Navigation – Plan du site
Travaux soutenus

Masters candidats au Prix Mnémosyne 2017

Plan

Haut de page

Texte intégral

Histoire médiévale

Joséphine Briard, « “Femmes connues” » et “femmes tenues” : Genre et infidélité, l’adultère et le concubinage à la fin du Moyen Âge d’après plusieurs statuts communaux d’Italie du nord et du centre (XIIIe-XVIe siècles) », dir. Didier Lett, Master Recherche Histoire et civilisations comparées, spécialité Altérité, Université Paris 7, 2017

1À la fin du Moyen Âge, tous les couples hétérosexuels ne sont pas mariés. Avant le concile de Trente (1545-1563), il existe, malgré leur condamnation, d’autres formes de cohabitations provisoires ou définitives entre hommes et femmes : relations adultères, seconde union après séparation, bigamie, concubinage. Malgré la fréquence de ces pratiques, elles constituent des interrogations relativement récentes pour les médiévistes.

2Ce mémoire porte sur la place de l’adultère et du concubinage dans dix régions d’Italie centrale et du Nord, à partir de sources communales produites par des autorités publiques entre le xiiie et le xvie siècle. Ces sources, appelées statuts communaux, sont des règlementations écrites, municipales ou villageoises, émanant du pouvoir laïc ; il s’agit donc d’une source caractéristique de la civilisation communale italienne. Au sein d’un corpus de 36 statuts communaux rédigés par les législateurs, nous avons travaillé sur les rubriques consacrées aux délits d’adultère et de concubinage.

3Au Moyen Âge, les mots « adultère » – du latin adulterium – et fornicatio désignent une atteinte à l’obligation de fidélité que se doivent les époux chrétiens. Pour l’époque médiévale, on trouve deux définitions de l’adultère. La première, qui vient du droit canonique, est réaffirmée par le décret de Gratien. Ce dernier sanctionne, sans distinction de sexe, la violation du sacrement de mariage chez les deux époux. La seconde définition s’intéresse uniquement à l’infidélité des femmes. Elle s’appuie sur les droits romains et germaniques, bien plus anciens que le christianisme. L’adultère se définit, en droit romain, comme une relation sexuelle, consentie ou non, entre une femme mariée et un homme qui n’est pas son mari. Le délit d’adultère s’inscrit de la sorte en termes juridiques à la fois comme un acte d’atteinte à l’honneur du mari trompé, ainsi qu’à l’ensemble de sa famille, et de non-respect de la décence – pudicitia – par la femme qui s’y est livrée.

4Cependant, aux yeux des contemporains, la pratique la plus grave reste sans doute celle du concubinage – du latin cum cubare, dormir avec – qui n’est plus seulement un acte sexuel illicite mais marque un lien plus ou moins stable s’approchant d’une relation matrimoniale et inscrivant les concubins dans un état de péché beaucoup plus long, allant ainsi à l’encontre du sacrement de mariage défini en 1215 lors du IVe concile de Latran.

5Conformément au droit romain, dans lequel s’inscrivent nos sources, l’adultère y est toujours décrit comme une relation entre une femme, dont le statut matrimonial est toujours précisé, et un homme dont on ne sait rien. À l’inverse, en cas de concubinage, c’est la qualité matrimoniale de l’homme qui est signalée par les législateurs.

6Ce mémoire cherche à éclairer ces thèmes de l’adultère et du concubinage par le biais du genre en relevant notamment des éléments relatifs à la construction culturelle du sexe. Nous avons donc cherché à comprendre les différences de traitement établies par les législateurs entre les transgressions matrimoniales des hommes et des femmes. Nous nous sommes également demandé ce qui pousse hommes et femmes du Moyen Âge à opter, volontairement ou non, provisoirement ou définitivement, pour ce type de vie commune. Comment les législateurs ont-ils désigné et conceptualisé ces pratiques ? Nous avons également cherché à déceler des évolutions dans le discours statutaire ainsi que dans les peines encourues pour ces transgressions matrimoniales.

7Dans la première partie du travail, nous analysons le vocabulaire employé par les législateurs pour désigner ces délits extra-conjugaux : les termes employés pour désigner ces comportements changent selon le sexe du ou de la coupable. Dans la seconde partie, nous observons la forte dissymétrie de genre relative à ces deux délits. En effet, l’adultère désigne majoritairement l’infidélité d’une femme mariée « connue » d’un homme dont la qualité matrimoniale n’est jamais précisée. Ce phénomène s’explique par la prise en compte du droit romain dans le droit communal où seule la femme est considérée coupable d’adultère puisqu’elle seule risque d’engendrer des enfants illégitimes. Au contraire, lorsqu’il s’agit de concubinage, c’est l’homme marié qui « tient » une femme. Celles-ci sont ainsi atteintes dans leur réputation (fama) dont dépend l’honneur familial dans une société médiévale où la respectabilité est essentielle.

8Dans la troisième partie, nous nous sommes penché sur la répression de ces deux transgressions sexuelles mais aussi sur l’évolution des châtiments propres à ces délits. Cette répression apparaît comme étant à « deux vitesses », la sexualité masculine hors-mariage étant davantage tolérée. Les femmes infidèles sont ainsi plus volontiers soumises à des peines infamantes dans une optique d’humiliation. D’une manière générale, les peines pour adultère sont plus sévères par rapport à celles réservées au concubinage, délit considéré comme essentiellement masculin. À partir du XVe siècle, les rubriques montrent que les hommes ont de plus en plus de pouvoir sur la sexualité féminine.

Agnès Tach, « L’enfermement des femmes au Moyen Âge dans les sources littéraires et l’iconographie : représentations et réalités », Master 2 Sciences de l’Antiquité et du Moyen Âge, parcours études médiévales, dir. Sophie Coussemacker, Université Bordeaux-Montaigne, 2016

9De nombreuses recherches et communications ont traité de l’histoire des femmes notamment depuis le développement du féminisme et plus récemment de la notion de gender. L’histoire des femmes en Occident médiéval a été l’objet d’une première synthèse en 1991, mettant en évidence la misogynie de la société médiévale et l’assujettissement de la femme à l’homme. L’importance de l’Église et les rapports qu’elle établit entre les acteurs sociétaux a été soulignée ainsi que sa mainmise croissante sur le mariage. Le corollaire en est alors un relatif enfermement domestique de la femme, d’autant que, depuis l’Antiquité, étant taxée de faiblesse, son enfermement était recommandé pour sa protection.

10Les enjeux sociaux, vus au prisme de la notion de genre, permettent de traiter différents thèmes connexes à l’enfermement : la mise à l’écart des femmes du pouvoir, le veuvage féminin, le refus du mariage ou du remariage, le phénomène des recluses, la sainteté féminine.

11Cette étude a été entreprise par le biais de sources littéraires et iconographiques. La notion de texte littéraire englobe les textes hagiographiques, les chroniques et les récits de fiction. Les hagiographies, concernant des personnages réels, sont des récits proches des légendes dans lesquels le merveilleux est souvent présent. Ces textes ont cependant « nécessairement une attache historique ou topographique ». Leur valeur tient aux informations qu’ils peuvent donner quant aux mentalités et préoccupations de leurs contemporains. Les récits de fiction entrent également dans cette perspective car l’imaginaire permet d’appréhender une forme de réalité. L’iconographie aide à percevoir l’interprétation de l’enfermement : il n’avait pas la même valeur pour les hommes et pour les femmes. Pour ces dernières sa valeur protectrice est bien plus prégnante que celle de punition.

12La notion d’enfermement suggère d’elle-même une dichotomie quant à l’existence d’une volonté ou d’une contrainte et ce d’autant plus lorsqu’il s’agit des femmes du fait même de leur infirmitas supposée. Quelle image a été transmise de cet enfermement de la femme au Moyen Âge par les auteurs médiévaux et pourquoi semble-t-elle si familière ?

13Ce travail est principalement axé sur la notion de volonté des femmes, non sans avoir préalablement traité des structures de l’enfermement féminin et de la mise en place des normes l’encadrant. Cette première partie a permis de constater la pluralité des lieux utilisés dans ce but, qui ne possèdent cependant pas de caractéristiques genrées. L’enfermement choisi des femmes, traité dans un second temps, n’est pas facile à identifier. Le refus du mariage, qui est souvent à l’origine de ce choix, est un topos largement évoqué dans les sources étudiées et l’autonomie même des femmes est remise en question de manière insistante au xiiie siècle. Pour terminer, l’étude de l’enfermement subi des femmes a permis d’aborder la persistance de l’enfermement féminin à tous les âges de la vie. Sur ce point, le corpus est prolixe pour les jeunes femmes, épouses ou veuves et exprime une volonté marquée des auteurs, masculins pour la plupart, de reléguer la femme à la sphère domestique. Qu’il soit choisi ou subi cet enfermement n’est néanmoins pas, comme on pourrait le croire, synonyme de solitude : épiées au domicile, vivant en communauté au monastère, surveillées en prison et dépendantes au réclusoir.

14La volonté de maintenir les femmes au domicile ou du moins de limiter leurs sorties, ne peut s’expliquer uniquement par la misogynie. Elle résulte, au xiiie siècle, de la concordance de plusieurs facteurs : le développement du culte marial, le sacrement du mariage, l’essor des villes et la croissance de leur population, l’expansion du commerce, la réforme de l’Église, l’apparition des nouveaux ordres.

15Certes, un ensemble de textes et d’illustrations abondent dans la permanence de l’idée que la femme devait être enfermée, soit pour la protéger, soit pour la punir, qu’elle soit laïque ou religieuse. Cependant, cette insistance des sources interroge par sa répétition. Cet enfermement était-il en réalité si présent dans les faits ? Ou était-il particulièrement difficile à mettre en place ? Entre choisir et subir, il a vraisemblablement dû exister une multitude de situations intermédiaires que la quasi absence de sources directes, connues à ce jour, rend difficile à appréhender.

Margaux Telliez, « La correspondance de Marguerite de Provence avec les rois d’Angleterre Henry III et Edouard Ier », Master 2 Histoire-Patrimoine, Sciences Historiques, dir. Elisabeth Lalou, Université de Rouen-Normandie, 2016

16L’échange épistolaire est une source particulièrement intéressante pour l’historien. Au plus proche de l’action historique, la lettre est un réel contact à travers le temps, au même titre qu’un objet du quotidien. Son fond, mais aussi sa forme, permettent une analyse et une meilleure compréhension d’une époque, d’une personne, d’un évènement. Instrument de la diplomatie et du commerce, la correspondance est un moyen de garder le lien, malgré les distances, entre les épistoliers. Des lettres du xiiie siècle ont été conservées en raison de leur importance diplomatique ou économique car elles servaient, par exemple, de preuves en cas de litige. Certaines, conservées aux Archives nationales, signées de rois, empereurs, nobles, et autres grands personnages ayant joué un rôle important dans l’Histoire ont souvent fait l’objet d’analyses par les historiens. Cependant, l’action diplomatique n’est pas réservée aux ambassadeurs et aux hommes en général. Les femmes jouent un rôle important et souvent méconnu dans l’histoire diplomatique ; alors que les hommes partent loin de leurs terres, les femmes sont souvent laissées aux commandes.

17Ce mémoire se propose d’analyser et de transcrire la correspondance de Marguerite de Provence (1221-1295), épouse de Louis IX, dit saint Louis, conservée aux Archives nationales anglaises. Leur état de conservation permet une transcription presque totale du corpus disponible et la compréhension d’une politique diplomatique voulue par Louis IX. Elles avaient déjà fait l’objet d’une transcription partielle au xixe siècle.

18Si son mari a fait l’objet de nombreux écrits, études et représentations, Marguerite de Provence, en revanche, est l’une des reines de France les plus méconnues. Eclipsée par Blanche de Castille, sa belle-mère, descendante d’Aliénor d’Aquitaine, Marguerite de Provence a pourtant joué un rôle important, voir capital, dans les relations franco-anglaises. Fille de Raimond Bérenger V de Provence et de Béatrice de Savoie, elle grandit dans une cour itinérante, ouverte à la culture. Ses parents n’ont pas de fils, mais quatre filles qui deviennent toutes reines. Née vers 1221, Marguerite, épouse Louis IX en 1234, Eléonore, sa cadette, le roi Henry III d’Angleterre, Sansia, la troisième, Richard de Cornouailles (frère du précédent), roi des Romains et, enfin Béatrice, la benjamine et héritière du comté de Provence, se marie avec Charles d’Anjou – plus jeune frère de Louis IX – roi de Sicile et comte de Provence. Cette opération diplomatique et maritale permet aux deux couronnes anglaise et française de nouer des liens très forts. Le temps des quatre sœurs de Provence est une accalmie dans les tensions entre les deux royaumes. Marguerite de Provence n’a officiellement aucun rôle politique auprès de son mari et pourtant, elle correspond avec les rois d’Angleterre Henry III, son beau-frère, et Edouard Ier, son neveu.

19L’étude de cette correspondance permet à la fois de comprendre les relations familiales et la place qu’y tient l’échange épistolaire, notamment quand Marguerite demande des nouvelles de la santé du roi. Elle révèle également l’importance de cet instrument diplomatique permettant d’éviter la guerre au nom des liens familiaux ce qui est très utile à Louis IX lorsqu’il part en croisade : il s’assure ainsi la sécurité de son royaume. Marguerite de Provence écrit aussi pour défendre ses intérêts personnels, notamment à propos de « l’affaire de Provence ». En tant qu’aînée des enfants de Raimond Bérenger, elle aurait dû hériter du comté de Provence mais son père l’a transmis à la plus jeune, Béatrice, ce qui provoque la colère de Marguerite et crée des tensions avec son beau-frère, Charles d’Anjou. Elle demande l’aide de son neveu Edouard Ier, preuve que les relations familiales sont essentielles à la diplomatie. Enfin, on voit à travers cet échange la place de la reine à la cour de France. Moins présente que Blanche de Castille, mais soutien fort pour son mari, elle mérite d’être mise en lumière. Sa discrétion et son attitude inspirent les reines qui lui succèdent. Elle n’est pas intéressée par le pouvoir politique, mais joue volontiers les intermédiaires pour sa famille française, provençale, savoyarde ou anglaise.

20Durant les règnes de son mari, de son fils Philippe III et de son petit-fils Philippe IV, Marguerite de Provence joue donc un rôle diplomatique. La lecture de sa correspondance manifeste ses rôles d’épouse, reine, mère, grand-mère, tante, belle-sœur et amie. Elle révèle au lecteur et au chercheur la place réelle de la femme dans la diplomatie à l’époque médiévale. La position de la reine, souvent cantonnée à la conception d’un héritier mâle, va bien au delà pour servir la cause du royaume de France. Grâce à Marguerite de Provence, on comprend l’intérêt d’une politique maritale élargie vers d’autres principautés comme la Provence. La canonisation de Louis IX l’a fait connaître pourtant elle a été bien plus qu’un ventre pour les enfants de France : elle et ses sœurs sont la preuve qu’une entente, une amitié, a existé entre les deux royaumes après le conflit entre Philippe Auguste et Jean Sans-Terre et avant la guerre de Cent Ans.

Histoire moderne

Camille Caparos, « Écrire à l’époux absent. Itinéraire épistolaire de Françoise de Blacas, dame d’Escragnolles (Provence, XVIIIe siècle), master 2 d’histoire et humanités, dir. Isabelle Luciani, Aix-Marseille Université, 2016

21« La lettre écrite m’a enseignée à écouter la voix humaine ». Ces mots de Marguerite Yourcenar, dans les Mémoires d’Hadrien (1951), dépeignent parfaitement la volonté des historiens travaillant sur les écrits du for privé : aller à la rencontre de l’individu, le saisir dans sa prise de parole personnelle, sur lui-même, les siens, sa communauté et le monde tel qu’il le vit, l’imagine et le perçoit, à travers son regard et sa plume singulière. La correspondance est alors interrogée au prisme des problématiques inhérentes aux écrits du for privé, et plus largement des pratiques de l’écriture quotidienne. Plus encore, il s’agit de comprendre les mécanismes qui, propres au genre épistolaire, peuvent faire de cette écriture un véritable socle à la construction de l’individu.

22En effet, l’entretien régulier d’un commerce épistolaire conduit le scripteur à s’abandonner dans une forme de présentation de soi à autrui. Puisque le but premier est de donner des nouvelles de soi à l’absent, une première introspection, presque mécanique, prend place au cœur de la lettre. Cette dernière se transforme et devient le lieu de la création d’une persona, d’un « moi » épistolier, qui prend la plume et évolue sous les yeux de son destinataire.

23Les missives de Françoise de Blacas, dame d’Escragnolles, adressées à son époux, Alexandre-Joseph de Robert d’Escragnolles, capitaine de cavalerie, ont servi de source première dans cette recherche du « moi-scripteur ». L’écriture de Françoise de Blacas peut être comparée à un itinéraire épistolaire : prenant place sur une durée de plus de vingt ans, cette correspondance est composée de près de trois cent lettres, l’équivalent de plus de mille six cents feuillets. Faite d’évolutions, de régressions, d’avancées puis de chutes parfois cruelles, les lettres témoignent de la vie de Françoise qui fut une véritable conquête, à la fois de son statut de procuratrice, mais aussi de sa vie et d’elle-même. La lettre, dans ce contexte, est un véritable outil d’expression, permettant à cette femme de se placer au centre du discours, mais surtout de se replacer au centre de son existence et d’inscrire, par les mots, sa propre histoire dont elle devient, à force de narration, la véritable actrice.

24La lettre est à la fois un instrument, celui de la communication, de la parole et de la libération, mais également une véritable construction, qu’il faut savoir manier et par laquelle l’individu se construit. En effet, un processus de conquête de l’art épistolaire s’engage afin que cette « conversation en absence » se mue en un moyen de proclamer sa position. Dans une perspective appartenant aux New Literacy Studies, Françoise s’approprie l’écriture de la lettre et la détourne de son premier objectif afin d’assouvir son besoin de déclarer ses propres aspirations. Tout en narrant la réalité de son existence et la place qu’elle a acquise par sa seule force, celle de seigneur légitime d’Escragnolles, elle forge un « moi » épistolier, à la lisière entre plusieurs portraits. La lettre, écrit toujours inachevé puisqu’en attente de réponse, laisse entrevoir le processus à l’œuvre chez Françoise.

25Prendre en charge seule la seigneurie d’Escragnolles, en faisant fi de l’opinion de son mari ou des hommes de son entourage, mais aussi en la protégeant, par la plume, des ennemis potentiels qui chercheraient à profiter du sexe de sa gardienne, et enfin assurer la passation de pouvoir à son fils Antonin, sont autant d’étapes que Françoise a rendues dans sa pratique épistolaire et qui sont les preuves du processus lent qui la conduit à se construire en tant qu’individu à part entière. De ce fait, ce volumineux ensemble de missives offre un exemple singulier d’une activité épistolaire à mi-chemin entre « correspondance d’affaires » (ordinairement l’apanage des hommes), et correspondance dite féminine, celle qui traiterait avant tout de la vie quotidienne, des nouvelles du village et de la famille. Grâce à ce double usage de la lettre, la Dame d’Escragnolles s’est finalement détachée des contraintes pesant sur les femmes en matière d’écriture ordinaire et de gestion économique.

26Enfin, les questionnements sur l’épistolarité comme lieu de perception de soi, par l’écriture des sentiments et du corps, accompagnée d’une réflexion approfondie sur sa propre vie, son monde, les événements qui touchent le scripteur ou encore les perspectives d’action qu’accorde le genre épistolaire, sont autant de problématiques qui ont également nourri cette étude.

Camille Dejardin, « Madame Blakey, une femme entrepreneure au XVIIIe siècle », master 2 recherche histoire économique et sociale, dir. Anne Conchon, Université Paris 1, 2017. Prix Mnémosyne 2017

27Ndlr : Ce mémoire a reçu le Prix Mnémosyne 2017. Une version remaniée est parue dans la collection « Mnémosyne » des Presses Universitaires de Rennes en janvier 2019, avec une préface d’Anne Conchon : http://www.pur-editions.fr/​detail.php?idOuv=4765.

  • 1 Henri Hauser, « Le travail des femmes aux xve et xvie siècles », Revue Internationale de sociologie(...)

28Henri Hauser déclarait en 1897 : « C’est une opinion assez généralement répandue que l’emploi des femmes dans l’industrie est une invention des temps modernes. On se figure volontiers que les siècles passés ont laissé exclusivement la femme à son rôle d’épouse et de mère ; c’est, dit-on, le régime capitaliste, c’est la liberté du travail et la machine, qui ont créé ces types nouveaux : l’ouvrière, la patronne, la jeune apprentie. Mais l’histoire constate qu’elle n’est en accord ni avec les faits, ni avec les textes »1. Il a pourtant fallu attendre les années 1970 et l’avènement progressif d’une histoire des femmes, dans la droite ligne des women studies américaines, pour que les historien.ne.s s’intéressent à la réalité du travail féminin en histoire. Il faut attendre encore plus de vingt ans pour que commence à émerger une réflexion sur l’entrepreneuriat féminin sous toutes ses formes. Pour l’époque moderne, les études sont encore rares aujourd’hui, et se cantonnent le plus souvent au cas des veuves et des filles majeures bien connues désormais. Les femmes mariées sont, quant à elles, oubliées, tant les limites juridiques qui leur sont imposées semblent suggérer une incompatibilité entre le mariage et l’entrepreneuriat. Le cas de Madame Blakey atteste pourtant du contraire.

29Grâce à un fond de sources particulièrement riche – correspondance, actes notariés, comptabilité –, conservé aux Archives départementales de Gironde et jusqu’alors inexploité, il a été possible de retracer le parcours tout particulier d’une femme mariée et entrepreneure du xviiie siècle. Celle-ci épouse en 1746 Guillaume Blakey, entrepreneur originaire d’Angleterre bientôt naturalisé français. Ce « couple d’entrepreneurs » a été étudié par Carolyn Sargentson en 1996 puis par Liliane Pérez en 2007. Mais la place de Madame Blakey dans ces affaires n’a fait l’objet d’aucune analyse particulière – elle mérite pourtant quelque attention. En 1762, Madame Blakey demande une séparation de biens qu’elle obtient aisément. Dix ans plus tard, elle demande une séparation de corps. Entre-temps, elle est envoyée en prison, au Petit Châtelet, par son époux lui-même et par une partie de ses créanciers ligués contre elle, derrière Monsieur Blakey. Elle s’en sort pourtant, soutenue par la masse opposée de ses créanciers, et, renonçant à reprendre son commerce rue des Prouvaires, elle entreprend d’en établir un nouveau, sur le quai de la Mégisserie. La manière dont elle gère cette seconde affaire, en association avec le Sieur d’Epineville, cité dès 1773, éclaire les silences laissés par les sources couvrant la première période de la vie de couple de la commerçante. À la lumière de celles-ci, nombre de questions, dont ce mémoire se fait le compte-rendu, ont pu trouver des réponses. Toutes s’articulent autour d’un questionnement central : quelle est l’autonomie dont dispose une femme comme la Dame Blakey dans le cadre de son entreprise, au xviiie siècle ?

30Ce travail est ainsi né de la volonté d’étudier, plutôt que les limites imposées aux femmes de l’époque moderne, la marge de manœuvre dont elles disposaient et à partir desquelles un certain nombre d’entre elles sont parvenues à développer des activités entrepreneuriales à l’image de celle de la Dame Blakey. Dans cette optique, il a d’abord fallu déterminer les limites juridiques et institutionnelles qui s’imposent réellement à la femme entrepreneur, mais également les stratégies qu’elle peut leur opposer. À la lumière de ces informations, il a été possible d’étudier dans un second temps l’importance du réseau de relations d’une femme comme Madame Blakey dans le cadre de son entreprise. Par la création d’une base de données constituée à partir des informations recueillies dans les sources, le rôle des interlocuteurs de Blakey dans l’installation et le développement de son commerce a pu être souligné. Deux constats ont été fait à l’issue de cette analyse : d’abord, la capacité de la dame à intégrer le réseau commerçant sur le long terme en dépit de son état de femme mariée, puis séparée ; ensuite, la ressource que constitue ce réseau pour la commerçante – de même que sa capacité à le mobiliser efficacement. C’est ce qui a finalement conduit à interroger l’enjeu de la réputation de la Dame Blakey dans le cadre de son entreprise : comment assure-t-elle son « crédit » auprès de ses interlocuteurs, quelles stratégies réputationnelles développe-t-elle pour gagner leur confiance et quel est ici l’impact des facteurs de genre ? Les réponses apportées à ces interrogations initiales appellent à réviser les préjugés quant aux difficultés qui se posent aux femmes entrepreneurs de l’époque moderne, et à renouveler nos analyses en confrontant ce cas particulier à celui d’autres femmes entrepreneurs.

Romane Suire, « De la maîtresse royale à la femme capable. Parcours et actions de Louise de Keroualle », master 2 d’histoire moderne, dir. Lucien Bély, Université Paris-Sorbonne, 2017. Mention Spéciale du Prix Mnémosyne 2017

31Ndlr : Ce master a reçu la mention spéciale du prix Mnémosyne 2017.

32Voltaire dans le Siècle de Louis XIV écrit à propos de Louise de Keroualle : « Elle fut en Angleterre ce que Madame de Montespan était en France, mais avec plus de crédit ». Pourtant, contrairement à la célèbre maîtresse de Louis XIV, Louise de Keroualle demeure une figure historique relativement méconnue. Si elle suscita l’intérêt de quelques biographes au xixe siècle, elle n’a fait depuis l’objet d’aucune étude universitaire en France, en dépit de la singularité de sa personnalité et de son parcours de vie.

33Née en 1649 au sein d’une famille d’ancienne noblesse bretonne, Louise de Keroualle entre en 1668 comme fille demoiselle au service de la belle-sœur de Louis XIV, Henriette d’Angleterre. À l’occasion des négociations pour la signature du traité de Douvres, elle fait partie de la suite qui accompagne Madame. Elle y fait, durant les festivités, la rencontre de Charles II, immédiatement séduit. Au décès de Henriette, elle rejoint Londres pour devenir officiellement la nouvelle demoiselle d’honneur de la reine Catherine de Bragance et officieusement la nouvelle maîtresse royale. Louise de Keroualle occupe cette position de 1670 à 1685. Durant ces quinze années, principale maîtresse du roi, elle est surtout une maîtresse étrangère, cas relativement rare pour être mentionné. De là, elle développe de multiples prérogatives tant sociales que politiques. Outre l’exercice de pratiques nobiliaires traditionnelles (comme la sociabilité et la réception), les circonstances confèrent à la nouvelle duchesse de Portsmouth une marge de manœuvre inédite : dans une situation d’intermédiaire entre deux royaumes, elle prend des initiatives pour jouer un rôle entre le roi de France et le roi d’Angleterre. Sa position stratégique fait d’elle une véritable intermédiaire diplomatique. Les sources révèlent sa participation concrète au rapprochement franco-anglais qui s’opère au xviie siècle. Collaboratrice précieuse des diplomates, elle est incluse par le pouvoir royal dans certaines affaires. En assistant les ambassadeurs dans leurs tâches, en répondant aux demandes précises de Louis XIV, en jouant un rôle d’auxiliaire aux côtés de Charles II, elle s’affirme comme une véritable actrice – souvent oubliée – des relations franco-anglaises.

34Le décès de Charles II en 1685 contraint Madame de Portsmouth et son fils, le prince légitimé Charles Lennox, premier duc de Richmond, à rentrer en France. Son installation à Paris puis à Aubigny offre de nouvelles potentialités à la duchesse. Après avoir agi dans les sphères curiales et politiques, elle intervient seule dans de nouveaux cadres ; il s’agit pour elle d’un temps d’affirmation sociale. Madame de Portsmouth est alors une « femme capable » aux responsabilités diverses. Noble, majeure, célibataire et à la tête du duché d’Aubigny-sur-Nère, elle développe dans sa seigneurie, dans sa famille et dans sa paroisse de nouvelles compétences et de nouveaux pouvoirs. Ces pratiques s’inscrivent dans des logiques nobiliaires traditionnelles et révèlent son engagement complet dans les enjeux du quotidien de la noblesse. Elles démontrent surtout ses efforts pour s’intégrer pleinement dans son groupe social malgré le célibat et les difficultés économiques qui l’accompagnent.

35Cette recherche propose de dresser un portrait analytique de cette femme à travers ses actions personnelles. Plus précisément, par le recours au concept d’agentivité, il s’agit de saisir l’évolution des activités et des capacités d’action de la duchesse de Portsmouth, présentée en position de sujet agissant. La notion de « femme capable » permet ainsi de déceler ses prises de position autonomes, de percevoir – grâce aux écrits de sa main – ses démarches conscientes et volontaires. En d’autres termes, elle permet de cerner ses actions selon ses convictions relatives à la vie sociale, politique, diplomatique ou encore religieuse de son temps.

36Avant tout, ce mémoire constitue donc une étude renouvelée sur Madame de Portsmouth tant dans l’approche que dans les différentes thématiques abordées. L’objectif est bien de venir combler un vide, à la fois pour révéler l’étendue des actions de cette femme, mais aussi pour mettre à jour des découvertes rendues possibles par le recours à des sources peu, voire non, exploitées. Il s’agit enfin de venir nourrir, avec un exemple concret, l’histoire des femmes nobles, des maîtresses, des mères célibataires ou encore des dames bienfaitrices.

Histoire contemporaine

Omar Amara, « Une expérience associative face aux pouvoirs publics : l’exemple de la Ligue pour la protection des mères abandonnées (1925-1952) », Master 2 Histoire, dir. Claire Andrieu et Elissa Mailänder, Sciences Po Paris, 2017

37En mars 1925, à Paris, Germaine Besnard de Quelen fonde la Ligue pour la protection des mères abandonnées. Le but de cette œuvre privée est de porter assistance à ces femmes désignées comme « abandonnées », expression jugée moins péjorative que celle de « filles-mères ». Alors que pendant l’entre-deux-guerres, les mères font l’objet d’une attention particulière de plusieurs groupes aux prétentions politiques, au premier rang desquels se trouvent féministes et natalistes, l’association choisit de consacrer son énergie à celles qui sont reléguées aux marges d’une maternité glorifiée. Son objectif est de les réintégrer à une société discriminante à travers une assistance sociale, médicale et juridique. Néanmoins, ce mémoire de recherche ne porte pas sur les modalités de cette action associative. Notre intérêt s’est tourné sur la prise en compte de l’association comme objet historique. Ainsi, ce sont les évolutions de cette organisation qui sont au cœur de ce travail, choix motivé par la centralité du rôle des pouvoirs publics dans le développement des « Mères abandonnées ».

38Dans un premier temps, un court essai biographique cherche à replacer l’omniprésente présidente, Germaine Besnard de Quelen, en son temps. L’examen se construit autour de plusieurs thématiques : son appartenance au milieu mondain et aristocratique, sa participation au mouvement féministe ou encore l’importance de sa foi. Une figure paradoxale, qui allie modernité et traditions, en émerge. À partir de ce personnage, il s’agit de mettre en évidence les valeurs de l’œuvre et les missions que les ligueurs s’attachent à remplir. Aussi, l’organisation et le fonctionnement de l’association sont notamment révélés autour d’une approche genrée. En effet, les « Mères abandonnées » apparaissent comme une œuvre féminine, or, ce sont en majorité des hommes qui constituent son conseil d’administration, tandis que les femmes salariées ou bénévoles sont invisibles dans les archives de l’association.

39Dans un second temps, le mémoire propose une lecture qui lie les développements de la Ligue à sa relation de grande dépendance vis-à-vis des pouvoirs publics. Sur vingt-sept ans, de 1925 à 1952, la relation se détériore. En effet, à sa création, la Ligue s’établit au sein de la Cité des œuvres, regroupement d’associations de l’Ouest parisien placé sous la tutelle du ministère du Travail jusqu’à sa destruction en 1928. Par la suite, l’association est relogée par le conseil municipal de Paris dans une ancienne école, à proximité de la place Saint-Philippe-du-Roule, dans le VIIIarrondissement. Entre-temps, en 1927, après seulement une année effective de fonctionnement, l’œuvre obtient le statut de reconnaissance d’utilité publique. Celle-ci n’est pas simplement honorifique puisqu’elle permet d’accepter des legs pouvant atteindre des sommes considérables. Au sein de son siège social, l’association multiplie les services : ouverture d’un foyer pour les mères, d’une pouponnière, de consultations médicales et juridiques, d’un enseignement ménager. L’aménagement de ces espaces est rendu possible, encore une fois, grâce à la participation financière des services publics qui n’hésitent pas à voter des subventions extraordinaires en faveur de l’œuvre, d’autant plus que le conseil d’administration accueille diverses personnalités dont de nombreux fonctionnaires de la préfecture de la Seine et Justin Godart, sénateur radical-socialiste, ministre à plusieurs reprises sous la IIIe République et président de la Ligue. L’influence de ces hommes permet à la Ligue de prospérer, de s’agrandir et de connaître un apogée. Toutefois, ce système fonctionne essentiellement en raison de sa dépendance vis à vis d’un réseau d’élites qui consentent à prêter leur image aux « Mères abandonnées ». Dès la chute de la IIIe République et l’établissement du régime autoritaire de Vichy, l’association subit une série de revers venant s’ajouter aux relations houleuses que la présidence entretenait depuis plusieurs années avec certaines inspectrices de l’Assistance publique. En 1942, la méfiance de ces dernières, conjuguée à la volonté de contrôle des autorités vichyssoises sur les adoptions, conduit à l’exercice d’une attention particulière sur la Ligue. En 1945, après des contrôles fréquents, la Ligue se voit interdire d’effectuer des placements d’enfants par la préfecture de la Seine. Cette décision administrative, lourde de conséquences, ne s’appuie sur aucun fait, mais uniquement sur des rumeurs propagées par des œuvres concurrentes qui accentuent la méfiance des autorités. En 1947, la Ligue perd sa reconnaissance d’utilité publique. Dès lors, une bataille judiciaire est engagée pour retrouver ce statut et rétablir l’honneur de l’association et de sa présidente. La cause est ainsi plaidée au Conseil d’État qui lui redonne son statut, en 1952.

Daphnée Betbeze, « Le théâtre pour enfants d’Alfonsina Storni. De la réappropriation féministe d’un genre littéraire “mineur” », mémoire de Master 2 Espaces, Sociétés et Cultures des Amériques (ESCAm), dir. Michèle Soriano, IPEAT, Université Toulouse Jean Jaurès, 2017

  • 2 Françoise Thébaud dans Georges Duby et Michelle Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident. Le (...)

40Les épistémologies féministes mettent en évidence que la production littéraire des femmes est invariablement marginalisée, ostracisée par l’indéniable masculinisme qui règne dans le champ du savoir. Françoise Thébaud dénonce ainsi la violence symbolique qui « frappe les femmes et leurs œuvres depuis des siècles, et la confiscation par les hommes, au nom d’une prétendue universalité, de la production et du contrôle de la culture »2, et pointe du doigt la différenciation et l’inégale application des critères de littérarité entre des œuvres écrites par des hommes ou par des femmes. Ce constat s’applique à une grande partie de l’œuvre littéraire d’Alfonsina Storni (1892-1938), poétesse argentine mais aussi dramaturge, journaliste, essayiste, institutrice féministe et socialiste, dont les pièces de théâtre et les articles de journaux sont tombés dans l’oubli par rapport à ce que la critique littéraire considérait comme une production littéraire plus « acceptable » en termes de critères sexués : sa poésie. Entre 1921 et 1937, elle aurait pourtant consacré une grande partie de son activité à écrire une dizaine de pièces de théâtre pour enfants, puis à les mettre en scène au sein d’une institution très novatrice à Buenos Aires : l’Instituto Vocacional de Arte Manuel José de Lavardén, première école d’art dramatique d’Argentine. Malheureusement, à cause de l’évidente minorisation de ce genre littéraire, adressé à un public spécifique, dont l’on retient trop souvent uniquement l’aspect didactique, et de la marginalisation générale de la production littéraire des autrices, cette partie de son œuvre reste très peu étudiée voire même peu mentionnée dans les travaux critiques et les anthologies de théâtre.

41Cette recherche se constitue donc en tant que contre-archive féministe, pour récupérer les œuvres passées sous silence de Storni, argumenter en faveur de l’universalisation de son théâtre pour enfants et tenter d’opérer un changement épistémologique dans le champ littéraire en rendant visible les mécanismes du masculinisme prégnant tant au niveau de la réception critique qu’à celui de la production littéraire proprement dite. Cela permet, en retour, de démontrer l’intérêt que peuvent avoir des productions féministes dans la remise en question des stéréotypes de genre traditionnellement véhiculés dans la littérature, notamment dans la littérature pour enfants, et de souligner, de ce fait, leur puissance d’agir face à l’oppression patriarcale.

  • 3 Terme forgé par Michèle Le Dœuff, défini comme « un code déterminant ainsi qui a le droit de parler (...)

42La première partie de ce travail élabore un constat par rapport aux recherches menées à Buenos Aires, dans les bibliothèques et archives de la capitale, pour tenter d’y trouver certaines œuvres de théâtre pour enfants de Storni, qui n’ont jamais fait l’objet de publications à ce jour : Caída del cielo, Cómo lo ven a Panchito, Sirvienta moderna et La sirvienta mecánica. N’ayant pas réussi à localiser ces textes, cette « perte » a été liée au masculinisme du champ littéraire qui résiste à l’universalisation des œuvres écrites par des femmes, et qui a entraîné, à l’époque de Storni, une marginalisation et minorisation effectives et progressives de son théâtre pour enfants, notamment dans la critique ultérieure. Cependant, le caractère mineur d’une production peut s’appréhender en retour comme une stratégie utilisée par l’autrice en son temps. Écartée de l’espace de la mise en scène et de la production théâtrale « légitime » – théâtre pour adultes –, nous émettons l’hypothèse que Storni aurait contourné la « nomophatique »3 qui lui aurait été délibérément assignée par le biais de son théâtre pour enfants, pour entrer de manière détournée dans le champ théâtral argentin. Cette hypothèse centrale permet de repenser les genres littéraires dits « minoritaires » comme une menace potentielle au nomos du champ littéraire, comme une possible agency de la part de l’autrice pour déplacer le canon littéraire.

43Cela conduit à repenser dans un second temps les critères de généricité pour réévaluer la façon dont les œuvres sont classifiées, hiérarchisées par une critique littéraire dogmatique organisant la littérarité en des termes sexués. La classification des genres est indéniablement liée à un axe majeur-mineur suivant également l’infériorisation de la production littéraire des femmes. Nous avons tenté de repenser la généricité en valorisant l’hybridité et le dialogisme, brouillant les frontières traditionnelles des genres littéraires pour sortir le théâtre pour enfants de Storni du « hors-champ » de la littérature. Son théâtre pour enfants peut ainsi s’appréhender comme une avant-garde populaire et une contre-archive féministe, puisque la dramaturge innove tant dans l’expérimentation théâtrale que dans les thèmes et les procédés théâtraux choisis, en écrivant en outre ses œuvres depuis un point de vue métatextuel anti-hégémonique et féministe. Notre épistémologie située, féministe et s’inspirant des Cultural Studies, pourrait donc valoriser son caractère novateur par rapport au canon historique du champ théâtral argentin, puisque Storni déplace les frontières entre avant-gardes et cultures populaires, tout en insérant son œuvre dans un contexte socio-discursif plus large.

44La dernière partie de cette étude s’intéresse à l’analyse proprement dite des œuvres de théâtre pour enfants, publiées ou non, de Storni, depuis des théories féministes constructivistes, d’inspiration matérialiste, queer et intersectionnelles. Son théâtre pour enfants apporte un éclairage nouveau à l’historicisation du féminisme argentin, puisque Storni fait apparaître des problématiques très novatrices, comme le service domestique, effectué le plus souvent par des mulatas exploitées par des familles bourgeoises et blanches, ou la normativité à l’œuvre dans le processus de sexuation des enfants, soumis à une pression sociale, scolaire et familiale, hétéronormative et bicatégorielle. Elle repense de ce fait la construction identitaire, s’ouvrant à des positions minoritaires permettant de critiquer le point de vue majoritaire et « légitime » des humains. Son théâtre pour enfants fait donc écho à la théorie de Teresa de Lauretis, qui évoque l’intérêt de représentations féministes pour constituer un « ailleurs », un « hors-champ » déplaçant les constructions traditionnelles et normatives du genre. Cela fait apparaître l’indéniable actualité de cette œuvre délaissée, oubliée, qui, pourtant, est d’un grand intérêt politique, pédagogique et littéraire et s’inscrirait parfaitement dans l’élaboration d’une « science de l’oppression », pour sortir de l’invariable phallogocentrisme par le biais d’une déconstruction féministe du genre, des identités et des catégories binaires et dogmatiques.

Claire Bouet, « “Qu’est-ce qu’un bon film pour une féministe ?” : usages sociaux et politiques du cinéma et de l’audiovisuel par les militantes de la deuxième et troisième vague du féminisme », Master 2 Études cinématographiques et audiovisuelles. Spécialité Recherche, dir. Raphaëlle Moine, Université Sorbonne Nouvelle, 2017

  • 4 Fanny Cottençon, Virginie Despentes, Coline Serreau, Le Monde.fr, mai 2012, consulté le 14 avril 20 (...)

La question de la place des femmes au cinéma et dans l’audiovisuel est régulièrement posée au festival de Cannes. En 2012 notamment, une tribune parue sur le site web du journal Le Monde, à l’initiative du groupe d’action féministe La Barbe, faisait le constat simple, mais néanmoins sans appel, suivant : « À Cannes, les femmes montrent leurs bobines, les hommes, leurs films »4. Pour elles, le festival et son équipe dirigeante faisaient preuve de misogynie et de discrimination à l’égard des réalisatrices en ne sélectionnant et ne récompensant d’années en années (presque) que des hommes. Cette année-là, les vingt-deux films de la sélection officielle étaient tous réalisés par des hommes. Les signataires remarquaient donc, non sans ironie, que le festival allait couronner « pour la 63e fois l’un d’entre eux, défendant ainsi sans faillir les valeurs viriles qui font la noblesse du 7eart ».

  • 5 « Manifesto », présentation sur le site du Deuxième Regard, consulté le 14 avril 2015, http://www.l (...)
  • 6 Justine Le Moult et Amanda Postel, Site de l’association Osez le féminisme !, 22 octobre 2014, cons (...)

45Si le nombre de réalisatrices sélectionnées en festival déclenche régulièrement des polémiques, c’est aussi la question des représentations qui est au cœur des débats. Elle est souvent posée par des collectifs tel Le Deuxième Regard se décrivant lui-même comme « un réseau qui vise à soulever les stéréotypes de genre dans le cinéma »5. Il y a trois ans, c’était au tour de l’association Osez le féminisme ! de dénoncer avec virulence le discours sous-tendu par le dernier film de David Fincher, dans un article intitulé « Gone girl, ou l’argumentaire des masculinistes »6. Ce dernier a donné lieu à de nombreuses réponses de journalistes et bloggeurs. Si ces réactions peuvent être classées en différentes catégories, du rejet pur et simple au débat sur les arguments de fond, pour beaucoup, semble-t-il, c’est le simple fait d’analyser le film sous cet angle qui a été mal accepté.

  • 7 Julia Beyer, « Gone Girl : Fincher dégradé par les féministes », Le Figaro.fr, 29 octobre 2014, con (...)

46Peu d’entre eux ont en effet jugé utile ou pertinent de critiquer l’analyse d’Osez le féminisme ! pour son contenu et argumentation. En effet, c’est le simple fait que Justine L.M et Amanda P. s’expriment sur un film et tentent d’en proposer une lecture féministe qui semble avoir été rejeté en bloc. Ainsi le simple fait de proposer une telle lecture d’un film reviendrait à le « dégrader »7, à l’aborder sous un angle indigne du 7e art ou encore à simplement faire preuve d’ignorance coupable de ce qu’il convient de remarquer dans une œuvre et de ce qui n’aurait en revanche pas d’importance. Analyser un film en adoptant une approche féministe, ou simplement genrée, serait-il vivement déconseillé dans le contexte culturel français actuel ?

47Si les réactions en question pourraient faire l’objet d’une analyse à part entière, qui éclairerait les raisons historiques et culturelles d’un tel rejet et la disqualification des approches féministe et/ou genrée par la critique professionnelle, nous nous intéressons ici de plus près à ces analyses féministes, notamment à celles produites et diffusées par les militantes elles-mêmes. Que contiennent leurs critiques pour entraîner de telles réactions ? Les féministes se sont-elles toujours intéressées au cinéma et s’expriment-elles régulièrement sur le sujet ?

48Mêlant études de réception, approche gender et méthodologie de l’enquête qualitative, ce mémoire présente une première partie consacrée à l’étude de la place du cinéma et de l’audiovisuel dans les revues militantes des années 1970-1980 ainsi qu’à l’analyse plus approfondie de trois revues en particulier : Des femmes en mouvement hebdo (1979-1982), Le Temps des femmes (1978-1982) et Ah ! Nana (1976-1978). Ayant pu noter des grandes tendances et préciser les contours possibles d’une hypothétique lecture féministe des films, attachée notamment à l’identité et au genre de la personne qui réalise, aux questions éthiques et de représentations, ainsi qu’aux discours politiques portés par les œuvres, ce travail se poursuit par une comparaison avec les pratiques et usages des militantes actuelles de l’association Osez le féminisme ! Plus ambiguës par rapport à la question du « film de femmes », on note cependant des similitudes dans l’usage des films comme porteurs de messages et objets de débat, mais aussi dans l’analyse des représentations et des rapports de pouvoirs à l’écran. La troisième partie est enfin consacrée à une première analyse des usages et pratiques privées des militantes actuelles, ceux-ci étant tantôt cohérents, tantôt dissonants avec les critiques officielles des groupes militants.

Isabelle Cambourakis, « Une aiguille entre les doigts » : Socio-histoire des pratiques de travaux d’aiguilles (1955-1985) », master Master 2 en Genre, politique et sexualité (mention sociologie), dir. Bibia Pavard, EHESS, 2017

49En 1972, Marielle Hucliez, rédactrice en chef de La Maison de Marie Claire, propose à Jean Prouvost, patron du groupe de presse auquel appartient Marie Claire, le projet d’un supplément trimestriel consacré à « l’art de vivre ». Ce nouveau magazine, 100 Idées, sera entièrement consacré à ce qu’une presse féminine traditionnelle appelle alors ouvrages de dame ou travaux d’aiguilles, termes qui désignent diverses techniques textiles comme la broderie, le tricot, la couture, le crochet, etc. L’objectif de la revue est de renouveler les savoirs et les savoir-faire tout autant que les discours et les représentations autour de ces techniques. Alors que la modernité technique des « Trente Glorieuses » avait largement contribué à rendre caduques – en partie à cause de la diffusion massive du prêt-à-porter féminin – certaines pratiques d’autoproduction, les travaux d’aiguilles et plus généralement l’artisanat connaissent à partir de la fin des années 1960 et au cours des années 1970 un nouvel essor porté par les milieux contre-culturels. Ce mémoire se propose d’analyser les mutations des pratiques de travaux d’aiguilles entre les années 1950 et 1980, période où ces travaux semblent changer de catégorie et passer de celle de travaux nécessaires à celle de loisirs créatifs. Nous proposons donc ici une socio-histoire d’une pratique sociale féminisée, les travaux d’aiguilles, au cours d’une période où les révolutions cumulées des apparences et de la consommation ainsi que les autres mutations des modes de vie bouleversent les anciens régimes de gestes. Pour ce faire, nous avons croisé l’analyse de plusieurs matériaux : sources médiatiques (Elle de 1955 à 1980, 100 idées, presse professionnelle et féministe, sources audiovisuelles…), analyse de trajectoires des acteurs/trices du magazine 100 idées. Nous nous sommes par ailleurs penchées sur l’analyse des images de presse pour voir en quoi ces dernières proposent de nouveaux récits autour des pratiques de travaux d’aiguilles, récits qui véhiculent des transformations mais aussi des réassignations de genre en élaborant des images d’une nouvelle féminité. Enfin, nous nous sommes intéressées aux lectrices de cette presse d’ouvrages et avons, à partir d’entretiens, retracé les socialisations et les pratiques des travaux d’aiguilles au cours de cette période d’intenses mutations.

50La première partie du mémoire s’attache à mettre en lumière la multiplicité des instances de socialisation : la socialisation familiale et de voisinage bien sûr et l’importance jouée par certains objets comme les poupées et/ou la constitution du trousseau dans les modes de transmission, mais aussi les socialisations hors famille (ateliers de couturière, école primaire et secondaire, écoles rurales, clubs, MJC, cours de couture…).

51La deuxième partie du mémoire est consacrée au rôle de la presse féminine. Tout en continuant à promouvoir une mode à coudre et une mode patronnée, le magazine Elle est au cours de notre période un acteur majeur de la diffusion du prêt-à-porter à l’intérieur d’un système de mode qui comprend aussi les industriels et les grands magasins. Dans les années 1970, la création du magazine 100 idées est le miroir en même temps que l’acteur d’une rupture entre une représentation traditionnelle des travaux d’aiguilles et le renouvellement des récits qui accompagnent les mutations des représentations de ces techniques. L’analyse des trajectoires d’une partie de la rédaction de 100 idées montre comment de nouvelles actrices issues des écoles d’art sont à l’origine de ces mutations.

52La troisième partie est consacrée aux différentes pratiques de travaux d’aiguilles mettant en lumière la persistance d’une forme d’économie domestique pour des femmes souvent issues des milieux sociaux populaires. Dans les années 1970, un mouvement de promotion de l’artisanat qui déborde largement les acteurs/trices du retour à la terre entraîne un renouveau des pratiques ; 100 idées se transforme en intermédiaire entre les néo-artisan·e·s et les lectrices adeptes des stages dont le nombre explose en 1975. À la même période, le mouvement féministe amène à appréhender différemment les pratiques féminisées. Aux États- Unis, l’art textile est revendiqué par des plasticiennes féministes qui veulent dépasser les traditionnelles hiérarchies entre art majeur et art mineur. En France, ce mouvement est timide mais existe néanmoins. Le parcours de Raymonde Arcier témoigne d’un basculement entre pratique ordinaire du tricot et tricot féministe. Dans la revue Sorcières, Aline Dallier propose des pratiques de « contre-broderie ».

53Cette socio-histoire d’une pratique éminemment féminisée permet de montrer à quel point les « travaux d’aiguilles » brouillent les catégories entre travail, loisir et art en même temps qu’ils font entrer en tension les pratiques de loisirs de la bourgeoisie et celles, plus utilitaires, des milieux populaires ou ruraux.

Lucas Emery, « Un symbole d’enfermement féminin : la maison centrale de Cadillac-sur-Garonne (1822-1891) », master 2 Histoire, dir. Christophe Lastécouères, Université Bordeaux-Montaigne, 2017

54Plus petite maison centrale de l’histoire de l’hexagone, la prison de Cadillac est aussi la première exclusivement réservée aux femmes. Située dans un lieu pour le moins original, le château des ducs d’Épernon, la prison des femmes du grand sud-ouest a été créée dans le but de désenclaver la centrale mixte d’Eysses (Lot-et-Garonne). Placé à la porte de cette bastide girondine, ce château d’apparat est racheté par l’État en 1818 pour la somme de 50 000F. Pendant plus de quatre ans, l’architecte départemental Alexandre Poitevin supervise la transformation de l’édifice de la Renaissance en prison moderne. Le 4 avril 1822, 204 prisonnières transférées d’Eysses par bateau entrent dans le château-prison accompagnées de onze enfants. Environ 10 000 femmes, condamnées en cours d’assises ou par les tribunaux correctionnels, se sont succédées dans le château-prison jusqu’en 1891. Après cette date, une « école de préservation » ou « maison de correction » pour jeunes filles est installée dans ces mêmes locaux et perdure jusqu’en 1952.

55Ce mémoire, centré sur la période de la maison centrale, repose sur un dépouillement archivistique (série Y des archives départementales de la Gironde et registres de délibérations du conseil municipal de Cadillac) accompagné de lectures d’ouvrages d’époque permettant de saisir la définition sociale du sexe féminin telle qu’elle était pensée alors. Créées sous Napoléon, les maisons centrales reposent sur un enfermement collectif devant permettre l’exercice du travail forcé dans le cadre du système de l’entreprise générale. Bien que les cahiers de doléances de 1789 demandent déjà la fin de toutes les formes de mixité pénale, la séparation des sexes ne constitue pas encore une nécessitée pour le pouvoir au début du xixe siècle. Auparavant, à l’époque moderne, seules quelques rares institutions permettaient cette séparation ; parmi elles les Spinhuis d’Amsterdam ou encore, au xviiie siècle, la prison parisienne de la Force. Ainsi, de quelle manière le microcosme carcéral de Cadillac permet-il d’historiciser la différence sexuelle dans la pénalité ? Dans quelle mesure la prison des femmes construit-elle une « fatalité probable », celle d’un féminin docile et utilisable par le pouvoir ?

56Connu en Gironde pour l’enfermement psychiatrique, le gros bourg de Cadillac a donc derrière lui une longue période d’enfermement féminin. Pourtant, cette dernière reste méconnue, pour ne pas dire ignorée. Actuellement, si Cadillac résonne encore dans l’imaginaire collectif local comme la « ville des fous », elle fut aussi longtemps celles des « mauvaises filles ». Ainsi, une érudite locale, née dans les années 1940, ancienne assistante sociale auprès de jeunes en difficulté atteste que, dans sa jeunesse, la bastide de Cadillac fut pour elle une menace brandit par sa mère si elle venait à ramener un garçon à la maison avant d’être mariée. La transformation de la société française depuis la seconde guerre mondiale (libération des mœurs, généralisation de la contraception, loi Veil sur l’interruption volontaire de grossesse en 1975…) a donc généré comme un appel d’air effaçant en partie le souvenir de ces anciennes institutions de l’archipel carcéral féminin. Dès lors, il s’agit par cette recherche de faire parler le silence de ces femmes incarcérées au nom de la défense de normes sociales (propriété, sédentarité) et sexuelles (légitimité, natalité).

57Ce mémoire est composé d’une introduction portant sur la pénalité à travers les âges, la naissance et le développement des maisons centrales, le statut social des femmes au xixe siècle et l’histoire de Cadillac. Le raisonnement se déroule ensuite sur trois parties. La première propose une sociologie rétrospective des femmes écrouées entre 1822 et 1852 ; elle est accompagnée d’un chapitre sur la sociologie du droit. La deuxième partie étudie la technique pénitentiaire appliquée aux femmes : architecture, mode de vie conventuelle et production textile forcée. Enfin, la dernière s’articule autour du traitement du corps des détenues tant par les hommes de l’institution que par les riverains et la municipalité de Cadillac.

Mélanie Fabre, « Dick May et la première école de journalisme en France : un laboratoire du dreyfusisme », master 2 d’histoire, dir. Vincent Duclerc, EHESS, 2016

58Ce mémoire adopte une approche biographique concernant une figure importante mais peu connue du monde intellectuel au tournant du xixe et du xxe siècle, Dick May (1859-1925) et s’attache en particulier à une de ses réalisations les plus pérennes, l’École de journalisme, créée en 1899. L’année de la fondation de cette première école de journalisme n’est évidemment pas anodine ; elle s’inscrit dans le contexte de l’affaire Dreyfus qui, quelques années après le scandale de Panama, révèle le rôle d’agitateur populaire de la presse au temps des slogans antisémites. Or, c’est par le biais de l’éducation que Dick May trouve le moyen le plus sûr d’agir durablement afin de rendre à la presse son rôle d’éducateur populaire et de quatrième pouvoir au service de la République.

59Cette initiative constitue un engagement politique en faveur d’une formation professionnelle ouverte à tous – diplômés, non-diplômés, femmes – vers un métier intellectuel et donne naissance à une très large controverse. Novatrice voire iconoclaste, qualifiée d’« école de tous les reniements et de toutes les apostasies », créée pour former un « prolétariat de déclassés », elle voit les antidreyfusards se liguer contre elle. Elle s’inscrit malgré tout dans la durée, puisqu’elle existe encore aujourd’hui sous le titre d’École Supérieure de Journalisme (Paris). Cette étude, s’intéresse plus spécifiquement à la première décennie d’existence de l’école, avant la rupture que constitue la Première Guerre mondiale.

60C’est donc bien un engagement par des chemins de traverse qui caractérise l’attitude de Dick May dans un monde politique peu amène envers les citoyennes, raison pour laquelle une dreyfusarde aussi engagée que Dick May n’apparaît pas dans les rares travaux qui analysent les femmes engagées dans l’Affaire. Dick May reste donc une femme de l’ombre méconnue malgré l’ampleur de son œuvre, l’École de journalisme ne représentant qu’une entrée parmi d’autres dans l’analyse de ses nombreuses réalisations.

  • 8 Nicole Racine, Michel Trebitsch, Françoise Blum (dir.), Intellectuelles. Du genre en histoire des i (...)
  • 9 Christophe Prochasson, « Dick May et le social », in Colette Chambelland (dir.), Le Musée social en (...)

61Ce mémoire cherche donc à remplir les missions décrites par Nicole Racine, Michel Trebitsch et Françoise Blum dans leur ouvrage sur les intellectuelles8 et souhaite s’inscrire dans le mouvement d’introduction d’une approche genrée du champ de l’histoire intellectuelle. Or, il faut bien le rappeler, le cas de Dick May est assez rare. Comme le fait remarquer Christophe Prochasson, « peu de femmes de son temps disposèrent d’une telle envergure. Le versant tout personnel de la biographie de Dick May, qui reste encore à écrire, contribuerait sans nul doute à éclairer les ressorts qui animèrent une action sociale si vigoureuse »9. En effet, comment une femme, juive, non diplômée – puisqu’elle s’est vu refuser par son père le droit de faire des études – s’insère-t-elle dans les réseaux politiques et intellectuels de la fin du xixe siècle ? Qui se cache derrière ce pseudonyme étrange, qui s’est substitué totalement à l’ancienne Jeanne Weill, et qui dissimule une Juive, et, pire, un bas-bleu ? Et, surtout, comment cette femme a-t-elle pu mobiliser tant de forces vives au carrefour de la presse, de la littérature, du monde universitaire et de la politique ?

62Il s’agit donc d’analyser les réseaux qui sous-tendent cette création universitaire, incluant intellectuels dreyfusards souvent investis dans le mouvement des universités populaires, socialistes réformistes attachés à agir dans le monde de l’éducation et professionnels de la presse conscients de la crise que traverse le quatrième pouvoir dans un contexte politique mouvementé. Et c’est bien le rôle d’une femme et les stratégies qu’elle déploie dans ce foyer d’activité intellectuelle qu’il s’agit d’étudier. Dick May agit aux côtés de Charles Péguy, d’Émile Duclaux, d’Eugène Fournière, d’Anatole France, d’Émile Boutroux, de Charles Seignobos, de Francis de Pressensé et de nombre d’autres intellectuels engagés.

63Il ne fait donc aucun doute que celle que son acte de décès désigne comme étant sans profession mais qui est qualifiée par Élie Halévy de « vierge de la ténacité », par Madeleine Rebérioux d’« infatigable » et par Christophe Prochasson d’« acharnée » mérite qu’on s’intéresse plus longuement à sa vie et à son rôle dans les milieux intellectuels de la fin du xixe et du début du xxe siècle.

Justine Fourgeaud, « “On n’est pas des mecs, on est pédés” : Place du féminisme au sein des mouvements homosexuels mixtes français (1971-1985) », Master 2 d’Histoire, dir. Elissa Mailänder, Sciences Po Paris, 2017

64En mars 1971, le Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR) se forme à Paris. Inspiré du Gay liberation front (GLF) fondé à New-York suite aux émeutes de Stonewall en juin 1969 et des différents mouvements sociaux mis en place aux États-Unis et en Europe pendant les années 1960, ce groupe formé de femmes lesbiennes issues du Mouvement de libération des femmes (MLF) et d’hommes homosexuels a une influence symbolique durable sur les groupes de revendication homosexuels créés durant les années 1970 et 1980. Le FHAR est le premier mouvement homosexuel français à se déclarer solidaire du mouvement féministe et à réfléchir sur les liens pouvant exister entre sexisme et homophobie et sur la place des lesbiennes au sein des groupes homosexuels.

65Ce mémoire étudie l’influence du féminisme de la deuxième vague sur le FHAR et les mouvements qui lui ont succédé jusqu’en 1985, en se concentrant plus particulièrement sur les groupes mixtes des Groupes de libération homosexuelle (GLH), du Comité urgence anti-répression homosexuelle (CUARH) et des mouvements de lutte contre le SIDA Aides et Vaincre le SIDA (VLS). Ce travail tourne autour des problématiques de la place des lesbiennes au sein des organisations, des liens entretenus avec les groupes féministes et du rapport des hommes membres des groupes homosexuels aux normes de genre et aux masculinités. Ces questions restent centrales tout au long de la période étudiée dans ce mémoire et les groupes succédant au FHAR ne peuvent les ignorer, bien qu’ils leur apportent des réponses différentes

66Cette étude est basée sur l’analyse des périodiques produits par les différents mouvements, ainsi que sur les archives conservées aux Archives Recherche Cultures Lesbiennes (ARCL) qui contiennent notamment des tracts et des documents internes aux associations (correspondances, retranscriptions de réunions). Ces sources permettent de cerner les revendications centrales des mouvements étudiés et les débats et désaccords pouvant exister entre les membres, mais également d’avoir un aperçu de fonctionnement concret des associations. L’étude de la période allant de la fin des années 1970 au milieu des années 1980 s’appuie également sur la consultation de publications non militantes visant un public homosexuel (notamment le Gai Pied) qui permet d’élargir la perspective et de s’intéresser aux évolutions de la culture homosexuelle se développant alors, et non uniquement au milieu activiste. Enfin deux entretiens réalisés auprès d’anciennes militantes donnent à voir le point de vue des lesbiennes, souvent absentes des autres types de sources. L’analyse de ces documents s’appuie particulièrement sur une réappropriation et une réinterprétation des thèses de Raewyn Connell sur les masculinités.

67Dans un premier temps, nous nous intéressons au FHAR et à son utilisation politique de la subversion des normes de genre (1971-1974). Le FHAR est un mouvement révolutionnaire d’inspiration marxiste. Dès la fondation du groupe, la volonté de mixité est une composante importante de ses revendications, les fondateurs voulant allier lesbiennes et hommes homosexuels contre une oppression commune. Les membres du FHAR se déclarent également féministes et solidaires du combat des femmes dans leur ensemble. Cette solidarité s’explique par l’analyse qui est faite de l’oppression subie par les homosexuels (particulièrement les hommes) : si les homosexuels sont discriminés, c’est parce qu’ils sont associés aux femmes et que leur sexualité est considérée comme une perte de masculinité. Les militants homosexuels doivent donc combattre l’ensemble des structures mettant en place une supériorité du masculin sur le féminin. Cette conception de la lutte homosexuelle se transcrit au FHAR par une remise en cause des normes de genre par ses membres, que ce soit dans leur habillement, leur langage ou leur comportement lors de manifestations. Cette remise en cause est comprise comme un véritable acte politique révolutionnaire. Néanmoins, les idéaux féministes du FHAR ne se vérifient pas entièrement dans le fonctionnement concret de l’organisation, les lesbiennes étant largement minoritaires tout au long de l’existence du groupe, et beaucoup de femmes quittant le mouvement en raison des comportements misogynes auxquels elles ont pu être confrontées.

68La deuxième partie de ce mémoire concerne la période allant de 1974 à 1979 et se concentre sur les différents GLH créés en France. Il existe alors de grandes divergences idéologiques au sein du mouvement homosexuel (et plus particulièrement au sein des trois GLH parisiens) sur la conception de l’homosexualité et les liens à entretenir avec le militantisme d’extrême-gauche et le combat féministe. La question de la place des lesbiennes au sein des groupes reste centrale, les GLH étant majoritairement composés d’hommes. Néanmoins, durant cette période, cette absence de mixité réelle s’explique en partie par la volonté des militantes lesbiennes de se rassembler au sein de mouvements lesbiens non mixtes se concentrant sur leur expérience propre, qui n’est comparable ni à celle des hommes homosexuels, ni à celles des femmes hétérosexuelles. Ces débats d’opinions n’empêchent pas une solidarité ponctuelle, lors de manifestations ou lors de la première Université d’été homosexuelle (UEH) organisée à Marseille en 1979.

  • 10 Susan Stryker, « Transgender History, Homonormativity and Disciplinarity », Radical History Review,(...)

69À la fin des années 1970, se profile enfin une période où l’action du CUARH est centrale et où la communauté homosexuelle et la culture homosexuelle naissante voient de nombreux changements (1979-1985). Le CUARH permet l’union des groupes homosexuels, mixtes et lesbiens, contre la répression légale, bien que la mixité puisse y poser des problèmes. Il perd peu à peu en importance suite aux évolutions légales de 1981 et 1982 et à l’importance nouvelle de la lutte contre le sida dans le militantisme homosexuel. Cette période est également celle du développement d’une nouvelle culture homosexuelle, illustrée et influencée par certaines publications comme le Gai Pied, ce qui met en place une forme de masculinité hégémonique au sein même de la communauté homosexuelle. Ce nouveau modèle d’homme homosexuel, proche par plusieurs aspects de la masculinité hégémonique au sein de la société française de l’époque, donne une image « homonormative »10 des homosexuels qui participe à l’invisibilisation des lesbiennes, qui est encore renforcée par le début de la lutte contre le sida.

Violette Giaquinto, « Le parcours de l’architecte Högna Sigurðardóttir Anspach en France (1949-1996) : une expérience de la pratique collaborative », master 2 histoire de l’architecture, dir. Éléonore Marantz-Jaen, Paris 1-Panthéon Sorbonne, 2016

70Depuis le début des années 2000, une réflexion s’est progressivement développée autour de la féminisation de la profession d’architecte. Elle met peu à peu en lumière le parcours de nombreuses architectes, méconnues malgré l’intérêt de leur production. L’architecte islandaise Högna Sigurðardóttir Anspach, décédée récemment, compte parmi celles-ci. Née en 1929 sur les îles Vestmann et issue d’un milieu très modeste, elle doit sa mince visibilité en France à sa participation à la réalisation de l’université de Villetaneuse avec Adrien Fainsilber. Pourtant, ce ne fut qu’une étape de sa carrière. Après des études brillantes au sein de l’atelier Arretche à l’Ecole des beaux-arts de Paris, puisqu’aucune école d’architecture n’existait à cette époque en Islande, elle obtint ses premières commandes dans son pays d’origine. Durant cette première période, elle conçut principalement des maisons individuelles, dont une, située au 1 Bakkaflöt dans la banlieue de Reykjavík, fut l’objet de nombreux écrits dans la presse étrangère et reçut le titre d’un des cents bâtiments européens les plus marquants du xxe siècle. Cette habitation, pourtant perçue comme le symbole le plus parlant d’alliance des méthodes et conceptions modernes à la tradition des maisons islandaises recouvertes d’herbes et de terre, n’eût guère d’écho en France, pays où elle exerça l’essentiel de sa carrière. Par la suite, son passage à l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région Parisienne (IAURP) en tant que chargée d’études fut un véritable tremplin professionnel pour elle, dans la mesure où il lui permit de participer à des concours, des voyages d’études et d’obtenir des commandes en France. Ce travail marqua aussi considérablement son approche architecturale, en consolidant son intérêt pour la nature et l’environnement qui lui venait déjà de sa culture. Souhaitant avant tout orienter ses compétences vers la pratique constructive, elle quitta l’IAURP pour se consacrer à la réalisation de constructions universitaires, programmes faisant l’objet de recherches importantes dans les années 1960. C’est à cette occasion qu’elle travailla avec Adrien Fainsilber, René Dottelonde, puis Jean-Pierre Humbaire. En effet, si elle pratiqua toujours sa profession en libéral, ce qui était peu répandu à cette époque pour les femmes, elle conçut la quasi-totalité de ses bâtiments en collaboration. Ses quelques expériences menées individuellement en France lui avaient rapidement fait prendre conscience qu’elle avait besoin de l’appui d’autres architectes pour compléter ses compétences et prétendre à des commandes publiques plus importantes. Après l’expérience de projets liés aux universités, elle s’associa en 1974, et ce jusqu’à la fin de sa carrière, avec deux anciens élèves de l’École des beaux-arts, Jean-Pierre Humbaire et André Crespel. Ayant chacun leur spécialité et un diplôme équivalent, ils formèrent une agence informelle, circonstancielle, sans qu’aucun ne dirigea les autres, et recréèrent l’ambiance d’atelier tout en constituant un réseau. Ils purent ainsi produire l’architecture qu’ils défendaient : ouverte sur l’extérieur, facilitant les échanges et les groupements variés, garante de l’échelle humaine et soucieuse du cadre de vie, c’est-à-dire profondément sociale. Dans un contexte de développement des villes nouvelles, ils obtinrent de nombreuses commandes en banlieue parisienne, et reçurent ensemble deux fois le prix d’architecture départemental de Seine-et-Marne, pour le lycée René Cassin de Noisiel et pour des logements réalisés à Lognes. À la fin des années 1980, un nouveau protagoniste, Bernard Ropa, s’ajouta à leur équipe. Il devint membre à part entière de l’agence à l’occasion de la construction du lycée François Truffaut de Bondoufle. Son intégration apporta l’utilisation de nouvelles techniques structurelles, tout en entraînant rapidement la formalisation du rôle de chacun. L’équipe prit le nom d’ACHR, initiales des quatre architectes membres, donnant ainsi une identité à leur pratique collaborative. Le prix d’architecture départemental de Seine-et-Marne leur fut une nouvelle fois accordé pour le complexe scolaire Saint-Thibault-des-Vignes. De son côté, Högna Anspach dont le nom était toujours mis en avant face aux différents interlocuteurs des projets, connut une certaine reconnaissance. Elle enseigna pendant deux ans à l’école d’architecture de Nancy, entre 1976 et 1978. Elle fut aussi invitée à participer à une exposition sur les architectes nordiques en 1992 à Helsinki. Enfin, son ami Roger Saubot appuya sa candidature pour qu’elle soit membre titulaire de l’Académie d’architecture. Elle y fut reçue le 27 mai 1993 au fauteuil de Raymond Gravereaux. Au milieu des années 1990, après la réalisation de l’extension de l’université Paris-Dauphine et à la suite d’un amoncellement de difficultés, Högna Anspach se retira de l’agence. Elle mourut le 10 février 2017 en Islande après une longue maladie.

Estelle Goetgheluck, « La représentation des femmes dans la « NS-Frauen-Warte » entre 1941 et 1944 : une propagande de mobilisation entre pragmatisme et idéal », master recherche Etudes germaniques, dir. Claire Aslangul, Université Paris-Sorbonne, 2017

71Dans l’imaginaire collectif, la femme nazie est souvent représentée comme une grande femme blonde aux cheveux noués et aux yeux clairs, à la silhouette athlétique et filiforme, dans le rôle d’épouse, de mère et de femme au foyer. Cette représentation, implicitement associée à la « race aryenne » promue par l’idéologie nazie, semble incarner l’idéal féminin nazi et suggère, par sa prépondérance, l’existence d’un type unique de femmes. Pourtant, des chercheurs comme Kathrin Kompisch ont déjà démontré que, de fait, même au sein de la « communauté de peuple » (« Volksgemeinschaft ») désirée par les nazis, qui suppose l’égalité et l’uniformité de tous ses membres, la femme nazie n’existait pas, et qu’au contraire, les biographies, les trajectoires, les expériences féminines sont plurielles, ne serait-ce que parce que la société reste traversée par des inégalités sociales.

72Afin d’approfondir la question de la représentation des femmes nazies et de réajuster la vision qu’on peut en avoir aujourd’hui, nous nous sommes intéressés à la revue féminine nazie « Die NS-Frauen-Warte », publiée par l’organisation féminine de masse « NS-Frauenschaft » et qui se revendiquait comme « la seule revue féminine du Parti ». En effet, cette revue, au tirage le plus important parmi la presse féminine et souvent citée par les chercheur·es, n’a jamais fait l’objet d’une étude à part entière. En l’utilisant comme source, nous voulons participer à combler ce manque, mais aussi à développer les travaux sur l’iconographie, sur les représentations et sur la presse populaire.

73Analysant les illustrations de cette revue, la présente étude s’applique à déterminer s’il existe un profil-type unique de la femme nazie idéale, ou bien si différents types coexistaient. Il s’agit ensuite d’en identifier les caractéristiques afin de définir le contenu et les frontières du concept de « féminité » à l’époque nazie. Pour ce faire, 54 numéros de la revue, publiés entre 1941 et fin 1944 sont étudiés, alors que l’Allemagne est pleinement engagée dans une guerre où elle semble d’abord être victorieuse mais dont l’issue devient de plus en plus incertaine. Ce cadre chronologique implique de se questionner aussi sur l’influence de la situation de guerre sur la manière de représenter les femmes et amène à s’interroger sur la place des femmes dans les stratégies de propagande politique et de guerre.

74Pour répondre à ces questions, nous avons défini un corpus d’illustrations et une méthode de récolte de données. À l’aide d’un tableur, on a recensé le contenu de chaque numéro, article par article et image par image. Parmi toutes ces illustrations, nous avons retenu pour le corpus les images figurant une ou des femmes, ainsi que les premières de couverture et les illustrations des rubriques culinaires. Une fois le corpus défini, nous avons recensé diverses caractéristiques des illustrations (support, auteur·e, caractéristiques physiques des femmes, rôles-types, etc.). Ensuite, ces données ont été analysées d’un point de vue quantitatif et qualitatif afin de mettre en évidence des tendances et de les interpréter.

75L’étude est composée de deux parties. Dans la première, nous rappelons ce que signifient « féminité » et « être femme » selon l’idéologie nazie mais aussi dans le quotidien des individus concernés, et présentons la presse féminine nazie et les manières de représenter les femmes dans d’autres revues. Dans la seconde partie, nous analysons l’image des femmes dans la revue « Die NS-Frauen-Warte » en cherchant à déterminer, par l’étude des caractéristiques physiques et des rôles-types émanant du recensement des données, un éventuel profil-type idéal de la femme nazie.

76Ainsi, il apparaît que, sur l’ensemble de la période étudiée, le type de femme le plus souvent représenté correspond à bien des égards à la ligne idéologique, mais que s’il est le plus courant, il disparaît aussi peu à peu au profit d’autres représentations. Cette diversité recule à nouveau pour des raisons matérielles (situation de « guerre totale », pénurie de papier), et la répartition des types représentés évolue, au profit des « travailleuses » et les femmes « engagées militairement ». Ces évolutions montrent la dualité des stratégies de propagande de la revue. D’une part, la propagande ne peut plus se limiter à propager l’idéal de la femme nazie et de la « Volksgemeinschaft » et doit mobiliser les femmes pour l’effort de guerre. D’autre part, elle offre en compensation de la reconnaissance et des possibilités de distraction en montrant des articles inaccessibles (ensembles élégants, vaisselle flambant neuve, mets raffinés), mais elle dispense aussi des conseils pratiques dans les rubriques mode et cuisine afin d’aider les femmes à surmonter les difficultés d’un quotidien marqué par les pénuries.

77Cette étude montre ainsi qu’il n’y a pas un modèle-type, mais une diversité de types de femmes nazies variant en fonction de l’âge, du physique, et de leur rôle dans la société, et que le quotidien des femmes nazies n’est pas limité exclusivement à la cuisine et à la famille, que les femmes, dès lors qu’elles font partie de la « Volksgemeinschaft », ne sont ni ignorées, ni oubliées par les acteurs politiques. Au contraire, elles sont perçues et représentées comme des éléments indispensables à la société et à la « victoire finale ». Ces femmes-là sont plus objet d’une attention particulière du Ministère de la propagande, dont relève la revue, que de mépris. L’instrumentalisation de leur image ainsi que par le maintien de la revue (publiée jusqu’en décembre 1944, alors que de nombreuses autres ont dû cesser de paraître) révèlent l’importance qui leur est accordée.

Noor-Sharina Grondin, « Du féminisme chrétien au féminisme de droite, l’exemple de L’Écho de Paris de 1919 à 1938 », Master 2 d’histoire, dir. Jean Garrigues, Université d’Orléans, 2017

78En sa qualité de tuteur de première année de master, le Pr Alain Fleury, spécialiste de la presse française, a incité ses étudiants à mener des recherches sur Gallica afin de déterminer leur sujet de recherche. Découvert par ce biais, le journal L’Écho de Paris, qui a connu ses années heureuses sous la IIIe République, ayant au demeurant fait l’objet de peu de développements scientifiques, a rapidement retenu l’attention. Sa ligne éditoriale se classe à la droite du champ politique, dans un registre conservateur. Le quotidien était pourvu d’une rubrique hebdomadaire concernant les femmes et leur place dans la société. Le thème de recherche est donc apparu intuitivement : le travail porterait sur la représentation féminine telle qu’elle est décrite dans L’Écho de Paris. L’idée de mener une étude comparative avec le journal Paris Soir a été envisagée. Néanmoins, le corpus documentaire eût sans doute été trop conséquent dans le cadre d’un mémoire de master.

79À la suite d’un entretien avec le Pr Jean Garrigues, il est apparu d’opportun de faire évoluer le corpus en y intégrant les Unes du journal. Cette démarche devait permettre de donner à la fois un aspect sociologique et politique au sujet alors en cours d’élaboration. Il était ainsi permis d’inclure dans la base de recherche l’œuvre de Léontine Zanta (1872-1942), journaliste, philosophe, « apôtre » du féminisme chrétien. Un inventaire exhaustif a ainsi été réalisé afin de classer les articles par catégories thématiques : la femme en tant qu’être, les traditions et usages sociaux, la consommation, le féminisme.

80D’un point de vue historiographique, le féminisme chrétien, spécialement durant l’Entre- deux-guerres, est assez peu étudié et pouvait par conséquent se révéler un sujet d’un intérêt remarquable. La perspective de recherche consistait à étudier la façon selon laquelle L’Echo de Paris traite du féminisme de manière générale. En est-il un promoteur, un contempteur ou un observateur prudent ?

81Il paraît d’abord naturel aux rédacteurs de la rubrique féminine d’opposer féminisme de droite et de gauche. Ce qui les distingue fondamentalement, mais non frontalement, tient à la caractérisation même de la femme. Ce qui les fait se rejoindre cependant procède de la dénonciation commune du patriarcat ainsi que d’un sexisme assumé tant par les hommes que par les femmes. Le féminisme transcende en réalité les familles politiques telles qu’elles sont habituellement conçues. Ayant pour origine intellectuelle le féminisme chrétien, le féminisme de droite se veut une alternative, soutenue par L’Écho de Paris, au féminisme de gauche à partir d’une vision nettement différenciée de la société et de la féminité. Idéologiquement libéral et égalitaire, ce nouveau féminisme, accompagné par le journal, prône une image plurielle de la femme, tout en conservant un visage conservateur sur certaines questions de société. Les contributeurs à la rubrique féminine contestent la radicalité du féminisme de gauche qui nuit, à leur sens, à la cause qu’il entend défendre. Les accents révolutionnaires de ce dernier suscitent en effet çà et là des réactions antiféministes voire masculinistes. Ses détracteurs lui prêtent par ailleurs des intentions matriarcales. En définitive, L’Écho de Paris essaie de convaincre son lectorat de suivre une voie plus modérée vers le progrès de la condition féminine.

82Le développement du mémoire s’est articulé autour de trois axes majeurs. Le premier a trait à la doctrine conservatrice relative au modèle féminin. La restitution synthétique de ces idées permet de mieux appréhender les clivages et les oppositions des différents contributeurs sur l’image de la femme. Le deuxième s’intéresse spécifiquement au travail féminin ainsi qu’à la promotion sociale de la femme. L’Écho de Paris tient mettre en valeur les réussites féminines. Il milite ainsi en faveur de l’accès des jeunes filles aux études supérieures. Entre conservatisme et progressisme, le quotidien peine en revanche à se positionner clairement sur la liberté réelle des femmes mariées de débuter ou de conserver un emploi salarié. Le dernier porte sur un progressisme nuancé concernant les droits des femmes dans la ligne éditoriale du journal. Il participe activement à l’émergence d’un féminisme de droite, dépourvu d’étiquette partisane. L’immobilisme sénatorial en matière de droit de vote et l’antiféminisme sociétal sont ses chevaux de bataille.

83La conclusion majeure de l’étude est celle du constat d’un clivage toujours actuel entre féminisme de gauche et de droite. Sans être en tous points irréconciliables, les deux courants idéologiques ont développé leurs conceptions autonomes tenant au rôle et à la place de la femme dans la société ainsi qu’au modèle familial. Le féminisme de tradition socialiste, égalitaire et progressiste, globalement majoritaire en matière de représentation féminine, dispose tout de même d’un concurrent solide et confirmé. La (re-)découverte d’un féminisme de droite est aussi l’occasion de percevoir de nouvelles formes de féminismes teintés de religiosité.

Stéphanie Laaban, « Le parcours professionnel d’Anne Fausto-Sterling : une illustration de la mobilité thématique dans les sciences », Master 2 Mention : Sciences Sociales
Parcours Sociétés, Pouvoirs, Représentations SPR, dir. Pascal Ragouet, Sciences Po Bordeaux, 2016

84Ce mémoire de sociologie porte de manière générale sur l’histoire des femmes scientifiques depuis les années 1970, dans les champs de la biologie, des Gender Studies et des Sciences Studies aux États-Unis, et plus spécifiquement à l’université de Brown dans le Rhode Island. Il s’agit d’une petite pièce du puzzle pour comprendre comment le concept de genre a pu se développer de manière institutionnelle dans la constitution de champs scientifiques interdisciplinaires, de centres d’études ainsi que de carrières scientifiques individuelles. La spécificité de ce mémoire est de donner à voir les ponts qui ont pu être construits entre la biologie et les sciences sociales, à travers des questionnements portant sur le genre et la définition du sexe biologique.

85L’enquête se concentre sur le parcours professionnel d’une biologiste américaine de l’université de Brown : Anne Fausto-Sterling. L’analyse de sa carrière elle-même représente justement ce pont entre la biologie et les sciences sociales. Actuellement à la retraite depuis 2014, cette scientifique a exercé dans différents champs scientifiques tout au long de ses quarante ans de carrière. Originellement biologiste de formation, Anne Fausto-Sterling a exercé également son activité dans les Gender Studies et les Sciences Studies. C’est précisément sa mobilité vers les sciences sociales qui constitue, à ce titre, une mobilité thématique dont il est intéressant d’analyser les motivations. L’analyse du parcours professionnel de cette chercheuse doit ainsi permettre d’éclairer les enjeux de la mobilité thématique dans les sciences.

86Plusieurs sources de nature différente ont été mobilisées dans cette recherche : un entretien de type récit de vie réalisé avec Anne Fausto-Sterling elle-même, des analyses d’archives, des analyses bibliométriques sur ses publications ainsi que des études empiriques sur la mobilité thématique. Dans cette enquête, trois lectures différentes et complémentaires présentent les motivations à la mobilité : une lecture stratégique, une lecture engagée et une lecture sous l’angle de la subjectivation de l’acteur.

87À l’issue de cette analyse, il apparaît que la mobilité thématique d’Anne Fausto-Sterling est le fruit d’une pluralité de motivations qui révèlent des enjeux plus généraux sur les possibilités d’innovation dans les champs scientifiques. Par ailleurs, cette étude de cas peut constituer un témoignage intéressant pour comprendre la naissance des Gender Studies et des Sciences Studies dans le contexte universitaire américain des années 1970. Par ailleurs, Anne Fausto-Sterling se définissant comme une scientifique féministe, elle peut représenter, à ce titre, une voix de ce passé militant ainsi qu’une figure des Feminist Science Studies, ce champ interdisciplinaire américain centré sur l’étude du fonctionnement de la science d’un point de vue féministe. Enfin, cette étude peut être un outil d’analyse intéressant pour le public français. A l’heure où les études sur le genre fleurissent en France, l’étude de la carrière d’Anne Fausto-Sterling montre comment le positionnement d’un chercheur dans les champs scientifiques est crucial pour qu’une idée scientifique puisse s’instituer durablement, en particulier si cette idée est innovante et nouvelle.

Mathilde Leroy, « Femmes, genre et mouvements d’indépendance nationale en Europe (1848-2016). Une histoire intellectuelle », master 2 d’histoire parcours recherche, dir. Christine Bard, Université d’Angers, 2017

88Cathleen ni Houlihan en Irlande, Matka Polka en Pologne, Libe chez Sabino Arana et Manu Sota au Pays Basque, Vierge noire de Montserrat en Catalogne, la nation dominée est du genre féminin. Le lien tissé entre femme et nation s’est immiscé au sein des études sur les femmes et le genre dans les années 1990. Ce mémoire propose une histoire intellectuelle des femmes et des mouvements indépendantistes en Europe, entre 1848 et 2016, au prisme des modifications que le concept du genre, et plus généralement les études féministes développées depuis les années 1970, ont apporté à la connaissance scientifique des places et participations des femmes au mouvements d’indépendance nationale, aux rôles et représentations qui leur sont attribués, à leurs expériences vécues et ressenties.

89Pourquoi s’intéresser à la place et à la participation des femmes dans ces mouvements particuliers, consistant à construire et affirmer l’existence de la nation, de son unité, et à lutter pour son indépendance ? La plupart de ces indépendantismes ont lieu pendant des périodes et dans des espaces où les femmes ne disposaient pas des droits politiques relatifs à la citoyenneté, et où leurs possibilités d’engagements, de convictions politiques, étaient souvent niées et occultées. Dans les nations sans Etat qui revendiquent l’indépendance, émancipation de la nation rime avec émancipation du peuple, et pourquoi pas émancipation des femmes. L’Etat, ses droits et ses lois sont encore à inventer, à créer et à différencier de ceux dont la nation s’est libérée, ce cadre représentant des possibilités d’expression politique pour les femmes intéressantes à étudier. Le genre est également une composante fondamentale des nationalismes en général et donc des nationalismes indépendantistes en particulier, car beaucoup se fondent sur une différenciation ethnique où les femmes deviennent les reproductrices du peuple et les garantes du maintien de sa particularité. Le genre est un outil politique de différenciation de la nation vis-à-vis de l’autre dominante.

90Le questionnement porte non pas sur une histoire à proprement parler de ces mouvements, mais sur une histoire intellectuelle des sciences humaines et sociales ayant traité cette thématique. Comment ces sciences – l’histoire, la sociologie, l’anthropologie, la science politique, la littérature – ont-elles élaboré un savoir sur les femmes dans les mouvements indépendantistes ? Quelles réalités nous ont-elles donné à lire, à comprendre ? Comment les connaissances sur les femmes et les mouvements d’indépendance nationale participent de façon spécifique à un savoir plus global sur les femmes, le genre et la nation, et sur les femmes et le militantisme politique ? Les découvertes et nouvelles compréhensions permises par les études des femmes et du genre parviennent-elles à pénétrer les savoirs plus généraux sur les mouvements nationalistes et à constituer des savoirs mixtes en sciences humaines ?

91Les discours produits dans l’objectif de construire des connaissances sur la place des femmes dans ces mouvements, diffusés sous forme d’ouvrages, de chapitres, d’articles de revues ou de documentaires, sont l’objet même de l’analyse. À travers 105 productions, réalisées par 96 auteur·es différent·es et publiées par 74 maisons d’éditions, revues ou sites internet distincts, sélectionnées et mises en relation par le biais d’une base de données, il s’agit d’examiner les constructions et les évolutions de ces discours scientifiques, et d’adopter l’idée d’une histoire intellectuelle au sens se rapprochant de l’historiographie ou de l’histoire des sciences, c’est-à-dire de l’examen de la construction d’un discours scientifique, de ses développements, de ses modifications.

92Les études sur les femmes et le genre ont eu un impact essentiel sur les connaissances produites, à la fois comme impulsant la recherche, amenant à s’interroger sur le rôle, la place et l’expérience vécue des femmes, à travers la recherche de nouvelles sources ou un nouveau regard posé sur celles précédemment étudiées. L’impact s’observe clairement sur le renouvellement des connaissances déjà établies sur des parcours individuels ou sur l’ajout d’éléments nouveaux à la connaissance d’un évènement. Mais les savoirs produits demeurent cloisonnés : cloisonnés entre historiographie nationale, cloisonnés au sein d’un monde plutôt universitaire, et marqués par une difficulté à intégrer des connaissances plus larges sur ces nationalismes indépendantistes. Derrière cette difficulté se dessine un enjeu politique qui s’illustre à travers le lien fort unissant les auteur·es à leur sujet. Ce lien se dévoile à travers la proximité vécue avec les mouvements étudiés, la proximité géographique et la proximité temporelle entre la réalité vécue de l’auteur·e et la réalité étudiée étant très élevées. Ce lien est aussi fort à propos de l’importance des possibles convictions féministes présentes chez beaucoup d’auteur·es, qui font un lien direct entre leurs engagements et l’intérêt porté à leur sujet d’étude.

Olivia Lludriguez, « L’Union des Jeunes Filles de France. Fondation, évolutions et continuités d’une organisation de jeunesse féminine et communiste en région parisienne (1936-1949) », Master 2 Histoire des sociétés occidentales contemporaines (XIXe-XXIe siècles), dir. Isabelle Lespinet-Moret, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2017

93L’Union des Jeunes Filles de France (UJFF), organisation à la fois de jeunesse, communiste et proprement féminine, est une organisation-sœur des Jeunesses communistes fondée en 1936. Cette organisation possède donc des critères à la fois politiques, genrés mais aussi générationnels. Dès sa fondation, cette organisation met en avant sa volonté de regrouper toutes les jeunes filles de France sous ses bannières, à une époque où la mixité au sein des organisations de jeunesse est encore difficilement acceptée par les parents. Si la Jeunesse communiste, transformée en organisation de masse, a développé des organisations sœurs spécifiques, c’est pour répondre à un réel besoin de l’époque : les années 1930 sont spécifiquement une période de forte intensité politique dans laquelle la jeunesse française tente de prendre sa place. Les organisations de masse se sont donc développées et modifiées afin de répondre aux nouvelles attentes des jeunes et des femmes ; ces dernières étant toujours privées du droit de vote.

94L’UJFF, fondée en décembre 1936 par les « Quatre Mousquetaires » (Danielle Casanova, Jeannette Vermeersch, Claudine Chomat et Marie-Claude Vaillant-Couturier) rassemble rapidement 20 000 adhérentes. L’objectif de cette organisation de jeunesse féminine est simple : « Paix et entr’aide ». Ainsi, les jeunes filles appartenant à cette organisation ont pour mission d’agir de façon solidaire, notamment en venant en aide aux jeunes filles qui sont en sanatorium, mais aussi aux personnes âgées. Elles revendiquent à voix haute la paix et le pacifisme à un moment où les tensions sont de plus en plus vives avec l’Allemagne hitlérienne. Elles revendiquent aussi le droit de vote pour les jeunes et pour les femmes. Le but premier de l’organisation reste d’aider les jeunes filles dans leur vie quotidienne : aux programmes distractifs (couture, cuisine, etc.), s’ajoutent les revendications politiques (augmentation des salaires, lutte contre le chômage, etc.). Cette organisation et ses dirigeantes ont pour ambition de s’intéresser spécifiquement aux revendications des jeunes filles, souvent laissées au second plan dans des organisations mixtes de jeunesse, comme c’était le cas dans la Jeunesse communiste avant 1936. Ce travail a tenté de mettre en lumière cette organisation jusqu’alors largement méconnue dans les travaux scientifiques.

95L’Union des Jeunes Filles de France est un sujet qui suscite l’intérêt à plusieurs niveaux, puisqu’il concerne à la fois des questions relatives à l’histoire du genre, à l’histoire de la jeunesse, et enfin d’une façon plus générale à l’histoire du Parti communiste français et de la Jeunesse communiste. De 1936 à 1949, cette organisation connaît à la fois l’interdiction et la clandestinité provoquées par l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale et la « chasse aux communistes ». L’organisation renaît à la fin de la guerre, en septembre 1945, sous le nom qu’elle a pris pendant toute la durée du conflit : l’Union des Jeunes Filles Patriotes. Elle est refondée en 1946 sous le nom de l’Union des Jeunes Filles de France dans le cadre des nouvelles Jeunesses communistes appelées « Union de la Jeunesse Républicaine de France ». Rapidement, la Guerre froide entraîne de nouvelles difficultés pour l’organisation, tiraillée entre les deux blocs et ses idées communistes. De 1936 à 1949, se dessine ainsi une périodisation cohérente, durant laquelle l’Union des Jeunes Filles de France doit sans cesse se renouveler au vu des événements nationaux et internationaux qui se déroulent et pèsent sur elle, mais aussi se réinventer dans une France de l’après-guerre qui se retrouve transformée, tout en maintenant ses principes d’origine. Il était donc intéressant dans ce travail de s’interroger sur les spécificités de cette organisation, sur les points qui la distinguent des Jeunesses communistes, ainsi que la réussite ou non du Parti Communiste français à toucher les jeunes filles et à les emmener vers le communisme. L’étude porte aussi sur les représentations des jeunes filles, leur rôle dans la société et dans le combat politique, au sein d’un parti politique qui se revendique en rupture avec un ordre traditionnel de la société à certains moments de son histoire. Il s’agit également de comparer cette organisation avec sa plus grande rivale, la Jeunesse ouvrière chrétienne féminine, ainsi que d’étudier cette organisation communiste lors de la Guerre froide, pour voir comment le PCF continue, malgré le contexte politique, à attirer des jeunes dans ses organisations. Ce travail cherche ainsi à saisir les évolutions, les continuités, mais aussi les ruptures que rencontre l’UJFF pendant cette période. S’appuyant notamment sur l’histoire du genre et de la jeunesse, ce mémoire permet de renouveler l’approche sur l’étude des organisations de jeunesse en prenant pour fil conducteur le point de vue d’une organisation proprement féminine. Ainsi, l’Union des Jeunes Filles de France apparaît comme une organisation importante qui n’a pourtant que très peu intéressé le champ scientifique jusqu’à présent.

Madison Mainwaring, « Le regard féminin porté sur les danseuses de l’Académie royale de Musique (1827-1863) », Master 2, Histoire et civilisations, dir. Elizabeth Claire, EHESS, 2017

96Ces recherches concernent le regard que les femmes portent sur les danseuses de l’Opéra de Paris au milieu du xixe siècle (1827-1863). Nous nous sommes inspirées du manque de mention de la spectatrice au sein des sources étudiées relatives à l’histoire de la danse. La danseuse et l’attrait sexuel de ses jambes sont traditionnellement décrits comme un divertissement destiné à la gente masculine. Les rapports sur la danse théâtrale dite « romantique », écrits par des critiques tels que Théophile Gautier et Jules Janin, fournissent des exemples représentant, point par point, ce que la chercheuse féministe Laura Mulvey appelle « le regard masculin », un regard scopophilique impliquant des rapports de forces genrés entre l’objet féminin et l’homme-sujet. Selon cette théorie, très influente dans les études du cinéma et des médias, l’image hiéroglyphique de la femme est déchiffrée par les spectateurs.

97Notre analyse consiste donc en une tentative de réconciliation entre l’histoire et cette théorie, contestant ainsi la tendance à éliminer la possibilité que les femmes soient les sujets de leurs propres regards. Au xixe siècle, les techniques d’observation des femmes sont aussi dissimulées afin de, soi-disant, protéger leur morale. La danseuse représente précisément ce dont la femme bourgeoise présente dans la salle ne doit pas être consciente – sa corporéité, sa sexualité et, en tant que spectatrice, sa subjectivité.

98Ce mémoire consiste en trois parties basées sur des sources mobilisées de façon inédite pour mieux comprendre l’intimité féminine. Nous avons d’abord mené une étude sur l’histoire culturelle de l’Opéra, établissant qu’en fait ce rôle de spectatrice était un des rares moyens permettant aux femmes de comprendre la manière dont les hommes contemplent les femmes. Hommes et femmes sont assis côte à côte dans la salle, regardant le même spectacle ; les spectatrices font preuve d’une perspective voyeuriste semblable à celle de leurs homologues masculins. Dans un deuxième temps, nous avons analysé des comptes rendus théâtraux au sein de la presse féminine, notamment des stratégies par lesquelles des spectatrices s’approprient les qualités féminines représentées sur scène. Finalement, nous avons élargi notre échantillon de sources pour y inclure des romans, des mémoires et des poèmes offrant des perspectives sur le rôle de la danseuse au sein de l’imaginaire féminin. Nous avons tenté de comprendre le rôle que la fantasmatique joue pour les spectatrices et écrivaines et la possibilité que la danse, liée au somatique, à l’inconscient et à la décadence, permet aux femmes de rêver.

99Ce qui rend la réception féminine de cet art encore plus importante : la danse est, pendant longtemps, associée à la notion essentialiste de « l’éternel féminin ». En étudiant la fabrique de la féminité, nous avons adopté une approche permettant aux femmes d’être les sujets de leur propre image et de leur propre subjectivité. Deux théories principales de la vision et de la modernité soutiennent la naissance d’une nouvelle subjectivité par rapport au regard ancré dans le corps. Dans Techniques de l’observateur. Vision et modernité au xixe siècle (1994), Jonathon Crary constate que le renouvellement du regard fait partie d’une compréhension inédite des sens en tant que processus corporel. T. J. Clarke analyse l’éclat de Manet (The Painting of Modern Life, 1985) comme la première révolution esthétique permettant à la toile de faire référence à son référent, celui d’une vraie femme charnelle. Cette modernité vient d’un éveil subjectif et corporel au sein de la conscience culturelle. Ici le cas d’étude de la spectatrice nous donne l’occasion de suivre les conséquences d’un tel tournant, impliquant les questions du genre et de la fabrique sociétale du sexe.

Claire Milon, « La lutte continue ! Le féminisme de gauche après l’obtention du droit de vote des femmes au début de la République de Weimar », master 2 d’histoire, dir. Marie-Bénédicte Vincent et Olivier Wieviorka, ENS Paris-Saclay, 2017

100La république de Weimar a longtemps été vue comme la fin du premier féminisme allemand qui obtient sa revendication la plus symbolique en 1918 : le droit de vote. Ce mémoire revient sur cette assertion en examinant quatre revues publiées par les différents mouvements de la gauche allemande immédiatement après l’obtention de ce droit. Loin de s’éteindre, le féminisme de gauche est alors soutenu par les partis qui le diffusent aux militantes : des sociaux-démocrates aux communistes, des pacifistes aux socialistes indépendants, l’intérêt pour les femmes n’est pas feint. Ce dynamisme n’est pas seulement institutionnel : dans les premières années de la république de nombreuses propositions émergent de ces revues appelant à transformer la société.

  • 11 Journal émanant du parti communiste (KPD).
  • 12 Journal des socialistes indépendants (USPD).
  • 13 Journal des sociaux-démocrates (SPD).
  • 14 Journal des pacifistes.

101Die Kommunistin11 [la Communiste], die Kämpferin12 [la Combattante], die Gleichheit13 [l’Égalité] et die Frau im Staat14 [la Femme dans l’État] témoignent du dynamisme et de l’énergie du féminisme de gauche. La création même de trois de ces titres en 1919 atteste de son ardeur et de l’intérêt qu’il représente pour les partis et mouvements politiques. Les débats portant sur le droit de vote des femmes, sur son utilité et sur son origine montrent les bouleversements qu’il a suscités mais aussi l’enjeu qu’il représente pour le féminisme dans les années 1920, puisque ces controverses sont très politiques et partisanes. Il est vrai que les premières années de la république de Weimar sont marquées par une forte instabilité et de nombreuses crises, tant politiques qu’économiques. Mais ce contexte permet un bouillonnement intellectuel et politique au sein de cette presse féministe, pour qui tout est alors possible, y compris des revendications avant-gardistes : le droit à l’avortement, la révolution sociale, la fin de la violence éducative, etc. La lutte de ces femmes continue donc bien après l’obtention du droit de vote, ou plutôt les luttes.

102Les combats menés dans les revues sont en effet considérables et les luttes nombreuses : lutte à l’intérieur des partis, où les femmes doivent aussi se battre pour être reconnues ; lutte pour la survie même des revues, qui cherchent à attirer davantage de lecteurs pour consolider leurs finances ; lutte contre l’indifférence et pour la mobilisation des femmes ; lutte politique entre les partis, et en particulier contre le SPD ; lutte pour le pacifisme ; lutte pédagogique, pour vulgariser des pensées complexes au plus grand nombre ; lutte pour libérer les femmes de la morale et des tâches ménagères ; lutte internationale pour l’union des travailleurs et travailleuses. L’objectif, sur ces sujets, est donc de transformer la société, de changer la vision de la place et du rôle des femmes, non seulement du point de vue du groupe mais aussi de la part des femmes elles-mêmes.

103Ces luttes menées pour changer profondément la société ne doivent pas non plus être détachées du cadre dans lequel les revues sont produites. En effet, l’union entre les quatre périodiques se trouve d’abord sur les structures qui permettent la publication de cette presse. De fait, les modèles économiques sont assez semblables, chaque revue étant soutenue par un parti ou un mouvement, souvent directement par des subventions, ou du moins par la distribution au sein d’un réseau de militant·e·s. C’est là le point commun de cette presse, qui n’est pas destinée à convaincre des personnes extérieures de rejoindre le courant politique défendu dans les articles, mais qui s’adresse au contraire à des individus déjà convaincus, déjà membres du mouvement. Le rôle de ces revues est donc davantage de permettre un débat interne au parti, sur les sujets qui occupent le féminisme de gauche que d’être diffusées très largement auprès de toute la population.

104Cette presse est donc certes tenue de relayer les messages du parti et les positionnements décidés (attaque des partis concurrents, appartenance à un mouvement international, pacifisme, etc.), mais son intérêt pour le parti et la nature de son message se trouvent bien dans les luttes pour la pédagogie, le féminisme, l’éducation, l’internationalisme, le pacifisme… C’est à ce titre que die Frau im Staat est rattachée à ce corpus : la revue n’est en effet pas affiliée à un parti politique, même si ses rédactrices sont proches de l’USPD. Toutefois, le périodique pacifiste défend sur ces sujets des positions très proches du contenu des autres revues, et porte parfois des revendications plus avant-gardistes. La proximité des thèmes abordés s’ajoute ainsi à la proximité des modèles économiques et à la proximité des journalistes entre eux, ce qui nous permet de regrouper ces revues sous la même dénomination de « féministe de gauche ».

105Ce sont donc avant tout les sujets de société qui constituent le véritable cœur de ces publications, tant quantitativement qu’idéologiquement. Remise en cause de l’importance du mariage, discussion de la libération sexuelle, appel à réformer l’éducation des enfants sont quelques exemples de ces sujets qui font que, pour ces féministes de gauche, la lutte continue !

Marie Moal, « Le bureau de bienfaisance de Rennes (1919-1953) : genre, inégalités et aide sociale », Master 2 histoire, dir. Martine Cocaud, Université Rennes 2, 2017

106Ce mémoire a pour objet la place des femmes dans un bureau de bienfaisance, institution d’aide aux pauvres d’essence communale mais reposant en partie sur le travail de la congrégation de Saint Vincent de Paul. Employées ou administratrices du bureau, orphelines ou mères pauvres demandant des secours, religieuses ou donatrices, toutes ces femmes jouent un rôle majeur dans le fonctionnement de l’œuvre. Ce travail s’appuie sur l’exploitation des registres de délibérations du bureau, donc sur le résumé des séances de la commission contenant les décisions prises, les votes, les copies de lettres envoyées au préfet, les rapports de l’ordonnateur etc. Ces registres sont riches en informations sur les rapports qu’entretenait le bureau avec d’autres organismes de bienfaisance et de santé, ou avec la préfecture et le ministère. Ils offrent aussi divers renseignements sur le fonctionnement du bureau et sur les personnes contribuant à sa bonne marche mais extérieures à la commission, comme la directrice de l’orphelinat ou les médecins.

107Entre la fin de la Première Guerre mondiale et les années 1950, le bureau de bienfaisance connaît successivement des périodes de crise, de prospérité et de doute ; l’État-providence est en plein essor, au détriment parfois des œuvres de bienfaisance dont les méthodes apparaissent progressivement comme désuètes. D’ailleurs, en 1953, les bureaux de bienfaisance périclitent, remplacés par les bureaux d’aide sociale dont les prérogatives sont plus larges et le rôle médical accru. À ces réflexions sur le déclin plus ou moins visible de l’institution se mêlent d’autres questionnements sur les mutations de la pauvreté, des pauvres, de leurs représentations et des moyens de leur venir en aide. Ces notions et évolutions sont intimement liées au concept de domination.

108En effet, au sein de la communauté qui fréquente le bureau (constituée des indigent·.es, des administrateur·rices qui prennent des décisions et ont des responsabilités, des religieuses qui accomplissent souvent les tâches ingrates, des employé·es et des donateur·rices) des hiérarchies et des rapports de pouvoir plus insidieux sont observables. Le concept de domination s’adapte bien à ce sujet qui s’applique à un espace restreint avec un nombre d’acteurs relativement stable mais sur une longue période et avec une variété d’acteurs placés dans des « catégories » (sociales, genrées ou autre) nombreuses, pouvant parfois elles-mêmes être divisées ou se recouper. Se confronter à l’aide aux pauvres et à la place des femmes dans ce processus revient à travailler sur deux groupes dominés, même si les frontières sont multiples, mouvantes et imprécises (par exemple les femmes administratrices sont à la fois dominées par leurs collègues masculins et dominantes vis-à-vis des plus démunis qui s’adressent au bureau).

109La réflexion sur ce sujet s’élabore en quatre étapes chronologiques. La première concerne les années 1920 durant lesquelles la domination était très importante, le bureau fonctionnant essentiellement grâce au travail et au dévouement des employées ou religieuses alors que les notables masculins de la commission administrative géraient l’institution du haut de la hiérarchie, n’offrant guère de reconnaissance à celles qui contribuaient à la prospérité du bureau. Pour eux, elles n’étaient que de simples rouages et les pauvres secourus étaient méprisés, dans une société traversée par des courants natalistes et hygiénistes souvent perçus comme moralisateurs. À partir de la fin des années 1920, les dominé·es semblent mieux considéré·es, les premières administratrices entrent en fonction et font entendre leurs voix au sein de la commission, et les pauvres ne sont plus aussi mésestimés, puisque davantage perçus comme des victimes de la crise des années 1930 qu’associés à la paresse et à la débauche. Mais l’arrivée de la Seconde Guerre mondiale freine cette dynamique, le bureau se concentrant sur les moyens de survivre et de faire face à de nombreuses perturbations, engendrées par cette situation hors du commun. Finalement, ce n’est qu’à partir de 1945 que les rapports de domination s’estompent légèrement : la commission se féminise et le bureau cherche à s’ouvrir et à se moderniser, incité par les nouvelles politiques sociales et les réflexions sur la pauvreté, et tourmenté par l’éventualité d’un déclin dû à des aides inadaptées à la société d’après-guerre.

110Le portrait des femmes travaillant dans le secteur social est rarement lié aux notions d’avancée ou de conquête pour elles. Il est plutôt associé à des représentations du féminin peu gratifiantes et guère novatrices dans lesquelles elles offrent de l’aide aux faibles et véhiculent une image de douceur, de patience et de sacrifice de soi. Cependant, l’étude de leurs parcours dans ce domaine permet de mettre au jour des terrains de conquête réels des femmes à travers l’analyse de petites ou grandes dominations qui s’affirment ou s’effacent au fil des années.

Camille Morin-Delaurière, « De la dénonciation des viols systématiques commis pendant la guerre en Bosnie-Herzégovine à la mobilisation des acteurs français (d’avril 1992 jusqu’à la fin des années 1990) », Master 2 Histoire Relations Internationales et Interculturelles, dir. Michel Tissier, Université de Rennes 2, 2017

111Pendant les conflits qui accompagnèrent la décomposition de la République fédérative socialiste de Yougoslavie, les territoires concernés, et plus précisément la Bosnie-Herzégovine (avril 1992-décembre 1995), furent le théâtre de pratiques de viols systématiques. Selon le rapport Mazowiecki de l’ONU, le nombre de femmes victimes de ces viols s’éleva à plus de 20 000 sur toute la période de la guerre. En Europe et en Amérique du Nord, des acteurs associatifs humanitaires et féministes se mobilisèrent pour dénoncer ces pratiques. Bien que l’utilisation des viols dans les conflits soit un phénomène bien plus ancien et qu’il ait même déjà été dénoncé antérieurement, le conflit dans l’ex-Yougoslavie suscita une dénonciation d’une ampleur inédite. La France fut l’un des pays européens où cette dénonciation des viols systématiques entraîna des actions de mobilisation et de solidarité importantes à l’égard des femmes de l’ex-Yougoslavie : manifestations, pétitions, collectifs d’information, convois de vivres, de médicaments et de matériels, mise en place de projets médicaux d’aide aux femmes violées etc.

112Nous avons étudié les acteurs français qui se sont impliqués dans la solidarité avec les femmes bosniaques, examiné le rôle des médias dans la mobilisation, et questionné plus largement l’évolution des représentations du viol en temps de guerre dans la société française, à différents niveaux : sociétal, juridique, politique. En France, ce sont des mouvements humanitaires et féministes qui, les premiers, ont commencé à dénoncer les viols qui avaient lieu dans l’ex-Yougoslavie. L’étude que nous avons menée se fonde notamment sur les archives inédites d’associations – comme la Maison des Femmes de Paris, l’Alliance des Femmes pour la Démocratie et Femmes sous lois musulmanes –, et de militantes féministes. Ces archives ont été consultées pour certaines dans les centres de documentation publics sur l’histoire des femmes et du féminisme, et pour d’autres auprès de leurs détentrices. Nous avons pu montrer dans quelle mesure ces groupes militants réussirent à élargir la dénonciation des viols systématiques, par leurs relais auprès d’autres acteurs féministes et humanitaires et, au-delà encore, auprès des médias et de nombreux collectifs militants dans la société française.

113La médiatisation et la mobilisation collective permirent de rendre visible et audible la dénonciation des viols systématiques auprès de la population, et particulièrement auprès des décideurs politiques. En France, l’implication d’acteurs très variés, parfois opposés les uns aux autres, au sein du monde associatif, du monde politique, des milieux médiatiques et juridiques et des intellectuels, permit d’obtenir des changements dans la perception des viols systématiques. Notre recherche étudie de façon détaillée les étapes successives de ce processus, et les divers moyens utilisés par les acteurs impliqués, en insistant sur le résultat d’ensemble, malgré les divergences qui existaient entre ces acteurs et malgré les limites que leurs mobilisations pouvaient rencontrer.

114Cependant, notre analyse de la construction de la défense des droits des femmes pendant cette période ne se réduit pas au cadre français. Nous avons aussi cherché à comprendre les interactions qui existaient avec d’autres terrains nationaux et qui contribuèrent à porter la dénonciation des viols systématiques à l’échelle des institutions internationales. Le mouvement de dénonciation et de solidarité national français s’inscrit donc dans un mouvement plus général, qui déboucha sur une véritable prise en compte des faits de viols systématiques en temps de guerre. Plusieurs enquêtes juridiques internationales furent menées, à la suite de ces mobilisations, pour qualifier et condamner la pratique des viols systématiques utilisée dans le conflit bosniaque. Ces enquêtes connurent un prolongement avec l’activité du Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie, qui jugea des faits de viols systématiques commis pendant le conflit en Bosnie-Herzégovine. Cela ouvrit une série de procédures juridiques internationales visant les viols de masse dans un certain nombre d’autres conflits, notamment au Rwanda. La dénonciation militante, médiatique et politique du sort des femmes victimes de viols systématiques en Bosnie-Herzégovine, portée dans un cadre national comme celui de la France, et dans des échanges internationaux où cette mobilisation française s’intégrait, permit donc un changement majeur au tournant du vingtième siècle. Pour la première fois dans l’histoire, la pratique des viols systématiques en temps de guerre suscita autant de mobilisation de la part d’acteurs divers au niveau international et elle permit une intensification des luttes politiques et juridiques contre les viols de masse.

Adeline Pavie, « Des professionnelles au musée du Louvre. Le personnel scientifique féminin dans les départements des peintures, sculptures et objets d’art (1915-1963), École du Louvre », Mémoire de recherche en muséologie, dir. Françoise Mardrus, Ecole du Louvre, 2017

115Les femmes occupent aujourd’hui une place importante au sein du personnel scientifique du musée du Louvre, mais au début des années 1900, elles en étaient encore totalement absentes. Suite à ce constat, une étude à partir des carrières de dix-huit professionnelles a été réalisée, avec l’objectif de déterminer quelles ont été les étapes de la féminisation du personnel scientifique ainsi que les caractéristiques des parcours féminins et en quoi ceux-ci ont été différents des carrières masculines.

116Ont été analysés les fonds des archives des Musées Nationaux, versés aux Archives Nationales, notamment les précieux dossiers de carrière, rassemblant fiches de renseignements et correspondance. Ils ont été complétés par les archives de l’administration des Beaux-Arts, les dossiers documentaires du Service Historique du musée du Louvre, de la documentation du département des peintures ainsi que ceux de la Bibliothèque Marguerite-Durand de la Ville de Paris. Les renseignements récoltés ont permis de dresser des fiches de carrière et ainsi de mieux comprendre les parcours de ces femmes, leurs difficultés, leurs réussites et leur apport au musée. Au sein des seuls départements des peintures, dessins, objets d’art et sculptures, apparaît une variété de profils, des chargées de missions aux conservatrices, en passant par les assistantes, d’une chercheuse sur l’histoire du Louvre comme Christiane Aulanier, aux premières conservatrices comme Jacqueline Bouchot Saupique ou Adeline Hulftegger, pour ne citer que quelques-unes des plus éminentes figures qui ont émergé.

117Dès 1915, plusieurs générations de femmes formées surtout à l’Ecole du Louvre mais aussi à l’Ecole nationale des Chartes, parviennent à pénétrer au musée et à occuper des emplois scientifiques, en déjouant les discours conservateurs et les problèmes du manque de postes. Souvent issues de familles bourgeoises déclassées, elles éprouvent la nécessité de suivre des études et de travailler, contrairement aux images que l’on projette d’elles dans la presse, où elles sont présentées comme des dilettantes. Au contraire, par des parcours brillants au sein de l’Ecole du Louvre où elles construisent un réseau notamment grâce à leurs professeurs, elles parviennent à légitimer leurs ambitions.

118Certaines demeurent chargées de mission, d’autres parviennent à monter en grade, jusqu’à obtenir le plus prestigieux, celui de conservateur, en 1945. Il faut d’ailleurs noter que le terme de « conservatrice », n’est jamais utilisé dans les sources de l’époque, éclairant sur la forte association de cette profession au masculin. Par ailleurs, un véritable combat a été mené pour obtenir les premières titularisations en 1926, avec l’aide de célèbres féministes comme Cécile Brunschvicg. La première femme à entrer au Louvre en 1915 doit ainsi attendre onze années pour quitter un statut très précaire de chargée de mission. De manière générale, l’étude des carrières éclaire les stratégies de réseau que les professionnels de l’époque mettent en place mais aussi la quasi-inexistence de solidarités féminines ou encore l’image que les femmes se donnent à travers leurs écrits et leurs revendications dans un quotidien parfois difficile, partagé entre travaux de conservation, d’édition et d’enseignement et vie familiale.

119En effet, leur carrière ne se limite pas au musée du Louvre. Souvent pour des raisons financières, parfois par goût, obligées de se montrer polyvalentes, elles investissent d’autres métiers. Le xxe siècle voit ainsi le développement de la médiation, avec l’apparition des visites conférences dans les années 1920. Mais c’est bien l’enseignement qui reste un domaine de prédilection. Trouver une chaire à l’Ecole du Louvre est vécu comme une reconnaissance du travail effectué au Louvre.

120Très présentes dans certains domaines comme la documentation ou l’éducation, ces professionnelles accompagnent et participent aux transformations des métiers scientifiques, notamment à la spécialisation des différentes fonctions de conservation, de documentation et de médiation, mais elles font aussi évoluer l’histoire de l’art de leur temps et la pensée sur l’institution muséale, souvent à leur niveau et dans leur pratique quotidienne.

121Cette étude socio-professionnelle s’arrête au début des années 1960, après de longues décennies de professionnalisation des musées, alors qu’un concours de conservateur apparaît, modifiant considérablement le recrutement du personnel scientifique et les rapports de force au sein du musée du Louvre et ouvrant la porte à une nouvelle génération. Les professionnelles ayant exercé dans l’institution entre 1915 et 1963 auront ouvert la voie après s’être confrontées à des difficultés indéniables, surtout dans la progression très lente de leurs carrières, et en se coulant bien souvent dans le modèle offert par les hommes. Pour autant, elles n’en ont pas moins joué un rôle essentiel au musée du Louvre durant toute la période, rôle qu’il convient aujourd’hui de rendre visible.

Héloïse Van Appelghem, « Prendre la route quand on est une femme : Les héroïnes de road movies dans le cinéma des grands espaces, de Thelma et Louise (Ridley Scott, 1991) à American Honey (Andrea Arnold, 2015) », Master 2 Recherche Cinéma et Audiovisuel, dir. Laurent Jullier, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 2017

122Après une année passée à voyager en Australie, en Nouvelle-Zélande et en Asie en 2014, je suis revenue avec l’idée de m’intéresser aux femmes qui prennent la route dans les road movies, pendant mon Master de Cinéma à la Sorbonne Nouvelle.

123J’ai pu analyser comment la question du voyage est majoritairement masculine : depuis les sociétés nomades préhistoriques de chasseurs-cueilleurs où les hommes jouissent d’une plus grande mobilité, en passant par les grands voyages d’exploration, jusqu’à Sur la Route de Jack Kerouac (1957). C’est seulement à partir du milieu du xixe siècle que des femmes deviennent Grandes Aventurières1 : certaines sortent du carcan traditionnel du rôle de mère ou d’épouse que la société souhaite leur attribuer pour découvrir le monde, telles que Karen Blixen, Alexandra David-Néel, ou encore Margaret Mead. Le sujet des voyageuses a particulièrement intéressé de nombreux ouvrages, qui font parfois référence (par exemple Les Grandes Aventurières par Françoise d’Eaubonne en 1988, ou encore Femmes d’aventure : Du rêve à la réalisation de soi par Catherine Reverzy en 2001), jusqu’à ce que des femmes prenant la route elles-mêmes se réapproprient le sujet. C’est le cas des autobiographies de Cheryl Strayed et Robyn Davidson, deux parcours atypiques adaptés au cinéma, mais encore du livre numérique L’art de voyager seule quand on est une femme, écrit par la blogueuse voyage Aude Mermillod. Ces ouvrages, films et blogs soulignent bien l’importance de la question du genre dans les récits de route. En effet, une enquête réalisée par HostelBookers en 2013 afin d’analyser comment les femmes voyagent en solo est significative : sur les 1000 femmes dévoilant leurs habitudes de voyage, 82 % affirment avoir déjà voyagé seules. De plus, la moitié de ces femmes interrogées (51 %) ont réalisé deux à cinq voyages en solitaire : le voyage « au féminin » semble bien être un sujet culturellement intéressant que j’ai souhaité approfondir à travers mon mémoire, en analysant la représentation des femmes dans les road movies féminins.

124Par ailleurs, si les récits de voyages au féminin sont bien documentés par la littérature savante, il n’existe pas de livre traitant du road movie3 (littéralement « film de route ») féminin, ni, surtout, aucun livre traitant ce genre (cinématographique) du point de vue du genre (au sens gender). Mon mémoire de recherche étudie donc les road movies menés par des héroïnes féminines, qu’elles soient à pieds ou en voiture, et qui vont à l’encontre des rôles genrés imposés par la société. Ces femmes transgressent les normes de genre et de sexe en prenant la route, se libèrent, mais doivent également se heurter à la domination masculine. Voilà pourquoi ma problématique se présente ainsi : dans les road movies du cinéma des grands espaces, dans quelle mesure la route se fait-elle le révélateur des inégalités sociales de genre et de sexe, tout en étant lieu d’émancipation d’héroïnes féminines ?

125J’étudie d’abord en première partie comment la mobilité des femmes a été réduite à travers les siècles, en partant de théories anthropologiques concernant les sociétés nomades de chasseurs-cueilleurs, pour montrer que cette mobilité a été confinée au domaine du foyer. À travers l’analyse des films de mon corpus [Thelma et Louise (Ridley Scott, 1991), Freeway (Matthew Bright, 1996), Transamerica (Duncan Tucker, 2005), Jolene (Dan Ireland, 2008), Tracks (John Curran, 2014), Gone Girl (David Fincher, 2014), Wild (Jean-Marc Vallée, 2015), Mad Max : Fury Road (George Miller, 2015), American Honey (Andrea Arnold, 2016)], je montre comment le corps féminin lutte entre espace privé féminin et espace public masculin, cherchant à s’émanciper par le voyage. Je me concentre en deuxième partie sur la typologie des voyages féminins présentés dans ces road movies (femmes hors-la-loi et criminelles, en cavale, en quête initiatique…), pour montrer que les héroïnes du genre cherchent à fuir le patriarcat par une « double rébellion », mais sont limitées par des inégalités de genre sur la route. Enfin, ma troisième partie questionne comment les femmes se réapproprient l’espace de la route par l’intermédiaire du road movie. Mon mémoire tente de répondre à plusieurs questionnements : le voyage au féminin serait-il une émancipation ou plutôt synonyme de contrainte des corps pour les femmes ? Prendre la route serait-il un acte de prise de contrôle singulier pour une femme ? Face à un homme, les motivations et les dangers sont-ils différents pour une voyageuse en solitaire ? Et enfin : existe-t-il une transgression des normes de genre (au sens genre cinématographique et genre féminin) dans les road movies féminins ?

Transpériodiques

Camille Boué, « Féminin, femmes et comique dans les pièces d’Aristophane, au prisme des relectures de Serge Valletti », Master 2 Histoire, Civilisations, Patrimoine Parcours Histoire ancienne, dir. Marie Duret-Pujol et Christophe Pébarthe, Université Bordeaux Montaigne, 2017

126« Voilà, c’était ça la grande découverte, c’était que l’homme en mille cinq cents ans n’avait pas changé et qu’on riait exactement des mêmes choses ». Serge Valletti, auteur-comédien contemporain, se lance dans une « re-visitation » des comédies d’Aristophane, poète grec des ve et ive siècles av. J.-C. Son travail, qu’il qualifie aussi de « traduction, translation, actualisation, imitation, contamination, réécriture, […] réinvention ou bien même trahison » débute dans les années 1990, lorsqu’il redécouvre le poète grec à travers la comédie du Ploutos. Il trouve cette dernière, traditionnellement datée de 388 avant notre ère, très moderne. Pourquoi ? Parce qu’elle parle d’argent, d’hommes et de toute une série de problèmes qui semblent intemporels. En effet, si, en relisant Aristophane, Serge Valletti avait découvert que l’homme en mille cinq cents ans n’avait pas changé, si les préoccupations n’ont pas changé, alors, l’Ancien comme le Moderne pouvaient bien rire des mêmes choses.

127En formulant ce truisme, l’auteur-comédien illustre parfaitement l’envergure universelle et éternisante du transcendantal historique que nous avons tous et toutes en commun. C’est-à-dire que nous partageons, depuis la position que nous adoptons dans le monde social, un certain nombre de catégories qui semblent aller de soi. Autrement dit, les évidences, que nous fabriquons forcément à plusieurs (qu’il s’agisse de l’entourage professionnel, familial…) nous dominent et nous contraignent à penser le monde avec des présupposés. Ainsi, lorsque Serge Valletti se persuade que l’homme n’a pas changé depuis mille cinq cents ans, il ne semble pas se demander ce qu’il en est pour la ou plus exactement les femmes. Il prétend d’abord être en mesure de se transposer dans le corps d’un Grec pour comprendre le théâtre d’Aristophane, avec ses catégories de perception du monde. L’adoption de cette position suppose aussi une universalité du rire qui concernerait « l’homme ». Cette conception décrit alors l’existence d’une doxa masculine du rire qui ne peut s’exprimer que dans une société de domination masculine. Cette dernière fait constamment objet d’une justification éternisante et universelle. Elle est constituante du transcendantal historique faisant passer « l’homme avec un grand H » pour le représentant légitime de l’humanité. Ce travail d’éternisation et de naturalisation des catégories genrées, entretenu par l’histoire telle qu’elle a pu être enseignée et appréhendée, pose problème.

128Il se trouve que trois des onze comédies aristophanesques, qui nous sont parvenues entières, ont été qualifiées de pièces féminines. Ces dernières, qui mettent en scène des femmes, ont toujours été abordées à travers une lecture masculine du monde, justifiant une adéquation entre la présence des femmes et le caractère féminin des comédies. Lysistrata, Les Thesmophories et L’Assemblée des femmes ont fait l’objet de débats puisqu’elles apparaissaient comme des œuvres originales, du fait de leur prétention à inverser les rôles de la société de domination masculine athénienne. Dans ces pièces, le « club d’hommes », constitué par les citoyens athéniens, se retrouve confronté à l’inconvenance des femmes athéniennes ou non. Cette inconvenance est directement liée à ce qui va de soi d’attribuer au féminin, dans des sociétés de domination masculine. Ainsi, lorsque Lysistrata propose à toutes les femmes de Grèce, de faire la grève du sexe pour forcer les hommes à arrêter la guerre, elle s’oppose à l’ordre établi par les hommes et pour les hommes. Ces derniers appliquent une politique au masculin régissant un « vivre ensemble » au masculin, au sein duquel les femmes sont bel et bien présentes, même si elles ne possèdent aucun droit politique. Elles sont, au même titre que les Athéniens, des agents sociaux, constituantes du groupe civique. Alors, lorsque Aristophane leur donne la parole, et les laisse se mettre d’accord sur le monde, que se passe-t-il ?

129La lecture des pièces d’Aristophane, au prisme des relectures de Serge Valletti, révèle le potentiel critique du féminin comme « autre » relationnel du masculin. En contraignant l’ordre établi et en le confrontant à ses contradictions, il apparaît comme intrinsèquement politique. En proposant de regarder le monde depuis le féminin, Aristophane ne défend ni la cause des femmes, ni celle des hommes mais peut-être davantage, celle de la démocratie. Si la tragédie offre la possibilité de débattre sur le monde au théâtre, la comédie, parce qu’elle fait rire, n’en est pas moins politique. Accordées au féminin et aux femmes, ces comédies semblent proposer des moyens alternatifs au débat sur le monde. Bien qu’en marge de l’ordre, parce que dominées, les catégories femmes, féminin et comique semblent dès lors devenir de véritables armes de résistance dans des sociétés où le règne du débat semble difficile à maintenir.

Paola Daniele, « Hic est sanguis meus, Prolégomène à une étude anthropologique du sang des femmes », Master 2 de Lettres, Art et Pensée Contemporaine, dir. Jean-François Cottier, Paris 7 – Paris Diderot, 2017

130Le corps féminin est encore aujourd’hui considéré comme le locus abiectus par définition, source d’attraction et de répulsion. Il est caractérisé par ses fonctions maternelles, par le sang menstruel et par un appareil génital – le vagin – qui est une blessure ouverte et une ligne de délimitation entre l’intérieur et l’extérieur. Il y a peu de choses aussi ambivalentes que le sang menstruel des femmes : signum vitae, signum mortis. Sang de la vie et sang de la mort, on le considère encore aujourd’hui comme une malédiction.

  • 15 Jules Michelet, L’Amour, Nabu Press, 2014, p. 226.

131Le travail Hic est sanguis meus se veut un prolégomène à une étude plus approfondie sur le sang des femmes. J’ai voulu poser des bases pour comprendre les causes de cette malédiction associée aux menstruations, malgré les progrès de la science et les découvertes médicales et biologiques récentes. Le sang provoque l’horreur quand il est d’origine menstruelle ou s’écoule lors de l’accouchement. On s’épouvante devant une matrice qui « pleure du sang », devant le « torrent trouble qui exsude si cruellement de la ravine dévastée15 ». Mais d’où proviennent cette gêne et cette angoisse, quels sont les archétypes de notre inconscient individuel et collectif qui sont en jeu ici, dans cet imaginaire trouble et cette beauté monstrueuse ?

132En tant que chorégraphe, j’ai commencé à chercher des réponses aux questions suscitées par le sang menstruel à travers la création artistique. Pour la première fois, en 2013, j’ai montré mon sang menstruel lors d’une performance. Les réactions des spectateurs ont alimenté mon désir de découvrir la cause de cette gêne, voire d’un manifeste dégoût face à ce fluide rouge qui s’écoule du sexe de la femme tous les mois.

  • 16 Enquête conduite par entretien, de 2013 à 2016, avec des femmes de tout âge, en France, Italie, All (...)

133Ce mémoire de Master trouve son origine dans le désir de mener un travail personnel de long terme sur le sang. C’est une enquête littéraire et anthropologique, que j’ai entreprise pour des raisons personnelles. Elle s’inscrit dans le champ des études féministes. Cette recherche me donne aussi l’opportunité de rassembler tout le matériel que j’ai précieusement réuni au cours de ces dernières années. Le fil rouge est la perception du corps de la femme, la symbolique du sang et son rapport avec le sacré. Ma recherche repose également sur une enquête menée au moyen d’entretiens auprès d’une cinquantaine de femmes16, les questions portant sur le rapport au sang et à sa perception ainsi que sur l’expérience vécue lors de la ménarche. Les principaux outils mis en œuvre sont en lien avec les théories du féminisme et de l’anthropologie culturelle.

  • 17 Monique Wittig, La pensée straight, Paris, Éditions Balland, 2001, p. 53.

134Mon mémoire s’articule en deux parties. La première s’interroge sur les représentations scientifiques anciennes et sur l’imaginaire du vagin et des menstruations. Ces représentations se fondent sur des théories, des mythes ou des rites qui construisent le corps de la femme comme une entité inférieure, sale et monstrueuse. Tota mulier in utero : la figure féminine des anciens traités gynécologiques reflète l’image d’une femme qui avait pour unique fonction de procréer. Pendant des siècles, l’ignorance a régné et cette image de la femme inférieure, mais indispensable à la survie de l’espèce, est demeurée immuable : « l’idée que ce qui seul définit une femme, c’est sa capacité à faire un enfant » comme l’écrit Monique Wittig17. L’horreur envers la différence du sexe féminin a donné vie à une série de représentations tératologiques analysées grâce aux théories féministes contemporaines dans leur signification « latente ».

  • 18 La Bible, Cantique des cantiques, 5 :10.

135La seconde partie intitulée « Le sang des femmes : hagiographie, mythes et rites » explore l’univers du sacré, en questionnant dans la tradition chrétienne cette mystique et cette hagiographie du « vermeil bien-aimé18 ». Ici encore il s’agit d’une enquête anthropologique autour de ce « sang mauvais ». Nous rappellerons d’abord le tabou au sujet du sang des femmes dans La Bible et plus spécifiquement dans le Lévitique, sans doute l’un des premiers textes sacrés qui énonce et formalise l’impureté de la femme et de ses menstruations. Puis sont évoquées les cas de quelques saintes afin d’observer de quelle manière le fait d’avoir un jugement sur l’écoulement mensuel avait un effet direct sur le contrôle du corps de la femme dans la société. Après cette hagiographie liturgique, ce chemin de sang se termine avec le « dévoilement » des superstitions et des rites magiques de la culture populaire liés au sang des femmes et à la préparation de philtres d’amour avec les menstruations. Cette analyse met en lumière l’amalgame symbolique du sacré et du profane qui, d’un côté comme de l’autre, condamne le destin de la femme.

136Mon parcours se présente ainsi plutôt comme une déambulation d’abord dans le monde profane, puis dans le monde sacré, pour déceler les discours et les représentations négatifs que l’on a apposés sur les menstruations féminines. L’idée est de montrer les limites de ces discours encore hégémoniques. Le détour par l’Antiquité permet de mesurer la longévité des représentations, mais aussi d’adopter un regard anthropologique distancié sur les discours contemporains. Ce travail se présente comme une collection de sources sur les représentations, mais aussi comme une étude féministe destiné à nettoyer les vieux discours du patriarcat sur le sang des femmes.

137Le chemin de sang parcouru à l’aide des théories féministes et des différentes lectures socio-anthropologiques n’est qu’une première étape pour poser les bases d’une étude anthropologique minutieuse sur le sang des femmes. Une telle étude devra régler ses comptes avec le matérialisme corporel, l’identité et la différence sexuelle. Si le sexe est l’objet d’une construction, comme le rappelle Elsa Dorlin, le sang menstruel peut-il être, encore aujourd’hui, considéré comme un symbole d’identité féminine ?

Yasmine Modestine, « Noires mais blanches, blanches mais noires : figures féminines noires ou métisses au théâtre de Cléopâtre à Ourika », master 2 en études théâtrales, Arts et Médias, option théâtre, dir. Sylvie Chalaye, Université Sorbonne Nouvelle, 2017

138Ce mémoire analyse la place de la femme noire dans les écritures et représentations théâtrales à mesure que l’Europe entre dans l’esclavage. En s’appuyant sur les arts plastiques et l’histoire, cette recherche se propose d’établir le rôle de femme noire au théâtre, ce que noire signifie, ce que femme implique. Les pièces étudiées reflètent les tensions des sociétés coloniales françaises et anglaises et montrent la construction dans le temps du regard européen sur la femme noire.

139Des recherches archéologiques récentes ont mis en évidence la présence de femmes noires en Angleterre et en France dès le IIe siècle. Leur trace n’est pas effacée quand la traite commence. Au xve siècle, des femmes noires - toutes ne sont pas esclaves - vivent dans les cours européennes. Isabelle d’Este offre des jeunes filles noires à ses amies. En Ecosse, des Mores lasses vivent à la cour de James IV et la black lady récompense le gagnant de tournois. Tableaux et sculptures témoignent de cette présence féminine noire. Qu’en est-il au théâtre ? Quand et comment les auteurs français et anglais, qui se lisent et se traduisent, s’emparent-il des figures de la femme noire, qu’en font-ils entre les débuts de la traite et l’ère industrielle ?

140A la fin de la Renaissance anglaise, des Africaines naissent sur la scène (Antoine et Cléopâtre, The Masque of Blackness), témoins d’un résiduel positif sur l’Afrique et du désir colonial de James I. Cléopâtre incarne une Egypte construite en opposition à Rome : l’une féminine, l’autre masculine ; l’une débridée, l’autre vertueuse ; et l’une, noire, l’autre, blanche. La reine se décrit elle-même « noire des amoureux pincements du soleil ». Shakespeare s’inspire d’auteurs de l’Antiquité pour qui les Egyptiens sont noirs. Il n’y a pas de trace des premières représentations, mais dès le xviie siècle, le rôle est joué par des actrices blanches. Il faut attendre 2017 à la Royal Shakespeare Company, pour qu’une actrice noire puisse dire “moi qui suis noire”. Une autre reine noire apparaît dans la représentation du Masque of Blackness en 1605 à la cour d’Angleterre : La reine Anne peinte en noire incarne une des filles du roi Niger. Celles-ci ayant appris que la blancheur était à la mode – comme dans l’aristocratie – veulent blanchir. La représentation fait scandale. Les deux pièces traduisent la poussée coloniale, la montée du préjugé, la construction de l’identité blanche et la résistance de l’Afrique.

141Cinquante ans plus tard, Corneille règle la question de la couleur. Dans l’argument d’Andromède, il trouve invraisemblable qu’Andromède, éthiopienne, soit noire. S’il s’inspire d’Ovide pour qui Andromède est noire, pour lui, Persée, blanc, ne pourrait être amoureux d’une Andromède noire. Entre Shakespeare et Corneille, la traite a pris son essor, les ports normands dont Rouen, ville de Corneille, sont très actifs.

142Ce blanchiment devient alors une constante au théâtre fabriquant le déni européen pour les siècles à venir. Si les personnages royaux se conçoivent encore en littérature à la fin du xviie siècle, ils sont esclaves. Avec Oroonoko, Aphra Behn crée un couple noir jusqu’ici inexistant, mais les adaptations théâtrales blanchissent la noire Imoinda, signifiant ainsi aux londoniennes le danger qu’elles courent à sortir du patriarcat.

143Au xviiie siècle, L’île des esclaves permet à Marivaux une remise en cause masquée de l’esclavage des noirs en faisant un parallèle avec celui de la Grèce antique, remise en cause niée dans les lectures d’aujourd’hui. Avec La Dispute, Marivaux, précise – pour la première fois en France – la couleur de peau noire de deux personnages de domestiques asexués et troubles. La pièce est ambigüe, mais Carise, la femme, ose dire à des enfants blancs « nous sommes vos maîtres ! ». Est-ce cela qui voue la pièce à l’échec ?

144Impossibilité d’une vie propre, du mariage et du métissage, ces thèmes se retrouvent dans le roman de Claire de Duras, Ourika (1823), l’histoire d’une jeune fille noire élevée par des nobles, prise dans le conflit d’un amour interdit. Le parallèle entre le tabou de l’inceste et celui du métissage insiste sur le caractère anxiogène de ce dernier.

145Les adaptations d’Ourika ne pouvant blanchir le rôle-titre, le transforment. Les comédies qui en sont inspirées exotisent Ourika, l’envoient dans une Afrique fantasmée ou la font mourir. Au contraire du roman, les pièces sont des échecs. Argument avancé par les critiques : « la couleur noire ne plaît point au théâtre ; elle n’intéresse pas, elle dégoûte souvent. »

146Au xixe siècle, les métisses qui passent pour blanches vont servir d’argument abolitionniste. Le romantisme s’empare de cette trace noire qui renouvelle le personnage torturé.

147Ainsi est-on témoin d’un double mouvement. D’une part, on passe d’une femme noire noble à une esclave. D’autre part, les rôles sont blanchis ou noircis, suivant que le personnage est désirable, ou pas, comme si ce double statut, femme et noire, cause une anxiété trop grande pour être représenté.

Autres mémoires ayant concouru pour le prix Mnémosyne

Histoire médiévale

148Lucie Gondret, « Les femmes et les féminités dans les relations diplomatiques, économiques et culturelles entre le monde franc et les îles anglo-saxonnes viie-xe siècles », Master 2 en Histoire des civilisations méditerranéennes, européennes et moyen-orientales, dir. Bruno Dumézil, Université Paris Nanterre, 2017

Histoire moderne

149Kathleen Moliner, « L’identité féminine nobiliaire dans la seconde moitié du xviiie siècle, au prisme des meubles et vêtements d’apparat », master d’histoire économique et sociale, dir. Stéphane Blond, Université d’Évry-Val d’Essonne, 2017

Histoire contemporaine

150Jennifer Firmin-Brihier, « Les représentations de sexe et de genre du personnel pénitentiaire », Master 2 Genre(s), Pensées des différences, Rapports de sexe, dir. Hélène Nicolas, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, 2017

151Sarah Intili, « La création continuée de Gomorrhe dans À La Recherche du Temps Perdu de Marcel Proust : la violence féminine et ses traces comme vecteurs poïétiques », master 2 Lettres modernes, dir. Aude Leblond, Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), 2017

152Cyrielle Joly, « Partir pour exister : Architectes, Exilées, Femmes », Master 2 Recherche architecture, dir. Andrea Urlberger, École nationale supérieure d’Architecture de Toulouse, 2017

Transpériodes

153Elise Escalle, « Énoncés musicaux, genres et sexualités », master 2 « Histoire et actualité de la philosophie », dir. Judith Revel, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2016

Haut de page

Notes

1 Henri Hauser, « Le travail des femmes aux xve et xvie siècles », Revue Internationale de sociologie, n° 5, mai 1897.

2 Françoise Thébaud dans Georges Duby et Michelle Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident. Le xxe siècle, Paris, Perrin, 2002, p. 358.

3 Terme forgé par Michèle Le Dœuff, défini comme « un code déterminant ainsi qui a le droit de parler, à qui, où, sur quels sujets, pour dire quoi et sur quel ton, afin de pouvoir généraliser et nommer ce dont il faudrait se débarrasser », Le sexe du savoir, Paris, Aubier, 1998, p. 116.

4 Fanny Cottençon, Virginie Despentes, Coline Serreau, Le Monde.fr, mai 2012, consulté le 14 avril 2015, http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2012/05/11/a-cannes-les-femmes-montrent-leurs-bobines-les-hommes-leurs-films_1699989_3232.html

5 « Manifesto », présentation sur le site du Deuxième Regard, consulté le 14 avril 2015, http://www.ledeuxiemeregard.com/lassociation/manifesto/

6 Justine Le Moult et Amanda Postel, Site de l’association Osez le féminisme !, 22 octobre 2014, consulté le 14 avril 2015 : http://www.osezlefeminisme.fr/article/gone-girl-ou-largumentaire-des-masculinistes.

7 Julia Beyer, « Gone Girl : Fincher dégradé par les féministes », Le Figaro.fr, 29 octobre 2014, consulté le 11 juin 2015, http://www.lefigaro.fr/cinema/2014/10/29/03002-20141029ARTFIG00353-gone-girl-fincher-degrade-par-les-feministes.php

8 Nicole Racine, Michel Trebitsch, Françoise Blum (dir.), Intellectuelles. Du genre en histoire des intellectuels, Bruxelles, Éditions Complexe, 2004.

9 Christophe Prochasson, « Dick May et le social », in Colette Chambelland (dir.), Le Musée social en son temps, Paris, Presses de l’École Normale Supérieure, 1998, p. 43.

10 Susan Stryker, « Transgender History, Homonormativity and Disciplinarity », Radical History Review, vol. 100, 2008.

11 Journal émanant du parti communiste (KPD).

12 Journal des socialistes indépendants (USPD).

13 Journal des sociaux-démocrates (SPD).

14 Journal des pacifistes.

15 Jules Michelet, L’Amour, Nabu Press, 2014, p. 226.

16 Enquête conduite par entretien, de 2013 à 2016, avec des femmes de tout âge, en France, Italie, Allemagne dans le cadre des expositions du collectif Hic Est Sanguis Meus.

17 Monique Wittig, La pensée straight, Paris, Éditions Balland, 2001, p. 53.

18 La Bible, Cantique des cantiques, 5 :10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Masters candidats au Prix Mnémosyne 2017 », Genre & Histoire [En ligne], 23 | Printemps 2019, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/4361

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page