Navigation – Plan du site
Travaux soutenus

Patrick Roudière, L’engagement des femmes dans les sociétés françaises de la Croix-Rouge, 1864-1940

Thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université Lyon 3 Jean Moulin, sous la direction d’Éric Baratay, soutenue le 1er décembre 2017

Texte intégral

1À la fin du xixe siècle, trois sociétés françaises de la Croix-Rouge, la SSBM (Société française de Secours aux Blessés Militaires), l’UFF (Union des Femmes de France) et l’ADF (Association des Dames Françaises) sont créées. Ces associations humanitaires sont auxiliaires du Service de Santé des armées. Ces hommes et femmes bénévoles soignent les soldats français blessés. Les femmes sont infirmières, conductrices automobiles, etc. Peu à peu, elles s’imposent et deviennent essentielles dans le fonctionnement général des Croix-Rouges. Aux yeux des hauts gradés militaires, des médecins et des hommes des Croix-Rouges, elles se rendent indispensables par leur dévouement et leurs sacrifices notamment lors de la guerre entre la France de Napoléon III et la Prusse (1870-1871), pendant la Grande Guerre (1914-1918) et la Seconde Guerre mondiale (1939-1945). En temps de paix, les femmes investies dans les Croix-Rouges sont polyvalentes : elles collectent des fonds, tissent des réseaux avec les populations locales, les milieux économiques et politiques. Elles recrutent de nouvelles bénévoles pour les former ensuite au métier d’infirmière. Ces femmes appartiennent aux milieux aisés de la noblesse et de la bourgeoisie. Elles remplacent leurs homologues masculins quand ils sont en sous-effectifs à certaines fonctions et selon les périodes. Elles permettent aux Croix-Rouges de continuer à assurer leurs missions.

2Aux yeux des soldats qu’elle assiste et dans l’imagerie populaire nationale, l’infirmière des Croix-Rouges, identifiable par sa blouse et son tablier d’un blanc immaculé marqué d’une croix rouge, incarne la femme idéale à l’écoute de l’autre. Ces femmes bénévoles, devenues icônes nationales, sont des confidentes et apportent un réconfort maternel à des combattants heurtés moralement et psychologiquement. Cette image s’est forgée au cours des deux Guerres mondiales. En effet, la Grande Guerre est le premier conflit où les femmes de la SSBM, l’ADF et l’UFF interviennent véritablement ensemble sur le terrain afin de soigner les combattants blessés et malades. En dépit des tensions politiques, économiques et diplomatiques entre la France et l’Allemagne, notamment dans les colonies africaines, la période s’étendant de 1879 et 1914 ne connait pas de guerre majeure sur le continent européen. En 1914, quand la guerre éclate, les infirmières diplômées des écoles de formations et des hôpitaux-écoles des Croix-Rouges sont mobilisées et affectés à des équipes sanitaires et à des postes de secours. Elles en constituent le premier noyau (23 000 diplômées réparties dans 754 hôpitaux). La SSBM compte 112 000 membres, 464 Comités d’hommes et 410 Conseils de dames en 1914. Elle possède alors un fonds d’environ 1 500 000 francs de ressources annuelles et de 19 millions de réserves. S’y ajoutent 11 500 femmes et 3 300 hommes exerçant les fonctions de brancardiers. Ces bénévoles, hommes et femmes, sont tous instruits et entraînés.

3Pour analyser historiquement la diversité des rôles et l’image des femmes bénévoles actives dans les Croix-Rouges, une documentation variée a été réunie et questionnée. Les sources imprimées (témoignages écrits, carnets de bord, mémoires) témoignent de l’héroïsme des femmes des Croix-Rouges en période de conflit armé. D’autres fonds d’archives ont été également mobilisés : différents centres d’archives militaires (Archives nationales, Service historique de la Défense), archives associatives (Unités locales de la Croix-Rouge française), et archives administratives (archives départementales et archives municipales). S’il existe un Centre de documentation de la Croix-Rouge française à Paris, il ne regroupe pas l’ensemble des archives de la Croix-Rouge française, dispersion qui rend ardue leur exploitation. De plus, les conditions de conservation peuvent être localement mauvaises et des documents ont pu être perdus suite à des déménagements successifs ou à des maladresses. Enfin, les bénévoles valorisent l’histoire de la Croix-Rouge en particulier lors de célébrations et d’évènements solennels comme les fêtes du centenaire de la création de la Croix-Rouge en France en 1964, ou celles des 150 ans de l’existence de la Croix-Rouge en France en 2014. D’autres ressources documentaires ont aussi pu être utilisées pour questionner l’imaginaire associé à ces femmes bénévoles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Patrick Roudière, L’engagement des femmes dans les sociétés françaises de la Croix-Rouge, 1864-1940 », Genre & Histoire [En ligne], 23 | Printemps 2019, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/4273

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page