Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Todd Shepard, Mâle décolonisation. L’« homme arabe » et la France, de l’indépendance algérienne à la révolution iranienne

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Clément Baude, Paris, Éditions Payot, 2017, 398 p.
Charlotte Gobin
Référence(s) :

Todd Shepard, Mâle décolonisation. L’« homme arabe » et la France, de l’indépendance algérienne à la révolution iranienne, traduit de l’anglais (États-Unis) par Clément Baude, Paris, Éditions Payot, 2017, 398 p.

Texte intégral

1Todd Shepard, professeur associé à l’Université John Hopkins (Baltimore), interroge dans Mâle décolonisation l’omniprésence de la figure de l’homme arabe dans les débats qui agitent la société française, de 1962 à la révolution iranienne de 1979. L’historien relit l’histoire postcoloniale française au prisme de l’histoire des sexualités afin de « comprendre pourquoi et comment de l’indépendance de l’Algérie en 1962 et jusqu’à la fin de l’agitation culturelle et sociale des années 1970, les théories profondément sexualisées sur les ‘‘Arabes’’ ont été omniprésentes dans les grands débats publics français, aussi bien autour de la sexualité que sur les Arabes » (p. 13).

  • 1 Kimberlé W. Crenshaw, « Cartographies des marges: intersectionnalité, politique de l’identité et vi (...)
  • 2 Cet ouvrage s’inscrit ainsi dans une historiographie féconde replaçant les évènements de Mai 68 dan (...)

2L’ouvrage s’inscrit à la croisée de plusieurs historiographies, qu’il renouvelle profondément : histoire culturelle, histoire du genre et des masculinités, histoire de la sexualité et études postcoloniales. L’approche intersectionnelle1 est particulièrement novatrice et féconde : en étudiant les rapports de genre, de race et de classe qui se jouent dans la construction et la reconfiguration de la figure de « l’Arabe » dans la France « postalgérienne », l’auteur propose une relecture heuristique de l’histoire politique, sociale et culturelle des longues années 19682. Plus largement, Todd Shepard questionne « l’érotisme de la différence algérienne » (p. 21), composante de l’orientalisme sexuel et des théories sexualisées élaborées sur les hommes arabes et particulièrement sur les Algériens dès 1830 ; théories sans cesse renouvelées par la suite puis réactivées après 1962. La diversité des sources témoigne de l’ampleur de l’entreprise : sources audiovisuelles, imprimées, policières ou militantes ­notamment d’organisations « gauchistes », de mouvements homosexuels ou féministes, de maisons d’éditions. Une attention particulière est par ailleurs portée aux sources permettant de restituer les « points de vue maghrébins » (p. 28) : citons entre autres les publications ou films d’hommes et de femmes se présentant comme maghrébins ou les lettres et petites annonces de lecteurs identifiés comme tels par le chercheur.

3Les quatre premiers chapitres de l’ouvrage s’attachent à restituer les différents discours élaborés autour de la figure de l’homme arabe et de sa sexualité dans la France postalgérienne. T. Shepard étudie la manière dont la guerre d’Algérie, l’imaginaire qui l’entoure et ses conséquences ont façonné ces discours. Ainsi, les partisans de l’Algérie française tentent d’expliquer l’indépendance algérienne, évènement politique, par la sexualité : à l’hypervirilité algérienne est opposée une crise de la masculinité française, pensée comme la cause de la défaite en Algérie. L’extrême-droite se présente alors comme la possibilité de restauration d’une autorité virile et Mai 68 –présenté comme une « farce efféminée » (p. 67) conduite par des « minets » ou des « dandys » (p. 69-70)– lui permet par ailleurs de lier combat contre l’invasion arabe et lutte contre les « gauchistes ». Chez ces derniers, la figure de l’Arabe est exploitée pour son potentiel révolutionnaire, politique mais aussi sexuel. Les références aux luttes anticolonialistes, tiers-mondistes ou antiracistes irriguent ainsi les discours de militant∙es féministes et homosexuels. Les points de vue maghrébins divergent pourtant de ces analyses en insistant par exemple sur la misère sexuelle comme un des facteurs explicatifs de l’homosocialité arabe.

4La seconde partie de l’ouvrage élargit l’analyse aux débats sur la sexualité qui traversent une grande partie de la société française. La question de la traite des Blanches est ainsi centrale chez les militants d’extrême-droite et les catholiques qui s’inquiètent, pour des raisons divergentes, des effets de la révolution sexuelle. Deux figures sont ici étudiées : celle du proxénète algérien –moteur de l’invasion arabe en France d’après l’extrême-droite– et celle du travailleur immigré maghrébin dont l’hypersexualité et la misère sexuelle entraîneraient le besoin de recourir à des prostituées. Les trois derniers chapitres de l’ouvrage questionnent l’expression des rapports de pouvoir par les actes sexuels que sont la sodomie et le viol. Ainsi, les discours sur l’apparente banalisation de la sodomie réactivent l’assimilation des Arabes à des déviants sexuels autant qu’elle exprime un rapport de domination dont l’analyse politique devient possible. La métaphore du viol est quant à elle utilisée par les « gauchistes » pour combattre le racisme anti-arabe dans les années 1970. Enfin, T. Shepard analyse la façon dont « le nœud de l’impérialisme et de la race a tracé les contours de la campagne antiviol de la fin des années 1970 » (p. 288), dans les débats et les pratiques militantes féministes –notamment celle du procès politique– puis dans les critiques qui s’élèvent contre cette campagne chez certaines féministes, militant∙es de gauche ou révolutionnaires sexuels.

5L’instauration de la république islamique en 1979 « réorient[e] les thèmes de l’orientalisme sexuel » (p. 313) en plaçant l’islam, et non plus les Arabes, au centre des débats français. Ces derniers questionnent dès lors l’islam, la place des femmes dans les sociétés orientales et les sexualités féminine et homosexuelle. Les références à l’Algérie restent cependant prégnantes, la guerre d’indépendance étant désormais questionnée sous un angle religieux.

6T. Shepard propose ainsi une relecture de l’histoire politique, sociale et culturelle de la France des années 1968, que le double apport des études de genre et des études postcoloniales vient éclairer. S’agissant d’histoire politique, il est cependant à regretter que l’auteur ne caractérise pas davantage les organisations ou mouvements étudiés, tels les « gauchistes » ou « l’extrême-droite ». Des précisions sur leur structure, leurs effectifs, la portée de leurs actions ou leurs rapports avec les principaux partis politiques français auraient permis de préciser et d’enrichir les analyses. De même, la frontière est parfois floue entre les différentes catégories lexicales convoquées dans l’ouvrage, l’auteur employant parfois indifféremment les termes d’Arabe, de Maghrébin, d’Algérien, ou encore de travailleurs immigrés sans définir précisément ce que ces qualificatifs recoupent en fonction des individus qui les emploient, ni expliquer en quoi ils peuvent différer ou se rejoindre dans les discours et imaginaires.

Haut de page

Notes

1 Kimberlé W. Crenshaw, « Cartographies des marges: intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur », Cahiers du Genre, 2005, no 39, p. 51-82.

2 Cet ouvrage s’inscrit ainsi dans une historiographie féconde replaçant les évènements de Mai 68 dans une chronologie plus large: Geneviève Dreyfus-Armand et al., Les années 68 : le temps de la contestation, Bruxelles, Éditions Complexe, 2000, 525 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Gobin, « Todd Shepard, Mâle décolonisation. L’« homme arabe » et la France, de l’indépendance algérienne à la révolution iranienne », Genre & Histoire [En ligne], 22 | Automne 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/4078

Haut de page

Auteur

Charlotte Gobin

Chercheuse associée au LARHRA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page