Navigation – Plan du site
Genre et environnement

« Vraies protectrices » et représentantes privilégiées des sans-voix : l’engagement des femmes dans la cause animale française à la fin du xixe siècle

“True Protectresses” and Privileged Representatives of the Voiceless: The Mobilisation of Women in the French Animal Protection Movement at the end of the nineteenth century
Fabien Carrié

Résumés

Cet article étudie la mobilisation des femmes pour la cause animale en France à la fin du xixsiècle, en se concentrant plus spécifiquement sur l’appropriation par des militantes et des femmes de lettres se réclamant de cette cause, d’arguments hostiles à la vivisection nés en Grande-Bretagne. En articulant analyse interne et externe et en suivant la trajectoire de ces conceptions au sein de la Société Protectrice des Animaux et du champ intellectuel, il s’agit de rendre compte de la façon dont ces femmes ont cherché à affirmer, dans les luttes qui les opposent à une orthodoxie savante qui domine alors le mouvement français de protection animale, des définitions « engagées » du porte-parolat des bêtes. Partant, l’article montre que cette contestation se conçoit aussi comme une remise en cause de l’emprise croissante des médecins et autres « princes de la science » sur le corps des femmes mais aussi comme une tentative d’affirmation de positions renouvelées de femmes de lettres critiques dans le champ intellectuel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On entend zoophilie dans son sens premier d’amour et d’intérêt pour les animaux, les militants de l (...)
  • 2 Envisagée dans une perspective de sociologie politique, la cause animale (tout comme la cause envir (...)
  • 3 Maurice Agulhon, « Le sang des bêtes. Le problème de la protection des animaux en France au xixe si (...)
  • 4 On entend distanciation ici dans le sens de Norbert Elias, Engagement et distanciation : contributi (...)
  • 5 Christophe Traïni, La cause animale, 1820-1980 : essai de sociologie historique, Paris, Presses Uni (...)

1Dans le courant des années 1840 émerge en France un mouvement de protection animale, fruit de l’importation des schèmes et des conceptions de la pensée « zoophile1 » élaborée en Grande-Bretagne dans les décennies précédentes, porte-parolat des bêtes qui se focalise sur les cruautés infligées aux animaux domestiques par les membres de la classe populaire2. Porté par une coalition composée de notables propriétaires terriens, pour certains « grands exilés de l’intérieur » aux convictions légitimistes, et de représentants de la bourgeoisie culturelle et des professions libérales – avocats, médecins et vétérinaires pour l’essentiel –, le mouvement se traduit par la création de la Société Protectrice des Animaux (SPA) en 18453. Au sein de cette organisation, qui obtient et maintient pour longtemps un quasi-monopole en France de définition de la zoophilie, les luttes entre les différentes fractions de la classe dominante tournent progressivement à l’avantage des médecins et des savants. Ceux-ci élaborent et imposent dès lors une conception distanciée de la protection animale4. S’appuyant et se revendiquant du progrès des sciences dans le domaine de l’étude du vivant et de l’élevage, ils défendent une entreprise de représentation des animaux vouée tout autant à la moralisation des classes laborieuses, par la redéfinition de leurs comportements vis-à-vis de ces « frères inférieurs » que sont les animaux, qu’à une rationalisation économique et technique de l’usage des animaux domestiques5.

  • 6 C’est le cas au sein de la SPA, semblable sur ce point à majorité des sociétés « savantes » de l’ép (...)
  • 7 Norbert Elias, « Les transformations de la balance des pouvoirs entre les sexes. Étude sociologique (...)
  • 8 Richard D. French, Antivivisection and Medical Science in Victorian Society, Princeton, Princeton U (...)

2Au sein de cette configuration de la cause animale française, la part des femmes est alors réduite à la portion congrue6. Nettement minoritaires à la SPA, elles sont parées du statut honorifique de « dames patronnesses », sans réel pouvoir de décision, dans le cas des plus généreuses donatrices ; quant au autres, elles se trouvent bien souvent réduites à n’aborder en réunions que les questions liées à l’éducation des enfants à la bonté à l’égard des animaux. Si une telle relégation constitue alors la norme de la quasi-totalité des sociétés philanthropiques, la tendance est particulièrement marquée dans le cas de la SPA, dont la direction et les membres influents s’efforcent de « viriliser » une cause fréquemment disqualifiée par ses adversaires pour sa supposée sensibilité féminine. Ce déséquilibre dans la balance du pouvoir entre les sexes7 commence toutefois à s’infléchir à partir des décennies 1870 et 1880. La diffusion depuis la Grande-Bretagne de l’antivivisectionnisme, nouvelle conception du porte-parolat des bêtes dont les promoteurs revendiquent un droit de regard critique sur les agissements des scientifiques vis-à-vis de leurs cobayes8, favorise en effet une contestation de l’orthodoxie zoophile, un mouvement de fronde dont l’avant-garde est principalement constituée de militantes et d’intellectuelles. En s’appropriant les préceptes de l’antivivisection, celles-ci proposent des définitions hétérodoxes et novatrices du porte-parolat des bêtes, allant pour certaines jusqu’à articuler, dans une critique systémique, revendications « animalistes » et considérations liées à la cause des femmes.

  • 9 Arnault Skornicki et Jérôme Tournadre, La nouvelle histoire des idées politiques, Paris, La Découve (...)

3Au croisement de l’analyse des mouvements sociaux et de l’histoire sociale des idées politiques, on se propose ici de rendre compte de l’appropriation de l’antivivisection par ces militantes et de leur investissement dans la cause animale des dernières décennies du xixe siècle9. À partir de l’examen des archives des organisations, de la littérature militante et des périodiques du moment, de l’analyse des trajectoires biographiques et d’une sociographie des groupements zoophiles, il s’agira de restituer les logiques de production et de circulation de leurs conceptions de ce porte-parolat. On envisagera dans un premier temps les formes et les dynamiques d’appropriation de l’antivivisectionnisme dans le cadre des conflits internes à la SPA de la fin des années 1870 et du début des années 1880, où la question du rôle et de la place des militantes protectrices va prendre une importance de premier plan. Dans un second temps, on s’intéressera à la façon dont des femmes de lettres ont cherché, dans le champ intellectuel de l’époque, à formaliser de nouvelles acceptions de l’idée de représentation politique des bêtes.

L’antivivisectionnisme au sein de la SPA : la contestation d’un monopole genré de la prise de parole au nom des bêtes

La domination des « hommes de science »

  • 10 Éric Pierre, op. cit.
  • 11 « Goubaux (Armand-Charles) », in Louis-George Neumann, Biographies vétérinaires, Paris, Hasselin & (...)
  • 12 Le chirurgien Hippolyte Larrey occupe, entre la fin des années 1870 et le début des années 1880, le (...)
  • 13 À la croisée des années 1870 et 1880, les représentants des « hommes de science » étaient plus part (...)
  • 14 Il était le fondateur et avait présidé un temps la société française contre l’abus de tabac.
  • 15 Voir « Decroix (Émile-François) », in Henry Carnoy, Dictionnaire biographique des hommes du Nord, N (...)

4Il faut, pour rendre compte de la mobilisation de l’idée d’antivivisection au sein de la SPA, envisager dans le détail l’état des rapports de force constitutifs de l’organisation, à la croisée des décennies 1870 et 1880. Contrairement à ce que pourrait laisser croire la persistance d’une définition scientifisée de la zoophilie, la domination des « hommes de science » au sein de la société est alors en train de se fragiliser. Groupe essentiellement composé de vétérinaires, auxquels s’adjoignent quelques médecins et naturalistes, les représentants des savants et de la profession médicale ont vu depuis les années 1870 leurs effectifs se restreindre. La hausse continue des adhésions de membres issus de la petite et moyenne bourgeoisie commerçante parisienne influe sur la distribution sociologique de l’organisation et bouleverse les grands équilibres qui s’y étaient constitués10. Cette faiblesse numérique est toutefois pour partie compensée par les importantes ressources que les premiers font valoir à titre individuel. Le capital scientifique, à la fois théorique et institutionnel, détenu par des vétérinaires comme l’ancien directeur des haras du ministère de l’agriculture et du commerce, Eugène Gayot, ou encore l’anatomiste et directeur de l’école vétérinaire d’Alfort Charles-Armand Goubaux, s’avère en effet aisément convertissable au sein de la SPA11. Leurs connaissances des maladies animales et des épizooties, des techniques d’élevage et de ferrure, leur permettent de revendiquer des positions d’experts spécialisés dans la gestion des populations animales. Ils sont ainsi consultés pour rendre compte des règlements administratifs édictés sur ces questions, ou pour juger du sérieux des dispositifs techniques régulièrement présentés à la société dans l’optique de soulager le sort des bêtes. Ces individus qui sont déjà bien implantés au sein du conseil de la SPA, où certains occupent des fonctions de premier plan12, se retrouvent également en nombre dans ses commissions techniques permanentes. Autant d’instances auxquelles est déléguée l’élaboration de la ligne politique de l’organisation qui agissent pratiquement comme filtres des revendications des sociétaires13. À cette prédominance marquée dans les assemblées décisionnelles de la société, s’ajoute encore l’autorité qui leur est reconnue de par leur statut de savants désintéressés, s’efforçant par leurs savoirs et leurs pratiques scientifiques d’atténuer les souffrances des humains comme des bêtes. Le médecin vétérinaire militaire Émile Decroix est une figure exemplaire de ce modèle idéal du savant philanthrope et zoophile. Dans la droite ligne de la carrière militante d’anciens sociétaires célébrés, comme le docteur Henri Blatin, Decroix a investi ses connaissances et son savoir-faire de praticien dans une série de causes variées, de la protection animale à la lutte contre le tabac14, de telles dispositions au désintéressement cultivées dans le cadre de sa pratique d’officier vétérinaire, renforçant encore le crédit conféré par son magistère scientifique15.

5Ces différents atouts permettent à ces « hommes de science » de pérenniser leur conception de l’idéologie « animaliste ». Bien qu’ils ne constituent pas un groupe unifié au sein de l’association, l’homologie de leurs trajectoires, de leurs propriétés sociales et de leurs dispositions leur permet toutefois de s’accorder pour imposer, sur certains thèmes, des principes communs. Dans leurs interventions au sujet de la vivisection et de l’expérimentation animale, est à chaque fois réaffirmée la nécessité d’une conciliation entre principes zoophiles et autonomie de la science. C’est ce qu’explique Hippolyte Larrey, tout nouvellement élu président de la société, à l’occasion de l’assemblée annuelle de 1880 :

  • 16 Bulletin de la société protectrice des animaux (dorénavant BSPA), 15 Avril 1880, p. 99. Nous soulig (...)

Il est […] une question délicate, fort controversée en France, […], je veux parler des vivisections que les progrès de la science justifient, en principe, dans une certaine mesure, mais que condamnent les doctrines de la protection. J’ai demandé, depuis longtemps, une réglementation difficile sans doute, mais absolument nécessaire à cet égard. Espérons qu’elle sera établie, un jour, pour sauvegarder, à la fois, les intérêts de la science et les devoirs de l’humanité16.

  • 17 BSPA, 20 Juillet 1882, p. 320-321 ; Ibid., 16 Novembre 1882, p. 397.
  • 18 BSPA, 15 Mars 1877, p. 83 ; Ibid., 19 Avril 1877, p. 114.
  • 19 BSPA, 20 Juin 1878, p. 163 ; Ibid., 21 Août 1879 ; Ibid., 19 Février 1880, p. 41 ; Le Rappel, 17 Av (...)
  • 20 Émile Decroix soutient ainsi la réglementation très sévère édictée à la toute fin des années 1870 p (...)

6Émile Decroix s’inscrit dans la même perspective lorsqu’il plaide, au début des années 1880, pour que l’association récompense les travaux de Louis Pasteur, les découvertes du chimiste sur les maladies du bétail, obtenues par le biais d’expérimentations sur des cobayes, contribuant selon lui directement aux progrès de l’œuvre zoophile17. Leur autorité reconnue d’experts leur permet encore d’infléchir les points de vue antagonistes au leur. Ainsi en est-il du concours impulsé par une donation de la comtesse de Noailles qui devait récompenser les essais contestant la pertinence de l’expérimentation animale. La commission nommée en 1876/1877 pour juger de ces écrits est constituée de six membres, parmi lesquels les vétérinaires Bourrel, Goubaux et Gayot – tous favorables, voire adeptes, de la vivisection – et présidée par le baron Larrey18. Sans surprise, au vu de sa composition, la commission disqualifie l’ensemble des textes qui lui sont soumis. Est proposée la reconduction du concours à une date ultérieure, sous réserve que son instigatrice accepte de modifier ses termes et conditions : le concours ne doit plus être réservé aux écrits critiques des vivisections, mais ouvert à l’ensemble des travaux produits sur le sujet19. On pourrait multiplier les exemples de la capacité de cette orthodoxie à maintenir la primauté de ses points de vue. Au-delà de la question des vivisections, ce collectif de savants promeut, au nom des impératifs hygiénistes de prévention d’une maladie comme la rage, l’éradication systématique des chats et chiens errants recueillis par la fourrière20. L’ensemble de leurs interventions renforce ainsi à chaque fois un peu plus leur définition d’une gestion distanciée et présentée comme la plus rationnelle possible de la question animale.

Contestation de l’autorité savante

  • 21 Sur des militantes comme les sœurs Chrétien ou Marie Laurent, alors investies simultanément dans de (...)
  • 22 Monteaux est un ancien administrateur de la caisse d’épargne de Paris et un franc-maçon, membre de (...)
  • 23 Née comtesse de Vernède de Corneillan, elle est la petite-fille de Frédéric de Girard, qui fut gard (...)
  • 24 Publiciste catholique, il fait connaître ses convictions antiscientistes dans un long poème publié (...)
  • 25 On revient plus loin sur les propriétés et la trajectoire de Marie Huot. Sur son mari, voir « Huot (...)
  • 26 Sur l’importance des capacités oratoires dans le cadre d’une assemblée, Timothy Tacket, « Par la vo (...)

7C’est dans ce contexte de réaffirmation de la définition doxique de l’idéologie « animaliste », portée par une fraction dominante mais de plus en plus isolée de sociétaires, qu’une minorité de militants – et, surtout, de militantes – très actifs au sein de la SPA s’approprie les schèmes de l’antivivisection. Il s’agit de membres souvent investis de longue date, des dilettantes de la haute bourgeoisie et de l’aristocratie parisienne, familiers des sociétés savantes et de la nébuleuse réformatrice comme les sœurs Edmée et Thérèse Chrétien, la comédienne Marie Laurent21, le banquier à la retraite Adelson Monteaux22 ou la baronne de Pagès23. À ceux-ci s’ajoutent une poignée de littérateurs et de journalistes, nouveaux venus dans l’organisation comme Henri la Serre24 ou les époux Anatole et Marie Huot25. Ces militants ont très vite compensé leur inexpérience des luttes internes à la société protectrice par la mobilisation de leur capital social et culturel et la monstration de leurs capacités oratoires, faisant ainsi entendre leurs voix, souvent dissidentes, dans le cadre des réunions mensuelles de la SPA26.

  • 27 Éric Pierre, op. cit.
  • 28 BSPA, 1880, p. 362-364.
  • 29 BSPA, Janvier 1882, p. 12.

8Ce groupe disparate de sociétaires occupe des positions subalternes dans l’institution : les femmes notamment ne peuvent ni être nommées membre des commissions, ni accéder à une fonction élective au sein du conseil27. Toutes et tous se retrouvent dans une même posture critique vis-à-vis des « hommes de science » qui dominent les instances exécutives de l’organisation. Les mots d’ordre de l’antivivisection sont dès lors mobilisés par ces militants dans les luttes internes à la SPA pour la définition légitime de la zoophilie. À l’expertise distanciée de l’orthodoxie savante, ils opposent les principes engagés de la pensée antivivisectionniste produite en Grande-Bretagne. La revendication d’une prise de parole désintéressée au nom des animaux victimes de la science leur permet de compenser pour partie leur relative indignité vis-à-vis des « hommes de sciences ». Ils peuvent ainsi discriminer entre, d’un côté, les « vrais protecteurs », le plus souvent incarnés par des femmes et, en particulier, par la figure des dames patronnesses, qui n’auraient pour seul souci que la défense des animaux et, de l’autre, ceux qui font passer les intérêts de leur profession et leur carrière avant leur engagement zoophile. Les protestations ponctuellement exprimées jusque-là quant à la faible représentativité du conseil et au rôle passif de l’assemblée des sociétaires, cantonnée à voter une fois l’an pour une liste de membres du conseil prédéterminée par la direction sortante28, prennent ainsi désormais une tournure plus polémique. La mobilisation de cet argumentaire permet notamment aux femmes contestataires de critiquer ouvertement l’exclusivisme genré de l’exécutif de l’association : « Mlle Laurent expose que la protection efficace des chiens, et surtout des chats, serait beaucoup mieux exercée par des femmes que par les hommes. En conséquence, elle demande que pour faciliter cette mission, les femmes soient admises dans le conseil de la société29 » ou de questionner sa composition socioprofessionnelle :

  • 30 BSPA, 18 Janvier 1883, p. 6.

Mme Huot craint de voir se renouveler dans l’administration les antiprotections qui ont déjà existé. Elle déclare qu’il faut exclure les vétérinaires en général, et certains commerçants qui ne cherchent dans la Société qu’un moyen de réclame. L’entente et l’harmonie doivent régner entre l’assemblée et le conseil d’administration30.

  • 31 Pierre Bourdieu, L’ontologie politique de Martin Heidegger, Paris, Minuit, 1988.
  • 32 « Expériences sur l’influence du tabac », BSPA, 15 Novembre 1877, p. 416-417 ; Le petit moniteur un (...)
  • 33 « Laborde », in Jules Andrieu, Bibliographie générale de l’Agenais et des parties du condomois et d (...)
  • 34 Victor Meunier, « Causerie scientifique », Le Rappel, 20 Octobre 1882.
  • 35 BSPA, 15 Juin 1882, p. 315 ; Ibid., 20 Juillet 1882, p. 317-320.
  • 36 BSPA, 17 Août 1882, p. 366.

9L’antivivisectionnisme de ces sociétaires est bien sûr conditionné par des considérations morales et des principes éthiques intériorisés qui trouvent alors à s’actualiser au sein de l’institution zoophile. Mais ceux-ci n’excluent pas les usages proprement politiques de cette nouvelle définition du porte-parolat des bêtes31. Ainsi peut-on rendre compte des critiques des sœurs Edmée et Thérèse Chrétien en 1880 contre les expérimentations faites sur des singes par la Société contre l’abus du tabac (SAT), afin de déterminer la nocivité des pratiques des fumeurs. Les protestations qu’elles adressent à la SPA – et à la SAT dont elles sont également d’actives militantes –, contre des pratiques qualifiées de cruelles vis-à-vis des cobayes, contribuent en effet indirectement à affaiblir la légitimité au sein de l’institution protectrice du vétérinaire Émile Decroix qui, en tant que président de la SAT, a vraisemblablement pris l’initiative de ces expériences32. Dans la même perspective, la dénonciation de la vivisection favorise l’éviction du professeur de physiologie Jean Laborde qui intègre les rangs du conseil de l’organisation au début des années 1880. Vivisecteur enthousiaste, entré dans le champ médical à la croisée des décennies 1850 et 186033, Laborde suscite l’ire des sociétaires contestataires en organisant en 1882 une démonstration publique de vivisection au Trocadéro34. Malgré la résistance d’une majorité des membres du conseil, les militants, à force d’interventions dans les séances publiques pour exiger l’exclusion du physiologiste35, et d’une pétition soumise à la direction du groupe36, obtiennent finalement sa démission. L’emprise de ces « hommes de science » sur la direction de l’institution se trouve ainsi fragilisée, mais seulement à la marge.

  • 37 Jean-Yves Bory, La douleur des bêtes. La Polémique sur la vivisection au xixe siècle en France, Ren (...)
  • 38 BSPA, 17 Juin 1880, p. 221 ; Ibid., 15 Juillet 1880.
  • 39 Bulletin de la société française contre la vivisection (dorénavant BSFV), 2, Juillet 1884, p. 3.
  • 40 Francisque Sarcey, « Ligue contre l’abus de la vivisection », Le xixe siècle, 4210, 13 Juillet 1883 (...)

10En effet, les membres du conseil de la SPA acquis à la définition distanciée de la protection animale n’ont pas pas manqué de réagir. Ils opposent à la fronde antivivisectionniste une résistance qui oscille entre le rappel de la ligne officielle faisant des activités scientifiques un objet étranger au domaine d’action de la protection animale et les dénonciations ponctuelles d’un parti de « bonnes femmes » gagné par une sensiblerie exacerbée et déraisonnable37. Plus largement, les positions des protestataires, bien que confortées par la mobilisation des schèmes de l’antivivisection, demeurent trop précaires pour qu’ils puissent substituer leurs conceptions à la définition dominante d’une zoophilie distanciée et scientifisée. Les réclamations récurrentes pour une réforme de la ligne officielle adoptée au sujet de l’expérimentation animale sont ainsi systématiquement récusées par les tenants de la doxa protectrice. Il en est de même des demandes faites à la direction d’un soutien financier au projet de refuge pour animaux errants porté par Marie Huot et quelques autres militantes dans le but de concurrencer la fourrière parisienne, contestée pour sa gestion jugée expéditive et brutale des « bêtes » et son activité de « fournisseur » de cobayes des laboratoires de physiologie38. L’exacerbation de ces tensions se résout finalement par l’adoption, par les contempteurs des médecins et des savants au sein de la SPA, de formes souvent partielles d’exit. De ces scissions résultent la création d’organisations nouvelles, dédiées à la promotion de l’antivivisection. Sont créées consécutivement en 1883, la Société Française contre la Vivisection (SFV)39 et la Ligue Populaire contre l’abus des Vivisections (LPV)40.

  • 41 Ces chiffres ont été obtenus à partir de la liste des membres et des adhérents, publiée annuellemen (...)
  • 42 Éric Pierre, op. cit.
  • 43 Corinne Belliard, L’émancipation des femmes à l’épreuve de la philanthropie, Paris, L’Harmattan, 20 (...)
  • 44 Les annonces de conférences de la LPV comportent systématiquement la formule « Les dames sont insta (...)

11Au sein de ces collectifs, les femmes sont d’emblée majoritaires, tant parmi les simples membres que dans les instances de direction. On compte ainsi près de 53 % de militantes dans les rangs de la SFV en 1886, tandis que quinze femmes siègent dans son conseil d’administration de 29 membres41. Le contraste avec la SPA est frappant : aux mêmes dates on trouve moins de 20 % de femmes parmi les membres de la société protectrice, les militantes n’étant admises au sein du bureau et des instances de direction de l’organisation qu’à partir de 191442. La comparaison entre SPA et SFV trouve toutefois ses limites compte tenu du nombre d’adhérents de chaque organisation. La société antivivisectionniste regroupe en 1886 274 membres (ces effectifs n’augmenteront que très modérément les années suivantes), quand la SPA, dans la même période, est forte de plus de 3 500 sociétaires. La configuration de la cause animale en France reste ainsi à la fin du xixe siècle très largement dominée par les hommes, à l’exception des associations antivivisectionnistes devenues un espace privilégié d’expression des femmes. L’ouverture aux militantes des instances de direction, innovation encore peu répandue dans les associations43, témoigne de l’importance des déterminations genrées dans l’affirmation de ce nouveau combat. Les militantes habituées aux nébuleuses philanthropiques et réformatrices constituent un public recherché et sollicité lors des événements organisés par les sociétés antivivisectionnistes44. Elles ont alors d’autant plus de chances de s’engager pour cette cause qu’au sein des œuvres de charité féminine ou dans des organisations féministes comme la Société pour l’amélioration du sort de la femme, commencent à circuler des analyses liant de plus en plus explicitement la contestation des violences infligées aux cobayes et autres animaux et la critique des rapports de domination et, plus particulièrement, de la condition féminine. L’importation de l’antivivisectionnisme par le biais des luttes internes à la SPA a en effet permis à plusieurs intellectuelles de se saisir de cette cause, pour proposer une redéfinition originale de l’entreprise de représentation des bêtes qui récuse le monopole de fait que se sont arrogés les acteurs dominants de la société protectrice sur la « question animale ».

Syncrétisme des luttes et formalisation d’une critique systémique : l’appropriation de l’antivivisection par des femmes de lettres dans le champ intellectuel français

Logiques de reconnaissance de la cause

  • 45 La plupart étaient d’abord des publicistes, voie d’entrée privilégiée des femmes dans le champ inte (...)
  • 46 Juliette Parnell-Smith, « Deraismes, Maria (1828-1894) », in Eva Martin Sartori (dir.), The Feminis (...)
  • 47 Carol Giligan, Une voix différente, Paris, Flammarion, 2008 ; Christine Guionnet et Erik Neveu, Fém (...)

12Ces formalisations inédites sont le fait pour l’essentiel de conférencières, écrivaines et / ou journalistes45, compagnes de route des causes féministe, anarchiste ou socialiste. Des intellectuelles et femmes de lettres comme Maria Deraismes, Séverine (Caroline Rémy), Marie Huot ou Louise Michel militent ainsi au sein des organisations antivivisectionnistes et interviennent régulièrement dans l’espace public au nom des cobayes sacrifiés46. Dans le sillage des travaux sur les éthiques du care, un tel engagement se conçoit pour partie comme manifestation des dispositions intériorisées au soin pour autrui, constitutives de l’habitus des femmes de la bourgeoisie au xixe siècle47. Ces inclinations empathiques sont, dans le cas de ces auteures, étendues à l’ensemble des êtres en souffrance. En atteste un certain nombre d’écrits biographiques, tels que les mémoires de Louise Michel :

  • 48 Louise Michel, Mémoires de Louise Michel écrits par elle-même, Paris, Maspero, 1976, p. 91.

Au fond de ma révolte contre les forts, je trouve du plus loin qu’il me souvienne l’horreur des tortures infligées aux bêtes. […] La bête subit, lamentable, le supplice infligé par l’homme. Et plus l’homme est féroce envers la bête, plus il est rampant devant les hommes qui le dominent. Des cruautés que l’on voit dans les campagnes commettre sur les animaux, de l’aspect horrible de leur condition, date avec ma pitié pour eux la compréhension des crimes de la force48.

  • 49 Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 62-63, 19 (...)
  • 50 Marc Angenot, « La fin d’un sexe. Le discours sur les femmes en 1889 », Romantisme, 63, 1989, p. 5- (...)
  • 51 Jean Elisabeth Pedersen, « Regulating Abortion and Birth Control: Gender, Medicine, and Republican (...)
  • 52 Joan Wallach Scott, Only Paradoxes to Offer: French Feminists ad the Rights of Man, Cambridge, Harv (...)
  • 53 Devenue sociétaire de la SPA en 1882, Maria Deraismes suit les frondeurs de l’institution protectri (...)
  • 54 Voir ses écrits polémiques sur les positivistes et les romanciers naturalistes, Zola étant plus par (...)

13S’il faut prendre en considération ces propriétés – à condition toutefois de ne pas céder aux pièges de l’illusion biographique du « toujours ainsi49 » –, elles n’épuisent pas pour autant les logiques de la reconnaissance de l’antivivisectionnisme par ces auteures. Leurs prises de position en faveur de ces conceptions renvoient tout autant aux structures de relation dans lesquelles elles sont prises en tant qu’intellectuelles. En effet, ces écrivaines, soutiens et/ou théoriciennes du premier féminisme, qui refusent d’être cantonnées aux sujets habituellement dévolus aux femmes de lettres en vertu de la logique du « double standard » et traitent dès lors des questions politiques et sociales dans leurs écrits, se heurtent alors à une doxa biologisante, actualisée par les derniers travaux en physiologie expérimentale, anthropologie physique et médecine biologique, sur l’inégalité des sexes. Professée par des savants, des médecins publicistes et des chroniqueurs boulevardiers, la doxa statuait sur l’impossibilité de leur émancipation de toute tutelle masculine50 et sur l’incapacité physiologique des femmes à exercer une activité intellectuelle – sous peine de gâter leurs fonctions maternelles, ce qui n’était pas rien dans une conjoncture marquée par l’obsession de la dénatalité51. Les positions de ces auteures confrontées dans le champ intellectuel à certains usages des sciences biologiques justifiant leur relégation52 sont en cela homologues à celles des frondeurs et frondeuses antivivisectionnistes, en butte au sein de la SPA aux conceptions défendues par une puissante minorité de savants et de médecins. Envisagée dans cette perspective, la lutte de ces intellectuelles contre les vivisections s’inscrit dans la droite ligne des dénonciations plus générales de l’arbitraire d’un pouvoir médical et scientifique qui semble désormais s’insinuer dans chaque domaine de l’existence. La participation active, dans les années 1880, de la théoricienne et militante féministe Maria Deraismes au tout jeune mouvement antivivisectionniste français53, renvoie ainsi en partie aux objections qu’elle avait précédemment formulées quant aux usages de la science dans l’espace public et les milieux intellectuels54. Son engagement se comprend comme prolongement de son opposition à la mobilisation, dans les débats sur l’émancipation des femmes, des arguments tirés de la physiologie expérimentale. La légitimité de cette discipline est selon elle discutable, du fait du caractère hasardeux de ses modes d’investigation :

  • 55 Maria Deraismes, « La femme et la raison », Revue des cours littéraires de la France et de l’étrang (...)

La physiologie déclare que l’infériorité de la femme est positivement dépendante de sa structure cérébrale, beaucoup moins complète que celle de l’homme. […] Cette affirmation est péremptoire. C’est bien dommage qu’elle ne repose sur rien de solide. Depuis cent-cinquante ans, la physiologie nous promène de conjecture en conjecture ; elle promet ce qu’elle ne tient pas, elle affirme ce qu’elle ne sait pas55.

  • 56 Lorna Duffin, « The Conspicuous Consumptive: Woman as an Invalid », in Lorna Duffin et Sarah Delamo (...)
  • 57 Eileen Janes Yeo, « The Creation of ‘Motherhood’ and Women’s Responses in Britain and France, 1750- (...)
  • 58 Maria Deraismes, « Claude Bernard réfuté par Claude Bernard », BSFV, 4, Juin 1886, p. 21-22 (Allocu (...)
  • 59 Ibid., p. 32.

14Dans ses interventions auprès des groupes antivivisectionnistes, l’intellectuelle met également en cause l’emprise, dans le domaine médical, des scientifiques et thérapeutes sur les corps des patients et, plus particulièrement, des patientes56. Comme d’autres auteures se revendiquant de leur statut de mère pour défendre la cause féministe57, Deraismes se base ici sur sa propre expérience de malade chronique et dresse une analogie entre la situation des cobayes soumis au bon vouloir des expérimentateurs et le traitement biologisant que subissent les femmes de la part des tenants des sciences médicales, qui les réduisent comme corporéité au domaine de la « nature58 ». Elle dénonce par là la « brutalisation » des médecins qui, du fait des tendances niveleuses des sciences biologiques, en deviendraient oublieux des souffrances des individus en quête de soins. Est notamment visé Jean-Martin Charcot qui, à la Salpêtrière, « agit sur la personne humaine aussi arbitrairement que peut le faire un sculpteur sur un bloc de terre ou de marbre, à la différence que ce dernier en tire une forme, tandis que le premier déforme et disloque59 ». La pensée antivivisectionniste, la critique fondée sur des critères éthiques et hétéronomes des pratiques des physiologistes, complète de fait ses prises de position antérieures.

Les représentantes privilégiées des « sans-voix »

  • 60 Ferdinand Brunetière, « Après une visite au Vatican », Revue des deux mondes, Tome CXXVII, 1895, p. (...)
  • 61 Alison Finch, Women’s Writing in Nineteenth Century France, Cambridge, Cambridge University Press, (...)
  • 62 Richard. D. French, op. cit.

15Si la remise en cause des excès de la science et des savants est partagée par ces auteures, on aurait tort de considérer leurs convictions antivivisectionnistes et zoophiles comme manifestations d’une « humeur » antiscientiste précoce. Ces littératrices s’investissent en effet dès le milieu des années 1880, soit près d’une décennie avant l’appel de Ferdinand Brunetière qui marque les prémices de la soi-disant « crise morale » de la science60, dans l’entreprise de représentation des cobayes. L’enthousiasme de Louise Michel pour les découvertes scientifiques du moment, l’appropriation par Maria Deraismes et ses soutiens féministes de l’argumentaire de l’anthropologie physique pour légitimer leurs revendications politiques montrent au contraire toute l’ambivalence d’un rapport à la science qui ne se résume pas à un rejet sans nuance61. Étant donné l’état des rapports de force et les principes d’opposition du champ intellectuel français de l’époque, toute la difficulté pour ces auteures est de pouvoir contester certains usages politiques et sociaux des sciences sans pour autant se retrouver associées au camp conservateur et aux adversaires du matérialisme et du scientisme. L’antivivisectionnisme, dès lors qu’il est dépouillé des schèmes éthico-religieux portés par ses promoteurs britanniques comme Frances Power Cobbe62, constitue à ce titre une opportunité envisageable pour affirmer dans l’espace public une critique différente des sciences du vivant, sur la base d’une représentation de l’ensemble des victimes de l’arbitraire de ce nouveau pouvoir.

  • 63 Christophe Charle, Naissance des “intellectuels” : 1880-1900, Paris, Minuit, 1990.
  • 64 Erwing Goffman, Stigmate : les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit, 1989. Sur les condition (...)
  • 65 On notera au passage la remarquable similitude, à plus d’un siècle de distance, de cet argumentaire (...)

16Le soutien qu’elles apportent à l’antivivisection relève dès lors plus fondamentalement de leurs tentatives de formalisation de positions nouvelles et d’un modèle partiellement redéfini de la femme de lettres critique. Celui-ci se veut une alternative à l’idéal intellectuel du savant auquel elles ne peuvent se conformer, faute des titres nécessaires liés aux possibilités réduites d’accès des femmes à l’université et au champ scientifique63. Jouant du système d’oppositions constitutif des identités masculines et féminines essentialisées, des conceptions alors prédominantes d’une « double nature » et d’une trop grande sensibilité des femmes aux souffrances des plus faibles (notamment des animaux), elles s’efforcent de « retourner » leur stigmate, pour en faire un moyen d’entrée dans un espace public difficilement accessible autrement64. Ces auteures se revendiquent comme porte-parole privilégiées des « sans-voix » et de l’ensemble des êtres relégués dans le domaine de la nature65 : autant de victimes de l’arbitraire des puissants, que ceux-ci soient médecins, vivisecteurs / savants, bourgeois ou, simplement, hommes. Dans leurs textes et leurs discours, l’antivivisectionnisme se mêle à tout un ensemble de causes et de courants d’idées – féminisme, socialisme, anarchisme, zoophilie, parfois végétarisme, pacifisme et antimilitarisme, spiritualisme, antivaccinationisme ou encore néo-malthusianisme, antialcoolisme et luttes pour la tempérance. L’adjonction de la défense des cobayes victimes de la science renforce ainsi le magistère moral qu’elles revendiquent.

  • 66 Les échanges épistolaires entre Louise Michel et Marie Huot au cours des années 1880 sont centrés s (...)
  • 67 Marie Huot, « Vivisections », Encyclopédie universelle, 107, 4 Mai 1890, p. 120 ; idem, « Protestat (...)
  • 68 Rachilde, « Introduction », in Marie Huot, Le missel de Notre-Dame des Solitudes, Paris, E. Sansot, (...)
  • 69 Benoît Malon, La morale sociale, genèse et évolution de la morale, morales religieuses, morales phi (...)
  • 70 Mercure de France, Novembre 1892, p. 285-286 ; Francis Ronsin, La grève des ventres : propagande né (...)
  • 71 Marie Huot, « Le droit des animaux », La revue socialiste, 6, Juillet-Août 1887, p. 47-56 ; Charles (...)

17C’est sans doute la journaliste et conférencière Marie Huot qui a poussé le plus loin et systématisé cette dimension du modèle de la femme de lettres critique. Elle a manifestement influé sur les prises de position de Louise Michel sur la « question animale66 » et disputé au contraire à Séverine ses prétentions à parler au nom des bêtes67. Issue d’une famille de la bourgeoisie culturelle bourguignonne, Marie Huot monte à Paris au début des années 1880 avec son mari, journaliste aux sympathies anarchistes et socialistes, qui collabore à de nombreuses feuilles républicaines68. Intellectuelle hétérodoxe et marginale, elle cherche à s’affirmer par le biais de la « question animale » et de l’antivivisection. La militante, collaboratrice un temps de la Revue socialiste dirigée par Benoît Malon, se revendique en partie des préceptes du théoricien autodidacte. Contre les tenants d’un socialisme scientifique, ce dernier entend affirmer un « socialisme intégral », sorte de synthèse à vocation moralisante et idéaliste qui intègre les considérations et mots d’ordre de la zoophilie69. Dans le sillage de Malon, Huot multiplie les propositions de syncrétisme, affirmant la continuité des luttes antivivisectionnistes et socialistes, comme expressions d’un même mouvement éthique voué à la protection des faibles contre les forts. Elle lie également ces causes au néo-malthusianisme, dont elle devient, à partir des années 1890, l’une des plus ferventes propagandistes en France70. Elle envisage cette doctrine comme un moyen supplémentaire de lutter contre les inconséquences d’une nature trop prodigue en vies, animales comme humaines71. Pour cette auteure, comme dans une moindre mesure pour Séverine ou Deraismes, l’affirmation d’un magistère moral fondé sur l’extension des dispositions féminines au soin pour autrui et soucieux des souffrances de tous, y compris des bêtes, permet finalement de légitimer ses interventions dans l’espace public face aux savants autorisés et aux tenants d’un matérialisme volontiers excluant. Dans son évocation d’une action entreprise aux débuts de la décennie 1880, à l’occasion d’une leçon du physiologiste Charles-Édouard Brown-Séquard au Collège de France où, se faisant passer pour une auditrice enthousiaste, elle était parvenue à empêcher la vivisection d’un singe, Marie Huot révèle au lecteur les logiques de structuration de l’autorité morale dont elle et quelques autres se réclament, liant leur identité de genre à leur prise de parole au nom des bêtes :

  • 72 Marie Huot, « Rencontre avec le professeur Brown-Séquard au Collège de France », L’antivivisection, (...)

Un tableau m’apprit le plat du jour : expérience sur un singe. Pauvre enfançon, qui avait joué de branche en branche, sous les chauds soleils d’Afrique ou des Indes, parmi les ruines d’Angkor, finir ici, immolé par cette Siva d’Europe : la science ! La haute et vaine science, assécheuse de cœurs, vitriol de l’humanité. Et j’étais là, comme la Niobé antique impuissante à sauver ses enfants, s’acharnant à chasser les vautours de leur cadavre. […] On apporta, attaché sur la planche à vivisection, un pauvre petit enfant de singe, ayant une supplication des paupières à vous faire tomber à genoux, à me faire, ­moi qui me sentais sa mère, à ce moment-là­, me rouler dans la honte, dans la boue, pour le sauver et l’emporter du côté du soleil72.

Conclusion

  • 73 Hubertine Auclert, « La femme vivisectée », La Citoyenne, n° 77, du 8 octobre au 4 novembre 1883, p (...)

18Prolongement et actualisation dans le champ intellectuel de dispositions intériorisées à la pitié et au don de soi désintéressé, l’antivivisectionnisme qu’élaborent ces auteures connaît un succès diffus dans les organisations philanthropiques et les collectifs de la cause animale de la fin du siècle. Bien sûr, ces conceptions sont loin d’être reconnues par l’ensemble des intellectuelles du moment. Une publiciste féministe comme Hubertine Auclert a pu ainsi récuser à plusieurs reprises le soutien donné par Maria Deraismes à une cause qu’elle juge secondaire par rapport à la question des droits politiques des femmes73. Contestée, la définition syncrétique est néanmoins défendue dans plusieurs articles de La Fronde signés de Séverine ou de Marguerite Durand ; on en retrouve l’expression jusque dans l’entre-deux-guerres sous la plume d’auteures comme Rachilde et Madeleine Pelletier. L’action de ces militantes et intellectuelles affecte par ailleurs durablement la cause animale en France. L’importance prise dans les décennies suivantes par la gestion des refuges et le basculement d’une protection animale utilitaire attachée à promouvoir une gestion rationnelle des animaux domestiques vers le soulagement des souffrances subies par les animaux de compagnie témoignent de la prédominance croissante d’une définition plus engagée du porte-parolat des bêtes, et ce jusqu’au sein de la SPA.

  • 74 Carol. J. Adams, « Anima, animus, animal », Cahiers antispécistes lyonnais. Revue de lutte pour la (...)

19Si cette acception originale de la cause animale n’a ainsi pas été sans effet, le projet porté par les militantes de la fin du xixe siècle d’un rapprochement entre le mouvement d’émancipation des femmes et la protection animale va par contre faire long feu, les liens s’étant distendus avec la deuxième vague du féminisme. En France, l’idée disparaît pour longtemps ; elle n’émerge à nouveau qu’à la fin du xxe siècle, dans le sillage de l’importation des formalisations contemporaines anglo-saxonnes de l’idéologie « animaliste » tel que l’antispécisme et des premières traductions d’auteures comme Carol J. Adams74. D’un siècle à l’autre, ces pensées syncrétiques empruntent le même itinéraire, depuis les pays de langue anglaise vers la France et les autres pays européens ; de ces circulations résultent de nouvelles hybridations qui cherchent à redéfinir les relations entre les êtres relégués dans le domaine de la nature par les discours dominants.

Haut de page

Notes

1 On entend zoophilie dans son sens premier d’amour et d’intérêt pour les animaux, les militants de la cause animale du xixe siècle et de la première moitié du xxe siècle se désignant eux-mêmes sous ce vocable.

2 Envisagée dans une perspective de sociologie politique, la cause animale (tout comme la cause environnementale) consiste en une entreprise de représentation politique de groupes de non-humains, les animaux, dont les intérêts sont portés et défendus dans l’espace public par des porte-parole humains. Voir Fabien Carrié, « Les plaisirs cruels de la « plèbe » : combats de taureaux et représentation politique des bêtes dans la Grande-Bretagne de la première moitié du xixe siècle », Revue d’histoire du xixsiècle, 54, 2017, p. 63-79.

3 Maurice Agulhon, « Le sang des bêtes. Le problème de la protection des animaux en France au xixe siècle », Romantisme, 31, 1981, p. 81-110 ; Éric Pierre, Amour des hommes – amour des bêtes : discours et pratiques protectrices dans la France du xixe siècle, thèse de doctorat en histoire, Angers, Université d’Anger, 1998.

4 On entend distanciation ici dans le sens de Norbert Elias, Engagement et distanciation : contributions à la sociologie de la connaissance, Paris, Pocket, 1995.

5 Christophe Traïni, La cause animale, 1820-1980 : essai de sociologie historique, Paris, Presses Universitaires de France, 2010 ; Damien Baldin, Histoire des animaux domestiques. xixe-xxe siècles, Paris, Seuil, 2014.

6 C’est le cas au sein de la SPA, semblable sur ce point à majorité des sociétés « savantes » de l’époque. Elle diffère par contre en cela de son aînée britannique, la Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals dans laquelle les femmes sont bien plus nombreuses, l’historien James Turner soupçonnant même qu’elles fussent d’emblée majoritaires. Ce décalage s’explique pour partie par les conceptions différentes de la cause qui se déploient dans les deux pays. En Grande-Bretagne, les représentants de la cause animale insistent essentiellement sur sa dimension morale et le souci d’éducation de la « plèbe » et des enfants à la bonté à l’égard des animaux. En France, ces considérations s’articulent très vite avec un souci prégnant de rationalisation de l’élevage, l’inculcation au peuple de gestes doux et apaisés dans les interactions avec les animaux domestiques devant améliorer la qualité des différents services rendus par les bêtes aux humains. James Turner, Reckoning with the Beast, Baltimore/London, Johns Hopkins University Press, 1980.

7 Norbert Elias, « Les transformations de la balance des pouvoirs entre les sexes. Étude sociologique à travers l’exemple de l’État romain antique », Politix, 13, 51, 2000, p. 15-53.

8 Richard D. French, Antivivisection and Medical Science in Victorian Society, Princeton, Princeton University Press, 1975.

9 Arnault Skornicki et Jérôme Tournadre, La nouvelle histoire des idées politiques, Paris, La Découverte, 2015 ; Nicolas Belorgey, Frédéric Chateignier, Mathieu Hauchecorne et Étienne Penissat, « Théories en milieu militant. Introduction », Sociétés contemporaines, 81, 2011, p. 5-25.

10 Éric Pierre, op. cit.

11 « Goubaux (Armand-Charles) », in Louis-George Neumann, Biographies vétérinaires, Paris, Hasselin & Houzeau, 1896 ; Ibid., « Gayot (Eugène) ».

12 Le chirurgien Hippolyte Larrey occupe, entre la fin des années 1870 et le début des années 1880, les positions de vice-président et de président de l’organisation, le vétérinaire Émile Decroix suivant bientôt le même parcours. Quant au naturaliste Augustin Delondre il reste jusqu’à sa mort, en 1879, le secrétaire pour l’étranger de l’association.

13 À la croisée des années 1870 et 1880, les représentants des « hommes de science » étaient plus particulièrement investis dans la commission des abattoirs, des chevaux, de la fourrière, des inventions et des appareils mais aussi dans celle de la rage et des épizooties.

14 Il était le fondateur et avait présidé un temps la société française contre l’abus de tabac.

15 Voir « Decroix (Émile-François) », in Henry Carnoy, Dictionnaire biographique des hommes du Nord, Nord, Ardennes, Aisne, Somme, Pas-de-Calais et Oise, Paris, Imprimerie de l’armorial contemporain, 1899.

16 Bulletin de la société protectrice des animaux (dorénavant BSPA), 15 Avril 1880, p. 99. Nous soulignons.

17 BSPA, 20 Juillet 1882, p. 320-321 ; Ibid., 16 Novembre 1882, p. 397.

18 BSPA, 15 Mars 1877, p. 83 ; Ibid., 19 Avril 1877, p. 114.

19 BSPA, 20 Juin 1878, p. 163 ; Ibid., 21 Août 1879 ; Ibid., 19 Février 1880, p. 41 ; Le Rappel, 17 Avril 1880.

20 Émile Decroix soutient ainsi la réglementation très sévère édictée à la toute fin des années 1870 par la préfecture de police de Paris. BSPA, 20 Février 1879, p. 36.

21 Sur des militantes comme les sœurs Chrétien ou Marie Laurent, alors investies simultanément dans de nombreuses associations et organisations de la réforme sociale, voir Françoise Battagliola, « Les réseaux de parenté et la constitution de l’univers féminin de la réforme sociale, fin xixe-début xxe siècle », Annales de démographie historique, 2, 2006, p. 77-104.

22 Monteaux est un ancien administrateur de la caisse d’épargne de Paris et un franc-maçon, membre de la grande loge centrale et du conseil suprême de France. Voir « Monteaux (Adelson) », in Michel Gaudart de Soulages et Hubert Lamant, Dictionnaire des francs-maçons français, Paris, J.-C. Lattès, 1995.

23 Née comtesse de Vernède de Corneillan, elle est la petite-fille de Frédéric de Girard, qui fut garde du corps de Marie-Antoinette. Comme Marie Laurent ou les sœurs Chrétien, la baronne est impliquée à cette époque dans un grand nombre de sociétés savantes, d’organisations philanthropiques et de charité comme la Société d’encouragement au bien. Elle s’est notamment distinguée lors de la guerre franco-allemande de 1870 en accompagnant les ambulances mobiles sur les champs de bataille. Voir « Pagès (baronne de) », in Auguste Aubert, Les Vauclusiens ou dictionnaire biographique spécial au département de Vaucluse, Avignon, Seguin Frères, 1890 ; « De Pagès », in Auguste Chastanet, Les femmes de France pendant la dernière guerre, Périgueux, Dupont et Cie, 1873, p. 14.

24 Publiciste catholique, il fait connaître ses convictions antiscientistes dans un long poème publié en 1906, L’évolution, ou réplique moderne aux idées matérialistes, Boulogne-sur-Mer, G. Hamain, 1906.

25 On revient plus loin sur les propriétés et la trajectoire de Marie Huot. Sur son mari, voir « Huot (Anatole-Théodore-Marie) », in Angelo de Gubernatis, Dictionnaire international des écrivains du jour, vol. 2, Florence, Louis Niccolai, 1888-1891, p. 1214.

26 Sur l’importance des capacités oratoires dans le cadre d’une assemblée, Timothy Tacket, « Par la volonté du peuple ». Comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires, Paris, Albin Michel, 1997.

27 Éric Pierre, op. cit.

28 BSPA, 1880, p. 362-364.

29 BSPA, Janvier 1882, p. 12.

30 BSPA, 18 Janvier 1883, p. 6.

31 Pierre Bourdieu, L’ontologie politique de Martin Heidegger, Paris, Minuit, 1988.

32 « Expériences sur l’influence du tabac », BSPA, 15 Novembre 1877, p. 416-417 ; Le petit moniteur universel, 13 Octobre 1877.

33 « Laborde », in Jules Andrieu, Bibliographie générale de l’Agenais et des parties du condomois et du bazadais incorporées dans le département du Lot-et-Garonne, vol. 3, Paris, A. Picard, 1891.

34 Victor Meunier, « Causerie scientifique », Le Rappel, 20 Octobre 1882.

35 BSPA, 15 Juin 1882, p. 315 ; Ibid., 20 Juillet 1882, p. 317-320.

36 BSPA, 17 Août 1882, p. 366.

37 Jean-Yves Bory, La douleur des bêtes. La Polémique sur la vivisection au xixe siècle en France, Rennes, PUR, 2013, p. 143-150. Ces critiques préfigurent pour partie le diagnostic établi en 1884 par l’aliéniste Valentin Magnan faisant de la zoophilie des militantes antivivisectionnistes une des manifestations de l’hystérie et des dérèglements hormonaux. Valentin Magnan, « De la folie des antivivisectionnistes », Compte rendus hebdomadaires des séances et mémoires de la Société de biologie, 1, 8, 1884, p. 89-94.

38 BSPA, 17 Juin 1880, p. 221 ; Ibid., 15 Juillet 1880.

39 Bulletin de la société française contre la vivisection (dorénavant BSFV), 2, Juillet 1884, p. 3.

40 Francisque Sarcey, « Ligue contre l’abus de la vivisection », Le xixe siècle, 4210, 13 Juillet 1883 ; « À travers la presse », Le Gaulois, 10 Juillet 1883.

41 Ces chiffres ont été obtenus à partir de la liste des membres et des adhérents, publiée annuellement dans le bulletin de l’association.

42 Éric Pierre, op. cit.

43 Corinne Belliard, L’émancipation des femmes à l’épreuve de la philanthropie, Paris, L’Harmattan, 2009.

44 Les annonces de conférences de la LPV comportent systématiquement la formule « Les dames sont instamment priées d’assister à cette conférence ».

45 La plupart étaient d’abord des publicistes, voie d’entrée privilégiée des femmes dans le champ intellectuel depuis le début du xixe siècle. Voir Alice Primi, « La “porte entrebâillée du journalisme”. Une brèche vers la cité ? Femmes, presse et citoyenneté en France, 1830-1870 », Le temps des médias, 12, 2009, p. 28-40.

46 Juliette Parnell-Smith, « Deraismes, Maria (1828-1894) », in Eva Martin Sartori (dir.), The Feminist Encyclopedia of French Literature, Westport/Londres, Greenwood, 1999 ; Idem, « Séverine (1855-1929) », ibid. Sur leur engagement dans la cause antivivisectionniste, Michael R. Finn, « Dogs and Females: Vivisection, Feminists, and the Novelist Rachilde », French Cultural Studies, 23, 3, 2012, p. 190-201 ; Jean-Yves Bory, La douleur des bêtes : la polémique sur la vivisection au xixe siècle en France, Presses Universitaires de Rennes, 2013.

47 Carol Giligan, Une voix différente, Paris, Flammarion, 2008 ; Christine Guionnet et Erik Neveu, Féminin/Masculin. Sociologie du genre, Paris, Armand Colin, 2004.

48 Louise Michel, Mémoires de Louise Michel écrits par elle-même, Paris, Maspero, 1976, p. 91.

49 Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 62-63, 1986, p. 69-72.

50 Marc Angenot, « La fin d’un sexe. Le discours sur les femmes en 1889 », Romantisme, 63, 1989, p. 5-22 ; Michael R. Finn, « Physiological Fictions and the fin-de-siècle Female Brain », Nineteenth-Century French Studies, 39, 3-4, 2011, p. 315-331 ; Stephen Jay Gould, La mal-mesure de l’homme. L’intelligence de l’homme sous la toise des savants, Paris, Ramsay, 1983.

51 Jean Elisabeth Pedersen, « Regulating Abortion and Birth Control: Gender, Medicine, and Republican Politics in France, 1870-1920 », French Historical Studies, 19, 3, Printemps 1996, p. 673- 698.

52 Joan Wallach Scott, Only Paradoxes to Offer: French Feminists ad the Rights of Man, Cambridge, Harvard University Press, 1996 ; Charles Sowerwine, « Woman’s Brain, Man’s Brain: Feminism and Anthropology in Late Nineteenth-Century France », Women’s History Review, 12, 2, 2003, p. 289-308.

53 Devenue sociétaire de la SPA en 1882, Maria Deraismes suit les frondeurs de l’institution protectrice et compte parmi les fondateurs de la LPV et de la SFV, qu’elle soutient par des dons, son implication dans les conférences antivivisectionnistes et la publication d’articles laudateurs dans le Républicain de Seine-et-Oise qu’elle édite alors. Voir Maria Deraismes, Discours contre la vivisection prononcée à la conférence donnée le Dimanche 23 Septembre 1883 au Théâtre des Nations par la ligue populaire contre l’abus des vivisections, Paris, Auguste Ghio, 1884. Voir aussi Patrick Kay Bidelman, Pariahs Stand Up! The Founding of the Liberal Feminist Movement in France, 1858-1889, Westport/ London, Greenwood Press, 1982.

54 Voir ses écrits polémiques sur les positivistes et les romanciers naturalistes, Zola étant plus particulièrement décrié pour sa « brutalité descriptive » inspirée de la physiologie expérimentale. Maria Deraismes, Épidémie naturaliste ; Suivi de Émile Zola et la science : discours prononcé au profit d’une société pour l’enseignement en 1880, Paris, E. Dentu, 1888. Voir par ailleurs Laurence Klejman et Florence Rochefort, L’égalité en marche. Le féminisme sous la IIIème République, Paris, FNSP, 1989.

55 Maria Deraismes, « La femme et la raison », Revue des cours littéraires de la France et de l’étranger, 1868- 1869, p. 220-224.

56 Lorna Duffin, « The Conspicuous Consumptive: Woman as an Invalid », in Lorna Duffin et Sarah Delamont (dir.), The Nineteenth-Century Woman. Her Cultural and Physical World, Londres/ New York, Croom Helm, Basing & Stokes, 1978, p. 26-56 ; Jean-Pierre Peter, « Les médecins et les femmes », in Jean-Paul Aron (dir.), Misérable et glorieuse. La femme du xixe siècle, Bruxelles, Complexe, 1984, p. 79-98 ; Philippe Perrot, Le corps féminin : xviiie-xixe siècles, Paris, Seuil, 1991 ; Robert A. Nye, Masculinity and Male Codes of Honor in Modern France, Oxford, Oxford University Press, 1993.

57 Eileen Janes Yeo, « The Creation of ‘Motherhood’ and Women’s Responses in Britain and France, 1750-1914 », Women’s History Review, 8, 2, 1999, p. 201-218.

58 Maria Deraismes, « Claude Bernard réfuté par Claude Bernard », BSFV, 4, Juin 1886, p. 21-22 (Allocution prononcée lors du congrès annuel de la société française contre la vivisection en 1885).

59 Ibid., p. 32.

60 Ferdinand Brunetière, « Après une visite au Vatican », Revue des deux mondes, Tome CXXVII, 1895, p. 97-118. Voir Anne Rasmussen, « Critique du progrès, “crise de la science” : débats et représentations au tournant du siècle », Mil neuf cent, 14, 1996, p. 89-113.

61 Alison Finch, Women’s Writing in Nineteenth Century France, Cambridge, Cambridge University Press, 2000.

62 Richard. D. French, op. cit.

63 Christophe Charle, Naissance des “intellectuels” : 1880-1900, Paris, Minuit, 1990.

64 Erwing Goffman, Stigmate : les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit, 1989. Sur les conditions inégales d’accès à l’espace public, voir Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 2003.

65 On notera au passage la remarquable similitude, à plus d’un siècle de distance, de cet argumentaire avec celui de certaines théoriciennes de l’écoféminisme qui font de la proximité supposée des femmes à la « nature » le fondement d’une cause environnementale renouvelée, au risque de tomber dans le piège de l’essentialisme. Sur ces tendances et leurs critiques voir, par exemple, Val Plumwood, Feminism and the Mastery of Nature, London, Routledge, 1993 ; Catherine Larrère, « L’écoféminisme : féminisme écologique ou écologie féministe », Tracés, 22, 2012, p. 105-121.

66 Les échanges épistolaires entre Louise Michel et Marie Huot au cours des années 1880 sont centrés sur la « question animale ». Si la militante et intellectuelle anarchiste laisse à sa correspondante le soin de s’engager pour les bêtes, reconnaissant « qu’il faut […] beaucoup de courage pour affronter le ridicule, mais si je voulais par amour-propre avoir ce courage, cela ferait du tort à la cause des animaux à cause de la bêtise humaine qui, pour le plaisir de me conspuer, ferait le double de cruautés », elle n’en écrit pas moins depuis le bagne calédonien un Livre des bêtes dédié à Marie Huot. Voir Louise Michel, « Je vous écris de ma nuit ». Correspondance générale, 1850-1904, Paris, Éd. de Paris, 2005 (1999).

67 Marie Huot, « Vivisections », Encyclopédie universelle, 107, 4 Mai 1890, p. 120 ; idem, « Protestataires en chambre », ibid., 145, 28 Juin 1891, p. 136.

68 Rachilde, « Introduction », in Marie Huot, Le missel de Notre-Dame des Solitudes, Paris, E. Sansot, 1908.

69 Benoît Malon, La morale sociale, genèse et évolution de la morale, morales religieuses, morales philosophiques, conclusions, Paris, Bureaux de la « Revue socialiste », 1886.

70 Mercure de France, Novembre 1892, p. 285-286 ; Francis Ronsin, La grève des ventres : propagande néo-malthusienne et baisse de la natalité française, xixe-xxe siècles, Paris, Aubier-Montaigne, 1980 ; Elinor A. Accampo, « The Gendered Nature of Contraception in France: Neo-Malthusianism, 1900-1920 », The Journal of Interdisciplinary History, 34, 2, Automne 2003, p. 235-262.

71 Marie Huot, « Le droit des animaux », La revue socialiste, 6, Juillet-Août 1887, p. 47-56 ; Charles Chincholle, Les mémoires de Paris, Paris, Librairie moderne, 1889.

72 Marie Huot, « Rencontre avec le professeur Brown-Séquard au Collège de France », L’antivivisection, 9, Mai-Juin-Juillet 1926, p. 267-270.

73 Hubertine Auclert, « La femme vivisectée », La Citoyenne, n° 77, du 8 octobre au 4 novembre 1883, p. 1.

74 Carol. J. Adams, « Anima, animus, animal », Cahiers antispécistes lyonnais. Revue de lutte pour la libération animale, 3, avril 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Carrié, « « Vraies protectrices » et représentantes privilégiées des sans-voix : l’engagement des femmes dans la cause animale française à la fin du xixe siècle », Genre & Histoire [En ligne], 22 | Automne 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/4102

Haut de page

Auteur

Fabien Carrié

Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique. Courriel : fabien.carrie@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page