Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Lætitia Dion, Histoires de mariage. Le mariage dans la fiction narrative française (1515-1559)

Paris, Classiques Garnier, 2017, 587 p.
Violaine Giacomotto-Charra
Référence(s) :

Lætitia Dion, Histoires de mariage. Le mariage dans la fiction narrative française (1515-1559), Paris, Classiques Garnier, 2017, 587 p.

Texte intégral

1L’ouvrage publié par Lætitia Dion à partir de sa thèse de doctorat a l’originalité et l’intérêt de constituer un travail critique sur la littérature narrative et un solide apport historique. L’auteur part d’un constat de lecture : « pourquoi tant d’histoires d’adultère et si peu d’histoires d’époux heureux à la Renaissance », dans la présentation de l’ouvrage. Il s’agit ici de traiter d’abord des histoires, au sens de la mise en récit comme du contenu narratif. Ce premier constat, cependant, s’accompagne d’un second : la prolifération de ces histoires de mariages forcés, malheureux, impossibles ou contrariés est contemporaine de mutations profondes qui affectent l’institution du mariage, directement touchée par les querelles religieuses en même temps que par les évolutions de la société de la Renaissance. Récit, composition diégétique et histoire sont ainsi mises en relation dans cet ouvrage consacré autant aux histoires de qu’à l’histoire du mariage.

2Dans une introduction dense et nourrie d’une trentaine de pages, Lætitia Dion prend d’abord le temps d’expliquer en détail ce qui a motivé sa démarche : la volonté d’articuler les différents niveaux d’analyse, alors que la critique a plutôt, sauf exceptions, séparé l’histoire du mariage et les fictions prenant le mariage pour thème. Elle justifie également l’angle à la fois épistémologique et littéraire sous lequel elle a souhaité traiter cette question : non une étude de l’image du mariage dans la littérature, mais une analyse véritablement littéraire s’interrogeant sur « le rôle joué par les situations matrimoniales dans la dynamique narrative » (p. 17) à partir du concept clef d’intrigue. Un lien est ainsi fait entre l’évolution historique de l’institution du mariage sous différents aspects et le renouvellement de la fiction narrative au début de la Renaissance française, en même temps que l’on comprend que les auteurs de fiction aient fait des choix dans le réservoir de ressources narratives variées que constituait le mariage, puisque celui-ci n’est pas seulement représenté par les fictions, mais utilisé en fonction de ses potentialités fictionnelles et narratives.

3Le corpus retenu par Lætitia Dion est cohérent : l’ouvrage traite de treize fictions narratives en prose, incluant des œuvres très connues comme les Cent Nouvelles nouvelles, l’Heptaméron ou Les Nouvelle récréations et joyeux devis et tout un ensemble d’autres textes narratifs variés, composées entre 1515 et 1559. L’unité en est assurée par leur caractère fictionnel, leur originalité et leur cohérence thématique, le mariage n’y constituant pas un thème second ou anecdotique, mais l’un des éléments nodaux de l’intrigue. Afin d’articuler clairement la dimension historique, saisie dans ses transformations, et le rôle de ressort ou d’aiguillon narratif que joue la question du mariage, Lætitia Dion a divisé son livre en trois parties. La première, historique, porte sur « L’histoire du mariage en xvie siècle », les deux autres, littéraires, interrogent le rôle du mariage dans la fiction à travers l’étude d’une « matière narrative en mutation », puis la « poétique » ainsi créée, en montrant que le mariage est « au cœur des innovations du genre narratif » (sous-titre de la troisième partie).

4Après un rapide bilan historiographique, la première partie examine successivement deux questions : l’institution du mariage proprement dite (en particulier la position de l’Église et les débats théologiques qui se produisent en cette période de mutations religieuses) et la perception que les lettrés de l’époque avaient de la vie conjugale. L’apport de l’ouvrage est ici de proposer une synthèse claire sur l’état de l’institution du mariage, à la fois du point de vue de sa définition doctrinale et de celui de la réalité des pratiques. Le mariage, ainsi, se trouve au cœur de la crise religieuse et des tensions qui animent les relations entre ce qui est aux yeux de l’Église un sacrement, et aux yeux des familles une question sociale de sang, d’affaires et d’argent. Si l’Église prône le consentement des deux époux et considère que les mariés peuvent se passer de l’accord du père, l’État penche pour la famille et l’encadrement d’une pratique qui détermine avant tout le lignage et les relations sociales. Le mariage, sa nature, son rôle structurant pour la société, sont des enjeux de pouvoir entre monde chrétien et monde laïc et au sein même du monde chrétien (concile de Trente). Mais le mariage est aussi un enjeu sur le plan des valeurs, et Lætitia Dion montre bien qu’il existe un courant « misogame », valorisant le célibat en particulier dans le cadre d’une ascèse du corps et de l’esprit, et un autre « philogame », qui prend le dessus au xvie siècle, et s’accompagne d’une valorisation de l’épouse, la femme se voyant ainsi accorder une dignité nouvelle, ou tout au moins plus grande. Le travail de Lætitia Dion se distingue ici par l’effort fait pour dépasser la seule analyse du statut social et juridique de l’épouse pour essayer de saisir des éléments qui échappent souvent à l’historien : entente et affection conjugales, sexualité et question du plaisir (voir cependant la toute récente synthèse de Sylvie Steinberg dir., L’histoire des sexualités, PUF, 2018).

5La complexité et la richesse de l’histoire du mariage dégagées dans cette première partie permettent ensuite, dans les deux suivantes, d’en mesurer et d’en comprendre l’importance narrative et poétique. Que ce soit le renforcement de la dimension affective ou la pression croissante de l’autorité familiale, on devine bien à la lecture comment ce mariage peut devenir ressort essentiel de la fiction. La deuxième partie s’intéresse ainsi au rôle du mariage dans la constitution des intrigues de manière thématique d’abord (« mariages clandestins », « contrôle social et familial » et « mariages politiques ») puis en analysant la représentation de la vie conjugale dans ces fictions (« les nuits de noce », « l’adultère », « bonheurs et misères de la vie conjugale »), ce qui permet à l’auteur de parvenir à une typologie des fictions narratives sur la base des thèmes traités et de la manière dont ils le sont dans la fiction. Cela lui permet également de conclure à un « renouvellement de la matière narrative en lien étroit avec l’actualité religieuse, politique et intellectuelle de la période » (p. 332), ce qui la conduit à passer des innovations thématiques aux innovations proprement narratives et formelles. La troisième partie achève l’étude en trois grands temps : l’étude des interactions entre le mariage et de nouvelles formes de récit ; la détermination de la place du mariage dans l’émergence du roman sentimental et enfin les « troubles herméneutiques » que fait surgir la mise en fiction du mariage. Le mariage n’est pas seulement un thème par lequel la fiction reflète, de manière plus ou moins fidèle, le monde qui l’entoure, c’est aussi un facteur puissant de mutation des modes mêmes d’écriture de la fiction ; il contribue en particulier à l’émergence de l’histoire tragique et du roman sentimental.

6Le livre de Lætitia Dion propose un parcours stimulant, et d’un contenu très riche, qui séduit par sa capacité à faire dialoguer les disciplines entre elles. On suit un chemin qui, pour le résumer un peu schématiquement, va de l’histoire sociale à l’histoire culturelle, de l’histoire culturelle à l’histoire littéraire et de l’histoire littéraire à de vraies questions de poétiques. Au passage sont envisagées des points aussi importants que le rôle de ou des Églises, les relations État / Église, la place et le poids de la famille, le rôle et le statut de la femme, les pratiques affectives et sexuelles. Tous ces éléments, étudiés pour eux- mêmes, sont aussi les ressorts qui non seulement permettent de nouer des intrigues narratives qui jouent sur leur potentialité, mais dont les possibilités qu’elles portent contribuent fortement à modifier l’identité de la fiction elle-même. Au terme du parcours, c’est la littérature qui éclaire en retour l’histoire, Lætitia Dion concluant en particulier que « la figuration nouvelle d’une intériorité » (p. 542), considérée comme l’une des caractéristiques des débuts de la période moderne et qui touche tous les aspects de la vie religieuse, politique et sociale, se dessine très tôt dans les fictions narratives sur le mariage, la littérature se faisant ici indice d’une mutation importante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Violaine Giacomotto-Charra, « Lætitia Dion, Histoires de mariage. Le mariage dans la fiction narrative française (1515-1559) », Genre & Histoire [En ligne], 22 | Automne 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/4038

Haut de page

Auteur

Violaine Giacomotto-Charra

Université Bordeaux Montaigne, EA 4195 – TELEM, Centre Montaigne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page