Navigation – Plan du site
Travaux soutenus

Bertrand Noblet, Modèles et valeurs masculins dans les manuels d’Histoire en Espagne, 1931-1982

Thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université Clermont Auvergne, sous la direction de Jean-Philippe Luis, soutenue le 2 avril 2019

Texte intégral

1Les travaux des historiens et historiennes qui se sont intéressé.es jusqu’à présent à la question des identités féminines puis masculines dans l’Espagne franquiste ont montré que la nature régressive de ce régime s’étendait également aux rapports de genre. Ils ont notamment établi que la défaite de la Seconde République en 1939 signifia le renvoi des femmes dans leurs fonctions les plus traditionnelles et l’affirmation d’une virilité officielle qui se voulait guerrière, une virilité du « moine-guerrier ».

2C’est le succès de cette dernière – et ses limites – que ce travail de recherche entend interroger. Il s’appuie sur l’analyse d’un corpus de 193 manuels d’Histoire de l’enseignement primaire et secondaire afin d’étudier non pas les conceptions officielles de la masculinité mais les représentations personnelles des enseignants rédacteurs de ces ouvrages. Ce corpus inclut également des sources qui permettent de situer ces derniers dans le contexte idéologique et genré de leur rédaction : discours officiels et programmes d’enseignement, mais aussi ouvrages de scientifiques, de moralistes et de pédagogues, portant sur la masculinité. Les parcours individuels des auteurs, ainsi que du petit nombre d’autrices (une dizaine sur l’ensemble du corpus), ont pu être approchés par l’étude des archives administratives de la dictature. La période étudiée (1931-1982), parce qu’elle inclut à la fois la période de la République qui précéda le franquisme et la période de la Transition vers la démocratie qui lui succéda, permet de dégager ce qui fait – ou non – la singularité de cette période. Cependant, le plan adopté n’est pas chronologique mais thématique, afin de prendre en compte les éléments de continuité et non pas uniquement les ruptures.

3Il apparait d’abord que le franquisme constitue une « contre-révolution du genre » dans les manuels d’Histoire également. Ces derniers participent d’un large processus de ré-essentialisation des identités genrées. L’étude quantitative et statistique des qualités qui sont attribuées aux hommes qui les peuplent met en effet en évidence leur héroïsation et militarisation après 1939. Le vir hispanicus est d’abord un guerrier, un homme qui « sait mourir » et, peut-être davantage encore, un homme qui sait donner la mort. Il professe un catholicisme lui-même militarisé et qui est d’abord combat pour la défense d’une identité collective et révérence envers un Dieu jaloux. Ces qualités creusent le fossé qui le sépare des figures non-viriles que sont les femmes ou les contre-modèles d’homme réputés efféminés. Au même moment en effet, les figures féminines présentes dans les manuels s’effacent afin de ne plus empiéter sur des domaines qui redeviennent exclusivement masculins. Conséquence des risques qu’il prend désormais pour défendre sa maisonnée, le patriarche réaffirme son pouvoir sur ceux qui l’habitent.

4La rupture de 1939, pour évidente qu’elle apparaisse, n’en doit cependant pas moins être relativisée et nuancée : les valeurs masculines que portent les manuels d’Histoire et les enseignants qui les rédigent continuent largement de relever d’une modernité européenne bourgeoise et non d’un passéisme nationaliste. Les héros guerriers ne sont en effet jamais des références absolues. Ils sont trop archaïques pour les auteurs modernes, qui continuent à leur préférer des acteurs historiques plus bourgeois participant à la grandeur nationale par la production de richesses. Cette virilité guerrière, officiellement proclamée et impulsée depuis la tête de l’État, ne séduit pas non plus toujours les auteurs les plus traditionalistes, qui peuvent voir en elle une exaltation du soudard inculte ou du « surhomme » païen. La tentative officielle de promouvoir une virilité « nationale-catholique » se heurte également au poids de représentations au long cours, qui tendent à rapprocher l’homme pieux du monde des femmes. Même le renvoi de ces dernières dans des rôles passifs et leur exclusion du récit historique ne sont pas unanimes et peuvent être mis à mal par certaines autrices de manuels.

5Les manuels scolaires sont ici étudiés en tant qu’ils véhiculent les représentations de rédacteurs aux identités variées qui fluctuent notamment en fonction des appartenances socio-professionnelles, régionales et genrées. L’idéaltype masculin présent dans ces ouvrages est d’abord un homme de culture, représentatif des systèmes de valeur dans lesquels les auteurs ont été éduqués (qui relèvent largement des humanités classiques) et qu’ils continuent de perpétuer.

6Cette recherche interroge donc la force de résistance des représentations genrées, qui relèvent d’un temps long des représentations culturelles différent du temps du politique. Elle questionne également la faiblesse idéologique d’une dictature qui ne parvint pas à imposer réellement ses propres modèles masculins. Elle s’inscrit enfin dans les débats qui portent sur la notion de virilité hégémonique en soulignant la multiplicité des conceptions masculines, qui varient d’un auteur à l’autre selon des critères multiples et souvent croisés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Bertrand Noblet, Modèles et valeurs masculins dans les manuels d’Histoire en Espagne, 1931-1982 », Genre & Histoire [En ligne], 23 | Printemps 2019, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/4276

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page