Navigation – Plan du site
Comptes Rendus

Simon MacLean, Ottonian Queenship

Oxford, Oxford University Press, 2017, 247 p.
Justine Audebrand
Référence(s) :

Simon MacLean, Ottonian Queenship, Oxford, Oxford University Press, 2017, 247 p.

Texte intégral

1Les approches sur le queenship, c’est-à-dire sur le statut des reines, leur fonction, leur rang et leur honneur, sont marquées par deux tendances a priori irréconciliables : d’un côté l’insistance sur les individus, de l’autre la mise en évidence des structures et d’une forme d’institutionnalisation de l’office des reines entre 850 et 1050. Simon MacLean cherche à sortir de cette aporie en affirmant que le statut des souveraines ottoniennes découle des circonstances propres au Xe siècle et des stratégies dynastiques des Ottoniens ; il envisage le queenship comme un discours sur le pouvoir en général. Ottonian Queenship est en ce sens davantage un livre centré sur le monde post-carolingien que sur le genre. L’approche est strictement chronologique et évoque les souveraines les unes après les autres, en mettant en évidence une rupture autour de 960, début d’une institutionnalisation plus poussée du queenship.

2L’ouvrage débute par une étude sur le queenship des premières reines ottoniennes (Mathilde et Édith) dans une perspective comparatiste, rendue nécessaire par la quasi-absence de sources contemporaines. Le queenship ottonien à ses débuts n’est pas modelé sur le queenship carolingien mais s’insère dans les problématiques de compétition entre dynasties : ainsi, le mariage d’Otton Ier et d’Édith permet aux Ottoniens de s’inscrire dans le puissant réseau du roi anglo-saxon Athelstan (924-939), frère d’Édith. L’idée traditionnelle d’une opposition entre Mathilde et Édith est abandonnée au profit de la mise en évidence d’une continuité et d’une volonté de faire du queenship un office unique.

  • 1 Simon MacLean, « Making a Difference in Tenth-Century Politics : King Athelstan’s Sisters and Frank (...)

3Les chapitres 3 et 4 portent sur Gerberge (reine des Francs de 939 à sa mort vers 969), sœur d’Otton Ier : sans être une reine ottonienne à proprement parler, sa carrière influe sur la représentation du queenship ottonien. Simon MacLean affirme, à rebours des interprétations habituelles, que Gerberge est aussi influente que les hommes de sa famille dans la définition des relations entre les royaumes franc et germanique dans les années 940-960. Elle bénéficie de la création d’un nouveau réseau aristocratique centré sur Otton Ier et de sa propre insertion dans la réforme monastique. La Vie de Clotilde (épouse de Clovis), mise par écrit à la fin des années 950, justifie le statut royal de Gerberge pendant son veuvage, et sert de modèle à la Vie de Mathilde (années 970) : Gerberge apparaît donc comme le prototype des versions les plus articulées du queenship ottonien, mais son statut ne dépend encore que d’une stratégie dynastique ponctuelle. L’auteur réévalue le rôle de Gerberge en Lotharingie en soulignant qu’elle agit en fonction de ses propres intérêts, qui ont une incidence sur les représentations de son pouvoir. Le principal support de ces représentations est la bannière envoyée par Gerberge à son frère Brunon, archevêque de Cologne. Cette bannière est une véritable déclaration de pouvoir : Gerberge déploie donc des postures d’autorité en ayant recours à des médiums genrés tels que la broderie. Ces premiers chapitres, tirés d’articles de l’auteur1, permettent des réinterprétations originales des origines du pouvoir des Ottoniennes grâce à une contextualisation minutieuse : Simon MacLean évite de prendre au mot les discours de la seconde moitié du xe siècle sur les premières reines de la dynastie.

  • 2 Liudprand de Crémone, Antapodosis, éd. et trad. François Bougard, Œuvres, Paris, éditions du CNRS, (...)

4Les chapitres 5 et 6, consacrés à Adélaïde, fille du roi Rodolphe ii de Bourgogne, montrent que la signification de son mariage avec Otton Ier en 951 est une construction des années 960 : si les auteur·rices des années 960 insistent sur son statut de reine, c’est pour justifier la seconde invasion ottonienne en Italie. Le contexte est aussi celui du couronnement d’Otton II en 961 : l’insistance sur l’office d’Adélaïde sert la construction dynastique ottonienne. Le statut d’Adélaïde apparaît donc non comme une cause mais bien comme une conséquence de l’invasion de l’Italie – interprétation originale qui déconstruit avec finesse le biais des sources ottoniennes. Les discours de Liudprand et Hrotsvita sur Adélaïde2 sont des réponses aux évolutions de la figure de l’impératrice, et projettent rétrospectivement son statut sur Mathilde et Édith. Le queenship est désormais une catégorie politique suffisamment construite pour soutenir d’autres arguments sur le pouvoir en général.

5Le passage consacré à Théophano, l’épouse byzantine d’Otton II, insiste sur la définition du queenship comme révélatrice de tensions relatives au pouvoir impérial en général. Dès son mariage avec Otton II en 972, le rôle de Théophano (morte en 991) est modelé sur celui d’Adélaïde, et son douaire l’associe aux propriétés autrefois détenues par Mathilde. Otton II cherche à mettre en avant une unité dynastique autour de lui, ce qui passe par l’association de Théophano au pouvoir. À la mort d’Otton II en 983, Théophano, ainsi qu’Adélaïde et Mathilde de Quedlinburg, exercent un pouvoir collectif, en tant que dominae imperiales, puis Théophano exerce le pouvoir seule. Elle cherche à s’approprier le pouvoir collectif des dominae en se faisant appeler imperator en Italie. L’aspect collectif du pouvoir des dominae en 984-985 pourrait peut-être être creusé davantage, car il s’agit d’une construction inédite du queenship ottonien.

6Le propos passe ensuite directement à Cunégonde (morte en 1033), épouse du dernier Ottonien Henri II (1002-1024), sans vraiment évoquer la césure du règne d’Otton III, qui ne s’est pas marié. Le queenship du début du XIe siècle est pourtant marqué par cette discontinuité. Le statut de Cunégonde, le premier à être codifié par un ordo de couronnement (dont Simon MacLean remet en cause la datation traditionnelle), découle directement des difficultés de son époux à s’imposer sur la scène politique. Le discours de légitimation d’Henri au moment de sa prise de pouvoir passe par la mise en avant de Cunégonde et par la récupération de l’héritage d’Adélaïde. Cependant, Cunégonde est marginalisée par le conflit entre son époux et ses frères et, à la fin de la querelle en 1018, un discours très genré, centré sur une vision maritale du queenship, est développé par Henri II. Il y a donc une nouvelle réinvention du queenship en fonction des besoins politiques, en ayant recours à un modèle plus carolingien : les Carolingiens avaient en effet tendance à insister sur le statut de la reine comme épouse du roi, et donc comme dépendante de lui.

7Le queenship ottonien apparaît ainsi comme une catégorie négociable et sa définition est sujette à conflits, dans le cadre de concurrences politiques. La conclusion s’ouvre sur le déclin du pouvoir des souveraines au XIe siècle.

8On pourra regretter l’absence de réflexions plus approfondies sur les régences, qui sont nombreuses au Xe siècle et jouent un rôle essentiel dans les représentations du queenship. Malgré cela, les réinterprétations originales de sources souvent commentées, par leur insertion précise dans leur contexte de production, amènent un éclairage lumineux sur le pouvoir impérial ottonien et sur la méthode historique en général.

Haut de page

Notes

1 Simon MacLean, « Making a Difference in Tenth-Century Politics : King Athelstan’s Sisters and Frankish Queenship », in Paul Fouracre et David Ganz (éd.), Frankland. The Franks and the World of Early Medieval Europe, Manchester, Manchester University Press, 2008, p. 167-190 ; Idem, « Reform, Queenship and the End of the World in Tenth-Century France : Adso’s ‘Letter on the Origin and Time of the Antichrist’ Reconsidered », Revue belge de philologie et d’histoire, 86-3, 2008, p. 645-675.

2 Liudprand de Crémone, Antapodosis, éd. et trad. François Bougard, Œuvres, Paris, éditions du CNRS, 2015, p. 77-335 ; Hrotsvita de Gandersheim, Gesta Oddonis, éd. et trad. Monique Goullet, « Geste d’Otton », in Ead., Œuvres poétiques, Grenoble, Jérôme Millon, 2000, p. 167-204 (texte français) et p. 307-328 (texte latin).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Audebrand, « Simon MacLean, Ottonian Queenship », Genre & Histoire [En ligne], 23 | Printemps 2019, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/4286

Haut de page

Auteur

Justine Audebrand

Paris I – Panthéon-Sorbonne, LaMOP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page