Navigation – Plan du site
Articles

La promotion d’une idéologie carolingienne autour de la reine Gerberge (milieu du Xe siècle)

The promotion of a Carolingian ideology in the circle of Queen Gerberga (mid tenth century)
Justine Audebrand

Résumés

Au milieu du xe siècle, la reine Gerberge, épouse de Louis IV (939-954) et mère de Lothaire (954-986), se trouve au cœur des luttes pour le pouvoir qui agitent les deux Francies. Sœur du puissant Otton Ier, elle est en mesure de percevoir le rapport de force qui s’engage entre lui et les Carolingiens, et construit avec l’évêque de Laon, Roricon, un discours visant à contrecarrer la suprématie ottonienne. Ce discours s’incarne dans un ensemble de textes élaborés autour de Roricon, dont certains sont commandités par, ou destinés à, Gerberge. Ils développent pour la reine une nouvelle forme de sainteté au féminin à travers la figure de Clotilde, à la fois reine, mère et épouse. En outre, ces textes cherchent à récupérer l’idée de translatio imperii au profit des Carolingiens, désignés ainsi comme successeurs légitimes des Romains et des rois mérovingiens, au contraire des Ottoniens. On peut voir là le signe d’une véritable compétition idéologique avec les Ottoniens qui ne suffit toutefois pas à enrayer le déclin carolingien et la récupération du titre impérial par Otton Ier en 962.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier Laurence Leleu pour les corrections attentives qu’elle a apportées à cet artic (...)
  • 2 Richer de Reims, Historiarum libri IV, éd. et trad. Robert Latouche, Histoire de France, Paris, Les (...)
  • 3 Sur ce mariage, et plus largement sur le contexte et la position de Gerberge entre Francie de l’est (...)

1À la fin du xe siècle1, Richer de Reims fait l’éloge de l’épouse du roi Louis IV, Gerberge, qu’il qualifie de « reine remarquable pour sa grande vertu2 ». La reine Gerberge est une figure féminine centrale de la fin de la période carolingienne (voir le schéma d’apparentement qui suit) : née vers 913, elle épouse le roi Louis IV en 939, à la mort de son premier mari, Giselbert de Lotharingie ; ce mariage est contracté sans l’accord d’Otton, frère de Gerberge, théoriquement responsable de sa sœur au moment de son veuvage3. Gerberge acquiert une influence grandissante dans l’entourage du roi après la captivité de celui-ci, en 945 – captivité au cours de laquelle elle se trouve en position de négociatrice entre les différents partis en présence. Elle fait appel, suite à cette crise, à Otton Ier, puissant roi de Germanie, qui se pose en arbitre des relations entre Louis IV et son autre beau-frère Hugues le Grand. Ce dernier a en effet épousé Hadwige, l’autre sœur d’Otton, en 938 ; sa famille, celle des Robertiens, a par deux fois occupé le trône de Francie occidentale (en 888-898 et en 922-923) et s’est imposée comme la plus puissante du royaume, concurrençant directement l’autorité des rois carolingiens, contraints en permanence à négocier avec les grands en présence. Le pouvoir de Gerberge est à son apogée de la fin des années 940 au début des années 960 : la reine intervient dans la diplomatie de son époux, prend part à la réforme monastique et, à la mort de Louis IV en 954, exerce une forme de régence pour leur fils Lothaire. Jusqu’en 956-957, la reine-mère semble prendre les décisions à la place de son fils, en partie en concertation avec Brunon, son frère cadet, qui a succédé à Otton comme arbitre des affaires de Francie (Otton est alors en expédition en Italie) : Brunon, archevêque de Cologne et archidux de Lotharingie depuis 953, est le plus fidèle soutien d’Otton à cette époque. Même si Lothaire passe au premier plan à partir de 957, Gerberge conserve un poids sur la conduite des affaires jusqu’en 962 au moins. Elle perd ensuite en influence, notamment après le mariage de son fils en 966, et s’éteint un 5 mai, en 969 ou peu après.

Schéma d’apparentement simplifié des Ottoniens, Carolingiens et Robertiens

Schéma d’apparentement simplifié des Ottoniens, Carolingiens et Robertiens
  • 4 Régine Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIIe-Xe siècles) : essai d’anthropologie so (...)
  • 5 Richer de Reims, Historiarum libri IV, op. cit., II, 82, p. 268 : « Rorico, omni rerum scientia inc (...)
  • 6 Recueil des actes de Lothaire et de Louis V, rois de France (954-987), éd. Louis Halphen et Ferdina (...)
  • 7 Adson, De ortu et tempore Antichristi, éd. Daniel Verhelst, CCCM 45, Turnhout, 1976, p. 20-30, ici (...)
  • 8 Karl Ferdinand Werner, « Der Autor der Vita sanctae Chrotildis. Ein Beitrag zur Idee der “heiligen (...)
  • 9 Sur la notion de compétition, voir François Bougard, Régine Le Jan et Thomas Lienhard (dirs), Agôn. (...)
  • 10 Simon MacLean, « Shadow Kingdom : Lotharingia and the Frankish World, c.850-c.1050 », History Compa (...)

2Ce rapide aperçu de la biographie de Gerberge invite à se pencher plus précisément sur la période qui court de la fin des années 940 au début des années 960 et à considérer en détail les relations que Gerberge entretient avec sa famille d’origine, la dynastie ottonienne. Tout au long du haut Moyen Âge, les femmes, particulièrement les reines, sont considérées comme des pivots : au cœur des rapports de pouvoir, entre leur famille de naissance et celle dans laquelle elles se marient, elles peuvent acquérir une influence politique conséquente4. Dans le cas de Gerberge, la situation est plus complexe encore : la dynastie carolingienne de Louis IV et de Lothaire est sur le déclin alors que Gerberge représente, dans le royaume de son mari et de son fils, un relais de l’influence de ses frères, parfois contre son gré (elle est en quelque sorte contrainte de faire appel à Otton lorsque la situation politique en Francie est trop défavorable). Gerberge se situe donc au cœur d’enjeux de pouvoir importants. Afin de se ménager une marge de manœuvre face à ses frères, mais aussi dans un contexte politique de fragilité de la royauté carolingienne nécessitant des appuis extérieurs, elle se constitue ses propres réseaux dans le milieu réformateur et parmi les aristocrates francs. Au sein de ces réseaux se distingue Roricon, évêque de Laon à partir de 949 : demi-frère de Louis IV, considéré comme un brillant lettré5, Roricon apparaît deux fois auprès de Gerberge dans des diplômes6 ; selon Adson, qui fait son éloge, il fait partie de l’entourage de la reine7. Autour de Gerberge et de Roricon se développe une véritable idéologie carolingienne, destinée à exalter les descendants de Charlemagne face à la dynastie ottonienne. Gerberge, par sa position, est particulièrement consciente d’un rapport de force en défaveur de son époux et de son fils : par ses liens avec les intellectuels francs, elle apparaît comme promotrice de cette idéologie carolingienne dont elle est aussi bénéficiaire, puisqu’est élaboré pour elle un nouveau modèle de sainteté au féminin. Si l’élaboration de ce modèle a bien été étudié par les historiens8, il convient de souligner que cette création s’inscrit dans le cadre d’une véritable compétition9 avec les Ottoniens : compétition territoriale, autour de la Lotharingie (riche berceau des Carolingiens, disputé depuis le milieu du ixe siècle entre rois de l’est et rois de l’ouest10), mais aussi idéologique, via le recours à des modèles culturels similaires. Gerberge et Roricon sont au cœur de cette compétition. Il s’agira donc d’étudier les supports de cette compétition, dont certains sont sans doute l’œuvre de Roricon lui-même, et de montrer en quoi ils créent une nouvelle image de la reine destinée à exalter la dynastie carolingienne faiblissante et à s’inscrire dans un discours idéologique répondant à la montée en puissance des Ottoniens au milieu du xe siècle.

Les supports du discours politique de Gerberge et Roricon

3C’est principalement à Laon, siège de l’évêché de Roricon, un des derniers centres du pouvoir carolingien, que s’élabore cette idéologie, autour de quatre textes principaux.

  • 11 Adson, De ortu…, op. cit., p. 20 : « Epistola Adsonis monachi. »
  • 12 C’est l’hypothèse de Karl Ferdinand Werner, « Der Autor… », art. cit., reprise par exemple par Sylv (...)
  • 13 Simon MacLean, « Reform, Queenship and the End of the World in Tenth-Century France : Adso’s “Lette (...)
  • 14 Ibid.
  • 15 Sylvain Gouguenheim, Les fausses terreurs…, op. cit., p. 79.
  • 16 Monique Goullet, « Adson hagiographe », in Patrick Corbet (éd.), Les moines du Der (673-1790), Lang (...)
  • 17 Gauzlin et Gerberge interviennent ensemble en 949 pour réformer Saint-Martin d’Autun : Recueil des (...)

4Le premier de ces artefacts est le Traité sur l’Antéchrist, rédigé entre 949 et septembre 954 par un moine du nom d’Adson11. Si l’on a souvent supposé qu’il s’agissait d’un texte d’Adson de Montier-en-Der12, Simon MacLean13 préfère y voir le futur abbé de Saint-Basle de Verzy : cet Adson est un familier de l’archevêque de Reims, Artaud, fidèle de Louis IV, de Gerberge et de la cour ; il est lui aussi en lien avec le milieu réformateur, au sein duquel Gerberge possède de nombreuses connexions14. De plus, Adson de Montier-en-Der est inconnu avant la fin des années 96015 : on le trouve certes dans l’entourage de l’évêque Gauzlin de Toul16, lui-même proche de Gerberge à la charnière des années 940-95017, et il aurait pu entrer en contact avec la reine par le biais de l’évêque, mais l’on voit mal alors pourquoi il encenserait Roricon, et non Gauzlin, dans le prologue de son traité. Il est plus probable qu’Adson de Saint-Basle soit l’auteur du traité : il est proche des fidèles de la reine qui pourraient avoir fait appel à lui pour répondre à une sollicitation de la souveraine.

  • 18 Vita sanctae Chrothildis, BHL 1785, éd. Bruno Krush, MGH, SSRM 2, Hanovre, 1888, p. 342-348.
  • 19 Karl Ferdinand Werner, « Der Autor… », art. cit.
  • 20 La méthode de l’auteur de cette Vie ne correspond pas à celle d’Adson de Montier-en-Der : Monique G (...)
  • 21 Ibid., p. 112.
  • 22 Stéphane Lecouteux, « Une reconstitution hypothétique du cheminement des Annales de Flodoard, depui (...)
  • 23 John J. Contreni, The cathedral school of Laon from 850 to 930 : its manuscripts and masters, Munic (...)

5La Vie de Clotilde18, destinée à servir de modèle à Gerberge au début de son veuvage, pose aussi un problème d’attribution. L’hypothèse de Werner19 selon laquelle l’auteur de cette Vie est Adson de Montier-en-Der est désormais abandonnée20. Il est en revanche admis que le texte a été rédigé dans la province ecclésiastique de Reims, dont fait partie Laon. Monique Goullet rappelle que la Vie de Clotilde est une compilation du Liber Historiae Francorum et, dans une moindre mesure, des Dix livres d’histoires de Grégoire de Tours ; elle souligne que la technique de la compilation correspondrait bien à un auteur spécialisé dans l’écriture administrative, ce qu’est précisément Roricon21, chancelier de Louis IV de 943 à 94922. En outre, la bibliothèque de Laon ne possède au Xe siècle que de brefs extraits de Grégoire de Tours23, ce qui expliquerait le faible recours aux Dix livres d’histoires dans la Vie.

  • 24 Roricon, Gesta Francorum ab ipsius gentis origine ad obitum usque Clodovei i regis, éd. Jacques-Pau (...)
  • 25 Stéphane Lecouteux, « À partir de la diffusion de trois poèmes hagiographiques, identification des (...)

6Il existe par ailleurs un autre texte directement inspiré du Liber Historiae Francorum, la Geste des Francs24, dont l’auteur est un certain Roricon. Bien que l’on ne puisse affirmer avec certitude qu’il s’agisse de Roricon de Laon25, l’hypothèse est séduisante : Roricon, à partir du Liber Historiae Francorum, aurait compilé deux textes, la Vie de Clotilde et la Geste des Francs, qui développent le rôle important de Clotilde et évoquent une idée de filiation entre Mérovingiens et Carolingiens.

  • 26 Flodoard, Annales, éd. Philippe Lauer, Paris, 1903, appendices, p. 161-163 et p. 167.
  • 27 Stéphane Lecouteux, « Une reconstitution… », art. cit., p. 24-26.
  • 28 Ibid., p. 11.

7Enfin, deux additions aux Annales de Flodoard (années 877 et 96626), rédigées dans les années 960, témoignent d’une bonne connaissance de l’œuvre de Flodoard, laquelle est rapidement présente à Laon27. Stéphane Lecouteux attribue la paternité de ces entrées à Roricon. L’entrée 877 des Annales insiste tout particulièrement sur le titre d’empereur des souverains carolingiens28, peut-être dans une perspective d’évocation de la translatio imperii, thème cher à Roricon et à Gerberge.

  • 29 Sylvain Gouguenheim, Les fausses terreurs…, op. cit., p. 81.

8Ainsi, au milieu du xe siècle, Laon demeure un centre intellectuel important, notamment grâce à Roricon, qui est peut-être l’auteur de la Vie de Clotilde, d’une Geste des Francs et d’additions à l’œuvre de Flodoard ; il semble aussi que Gerberge ait demandé à Roricon des informations sur l’Antéchrist, mais que celui-ci ait délégué le travail à Adson, d’où l’évocation flatteuse de l’évêque de Laon à la fin du prologue du Traité29. Mais la reine n’est pas uniquement une destinataire passive : non seulement elle commande le Traité d’Adson, mais on peut également supposer qu’elle influence directement les modèles qui sont développés dans les textes qui lui sont destinés, en lien avec les réformateurs qu’elle fréquente.

L’élaboration d’une nouvelle figure de la reine

  • 30 Pauline Stafford, Queens, concubines, and dowagers : the king’s wife in the early Middle Ages, Lond (...)

9À la fin de l’époque carolingienne, le queenship (terme qui définit le statut et la position de la reine) est marqué par un processus d’association de plus en plus étroite de la reine à son époux, en raison de facteurs structurels aussi bien que conjoncturels : du fait de la faiblesse des rois, les reines deviennent leurs alliées les plus sûres, car leur position dépend de celle de leur époux30. Cette situation aboutit à un renforcement du pouvoir des reines. Gerberge semble, par les textes qu’elle commissionne et reçoit, participer activement à la promotion de sa propre fonction et de son rôle.

  • 31 Claire Tignolet, « La correspondance politique des princesses et des reines carolingiennes (fin du (...)
  • 32 Martin Gravel, « La souveraine carolingienne : héroïne ou figurante de la diplomatie épistolaire ?  (...)
  • 33 Claire Tignolet, « La correspondance… », op. cit., p. 24 et 26.
  • 34 Adson, De ortu…, op. cit., p. 20 : « monachorum matri et sanctarum uirginum duci. »
  • 35 Sur cet aspect important de la carrière de Gerberge, voir Simon MacLean, « Reform … », art. cit.
  • 36 Ibid., p. 657.
  • 37 Idem.
  • 38 Recueil des actes de Lothaire, op. cit., XIV, p. 29-31.

10Le prologue du Traité sur l’Antéchrist d’Adson montre comment Gerberge est vue – ou veut être vue – par le milieu réformateur. Ce traité est une lettre, or la correspondance des souveraines carolingiennes constitue pour elles un moyen privilégié d’entretenir des relations politiques, pour véhiculer une pensée ou une action politique31. Il n’est pas rare que les reines reçoivent des lettres de savants à qui elles ont demandé des informations : cette demande impose à l’auteur d’exprimer son allégeance à la souveraine32. Les reines sont régulièrement présentées, dans les lettres, comme des acteurs politiques en lien avec le spirituel33, ce qui est le cas ici. Ainsi, dans l’adresse, l’expression « mère des moines et guide des saintes vierges34 » fait référence au rôle de Gerberge dans la réforme monastique35 : la « mère des moines » est la version féminisée du « père des moines » (pater monachorum) désignant saint Benoît et les abbés36. Il arrive, depuis la fin du ixe siècle, que le vocabulaire monastique soit employé pour désigner les souveraines37. L’expression traduit donc une certaine vision du queenship et une reconnaissance de l’implication de Gerberge dans la réforme monastique. Elle a donc un sens similaire à l’expression « amatrix ecclesiarum », « celle qui aime les églises », employée dans un diplôme de Lothaire pour désigner Gerberge ; dans ce diplôme intervient également Roricon38 qui n’est jamais étranger à l’association de Gerberge à la réforme monastique.

  • 39 Simon MacLean, « Reform… », op. cit., p. 655.
  • 40 Sylvain Gouguenheim, « Adson, la reine et l’Antéchrist. Eschatologie et politique dans le De ortu e (...)
  • 41 Simon MacLean, « Reform… », op. cit., p. 656.
  • 42 Sylvain Gouguenheim, Les fausses terreurs…, op. cit., p. 81.
  • 43 Sylvain Gouguenheim, « Adson… », op. cit., p. 136.
  • 44 Simon MacLean, Ottonian Queenship, Oxford, Oxford University Press, 2017, p. 65.
  • 45 Les auteurs de la Vie de Brunon et de la Première Vie de Mathilde lui donnent ainsi son titre de re (...)
  • 46 Simon MacLean, Ottonian Queenship, op. cit. p. 65 : il s’agit d’une « consciously cultivated region (...)

11Adson et Roricon participent donc à l’exaltation de la souveraine en guide de la réforme monastique par le biais d’un vocabulaire choisi. Il y a là une répartition genrée du pouvoir : c’est la reine, et non le roi, qui est présentée en lien avec le sacré et le rétablissement de la pureté monastique. Il est probable que Gerberge ne soit pas étrangère à la promotion de sa fonction : en demandant des précisions sur l’Antéchrist, elle reprend à son compte un thème qui existe depuis saint Augustin celui de la désignation des ennemis de l’Église comme Antéchrists39. Dans ce contexte, les Antéchrists sont les opposants à la réforme et peut-être à l’ordre carolingien40. La rhétorique de l’Antéchrist sert à matérialiser l’appartenance à un groupe qui utilise les mêmes éléments de langage41 : les préoccupations de Gerberge, quand elle demande des précisions sur l’Antéchrist, ne sont donc pas tant eschatologiques que politiques et religieuses42, elles servent à illustrer son insertion dans le réseau réformateur et à construire une idéologie royale exaltant son statut de reine protectrice de l’Église et des monastères, à un moment où elle se trouve en position de force43. Enfin, ces références participent à la construction de la « public persona44 » de la reine dans le cadre du royaume franc : on ne retrouve en effet pas toutes ces expressions pour désigner Gerberge en Germanie, où elle n’est considérée, à de rares exceptions près45, que comme la sœur d’Otton46.

  • 47 Agathe Baroin, « Images de la reine mérovingienne dans les Vitae carolingiennes », in Marcel Faure (...)
  • 48 Claire Thiellet, « La sainteté royale de Clotilde », in Michel Rouche (éd.), Clovis, histoire et mé (...)
  • 49 Vita sanctae Chrothildis, op. cit., 3, p. 342 : « moribus inclitam, corpore pulcram, regali despons (...)
  • 50 Agathe Baroin, « Images… », art. cit., p. 344 ; Régine Le Jan, Famille et pouvoir…, op. cit., p. 23 (...)
  • 51 Vita sanctae Chrothildis, op. cit., 7, p. 344-345.

12La Vie de Clotilde rédigée vers 956-960, reprend et amplifie l’exaltation de la fonction réginale. Ce texte est en effet destiné à servir d’exemplum à la reine47 et constitue un modèle de sainteté royale au féminin48. L’auteur cherche à dépeindre une reine idéale pour la société du xe siècle : Clotilde est « illustre par ses manières, belle de corps et digne d’un mariage royal », et Clovis cherche à s’unir à « une épouse noble49 ». Ce portrait n’est pas celui d’une reine mérovingienne (dont l’extraction importe peu), mais celui d’une reine du xe siècle50 : ce portrait de Clotilde peut donc correspondre aussi à Gerberge. L’assimilation est renforcée par un jeu onomastique : avant son baptême, le nom de Clovis est orthographié Flodoveus ; après son baptême, le terme devient Ludovicus, c’est-à-dire Louis, comme l’époux de Gerberge ; le premier fils de Clotilde né après la conversion de Clovis, Clotaire, est quant à lui appelé Lothaire, comme le fils de Gerberge51.

  • 52 Ibid., 13, p. 347.
  • 53 Karl Ferdinand Werner, « Der Autor », art. cit., p. 519.
  • 54 Claire Thiellet, « La sainteté... », art. cit., p. 148.

13La Vie reprend en partie le thème, cher à Gerberge, du patronage monastique : après le baptême de Clovis, Clotilde pousse le roi à faire construire et à doter des édifices religieux, comme a pu le faire Gerberge. En outre, dans le texte, Clotilde édifie une église à Laon, et favorise une église à Reims52, les deux centres de pouvoir des derniers Carolingiens. La Vie souligne surtout l’importance de saint Rémi et de son association à Clotilde : dans l’épisode du baptême, les rôles de Clotilde et de Rémi sont presque équivalents, ils sont des représentants de l’Église et du Christ, la sainte reine agit avec le saint évêque (quoique qu’avec des moyens différents, et typiquement féminins, comme la persuasion) et a un rôle central dans la conversion de Clovis53. L’image de Clotilde en sainte reine proche de celui qui a baptisé Clovis conforte la place de Reims et du monastère Saint-Rémi comme pôles de légitimité royale54.

  • 55 Robert Folz, Les saintes reines du Moyen Âge en Occident (VIe-XIIIe siècles), Bruxelles, Société de (...)
  • 56 Claire Thiellet, « La sainteté... », art. cit., p. 150.
  • 57 Claire Thiellet, Femmes..., op. cit., p. 371.
  • 58 Patrick Corbet, « Pro anima senioris sui. La pastorale ottonienne du veuvage », in Michel Parisse ( (...)
  • 59 Claire Thiellet, « La sainteté… », op. cit., p. 150.

14En plus de souligner l’association étroite de la reine à saint Rémi et aux monastères, la Vie de Clotilde propose à Gerberge un modèle de veuvage. Dans le passage qui suit la mort du roi, Clotilde vit un veuvage saint, fait de mortifications, d’aumônes et de constructions de monastères. Le passage dresse peut-être un parallèle entre Clotilde et Gerberge dans l’évocation des décès de la famille royale : comme Clotilde, Gerberge a dû subir la mort de son époux et de plusieurs de ses enfants, on lui propose donc l’image d’une reine souffrante55. Comme Clotilde, Gerberge a été une reine glorieuse, et doit désormais se comporter en veuve pieuse56 : l’idéal de sainte reine dépeint par la Vie s’inspire de Gerberge, véritable veuve amatrix ecclesiarum, tout en lui proposant dans le même temps un modèle d’exercice du pouvoir en accord avec la pensée chrétienne57. L’idée qui fait du veuvage un moment de dignité et de progrès dans la piété existe depuis les origines du christianisme58 ; plus originale ici, elle n’est pas associée à un dénigrement de la maternité : Clotilde est une figure de reine, de mère et de veuve59, comme peut l’être Gerberge dans la seconde moitié des années 950.

  • 60 Karl Ferdinand Werner, « Les femmes, le pouvoir et la transmission du pouvoir », in Michel Rouche e (...)
  • 61 Claire Thiellet, Femmes…, op. cit., p. 242. Voir aussi Patrick Corbet, Les saints ottoniens  : sain (...)

15On assiste donc, autour de Gerberge, veuve et régente, à l’élaboration d’un modèle de sainteté royale. Il n’existe pas de culte de Clotilde avant ce texte60, c’est aussi la première fois qu’apparaît le modèle d’une sainteté féminine à la fois royale et conjugale61 : la Vie de Clotilde est donc l’expression, peut-être formalisée par Roricon, en tout cas par des proches de la reine, d’une idéologie royale originale, qui fait de la reine une médiatrice privilégiée avec le sacré – il s’agit du reste d’un rôle traditionnellement dévolu aux femmes.

  • 62 Vita sanctae Chrothildis, op. cit., 11, p. 346 : « sanctam ante secula a Deo electam. »

16La célébration de Clotilde, « sainte choisie par Dieu avant le début des temps62 », se retrouve dans la Geste des Francs. Le texte s’achève en effet sur un discours de Clovis :

  • 63 Roricon, Gesta Francorum…, op. cit., ici IV, col. 616 : « Suspirans ad coelum rex fidelis : En, inq (...)

Le roi croyant soupira en direction du ciel : « Voilà, seigneur Dieu, prends pitié de moi […] Quant à notre Clotilde, ou plutôt à ta Clotilde, parce qu’elle est bien plus tienne que nôtre, je te la recommande, afin que tu la protèges comme ta propre fille, comme ta servante. Tu l’as prévu pour moi, ton serviteur, et tu me l’as donnée ; je te la rends, elle par qui j’ai connu les décrets de ta loi63 ».

  • 64 Liber historiae Francorum, éd. et trad. Stéphane Lebecq, Paris, Les Belles Lettres, 2015, 19, p. 66
  • 65 Pascale Bourgain, « Clovis et Clotilde… », art. cit., p. 82.

17Ce discours de Clovis ne se trouve pas dans le Liber Historiae Francorum64, dont la Geste est un abrégé : c’est donc une création de l’auteur. Clotilde n’est pas sainte ici, mais elle apparaît comme un élément essentiel du salut des Francs et comme une protégée de Dieu, destinée à convertir Clovis, comme dans la Vie de Clotilde. En outre, le récit de la Geste met en lien la réussite politique et l’aspect « religieusement correct » des actions de Clovis65 : comme dans la Vie de Clotilde, la piété du roi ou de la reine permet le succès politique et dynastique. La rhétorique est toutefois moins développée dans la Geste : on peut supposer qu’il s’agit d’un texte antérieur à la Vie de Clotilde, qui constituerait une première forme de l’élaboration du modèle de Clotilde.

Un héritage romain et franc disputé

  • 66 La définition qui suit est tirée de H. Thomas, « Translatio imperii », LexMA, vol. 8, cols 944-946.
  • 67 John J. Contreni, The cathedral school …op. cit., p. 72.

18Les textes élaborés dans l’entourage de Gerberge et Roricon dressent donc un portrait idéalisé de la reine et participent à l’exaltation de la fonction réginale. Ils travaillent aussi à rehausser la dynastie carolingienne, notamment par le recours au vocabulaire de la translatio imperii – idée biblique passée dans le monde médiéval par l’intermédiaire de Jérôme, dans son exégèse du livre de Daniel66. L’expression désigne l’idée selon laquelle quatre empires se succèdent au cours de l’histoire : l’empire babylonien, l’empire perse, l’empire grec et l’empire romain ; selon Orose, l’empire romain doit être l’empire de la fin du monde. C’est surtout à partir du xie siècle que le thème de la translatio imperii ré-émerge, même s’il apparaît parfois aux ixe et xe siècles. Dans le Traité sur l’Antéchrist, dans la Vie de Clotilde, ainsi que dans la Geste des Francs et dans l’entrée 877 des Annales, s’exprime l’idée d’une continuité entre l’empire romain et l’empire franc dirigé par les Carolingiens. La bibliothèque de Laon, où a été élaborée une partie de ces textes, contient un exemplaire de l’Histoire contre les païens d’Orose67 : l’idée que l’empire romain doit être l’empire de la fin du monde est donc connue dans l’entourage laonnois de Gerberge.

  • 68 Bernd Schneidmüller, « Adso von Montier-en-Der und die Frankenkönige », Trierer Zeitschrift für Ges (...)
  • 69 Adson, De ortu…, op. cit., p. 26 : « licet uideamus Romanum imperium ex maxima parte destructum, ta (...)
  • 70 Sylvain Gouguenheim, Les fausses terreurs…, op. cit., p. 83.

19Dans le Traité sur l’Antéchrist, Adson affirme que les rois des Francs – expression qui désigne les Carolingiens68 – sont les héritiers des empereurs romains et qu’ils doivent diriger l’empire jusqu’à la fin des temps69. Il montre que les rois francs, à défaut d’avoir encore le titre impérial, ont toujours un rang impérial et qu’ils gouvernent une partie de l’empire : Adson cherche à renforcer la dynastie carolingienne faiblissante en lui attribuant une dignité impériale et un rôle eschatologique70.

  • 71 Karl Ferdinand Werner, « Der Autor… », art. cit., p. 518.
  • 72 Vita sanctae Chrothildis, op. cit., 2, p. 342 : « ex Chrothilde semen regium nasciturum, eorumque p (...)
  • 73 Ibid., 14, p. 348 : « Romanorum imperatorum matris et regum Francorum genetricis. »
  • 74 Claire Thiellet, Femmes…, op. cit., p. 53. Voir Karl Ferdinand Werner, « Der Autor… », art. cit., p (...)

20Dans la Vie de Clotilde, la translatio imperii passe par une continuité entre Mérovingiens et Carolingiens. Clovis doit unir l’empire des Romains et celui des Francs71 ; au début du texte, l’auteur affirme que la descendance de Clotilde est destinée à « gouverner l’empire des Romains et des Francs72 » ; à la fin, il rappelle qu’elle est « la mère des empereurs romains et la génitrice des rois des Francs73 ». Ceci va dans le sens de l’affirmation de la légitimité dynastique des Carolingiens, considérés comme descendants des Mérovingiens au xe siècle74 : face aux menaces auxquelles doit faire face la dynastie, l’auteur réaffirme que la lignée carolingienne est légitime à régner sur les Francs et qu’elle s’inscrit dans la continuité des Mérovingiens, eux-mêmes considérés comme continuateurs des Romains.

  • 75 Flodoard, Annales, op. cit., p. 167 : « Anno DCCCLXXVII […], praecellentissimus imperator Karolus, (...)
  • 76 Stéphane Lecouteux, « Une reconstitution… », art. cit., p. 10-11.

21Si les historiens ont bien étudié l’idée de translatio imperii qui s’exprime chez Adson et dans la Vie de Clotilde, ils se sont en revanche plus rarement penchés sur les deux autres textes qui nous intéressent. L’entrée 877 des Annales est une évocation de la mort de Charles le Chauve : « En l’an 877, […] le très éminent empereur Charles, de sainte et illustre mémoire, acheva le cours de sa vie et entra, nous le croyons, dans les joies éternelles. Il était fils du sérénissime auguste Louis, et petit-fils du très glorieux césar du même nom que lui, Charles75 ». Stéphane Lecouteux remarque que l’auteur de cette addition ne mentionne que des souverains ayant porté le titre impérial et n’évoque aucun des rois ayant régné entre 877 et 919 ; en outre, il n’évoque que Charles le Chauve, seul roi de Francie occidentale ayant été empereur ; enfin, il rapproche les empereurs carolingiens des empereurs romains par leurs titres d’auguste et de césar76. Si l’auteur de cette addition est bien Roricon, on peut supposer qu’il cherche à insister sur le fait que Charles le Chauve, et donc ses descendants Louis IV et Lothaire (en excluant volontairement les intermédiaires entre Charles le Chauve et Louis IV), sont les héritiers des grands empereurs carolingiens et, à travers eux, des empereurs romains.

  • 77 Roricon, Gesta Francorum…, op. cit., II, col. 593-594 : « qualiter omnem Galliam hic populus sit pe (...)

22Dans la Geste des Francs, l’auteur affirme que les Francs ont pris la place des Romains en Gaule après les avoir chassés77. Il insiste davantage que sa source sur le titre d’auguste que reçoit Clovis :

  • 78 Roricon, Gesta Francorum, op. cit., IV, col. 615 : « Ab ipso igitur die suscepit eum Anastasius imp (...)

« Le même jour, l’empereur Anastase le prit en singulière amitié, et ordonna qu’on l’appelle non seulement roi et consul, mais aussi auguste. Et auréolé d’une telle gloire, Clovis s’agenouilla devant le sépulcre de saint Martin et pria. Quittant cette ville, il regagna Paris, et en fit le siège de son royaume78 ».

23Chez Roricon, Clovis reçoit le titre d’auguste des mains mêmes de l’empereur byzantin, peut-être pour insister sur la transmission qui s’opère. L’idée de translatio, comme la célébration de Clotilde, semble toutefois moins aboutie dans la Geste des Francs que dans la Vie de Clotilde, peut-être parce que le texte n’est encore qu’une ébauche de l’idéologie royale.

  • 79 Epitaphium Ludovici, éd. Karl Strecker, MGH, Poetae 5, 1-2, Leipzig, 1937, p. 287 : « Sanguine caes (...)
  • 80 Ibid. : « Augustum nomen. »
  • 81 On trouve en effet le titre d’Auguste dans l’épitaphe de Louis le Pieux : voir Cécile Treffort, Mém (...)
  • 82 Epitaphium Lotharii, éd. Karl Strecker, MGH, Poetae 5, 1-2, Leipzig, 1937, p. 287-288 : « Caesaree (...)
  • 83 Karl Ferdinand Werner, « Der Autor… », art. cit., p. 542-543, pense que le Traité sur l’Antéchrist (...)

24L’idée de la translatio imperii est donc clairement exprimée par plusieurs textes produits dans l’entourage de Gerberge et de Roricon. On la trouve, en outre, dans les épitaphes de Louis IV et de Lothaire : Louis est dépeint comme « l’excellent descendant du sang des Césars79 » , qui a pour nom Auguste80. On ne sait pas qui a rédigé l’épitaphe de Louis IV : peut-être Gerberge en a-t-elle ordonné l’écriture, elle aurait alors insisté pour souligner le caractère impérial et carolingien81 de son défunt époux. L’épitaphe de Lothaire reprend les mêmes thèmes : Lothaire est lui aussi du sang des Césars, il est consul et auguste82, comme Clovis. Il est possible que Gerberge ait transmis à son fils l’idée de la translatio imperii, aidée en cela par Roricon, proche conseiller de Lothaire83, bien que le règne de Lothaire soit marqué par la récupération du titre impérial par les Ottoniens.

  • 84 Pour un autre exemple de reine carolingienne participant à la construction d’une idéologie royale, (...)

25Il convient en effet de mettre en relation la période de rédaction des textes évoquant la translatio imperii et la montée en puissance des Ottoniens. C’est en cela, surtout, que l’on peut essayer de cerner le rôle de Gerberge dans la promotion de cette idéologie royale84.

  • 85 Timothy Reuter, Germany in the early middle ages, c. 800-1056, Londres, Longman, 1991, p. 170.
  • 86 Ibid., p. 148.
  • 87 Ibid., p. 167.
  • 88 Michel Bur, La formation du comté de Champagne, v. 950-v. 1150, Nancy, Université de Nancy II, 1977 (...)
  • 89 Diploma Ottonis I, n° 156, éd. Theodor Sickel, MGH, DD reg. imp. Germ. 1, Hanovre, 1879-1884, p. 23 (...)
  • 90 Karl Ferdinand Werner, « Der Autor… », art. cit., p. 533.
  • 91 Hrotsvita de Gandersheim, Gesta Oddonis, éd. Monique Goullet, Œuvres poétiques, Grenoble, Jérôme Mi (...)
  • 92 Widukind de Corvey, Res gestae Saxonicae, éd. Paul Hirsch et Hans-Eberhard Lohmann, MGH, SSRG 60, H (...)

26Dans les années 950, l’hégémonie ottonienne se renforce : Otton s’empare de l’Italie, terre impériale, en 951, et tente sans succès de se faire couronner empereur85. En 955, il remporte une grande victoire contre les Hongrois au Lechfeld, rappelant celle de Charlemagne contre les Avars, ce qui participe à la légitimation de son rêve impérial. Dans le même temps, il cherche à récupérer l’idéologie carolingienne : le couronnement à Aix-la-Chapelle en 93686, l’émission d’un capitulaire en 95187 (alors que les rois n’en émettent plus), l’adoption du titre de « roi des Francs et des Lombards » déjà usité par Charlemagne88, témoignent d’une volonté de se placer dans la continuité de Charlemagne. Otton ne se limite pas à la récupération de l’héritage carolingien : il se prétend aussi en continuité avec les Mérovingiens, notamment dans un diplôme du 9 septembre 952 à Saint-Rémi de Reims, dans lequel il désigne les Mérovingiens comme ses prédécesseurs89. Au début des années 950, Otton cherche donc à capter l’héritage franc au détriment du Carolingien Louis IV. Il est fort probable que Gerberge, du fait de ses fréquents contacts avec son frère, soit au courant de cette volonté ; de plus, les milieux proches de la cour n’ont pu manquer de noter la filiation mérovingienne exprimée dans le diplôme en faveur de Saint-Rémi. On peut donc supposer que Gerberge, en lien avec Roricon, promeut une idéologie de translatio imperii destinée à légitimer la dynastie carolingienne faiblissante : à défaut de pouvoir rivaliser politiquement et militairement avec les Ottoniens, Gerberge engage une compétition idéologique contre son frère. Il n’y a pas de contre-discours en Germanie : le couronnement impérial d’Otton en 962 suffit à balayer les prétentions des derniers Carolingiens90. Ce n’est qu’à la fin des années 960, avec Hrotsvita de Gandersheim91 et Widukind de Corvey92, qu’est repris par les Ottoniens le thème de la translatio imperii. La compétition idéologique initiée par Gerberge est donc, pour elle et pour les Carolingiens, un échec : le discours d’exaltation des Carolingiens ne suffit pas à ralentir leur déclin.

  • 93 Karl Ferdinand Werner, « Der Autor… », art. cit., p. 530-531 ; Patrick Corbet, Les saints ottoniens (...)

27Enfin, certains des textes élaborés autour de Roricon sont rapidement connus en Germanie : l’idéal de la Vie de Clotilde se retrouve, une quinzaine d’années plus tard, dans la Première Vie de Mathilde, qui célèbre en Mathilde une sainte à la fois reine, mère, épouse puis veuve93. Ainsi, si le modèle élaboré pour Gerberge ne rencontre que peu de succès en Francie, il est repris par les penseurs germaniques et sert finalement à l’exaltation de la dynastie ottonienne à travers la figure tutélaire de Mathilde.

Conclusion

  • 94 Simon MacLean, Ottonian Queenship, op. cit., p. 91.

28Gerberge met à profit ses réseaux, en particulier ceux qui gravitent autour de Roricon de Laon, pour développer une idéologie destinée à contrer la montée en puissance des Ottoniens, qu’elle ne perçoit sans doute que trop bien. Elle est la destinataire de textes centraux dans la promotion de cette idéologie, le Traité sur l’Antéchrist et la Vie de Clotilde, qui, par l’exaltation de sa fonction de reine protectrice des monastères et par l’établissement d’une continuité entre Romains, Mérovingiens et Carolingiens, cherchent à légitimer ces derniers face aux Ottoniens. Même s’il est impossible de définir clairement l’implication de Gerberge dans cette production intellectuelle, son lien avec Roricon et son rôle central dans les relations avec les Ottoniens invitent à penser qu’elle en fut peut-être l’instigatrice, ou du moins qu’elle y joua un rôle actif, quoique vain du fait de la victoire définitive, sur le plan politique et conceptuel, des Ottoniens. Au milieu des années 960, au moment où Gerberge perd en influence, son fils Lothaire adopte le sceau d’Otton : les modèles d’autorité ottoniens deviennent une référence pour les rois de l’Ouest94, ce qui signe en quelque sorte la défaite carolingienne dans cette lutte de discours, à cause de la perte de vitesse politique et militaire des Carolingiens.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier Laurence Leleu pour les corrections attentives qu’elle a apportées à cet article.

2 Richer de Reims, Historiarum libri IV, éd. et trad. Robert Latouche, Histoire de France, Paris, Les Belles Lettres, 1930-1937, II, 51, p. 212 : « Gerberga regina multa virtute memorabilis. »

3 Sur ce mariage, et plus largement sur le contexte et la position de Gerberge entre Francie de l’est et Francie de l’ouest, voir Régine Le Jan, « Entre Carolingiens et Ottoniens : les voyages de la reine Gerberge », in Odile Redon et Bernard Rosenberger (éd.), Les Assises du pouvoir. Temps médiévaux, territoires africains, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 1994, p. 163-174. Cet article est également disponible dans Régine Le Jan, Femmes, pouvoir et société dans le haut Moyen Âge, Paris, Picard, 2001, p. 30-38.

4 Régine Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIIe-Xe siècles) : essai d’anthropologie sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, passim.

5 Richer de Reims, Historiarum libri IV, op. cit., II, 82, p. 268 : « Rorico, omni rerum scientia inclitus. »

6 Recueil des actes de Lothaire et de Louis V, rois de France (954-987), éd. Louis Halphen et Ferdinand Lot, Paris, Imprimerie Nationale, 1908, XIV, p. 29-31 (Roricon et Gerberge présentent, avec d’autres, une requête à Lothaire) ; The cartulary and charters of Notre-Dame of Homblières, éd. Theodore Evergates, Giles Constable et William Mendel Newman, Cambridge, Medieval Academy of America, 1990, 8, p. 46-47 (donation de Gerberge avec l’approbation de Roricon).

7 Adson, De ortu et tempore Antichristi, éd. Daniel Verhelst, CCCM 45, Turnhout, 1976, p. 20-30, ici p. 21 : « quia apud uos habetis prudentissimum pastorem, dominum Roriconem, clarissimum speculum totius sapientie atque eloquentie ac ualde necessarium nostra etate. »

8 Karl Ferdinand Werner, « Der Autor der Vita sanctae Chrotildis. Ein Beitrag zur Idee der “heiligen Königin” und des “Römischen Reiches” im x. Jahrhundert », in Walter Berschin, éd. , Lateinische Kultur im x. Jahrhundert : Akten des I. Internationalen Mittellateinerkongresses, Heidelberg, 12.-15. IX. 1988 (Mittellateinisches Jahrbuch), Stuttgart, Hiersemann, 1991, p. 517-551 ; Claire Thiellet, Femmes, reines et saintes (Ve-XIe siècles), Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2004.

9 Sur la notion de compétition, voir François Bougard, Régine Le Jan et Thomas Lienhard (dirs), Agôn. La compétition,Ve-XIIsiècles, Turnhout, Brepols, 2012.

10 Simon MacLean, « Shadow Kingdom : Lotharingia and the Frankish World, c.850-c.1050 », History Compass, 11/6, 2013, p. 443‑457.

11 Adson, De ortu…, op. cit., p. 20 : « Epistola Adsonis monachi. »

12 C’est l’hypothèse de Karl Ferdinand Werner, « Der Autor… », art. cit., reprise par exemple par Sylvain Gouguenheim, Les fausses terreurs de l’an mil. Attente de la fin des temps ou approfondissement de la foi ?, Paris, Picard, 1999, p. 78-88.

13 Simon MacLean, « Reform, Queenship and the End of the World in Tenth-Century France : Adso’s “Letter on the Origin and Time of the Antichrist” Reconsidered », Revue belge de philologie et d’histoire, 86/3, 2008, p. 645‑675, ici p. 671-673.

14 Ibid.

15 Sylvain Gouguenheim, Les fausses terreurs…, op. cit., p. 79.

16 Monique Goullet, « Adson hagiographe », in Patrick Corbet (éd.), Les moines du Der (673-1790), Langres, Dominique Guéniot, 2000, p. 103-134, ici p. 106.

17 Gauzlin et Gerberge interviennent ensemble en 949 pour réformer Saint-Martin d’Autun : Recueil des actes de Louis IV, roi de France (936-954), éd. Philippe Lauer, Paris, Imprimerie Nationale, 1914, XXXIII, p. 78-79.

18 Vita sanctae Chrothildis, BHL 1785, éd. Bruno Krush, MGH, SSRM 2, Hanovre, 1888, p. 342-348.

19 Karl Ferdinand Werner, « Der Autor… », art. cit.

20 La méthode de l’auteur de cette Vie ne correspond pas à celle d’Adson de Montier-en-Der : Monique Goullet, « Adson... », art. cit., p. 110-113.

21 Ibid., p. 112.

22 Stéphane Lecouteux, « Une reconstitution hypothétique du cheminement des Annales de Flodoard, depuis Reims jusqu’à Fécamp », Tabularia 4, 2004, p. 1-38, ici p. 24.

23 John J. Contreni, The cathedral school of Laon from 850 to 930 : its manuscripts and masters, Munich, Arbeo-Gesellschaft, 1978, p. 72.

24 Roricon, Gesta Francorum ab ipsius gentis origine ad obitum usque Clodovei i regis, éd. Jacques-Paul Migne, PL 139, Paris, 1853, col. 589-616.

25 Stéphane Lecouteux, « À partir de la diffusion de trois poèmes hagiographiques, identification des centres carolingiens ayant influencé l’œuvre de Dudon de Saint-Quentin », Tabularia 5, 2005, p. 13-49, ici p. 39. Mais selon Pascale Bourgain, « Clovis et Clotilde chez les historiens médiévaux, des temps mérovingiens au premier siècle capétien », Bibliothèque de l’École des chartes 154/1, 1996, p. 53-85, ici p. 78, l’auteur de ce texte serait peut-être un prieur de Saint-Denis, actif autour de 1100.

26 Flodoard, Annales, éd. Philippe Lauer, Paris, 1903, appendices, p. 161-163 et p. 167.

27 Stéphane Lecouteux, « Une reconstitution… », art. cit., p. 24-26.

28 Ibid., p. 11.

29 Sylvain Gouguenheim, Les fausses terreurs…, op. cit., p. 81.

30 Pauline Stafford, Queens, concubines, and dowagers : the king’s wife in the early Middle Ages, Londres, Leicester University Press, 1998.

31 Claire Tignolet, « La correspondance politique des princesses et des reines carolingiennes (fin du VIIIe-fin du IXe siècle) », in Bruno Dumézil et Laurent Vissière (éds), Épistolaire politique. vol. I, Gouverner par les lettres, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2014, p. 21‑34, ici p. 22-23.

32 Martin Gravel, « La souveraine carolingienne : héroïne ou figurante de la diplomatie épistolaire ? », in Les relations diplomatiques au Moyen Âge : formes et enjeux. XLIe Congrès de la SHMESP, Lyon, 3-6 juin 2010, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, p. 81‑86, ici p. 85.

33 Claire Tignolet, « La correspondance… », op. cit., p. 24 et 26.

34 Adson, De ortu…, op. cit., p. 20 : « monachorum matri et sanctarum uirginum duci. »

35 Sur cet aspect important de la carrière de Gerberge, voir Simon MacLean, « Reform … », art. cit.

36 Ibid., p. 657.

37 Idem.

38 Recueil des actes de Lothaire, op. cit., XIV, p. 29-31.

39 Simon MacLean, « Reform… », op. cit., p. 655.

40 Sylvain Gouguenheim, « Adson, la reine et l’Antéchrist. Eschatologie et politique dans le De ortu et tempore Antichristi », in Patrick Corbet (dir.), Les moines du Der…, op. cit., p. 135-146, ici p. 140.

41 Simon MacLean, « Reform… », op. cit., p. 656.

42 Sylvain Gouguenheim, Les fausses terreurs…, op. cit., p. 81.

43 Sylvain Gouguenheim, « Adson… », op. cit., p. 136.

44 Simon MacLean, Ottonian Queenship, Oxford, Oxford University Press, 2017, p. 65.

45 Les auteurs de la Vie de Brunon et de la Première Vie de Mathilde lui donnent ainsi son titre de reine : Ruotger, Vita Brunonis archiepiscopi Coloniensis, BHL 1468, éd. Irène Ott, MGH, SSRG N. S. 10, Weimar, 1951, p. 44 (« sorore regina ») ; Vita Mahthildis reginae antiquior, BHL 5683, éd. Bernd Schütte, MGH, SSRG 66, Hanovre, 1994, p. 133 (« regina Gerburg soror eius »).

46 Simon MacLean, Ottonian Queenship, op. cit. p. 65 : il s’agit d’une « consciously cultivated regional identity. »

47 Agathe Baroin, « Images de la reine mérovingienne dans les Vitae carolingiennes », in Marcel Faure (éd.), Reines et princesses au Moyen Âge. Actes du cinquième colloque international de Montpellier (24-27 novembre 1999), Montpellier, Université Paul Valéry, 2001, p. 335‑348, ici p. 338.

48 Claire Thiellet, « La sainteté royale de Clotilde », in Michel Rouche (éd.), Clovis, histoire et mémoire. Actes du colloque international d’histoire de Reims, vol. II, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1997, p. 147‑155, p. 147.

49 Vita sanctae Chrothildis, op. cit., 3, p. 342 : « moribus inclitam, corpore pulcram, regali desponsatione dignam » ; « uxor nobilis. »

50 Agathe Baroin, « Images… », art. cit., p. 344 ; Régine Le Jan, Famille et pouvoir…, op. cit., p. 230 sq. et p. 287 sq.

51 Vita sanctae Chrothildis, op. cit., 7, p. 344-345.

52 Ibid., 13, p. 347.

53 Karl Ferdinand Werner, « Der Autor », art. cit., p. 519.

54 Claire Thiellet, « La sainteté... », art. cit., p. 148.

55 Robert Folz, Les saintes reines du Moyen Âge en Occident (VIe-XIIIe siècles), Bruxelles, Société des Bollandistes, 1992, p. 11.

56 Claire Thiellet, « La sainteté... », art. cit., p. 150.

57 Claire Thiellet, Femmes..., op. cit., p. 371.

58 Patrick Corbet, « Pro anima senioris sui. La pastorale ottonienne du veuvage », in Michel Parisse (éd.), Veuves et veuvage dans le haut Moyen Âge, Paris, Picard, 1993, p. 233-252, ici p. 239.

59 Claire Thiellet, « La sainteté… », op. cit., p. 150.

60 Karl Ferdinand Werner, « Les femmes, le pouvoir et la transmission du pouvoir », in Michel Rouche et Jean Heuclin (dir.), La femme au Moyen Âge. Colloque international, Maubeuge, 6-9 octobre 1988, Maubeuge, Touzot, 1990, p. 365-379, ici p. 372.

61 Claire Thiellet, Femmes…, op. cit., p. 242. Voir aussi Patrick Corbet, Les saints ottoniens  : sainteté dynastique, sainteté royale et sainteté féminine autour de l’an mil, Sigmaringen, J. Thorbecke, 1986, pour la promotion ultérieure de ce modèle.

62 Vita sanctae Chrothildis, op. cit., 11, p. 346 : « sanctam ante secula a Deo electam. »

63 Roricon, Gesta Francorum…, op. cit., ici IV, col. 616 : « Suspirans ad coelum rex fidelis : En, inquit, Domine Deus, miserere mei […]. Crochildem vero nostram, imo tuam, et quia tuam ideo melius nostram, ita tibi commendo, ut eam tuearis sicut propriam, sicut domesticam, sicut filiam, vel sicut ancillam. Tu eam mihi providisti servo tuo atque tradidisti ; tibi eam reddo, per quam et tuae legis decreta cognovi. »

64 Liber historiae Francorum, éd. et trad. Stéphane Lebecq, Paris, Les Belles Lettres, 2015, 19, p. 66.

65 Pascale Bourgain, « Clovis et Clotilde… », art. cit., p. 82.

66 La définition qui suit est tirée de H. Thomas, « Translatio imperii », LexMA, vol. 8, cols 944-946.

67 John J. Contreni, The cathedral school …op. cit., p. 72.

68 Bernd Schneidmüller, « Adso von Montier-en-Der und die Frankenkönige », Trierer Zeitschrift für Geschichte und Kunst des Trierer Landes und seiner Nachbargebiete, 40/41, 1978-1977, p. 189-199.

69 Adson, De ortu…, op. cit., p. 26 : « licet uideamus Romanum imperium ex maxima parte destructum, tamen, quandiu reges Francorum durauerint, qui Romanum imperium tenere debent, Romani regni dignitas ex toto non peribit, quia in regibus suis stabit. »

70 Sylvain Gouguenheim, Les fausses terreurs…, op. cit., p. 83.

71 Karl Ferdinand Werner, « Der Autor… », art. cit., p. 518.

72 Vita sanctae Chrothildis, op. cit., 2, p. 342 : « ex Chrothilde semen regium nasciturum, eorumque propagine Romanorum Francorumque imperium gubernaturum. »

73 Ibid., 14, p. 348 : « Romanorum imperatorum matris et regum Francorum genetricis. »

74 Claire Thiellet, Femmes…, op. cit., p. 53. Voir Karl Ferdinand Werner, « Der Autor… », art. cit., p. 519, pour la manière dont les Carolingiens se rattachent aux Mérovingiens.

75 Flodoard, Annales, op. cit., p. 167 : « Anno DCCCLXXVII […], praecellentissimus imperator Karolus, sanctae recordationis insignisque memoriae temporalem finiens cursum, feliciter, ut credimus, ad gaudia migravit aeterna. Hic siquidem fuit serenissimi augusti Hludovici filius ac nepos gloriosissimi cesaris ejusdem nominis Karolis. »

76 Stéphane Lecouteux, « Une reconstitution… », art. cit., p. 10-11.

77 Roricon, Gesta Francorum…, op. cit., II, col. 593-594 : « qualiter omnem Galliam hic populus sit pervagatus, et qualiter eam a Romanis abstulerit » ; IV, col. 607 : « ut sicut Romanos a Gallis attritos et expulsos… »

78 Roricon, Gesta Francorum, op. cit., IV, col. 615 : « Ab ipso igitur die suscepit eum Anastasius imperator in amicitiam singularem, et non solum rex aut consul, sed et Augustus ab eodem imperatore jussus est appellari. Et tali gloria sublimatus ante sepulcrum beati Martini genua fixit et oravit. Et sic urbe progressus, Parisios rediit, et eamdem civitatem regni sui sedem esse constituit. » Voir par comparaison le Liber Historiae Francorum, op. cit., 17, p. 62 : « Ab ea die tamquam consul aut augustus est appellatus. De Toronis autem egressus, Parisius civitate veniens, ibi sedem regni sui constituit. »

79 Epitaphium Ludovici, éd. Karl Strecker, MGH, Poetae 5, 1-2, Leipzig, 1937, p. 287 : « Sanguine caesareo jacet hic excelsa propago. »

80 Ibid. : « Augustum nomen. »

81 On trouve en effet le titre d’Auguste dans l’épitaphe de Louis le Pieux : voir Cécile Treffort, Mémoires carolingiennes. L’épitaphe entre célébration mémorielle, genre littéraire et manifeste politique (milieu VIIIe siècle-début XIe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 255.

82 Epitaphium Lotharii, éd. Karl Strecker, MGH, Poetae 5, 1-2, Leipzig, 1937, p. 287-288 : « Caesaree stirpis, generosae nobilitatis/Consul et augustus hic jacet expositus. »

83 Karl Ferdinand Werner, « Der Autor… », art. cit., p. 542-543, pense que le Traité sur l’Antéchrist et la Vie de Clotilde ont pu servir à l’éducation de Lothaire.

84 Pour un autre exemple de reine carolingienne participant à la construction d’une idéologie royale, voir Eric J. Goldberg, « Regina nitens sanctissima Hemma : Queen Emma (827-876), Bishop Witgar of Augsburg and the Witgar Belt », in Bjorn Weiler et Simon MacLean (éds), Representations of power in Medieval Germany 800-1500, Turnhout, Brepols, 2006, p. 57-95.

85 Timothy Reuter, Germany in the early middle ages, c. 800-1056, Londres, Longman, 1991, p. 170.

86 Ibid., p. 148.

87 Ibid., p. 167.

88 Michel Bur, La formation du comté de Champagne, v. 950-v. 1150, Nancy, Université de Nancy II, 1977, p. 112.

89 Diploma Ottonis I, n° 156, éd. Theodor Sickel, MGH, DD reg. imp. Germ. 1, Hanovre, 1879-1884, p. 237-238 : « a Clodomiro rege, primi Francorum regis Chlodouei filio, aliisque Francorum regibus, nostris sane antecessoribus. »

90 Karl Ferdinand Werner, « Der Autor… », art. cit., p. 533.

91 Hrotsvita de Gandersheim, Gesta Oddonis, éd. Monique Goullet, Œuvres poétiques, Grenoble, Jérôme Millon, p. 307-328 : les prologues appliquent le vocabulaire romain du pouvoir impérial à Otton Ier et Otton II.

92 Widukind de Corvey, Res gestae Saxonicae, éd. Paul Hirsch et Hans-Eberhard Lohmann, MGH, SSRG 60, Hanovre, 1935. Widukind conçoit les Saxons comme les héritiers des Francs : voir par exemple Laurence Leleu, Semper patrui in fratrum filios seviunt. Les oncles se déchaînent toujours contre les fils de leurs frères  : autour de Thietmar de Mersebourg et de sa Chronique : représentations de la parenté aristocratique en Germanie vers l’an mille dans les sources narratives, thèse sous la direction de Régine Le Jan, Paris I Panthéon-Sorbonne, Paris, 2010, p. 636.

93 Karl Ferdinand Werner, « Der Autor… », art. cit., p. 530-531 ; Patrick Corbet, Les saints ottoniens…, op. cit., p. 134-151.

94 Simon MacLean, Ottonian Queenship, op. cit., p. 91.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma d’apparentement simplifié des Ottoniens, Carolingiens et Robertiens
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/4150/img-1.png
Fichier image/, 102k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Audebrand, « La promotion d’une idéologie carolingienne autour de la reine Gerberge (milieu duXe siècle) », Genre & Histoire [En ligne], 23 | Printemps 2019, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/4150

Haut de page

Auteur

Justine Audebrand

Paris I – Panthéon-Sorbonne, LaMOP. Courriel : Justine.audebrand@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page