Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
> Résumés de thèse

Geneviève Pezeu, Coéducation, coenseignement, mixité. Filles et garçons dans l’enseignement secondaire en France (1916-1976)

Thèse de doctorat d’histoire en sciences de l’éducation sous la direction de Rebecca Rogers, Université Paris-Descartes, soutenue le 12 juin 2018

Texte intégral

1Comment, dans l’enseignement secondaire français, est-on passé de l’idée de coéducation à la pratique de la mixité ? Le mélange des sexes pour « apprendre ensemble » s’est appliqué lentement au cours du xxe siècle et s’est imposé tardivement avec les décrets d’application de la réforme Haby, en 1976. Cette « révolution pédagogique » s’accomplit silencieusement par le biais de circulaires ministérielles qui accompagnent l’application d’aménagements scolaires afin d’offrir plus de chance aux filles cherchant à poursuivre leurs études dans le secondaire.

2Le regard historique sur l’évolution de la « coéducation » croise les discours et les pratiques pour mieux comprendre les enjeux de la mixité de sexe et l’évolution des représentations qui lui sont liées. S’appuyant sur les méthodes de l’histoire sociale et celles de l’histoire du genre, cette thèse donne un éclairage nouveau à propos de la démocratisation de l’enseignement secondaire au xxe siècle.

3En variant les échelles d’analyses, la recherche s’attache à montrer comment les élèves et les familles, les professionnel.les de l’éducation et les cadres de l’administration publique perçoivent et vivent la mise en œuvre de cette organisation scolaire nouvelle. Le travail cartographique permet de situer l’ensemble des établissements masculins coéducatifs depuis les années trente et au milieu des années cinquante, alors que la norme de la séparation des sexes est encore de mise. Il apparaît que le territoire national est largement occupé d’établissements masculins ayant ouvert leurs portes aux filles adolescentes.

4La démarche chronologique est privilégiée. Une première étape s’intéresse aux prémices des expériences de « coenseignement », terme le plus pertinent pour l’entre-deux-guerres. Pour la même période, dans un second temps, l’analyse du discours permet de croiser les regards portés sur le mélange des sexes et les résistances qui s’expriment dans les différentes sphères de la société. Enfin, le troisième volet présente l’évolution de l’organisation de la mixité depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’au milieu des années soixante-dix. La mixité devient un modèle utile pour assumer la croissance démographique jusqu’à sa légalisation par la loi. À l’image de sa réalisation concrète, la mixité donne de la place aux filles à côté des garçons dans l’indifférenciation générale, dont celle de l’État. Le mouvement est à sens unique, ce sont les élèves filles qui sont assimilées au corps de l’enseignement masculin.

5En effet, dans le monde éducatif en construction depuis le xixe siècle la question de la coéducation puis de la mixité est restée à la périphérie des réflexions, même si l’idée est débattue bien avant la Première Guerre mondiale, à la lecture du modèle américain notamment. Ce n’est que dans la seconde moitié du xxe siècle que s’imposent peu à peu le terme proprement français de « mixité » et sa mise en pratique. La jeunesse de plus en plus nombreuse prend sa place dans une société qui, dans le cadre de la forte croissance économique en phase avec les mutations culturelles, se libère de carcans moraux. La libération sexuelle, entre autres, bouleverse et transforme les relations sociales. À l’école, la séparation des filles et des garçons devient désuète, d’autant que la mise en mixité arrange tout le monde, tant sur le plan économique que pratique. Finalement, après s’être installée silencieusement dans l’enseignement secondaire en bénéficiant d’un consensus implicite, le système apparaît irréversible aux yeux des contemporain.es. L’évidence de l’éducation en commun a fait loi parce que la norme de la séparation des sexes est devenue caduque. L’État, à la faveur de la profonde réforme de l’éducation nationale de la loi Haby (1975), légalise et rend obligatoire le dispositif de l’enseignement mixte. La règle s’applique pour tous les établissements publiques (sauf celui de la Légion d’Honneur), sur le principe fondamental et universel de l’égalité, dans le cadre de la démocratie laïque.

6Faire une histoire de la mixité en tant que modalité de sociabilité, à savoir celle du mélange pacifique des sexes, conduit à examiner ses deux facettes avec toutes les ambiguïtés possibles. La première revient à concevoir la mixité comme la solution commode et pragmatique pour gérer la pénurie de locaux et d’enseignant.es, pour laquelle la réflexion pédagogique et philosophique est restée limitée. La seconde consiste à repérer comment le processus de mixité dans l’organisation scolaire est perçu par la société et en quoi cette force de changement s’est imposée au politique. Les enjeux de la mixité reviennent à en faire un projet de société pour l’égalité des sexes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Geneviève Pezeu, Coéducation, coenseignement, mixité. Filles et garçons dans l’enseignement secondaire en France (1916-1976) », Genre & Histoire [En ligne], 22 | Automne 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/3957

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page