Navigation – Plan du site
Comptes Rendus

Adrienne Mayor, Les Amazones. Quand les femmes étaient les égales des hommes (VIIIe siècle av. J.-C. – Ier siècle apr. J.-C.)

Paris, La Découverte, 2017 (traduit de l’anglais – États-Unis – par Philippe Pignare). Préface de Violaine Sebillotte Cuchet, 560 p.
Jérôme Wilgaux
Référence(s) :

Adrienne Mayor, Les Amazones. Quand les femmes étaient les égales des hommes (VIIIe siècle av. J.-C. – Ier siècle apr. J.-C.), Paris, La Découverte, 2017 (traduit de l’anglais – États-Unis – par Philippe Pignare). Préface de Violaine Sebillotte Cuchet, 560 p.

Texte intégral

1Adrienne Mayor, chercheure à l’Université Stanford, travaille de longue date sur les mythes et savoirs traditionnels et a ainsi publié des études sur les croyances populaires relatives aux fossiles ou bien sur les usages antiques des poisons. Son tout dernier ouvrage, Gods and Robots : Myths, Machines and Ancient Dreams of Technology (Princeton University Press, 2018) est consacré aux automates dans l’imaginaire et les traités scientifiques des anciens Grecs. Le travail de recherches ici présenté, se proposant de démontrer le fondement historique du peuple des Amazones, a pour sa part été publié en 2014 (The Amazons : Lives and Legends of Warrior Women across the Ancient World, Princeton University Press).

2Les publications archéologiques relatives aux populations des plaines et steppes eurasiatiques, de la Bulgarie actuelle jusqu’aux frontières de la Chine – et notamment la fouille de nombreuses tombes et nécropoles, dans lesquelles des femmes peuvent être enterrées tout comme les hommes avec des équipements guerriers et de riches offrandes funéraires –, constituent le véritable point de départ de cet ouvrage. Nous livrant une documentation de plus en plus riche sur les sociétés nomades des premiers millénaires, avant et après J.-C., ces travaux permettent de mettre en exergue le rôle et la place des femmes au sein de ces sociétés valorisant au plus haut point les compétences équestres et guerrières. Selon l’auteure, et telle est la thèse principale de l’ouvrage, ce sont ces sociétés nomades eurasiatiques (les Scythes, les Sarmates…) qui auraient directement inspiré les représentations grecques du peuple des Amazones et qui en constitueraient donc le fondement historique. Afin d’en faire la démonstration, l’ouvrage rassemble une large documentation, commentée souvent de manière détaillée, et se présente ainsi comme une somme des connaissances aujourd’hui disponibles sur les Amazones antiques.

3La première partie de l’ouvrage (p. 37-83) étoffe cette thèse en présentant les principales sources archéologiques et littéraires et développe l’idée que les récits historiques grecs, tels que ceux d’Hérodote et de Diodore de Sicile, étaient fondés sur des rencontres, des témoignages, mais aussi des traditions orales scythes, plus ou moins légendaires, mentionnant le rôle guerrier et le pouvoir que pouvaient acquérir les femmes au sein des sociétés nomades eurasiatiques.

4La seconde partie (p. 87-292), la plus longue, étudie en détail les caractéristiques de ces populations nomades – apparence physique, vêtements, équipements et parures, sexualité, organisation socio-politique… – en mobilisant l’ensemble de la documentation disponible. Représentations grecques et découvertes archéologiques sont de nouveau confrontées pour mettre en évidence les réalités historiques, la construction de cette démonstration renforçant l’idée, qu’au-delà des aspects ponctuels abordés au fur et à mesure des chapitres, c’est bien d’un peuple et d’une société spécifiques qu’il est question, une société traitant pour le moins hommes et femmes à parts égales, mais dont les traits les plus paradoxographiques – la mutilation des seins ou l’infanticide des nouveaux-nés masculins, par exemple – doivent être rejetés comme purement légendaires.

5La troisième partie (p. 295-408) rapporte les principaux mythes et récits romancés relatifs aux Amazones en se polarisant sur des couples célèbres, démontrant la complexité des relations entretenues avec le peuple des Amazones, d’Hippolythè et Héraclès à Hypsicratia et Mithridate, en passant par Antiope et Thésée ou bien encore Thalestris et Alexandre le Grand. Enfin, une quatrième partie (p. 409-483) présente un panorama de femmes guerrières, héroïnes de romans ou réelles combattantes, de l’Asie centrale jusqu’en Chine et en Afrique du Nord. Si les deux premières parties s’inscrivent donc dans une démonstration, les deux parties suivantes sont de leur côté narratives, témoignant de la popularité de ce motif dans les folklores et traditions littéraires de ces régions, mais risquant probablement de susciter chez tout lecteur le doute quant à la pertinence d’une telle accumulation d’exemples bien peu contextualisés.

6De fait, au fil des pages, le terme “amazone” peut être utilisé pour désigner, en tant qu’ethnonyme, un peuple ancien supposé avoir tout particulièrement valorisé les femmes guerrières, ou bien toute femme que les sources sollicitées associent d’une manière ou d’une autre au domaine de la guerre, ou bien encore l’une des Amazones des mythes grecs – un amalgame fragilisant la démonstration souhaitée d’une origine eurasiatique (plus précisément, le pourtour de la mer Noire) du peuple des Amazones. De même, interpréter des mythes ou des récits ethnographiques (Hérodote par ex.) dans la seule perspective de séparer le bon grain de l’ivraie – le vrai du faux – fait assurément bien peu de cas de leurs modes de construction et de leur structuration, de leurs dimensions imaginaire et symbolique. Les tombes scythes d’“Amazones”, sur lesquelles de très nombreuses études ont de longue date été publiées, mériteraient de même d’être davantage contextualisées et analysées plus globalement (au-delà du seul constat de la présence d’armes ou de traces de blessures imputables à des combats), en recourant de manière plus rigoureuse aux méthodes d’analyse que permettent les concepts de genre et d’intersectionalité (cf., récemment, Chloé Bélard, “L’intérêt de la notion de genre comme méthode d’analyse en archéologie funéraire”, dans Solenn de Larminat et alii, Rencontre autour de nouvelles approches de l’archéologie funéraire, Gaaf, n° 6, 2017, p. 253-260). Ainsi que le souligne Violaine Sebillotte Cuchet dans la préface à l’ouvrage d’Adrienne Mayor, celui-ci a l’intérêt de requestionner l’articulation du féminin et du militaire et nous invite à prendre davantage en considération la participation effective des femmes aux combats, mais l’assemblage hétéroclite des multiples exemples analysés par A. Mayor n’emporte guère la conviction et laisse quelque peu dubitatif quant aux interprétations proposées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Wilgaux, « Adrienne Mayor, Les Amazones. Quand les femmes étaient les égales des hommes (VIIIe siècle av. J.-C. – Ier siècle apr. J.-C.) », Genre & Histoire [En ligne], 23 | Printemps 2019, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/4316

Haut de page

Auteur

Jérôme Wilgaux

Université de Nantes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page