Navigation – Plan du site
Comptes Rendus

Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Ludovic Gaussot, Marie-José Grihom & Myriam Soria (dir.), Le corps en lambeaux. Violences sexuelles et sexuées faites aux femmes

Préface de Catherine Coutelle, postface de Michelle Perrot, Rennes, Presses universitaires de Rennes, “Histoire”, 2016, 416 p.
Jean-Baptiste Bonnard
Référence(s) :

Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Ludovic Gaussot, Marie-José Grihom & Myriam Soria (dir.), Le corps en lambeaux. Violences sexuelles et sexuées faites aux femmes, préface de Catherine Coutelle, postface de Michelle Perrot, Rennes, Presses universitaires de Rennes, “Histoire”, 2016, 416 p.

Notes de la rédaction

Au regard de l’actualité et de l’importance du sujet traité, de l’intérêt pour la discipline historique de se nourrir des problématiques des autres sciences sociales, le choix a été fait de publier un compte rendu détaillé de l’intégralité de l’ouvrage.

Texte intégral

1Le corps en lambeaux est l’aboutissement des travaux d’un colloque associant plusieurs équipes scientifiques sous la houlette de la MSHS de Poitiers (USR 3565). Comme le remarque M. Perrot dans sa postface, il s’agit à la fois d’une fresque donnant à voir l’infini de la souffrance des femmes, d’une somme qui en revèle la variété, l’étendue et la longue continuité transpériodique, et d’un instrument permettant d’en sonder les mécanismes et d’en envisager l’issue. Transdisciplinaire (il rassemble de nombreuses contributions d’historiens, mais aussi celles d’anthropologues, de sociologues, de psychologues ou psychiatres, de juristes, de littéraires et civilisationnistes) et transpériodique (depuis l’Antiquité grecque jusqu’à l’époque actuelle), ce livre est foisonnant et néanmoins cohérent, en raison notamment de son agencement dans un plan en quatre parties assorties chacune d’une introduction.

2La première partie, introduite par V. Nahoum-Grappe, s’intitule Connaître : qualifier, dénombrer (pp. 25-154) et débute par une contribution de S. Boehringer (« Les violences sexuelles dans l’Antiquité : où se joue le genre ? », pp. 33-49). Après avoir rappelé les difficultés propres à l’histoire antique pour aborder une telle question, nécessitant une véritable traduction transculturelle dans la perspective ouverte naguère par les travaux de J. Winckler, liée au fait que les Anciens ne se définissaient pas personnellement en fonction d’une « sexualité » et à la spécificité des sources antiques, S. Boehringer contextualise et historicise les notions de violence et de sexualité en recourant à la distinction, utilisée en ethnologie, entre catégories étiques et émiques. Puis, à l’aide d’une analyse serrée d’un extrait du Satyricon de Pétrone replacé dans son contexte propre, elle fait apparaître la complexité des rapports de pouvoir. Dans « Princes violeurs du xive siècle » (pp. 51-61), G. Lecuppre interroge le viol en tant que motif politique. Il prend pour point de départ un ensemble de deux tableaux hongrois de 1911, L’Histoire de Klára Zách, mettant en scène un des épisodes d’un “fait historique”, dont il dresse une brillante archéologie : le peintre a puisé son inspiration dans un poème de 1855 évoquant un attentat perpétré au xive siècle contre la reine de Hongrie par un noble qui prétendait ainsi venger le viol de sa fille. En réalité, la mort de Klára Zách (comme d’ailleurs celle de sa sœur Sebe) est un châtiment politique dans le cadre d’un conflit entre des nobles hongrois et la famille royale, dont l’un des épisodes a été l’attentat commis en avril 1330 à Visegrád. Mais il n’est nullement question de viol dans cette affaire. C’est ultérieurement, dans l’Italie qui vient de redécouvrir la théorie politique d’Aristote (lequel consacre quelques paragraphes aux tyrans violeurs), que naît le fantasme du viol, à partir de la réécriture d’un événement de 1213 qui avait lui aussi pour cadre la cour de Hongrie. Né au xiiie siècle, ce thème se répand ensuite dans la première moitié du xive siècle : sont ainsi accusés de viol les rois de France Philippe IV le Bel et Jean II le Bon, Edouard III d’Angleterre, le comte Florent V de Hollande et le margrave de Brandebourg Louis de Wittelsbach – l’imputation de viol dissimulant mal des griefs très politiques. Avec « La preuve par l’hymen : le viol des femmes sous l’œil des médecins légistes (1810-1890) » (pp. 63-80), F. Chauveau s’intéresse à une séquence chronologique antérieure à la construction du violeur par la criminologie, au cours de laquelle les experts médicaux sont requis d’établir la preuve du viol par l’examen des femmes. Ceux-ci sont partie-prenante d’un débat médical déjà ancien portant sur l’existence ou non de la membrane hyménale et sur sa valeur probatoire. Petit à petit se construit un corps de doctrine sur la base duquel peut se déployer l’enquête médico-légale pour appuyer l’instruction judiciaire, en traitant en quelque sorte le corps des femmes se déclarant victimes de viol comme des cadavres, au détriment de leur parole qui n’est pas reçue. Surtout, le corps ne peut parler si la victime n’est pas une fillette ou une jeune fille qui était vierge. Pour les autres, le préjugé est tenace selon lequel une femme adulte ne peut être prise sans son consentement dès lors qu’il n’y a qu’un seul agresseur. « Les femmes adultes peuvent ainsi être violées à bas bruit sans obtenir réparation ni le secours de la justice. L’expert judiciaire les transforme d’emblée en femmes mensongères, animées par le dépit, l’esprit de vengeance ou la volonté de masquer un instant d’égarement ou de complaisance » (p. 80). S. Jahan (« “Semillas de nueva vida” : les femmes mayas du Guatemala, de victimes du génocide à militantes pour leurs droits », pp. 81-93) s’intéresse au conflicto armado qui a dévasté le Guatemala au début des années 1980 et qu’a fait connaître notamment Rogoberta Menchú, Prix Nobel de la Paix 1992 ; il en montre la dimension génocidaire et féminicide, mais il met aussi en lumière le rôle que les sobrevivientes (survivantes) ont joué dans le rôle du réveil indien : demandant d’abord la vérité puis la justice pour les crimes commis par l’armée, elles se sont organisées dans des associations, telle Puente de Paz (« Pont de paix ») créée en 1982, qui, d’une génération l’autre, sont passées de la récupération mémorielle et du soutien psychologique post-traumatique à l’action « d’éducation politique et de promotion de la participation citoyenne, dans la perspective d’un vaste projet de transformation sociale » (p. 90) et d’émancipation de ces femmes, non seulement vis-à-vis des ladinos (non indiens) et des urbains, mais aussi de la domination patriarcale interne à la société rurale maya. Les deux communications suivantes portent sur le droit : les juristes L. Leturmy et M. Massé proposent un « Dictionnaire pénal non amoureux du sexuel » (pp. 95-101), qu’il aurait été sans doute plus pratique de placer au début du livre pour pouvoir s’y rapporter plus commodément, et M. Soria propose une étude de quatre cas pratiques de violences exercées par des conjoints jugés en 2014 au tribunal correctionnel de Brive la Gaillarde (« Dire les violences de couple en audience correctionnelle : mots d’agresseurs, mots de magistrats, cheminer d’une norme à l’autre », pp. 103-123), mettant en évidence la dimension pédagogique de l’audience qui peut permettre aux hommes violents de comprendre que leur conduite (qu’ils assument dans un premier temps comme « normale ») est en contradiction avec la norme sociale telle qu’elle est formalisée par la loi. Envisageant le féminisme et l’antiféminisme dans leur dimension plurielle, N. Palierne (« Violences contre les femmes : féminisme-s, antiféminisme-s et études de genre », pp. 125-141) s’intéresse à la réception des études sur les violences contre les femmes – en particulier l’ENVEFF (Enquête nationale sur la violence envers les femmes en France, 2000, conduite par des sociologues, des démographes et des psychologues) –, notamment les polémiques suscitées par les réactions d’É. Badinter, de M. Iacub et de M. Le Bras, et de D. Welzer-Lang, pour mettre en évidence la nécessité pour celles-ci d’intégrer les hommes dans leur objet d’étude ainsi que le fait, par exemple, VIRAGE (Violence et Rapport de Genre, 2014). L. Gaussot (« Les violences sexuées et sexuelles en tant que système », pp. 143-154) s’intéresse à la constitution, sous l’influence du mouvement féministe, des violences exercées sur les femmes à la fois en objet d’étude scientifique et en sujet politique ; il montre aussi que ce fait social, au sens durkheimien du terme, fait système.

  • 1 Voir e.g. T. Haziza, « Ladikè et Phérétimè : deux Cyrénéennes en Égypte (Hérodote, II, 181 et IV, 1 (...)
  • 2 Voir G. Vigarello, Histoire du viol. xvie- xxe siècle, Paris, 2000.

3La deuxième partie, introduite par L. Moulinier-Brogi, s’intitule Brutaliser : approprier, marquer, salir (pp. 155-239) et s’ouvre sur deux contributions en histoire antique. Côté grec, L. Bodiou rappelle, dans « Être une femme en Grèce classique : une histoire de corps contraint et contraignant » (pp. 163-175), le paradoxe du discours normatif médical tel que le restitue le corpus hippocratique qui enjoint aux femmes de donner des enfants (de préférence des fils) à la cité, tout en les mettant en garde sur les dangers que représente la grossesse pour elles comme pour les enfants et en se faisant le relais des recettes et des méthodes abortives. « Le corps des femmes est donc pris en otage entre l’obligation impérieuse de produire des enfants, des garçons, successeurs et héritiers, comme des filles à échanger avec des proches et capables de donner des petits-enfants, et la crainte d’en produire trop, surtout des filles fort coûteuses en dots à cause des règles de l’héritage foncier et de perdre la vie en les mettant au monde » (p. 175). Côté romain, C. Baroin, dans « Violences sexuelles et atteinte au corps dans le monde romain » (pp. 177-189), propose d’abord une étude du vocabulaire latin permettant de rappeler que, pour le monde romain, dans la définition de la violence sexuelle, prime, sur la notion de consentement, la question des statuts socio-politiques de ceux qui exercent comme de ceux qui subissent les violences. Puis, elle porte l’attention sur l’articulation entre violence sexuelle et tyrannie ainsi que sur les violences en temps de guerre, notamment de guerre civile, à partir des Histoires de Tacite. Dans un cas comme dans l’autre, les violences sexuelles, si elles ne sont pas nécessairement des violences sexuées, sont toujours des violences statutaires dans la mesure où elles aboutissent à traiter en esclaves ceux qui en sont victimes, en faisant fi de leur statut. E. Dehoux (« Couper les seins des femmes : du supplice à la monstruosité », pp. 191-200) montre que, si ce genre de violence sexuée et sexuelle abonde dans les récits hagiographiques des xiie s.-xiiie s. (en particulier dans la Légende dorée de Jacques de Voragine), il est remarquablement absent des récits épiques produits à la même époque, sans doute en raison de leur contexte d’énonciation (les soirées ou les banquets des châteaux devant un auditoire mixte). Geste perçu comme monstrueux, le fait de couper les seins des femmes a une composante symbolique très forte : il s’attaque à une dimension importante de la maternité, l’allaitement, et, indirectement, à la filiation dans la mesure où l’allaitement est souvent pensé comme un moyen de construction de l’identité, en particulier lignagière. C’est sans doute ce qui explique aussi la permanence transpériodique de cet acte, soulignée par l’auteur qui en donne quelques exemples pour la période contemporaine (exactions commises par des soldats de l’OTAN en Libye en 2011, par des talibans pakistanais, ou à l’encontre de femmes juives en Ukraine en 1943 ou arméniennes en 1909 à Adana), mais des parallèles pourraient être faits également avec l’époque antique1. Le viol est étudié dans le Poitou de la fin de l’Ancien Régime par F. Vigier (« À propos de quelques procès pour violences sexuelles dans le Poitou du xviiie s. », pp. 201-225). Absentes des écrits du for privé, les violences sexuelles sont très rares dans les dossiers judiciaires du Poitou, comme il en va, du reste, dans les autres provinces qui ont été étudiées2. La raison en est probablement que l’honneur d’une femme, perdu par un viol, n’est pas racheté par la plainte en justice, au contraire. Caractérisé par les juristes d’Ancien Régime comme un acte sexuel exercé avec violence contre une femme qui a manifesté son refus par une résistance constante, le viol est pourtant bien un crime relevant de la haute justice puisqu’il peut entraîner la peine capitale – il fait même partie des « cas royaux » censément instruits par la justice du roi. À partir de son corpus assez étroit (21 dossiers judiciaires pour la période 1697-1788), F. Vigier relève les caractéristiques communes des victimes de violences sexuelles (jeunes, pauvres, elles sont presque toujours agressées dans des lieux isolés) avant d’en esquisser une typologie. Une part importante des 30 agresseurs pousuivis, qui tous nient les faits qui leur sont reprochés, est issue du monde de l’artisanat ou de la boutique ; souvent, ils connaissaient leur victime ; ils ont en moyenne dix ans de plus qu’elle. Les sentences rendues sont rarement mentionnées et vont de la relaxe à la peine de mort. La communication « “Entre-nous” et “Chez-nous” dans le Rwanda post-génocide : au centre de la spirale de la reconstruction des mères rescapées et leurs enfants adolescents » (pp. 227-239), de la psychologue J. Uwineza, procède de son expérience de clinicienne sur le terrain, menée depuis 2010 dans le cadre du projet « Élaboration de modèles et de modes d’intervention et de formation en santé mentale appropriés au Rwanda ». Elle montre d’abord que le génocide ne s’est pas limité aux cent jours (7 avril-4 juillet) de 1994 au cours desquels s’est déchaînée la violence maximale, mais qu’il se perpétue par le traumatisme engendré et, surtout, par une sorte de slow genocide accompli par le virus du SIDA inoculé par les viols, qui tue lentement et se transmet d’une génération l’autre. Elle expose ensuite son travail de terrain avec l’AVEGA, Association des Veuves du Génocide.

  • 3 C. J. Clover, Men, Women and Chainsaws, Gender in the modern horror film, Princeton, 1992.

4La troisième partie, Mettre en scène : exposer et émouvoir (pp. 241-301) rassemble surtout des contributions de civilisationnistes et de littéraires. Elle est introduite par A.-Cl. Ambroise-Rendu qui dégage trois constantes des représentations des violences faites aux femmes : elles constituent un rappel des normes et des valeurs, elles mettent en exergue les rapports de sexes et elles présentent les femmes soit comme des séductrices éventuellement dangereuses, soit comme des jeunes filles innocentes. M. Briand s’intéresse au viol dans les romans : « Le viol et le roman : domination et émancipation dans la fiction narrative ancienne et contemporaine » (pp. 247-260). L. Bagini (« La femme noire victime des violences coloniales dans l’A.O.I », pp. 261-271) rend compte de la spécificité de la sujétion des femmes noires dans l’Afrique Orientale Italienne qui, de 1936 à 1941, a rassemblé sous la domination de l’Italie fasciste l’Érythrée, la Somalie italienne et l’Abyssinie (Éthiopie). Victimes de classe, de race et de sexe, des colons italiens, les femmes indigènes de l’A.O.I. sont passées d’un type de domination hérité du premier colonialisme italien, de la fin du xixe siècle, semblable à celui qui s’exerçait dans d’autres empires coloniaux et métaphorisé dans l’image de la colonie comme territoire exotique et érotisé (avec l’équation colonie = corps de femme), à une domination spécifique dans la mesure où la loi du 9 janvier 1937 insitutionnalise le racisme. Dès lors, pour préserver la supériorité de la race blanche, le colonisateur italien doit éviter les relations sexuelles avec les femmes indigènes. À cette fin, l’État dépêche en A.O.I des prostituées italiennes auxquelles on assure un salaire minimum et une assurance médicale, et s’efforce d’y expédier de préférence des colons mariés accompagnés de leur famille. La propagande fasciste s’applique à faire oublier l’image des Vénus noires, censure les romans coloniaux à la mode exaltant les amours entre colons blancs et indigènes noires, et l’État interdit la reconnaissance paternelle des enfants issus de ce genre d’unions. Dans ce contexte, la condition des femmes noires est aggravée. D’une part, les madames, servantes et concubines de colons qui bénéficiaient d’un statut supérieur à celui des simples prostituées du temps où ce genre d’union était toléré, doivent se séparer de l’homme avec lequel elles vivaient (au risque, sinon, d’encourir une peine d’un à cinq ans de prison) et sont désormais rejetées aussi par leur propre communauté d’origine. D’autre part, les lois racistes contribuent à faire tomber des barrières morales, permettant ainsi que se développent des violences sur les femmes noires – violences qui, souvent, ne sont pas réprimées. L’étude de B. Concolino Mancini Abram (« Deux femmes violées par la guerre : Cesira et Rosetta dans La Ciociara, le roman d’A. Moravia et le film de V. De Sica », pp. 273-292) commence par contextualiser la rédaction du roman qui comprend une dimension autobiographique. Récurrent dans l’œuvre de Moravia, le viol est au cœur de La Ciociara : la scène du viol de la narratrice Cesira et de sa fille (qui avaient fui Rome pour le sud du Latium – tout comme A. Moravia lui-même et son épouse E. Morante en 1943 –), par des troupes marocaines de l’armée alliée débarquée en Italie pour la libérer, est le pivot du roman paru en 1957, comme de son adaptation cinématographique de 1960. Le film comme le livre donnent en effet à voir le bouleversement dramatique et profond de l’existence des deux personnages, et plus particulièrement de la personnalité de la fille, à l’intérieur de cet autre drame qu’est la guerre. Le viol des deux femmes apparaît ainsi comme une métaphore de tous les viols de guerre. D. Mellier, « Neo-horror et final girl : agressées et agresseuses dans le cinéma d’épouvante » pp. 281-292, s’intéresse à la final girl, figure théorisée par Carol J. Clover3, c’est-à-dire la « survivante », celle qui va survivre au serial killer et incarne une puissance féminine apte à ne pas céder à la puissance (meurtrière) masculine, mais qui peut aussi être vue comme « une figure masculinisée, amenée, devant la violence qu’elle subit, à s’exprimer encore selon la modalité phallocentrée dominante » (p. 287). F.‑R. Dubois (« Le problème de l’analyse de la violence sexuelle dans les fictions de grande diffusion : le cas de Law & Order : Special Victims Unit » pp. 293-301) s’intéresse, à l’aune des débats féministes sur l’articulation entre représentations et réalités des violences faites aux femmes, à la série étasunienne SVU, diffusée en France sur TF1 sous le titre New York Unité Spéciale, dont l’une des spécificités est de s’intéresser principalement aux crimes sexuels. La communication présente surtout les enjeux théoriques d’une recherche encore à venir.

  • 4 E. Lévinas, Éthique et infini, Paris, 1982.

5La quatrième partie Reconnaître : soigner et juger (pp. 307-400) est introduite par L. Laufer. Dans « L’homicide conjugal : questions de prévention ? », pp. 309-319, A. Delbreil et J.-L. Senon rappellent quelques données épidémiologiques, à commencer par le déséquillibre entre uxoricides et maricides dont le ratio est de 4 pour 1, et la qualification pénale de ce genre de crime en France. Ils établissent ensuite, à partir de la littérature criminologique internationale comme de leurs propres recherches de psychiatres et d’experts judiciaires, que si les hommes tuent leurs femmes pour les empêcher de les quitter, lorsque les femmes tuent c’est pour pouvoir les quitter. La séparation est donc l’élément déclencheur des crimes qui interviennent au moment où elle apparaît comme imminente ou dans les mois qui la suivent. Ces meurtres sont presque toujours précédés de signes avant-coureurs (plus de la moitié des criminels présentent des antécédents de condamnations judiciaires et presque toujours existe un contexte de violences conjugales) et que ces signes peuvent être repérés. Dès lors, une prévention est possible, de la part des victimes potentielles elles-mêmes ou de leur entourage personnel, comme des acteurs sociaux. M.-J. Grihom (« Les motifs du silence : violence sexuelle et lien de couple », pp. 321-332) et L. Atani-Torasso (« Responsabilité, culpabilité et honte, des entraves à la parole » pp. 333-344) s’interrogent en psychologues sur les raisons pour lesquelles de nombreuses femmes victimes de violences sexuelles ne parviennent pas à dire le mal qui leur est fait. À partir des archives judiciaires de la région de Lyon, M. Billoré, « Paroles de femmes violées devant la justice en Lyonnais (xve- xviiie siècle) », pp. 345-358, dégage les raisons pour lesquelles, en dépit de la sévérité des dispositions normatives, les femmes victimes de viol hésitaient le plus souvent à recourir à la justice : bien souvent, recourir aux juges a pu paraître engager des frais pour de maigres résultats, dans la mesure où les sentences prononcées sont loin d’être aussi sévères que la loi, et, plus encore, pour des résultats aléatoires, tant il est vrai que la parole des femmes qui se plaignent de viol n’est pas toujours entendue. Quand elle l’est, c’est en général au prix d’une grance violence psychologique dans l’interrogatoire qu’elles subissent, qui ne ménage ni leur pudeur ni leur bonne foi. Elles doivent aussi faire face à de multiples pressions qui les dissuadent de porter plainte, celles de leurs agresseurs (menaces ou propositions de « compensations »), mais aussi celles de leur entourage qui redoute le scandale et celles de la société de façon plus générale. S. Lambert (« Apprendre à voir et entendre les violences contre les femmes en consultation de médecine générale : la formation des jeunes médecins généralistes au Planning familial de la Vienne » pp. 359-372) remarque que les médecins occupent une place privilégiée pour recueillir la parole des femmes victimes de violences ou pour deviner celles-ci quand la parole ne peut cheminer. Il est donc essentiel de sensibiliser les personnels de santé à ces réalités, de leur permettre de comprendre qu’il est légitime qu’ils interviennent de façon active et de les former à la prise en charge de ces cas. Le Planning familial de la Vienne s’y emploie avec les jeunes médecins généralistes. Plus généralement, « analyser les formations dispensées, ainsi que leur réception […] permet de comprendre ce qui se joue dans les dynamiques d’occultation et de visibilité des violences masculines » (pp. 370/1). La prise en charge sociale, psychologique et juridique des hommes auteurs de violence contre les femmes est étudiée par la sociologue et anthropologue N. Chetcuci-Osorovitz, « L’apport de l’anthropologie clinique dans le processus de subjectivation des auteurs de violence conjugale », pp. 373-388. Cette prise en charge, dans le but de prévenir la récidive, n’a été que tardivement mise en place en France et rendue obligatoire en 2006 seulement. Les services pénitentiaires d’insertion et de probation (SPIP), chargés notamment de l’application des peines, ont été impliqués dans cette démarches. C’est dans l’un d’entre eux qu’est intervenue l’auteure, dans une démarche pluri-disciplinaire, en mettant en place des stages de trois jours comprenant notamment des groupes de parole. La contribution rend compte de cette expérience. Il s’agit principalement d’amener les hommes violents à réfléchir à leur passage à l’acte en le mettant en relation avec leur construction de la masculinité et dans la perspective de leur donner accès à la notion de responsabilité au sens de Lévinas4. Le chemin à parcourir est long. La plupart, au début du stage, se présentent en effet comme des victimes : ils témoignent du sentiment d’être les boucs émissaires d’une situation familiale, justifient leur acte par une supposée infidélité de leur compagne et se disent victimes d’un traitement social et judiciaire de la violence conjugale favorable aux femmes. La parole de ces hommes violents permet de mettre à jour le mécanisme du passage à l’acte qui s’articule avec leur perception d’une transgression, de la part de leur compagne, des codes construisant le rôles sexués sociaux (codes qui s’inscrivent dans des dynamiques de rapport de pouvoir post-coloniaux, de classe, de croyance religieuse…), transgression qui attaque leur propre représentation de leur masculinité, associée au rôle protecteur de la famille, et donc leur estime de soi. Ces stages ont une certaine efficacité dans la mesure où ils permettent à ces hommes, graduellement et à des degrés divers selon les participants, d’accéder à un retour réflexif sur leur violence. Elle peut ainsi les conduire à comprendre que leur intérêt, indépendamment du risque de toute nouvelle sanction judiciaire, est de changer leur regard sur les femmes ainsi que leur comportement. Mais ce mouvement de responsabilisation est toutefois limité à un court terme, faute d’une inscription du dispositif dans la longue durée, telle qu’elle existe par exemple dans d’autres programmes européens. Ch. Chevalier traite de « L’injonction de soins : un parcours de reconnaissance de la victime pour l’auteur de violence sexuelle » (pp. 389-399) en rappelant le cadre dans lequel elle s’inscrit et ses fonctions de reconnaissance de la victime et de « dispositif qui fait tiers » (tiers porteur et créateur de symbolique). Le cas d’un homme ayant abusé de son beau-fils permet d’illustrer comment, peu à peu, grâce au travail psychologique engagé par cet homme, sa victime se transforme en un autre pensable et donc figurable.

6Un regret et un avertissement pour conclure : il est dommage que le livre n’ait pas pu bénéficier d’une dernière relecture qui aurait permis d’éliminer les fautes, assez nombreuses notamment dans la première partie (avec même un paragraphe qui est développé à deux endroits) ; par ailleurs, lire cet ouvrage est assez éprouvant, compte tenu des réalités évoquées, et il faut, assez souvent, avoir le cœur bien accroché pour poursuivre la lecture. C’est sans doute le signe que celle-ci est d’autant plus nécessaire : si elle permet de connaître, de comprendre, de réfléchir, comme pour tout bon livre de sciences humaines, elle incite aussi à agir afin que cessent les violences sexuelles et sexuées faites aux femmes partout et depuis des siècles.

Haut de page

Notes

1 Voir e.g. T. Haziza, « Ladikè et Phérétimè : deux Cyrénéennes en Égypte (Hérodote, II, 181 et IV, 165-167 ; 200-205) » in J.-Ch. Couvehnes et al. (dir.), L’hellénisme, d’une rive à l’autre de la Méditerranée. Mélanges offerts à André Laronde, Paris, 2012, pp. 313-328.

2 Voir G. Vigarello, Histoire du viol. xvie- xxe siècle, Paris, 2000.

3 C. J. Clover, Men, Women and Chainsaws, Gender in the modern horror film, Princeton, 1992.

4 E. Lévinas, Éthique et infini, Paris, 1982.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Bonnard, « Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Ludovic Gaussot, Marie-José Grihom & Myriam Soria (dir.), Le corps en lambeaux. Violences sexuelles et sexuées faites aux femmes », Genre & Histoire [En ligne], 23 | Printemps 2019, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/4292

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Bonnard

Université de Caen, ANHIMA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page