Navigation – Plan du site
Comptes Rendus

Anne Montenach, Femmes, pouvoirs et contrebande dans les Alpes au xviiie siècle

Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2017, 318 p.
Nicolas Lyon-Caen
Référence(s) :

Anne Montenach, Femmes, pouvoirs et contrebande dans les Alpes au xviiie siècle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2017, 318 p.

Texte intégral

1Comme le souligne le propos préliminaire, l’ouvrage entend aborder l’histoire de l’économie européenne au prisme de trois de ses marges, les femmes, les montagnes et la contrebande, dans l’idée de montrer que personne, ni aucun lieu, n’est en définitive coupé « du marché ». Ce remarquable travail d’enquête, principalement dans les fonds produits par les intendances du Dauphiné et du Lyonnais et les diverses juridictions provinciales (traites et gabelles, greniers à sels, etc.) porte donc sur les utilisations de la contrebande par les populations et sur les formes de travail qu’elle implique. À cet égard, les deux premiers termes du titre doivent donc être compris comme des variables subordonnées à ce cadre. A. Montenach souligne d’emblée, avec une historiographie des espaces frontaliers désormais abondante, solide et diversifiée (Catherine Denys, Laurence Fontaine, Renaud Morieux etc.) que la contrebande ne constitue pas prioritairement un acte de rébellion et de refus de l’état royal, comme les cas spectaculaires des grandes bandes (dont celle de Cartouche récemment étudiée par Mickaël Kwass) pourraient le laisser penser, mais plus généralement une manifestation des modalités particulières d’insertion dans les mécanismes des échanges de la part d’individus ordinaires, ou qui du moins ne sont habituellement pas des professionnels de la délinquance. Ce sont leurs traces que suit A. Montenach avec minutie et une attention originale à leur localisation précise pour saisir le fonctionnement des espaces montagnards ou urbains. Non pas que l’organisation des trafics soit systématiquement sommaire ou aléatoire, mais qu’elle ne se démarque finalement guère de n’importe quel autre trafic autorisé : les marchands prévoient par exemple des systèmes d’assurance pour leurs cargaisons prohibées. Il existe donc un relatif continuum des techniques marchandes et de transport qui relie petits et gros trafics, légalité et fraude.

2Le livre, enrichi de nombreuses cartes, tableaux et illustrations, lesquelles ne font malheureusement l’objet d’aucune table récapitulative, s’organise en deux parties, autour de deux scènes géographiquement et thématiquement distinctes, et correspondant à des produits différents : la montagne et les villages du haut Dauphiné d’une part (chap. 1-3), avec le sel pour marchandise principale et indispensable à la consommation des hommes mais surtout des troupeaux qui estivent dans les alpages ; la plaine, les villes de Lyon et Grenoble pour un produit neuf, les indiennes, dont la distribution s’inscrit à l’évidence dans une perspective globalisée (chap. 4-6) : ces tissus fabriqués en Inde passent par un port européen puis éventuellement un atelier de teinture ou une ville d’entrepôt avant d’aboutir entre les mains des consommateurs. Si la question du genre n’est pas tout à fait au cœur du questionnement, la place des femmes fait néanmoins l’objet d’un traitement spécifique. D’abord parce que les sources répressives masquent volontiers leur place, les institutions judiciarisant plus volontiers le cas des hommes, surtout les intermédiaires d’autant que les femmes ne sont jamais armées (du reste, même pour les hommes porter des armes parait rare). Leur rôle pourrait sembler assez mineur, mis à part celui d’animatrices principales de la demande de cotonnades (p. 260-266). Le stéréotype construit au cours du xviiie siècle de la femme comme consommatrice frivole paraît ici articulé sur des pratiques concrètes. Mais si les commanditaires marchands sont rarement visées, surgissent néanmoins des figures de véritables entrepreneuses de la fraude. En ville comme à la montagne, leur activité illicite se greffe cependant sur leur rôle quotidien. Dans les villages dont les hommes sont absents une bonne partie de l’année, elle constitue une déclinaison de la pluriactivité fréquente au sein des milieux populaires. Celle-ci illustre au passage la densité des mobilités locales (p. 133-143). Et si les gains sont fort modestes, ils restent largement supérieurs à ceux du travail quotidien de filage par exemple. Reste qu’il est évidemment difficile d’apprécier ou de quantifier, pour elles comme pour l’historien.ne, la prise de risque.

3L’attitude des différents pouvoirs à l’égard de la fraude ordinaire est certes relativement souple, même si les rôles sont assez bien partagés : face aux agents de la monarchie que sont les intendants, les gouverneurs et les magistrats de la commission de Valence (1733), adeptes d’une répression forte, les puissances locales cherchent de leur côté à maintenir leurs prérogatives ou conserver les privilèges de leurs dépendants, depuis les consulats municipaux jusqu’au Parlement de Dauphiné en passant par le Grand Escarton des vallées du Queyras, structure représentative et délibérative, capable de plaider efficacement sa cause auprès du monarque moyennant grandes dépenses et de maintenir ainsi une fiscalité de la gabelle nettement inférieure à celle des vallées voisines (p. 66-66). Pour les premiers, un obstacle supplémentaire est que les agents des fermes et les forces armées ne sont pas toujours fiables : ils ne connaissent pas forcément les lieux, sont susceptibles d’être corrompus ou tout au moins de se montrer accommodants en échange de menus services. En outre, fraude et légalité sont parfois difficilement discernables, même pour les contemporains. Si l’argument de l’ignorance des règles est fréquemment mobilisé (alors même que les accusés paraissent maîtriser assez bien les codes des procédures judiciaires), il reste audible dans certains cas par les magistrats, prompts à moduler ou atténuer les peines (p. 143-159 et 266-269). Par bienveillance envers la débrouillardise des miséreux assurémement mais pas seulement. Les hésitations et subtilités des règlements relatives aux types précis d’étoffes prohibées se multiplient pour les indiennes vers 1750, avant comme après la libéralisation de 1759. Enfin, le contrôle du territoire se heurte à des enjeux diplomatiques. Le traité de 1603 entre Genève et la Savoie permet la libre circulation des marchandises, de sorte que la seconde sert d’entrepôt aux marchands de la première pour alimenter le Dauphiné (p. 183-195). Le royaume sarde se révèle aussi à l’occasion un bon client, pour le sel du royaume en particulier.

4Le jeu des institutions imbriquées et constitutives de la monarchie ménage donc des espaces sinon de tolérance, du moins de possibilités concrètes pour les sujets, quel que soit leur genre. Le pouvoir royal ne tient pas à molester trop fortement les sociétés montagnardes qui soutiennent son effort militaire de surveillance des frontières (construction, ravitaillement, etc.). Et partout il semble presque impossible de s’en prendre aux élites sociales qui consomment les produits prohibés, voir qui les font fabriquer ou transporter. Dans cette perspective, les capacités des femmes à agir dans la fraude trahissent souvent des positions dominées, mais ni plus ni moins que dans l’économie plus licite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Lyon-Caen, « Anne Montenach, Femmes, pouvoirs et contrebande dans les Alpes au xviiie siècle », Genre & Histoire [En ligne], 23 | Printemps 2019, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/4324

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page