Navigation – Plan du site
Articles

Trans-archive. Magnus Hirschfeld et l’atlas visuel des sexualités de l’entre-deux-guerres

Trans-archive. Magnus Hirschfeld and the visual atlas of sexuality in the inter-war period
Damien Delille

Résumés

L’histoire des archives LGBTIQ+, créées par le sexologue allemand Magnus Hirschfeld durant l’entre-deux-guerres, témoigne d’une importante recherche visuelle des sexualités modernes. L’étude de l’Atlas scientifique et visuel des sexualités (1926-1930) permet d’envisager les corps et les apparences des subjectivités marginalisées, à travers l’analyse des processus de visualisation de l’anormalité médicale et de visibilité des sociabilités homo et trans. La création de l’Institut de sexologie à Berlin, en 1919, lieu de collecte et d’archivage de cette archéologie queer des identités non-normatives, s’appuie en outre sur une conception moniste de la science et du visuel, que Hirschfeld partage avec l’historien de l’art Aby Warburg. L’art y occupe un rôle central dans la construction des trans-archives, conçu comme expression des subjectivités en voie d’émancipation sexuelle et comme lieu de savoir performatif des identités de genre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Renate Lorenz, Queer Art. A Freak Theory, Bielefeld, Transcript Verlag, 2012, traduit récemment par(...)
  • 2 N.O. Body, Aus eines Mannes Mädchenjahren, Berlin, Riecke, 1907. Voir Hermann Simon, « Hirschfelds (...)
  • 3 Voir à ce sujet, Sander L. Gilman, « Whose Body Is It Anyway ? Hermaphrodites, Gays, and Jews in N. (...)

1L’artiste et performer Werner Hirsch se tient face à la projection photographique du portrait d’Annie Jones, fameuse femme à barbe du cirque Barnum, imite les gestes de ce personnage de foire, puis entame une série de rictus étranges. Elle.il porte une longue robe bleue avec des manches en dentelle et une cravate qui souligne les rondeurs de son corps, la longueur de sa barbe et de ses longs cheveux noirs. La performance intitulée N.O. Body a été mise en scène en 2008 par les artistes Renate Lorenz et Pauline Boudry, avant d’être rediffusée en vidéo-projection à l’occasion de différentes expositions et festivals d’art1. Dans son essai Art queer. Une théorie freak, Lorenz rappelle la double origine de cette performance. N.O. Body (en anglais, nobody, personne, ou sans corps) est le pseudonyme de Karl M. Baer, suffragiste et sioniste germano-israélien qui écrit la première semi-biographie de personne intersexuée ayant réussi une opération de réassignation de genre, de femme à homme, en 19062. Freak à plusieurs égards, car à la fois juif et allemand, femme et homme, Karl M. Baer choisit de n’incarner « personne », car elle.il se situe à l’intersection d’identités multiples3. Publiées l’année suivante, ses Mémoires des premières années d’un homme sont recueillies par le médecin et sexologue Magnus Hirschfeld, fondateur en 1919 de l’Institut de sexologie de Berlin (Institut für Sexualwissenschaft), d’où provient la photographie d’Annie Jones (fig. 1).

Figure 1. « Mrs. Annie Jones-Elliott », p. 510.

Figure 1. « Mrs. Annie Jones-Elliott », p. 510.

Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. Auf Grund dreißigjähriger Forschung und Erfahrung bearbeitet, Stuttgart, Püttmann, 1926-1930. Humboldt – Universität zu Berlin, Universitätbibliothek. Droits réservés.

  • 4 Sur l’histoire des archives Hirschfeld et son usage artistique actuel, voir récemment Michael Thoma (...)
  • 5 Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. Auf Grund dreißigjähr (...)
  • 6 Voir Aaron H. Devor, The Transgender Archives : Foundations for the Future, Victoria (B.C.), Univer (...)

2Si l’on assiste depuis une quinzaine d’années à un intérêt renouvelé pour Hirschfeld, tant dans le domaine historique, scientifique qu’artistique et politique, c’est que son parcours témoigne d’une histoire enfouie des sexualités LGBTQI+. Défenseur des droits homosexuels, pionnier de la sexologie, instigateur d’une collecte de documents, d’objets, d’ouvrages, d’articles de presse, de journaux personnels, de témoignages, de films et de photographies renvoyant à la diversité des comportements sexuels du monde entier, Hirschfeld est une figure marquante des identités queer et transgenres4. Sa personnalité est aussi associée à la violente répression des autodafés nazis en 1933, avec la destruction de ses archives et par là même, d’une pensée allemande de l’entre-deux-guerres. Il ne reste de cette période que ce que les aléas de l’histoire ont laissé : des ouvrages illustrés et édités par l’Institut, des témoignages et des coupures de presse, des reproductions de photographies dispersées ou détruites. Publié entre 1926 et 1930, l’Atlas des sexualités intermédiaires représente un exemple inédit et intacte d’archive visuelle comprenant plus de 900 photographies et illustrations réparties en trente deux chapitres introduits par Hirschfeld5. Diffusé à l’époque pour un usage médical, l’ouvrage se situe à l’intersection du document et de l’œuvre visuelle, des cultures et des périodes historiques, mais surtout, à la jonction entre l’apprentissage et la diffusion de nouveaux savoirs de l’art appliqués au champ des sexualités6. Ce que nous nommons « trans-archive » constitue la trace matérielle des personnes trans correspondant aux identités de genre différentes de celles assignées à la naissance et à celles dont le choix est de ne pas convenir aux assignations sociales de genre – en particulier dans les apparences et les modifications corporelles. Les trans-archives constituées par Hirschfeld posent donc question : face à leur disparition, que peut écrire l’historien ? Au regard d’une masse d’informations visuelles et d’une pensée singulière de l’image, que peut interpréter l’historien d’art ?

  • 7 Heike Bauer, The Hirschfeld Archives. Violence, Death, and Modern Queer Culture, Philadelphie, Temp (...)
  • 8 Bauer relate les dernières mésaventures des archives d’Hirschfeld, que l’on peut résumer ainsi : ap (...)
  • 9 Ann Cvetkovich, An Archive of Feelings : Trauma, Sexuality, and Lesbian Public Culture, Durham, NC, (...)

3Ces interrogations sont d’autant plus prégnantes que les archives Hirschfeld sont marquées par ce que Heike Bauer nomme la « précarité de la vie moderne queer liée aux limites de son appréhension par rapport à d’autres formes d’injustice7 ». Les trans-archives de Hirschfeld ont encore récemment subi l’avarie de l’histoire, ayant été retrouvées, après avoir échappé à une destruction par inadvertance, puis à nouveau perdues8. Les archives queer invitent aussi à repenser l’image photographique, à la fois absente dans sa matérialité et présente dans l’imaginaire artistique actuel. Par delà les attaques, les violences et les omissions subies, les effets de résistance à l’image, de survivances des formes et de légitimation de vies perdues, l’archive fonctionne comme la métaphore d’un corps somatisé, empreint de discours et de subjectivités altérées, « supports de sentiments et d’émotions, qui se trouvent enregistrés non seulement dans le contenu des textes eux-mêmes, mais également dans les pratiques qui entourent leur production et leur réception9 ». Selon Boudry et Lorenz, ces images n’interpellent pas seulement le spectateur, mais créent une distance spatio-temporelle qui renvoie aux subjectivités historiques de la marge, et dont il s’agit de se rapproprier les formes et les expressions. Ces corps étranges, monstrueux, anormaux, ces freaks dont les auteures ont tiré une théorie queer de l’art, quelle place l’histoire et la mémoire des images leur accordent-elles ? Comment penser à nouveaux frais cette obsession de la visualité qui conduit Hirschfeld à créer une iconographie des sexualités alternatives ?

Rendre visible. Aux origines de la sexologie

  • 10 Voir notamment Sylvie Chaperon, Les origines de la sexologie, 1850-1900, Paris, L. Audibert, 2007 e (...)

4Les discours sur la sexualité développés dans le courant du xixe siècle ont fait l’objet d’importantes études historiographiques, depuis le tournant épistémologique amorcé par Michel Foucault10. Cependant, il reste à interroger la manière dont les médecins, criminologues, anthropologues et scientifiques se sont emparés des outils visuels, afin de nommer, catégoriser et théoriser les pratiques sexuelles. Soit qu’il s’agisse d’exemplifier la pathologie pour faire coïncider discours et formes, soit qu’il faille visualiser la tare pour assouvir une forme de voyeurisme, l’image a toujours résisté à la maîtrise du discours scientifique. Or, la prolifération du visuel témoigne d’une autre histoire des sexualités : la possibilité de rendre visible ce qui ne peut être nommé, de rendre visualisable ce qui se cache dans les interstices de l’intimité moderne, de porter un nouveau regard sur l’image et l’art des sexualités non-normatives.

  • 11 Sur Hirschfeld, voir Charlotte Wolff, Magnus Hirschfeld : A Portrait of a Pioneer in Sexology, Lond (...)
  • 12 Ces chapitres sont publiés de manière collective par Hirschfeld, dans Magnus Hirschfeld (éd.), Karl (...)
  • 13 Magnus Hirschfeld (éd. scientifique), Jahrbuch für sexuelle Zwischenstufen... 1899- 1933, Leipzig.

5Les « problèmes » sexuels que traite Hirschfeld ne concernent pas uniquement l’activité procréatrice ou le sexe plaisir, mais la déviation et l’anormalité condamnées au xixe siècle par la morale médicale et judiciaire11. Le sexologue allemand se range du côté des défenseurs des opprimés, médecin qui protège ses patients et scientifique qui les conseille sur l’attitude à adopter en société. En 1898, il réédite les théories de l’inversion sexuelle de Karl Heinrich Ulrichs qui portent sur la conception scientifique du troisième sexe uraniste, théorie embryonnaire d’une psychologie de l’homosexualité12. Dans cette continuité, Hirschfeld reprend le flambeau des luttes des droits civiques défendus par Ulrichs, au moment même où la condamnation juridique des relations sexuelles entre hommes est promulguée dans le paragraphe 175, introduit au code pénal suite à l’unification de l’Allemagne. En tentant d’abroger cette loi, Hirschfeld organise en 1897 le Comité scientifique humanitaire (Wissenschaftlich-humanitäres Komitee), suivi de la Revue sur les états sexuels intermédiaires la même année, où la multiplication des ressources visuelles fait de la visibilité une arme politique13.

  • 14 John Grand-Cartheret, Derrière “Lui” : l’homosexualité en Allemagne. Suivi de Iconographie d’un sca (...)
  • 15 Anonyme, « Recension : Les homosexuels de Berlin. Le troisième sexe, Paris, Rousset, 1908 », Journa (...)

6Les scandales publics en Europe, affaire privée d’Oscar Wilde en 1895, affaire d’état Harden-Eulenburg en 1907, finissent de rendre visible le « troisième sexe » homosexuel. Hirschfeld devient un expert juridique pour diagnostiquer sa psychologie, mais il se retrouve confronté à une critique virulente qui s’exprime notamment dans l’imagerie populaire de l’époque14. La visibilité des sexualités non-normatives rend le travail d’acceptation d’autant plus difficile qu’elle invite à transformer des vies de souffrance en discours scientifiques. En refusant de rendre publique son orientation sexuelle, Hirschfeld adopte une neutralité conduisant à justifier l’acte sexuel par l’histoire individuelle et la théorie scientifique. Entre visibilité et invisibilité, la prolifération de l’imagerie scientifique prend le pas sur ce que le texte ne peut dire ou révéler. La publication en Allemagne, puis la traduction en France du Troisième sexe. Les homosexuels à Berlin en 1908 finit de révéler cette nouvelle subculture décrite dans la presse de l’époque : « réunions d’homosexuels, notamment au Club Lohengrin, à la Société des monistes et à la Société des platoniques qui ont un caractère plutôt littéraire, et aux cabarets fréquentés spécialement par les Uraniens15 ». L’homosexuel et la personne intersexuée deviennent de véritables personnages publics qui sortent de l’anonymat et de l’oubli.

  • 16 Voir Elena Mancini, Magnus Hirschfeld and the Quest for Sexual Freedom: A History of the First Inte (...)

7Face à l’émergence d’une génération souhaitant se libérer des normes, Hirschfeld devient le compagnon de route de cette marginalité sexuelle. Sa formation est significative de ce point de vue : il suit des études de littérature à l’université de Breslau, puis à celle de Strasbourg entre 1887 et 1889, change d’orientation pour la médecine et les sciences naturelles, et s’installe à Berlin en 1890. Marqué par les thèses politiques d’August Bebel, représentant du parti social-démocrate allemand, et par les expériences esthétiques des frères Frank et Donald Wedekind, d’Henrik Ibsen qu’il côtoie lors de son déménagement en 1891 à Munich, Hirschfeld considère la levée des tabous sexuels comme une force d’émancipation politique16.

  • 17 Max Nordau, Dégénérescence (traduit par Auguste Dietrich), Paris, F. Alcan, 1894. Voir en particuli (...)
  • 18 Voir notamment Marc Cluet et Catherine Repussard, Lebensreform – Die soziale Dynamik der politische (...)
  • 19 Voir Michael Thomas Taylor, Annette F. Timm et Rainer Herrn (éd.), op. cit., p. 194-195 et Todd H. (...)

8Son séjour en France à partir de 1894 coïncide avec la publication des théories sur la dégénérescence de Max Nordau qui accuse les artistes, écrivains et musiciens fin-de-siècle d’affaiblir la Nation à travers un art dit morbide. Cette riposte du mouvement sioniste orchestrée par Nordau vise à contester les stéréotypes antisémites du juif efféminé qui aurait dégradé la culture occidentale, et à valoriser un Juif nouveau, fort et vertueux17. Juif lui-même, mais non sioniste, Hirschfeld conteste la critique culturelle de Nordau et de son mentor, le criminologue italien Cesare Lombroso, notamment leur vision masculiniste et moralisatrice de la création artistique. Contre l’abstinence de la religion chrétienne conduisant à une forme de sublimation, Hirschfeld recommande la libération sexuelle afin d’améliorer l’hygiène de vie et l’expression de soi dans l’art. Il s’inscrit en ce sens dans le contexte germanique de la Lebensreform, cette « réforme de la vie18 » qui cultive une corporéité virile en synergie avec la nature – végétarisme et nudisme. Ces pratiques communautaristes et interventionnistes impliquent une libération politique des mœurs sexuelles qui s’appuient sur une forme spirituelle de panthéisme, associée à l’époque au courant moniste. Hirschfeld adhère en 1912 à la branche allemande de ce mouvement scientifique fondé par le biologiste allemand Ernst Haeckel19. Face à la dualité du monde séparant Dieu et la nature, le corps et l’âme, l’homme et la femme, le monisme prône une forme d’unité matérielle et spirituelle héritée des sciences naturelles. Cette mouvance prolonge le projet évolutionniste de Darwin, dont Haeckel traduit les écrits en allemand.

  • 20 Voir son ouvrage Th. Ramien, Sappho und Socrates, Leipzig, Spohr, 1896 et la poursuite de cette réf (...)
  • 21 Magnus Hirschfeld, The Homosexuality of Men and Women (traduit de l’anglais par Michael A. Lombardi (...)

9Hirschfeld voit dans le monisme la possibilité d’intégrer la théorie du troisième sexe aux sciences naturelles, tout en incluant d’autres formes de subjectivité et de corps mises à l’écart par la Lebensreform. En biologisant la sexualité pour la faire sortir du moralisme religieux, le sexologue propose un échelonnage des sexualités dites intermédiaires qui se situent entre l’absolu masculin et féminin20. À l’image de l’union hermaphrodite primaire qui unit les gamètes mâles et femelles, il reprend le système évolutionniste des espèces intermédiaires : « Pour moi, le concept de ‘‘troisième sexe’’ désigne aussi bien les états sexuels intermédiaires ou transitoires, de même qu’en anglais ‘‘intersexes’’ ; j’y range toutes les formes intermédiaires qui s’écartent le plus du type sexuel absolu, forme que je classe en quatre groupes principaux : hermaphrodites, androgynes, homosexuels et transvestistes, chacun selon la façon dont sa déviation est en rapport avec ses organes sexuels, les caractéristiques physiques sexuelles conservés, son instinct sexuel, et toutes autres différences psychosexuelles21. »

  • 22 Ernst Haeckel, Kunstformen in der Natur, Berlin, Prestel Verlag, 1998 (1904). Voir sur l’histoire d (...)

10Médecin et scientifique, Hirschfeld adopte une posture singulière dans sa volonté d’occuper doublement un terrain politique, avec la défense des droits des minorités sexuelles, et scientifique, avec la légitimation des recherches menées sur les sexualités. Dès 1910, il projette de constituer un musée des sciences sexuelles à partir du modèle de l’Institut für Spezielle Zoologie und Evolutionsbiologie, fondé par Haeckel en 1908 à l’université Friedrich Schiller d’Iéna. Au moment où fleurissent les musées de médecine et de sciences naturelles en Europe, loin des Wunderkammer poussiéreux des siècles derniers, Haeckel souhaite créer une institution pédagogique qui réunisse art et science. L’exposition de manuscrits, lettres, dessins, photographies, mais surtout de nombreuses pièces d’espèces humaines, animales et végétales répond à l’ambition scientifique et esthétique de Haeckel, résumée dans son ouvrage Formes artistiques de la nature, publié entre 1902 et 190422. Les différentes planches illustrées, qui deviennent objet de fascination pour les artistes Art Nouveau, s’appuient sur la classification évolutive des espèces. Bien que la muséologie ait été développée par ses successeurs à partir de 1909, le musée de Haeckel, dont la façade s’inscrit dans les lignes végétales symétriques du Jugendstil, impose une unité des savoirs scientifiques que va reprendre Hirschfeld pour fonder sa science sexuelle.

La preuve par l’image. Entre science et culture

11À partir du modèle pédagogique, politique et esthétique du musée d’Haeckel, Hirschfeld initie une histoire biologique et sociale de la sexualité. La classification des pratiques sexuelles se fonde sur le processus évolutif des pôles sexuels. Certes, le sexologue renforce la bipolarité normative de genre, mais réintègre le troisième sexe à cette taxinomie. L’observation des sexualités est calquée sur celle des phénomènes naturels. Il ne s’agit pas d’attester de l’acte sexuel et de le transposer en image, mais de mettre au point une imagerie des sexualités intermédiaires, forme d’iconographie nouvelle qu’il élabore à partir de l’anthropologie criminelle. Aussi, les discours visuels scientifiques et artistiques se construisent-ils en parallèle, de manière complémentaire.

  • 23 Voir notamment Sylvie Châles-Courtine, « Le corps criminel » in Dictionnaire du corps, sous la dire (...)
  • 24 Roland Barthes, La Chambre claire : note sur la photographie, Paris, Gallimard, Seuil, 1981,
  • 25 Georges Didi-Huberman, Invention de l’hystérie : Charcot et l’iconographie photographique de la Sal (...)

12Les publications de Hirschfeld s’inscrivent dans la filiation de l’imagerie médicale renouvelée par l’évidence photographique. Dès le milieu du xixe siècle, le pathologique et la déviance sont scrutés par la photographie alors en plein essor : image psychiatrique de la folie, visage de la culpabilité et spécificités physiques indexées23. Le langage visuel de la photographie médicale s’articule autour des principes que décriront Walter Benjamin et Roland Barthes au xxe siècle. L’image a valeur d’indice et permet de voir ce que l’on ne perçoit pas. Sa valeur probante la rapproche de la vérité du savoir dans le voir, non une vérité du sens (l’image photographique est une construction subjective du cadre et de la lumière), mais une vérité de l’existence (le « ça a été » de Barthes24). Ce langage visuel se consolide dans la pratique du portrait criminel, dont la tare est fixée par l’image indicielle. Dans la mise en scène de la monstruosité se retrouve « le devoir-lire d’identité dans l’image25 » dont parle Georges Didi-Huberman, un devoir construit à partir des expressions visibles du pathologique et de la normalisation des poses. La photographie inaugure les conditions de visibilité des corps déviants, dans cette alliance entre l’image photographique et artistique.

  • 26 Voir Magali Le Mens, L’hermaphrodite de Nadar, suivi de L’un des sexes, de Jean-Luc Nancy, neuf pho (...)
  • 27 Paul Richer, « Les hermaphrodites dans l’art », Nouvelle iconographie de la Salpêtrière, t. 5, 1892 (...)
  • 28 Ibid., p. 59. Voir Henry Meige, L’infantilisme, le Féminisme et les Hermaphrodites antiques, Paris, (...)

13Bien que restées confidentielles, les photographies de l’hermaphrodite intersexué Herculine Barbin par Nadar introduisent dès 1860 un double discours sur l’ambiguïté sexuelle26. Le photographe oscille entre l’esthétisation du corps drapé, à la manière des statuaires antiques, et l’évidence photographique du double sexe offert au regard de la science. Seul le visage caché et rendu anonyme au public se dérobe à l’identification personnelle. Dans La Nouvelle iconographie de la Salpêtrière, Jean-Martin Charcot publie en 1892 et en 1895 deux cas d’hermaphrodites exposés à la férule médicale de ses confrères Paul Richer et Henry Meige, à nouveau placés en regard de sculptures antiques hermaphrodites venues des collections de la Galerie Borghèse de Rome, du Musée des Offices de Florence et du Musée de Berlin27. Malgré les tentatives d’atteindre la vérité du sens (organes sexuels mis en évidence) et de l’existence (absence d’anonymat), le mystère demeure. Selon Richer et Meige, le physique dégénérescent de ces cas ne peut pas s’expliquer par la physiologie et la psychologie. Meige propose d’interpréter l’hermaphrodisme comme un arrêt du développement génital, ou infantilisme, propice à une féminisation du corps masculin (évolution inversée du caractère sexuel propre à la psychologie). Et conclut que seule une figure adolescente a pu inspirer l’art, qui s’est emparé de ce « type androgyne28 » monstrueux et fascinant.

  • 29 Magnus Hirschfeld, Geschlechtsübergänge. Mischungen männlicher und weiblicher Geschlechtscharaktere (...)
  • 30 Voir Elena Mancini, op. cit., p. 78.

14Hirschfeld s’inscrit dans la poursuite de ce « devoir-lire d’identité dans l’image » photographique. Contrairement à l’entreprise d’ingénierie photographique développée par l’hôpital de la Salpêtrière, le projet d’Hirschfeld va produire très peu d’images, mais opérer par prolifération une collecte systématique de documents visuels en tout genre. Sa revue lui permet de rendre compte précisément de la recherche sur les sexualités menée en Europe, notamment des publications en France de Charcot. En 1905 est publié son ouvrage sur Les transitions sexuelles, à partir duquel s’articule la classification visuelle des sexualités intermédiaires29. Le protocole de la photographie médicale reste identique. Dans un cadre resserré, le corps d’un patient hermaphrodite à l’identité cachée par un masque est exhibé, tandis que Hirschfeld se tient à ses côtés en mettant littéralement en scène le dévoilement de la pathologie sexuelle. Face à cette mise en scène se trouvent les images au microscope des glandes hormonales féminines du corps hermaphrodite. Dès 1910, Hirschfeld expérimente avec le physiologiste Eugen Steinach la modification des secrétions des glandes endocriniennes mâles issues des testicules. Steinach conclut que ces secrétions, maintenant appelées testostérones, conditionnent le comportement sexuel et les traits somatiques des individus30. La pulsion sexuelle inversée provient donc de la présence trop forte d’hormones du sexe opposé, plaçant la physiologie de l’espèce humaine au cœur de la formation de l’identité de genre.

  • 31 Voir « Pseudohermaphroditismus masculinus bei überwiegend männlichem Habitus (Error in sexu) », pho (...)
  • 32 Judith Butler, Trouble dans le genre : pour un féminisme de la subversion (traduit par Cynthia Krau (...)

15Si le discours médical en France se focalise sur l’adéquation recherchée entre la chimère antique et l’anomalie médicale, la réflexion de Hirschfeld s’appuie sur une compréhension interdisciplinaire héritée du monisme. À l’observation physiologique et biologique s’adjoint la sociologie : l’hermaphrodite est exhibé nu de face et de dos, puis est présenté habillé en homme et en femme31. Ce n’est plus au scientifique d’identifier, ni au médecin d’analyser, mais à l’homme public de visualiser le troisième sexe, tel qu’il se présente au quotidien. Face à ces tentatives d’identification se pose la question de savoir ce qu’est être une femme ou un homme selon Judith Butler, tant dans les décisions légales qui établissent les identités sexuelles, que dans les subjectivités à l’œuvre entre le médecin et le patient. La performativité du genre se déplace de l’hôpital à la scène photographiée, au cœur de la théâtralisation et de la subversion des identités sociales : « il/elle incarne la loi non pas comme un sujet avec des droits, mais comme la preuve accomplie que la loi a une étrange capacité de ne produire que des rebellions32 ». Entre les catégories de sexe (anatomie), de genre (subjectivité et identification sociale) et de la sexualité (acte et désir consommés ou non), s’insinue le cas de Herculine Barbin, hermaphrodite homosexuelle qui n’a pu que jouer aux rôles d’homme ou de femme autorisés par la société. L’image devient dès lors un outil pédagogique qui doit rendre visible la singularité de ces identités subversives.

  • 33 Photographie provenant de l’édition de Franz Ludwig von Neugebauer, Hermaphroditismus beim Menschen (...)
  • 34 Photographies publiées dans Jahrbuch fur sexuelle Zwischenstufen, vol. 5, n° 1, 1903, p. 128-129.

16À la manière des spécimens des planches illustrées de Haeckel, la classification de Hirschfeld rend visible la diversité sociale des sexualités intermédiaires. Plusieurs cas de « gynacosmatie33 », forme d’hermaphrodisme infantile combinant l’organe génital masculin avec une poitrine féminine, sont présentés à partir d’une série photographique prise en Sicile par Wilhelm von Gloeden. Au-delà de l’observation scientifique, l’image aide à la construction visuelle des genres. Dans une autre série photographique, trois personnages détachés de tout contexte se font face : la masculinité triomphante est incarnée par un corps glorieux et athlétique, tandis que l’absolu féminin est plutôt callipyge, la pose langoureuse, lovée dans le cadre d’un sous-bois. Entre les deux se tient le troisième sexe intermédiaire : visage masqué, « type moyen, mâle et femelle34 », l’homme au physique gracile partage l’identité masculine de la culture, avec la présence d’une colonne antique, et l’identité féminine, avec une peau de bête au sol. La polarité sexuelle répond aux stéréotypes de genre qui ont lieu dans la division entre nature/culture, masculin/féminin. Le projet de Hirschfeld se situe à mi-chemin entre ce déterminisme évolutionniste, qui se teinte d’eugénisme durant l’entre-deux guerres, et une sociobiologie dont témoigne le rapport personnel aux patients.

  • 35 « Androsphysie – Gynosphysie - Androtichie (feminae barbatae) », reproduits dans Geschlechtsübergän (...)
  • 36 « Androgyne Frauen », op. cit., pl. XXIII.

17Trois types morphologiques consolident finalement la théorie visuelle du troisième sexe, appliquée aux champs de la culture et de la création : l’« androsphysie », la « gynosphysie » et l’« androtrichie35 ». Le premier cas met en scène une femme à la morphologie masculine, qui adopte les comportements culturels de l’homme, comme devenir peintre ou aller à la chasse. Inversement, le deuxième cas traite des attendus de la supposée féminité, à savoir le bassin large censé signifier la fertilité, présents dans le corps d’un homme. Le troisième cas correspond enfin aux femmes à barbe, avec notamment le portrait d’Annie Jones. Ces photographies explorent d’autres constructions sociales, comme les cas illustres de la peintre française Rosa Bonheur, de la chanteuse d’opéra italienne Felicita Vestvali ou des travestis de théâtre ayant porté tour à tour l’habit masculin et féminin36. Les comportements sociaux, à travers un geste, un goût, une attitude, inscrivent l’interprétation du statut intermédiaire au cœur des artifices de la séduction, comme la perruque, les bijoux, les parfums et les robes de théâtre. L’érotisation de l’image photographique révèle une nouvelle connaissance de soi, intime et intersubjective.

  • 37 Magnus Hirschfeld, Die Transvestiten, eine Untersuchung über den erotischen Verkleidungstrieb, mit (...)
  • 38 Magnus Hirschfeld, Le Sexe inconnu (traduit par W. R. Fürst), Paris, Éd. Montaigne, 1936, p. 99, qu (...)
  • 39 Ibid.

18Dans cette réflexion sur la fluctuation des identités de genre, Hirschfeld place le travestissement comme élément moteur de la pulsion sexuelle. Sa théorie du transvestitisme publiée en 1912 reprend l’exemple des travestis au théâtre, mais plus largement des possibilités offertes sur scène et dans l’espace public de performer son genre37. L’émergence de subcultures urbaines à Berlin, dans les cabarets et les bals costumés, participe de la visibilité de ces sexualités intermédiaires : le transvesti y trouve une forme de sécurité et de bonheur que « procure l’habillement du sexe opposé38 ». L’adoption d’un vestiaire de l’autre sexe implique un changement total de vie quotidienne, qui se retrouve dans le rapport particulier à l’image : « Presque tous les transvestis présentent une vraie manie de se faire photographier dans le costume qui correspond à leur particularité39 ». Hirschfeld note l’inclination à dessiner ou peindre des personnages en correspondance avec leur nouveau genre, comme l’ajout de moustaches aux femmes ou de chapeaux aux hommes. Or, l’homosexuel se différencie de l’efféminé vestimentaire, nuance qui confirme l’écart entre sexualité intime et genre social. Le transvestitisme s’appuie sur l’étude de la dysphorie de genre et décrit un champ plus vaste des identités et des phénomènes transgenres.

  • 40 K. J. Rawson, « Introduction : “An Inevitably Political Craft” », Transgender Studies Quarterly 2, (...)
  • 41 Jennifer V. Evans, « Seeing Subjectivity : Erotic Photography and the Optics of Desire », American (...)

19Bien qu’anachroniques, ces catégories reflètent, comme le souligne K. J. Rawson, la réalité historique des personnes accueillies par Hirschfeld : « si problématique soit-il, le transgenre apparaît comme le mécanisme le plus efficace et le plus évident à notre disposition pour désigner des pratiques transhistoriques et transculturelles sous la même bannière40 ». Dans cette entreprise déployée pour plaire et être désiré, se situe l’expérience visuelle d’une identité sexuelle morcelée, propre aux trans-archives. La subjectivité retrouvée par les patients de Hirschfeld se construit dans la performativité de genre initiée entre le modèle, le photographe et le médecin. La photographie s’érotise à partir du processus de reconnaissance de soi et de visibilité publique. Comme le souligne Jennifer Evans, ces processus visuels deviennent une nouvelle ressource pour l’histoire41.

  • 42 Spyros Papapetros, « On the biology of the inorganic : Crystallography and discourses of latent lif (...)
  • 43 Georges Didi-Huberman, « Aby Warburg et l’archive des intensités », Études photographiques, n° 10, (...)
  • 44 Aby Warburg, aphorisme n° 87, 14 septembre 1890, Bibliothèque de l’Institut Warburg, Londres, cité (...)

20La réécriture des identités transgenres et des phénomènes sexuels non-normatifs dépasse finalement les frontières historiques et géographiques, afin de mettre à contribution l’histoire des représentations sociales. À nouveau, l’apport du monisme se retrouve dans cette histoire comparée des transidentités que déploie Hirschfeld, à une époque où les discours scientifiques du visuel et de l’art se confondent avec une histoire biologique de l’image. C’est à cette période, entre 1888 et 1903, que l’historien de l’art Aby Warburg crée à Bonn un projet interdisciplinaire consacré à une psychologie moniste de l’art, composée d’une série d’aphorismes artistiques sur papier, rangés dans des boites en carton. Comme le souligne Spyros Papapetros42, ce projet vise à combler les différences entre objet et sujet, vie passée de l’image et signification qu’elle retrouve, une fois soumise au regard de l’historien de l’art. Tout l’enjeu est de déceler l’énergie impliquée dans la mémoire culturelle de l’objet, et pour ce faire, de déceler le discours historique de leurs vies (une histoire proprement moniste liant l’art, l’ethnographie, la biologie et la philosophie de la nature). Cette énergie, Warburg la décèle dans la présence d’organismes inertes et vivants qui donnent sens à la mémoire. Grâce à l’expression dynamique des mouvements et des gestes qui se retrouvent dans les habits et les chevelures, mais aussi dans l’expression statique de ces mouvements de figures pathétiques (le fameux Pathosformel), Warburg retrouve une forme de vie de l’art. Ces formules pathétiques, ou Pathosformel, constituent selon Didi-Huberman un « inventaire des états psychiques et corporels incarnés dans les œuvres de la culture figurative43 » que Warburg tente de dresser. Dans l’un de ces aphorismes, Warburg explique : « Les vêtements sont une extension inorganique de l’individu, mais ils sont ressentis comme un organe sensible à la douleur – on ne les voit pas, mais ils doivent être pris en compte dans chaque mouvement. On accorde aux choses le prédicat de l’affiliation inconditionnelle. L’image mémoire est ressentie comme un membre corporel44 ».

  • 45 Magnus Hirschfeld, Die Transvestiten, op. cit., non paginé, Tafel V, VIII, IX.

21Inspirée du monisme, cette méthode visuelle et mémorielle que Warburg scelle au passage du xxe siècle se retrouve dans la série d’illustrations de portraits historiques rassemblée par Hirschfeld à la même période. Le vêtement devient le dépositaire de l’image mémoire des transidentités, et le geste, son expression pathétique : le portrait du travesti aristocratique Hermann von Teschenberg, avocat rallié à la cause de Hirschfeld dès 1898, est mis en regard des coutumes vestimentaires de Ceylan et d’Amérique du sud, des acteurs du théâtre japonais Kabuki et des gravures médiévales qui soulignent le caractère unisexe de la mode45. L’élargissement de la géographie historique témoigne d’une circulation mondiale des catégories intermédiaires de la sexualité, dont les formes de vie hors-normes s’expriment à travers le mouvement quotidien de l’apparence inversée. Pour Warburg comme pour Hirschfeld, les images guident l’identification d’une pathologie culturelle. Le geste pathétique d’une main et d’une inclinaison de tête qui trahit la sexualité intermédiaire rejoint une série d’expressions similaires. Compiler et archiver certes, mais surtout rendre le projet scientifique, à la fois exhaustif, représentatif et homogène.

  • 46 Voir http://www.hirschfeld.in-berlin.de, consulté le 10 mai 2019.
  • 47 Voir notamment la série d’articles consacrés à « L’amour et la science », dans la revue Voilà de ju (...)
  • 48 Christopher Isherwood, Christopher et son monde 1929-1939 (traduit de l’anglais par Léo Dilé), Pari (...)

22En 1919, Hirschfeld fonde l’Institut de sexologie auquel il adjoint une bibliothèque, un fonds documentaire et un musée réunissant les photographies de ses patients, mises en regard d’œuvres artistiques et de civilisations passées46. Chaque photographie est associée par pair ou par unité de quatre ou cinq, à la manière des illustrations de Haeckel, sur des panneaux accrochés aux murs. La bibliothèque rassemble jusqu’à 20 000 volumes et près de 350 000 documents photographiques venus du monde entier. À travers cette archéologie queer des identités passées et présentes, l’Institut joue un rôle pédagogique, tout en étant un espace de refuge. La presse allemande de l’époque accueille des reportages photographiques sur l’Institut, dont les rares vues d’intérieur témoignent de ces dispositifs visuels. Ce n’est qu’à la suite de son exil en France, en 1933, que la théorie de Hirschfeld fera l’objet de débats dans les colonnes des journaux français47. En 1928, l’écrivain anglais Christopher Isherwood offre une image précise de cet espace qui évoque bien plus le cabinet de curiosités que le musée d’anthropologie : « il y avait là des fouets, des chaines et des instruments de torture destinés à ceux pour qui la douleur est un plaisir ; des bottines à hauts talons, aux ornements compliqués, pour les fétichistes ; des dessous féminins à dentelles, qu’avaient portés sous leur uniforme des officiers prussiens d’une féroce virilité48. » La mise en exposition d’objets sexuels dépasse la classification scientifique et la recherche historique. Il s’agit d’éduquer les patients et les visiteurs aux sciences sexuelles, mais aussi de légitimer ces usages par la distance imposée de la muséographie.

  • 49 Marjorie Garber, Vested Interests. Cross-dressing and Cultural Anxiety, New York et Londres, Routle (...)
  • 50 Magnus Hirschfeld, Die Transvestiten, op. cit., Tafel XLVI.

23Les croisements de vestiaires et les pratiques fétichistes mises en scène dans l’Institut révèlent enfin une marginalité subversive. Comme le souligne Marjorie Garber, le transvestisme militaire étudié par Hirschfeld exprime la recherche pour les femmes d’une forme d’autorité, et pour les hommes militaires, un accès à la relation dissimulée derrière l’habit officiel49. De nombreux travesties féminins comme Christine de Suède ou Catherine II de Russie ont eu recours à cette transgression politique : Alessandra Mari, « adjudant en chef de la division du Valdarno et de l’avant-garde arétine50 » à la fin du xviiie siècle, le soldat Donna Maria de Jesus, le conquistador espagnol Catallina de Erauso, ou encore le célèbre chevalier d’Eon, à partir duquel Hirschfeld conçoit la théorie de l’éonisme (travestissement sexuel pour des raisons professionnelles). Dans ces dialogues transculturels et transhistoriques, l’Institut donne à voir et à comprendre un dépassement des comportements et des identités sexuelles au sein d’un espace sensible commun.

Les savoirs de l’art, ou trans-archiver les sexualités

  • 51 José Esteban Muñoz, Disidentifications, Minneapolis – Londres, University of Minnesota Press, 1999.
  • 52 Voir à ce sujet, Florence Tamagne, « La Ligue mondiale pour la réforme sexuelle : La science au ser (...)

24Le processus d’archivage de l’Institut de Hirschfeld répond à des rencontres, des comportements et des affects, bien plus qu’à la collecte objective des pratiques sexuelles. Au-delà des normes de genre, de race et de classe, dans un souci d’unité transdisciplinaire des savoirs, ces archives s’inscrivent dans une désidentification des subjectivités intermédiaires. Comme l’explique José Estéban Munoz, l’invention de sujets hybrides se situe au-delà des constructions identitaires, hors des codes et des normes de genre établis51. Le préfixe -trans, qui indique l’idée de l’au-delà, aide à imaginer la construction de ces trans-archives. La mise en exposition de tableaux iconographiques gomme le caractère pathologique de la taxinomie. Dans l’Atlas scientifique et visuel des sexualités, Hirschfeld reprend la mise en image synoptique du musée, en publiant des séquences d’images liées aux sections pathologiques, mêlant gravures, peintures et photographies contemporaines. Nouvelle concomitance de l’histoire, Warburg réalise à la même période, entre 1924 et 1929, son atlas d’images mises en exposition à Londres et à Hambourg, consacré à la survivance des gestes antiques à la Renaissance. Si la présence de Hirschfeld est attestée en 1929 à Londres, au moment du deuxième congrès de la Ligue mondiale pour la réforme sexuelle52, il est encore difficile de déterminer la connaissance réciproque de leurs activités. Ces deux démarches témoignent néanmoins des mêmes savoirs de l’art, heuristique mnémotechnique et corporelle du visuel.

  • 53 Georges Didi-Huberman, L’image survivante, op. cit., p. 452.
  • 54 Elena Mancini, op. cit., p. 19-20.
  • 55 Voir à ce sujet, Sonia Dayan-Herzbrun, « La sexualité au regard des sciences sociales », Sciences s (...)
  • 56 Ces principes font écho à la Lebensreform germanique et notamment à la sexualité en groupe et au nu (...)
  • 57 Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. op. cit., p. 210-219.

25Comme le souligne Didi-Huberman, le projet Mnemosyne de Warburg tient lieu de « pensée par images » et de « mémoire au travail »53, dans la mise en correspondance des gestes et des formes. Hirschfeld reprend cette inflexion visuelle. Marqué par l’enseignement de Rudoph Virchow54, selon lequel l’infériorité entre civilisations part du faux postulat d’une hiérarchie entre culture et nature, entre civilisations évoluées et primitives, Hirschfeld déplace l’examen de la sexualité sur le terrain anthropologique. C’est à cette période que de nouvelles études sont publiées afin de contester les rapports de domination sexuelle supposés entre hommes et femmes55. Le critère qui sert à dissocier les sexualités se déplace à travers une perspective extra-européenne et extra-hétérosexuelle. L’ethnologie sexuelle de Hirschfeld démontre qu’au plus proche de la nature, la sexualité primitive manifeste des pratiques rejetées ou refoulées par les artifices de la culture et de la religion56. La démonstration visuelle s’appuie certes sur le schéma évolutionniste et raciste, à partir de la parenté primitive entre des couples de singes et d’humains, mais conduit aussi à l’intermédiation raciale, dans le mariage de « différents peuples de couleurs (mariages mixtes)57 » (fig. 2).

Figure 2. « Mischehe einer Deutschen mit einem Inder » et « Mischehe eines Negers mit einer WeiSen », p. 219.

Figure 2. « Mischehe einer Deutschen mit einem Inder » et « Mischehe eines Negers mit einer WeiSen », p. 219.

Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. Auf Grund dreißigjähriger Forschung und Erfahrung bearbeitet, Stuttgart, Püttmann, 1926-1930. Humboldt – Universität zu Berlin, Universitätbibliothek. Droits réservés.

26Le dispositif visuel de l’Atlas procède de cette logique décentrée. À partir du couple primitif androgyne, mis en image par un conte chinois antérieur à Platon, Hirschfeld inscrit le dimorphisme comme principe essentiel à l’évolutionnisme biologique et psychologique de la sexualité. Les œuvres d’artistes allemands et français comme Frank von Stuck, Fidus et Auguste Rodin servent d’illustrations historiques pour modéliser le couple originel Adam et Ève. Les peintures de Karl Wilhelm Diefenbach illustrent la division sexuelle à travers les âges et font écho au règne animal. La masculinité et la féminité absolues sont modélisées à partir des canons classiques de la Renaissance italienne (le David de Michel-Ange et la Vénus du peintre Franciabigio) (fig. 3), entre le boxeur Schmeling et l’Aphrodite callipyge (fig. 4), le corps témoin et la culture hétérosexuée qu’elle sous-tend. L’art sert de modèle aux nouveaux savoirs sexuels.

Figure 3. « David von Michelangelo » et « Venus on Franciabigio », p. 178.

Figure 3. « David von Michelangelo » et « Venus on Franciabigio », p. 178.

Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. Auf Grund dreißigjähriger Forschung und Erfahrung bearbeitet, Stuttgart, Püttmann, 1926-1930. Humboldt – Universität zu Berlin, Universitätbibliothek. Droits réservés.

Figure 4. « Boxer Schmeling » et « Aphrodite Kallipygos », p. 179.

Figure 4. « Boxer Schmeling » et « Aphrodite Kallipygos », p. 179.

Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. Auf Grund dreißigjähriger Forschung und Erfahrung bearbeitet, Stuttgart, Püttmann, 1926-1930. Humboldt – Universität zu Berlin, Universitätbibliothek. Droits réservés.

  • 58 Voir Jacques Le Rider, « La psychanalyse en Allemagne », dans R. Jaccard (dir.), Histoire de la psy (...)
  • 59 Magnus Hirschfeld, op. cit., p. 2, « Es zeigt sich, in wie hohem Grade die Hand das Ausführungsinst (...)

27Si Hirschfeld inscrit son projet dans le principe de l’hérédité biologique de Mendel, la science sexuelle qu’il défend n’est pas soumise à ces mêmes déterminismes. Hirschfeld s’implique très tôt dans le projet de la psychanalyse, en étant co-fondateur avec Karl Abraham de l’association psychanalytique de Berlin en 1910, qu’il quitte suite à un désaccord avec Carl G. Jung en 191158. Selon Hirschfeld, la part biologique de l’étude sexuelle ne peut être abandonnée. Ces mouvements si particuliers, expressions faciales et gestes déterminés par les conditions physiologiques des fluides énergétiques, constituent une iconographie de la pathologie sexuelle que Hirschfeld entend identifier dans les représentations artistiques, à l’instar de Charcot et de Warburg. Au même titre que l’interprétation graphologique oriente la personnalité féminine ou masculine, tout « cela montre à quel point la main est l’instrument d’exécution de l’âme59. » Autre point de désaccord entre Hirschfeld et la psychanalyse freudienne : la différence supposée entre l’activité masculine et la passivité féminine. La modernité de Hirschfeld consiste à dissocier le sexe du genre, sans enfermer irrémédiablement les patients dans la pathologie sexuelle. Seule reste l’énigme des absolus masculin et féminin, chimère de papier que le sexologue s’amuse à mettre en image. Ces constructions visuelles lui servent de supports pour ses conférences, notamment en 1913 à la Société médicale pour les sciences sexuelles de Berlin, auprès des psychanalystes viennois et allemands.

  • 60 Havelock Ellis, Le mécanisme des déviations sexuelles. Le narcissisme (traduit par A. Van Gennep), (...)
  • 61 Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. op. cit., p. 383.
  • 62 Voir Damien Delille, « Queer Mysticism : Elisàr von Kupffer and the Androgynous Reform of Art », Be (...)

28Une autre section de l’Atlas visuel est consacrée au narcissisme théorisé en 1897 par Havelock Ellis et réintégré par Freud à sa théorie sexuelle60. Symptôme lié à la masturbation et à l’autoérotisme, il constitue selon Hirschfeld un combat « insensé61 » des moralistes pour effrayer la population. Face aux discours, l’Atlas visuel affiche les ressources artistiques du narcissisme comme forme épanouie de l’amour de soi (fig. 5). Des peintures murales de Pompéi à l’usage spéculaire du miroir, les exemples se concentrent sur l’œuvre de l’artiste Elisàr von Kupffer, premier contributeur de la Revue sur les états sexuels intermédiaires de Hirschfeld62. Parti en exil en Italie, puis en Suisse avec son compagnon Eduard von Mayer, von Kupffer réalise un projet artistico-religieux dont les réalisations reproduites dans l’atlas attestent de son autoreprésentation. Dans son étude du narcissisme, Hirschfeld souligne la nécessité de construire sciemment son corps à la puberté, comme une forme d’ipséité propice à la libération sexuelle.

Figure 5. « Spiegelnarzist », p. 394.

Figure 5. « Spiegelnarzist », p. 394.

Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. Auf Grund dreißigjähriger Forschung und Erfahrung bearbeitet, Stuttgart, Püttmann, 1926-1930. Humboldt – Universität zu Berlin, Universitätbibliothek. Droits réservés.

29Ces processus de subjectivations artistiques contestent les normes historiques de genre. L’identification visuelle du symptôme psychosexuel devient une formule pathétique de la sexualité et trouble la nomenclature médicale. Des autoportraits d’artistes de la Renaissance comme Raphaël, Andrea Del Sarto, Botticelli aux peintures de l’allemand Franz von Stuck (fig. 6), toutes ces images témoignent du narcissisme artistique, avant d’être associées à des portraits de femmes ou de jeunes garçons. Cette association inédite reste néanmoins sans explications : Hirschfeld démontre-t-il que l’obsession de soi transparait dans les figures peintes par les artistes, indépendamment des différences sexuelles ? Retrouve-t-il, dans la morphologie des traits du visage, une manière semblable à celle qu’utilise l’artiste pour se présenter au spectateur ?

Figure 6. « Raffaels Selbstbildnis », etc., p. 396.

Figure 6. « Raffaels Selbstbildnis », etc., p. 396.

Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. Auf Grund dreißigjähriger Forschung und Erfahrung bearbeitet, Stuttgart, Püttmann, 1926-1930. Humboldt – Universität zu Berlin, Universitätbibliothek. Droits réservés.

  • 63 Ibid., Tafel XXXV, p. 531.
  • 64 Ibid., p. 532.
  • 65 Suite au succès de nombreuses expositions à Paris, l’œuvre de Chana Orloff fait l’objet d’une impor (...)

30Si le travail de la cure psychanalytique passe par la parole du divan, la méthode de Hirschfeld est donc plus diversifiée : recueillement, dévoilement et partage des sensibilités. Les troubles sexuels de la personne sont exposés au grand jour, sur les murs de l’Institut, et font l’objet d’échanges. L’autoportrait graphique aux couleurs criardes de Mark V., « peinture de projection mentale63 » (fig. 7), est le résultat de la gestion psychologique de son homosexualité suivie par le sexologue. Hirschfeld propose d’autres diagnostics qui mêlent la psychologie sexuelle d’artistes femmes et la lecture stylistique de leurs œuvres. Les figures filiformes d’Adge Baker font écho à la pose d’atelier de la peintre irlandaise, signes d’ « androtrichie » pour Hirschfeld64. L’artiste partage alors sa vie parisienne avec la galeriste Betty Parsons jusqu’à la fin des années 1920. Le même diagnostic se retrouve dans l’étude des formes hommasses sculptées par la russe Chana Orloff qu’identifie Hirschfeld à partir du portrait photographique en atelier de Thérèse Bonney, en 192565 (fig. 8).

Figure 7. « Seelische Projektionsmalerei einer männlich veranlagten Künstlerin mit der Unterschrift : », non paginé.

Figure 7. « Seelische Projektionsmalerei einer männlich veranlagten Künstlerin mit der Unterschrift : », non paginé.

Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. Auf Grund dreißigjähriger Forschung und Erfahrung bearbeitet, Stuttgart, Püttmann, 1926-1930. Humboldt – Universität zu Berlin, Universitätbibliothek. Droits réservés.

Figure 8. « Die russische Bildhauerin Chana Orloff in ihrem Pariser Atelier » et « Die deutsche Malerin Auguste v. Z. », p. 531.

Figure 8. « Die russische Bildhauerin Chana Orloff in ihrem Pariser Atelier » et « Die deutsche Malerin Auguste v. Z. », p. 531.

Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. Auf Grund dreißigjähriger Forschung und Erfahrung bearbeitet, Stuttgart, Püttmann, 1926-1930. Humboldt – Universität zu Berlin, Universitätbibliothek. Droits réservés.

  • 66 Evgenii Bershtein, « Eisenstein’s letter to Magnus Hirschfeld: text and context », dans Joan Neuber (...)
  • 67 Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. op. cit., p. 530.

31L’autoportrait, comme la photographie sur scène, devient le support privilégié de l’identification sexuelle. Reste à déterminer le degré d’interprétation de ces diagnostics. Si Hirschfeld opère une lecture iconographique proche d’une iconologie de la sexualité, sa démonstration psycho-biographique s’appuie aussi sur des témoignages qu’il reçoit, comme le révèlent les lettres envoyées à l’Institut par le cinéaste russe Serguei Eisenstein portant sur la bisexualité66. Deux autres exemples de sculptrices relèvent de cette iconologie de l’art sexué67. Dans un portrait retouché (fig. 9), l’artiste Renée Sintenis, alors au fait de sa gloire artistique berlinoise, fait face à son double sculpté. Le buste au profil masculin conduit à la recréation d’un soi inversé, avec cette possibilité artistique d’une forme de réassignation de genre pour Sintenis, qui devient un artiste homme. Ce processus de subjectivation renforce l’assignation sociale de l’inspiration féminine (l’image de Sintenis devient un portrait peint) et de la création masculine (le buste d’homme inspiré dans l’ombre). De l’autre, le portrait de l’artiste d’origine polonaise Lotte Pritzel confirme l’adéquation stéréotypée entre la morphologie délicate de l’artiste et les gestes symptomatiques de la minutie féminine. L’attention portée au maniement de marionnettes explore une psychologie sexuelle de l’art intégrée à la classification élargie des sexualités intermédiaires.

Figure 9. « Die berühmte Bildhauerin Renée Sintenis » et « Lotte Pritzel bei der Arbeit », p. 530.

Figure 9. « Die berühmte Bildhauerin Renée Sintenis » et « Lotte Pritzel bei der Arbeit », p. 530.

Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. Auf Grund dreißigjähriger Forschung und Erfahrung bearbeitet, Stuttgart, Püttmann, 1926-1930. Humboldt – Universität zu Berlin, Universitätbibliothek. Droits réservés.

  • 68 Voir sur le sujet Karl Toepfer, Empire of Ecstasy: Nudity and Movement in German Body Culture, 1910 (...)
  • 69 Christopher Isherwood, op. cit., p. 27.
  • 70 Ibid.

32Le dernier volet de l’Atlas visuel concerne la performativité des genres et des images sur scène, au moment où la pratique théâtrale et le spectacle de danse de cabaret occupent le devant de la scène berlinoise68. Du danseur Sebastian Droste, narcissique, au travesti nu Voo Doo et aux représentations parisiennes de Barbette, les exemples s’accumulent jusqu’à annihiler toute classification. Christine de Suède se trouve placée aux côtés des féministes Madeleine Pelletier et Louise Michel, Anita Loos et Radcliffe-Hall, dont les livres sont interdits, côtoient Hermann Bang, Marcel Proust et André Gide, qui rend visite à Hirschfeld en 1931. Face à tous ces portraits, Isherwood exprime cette sorte de communion des sensibilités : « Il y avait là des œuvres d’imagination, dessinées et peintes par les patients de Hirschfeld. […] Il y avait en outre une collection de photographies dont le sujet allait des organes sexuels de quasi-hermaphrodites aux couples d’homosexuels célèbres : Wilde et Alfred Douglas, Whitman avec Peter Doyle, Louis II de Bavière avec Kainz, Edward Carpenter avec George Merrill69. » Et Isherwood conclut dans sa biographie à la troisième personne : « Si Christopher riait, c’est qu’il était gêné. S’il était gêné, c’est qu’enfin, on le mettait face à face avec sa tribu. Jusqu’alors, il s’était comporté comme si la tribu n’existait pas, comme si l’homosexualité ne constituait qu’un mode de vie personnel, découvert par lui-même et quelques amis70. »

  • 71 Robert Beachy, Gay Berlin : Birthplace of a Modern Identity, New York, Vintage Books, p. 161.

33La collecte de ces clichés photographiques est confiée à la fin des années 1920 au jeune Karl Giese, employé de l’Institut et compagnon du sexologue. Impliqué dans la troupe Theater der Eigenen liée à la revue homosexuelle éponyme, Giese prend la direction des archives et du musée de l’Institut71. L’Atlas visuel se termine avec les images du premier film ouvertement homosexuel Anders als die Andern, sorti en 1919, qui évoque la difficulté de vivre ouvertement son homosexualité sous peine d’être soumis au chantage public. Giese joue le rôle tragique de l’escroc, Conrad Veidt celui de la victime qui se suicide, et Hirschfeld joue son propre rôle. La mise en image de la honte et de la violence renvoie aux répressions homosexuelles, illustrées par les bûchers de Sodome ou par les corps tuméfiés de deux victimes, sur un lit d’hôpital à Hambourg (fig. 10).

Figure 10. « Photographie eines homosexuellen Freundespaares das gemeinsam in den Tod ging », p. 648.

Figure 10. « Photographie eines homosexuellen Freundespaares das gemeinsam in den Tod ging », p. 648.

Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. Auf Grund dreißigjähriger Forschung und Erfahrung bearbeitet, Stuttgart, Püttmann, 1926-1930. Humboldt – Universität zu Berlin, Universitätbibliothek. Droits réservés.

  • 72 Voir notamment la traduction de ses ouvrages dans Magnus Hirschfeld, Le Tour du monde d’un sexologu (...)
  • 73 Voir Veronika Fuechtner, « Indians, Jews, and Sex: Magnus Hirschfeld and Indian Sexology », dans Ve (...)

34À partir de 1931, Hirschfeld entame un tour du monde, où il va donner 176 conférences en 500 jours72, suite à l’invitation aux États-Unis d’Harry Benjamin, premier chirurgien américain à procéder à une réassignation sexuelle, et de son homologue Max Thorek, obstétricien. À partir de New York et de Chicago, il se rend en Californie, puis au Japon, en Chine, aux Philippines, en Palestine et en Egypte. Lors de son passage en Inde, Hirschfeld est salué comme le « Vatsayana moderne de l’Ouest73 » (auteur du Kama Sutra). Cette période constitue un tournant dans sa carrière : connu à l’échelle mondiale, associé aux mouvements d’indépendance coloniale, il fait face cependant à une violente contestation due à la montée des fascismes. Lorsqu’il revient en Europe en avril 1932, il s’arrête à Vienne, puis part en Suisse et s’installe en France en 1933, où il assiste impuissant à la destruction de son Institut par les Nazis, diffusée dans les actualités cinématographiques. Hirschfeld meurt le 14 mai 1935 à Nice, convaincu de pouvoir encore recréer un Institut de sexologie en France.

Conclusion

  • 74 Judith Butler, Ces corps qui comptent : de la matérialité et des limites discursives du sexe (tradu (...)

35Fonder une loi : telle est l’origine des recherches sur les sexualités intermédiaires, une loi fluctuante fixée à la lueur des images classifiées et ainsi révélées. Ces images donnent à voir ce que le discours tend à clore dans l’espace incertain de la cure médicale. Les pratiques artistiques opposent quant à elles un dépassement de ces taxinomies scientifiques, pour permettre à l’artiste de s’affranchir des systèmes de répression et d’assignation de genre. Le projet scientifique, visuel et politique de Hirschfeld dépasse le périmètre de ces lois du genre, pour embrasser une portée bien plus universelle. Il s’agit de révéler par l’image l’expression de la psychologie sexuelle, dans une coupe de cheveux, un geste ou un accessoire qui construit l’identité et conduit à appartenir à une culture non-normative. Cette culture n’engage pas uniquement une histoire des sexualités, mais intègre d’autres corps considérés comme anormaux, ces corps qui, comme le souligne Judith Butler, comptent aux yeux de celles et de ceux qui défendent le droit de vivre une vie vivable74.

  • 75 Jennifer V. Evans, art. cit., p. 436, « Whether a gendering of knowledge production or a general fe (...)

36La réflexion portée par les trans-archives repousse très largement les frontières disciplinaires pour s’ouvrir à une histoire visuelle élargie aux sexualités modernes. La reproduction photographique, dont le procédé avait été condamné par Walter Benjamin qui prédisait la perte de l’aura artistique, se trouve réinvestie par les subjectivités queer. Rendre visible un désir interdit et un corps condamné grâce à l’échange marchand et au partage des affinités conduit à de nouveaux savoirs. Jennifer Evans rappelle que le désir constitue un élément fondateur de la connaissance de soi. Toute discipline historique se doit de réintégrer ces données visuelles pour offrir une compréhension élargie des sexualités et des subcultures : « Qu’il s’agisse d’un processus genré de production des connaissances ou d’une peur généralisée du subjectif en histoire, cette hésitation envers le visuel pose des défis particuliers à l’écriture de l’histoire et du désir de même sexe, malgré le fait que depuis quelque temps déjà les spécialistes de la culture visuelle ont vu la photographie et le film comme jouant un rôle privilégié dans la constitution sociale de la vie queer75 ». L’historiographie commence à présent à reconsidérer le projet de Hirschfeld comme précurseur des théories queer et des transidentités. Gageons que ces pistes alimentent d’autres réflexions menées par les historiens et les historiens de l’art, afin de confirmer cette évidence : la photographie et ses diverses reproductions techniques sont des sources historiques fiables, dont la destruction a paradoxalement valeur de connaissance archivistique.

Haut de page

Notes

1 Renate Lorenz, Queer Art. A Freak Theory, Bielefeld, Transcript Verlag, 2012, traduit récemment par Art Queer. Une théorie freak (traduit de l’anglais par Marie-Mathilde Bortolotti), Paris, B42-93, 2018. La vidéo-performance a notamment été présentée en France, à l’occasion des Rencontres de la photographie d’Arles en 2016.

2 N.O. Body, Aus eines Mannes Mädchenjahren, Berlin, Riecke, 1907. Voir Hermann Simon, « Hirschfelds Testament und N. O. Bodys Lebensgeschichte », Sexuologie 20, 2013, p. 77-82 et Ina Linge, « Gender and Agency between ‘Sexualwissenschaft’ and Autobiography : the Case of N.O. Body’s Aus eines Mannes Mädchenjahren », German Life and Letters 68, n° 3, 2015, p. 387–404.


3 Voir à ce sujet, Sander L. Gilman, « Whose Body Is It Anyway ? Hermaphrodites, Gays, and Jews in N.O. Body’s Germany », in Benjamin Maria Baader, Sharon Gillerman et Paul Lerner, Jewish Masculinities. German Jews, Gender, and History, Bloomington, Indiana University Press, 2012, p. 138-151.

4 Sur l’histoire des archives Hirschfeld et son usage artistique actuel, voir récemment Michael Thomas Taylor, Annette F. Timm et Rainer Herrn (éd.), Not Straight from Germany : Sexual Publics and Sexual Citizenship since Magnus Hirschfeld, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2017. Voir aussi David James Prickett, « Magnus Hirschfeld and the Photographic (Re)Invention of the Third Sex », dans Gail Finney (dir.), Visual Culture in Twentieth-Century Germany, Bloomington, Indiana University Press, 2006, p. 103-119.

5 Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. Auf Grund dreißigjähriger Forschung und Erfahrung bearbeitet, Stuttgart, Püttmann, 1926-1930.
Il est à noter qu’aucune étude n’a, à notre connaissance, été consacrée à cet ouvrage. L’un des rares exemplaires que nous avons consulté se trouve à la bibliothèque Humboldt – Université de Berlin.

6 Voir Aaron H. Devor, The Transgender Archives : Foundations for the Future, Victoria (B.C.), University of Victoria Press, 2014. Je remercie les relecteurs de cet article d’avoir porté à mon attention cette référence.

7 Heike Bauer, The Hirschfeld Archives. Violence, Death, and Modern Queer Culture, Philadelphie, Temple University Press, 2017, p. 5, « the precariousness of modern queer life alongside the limits of queer apprehension in relation to other forms of injustice ».

8 Bauer relate les dernières mésaventures des archives d’Hirschfeld, que l’on peut résumer ainsi : après son tour du monde en 1931, Hirschfeld ne revient pas à Berlin, mais à Vienne, puis part pour la France et meurt à Nice en 1935 dépossédé de tous ses biens. Il confie ses papiers personnels et ses livres à son compagnon de route Tao Li, qui s’installe en Suisse pendant la guerre, puis quitte l’Europe pour Hong Kong dans les années 1960. Nous perdons sa trace jusqu’à ce qu’en 2002, lorsque Ralf Dose de la Magnus Hirschfeld Society de Berlin reçoit un message daté de 1994 d’un certain Adam Smith, qui avait récupéré dans une benne à ordure à Vancouver les valises de son ancien propriétaire, Tao Li. Avec le concours de la Hirschfeld Society, du Munich forum for Homosexuality and History et de la Jean-Nickolaus Tretter Collection of the University Minnesota, ces documents sont achetés et rapatriés à l’université du Minnesota. Une fois rapatriées aux États-Unis, les valises se sont retrouvées vidées de leurs contenus lorsque la bibliothécaire les a récupérées…

9 Ann Cvetkovich, An Archive of Feelings : Trauma, Sexuality, and Lesbian Public Culture, Durham, NC, Duke University Press, 2003, p. 7, cité dans Heike Bauer, op. cit., p. 19, « repositories of feelings and emotions, which are encoded not only in the content of the texts themselves but in the practices that surround their production and reception ». Voir Daniel Marshall, Kevin P. Murphy et Zeb Tortorici (éd.), « Queering Archives : Historical Unravelings », Radical History Review 2014, n° 120, 2014 et id., « Queering Archives : Intimate Tracings », Radical History Review, n° 122, 2015 ; Amy L. Stone et Jaime Cantrell (éd.), Out of the Closet, Into the Archives : Researching Sexual Histories, Albany, State University of New York Press, 2015 ; Heather Love, Feeling Backward : Loss and the Politics of Queer History, Cambridge, MA, Harvard University Press, 2007.

10 Voir notamment Sylvie Chaperon, Les origines de la sexologie, 1850-1900, Paris, L. Audibert, 2007 et Peter Cryle et Christopher Forth E. (dir.), Sexuality at the Fin de Siècle : The Makings of a ‘‘Central Problem’’, Newark, Delaware, University of Delaware Press, 2008.

11 Sur Hirschfeld, voir Charlotte Wolff, Magnus Hirschfeld : A Portrait of a Pioneer in Sexology, Londres, Quartet, 1986 et Ralf Dose, Magnus Hirschfeld : The Origins of the Gay Liberation Movement, New York, NYU Press, 2014. Il est à noter le manque d’études en français sur le sujet. Voir principalement Florence Tamagne, Histoire de l’homosexualité en Europe : Berlin, Londres, Paris, 1919-1939, Paris, Éd. du Seuil, 2000 et Agathe Bernier-Monod, « L’Institut de Magnus Hirschfeld et le féminisme », dans Patrick Farges et Anne-Marie Saint-Gille (dir.), Le premier Féminisme allemand (1848-1933). Un mouvement social de dimension internationale, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2013, p. 147-156.

12 Ces chapitres sont publiés de manière collective par Hirschfeld, dans Magnus Hirschfeld (éd.), Karl Heinrich Ulrichs, Forschungen über das Rätsel der mannmännlichen Liebe, 12 volumes, Leipzig, Max Spohr, 1898, republié et traduit dans Research into the Riddle of Man-manly Love, New York, Arno Press, 1975. Voir Hubert Kennedy, Karl Heinrich Ulrichs, Pioneer of the Modern Gay Movement, San Francisco, Peremptory Publications Ebook, 2002 et Id., « The ‘Third Sex’ Theory of Karl Heinrich Ulrichs », Journal of Homosexuality, n° 6, 1980-81, p. 103-111.


13 Magnus Hirschfeld (éd. scientifique), Jahrbuch für sexuelle Zwischenstufen... 1899- 1933, Leipzig.

14 John Grand-Cartheret, Derrière “Lui” : l’homosexualité en Allemagne. Suivi de Iconographie d’un scandale : les caricatures politiques et l’affaire Eulenburg par James D. Steakley, Lille, Cahiers Gai-kitsch-camp, 1992 et Henri de Weindel et F.-P. Fischer, L’homosexualité en Allemagne, étude documentaire et anecdotique, Paris, F. Juven, 1908, p. 32-33 et p. 47-59. Voir Nicolas Le Moigne, « L’affaire Eulenburg : homosexualité, pouvoir monarchique et dénonciation publique dans l’Allemagne impériale (1906-1908) », Politix, vol. 3, n° 71, 2005, p. 83-106 et Florence Tamagne, « Caricatures homophobes et stéréotypes de genre en France et en Allemagne : la presse satirique, de 1900 au milieu des années 1930 », Le Temps des médias, vol. 1, n° 1, 2003, p. 42-53.

15 Anonyme, « Recension : Les homosexuels de Berlin. Le troisième sexe, Paris, Rousset, 1908 », Journal du droit international privé, t. 35, n° 2, 1908, p. 1084.
Voir Magnus Hirschfeld, Le troisième sexe. Les homosexuels à Berlin, Paris, Librairie médicale et scientifique Jules Rousset, 1908.

16 Voir Elena Mancini, Magnus Hirschfeld and the Quest for Sexual Freedom: A History of the First International Sexual Freedom Movement, New York, Palgrave Macmillan, 2010, p. 56-57.

17 Max Nordau, Dégénérescence (traduit par Auguste Dietrich), Paris, F. Alcan, 1894. Voir en particulier Georges L. Mosse, « Max Nordau, le libéralisme et le “nouveau juif” », dans Max Nordau 1849-1923. Critique de la dégénérescence, médiateur franco-allemand, père fondateur du sionisme, Textes édités par Delphine Bechtel, Dominique Bourel et Jacques Le Rider, Paris, Le Cerf, coll. « Bibliothèque franco-allemande », 1996, p. 11-29.

18 Voir notamment Marc Cluet et Catherine Repussard, Lebensreform – Die soziale Dynamik der politischen Ohnmacht / La dynamique sociale de l’impuissance politique, Tübingen, A. Francke, 2013.

19 Voir Michael Thomas Taylor, Annette F. Timm et Rainer Herrn (éd.), op. cit., p. 194-195 et Todd H. Weir, Monism : Science, Philosophy, Religion, and the History of a Worldview, New York, Palgrave Macmillan, 2012, p. 188-222.

20 Voir son ouvrage Th. Ramien, Sappho und Socrates, Leipzig, Spohr, 1896 et la poursuite de cette réflexion dans Anne Fausto-Sterling, Corps en tous genres : la dualité des sexes à l’épreuve de la science (traduit de l’anglais par Oristelle Bonis et Françoise Bouillot), Paris, la Découverte, Institut Émilie du Châtelet, 2012.

21 Magnus Hirschfeld, The Homosexuality of Men and Women (traduit de l’anglais par Michael A. Lombardi-Nash), Amherst, New York, Prometheus Book, 2000, p. 61, repris dans Laure Murat, La loi du genre : une histoire culturelle du troisième sexe, Paris, Fayard, 2006, p. 181.

22 Ernst Haeckel, Kunstformen in der Natur, Berlin, Prestel Verlag, 1998 (1904). Voir sur l’histoire du musée, Dietrich von Knorre et Rolf G. Beutel, « JENA : The Paleontological Collections at the Phyletisches Museum in Jena », dans Lothar A. Beck, Ulrich Joger (dir.), Paleontological Collections of Germany, Austria and Switzerland : The History of Life of Fossil Organisms at Museums and Universities, Berlin, Springer International Publishing, 2018, p. 339-346 et sur les rapports entre art et science, Benedikt Taschen (dir.), The Art and Science of Ernst Haeckel, Köln, Taschen, 2017.

23 Voir notamment Sylvie Châles-Courtine, « Le corps criminel » in Dictionnaire du corps, sous la direction de B. Andrieu, Editions CNRS, 2006.

24 Roland Barthes, La Chambre claire : note sur la photographie, Paris, Gallimard, Seuil, 1981,

25 Georges Didi-Huberman, Invention de l’hystérie : Charcot et l’iconographie photographique de la Salpêtrière, Paris, Macula, 2012, p. 79.

26 Voir Magali Le Mens, L’hermaphrodite de Nadar, suivi de L’un des sexes, de Jean-Luc Nancy, neuf photographies de Félix Nadar, [Grâne], Créaphis, 2009.

27 Paul Richer, « Les hermaphrodites dans l’art », Nouvelle iconographie de la Salpêtrière, t. 5, 1892, p. 384-388 et Henry Meige, « Deux cas d’hermaphrodisme antique », Nouvelle iconographie de la Salpêtrière, t. 8, 1895, p. 56-64.

28 Ibid., p. 59. Voir Henry Meige, L’infantilisme, le Féminisme et les Hermaphrodites antiques, Paris, G. Masson, 1895.

29 Magnus Hirschfeld, Geschlechtsübergänge. Mischungen männlicher und weiblicher Geschlechtscharaktere ; (sexuelle Zwischenstufen)…, Malende, Verl. der Monatsschrift für Harnkrankheiten und sexuelle Hygiene, Leipzig, 1906.

30 Voir Elena Mancini, op. cit., p. 78.

31 Voir « Pseudohermaphroditismus masculinus bei überwiegend männlichem Habitus (Error in sexu) », photographies dans Geschlechtsübergänge, op. cit., pl. III.

32 Judith Butler, Trouble dans le genre : pour un féminisme de la subversion (traduit par Cynthia Kraus), Paris, Éd. la Découverte, 2005 (1992), p. 215. Voir Alice Domurat Dreger, Hermaphrodites and the Medical Invention of Sex, Cambridge (Mass.), Londres, Harvard University Press, 1998.


33 Photographie provenant de l’édition de Franz Ludwig von Neugebauer, Hermaphroditismus beim Menschen, Leipzig, Dr. Werner Klinkhardt, 1908, p. 625.

34 Photographies publiées dans Jahrbuch fur sexuelle Zwischenstufen, vol. 5, n° 1, 1903, p. 128-129.

35 « Androsphysie – Gynosphysie - Androtichie (feminae barbatae) », reproduits dans Geschlechtsübergänge…, op. cit., pl. XII, XIII, XIV.

36 « Androgyne Frauen », op. cit., pl. XXIII.

37 Magnus Hirschfeld, Die Transvestiten, eine Untersuchung über den erotischen Verkleidungstrieb, mit umfangreichem kasuistischen und historischen Material, Berlin, A. Pulvermacher, 1910-1912. Voir Darryl B. Hill, « Sexuality and Gender in Hirschfeld’s Die Transvestiten : A Case of the “Elusive Evidence of the Ordinary” », Journal of the History of Sexuality, vol. 14, n° 3, juillet 2005, p. 316-332, qui souligne l’ignorance de Hirschfeld vis-à-vis de la parole des travestis sur la sexualité.

38 Magnus Hirschfeld, Le Sexe inconnu (traduit par W. R. Fürst), Paris, Éd. Montaigne, 1936, p. 99, qui reprend les thèses exposées en 1910.

39 Ibid.

40 K. J. Rawson, « Introduction : “An Inevitably Political Craft” », Transgender Studies Quarterly 2, n° 4, 2015, p. 545, repris dans Heike Bauer, op. cit., p. 84, « problematic as it may be, transgender appears to be the most efficient and effective mechanism available for us to cohere . . . transhistorical and transcultural practices under the same banner. »

41 Jennifer V. Evans, « Seeing Subjectivity : Erotic Photography and the Optics of Desire », American Historical Review vol. 118, no. 2 (2013), p. 430-462.

42 Spyros Papapetros, « On the biology of the inorganic : Crystallography and discourses of latent life in the art and architectural historiography of the early twentieth century », dans Oliver A.I. Botar, Biocentrism and Modernism, Londres, Routledge, 2017, p. 92-96.

43 Georges Didi-Huberman, « Aby Warburg et l’archive des intensités », Études photographiques, n° 10, 2001, p. 144.

44 Aby Warburg, aphorisme n° 87, 14 septembre 1890, Bibliothèque de l’Institut Warburg, Londres, cité dans Spyros Papapetros, art. cit., p. 96. Voir aussi Georges Didi-Huberman, L’image survivante : histoire de l’art et temps des fantômes selon Aby Warburg, Paris, les Éd. de Minuit, 2002.

45 Magnus Hirschfeld, Die Transvestiten, op. cit., non paginé, Tafel V, VIII, IX.

46 Voir http://www.hirschfeld.in-berlin.de, consulté le 10 mai 2019.

47 Voir notamment la série d’articles consacrés à « L’amour et la science », dans la revue Voilà de juillet 1933, au moment de la destruction de l’Institut par les nazis.

48 Christopher Isherwood, Christopher et son monde 1929-1939 (traduit de l’anglais par Léo Dilé), Paris, POL, Hachette, 1981, p. 27.

49 Marjorie Garber, Vested Interests. Cross-dressing and Cultural Anxiety, New York et Londres, Routledge, p. 55-56. Voir aussi Iris (Alon) Rachamimov, « The Disruptive Comforts of Drag : (Trans)Gender Performances among Prisoners of War in Russia 1914-1920 », American Historical Review 3, vol. 111, n° 2, 2006, p. 362-382.

50 Magnus Hirschfeld, Die Transvestiten, op. cit., Tafel XLVI.

51 José Esteban Muñoz, Disidentifications, Minneapolis – Londres, University of Minnesota Press, 1999.

52 Voir à ce sujet, Florence Tamagne, « La Ligue mondiale pour la réforme sexuelle : La science au service de l’émancipation sexuelle ? », Clio. Femmes, Genre, Histoire, n° 22,‎ novembre 2005, p. 101-121.

53 Georges Didi-Huberman, L’image survivante, op. cit., p. 452.

54 Elena Mancini, op. cit., p. 19-20.

55 Voir à ce sujet, Sonia Dayan-Herzbrun, « La sexualité au regard des sciences sociales », Sciences sociales et santé, 9-4, 1991, p. 7-22.

56 Ces principes font écho à la Lebensreform germanique et notamment à la sexualité en groupe et au nudisme que pratique le sexologue. Voir Kai Buchholz (dir.), Die Lebensreform: Entwürfe zur Neugestaltung von Leben und Kunst um 1900, 2 vol., Darmstadt, Institut Mathildenhöhe, Häusser, 2001. 


57 Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. op. cit., p. 210-219.

58 Voir Jacques Le Rider, « La psychanalyse en Allemagne », dans R. Jaccard (dir.), Histoire de la psychanalyse 2, Paris, Hachette, 1988, p. 107-143.

59 Magnus Hirschfeld, op. cit., p. 2, « Es zeigt sich, in wie hohem Grade die Hand das Ausführungsinstrument der Seele ist. »

60 Havelock Ellis, Le mécanisme des déviations sexuelles. Le narcissisme (traduit par A. Van Gennep), Paris, Mercure de France, 1932 et Sigmund Freud, Trois essais sur la théorie sexuelle, Paris, Gallimard, 1987, p. 50, 109 et 160. Voir Jean Bergeret et al., L’érotisme narcissique : homosexualité et homoérotisme, Paris, Dunod, 1999.

61 Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. op. cit., p. 383.

62 Voir Damien Delille, « Queer Mysticism : Elisàr von Kupffer and the Androgynous Reform of Art », Between Light and Darkness – New Perspectives in Symbolism Research, Studies in the Long Nineteeth Century, vol. I, The Birch and the Star Publisher, 2014, p. 45-57.

63 Ibid., Tafel XXXV, p. 531.

64 Ibid., p. 532.

65 Suite au succès de nombreuses expositions à Paris, l’œuvre de Chana Orloff fait l’objet d’une importante publication où sont diffusées ces photographies d’atelier, dans par G. Aubert, Chana Orloff : trente reproductions de sculptures et dessins/précédés d’une étude critique, par E. Des Courières, de notices biographiques et documentaires et d’un portrait de l’artiste gravé sur bois, Paris, Gallimard, Éditions de la “Nouvelle Revue française”, 1927.

66 Evgenii Bershtein, « Eisenstein’s letter to Magnus Hirschfeld: text and context », dans Joan Neuberger et Antonio Somaini (dir.), The Flying Carpet. Studies on Eisenstein and Russian Cinema in Honor of Naum Kleiman, Paris, Éditions Mimésis, 2017, p. 75-86.

67 Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. op. cit., p. 530.

68 Voir sur le sujet Karl Toepfer, Empire of Ecstasy: Nudity and Movement in German Body Culture, 1910-1935, Berkeley, Los Angeles, London, University of California press, 1997.

69 Christopher Isherwood, op. cit., p. 27.

70 Ibid.

71 Robert Beachy, Gay Berlin : Birthplace of a Modern Identity, New York, Vintage Books, p. 161.

72 Voir notamment la traduction de ses ouvrages dans Magnus Hirschfeld, Le Tour du monde d’un sexologue (traduit de l’allemand par L. Gara), Paris, Gallimard, 1938.

73 Voir Veronika Fuechtner, « Indians, Jews, and Sex: Magnus Hirschfeld and Indian Sexology », dans Veronika Fuechtner et Mary Rhiel (dir.), Imagining Germany Imagining Asia: Essays in Asian-German Studies, New York, Camden House, 2013, p. 111-130.

74 Judith Butler, Ces corps qui comptent : de la matérialité et des limites discursives du sexe (traduit de l’américain par Charlotte Nordmann), Paris, Éd. Amsterdam, 2009. 

75 Jennifer V. Evans, art. cit., p. 436, « Whether a gendering of knowledge production or a general fear of the subjective in history, this hesitance toward the visual poses particular challenges for the writing of same-sex history and desire, despite the fact that for some time now scholars of visual culture have viewed photography and film as playing a privileged part in the social constitution of queer life ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. « Mrs. Annie Jones-Elliott », p. 510.
Crédits Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. Auf Grund dreißigjähriger Forschung und Erfahrung bearbeitet, Stuttgart, Püttmann, 1926-1930. Humboldt – Universität zu Berlin, Universitätbibliothek. Droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/4215/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Titre Figure 2. « Mischehe einer Deutschen mit einem Inder » et « Mischehe eines Negers mit einer WeiSen », p. 219.
Crédits Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. Auf Grund dreißigjähriger Forschung und Erfahrung bearbeitet, Stuttgart, Püttmann, 1926-1930. Humboldt – Universität zu Berlin, Universitätbibliothek. Droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/4215/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Titre Figure 3. « David von Michelangelo » et « Venus on Franciabigio », p. 178.
Crédits Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. Auf Grund dreißigjähriger Forschung und Erfahrung bearbeitet, Stuttgart, Püttmann, 1926-1930. Humboldt – Universität zu Berlin, Universitätbibliothek. Droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/4215/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 4. « Boxer Schmeling » et « Aphrodite Kallipygos », p. 179.
Crédits Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. Auf Grund dreißigjähriger Forschung und Erfahrung bearbeitet, Stuttgart, Püttmann, 1926-1930. Humboldt – Universität zu Berlin, Universitätbibliothek. Droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/4215/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 5. « Spiegelnarzist », p. 394.
Crédits Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. Auf Grund dreißigjähriger Forschung und Erfahrung bearbeitet, Stuttgart, Püttmann, 1926-1930. Humboldt – Universität zu Berlin, Universitätbibliothek. Droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/4215/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Titre Figure 6. « Raffaels Selbstbildnis », etc., p. 396.
Crédits Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. Auf Grund dreißigjähriger Forschung und Erfahrung bearbeitet, Stuttgart, Püttmann, 1926-1930. Humboldt – Universität zu Berlin, Universitätbibliothek. Droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/4215/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 7. « Seelische Projektionsmalerei einer männlich veranlagten Künstlerin mit der Unterschrift : », non paginé.
Crédits Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. Auf Grund dreißigjähriger Forschung und Erfahrung bearbeitet, Stuttgart, Püttmann, 1926-1930. Humboldt – Universität zu Berlin, Universitätbibliothek. Droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/4215/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Titre Figure 8. « Die russische Bildhauerin Chana Orloff in ihrem Pariser Atelier » et « Die deutsche Malerin Auguste v. Z. », p. 531.
Crédits Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. Auf Grund dreißigjähriger Forschung und Erfahrung bearbeitet, Stuttgart, Püttmann, 1926-1930. Humboldt – Universität zu Berlin, Universitätbibliothek. Droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/4215/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 9. « Die berühmte Bildhauerin Renée Sintenis » et « Lotte Pritzel bei der Arbeit », p. 530.
Crédits Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. Auf Grund dreißigjähriger Forschung und Erfahrung bearbeitet, Stuttgart, Püttmann, 1926-1930. Humboldt – Universität zu Berlin, Universitätbibliothek. Droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/4215/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 10. « Photographie eines homosexuellen Freundespaares das gemeinsam in den Tod ging », p. 648.
Crédits Magnus Hirschfeld, Sexualwissenschaftlicher Bilderatlas zur Geschlechtskunde. Auf Grund dreißigjähriger Forschung und Erfahrung bearbeitet, Stuttgart, Püttmann, 1926-1930. Humboldt – Universität zu Berlin, Universitätbibliothek. Droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/4215/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1019k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Delille, « Trans-archive. Magnus Hirschfeld et l’atlas visuel des sexualités de l’entre-deux-guerres », Genre & Histoire [En ligne], 23 | Printemps 2019, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/4215

Haut de page

Auteur

Damien Delille

Université Lumière Lyon 2, LARHRA. Courriel : damien.delille(at)univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page