Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Joseph Morsel, Noblesse, parenté et reproduction sociale à la fin du Moyen Âge

Paris, A. et J. Picard, « Les médiévistes français… et d’ailleurs », 2017, 158 p.
Élie Haddad
Référence(s) :

Joseph Morsel, Noblesse, parenté et reproduction sociale à la fin du Moyen Âge, Paris, A. et J. Picard, « Les médiévistes français… et d’ailleurs », 2017, 158 p.

Texte intégral

1En mettant à disposition des historiens français quatre articles remaniés parus en allemand ou en anglais, précédés d’une introduction originale et suivis d’une bibliographie, ce livre donne bien plus au lecteur qu’un simple recueil d’études sur le terrain de prédilection de son auteur : la petite noblesse de Franconie aux xive et xve siècles. Il expose, illustre et défend une démarche de recherche d’une grande cohérence dont les fondements et le questionnaire, donnés en introduction, sont constamment mis en œuvre et élaborés au fil des chapitres. Aussi ouvre-t-il sur des perspectives du plus haut intérêt pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire sociale, à l’histoire de la domination et à l’histoire de la parenté.

  • 1 Le geschlecht, dans son sens médiéval puis anthropologique, est ordinairement traduit par « lignage (...)

2Raisonnant en termes de domination sociale d’une aristocratie laïque, et non en simples termes de supériorité socio-économique, J. Morsel cherche à cerner la reproduction sociale en la déprenant des seules questions d’héritage et de transmission pour la penser au niveau des structures assurant la domination du groupe. Critiquant la rétrojection des idées de circulation et d’échange pour interpréter un ordre lignager successoral qui serait l’objectif premier de l’aristocratie, il fait appel à l’idée ecclésiale de « partage généralisé », au sens d’avoir part à, pour interpréter le rôle de la parenté, comme sous-système social, dans la cohésion du groupe dominant laïque. La démonstration de la sociogenèse de la noblesse qu’il a déjà menée pour la Franconie se poursuit en une enquête sur la sociogenèse du geschlecht1 (chapitres 1 et 2) et la façon dont elle s’est articulée à la première et à la reproduction parentale de la cohésion du groupe nobiliaire (chapitres 3 et 4).

3Le premier point est vu depuis l’apparition du terme de geschlecht et d’un ensemble de vocables liés, avec une connotation initiale cognatique s’infléchissant vers l’idée de lignée successorale à dominante patrilinéaire, jusqu’à la présence d’objets le matérialisant, en passant par les figurations (cimiers puis armoiries timbrées, sur les sceaux puis les monuments funéraires, arbres généalogiques qui sont en fait des lignées d’héritiers) et les textes (cartulaires), avec une chronologie allant du xive à la fin du xvie siècle. Ce mot d’ordre qui discrimine parmi les parents s’accompagne de la production de biens lignagers. C’est en étudiant les formes d’identification, notamment féminines, anthroponymie et héraldique, la taxinomie de la parenté et les qualifications parentales que J. Morsel articule ensuite la sociogenèse du geschlecht à l’alliance, afin de montrer comment le discours de la parenté (et non les structures) change pour fonder le groupe nobiliaire sur l’intégration matrimoniale, à l’inverse de la France où l’ancienneté fut centrale dans l’appartenance au second ordre.

4La démonstration mobilise des sources variées qui ne sont pas nécessairement toujours détaillées, mais parce qu’elles renvoient aux travaux précédents de l’auteur. Chaque terme employé est précisément défini, mis en rapport avec d’autres vocables des sciences sociales, et ouvre sur une discussion par rapport à d’autres approches, d’autres thèses, pour préciser et justifier encore mieux le point de vue adopté. De même les termes médiévaux sont systématiquement analysés pour en cerner le sens en les réinsérant dans les relations sociales qu’ils expriment, au point de suggérer parfois une traduction possible différente de celle communément utilisée (ainsi, geschlecht devrait être traduit par « lignée patrimoniale » et non par « lignage »). Tout cela est fondé sur une analyse érudite, matérielle, des objets et des textes qui signifient ou représentent les formes sociales que le livre étudie, en interrogeant toujours ce que produit le passage à l’écrit.

5On prendra trois exemples de cette démarche. Réfléchissant sur ce qu’est le geschlecht, J. Morsel convoque la notion proche de « maison » utilisée par Claude Lévi-Strauss qui y voyait une personne morale. Mais J. Morsel montre que, précisément, le geschlecht n’est pas une universitas, et n’est donc pas une personne morale indépendante, au sens où nul objet ne vient le matérialiser (il n’y a pas de sceau du geschlecht par exemple), et où il n’est pas possible à une personne de quitter son geschlecht, comme si ce dernier n’était que la somme de ses parties (p. 57). L’analyse le conduit ainsi à préférer la notion de « pseudomorphe », abandonnée par Lévi-Strauss au profit de celle de « maison », qui rend mieux compte de ces formes sociales qui prennent le langage et les rapports de parenté comme support mais qui sont fondées sur d’autres logiques que celle de la parenté (p. 87). J. Morsel discute avec l’anthropologie à laquelle il emprunte une méthode d’analyse et des questionnements, tout en conservant toujours sa perspective historienne. L’examen des clauses des contrats de mariage (p. 124-130) lui permet d’interroger l’apparition de ces derniers, le recours à l’écrit ayant une signification sociologique qu’il faut interpréter. À la suite de Jack Goody et en se fondant sur quelques études historiques, J. Morsel suggère que ce recours au contrat de mariage se fait en cas de dérogeance à la coutume, et que sa généralisation dans la petite noblesse franconienne est le signe d’une nécessité nouvelle de « délimiter les droits successoraux des femmes […] dans le cadre de la sociogenèse du geschlecht » (p. 125), à un moment de changement dans les pratiques et les représentations de la transmission patrimoniale. L’examen des contre-dots souligne l’absence de prise en compte de ce type de transferts chez les anthropologues comme J. Goody ou Alain Testart mais, réfléchissant à la manière d’un anthropologue, J. Morsel montre comment cette contre-dot strictement équivalente à la dot vient placer la femme mariée entre les deux geschlechter de son père et de son mari, dans une position « neutre » où les apports de ces derniers s’annulent et où elle ne peut plus rien exiger d’eux. Elle est également placée entre deux générations puisque seuls des enfants éventuels viendront réaliser l’alliance des deux geschlechter. Symétriquement, les clauses des contrats de mariage faisaient que le père était placé en situation de pont entre sa mère et ses filles, tout en assurant la transmission de biens spécifiques en ligne uniquement masculine. C’est d’ailleurs un des points forts du livre de toujours réfléchir en articulant les positions des hommes et des femmes ou, pour le dire autrement, en interrogeant les sources du point de vue des femmes et du point de vue des hommes, pour ne pas tomber dans le travers qui postulerait d’emblée une infériorité des premières sur les seconds sans prendre en compte la ou les relation(s) sociale(s) dans la ou lesquelles ces positions s’inscrivent.

  • 2 Louis Dumont, Homo hierarchicus. Le système des castes et ses implications, Paris, Gallimard, Tel ( (...)

6Ce sont en effet les rapports sociaux qui sont au cœur de l’ouvrage, toute pratique, tout terme employé, toute représentation ne prenant sens que dans un système de relations sociales –perspective qui évite toute essentialisation et toute naturalisation des objets étudiés. Évidemment certains points suscitent discussion. Mais l’essentiel est que J. Morsel donne toujours tant les fondements intellectuels et méthodologiques que les éléments qui lui permettent d’aboutir à ses conclusions, dans un souci de clarification qui permet le débat. Il indique d’ailleurs lui-même le grand absent du recueil : le système de l’alliance, à savoir les pratiques de bouclages, d’échanges et/ou de renchaînements qui ont été repérées partout où des travaux sur cette question ont été menés, au moins pour l’époque moderne. Faisons ici une suggestion. Ce système de l’alliance est assurément un élément central dans la sociogenèse d’une noblesse qui se construit comme groupe matrimonial. C’est aussi un élément crucial pour comprendre l’articulation entre la parenté, conçue par J. Morsel comme alliance et filiation, et les discours de la parenté ainsi que les choix de formes de transmission spécifiques, qui sélectionnent certains membres dans cet ensemble. Car cette articulation détermine la place de chacun dans la parenté, modèle les groupes de succession, les lignes d’héritage, qui engagent nombre de relations au sein de la parenté pratique. Ces pratiques de l’alliance sont dépendantes des différences hiérarchiques entre les geschlechter, les maisons, les formes de réalisation verticales de la parenté, elles créent du lien et sont prises dans l’ensemble des oppositions, des concurrences dans lesquelles sont placées les familles de dominants. Si à un niveau supérieur partage il y a, qui assure la domination du groupe en tant que groupe, à un niveau inférieur, en bonne logique hiérarchique dumontienne2, il y a division. Il n’est donc pas sûr qu’il faille se passer de toute idée de circulation des biens, car il y a bien tentatives d’appropriation, de conservation, mais aussi pertes, transferts, etc. Ce volume ouvre donc sur d’autres chapitres à venir ­et c’est tant mieux.

Haut de page

Notes

1 Le geschlecht, dans son sens médiéval puis anthropologique, est ordinairement traduit par « lignage ». Il doit être différencié du terme courant actuel qui renvoie au sexe ou au genre.

2 Louis Dumont, Homo hierarchicus. Le système des castes et ses implications, Paris, Gallimard, Tel (n° 39), 1979 [1967], notamment la postface, « Vers une théorie de la hiérarchie », p. 396-403, dans laquelle L. Dumont réfléchit sur l’englobement des contraires et les distinctions de niveau au sein de la pensée hiérarchique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élie Haddad, « Joseph Morsel, Noblesse, parenté et reproduction sociale à la fin du Moyen Âge », Genre & Histoire [En ligne], 22 | Automne 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/4059

Haut de page

Auteur

Élie Haddad

CNRS (CRH-EHESS)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page