Navigation – Plan du site
Travaux soutenus

Laura Tatoueix, L’avortement en France à l’époque moderne. Entre normes et pratiques (mi-XVIe siècle-1791)

Thèse de doctorat en histoire moderne, EHESS et Université de Rouen Normandie, sous la direction de Sylvie Steinberg et Anna Bellavitis, soutenue le 9 novembre 2018

Texte intégral

1À l’époque moderne, l’avortement volontaire est une pratique interdite, confinée au secret. Rarement visible dans les sources, impossible à quantifier, cette pratique a longtemps été délaissée par l’historiographie qui voyait dans la rareté de sa mention un signe de son inexistence. Pourtant, l’avortement est un terme polysémique qui apparaît dans différents champs du discours qui condamnent fortement la pratique tout en tentant de le circonscrire. Inversement, dans de nombreuses sources, et plus particulièrement les archives judiciaires, le terme « avortement » n’apparaît jamais, alors que la référence à l’interruption de grossesse semble pourtant explicite. Cette thèse tente de comprendre les enjeux de définitions et de dénomination de l’avortement mais aussi la teneur du décalage entre normes et pratiques. L’analyse repose majoritairement sur des sources imprimées normatives (traités de médecine, de théologie, traités juridiques, recueils de lois) et sur des archives judiciaires (procédures issues des séries B des archives départementales, série X des Archives nationales, Archives de la Bastille, rapports des médecins et chirurgiens jurés au Châtelet issus de la série Y des Archives nationales).

2Le premier axe de cette recherche consiste en une analyse des discours normatifs produits sur l’avortement à l’époque moderne. Dans le domaine médical, l’avortement est ambigu et désigne un processus physiologique : la sortie du fœtus avant terme. Il apparaît finalement comme une catégorie qui englobe des phénomènes divers (fausse-couche, accouchement prématuré, évacuation de môle ou faux-germe – amas de chair informe niché dans l’utérus) aux causes multiples. Les auteur·e·s questionnent l’animation du fœtus, sa viabilité. Quant aux discours théologiques, ils tendent à catégoriser l’avortement, comme péché et comme crime. L’avortement est alors interrogé et défini, au gré de différentes controverses et par le biais de réflexions sur l’animation du fœtus ou encore sur les cas de conscience. Dans le champ juridique, il n’est pas distinct de l’infanticide ; cette indistinction pose problème. La question du statut de l’avorton – est-ce une espérance d’homme ? Un être inanimé ? – se pose. Ce travail analyse l’évolution des discours produits sur l’avortement au cours de la période, en examinant différents domaines du savoir qui s’entrecroisent : médecine, droit, théologie. Tous ces propos sur l’avortement, tenus majoritairement par des hommes, mobilisent de nombreux stéréotypes de genre qui sont examinés.

3La seconde partie interroge spécifiquement les liens entre normes et pratiques autour de la répression de l’avortement. Si l’avortement n’existe pas comme chef d’accusation précis, il apparaît constamment, au même titre que l’infanticide, dans les affaires pour « recel et suppression de part » dont les modalités sont définies par un édit d’Henri II de février 1557. Or, les affaires concernant des avortements sont moins nombreuses que les affaires d’infanticide menées dans ce cadre et n’aboutissent quasiment jamais. Cette thèse cherche à opérer des distinctions afin de mieux comprendre l’incapacité pour la justice à prendre en charge les cas d’avortement volontaire. En 1791, le code pénal est le premier texte séculier à criminaliser spécifiquement l’avortement. Tandis que l’édit d’Henri II concentrait la répression sur les femmes enceintes sexuellement transgressives car non mariées, la loi de 1791 condamne uniquement les avorteurs et les avorteuses. Dans un second temps, l’historienne interroge les changements à l’œuvre dans les discours – le droit pénal en général et l’édit d’Henri II en particulier – et les pratiques à savoir les protocoles mis en place par la médecine judiciaire, pour mieux cerner l’importante évolution que constitue le code pénal de 1791.

4Le troisième temps de ce travail se focalise sur les pratiques abortives. L’avortement est envisagé dans un cadre plus large, en posant la question d’un éventuel continuum entre différentes pratiques de limitation des naissances : contraception, avortement, infanticide, abandon. Cet aspect de la recherche, mobilisant le concept d’agency, s’intéresse surtout aux actrices et aux acteurs des avortements, analysant en particulier les parcours des femmes qui avortent. Il s’agit de comprendre le contexte relationnel de ces femmes et les rapports de pouvoir qui se jouent autour de la prise de décision d’avorter mais également du passage à l’acte. Cette partie observe également les avorteuses et avorteurs, à leur rapport aux savoirs et aux techniques du corps, tout en questionnant la dimension genrée de la possession de ce savoir. Enfin ce sont les conséquences des avortements sur les corps des femmes et ceux des fœtus dont le statut est ambigu, qui sont analysées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Laura Tatoueix, L’avortement en France à l’époque moderne. Entre normes et pratiques (mi-XVIe siècle-1791) », Genre & Histoire [En ligne], 23 | Printemps 2019, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/4269

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page