Navigation – Plan du site
Travaux soutenus

Émilie Blanc, “Art Power” : tactiques artistiques et politiques de l’identité en Californie (1966-1990)

Thèse de doctorat en histoire de l’art contemporain, Université Rennes 2, sous la direction d’Elvan Zabunyan, soutenue le 15 novembre 2017

Texte intégral

  • 1 Ce travail a été récompensé par le 2e prix du Prix de thèse 2018 décerné par le GIS Institut du Gen (...)
  • 2 Eunice Lipton, « Here Today. Gone Tomorrow? Some Plots for a Dismantling », in Kinshasha Conwill, N (...)

1La problématique principale de ce travail doctoral1 a été d’analyser comment les politiques de l’identité ont affecté les arts visuels et, dans le même temps, comment des artistes ont remis en cause les rapports de domination de la société états-unienne, ou encore comment des artistes, en incorporant l’« identité » comme facteur d’analyse politique à leurs pratiques, ont cherché à transformer l’art et la société. Issue de la déclaration (1977) du collectif féministe noir lesbien Combahee River Collective, la terminologie « politiques de l’identité » est utilisée pour désigner le changement de paradigme de l’activisme aux États-Unis s’imposant en 1966, avec le Black Power Movement. Reposant sur la reconnaissance que les oppressions vécues à l’échelle individuelle sont liées à une expérience collective concomitante aux rapports de domination, les politiques de l’identité favorisent une politisation des vécus afin de lutter contre les discriminations. Si elles tendent à remettre en cause le modèle d’assimilation du melting pot, les politiques de l’identité dévoilent dans le domaine artistique comment les idéologies eurocentrées et patriarcales sous-tendent le canon considéré comme universel alors qu’il est générateur d’exclusions. En s’emparant de celles-ci, les artistes affirment la validité de processus de création originaux liés à leurs positionnements spécifiques dans la société. Bien que leurs pratiques aient été essentielles aux redéfinitions de la notion d’art, la plupart de ces artistes restent encore assez peu étudié.es en histoire de l’art contemporain. Leurs œuvres, par leurs capacités à agir sur les consciences, les émotions et les imaginaires, sont pensées en fonction de leurs potentialités transformatrices. Ainsi, par leurs traductions visuelles de problématiques connexes à l’hétérocentrisme, au racisme et au sexisme, ces plasticien.nes ont contribué aux luttes pour la justice sociale tout en favorisant l’émergence d’un « art multivocal » selon les termes d’Eunice Lipton2.

2Par une étude de cas sur la Californie entre 1966 et 1990 – les années 1990 inaugurant une nouvelle conjoncture avec, notamment, l’essor des théories queer – combinée à une approche chronologique et comparative, ce travail de recherche examine, pour cet espace, les rencontres entre les arts visuels et les politiques de l’identité qui s’avèrent essentielles pour saisir les processus de création, les débats sur les identités et les mouvements sociaux actuels. Cette thèse propose une analyse conjointe de pratiques artistiques qui ont souvent été examinées séparément, en les liant aux mouvements sociaux de libération formés pendant la deuxième moitié des années 1960 aux États-Unis, c’est-à-dire les American Indian Movement, Asian American Movement, Black Power Movement, Chicano Movement, Gay Liberation Movement et les mouvements féministes, qui ont fortement retenti en Californie. En créant des connexions entre ces productions artistiques, il s’agit de mettre au jour de nouvelles perspectives sur le travail des artistes étudié.es, tout en retraçant une histoire des relations entre les créations et les combats contre les oppressions afin de contribuer à une meilleure connaissance de l’histoire artistique et sociale aux États-Unis, et plus largement des arts visuels comme espaces de résistance aux normes du genre, de la race et des sexualités.

  • 3 Stuart Hall, « La modernité et ses autres : Trois “moments” dans l’histoire d’après-guerre des arts (...)

3D’un point de vue méthodologique, cette thèse approche l’histoire de l’art comme une discipline ouverte sur les sciences humaines, politiques et sociales. Les théories féministes, les études culturelles comme les pensées décoloniales et postcoloniales ont constitué un apport fondamental à ce projet doctoral. Ce travail s’est également construit à partir de recherches dans des archives d’artistes, d’historien.nes de l’art et de lieux d’exposition – comme celles d’Ester Hernández à l’Université de Stanford et celles du Woman’s Building aux Archives of American Art, Smithsonian Institution – et d’entretiens menés aux États-Unis. Le plan est structuré en trois « moments » en référence à Stuart Hall selon lequel un « moment » est composé d’un « agencement d’une série de questions cognitives, politiques et artistiques qui fournissent un “horizon” de futurs possibles, questions à l’intérieur desquelles nous “pensons le présent”, et auxquelles nos pratiques constituent des réponses, des répliques et des ripostes3. » À partir notamment de la chronologie et du corpus d’œuvres établis au fil des recherches, trois « moments » de la rencontre entre les arts visuels et les politiques de l’identité enchevêtrés les uns aux autres ont été identifiés : la réinvention de sujets collectifs (1966-1981), l’imbrication d’identifications multiples (1970-1981) et la formation de subjectivités politiques (1976-1990). Introduit par une exposition clé et une synthèse du contexte, chaque « moment » s’articule ainsi autour d’une problématique centrale liée à des tactiques artistiques et politiques. Au-delà de l’antagonisme entre essentialisme et constructionnisme – une grille de lecture opposant les décennies 1960 et 1970 aux années 1980 –, chacun d’entre eux s’organise autour de trois thématiques qui visent à ouvrir des espaces de dialogue entre les œuvres examinées et à mettre en exergue les résonances entre celles-ci, les militantismes et les théories.

Haut de page

Notes

1 Ce travail a été récompensé par le 2e prix du Prix de thèse 2018 décerné par le GIS Institut du Genre

2 Eunice Lipton, « Here Today. Gone Tomorrow? Some Plots for a Dismantling », in Kinshasha Conwill, Nilda Peraza et Marcia Tucker (dir.), The Decade Show: Frameworks of Identity in the 1980s, New York, Museum of Contemporary Hispanic Art, The New Museum of Contemporary Art, The Studio Museum in Harlem, 1990, p. 20.

3 Stuart Hall, « La modernité et ses autres : Trois “moments” dans l’histoire d’après-guerre des arts de la diaspora noire », in Maxime Cervulle (dir.), Identités et cultures 2, Politiques des différences, traduit par Aurélien Blanchard et Florian Vörös, Paris, Éditions Amsterdam, 2013, p. 231.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Émilie Blanc, “Art Power” : tactiques artistiques et politiques de l’identité en Californie (1966-1990) », Genre & Histoire [En ligne], 23 | Printemps 2019, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/4280

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page