Skip to navigation – Site map
Comptes Rendus

Steven Vanderputten, Dark Age Nunneries. The Ambiguous Identity of Female Monasticism, 800-1050

Ithaca/Londres, Cornell University Press, 2018, 309 p.
Élisabeth Lusset
Bibliographical reference

Steven Vanderputten, Dark Age Nunneries. The Ambiguous Identity of Female Monasticism, 800-1050, Ithaca/Londres, Cornell University Press, 2018, 309 p.

Full text

1Les mœurs des religieuses du Moyen Âge central étaient-elles si dissolues qu’elles appelaient nécessairement des réformes aux Xe-XIe siècles ? Cet ouvrage propose une stimulante révision du rôle des monastères féminins dans la société post-carolingienne en étudiant quarante d’entre eux, situés en Lotharingie. Cette région concentre, en effet, le plus grand nombre d’institutions féminines en Europe, principalement dans les vallées de la Meuse, de l’Escaut et de la Scarpe (évêchés de Cambrai et de Liège) et en Haute-Lotharingie (diocèses de Trèves, Metz et Toul) (cartes p. 60, 101, 113).

2Jusque dans les années 1990, l’historiographie a dressé un portrait au noir de ces communautés de femmes. En renforçant la clôture et en interdisant aux religieuses d’exercer des fonctions pastorales, les réformateurs carolingiens auraient privé ces moniales de leurs missions religieuses, sociales et intellectuelles. Devenus des lieux de retraite pour les femmes nobles, les monastères se seraient progressivement sécularisés jusqu’à ce qu’ils soient réintégrés dans les structures monastiques masculines aux XIe-XIIe siècles.

3Cette vision repose, selon l’auteur, sur une lecture naïve des textes normatifs et des discours des réformateurs du XIe siècle, qui ont justifié leurs interventions parfois brutales dans la vie des religieuses en arguant de leur faillite morale et de leur incapacité à se gouverner. S’appuyant sur les renouvellements récents de l’histoire monastique et des gender studies ainsi que sur les nombreuses monographies parues ces trente dernières années, l’auteur propose une relecture des sources textuelles, iconographiques et archéologiques afin de fournir une vue d’ensemble des recompositions du paysage monastique féminin entre 800 et 1050. Contestant les idées de déclin et de marginalisation des communautés féminines, il montre comment les moniales, assistées de male associates (i.e. les clercs desservant la communauté, les hagiographes…), n’ont pas été les témoins passifs des bouleversements auxquels elles étaient confrontées, mais ont activement défendu l’identité de leur monastère afin de conserver leur rôle au sein de la société.

4Les six chapitres de l’ouvrage suivent une progression chronologique : il faut passer outre les titres de chapitres parfois obscurs pour se laisser guider par les introductions, les transitions et les conclusions partielles très soignées de l’auteur. Le premier chapitre examine les conséquences du concile d’Aix-la-Chapelle de 816, souvent présenté comme une césure dans l’histoire du monachisme féminin. Pour l’auteur, les décrets concernant les moniales ne visent pas à éradiquer la diversité des formes de vie religieuse en promouvant deux modèles uniques (communautés bénédictines d’un côté, canoniales de l’autre), mais constituent des textes de référence réaffirmant les principes intangibles (chasteté, clôture, prière) et fixant les limites des expérimentations acceptables. Il montre comment ces textes ont été interprétés et adaptés par chaque monastère en fonction du contexte local et des attentes des bienfaiteurs, afin de préserver le crédit moral et la viabilité économique des établissements. Il s’appuie sur l’exemple de Maubeuge, qui possède une bibliothèque fournie et, en particulier, une compilation de documents juridiques, hagiographiques et liturgiques, le Rouleau de Maubeuge (début du xie siècle). Ce recueil composite servit, d’après l’auteur, de support aux religieuses et aux clercs pour débattre des différents modèles de vie qui s’offraient à eux. L’auteur conteste donc l’idée selon laquelle l’efficacité spirituelle et institutionnelle des monastères reposerait sur une uniformisation de l’observance et une homogénéité organisationnelle ; il insiste, au contraire, sur l’hétérogénéité des monastères féminins et sur le caractère hybride des modes de vie adoptés, qui confère une identité ambiguë (ambiguous identity) à ces établissements.

5De 816 aux années 880 (chapitre 2), les moniales, astreintes à la clôture et privées de leur rôle pastoral, voient leur autonomie se restreindre. Afin de préserver leur fonction spirituelle et sociale, elles développent des stratégies d’adaptation en réorganisant l’espace monastique et en promouvant le culte des saints locaux (Sainte-Glossinde de Metz ou Hamage). Elles nouent des alliances avec les souverains carolingiens et avec les élites aristocratiques locales, en insistant sur leur rôle d’intercesseurs privilégiés. Le troisième chapitre aborde la période courant des années 880 aux années 920-930, souvent considérée comme une période sombre où les monastères sont ravagés par les Normands et les conflits politiques. L’auteur nuance considérablement ce tableau, en montrant que la réorganisation du paysage monastique résulte des recompositions politiques lotharingiennes. Si de nombreuses communautés féminines disparaissent (Saint-lès-Marquion, Moustier-sur-Sambre), d’autres survivent en s’adaptant aux changements politiques, devenant alors l’enjeu de luttes entre les aristocraties locales dans un contexte d’effacement de l’autorité carolingienne.

6À partir des décennies 930-960, en Haute-Lotharingie notamment, évêques et grands laïcs interviennent de plus en plus fréquemment dans la discipline et l’organisation des monastères féminins (chapitre 4). Les chartes et privilèges accordés mobilisent une rhétorique du chaos et insistent sur la nécessaire restauration de la vie monastique par l’observance de la règle de Benoît. Cependant, d’après l’auteur, ces « réformes » ou « semi-réformes » visent moins à remédier à une situation matérielle et spirituelle des monastères prétendument critique qu’à les contrôler en les intégrant dans des réseaux de pouvoir aristocratiques, comme le montrent les exemples de Saint-Pierre-aux-Nonnains, Sainte-Glossinde et d’Hastière, réformés par Adalbert de Metz.

7De la décennie 970 jusqu’au XIe siècle (chapitres 5 et 6), on assiste à une expansion du monachisme féminin : de nombreux établissements sont fondés par les élites régionales, désireuses de créer des sanctuaires dynastiques (Vergaville, Thorn), ce qui renforce la compétition entre les établissements nouveaux et anciens. Ces derniers sont, par ailleurs, en butte à l’hostilité croissante de nombreux clercs, déterminés à imposer le modèle bénédictin. Dans ce contexte, les abbesses réactivent les stratégies d’adaptation développées aux IXe-Xe siècles en remodelant les traditions hagiographiques (Nivelles, Remiremont, Pfalzel, Maubeuge), en insistant sur leurs connexions avec les dynasties régnantes passées et présentes (Nivelles, Marchiennes) et en promouvant le culte de saints locaux (Remiremont, Marchiennes, Munsterbilzen). Malgré cela, on assiste à la progressive subordination des religieuses, achevée vers l’an mil.

8Les annexes de l’ouvrage (p. 159-199) contiennent une liste des établissements étudiés (recensant les abbesses, abbés, moniales et officiers monastiques) ainsi qu’une utile reproduction et traduction des principales sources analysées dans le livre : actes du synode de Chalon-sur-Saône (813) et du concile de Mayence (847) ; récit par Jacques de Guise de la tentative de réforme de Nivelles et d’autres couvents au début du ixe siècle ; lettre de l’abbesse Theudilde de Remiremont à l’empereur Louis le Pieux (années 820-840) ; récit de la rencontre de Jean de Gorze avec Geisa, abbesse de Saint-Pierre aux Nonnains d’après la Vita Johannis de Jean de Saint-Arnoul (années 920-années 930) ; protocole du synode de Rome (1059) ; récit de l’éviction des religieuses de Pfalzel à Trèves d’après les Gesta Treverorum (1016) ; Vita d’Ansoalde abbesse de Maubeuge († 1050) ; lettre du pape Pascal II à l’abbesse Ogiva de Messines (1107) et une édition partielle du Rouleau de Maubeuge (édition complète à venir). L’ensemble est complété par un index des personnes et des lieux.

9En définitive, dans cette synthèse très documentée sur le Moyen Âge central, S. Vanderputten démontre que le caractère ambigu de l’observance et du mode d’organisation des monastères féminins témoigne, non pas de leur décadence, mais, au contraire, de leur capacité à s’adapter face à l’évolution des attentes des laïcs et de l’Église à leurs égards, dans un contexte sociopolitique troublé.

Top of page

References

Electronic reference

Élisabeth Lusset, « Steven Vanderputten, Dark Age Nunneries. The Ambiguous Identity of Female Monasticism, 800-1050 », Genre & Histoire [Online], 23 | Printemps 2019, Online since 01 June 2019, connection on 22 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/4331

Top of page

About the author

Élisabeth Lusset

CNRS – LaMOP

Top of page