Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Enfanter dans la France d’Ancien Régime, études réunies par Laetitia Dion, Adeline Gargam, Nathalie Grande et Marie-Élisabeth Henneau

Arras, Artois presses Université, 2017, 225 p.
Isabelle Robin
Référence(s) :

Enfanter dans la France d’Ancien Régime, études réunies par Laetitia Dion, Adeline Gargam, Nathalie Grande et Marie-Élisabeth Henneau, Arras, Artois presses Université, 2017, 225 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif qui rassemble des contributions de littéraires et d’historien.ne.s, revient sur un thème, celui de la naissance et de l’accouchement, abordé par la recherche depuis maintenant plus trente ans. La belle préface de Jacques Gélis évoque les acquis de cette histoire de la naissance envisagée sur la très longue durée, dans les discours et les pratiques, depuis la fin du Moyen-Âge jusqu’à nos jours. Il en rappelle les grandes étapes qui ont fait basculer un événement vécu entre femmes, où la matrone aidait les autres femmes à accoucher, dans un environnement culturel traditionnel, à un monde de la naissance médicalisée à l’hôpital dans lequel la sage-femme est subordonnée à un.e obstétricien.ne. Ce livre se concentre lui sur un temps plus court, les xvie-xviiie siècles avec une incursion au xve, période de la montée en puissance des chirurgiens et médecins accoucheurs qui développent leur spécialité obstétrique et s’imposent face aux sages-femmes dont ils s’efforcent de contrôler la formation et l’exercice, sans pour autant faire disparaitre, rappelons-le, les empiriques actives un peu partout dans les campagnes. Les auteur.e.s ont voulu y ajouter un questionnement sur le genre qui est, en réalité, au cœur de la thématique depuis l’origine, et proposent treize contributions organisées en quatre temps : l’art d’être sage-femme, les sages-femmes face à la justice, l’exemple d’une sage-femme célèbre : Louise Bourgeois et les représentations littéraires et iconographiques.

2On trouvera dans plusieurs textes des développements sur le partage des pratiques qui s’instaure entre les hommes, –chirurgiens ou médecins– et les sages-femmes mais aussi sur la mise en place d’un rapport de domination entre eux entre xviie et xviiie siècles. Aux deux bouts de la chronologie, le cas des sages-femmes d’Amiens à la fin du Moyen Âge et la représentation extrêmement violente de l’homme armé d’instruments, secondé par une femme, face à des parturientes réduites à sa merci chez Sade illustrent cet aspect déjà bien connu [p. 19-31 et p. 161-173]. Au-delà des tensions avérées entre praticien.ne.s, nées en partie de la concurrence des activités des unes et des autres en ville, la reconnaissance de la place des sages-femmes et leur implantation dans la société urbaine est soulignée à plusieurs reprises. Les autorités municipales leur accordent des avantages ou font appel à leur expertise, et la clientèle ne leur manque pas. Cette reconnaissance de leurs compétences professionnelles est aussi le fait des chirurgiens avec lesquelles elles travaillent. Géraldine Ther et Julie Pilorget soulignent à ce propos qu’il arrivait que certains couples mariés exercent comme chirurgien et sage-femme offrant des services complémentaires aux parturientes [p. 19-31 et 81-95]. Quelques cas sont connus, et cités, mais cette piste vaudrait la peine d’être suivie pour appréhender les modalités d’une possible coopération.

3La position privilégiée de la sage-femme auprès des femmes enceintes et au moment de l’accouchement est aussi rappelée, notamment par Ophélie Chavaroche et Alison Klaimont-Lingo [p. 99-112 et 113-126]. En effet, elle est celle qui écoute, à qui on se confie plus aisément qu’à un homme. Louise Bourgeois est intimement persuadée de cet avantage qui lui permet d’avoir plus d’éléments pour établir un diagnostic, ce que ne nie pas un médecin comme Joubert [p. 122]. Pour autant, elle ne pratiquerait pas plus d’examen gynécologiques qu’un chirurgien.

4Une attention particulière est portée aux productions écrites des femmes et à leurs illustrations. Leurs publications sont très peu nombreuses et, pour certaines, déjà fort connues en leur temps comme les ouvrages de Louise Bourgeois ou de Mme Du Coudray. Quelle que soit leur réputation, leur diffusion, ces écrits présentent un point commun. Les genres littéraires que ces femmes osent aborder revêtent tous un aspect éminemment pratique qui rejoint leur revendication de savoir-faire. Avec leurs catéchismes, abrégés et observations, on est loin des traités scientifiques produits par les hommes. La question de la diffusion de ces textes est abordée sous l’angle de la traduction en anglais de passages du livre de Louise Bourgeois. Stéphanie O’Hara s’intéresse de très près à une traduction de 1656 afin de repérer les « infidélités » faites à l’esprit du texte [p. 127-137]. Elle montre comment le choix des passages chez Bourgeois, mais aussi chez Guillemeau, a modifié les rapports de genre. Les auteurs anonymes ont cherché avant tout à valoriser le travail des accoucheurs et à reléguer au second plan les sages-femmes. Il s’agit alors de contribuer au débat anglais du moment en empruntant et gauchissant les propos de Louise Bourgeois qui défendait, au contraire, la position et les compétences de la sage-femme.

5De l’examen de ces textes de femmes mais aussi des démonstrations d’anatomie et d’obstétrique auxquelles certaines s’adonnaient au xviiie siècle, il ressort une réflexion plus large sur femmes et savoirs. Il revient en particulier à Emmanuelle Berthiaud d’évoquer cet aspect en s’intéressant à des femmes qui ont obtenu une forme de reconnaissance dans le monde masculin des savoirs scientifiques en enseignant [p. 175-193]. Mme Du Coudray et Mlle Biberon ne deviennent pas anatomistes mais s’immiscent dans cette pratique grâce à leurs démonstrations. Toutes deux instruisent un public féminin, certes différent, plus populaire mais plus nombreux pour la célèbre accoucheuse, plus mondain et plus limité pour l’anatomiste. L’historienne note par ailleurs que ce moment où des femmes anatomistes se font une réputation est une parenthèse qui se referme au xixe siècle.

6Par ailleurs, des contributions de ce volume s’efforcent d’explorer des sources de la littérature ou des archives encore peu mobilisées. Les parades, divertissements mondains des Lumières, étudiées par Jennifer Ruimi, permettent d’insister sur la représentation des filles enceintes et le rire de classe provoqué par ces petites scènes jouées par des aristocrates, mais mettant en scène le peuple dont on se gausse [p. 141-150]. Il est intéressant de noter le trouble des genres introduit par les acteurs masculins endossant les rôles récurrents de filles enceintes. On peut y voir une façon de mettre à distance la situation et le personnage auquel le public ne peut s’identifier, mais aussi de provoquer le rire en présentant quelque chose relevant de l’impossible, comme par exemple un homme mettant au monde un enfant. Une autre source, les factums –mémoires judiciaires rédigés par les avocats pour exposer le point de vue de leur client– n’offre pas au final un discours genré marqué. Cela tient à la nature de la source, comme le dit G. Ther, ces factums mettant en scène des individus incriminés personnellement. Le discours disqualifiant et critique de l’avocat adverse, s’il vise une sage-femme, ne tend pas à la généralisation sur l’incompétence ou la faiblesse des femmes [p. 81-95]. Il est tout aussi fréquent de lire dans ces discours, éminemment circonstanciels, la défense des qualités et compétences d’une femme qu’une attaque en règle. L’auteur montre bien toutes les limites de l’application du critère de genre, aussi pertinent soit-il, à certaines sources.

7Dans sa préface, Jacques Gélis suggère un certain nombre de pistes de recherche. Parmi elles, il cite la stérilité, les fausses couches et, plus largement, la santé des femmes. Il se trouve qu’une des contributions de cet ouvrage aborde l’avortement qui, au sens ancien du terme, recouvre à la fois les fausses couches et les avortements provoqués. En reprenant les traités d’obstétriques, Laure Tatoueix examine comment les auteurs exposent et expliquent ces cas qui défient leur savoir et leur action [p. 69-79]. Ces affaires sont délicates car il est bien difficile de faire le départ entre ce qui est accidentel et ce qui relève de l’intention de la femme de provoquer l’interruption de sa grossesse. Cela donne lieu à un discours souvent culpabilisant pour les femmes. Les soupçons sont assortis d’une volonté d’encadrement serré de la grossesse qui sert les ambitions des obstétriciens. Au passage est mise en évidence la différence entre les auteurs hommes et femmes. Les chirurgiens et médecins, qui ne veulent surtout pas être tenus pour responsables d’un crime voulu par la femme, ne s’aventurent donc pas, par prudence, sur le terrain du déclanchement possible des avortements, alors que les sages-femmes auteures reconnaissent que cela existe. À la croisée des travaux sur la naissance et l’accouchement, le genre et les femmes, ce volume témoigne des recherches en cours qui empruntent des chemins bien balisés mais aussi de nouvelles pistes documentaires et thématiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Robin, « Enfanter dans la France d’Ancien Régime, études réunies par Laetitia Dion, Adeline Gargam, Nathalie Grande et Marie-Élisabeth Henneau », Genre & Histoire [En ligne], 22 | Automne 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/4003

Haut de page

Auteur

Isabelle Robin

MCF CRM/Sorbonne Université

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page