestion de l’anticonception. La répression et la réprobation sociale qu’elles suscitent interrogent la libre disposition de soi du côté des hommes tandis que le refus de procréer apparaît comme un facteur de désordre social. La controverse que provoque la vasectomie de convenance met en exergue le processus de négociation qui se joue entre un ordre à défendre et une société nouvelle à faire émerger, mais aussi entre une virilité prolifique et une paternité consciente.

5L’étude du caractère polysémique des stérilisations masculines permet finalement de mettre en relief certaines convergences significatives des mutations de la société européenne de l’entre-deux-guerres. Les échanges entre disciplines, entre protagonistes, entre doctrines et théories, les ponts établis entre les différents usages des opérations, montrent que l’optimisation du corps, l’amélioration de la race et la maîtrise de la reproduction composent un programme pluriel mais commun pour les acteurs et actrices de cette page de l’histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Élodie Serna, Faire et défaire la virilité. Les stérilisations masculines volontaires en Europe dans l’entre-deux-guerres », Genre & Histoire [En ligne], 22 | Automne 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 15 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3950

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page