Navigation – Plan du site

AccueilNumeros25Histoire des femmes et du genre d...Écrire l’histoire des femmes musu...

Histoire des femmes et du genre dans les sociétés musulmanes : renouveaux historiographiques

Écrire l’histoire des femmes musulmanes en Europe du Sud-Est. Archives associatives et trajectoires d’engagement en Bosnie dans la première moitié du xxe siècle

Writing the history of Muslim women in south-eastern Europe. Voluntary organization archives and trajectories of engagement in Bosnia in the first half of the twentieth century
Fabio Giomi

Résumés

Cet article s’interroge sur les possibilités et les limites des sources associatives pour l’écriture de l’histoire des femmes musulmanes pendant la première moitié du vingtième siècle. Il le fait à partir d’un contexte particulier : celui de l’espace yougoslave, et plus précisément de la Bosnie-Herzégovine, où les archives publiques n’ont gardé presque aucun ego-document. A cette fin, on s’interrogera sur trois corpus de sources, en mettant en avant leur intérêt et leur particularité : les statuts d’association, la presse et les rapports des bureaux. On montrera combien les sources associatives peuvent être un instrument précieux de connaissance de l’histoire des femmes et de leur relation avec l’espace public. Ce faisant, on essaiera de contrer le discours historiographique dominant qui décrit les femmes musulmanes de l’espace yougoslave comme passives, invisibles et opprimées jusqu’à leur libération octroyée par le Parti communiste après 1945.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Francisca De Haan, Krassimira Daskalova & Anna Loutfi (dir.), A Biographical Dictionary of Women’s (...)
  • 2 Pour un état de la recherche en histoire des femmes et du genre qui essaie de mettre en dialogue Ba (...)

1La parution en 2006 d’un dictionnaire biographique consacré à l’histoire du mouvement des femmes dans l’Europe centrale, orientale et du Sud-Est, a constitué une avancée majeure dans l’historiographie sur une région du continent où, suivant le récit dominant, on avait longtemps cru qu’il n’y avait tout simplement pas eu de féminisme1. Fruit d’une collaboration de longue haleine impliquant plusieurs dizaines de chercheuses, sous la direction d’un groupe d’historiennes proches de l’Université de l’Europe Centrale de Budapest – Francisca De Haan, Krassimira Daskalova et Anna Loutfi –, cet ouvrage imposant dresse le portrait de plus de 150 femmes, et de quelques hommes, qui ont joué un rôle majeur dans l’organisation d’un mouvement des femmes dans une région située au croisement de trois espaces impériaux – habsbourgeois, tsariste et ottoman – qui, après la Grande Guerre, a été partagée entre une vingtaine d’États-Nations. Faisant de la biographie la porte d’entrée de son enquête, ce dictionnaire offre un riche tableau des engagements féminins à travers les xixe et xxe siècles, en faisant la part belle aux variations diverses qu’impliquaient les appartenances nationale, idéologique, confessionnelle et de classe. Loin d’apparaître absent ou même marginal par rapport à son équivalent plus nord-occidental, le féminisme de cette Europe y retrouve enfin le rôle important qu’il a joué dans les évolutions des Empires continentaux et de leurs États successeurs. Pourtant, une absence frappera l’attention du lecteur qui consultera attentivement la table des matières de l’ouvrage : celle des femmes musulmanes de l’Europe du Sud-Est, oubliées parmi les oubliées. Dans tout le volume, seules ont droit à une mention les femmes engagées turcophones qui ont fait d’Istanbul leur centre d’activité, et que l’historiographie turque, depuis les années 1980, qualifie de « féministes ottomanes2 ».

  • 3 À propos de ce renouveau historiographique, voir l’Introduction de ce dossier par Lucia Sorbera et (...)
  • 4 Xavier Bougarel et Nathalie Clayer, Les musulmans de l’Europe du sud-est. Des Empires aux États bal (...)

2Une telle absence semble donc être doublement exceptionnelle, à la fois par rapport aux femmes non-musulmanes des Balkans, et comparativement à leurs homologues du Moyen-Orient, sur lesquelles existent désormais des historiographies de plus en plus riches, l’Égypte se taillant ici la part du lion3. Au tournant du siècle, les populations musulmanes représentaient pourtant bien un tesson important dans la mosaïque confessionnelle de la région balkanique4. Pour comprendre ce désintérêt, on serait d’abord tenté de croire au discours historiographique, longtemps dominant en Europe du Sud-Est, selon lequel l’État socialiste qui s’est installé en 1945 aurait le premier pris l’initiative de « libérer » les femmes musulmanes en leur permettant l’accès à un espace public qui leur serait resté hermétiquement fermé jusque-là. Cette narration politiquement intéressée construit donc un « avant », sorte de préhistoire où des femmes enfermées dans la « double prison » de la maison et du voile n’auraient pas même été effleurées par les changements historiques qui avaient précédé la révolution socialiste, et un « après », fait de participation à la lutte antifasciste et de conquête des droits politiques et sociaux. Ce récit fit de la fin de la Deuxième Guerre mondiale le point de bascule obligé qui aurait permis aux femmes de devenir des sujets à part entière de la cité pour la toute première fois de leur histoire. Plus encore, leur dévoilement – soigneusement mis en scène le plus souvent – pouvait aux yeux du nouveau régime représenter, par métonymie, la palingenèse socialiste de la société tout entière.

  • 5 Senija Penava, « Izvori i literatura o problemima emancipacije muslimanske žene u Bosni i Hercegovi (...)
  • 6 Mina Kujović, « Ko su bile prve nastavnice u Muslimanskoj osnovnoj i višoj djevojačkoj narodnoj ško (...)
  • 7 Adnan Jahić, Muslimansko žensko pitanje u Bosni i Hercegovini (1908-1950), Bošnjačka nacionalna zaj (...)
  • 8 Voir la recherche doctorale en cours de Ninja Bumann à l’Université de Vienne.
  • 9 Fabio Giomi, Making Muslim women European. Voluntary associations, gender and Islam in post-Ottoman (...)
  • 10 Stefan-Ludwig Hoffmann, Civil Society, 1750-1914, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2006, p. 17.
  • 11 Geneviève Dermenjan, Jacques Guilhaumou et Martine Lapied (dir.), Femmes entre ombre et lumière. Re (...)

3L’histoire des femmes dans les Balkans ne constitue pas en outre un terrain complètement vierge. Prenons le cas de la Bosnie-Herzégovine, région qui, après avoir été intégrée dans l’Empire ottoman pendant plusieurs siècles, est occupée (1878) et ensuite annexée (1908) par l’Autriche-Hongrie, avant d’être intégrée dans le premier État yougoslave (1918-1941). Déjà dans les années 1980, des historiennes ont cherché les moyens d’aborder l’histoire des femmes musulmanes de la région et proposé des pistes de recherche5. Celles-ci, il est vrai, n’ont guère eu de suites : l’éclatement de la guerre de dissolution yougoslave (1991-1995), qui en Bosnie a pris des proportions particulièrement atroces, n’a pas épargné le monde universitaire. Les chercheuses et chercheurs sensibles au genre se sont alors concentrés sur l’actualité de la guerre, puis sur ses conséquences particulièrement dramatiques sur les femmes de l’après-guerre. Ce n’est donc que récemment que les décennies qui précèdent 1945 ont fait l’objet d’un regain d’attention. L’initiative est venue de chercheurs et chercheuses, situés souvent aux marges de la production historiographique professionnelle, grâce au soutien d’ONG internationales et parfois depuis l’étranger, qui se sont essayés à croiser l’expérience féminine des décennies de transition entre Empire ottoman et État yougoslave malgré une pénurie radicale d’ego-documents. Certains se sont tournés vers les sources scolaires6, tandis que d’autres privilégiaient les archives des institutions religieuses islamiques7, ou bien celles des tribunaux de droit islamique qui jusqu’en 1945 exerçaient leur juridiction sur la famille, le statut personnel et les fondations pieuses8. Dans mon propre cas, c’est sur un autre corpus que j’ai choisi de mener l’enquête pour réaliser ma thèse doctorale, celui des associations et de leurs sources9. Connues dans la région sous les divers noms qu’elles ont pris en serbo-croate – udruženje, udruga, društvo, klub - les associations ont été depuis leurs débuts perçues par les contemporains comme des organisations éminemment « modernes ». Au tournant des xixe et xxe siècles, en pleine période habsbourgeoise, la région connut la même « rage de s’associer10 » qui avait saisi les sociétés américaine et européenne de la même époque, et qui se poursuivit dans l’entre-deux-guerres. Comme j’ai pu le constater au fil de mes recherches, des centaines de branches associatives différentes, parfois très éphémères, parfois capables de survivre aux guerres et aux changements de régime, ont jalonné l’histoire de la région yougoslave, impliquant dans leurs activités plusieurs milliers, puis dizaines de milliers de personnes chaque année. Largement mobilisées par les travaux qui s’intéressaient aux enjeux de la nationalisation, les sources associatives ne l’ont été que rarement par les historiennes et les historiens travaillant sur les femmes et le genre, même si elles ont joué un rôle majeur dans la construction de la « visibilité sociale11 » des femmes. Mon hypothèse, que j’aimerais exposer dans cet article, voit dans les sources associatives un instrument précieux de connaissance de l’histoire des femmes et du genre dans la mesure où il permet de mettre en lumière la relation des femmes musulmanes de Bosnie à l’espace public, au cours de l’époque post-ottomane. Pour présenter mes réflexions méthodologiques et les acquis de mon enquête, je partirai des trois corpus de sources que j’ai utilisés en mettant en avant leur intérêt et leur particularité : les statuts associatifs, les journaux d’association et les rapports des bureaux.

Les statuts d’association ont-ils un genre ?

  • 12 Sur la culture associative comme objet d’analyse historique, voir les nombreux travaux de Maurice A (...)

4Il n’est pas évident, y compris pour l’historien appliqué, de s’enthousiasmer à la lecture des statuts associatifs. Très répétitifs et standardisés, ces documents témoignent pourtant de la technologie progressivement mise en place pour faciliter la création des institutions de droit privé que sont les associations, et qui en ont accompagné la prolifération à la fois sociale et géographique. Pas étonnant dès lors, grâce au régime d’autorisation, que les archives en régurgitent : on trouve des statuts (en serbo-croate, pravila) à la fois dans les fonds d’archive des associations (quand ils ont subsisté) et dans les archives de l’administration étatique - ministères parfois, mais plus souvent aux échelons préfectoraux et municipaux - qui, selon la loi, étaient appelées à approuver la création des associations, puis à les surveiller. L’organisation en articles permet à ces textes de fixer précisément les objectifs de l’association, les critères d’adhésion, ainsi que les fonctions incombant à chaque membre. Ils affirment aussi noir sur blanc les principes de fonctionnement attendus de toute vie associative qui se respecte : élection des postes de direction, comptes rendus écrits de l’activité, décisions prises à travers des assemblées régulières12. Le statut semble posséder une vertu maïeutique : à travers lui, un groupe d’individus se fait organisation collective autonome, tout en acceptant par-là la soumission à l’État et à ses lois. Le comparer aux constitutions n’est pas complètement tiré par les cheveux, car les deux familles de textes, toute proportion gardée, se veulent des actes fondateurs d’une communauté et en fixent les règles de fonctionnement. Et, tout comme l’étude des constitutions nous renseigne sur les relations et les hiérarchies entre hommes et femmes à l’œuvre dans une communauté politique déterminée, le statut associatif peut nous livrer des enseignements similaires sur cette « communauté d’intérêt » qu’est l’association. Ce corpus de sources doit certes être abordé avec circonspection, puisque les règles écrites ne déterminent pas entièrement les dynamiques à l’œuvre entre les associés des deux sexes, ni leur expérience dans le quotidien du travail associatif. Néanmoins, négliger complètement les statuts serait injuste. À travers leur vocation à fixer les règles de fonctionnement d’une collectivité, ces textes représentent un genre fort intéressant pour les historiens du social, y compris pour ceux qui s’intéressent aux femmes et au genre.

  • 13 Ahmet Ðumišić, Ko smeta napretku i prosvjećivanju muslimana, a osobito muslimanki ?, Izdanje musl. (...)
  • 14 Dževad beg Sulejmanpašić, Jedan prilog rješenju našeg muslimanskog ženskog pitanja, Daniel & A. Kaj (...)
  • 15 Xavier Bougarel, « Le Reis et le voile : une polémique religieuse dans la Bosnie-Herzégovine de l’e (...)

5En premier lieu, l’étude sérielle des statuts permet de dater avec une relative précision le moment où les femmes musulmanes s’approprient l’outil associatif, ou du moins où elles en gagnent l’accès officiellement. En effet, entre 1919 et 1920, les statuts des premières organisations féminines musulmanes sont soumis aux autorités, pendant que les statuts des organisations existantes sont formellement amendés pour en permettre l’accès aux femmes. L’engagement des femmes musulmanes dans les associations est un peu plus tardif par rapport aux femmes non-musulmanes de la province, qui commencent – en particulier les serbes-orthodoxes – à s’engager déjà pendant le dernier tiers du xixe siècle. Et pour cause : impliquant des réunions semi-publiques, des contacts réguliers avec des personnes des deux sexes extérieurs au cercle familial, une mobilité et des prises de parole publique, l’engagement associatif rentrait en conflit avec le régime de genre en vigueur chez les populations musulmanes urbaines, et à son injonction à la ségrégation sexuelle doublée – dans un contexte pluri-religieux comme celui de la Bosnie - d’une séparation confessionnelle. Dans les mois qui suivent la fin de la guerre, ces attentes sociales sont ébranlées par une conjonction de facteurs. L’effondrement économique qui affecte la région, amplifié par l’affaiblissement de l’élite de propriétaires fonciers musulmans (begovat) à la suite du conflit et de la réforme agraire (1919), jusqu’alors moteur de la charité traditionnelle, pousse une partie de l’élite musulmane masculine à reconsidérer leur vision des mœurs. On trouve une formulation de cette (timide) remise en cause chez le philanthrope musulman de Banja Luka Ahmet Đumišić, qui dans un pamphlet de 1919, invite ouvertement les femmes « qui ont assez de temps et moyens » à venir en aide aux « sœurs pauvres, à côté de [leurs] maris et de [leur] communauté13 ». Il s’agit bel et bien d’un appel aux femmes à s’engager dans les réseaux philanthropiques musulmans. Si une partie des notables traditionnels, y compris des fonctionnaires religieux, semblent au moins tolérer ces nouvelles formes d’engagement en les considérant comme une nécessité devenue inévitable, l’idée d’un accès franc et entier des femmes musulmanes à l’espace public fait le plus souvent l’objet d’un net rejet. Une illustration en est fournie la même année par les réactions au pamphlet que Dževad Sulejmanpašić, journaliste de Sarajevo éduqué à Zagreb et à Vienne, qui prônait ouvertement l’abandon du voile, afin de favoriser l’intégration économique, sociale et politique des femmes et, par elles, des populations musulmanes tout entières. Publié en 1918, ce texte – qui se termine par l’injonction « dévoilons les femmes !14 » – est attaqué par les oulémas de Sarajevo, brûlé en public, pendant qu’une foule en colère s’attaque à l’auteur jusque dans sa maison15. L’ouverture des associations aux femmes, par l’évolution de leurs statuts, ne doit donc pas cacher les tensions parfois intenses que celle-ci a suscitées.

  • 16 Pravila Osvitanja, udruženja muslimanki, Islamska dioničarska štamparija, Sarajevo, 1919.
  • 17 Nusret Kujraković, « Osvitanje. Prvo udruženje muslimanki u Bosni i Hercegovini », Prilozi, 38, 200 (...)

6À la rédaction des statuts revenait donc la lourde tâche de tracer le chemin étroit entre injonctions à la ségrégation, besoins sociaux et attentes individuelles. Prenons l’exemple d’Osvitanje (« Aube »), première association philanthropique féminine musulmane de la région, dont le statut est déposé au début du 1919 à Sarajevo16. Le document crée une structure associative assez classique, où toutes les charges – présidence, secrétariat etc. – sont déclinées au féminin, et où tout le pouvoir décisionnel est dans les mains de ses membres « femmes et musulmanes ». Ce texte constitue donc l’instrument et l’affirmation d’une véritable autonomisation des femmes, leur permettant de se retrouver, discuter, voter, prendre des initiatives sans avoir à se soumettre formellement à aucun pouvoir, autre que celui de l’État, au nom de l’entraide communautaire. C’est une demi-douzaine de femmes musulmanes d’une vingtaine d’années, les premières enseignantes diplômées de la région, qui se rendent au siège du Gouvernement Provincial de Sarajevo pour le déposer. La fondatrice, Hasnija Berberović, qui devient la première présidente de l’association, avait obtenu son diplôme d’enseignante en 1917, et elle était très proche des milieux des intellectuels progressistes musulmans de son temps. Cette expérience marque pour cette femme célibataire et – comme les sources nous l’apprennent – non-voilée (otkrivena), une longue trajectoire d’engagement associatif. Toujours parmi les fondatrices, on retrouve Šefika Bjelevac, l’une des premières femmes musulmanes à écrire dans la presse musulmane avant la guerre, et femme d’un écrivain bien intégré dans les milieux intellectuels de la ville. Leur autonomie économique, unie à la légitimité tirée de leur capital culturel et relationnel, permet à ce groupe de créer la première organisation de femmes musulmanes qui, en moins d’un an, saura s’élargir jusqu’à 300 membres dans toute la Bosnie, et dont le succès durera plusieurs années17.

  • 18 Arhiv Bosne i Herzegovine (ABiH), ZV2, 18/26/29, Muslimanska ženska zadruga. Pravila, Mostar, 1919, (...)
  • 19 *ibidem, p. 17.
  • 20 Arhiv Hercegovačko-Neretvanskog Kantona (AHNK), Muslimanska ženska zadruga Mostar, 12, Procès-verba (...)
  • 21 Arhiv Jugoslavije (AJ), 14, 63/194/2 Pravila “Bratstvo”, muslimansko dobrotvorno društvo u Gornjem (...)

7Les cas de statuts associatifs de ce genre, qui assignent explicitement l’ensemble du pouvoir décisionnel aux femmes, restent toutefois l’exception chez les musulmans de Bosnie, et toujours limités à la ville de Sarajevo. Ailleurs, les statuts relèvent d’architectures bien plus complexes et créatives, avec une constante visant à limiter l’autonomie, parfois même la visibilité, des femmes musulmanes dans le travail associatif. Si l’on regarde le statut de la Muslimanska ženska zadruga (« Association des femmes musulmanes ») de Mostar, contemporaine à quelques mois près d’Osvitanje, l’engagement féminin y est organisé de façon bien différente. Le texte en effet prévoit une structure associative binaire, avec d’un côté un Comité de direction (Upravni odbor), entièrement masculin et véritablement en charge du pouvoir décisionnel, notamment dans le domaine budgétaire, et un Comité de travail (Radni odbor) exclusivement féminin, nommé par le comité de direction et avec des fonctions uniquement exécutives18. Aucune autonomisation majeure n’est donc à l’horizon ici, mais plutôt la construction d’une association mixte où la présence des femmes est encadrée et mise au service d’un agenda élaboré par des hommes. Un statut de ce genre – qui d’ailleurs sera refusé par le Gouvernement Provincial, pas assez convaincu de la nécessité de ces structures parallèles19 – n’est pas surprenant si on prend en compte les particularités locales de Mostar. Cette petite ville d’Herzégovine ne disposait pas d’un cadre d’enseignantes musulmanes comparable à celui de Sarajevo, et les notables hommes de la ville y occupaient une place incontournable dans la vie de la communauté, jusqu’à prendre l’initiative de la création de l’association20. Une telle complexité n’est pas la norme, mais elle n’est pas unique. Encore en 1929 par exemple, l’association philanthropique musulmane Bratstvo (« Frairie ») de Gornji Šeher, un village dans le Nord de la province, demande l’approbation d’un statut qui, tout en affirmant que les femmes peuvent en être membres, établit que « les femmes musulmanes n’ont pas le droit de participer aux assemblées, ni d’être élues dans le comité de direction » ; pour participer aux décisions, le statut prévoyait donc que celles-ci pourraient « envoyer leur vote par la poste, accompagné par une délégation [écrite], signée à la présence de deux témoins21 ». Ces deux statuts me semblent révélateurs des injonctions contradictoires des élites musulmanes de l’époque, tiraillées entre l’envie et le besoin d’intégrer les femmes dans la « force de travail » associative, tout en gardant un contrôle sur leurs actions, ou bien – comme dans le cas de Bratstvo – de préserver certaines formes de ségrégation entre les sexes.

  • 22 “Sa Gajretove skupštine”, Obrana, 10, 29 mai 1920, p. 2, italique de l’auteur.
  • 23 Ibrahim Kemura, Uloga Gajreta u društvenom životu Muslimana Bosne i Hercegovine 1903-1941, Sarajevo (...)

8Une autre manière de discipliner l’accès des femmes musulmanes aux associations apparaît dans notre corpus de statuts. La création de branches (sekcija, odbor, pododbor) féminines à l’intérieur d’associations mixtes vaut autant pour les associations philanthropiques que culturelles musulmanes. Dans la première catégorie, on trouve par exemple Budućnost (« Futur ») de Banja Luka ou Merhamet (de l’ottoman, « Compassion ») de Sarajevo, qui se dotent de branches réservées aux femmes. Ce sont cependant surtout les associations dites culturelles qui inscrivent de cette façon l’engagement féminin dans leurs statuts. Une des plus importantes était Gajret (de l’ottoman, « Effort »), fondée en 1903 à Sarajevo pour favoriser la scolarisation des musulmans. L’association élargit son champ d’intervention à la fondation de salles de lectures, d’internats, de journaux, ainsi qu’à l’organisation de conférences, de cours de broderie et d’alphabétisation, sans oublier les événements divertissants tels que fêtes, concerts et pique-niques. Au printemps 1920, la branche centrale de l’association, dont le siège est à Sarajevo, modifie son statut indiquant que l’association est ouverte aux « musulmans et musulmanes22 », et indique que ces dernières seront intégrées dans des « branches locales féminines » (ženski mjesni odbori), à côté de « branches locales » (mjesni odbori) sans spécification mais réservées aux hommes. Véritable berceau des musulmans éduqués et autoproclamés « progressistes » (naprednjaci), Gajret comptait 170 branches masculines et 18 féminines au début des années 1930, avec 20 000 hommes et 4 000 femmes inscrites, ce qui en faisait la plus importante association musulmane de la Yougoslavie23.

  • 24 Istorijski Arhiv Sarajevo (IAS), M9, Pravilnik o poslovanju ženskog odbora muslimanskog dobrotvorno (...)
  • 25 Jacky Hummel, « Les préambules de constitution : une forme du ‘genre littéraire utopique’ ? », Revu (...)

9Si d’un côté la création de branches féminines formalise l’ouverture d’un espace alloué à l’engagement des femmes, elle relègue de l’autre cet engagement au deuxième rang et exclut ces dernières de la prise de décision. Cela est vrai en particulier des associations philanthropiques, dont les statuts établissent noir sur blanc – c’est le cas de Merhamet – que sa propre branche féminine n’a guère d’autonomie financière, ni le droit de représenter l’association auprès de l’extérieur24. La subordination des femmes aux activités des hommes n’est pas moins vraie dans la « progressiste » Gajret, même si les restrictions ne s’inscrivent pas dans le statut mais dans la pratique. En effet, cette association avait fait son cheval de bataille de la diffusion d’un modèle de féminité propre aux classes moyennes urbaines du reste de la Yougoslavie, incarné notamment par un abandon graduel du voile, et permettait dans son statut à chacun.e de ses membres de siéger dans le comité directif. Dans la pratique toutefois, aucune femme n’a jamais été élue dans la branche centrale de l’association, où étaient prises les décisions importantes, notamment budgétaires. Ces exemples montrent bien comment les statuts, comme les constitutions, sont des textes constamment traversés par la « tension […] entre l’idéal poursuivi ou espéré et la réalité des faits sociaux25 », entre le régime de genre présent et celui du futur qu’on veut construire, entre hésitations et incohérences.

Lire entre les lignes : la presse associative

  • 26 Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, II, Paris, Les Éditions Gallimard, 1992 [1840] (...)
  • 27 Bougarel, Le reis et le voile, op. cit.
  • 28 Fikret Karčić, Društveno-pravni aspekt islamskog reformizma, Islamski Teološki Fakultet, Sarajevo 1 (...)

10Dans l’ensemble que constituent pour l’historien les sources associatives, la presse se taille la part du lion, et pas seulement par sa quantité. Le lien intime, indissoluble, entre journaux et associations a été énoncé par le pionnier des études sur ces dernières, Alexis de Tocqueville, qui dès 1840 affirmait que « les journaux font les associations, et les associations font les journaux26 ». Ces mots inspirés par la découverte du terrain américain fonctionnent aussi parfaitement dans le cas de la Bosnie post-ottomane. Les associations jouent en effet dans cette région un rôle de première importance dans la publication des dizaines de revues ou pamphlets, ainsi que dans la traduction de textes en langue locale. Il semble donc légitime de considérer les associations comme des artisans de premier ordre de la sphère publique bosnienne et yougoslave. Il n’est pas question ici de revenir sur l’émergence, à partir du début du xxe siècle, d’un débat portant sur la « question des femmes musulmanes » (muslimansko žensko pitanje), ni sur la structuration progressive des opinions au sein de plusieurs discours concurrents les uns avec les autres – moderniste islamique, nationaliste séculier, musulman traditionaliste, féministe –, en partie parce que ces dernières ont été élaborées essentiellement par des hommes musulmans ou, dans le dernier cas, par des femmes non-musulmanes27. Il est aussi devenu inutile d’insister sur l’importance des circulations transnationales dans la structuration de ces discours, circulations ouvertes tant à l’Europe occidentale qu’au Moyen Orient musulman – car d’autres l’ont déjà fait ailleurs, de façon convaincante28. Mon objet est plutôt de montrer en quoi l’usage des sources imprimées que constituent les journaux d’associations permet d’explorer les particularités de la position des femmes musulmanes par rapport à ce débat, qui leur a rarement permis de prendre la parole à la première personne.

  • 29 Fabio Giomi, “Forging Habsburg Muslim girls : gender, education and empire in Bosnia and Herzegovin (...)
  • 30 Fabio Giomi, “Daughters of two empires. Muslim women and public writing in Habsburg Bosnia-Herzegov (...)

11Au cours des dix ans qui précèdent la Grande Guerre, la presse qui fleurit autour des associations culturelles musulmanes – les journaux littéraires Behar (Floraison) et Biser (Perle) en particulier – fournit à une nouvelle génération de filles musulmanes éduquées dans les nouvelles écoles habsbourgeoises29 un lieu leur permettant de commencer à se familiariser avec la parole publique. Ces entrepreneurs culturels musulmans, qui regardent avec un œil favorable les politiques éducatives habsbourgeoises et l’ouverture à la culture européenne, ce qui leur vaut d’être qualifiés de « progressistes », ont intérêt à ouvrir leurs journaux aux premières femmes désireuses de se mesurer à la parole publique. La presse permet en effet d’assister au passage graduel d’une écriture sous pseudonyme – souvent tiré de la tradition littéraire ottomane, persane et arabe – à une signature complète des textes, le plus souvent de poésies, genre qui dans l’Empire ottoman était déjà considéré comme le plus approprié aux femmes, mais aussi en prose. On constate aussi une pluralisation de la palette thématique : les sujets propres à la poésie populaire bosnienne sentimentale, comme la sevdalinka, laissent le pas à des thématiques sociales, notamment à des plaidoyers en faveur d’une plus grande éducation pour les femmes. Nafija Sarajlić (1893-1970) est la première musulmane à s’illustrer sur ce terrain en publiant au début de la Grande Guerre une série de textes en prose où elle réfléchissait sur son quotidien de femme musulmane éduquée à Sarajevo dans une société encore largement méfiante par rapport aux écoles habsbourgeoises30.

  • 31 Pour un cadre d’ensemble sur la présence des femmes musulmanes de Yougoslavie dans les écoles secon (...)

12On pourrait faire l’hypothèse suivant laquelle la participation des femmes musulmanes à l’écriture publique dans la presse associative de l’entre-deux-guerres suit une courbe ascendante, corrélée à l’augmentation de leur nombre dans les écoles secondaires pour un total de quelques milliers, puis, à partir des années 1930, à l’université31. Or, c’est plutôt l’inverse qui se produit. Comment expliquer cette augmentation manquée ? Mon interprétation tiendrait au changement qui se produit, après 1918, dans le périmètre et les enjeux de la « question des femmes musulmanes » en Bosnie. Avant la Grande Guerre, celle-ci était synonyme d’une discussion sur les contenus, espaces et limites d’une éducation appropriée pour les filles musulmanes. À partir du moment où la Bosnie est intégrée à la Yougoslavie, que la région est secouée par l’effondrement des Empires et par les projets modernisateurs des États-nations, la question de la femme musulmane acquiert une autre dimension : on s’interroge alors sur le rôle des femmes au-delà de l’espace domestique et familial, sur son rôle économique et professionnel, sur le besoin de son intégration au sein d’une nation yougoslave. Pour la minorité progressiste en particulier, groupée autour de Gajret, le « dévoilement » (otkrivanje) devient la condition indispensable à toute émancipation féminine et à la modernisation de la communauté musulmane dans son ensemble. La presse féministe yougoslave, dont Zagreb et Belgrade étaient les principaux centres d’irradiation, contribue aussi à cet amalgame entre émancipation et dévoilement. Pour les conservateurs à l’inverse, sous la férule des oulémas, le « voilement » (pokrivanje) devient le rempart ultime d’où défendre leur rôle dans la société. La circonspection qui frappe l’écriture féminine après 1918 serait alors le produit de la radicalisation des positions en conflit, à un moment où l’opposition croissante entre les deux camps progressiste et conservateur, qui avait dans le voile sa ligne de démarcation, faisait de la presse l’un de ses champs de bataille, renvoyant les femmes à un statut d’objet de luttes au détriment de leur capacité d’intervention.

13Si, dans ce contexte de polarisation accrue, la presse associative devient une zone à risque peu fréquentée par les femmes musulmanes, elle ne nous en livre pas moins d’autres informations. Elle le fait en particulier avec les photos : même si celles-ci demeurent rares et de mauvaise qualité, elles nous renseignent sur le quotidien des activistes des associations et sur leur relation à la pratique vestimentaire la plus contestée, le port du voile. Plus précisément, les photos nous montrent des pratiques vestimentaires très éloignées des dichotomies qui dominaient l’espace public musulman de l’entre-deux-guerres. Si l’on regarde par exemple la revue de l’association Gajret, elle nous livre des photos de femmes fort différentes, qui méritent un commentaire.

Image 1. Portrait de mademoiselle Halida Džumišić, élue ‘Miss Gajret’ de la ville de Bijeljina

Image 1. Portrait de mademoiselle Halida Džumišić, élue ‘Miss Gajret’ de la ville de Bijeljina

Source : Gajret 1931, 7, XII, p. 189

  • 32 Cette expression est mobilisée régulièrement pour décrire les miss élues par les branches de l’asso (...)
  • 33 Ada Holland Shissler « Beauty Is Nothing to Be Ashamed Of : Beauty Contests As Tools of Women’s Lib (...)

14Cette photo, publiée sur le journal associatif en 1931, est le portrait d’une certaine Halida Džumišić, jeune femme de la ville de Bieljina qui avait remporté cette même année le titre de ‘miss Gajret’ dans le concours de beauté féminine organisé par la branche locale de l’association. Pendant les années 1930, les concours de beauté ont la fonction, pour les activistes de Gajret, de promouvoir des figures de « femme musulmane moderne » (moderne muslimanke)32. Comme les autres miss élues dans ces mêmes années dans l’autres pays de la région, en Turquie kémaliste en particulier33, Džumišić incarne à la perfection un modèle : cette activiste de l’association est décrite comme socialement dynamique et visible ; elle a abandonné tout marqueur d’une féminité musulmane traditionnelle, aussi bien dans la coiffure, le regard, la pose et l’habillement qui montrent une maîtrise parfaite des codes de classe et de genre des sociétés urbaines non-musulmanes. Cette jeune femme représentait le modèle de femme que les dirigeants de l’association ambitionnaient de construire, et incarnait le discours progressiste que les articles de la revue faisaient circuler.

15Néanmoins, si on prend le temps de feuilleter le même numéro jusqu’au bout, on découvre aussi d’autres photos d’activistes de la même association qui se mettaient en scène de façon très différente. C’est le cas par exemple de deux portraits collectifs des branches féminines de Gajret, respectivement des villes de Brčko et Tuzla. Ces photos de groupe, véritables portraits associatifs destinés à célébrer l’engagement des participantes dans les différentes localités, frappent pour au moins deux raisons.

Image 2. Gajret, branche féminine locale de Tuzla, 1931

Image 2. Gajret, branche féminine locale de Tuzla, 1931

Source : Gajret, 5, XII 1931, p. 123.

Image 3. Gajret, branche féminine locale de Brčko, 1931

Image 3. Gajret, branche féminine locale de Brčko, 1931

Source : Gajret, 5, XII 1931, p. 123

16Si on fait l’effort de regarder attentivement ces images, au-delà de la mauvaise qualité de leur reproduction, on remarquera au centre de l’image 2, une femme habillée en fredže (tunique qui recouvrait tout le corps, utilisée en dehors de l’espace domestique) et portant une peča (tissu noir semi-transparent que l’on fixait sur le front pour couvrir le visage), deux éléments vestimentaires caractéristiques de la fin de la période ottomane. L’engagement dans les rangs progressistes et l’adhésion aux normes vestimentaires traditionnelles ne semblent donc pas fondamentalement incompatibles. Mais ces photos, et la numéro 3 en particulier, nous disent aussi autre chose : que chaque femme, en fonction de son âge et de sa position sociale – et de son goût personnel – avait une façon originale de négocier sa façon de s’habiller dans l’espace public, ainsi que de mélanger pratiques dites « traditionnelles » et « modernes ». Et donc que la dichotomie voilée/non-voilée, qui pourtant est au centre d’une sphère publique écrite dominée par des hommes, était loin de refléter l’expérience vécue par la population, même celle des femmes les plus impliquées dans la vie associative.

Les divisions genrées du travail associatif

17La presse écrite n’est pas le seul fruit de la graphomanie qu’inspire la vie associative. Les archives d’associations, lorsqu’elles existent encore, contiennent également des traces écrites de leurs activités qui fournissent une mine d’informations permettant également de retracer la trajectoire de femmes plus ou moins anonymes qui ont consacré leur temps et leur énergie au travail associatif. Si d’un côté les procès-verbaux nous permettent de mieux connaître la manière dont la vie interne des associations se déroulait en pratique, les rapports que les différentes branches associatives s’échangeaient entre elles ou qu’elles envoyaient aux autorités, quant à eux, nous renseignent sur la vaste panoplie d’activités pratiquées par les adhérents masculins et féminins, tels que les cours d’alphabétisation, les récoltes de fonds, ou l’organisation de concerts, de fêtes et de spectacles théâtraux.

  • 34 IAS, M9, 8, Tajnički izvještaj društva “Merhamet” za 1932. godinu, 21 janvier 1933.

18Parmi les activités qui animent régulièrement la vie des associations, figurent les pratiques électorales pour la nomination des responsables, productrices de documents d’archives. Nous disposons à cet égard d’informations sur les associations les plus importantes qui envoyaient régulièrement à leur branche centrale les procès-verbaux de leurs élections. Nonobstant la rhétorique égalitaire des associations, avec le principe de gratuité des charges, les différences de classe dans la société musulmane jouent un rôle fondamental dans les organigrammes des associations. En effet, comme on le voit par exemple dans le compte rendu de l’association Merhamet pour 1932, les femmes provenant des grandes familles musulmanes de la région – propriétaires fonciers, mais aussi représentants des professions libérales ou intellectuelles et quelquefois des proches de dignitaires religieux – sont mentionnées dans les actes associatifs par le terme hanume ou hanumice (depuis l’ottoman hanım, littéralement « dame » ou « demoiselle »), alors que les femmes de familles des petites classes moyennes urbaines étaient désignées par un plus simple gospođice (« demoiselles » en serbo-croate) et généralement en position secondaire dans les procès-verbaux34. Ces mêmes sources suggèrent aussi une division des rôles au sein des charges associatives : si les hanume sont souvent élues à la responsabilité de présidente, les gospođice – et en particulier les enseignantes, véritables chevilles ouvrières des associations en Yougoslavie – se contentent le plus souvent des fonctions moins honorifiques et plus pratiques de secrétaires ou de trésorières. Les organigrammes d’associations, dont les archives regorgent, deviennent donc le socle d’un nouveau pacte, à travers lequel des grandes familles, souvent en déclin à cause de la réforme agraire et des crises économiques, utilisent les présidences des associations pour maintenir leur visibilité dans la société musulmane au niveau local, tout en apportant en retour leur prestige au profit de l’institution. Dans le même temps, les femmes des classes moyennes inférieures se placent sous le patronage de ces femmes des grandes familles et s’en servent pour légitimer une visibilité nouvelle et grandissante dans la société, mais aussi pour attirer les ressources des grandes familles. On pourrait donc dire que, plutôt qu’effacer les différences de classe, les associations aboutissent à les institutionnaliser.

  • 35 Kemura, idem.
  • 36 Alić, “Muslimani”, 1940, p. 160-168.

19Un autre genre de documents se trouve aussi dans les archives associatives : les rapports d’activité, descriptions détaillées des activités d’une branche associative locale dans une certaine période de temps, le plus souvent une année. Ces documents nous permettent de détecter un autre trait récurrent de la culture associative de cette époque, qui n’est en rien une exclusivité de la Yougoslavie : le fait de proposer de facto une division genrée du travail associatif. Peu importe qu’il s’agisse des associations philanthropiques, socialement plus conservatrices, ou des plus progressistes associations culturelles : aucune n’échappe à cette conception qui repose sur une idéologie des sphères séparées entre sexes, avec une limite plus ou moins poreuse selon les associations. Les rapports des associations philanthropiques, par exemple ceux de Merhamet de Sarajevo, montrent un cadre d’une stabilité et clarté cristalline pendant toute la période en question : les femmes activistes s’engagent dans le domaine du soin et de la protection des femmes pauvres, des veuves en particulier, et des enfants abandonnés. L’engagement des femmes dans ces organisations est donc fondé sur une conception très essentialisée de la féminité, qui conçoit l’engagement associatif comme une sorte de prolongation sociale de la maternité. Aucune interaction de cette branche ne concerne des hommes adultes ou des non-musulmans. Il y a quand-même des variations : si l’on prend par exemple les associations culturelles comme Gajret, on voit un projet plus complexe et nuancé. Depuis 1920 par exemple, Gajret met à disposition chaque année des bourses d’études pour favoriser l’inclusion des filles musulmanes dans les écoles d’État jusqu’à l’université, affirmant ainsi que garçons et filles ont le même droit à une éducation supérieure35. C’est largement grâce à cet engagement des associations culturelles, qui d’ailleurs ouvrent des internats féminins dans les villes universitaires de Belgrade et – pendant la Deuxième Guerre mondiale – à Zagreb, qu’en 1940, 20 femmes ont obtenu un diplôme universitaire, contre 600 diplômés masculins36. Les rapports montrent aussi les activistes, tant celles impliquées dans l’organisation de fêtes, des cours de travaux manuels, performances théâtrales ou chorales, travailler avec des femmes et des hommes toutes religions confondues. Même des activités qui en apparence n’avaient rien de politique, comme organiser une fête ou un pique-nique, représentait l’occasion d’accumuler des relations et des compétences nouvelles, et de sortir de l’espace domestique et communautaire.

  • 37 Rebac, Pojava Muslimanke, op. cit., p. 25.
  • 38 Fazlija Alikalfić, « Revolucionisanje mostarske omladine kroz rad Muslimanske Narodne Biblioteka u (...)
  • 39 Perko Vojinović, « Ženski Pokret u Banjoj Luci (1918-1941) », Zbornik Krajiških Muzeja, Banja Luka, (...)

20En plus de nous donner une idée assez claire des transformations en cours au sein des formes de sociabilités dans les centres urbains de la région, les rapports nous fournissent également les noms des femmes qui se sont engagées dans une association donnée. En croisant les données, il est aussi possible parfois de reconstruire des trajectoires d’engagement d’une même activiste au sein de diverses associations – trajectoires qui peuvent aussi amener à des politisations inattendues (du point de vue des responsables de l’association) et à une sortie de l’espace communautaire. C’est le cas par exemple de Rasema Bisić, « enseignante non-voilée » comme le dit la presse, déjà fondatrice d’Osvitanje à Sarajevo, qui participe, à la surprise générale, au congrès des associations féminines qui se tient à Zagreb en 1920, et qui pendant toute la décennie suivante s’engagera dans l’association féministe a-confessionnelle Ženski pokret (« Mouvement des femmes ») de Sarajevo37. À la fin des années trente, en conséquence du tournant autoritaire survenu en Yougoslavie comme dans le reste de l’Europe, les boursières des associations culturelles musulmanes font preuve de sympathies communistes, signant des pétitions pour la paix, pro-soviétiques et antifascistes, et utilisant les salles de lecture des associations culturelles, en particulier à Mostar, pour diffuser des écrits marxistes et révolutionnaires38. Le personnage le plus emblématique de ce groupe est sans doute Vahida Maglajlić (1907-1943). Née à Banja Luka dans une famille de kadija (juge de droit islamique), elle se voit refuser par son père le droit d’accéder à une formation secondaire parce qu’elle était une fille. Les associations de la ville deviennent donc pour elle un lieu alternatif de formation : engagée dans Gajret pendant les années vingt, Vahida Maglajlić s’engage aussi au cours de la décennie suivante dans l’association féministe Ženski pokret de sa ville, jusqu’à en devenir la secrétaire puis la présidente. Après 1936, engagement féministe et engagement communiste vont chez elle de pair : au début de la guerre, elle n’hésitera pas ainsi à rejoindre les rangs du parti communiste, puis des partisans, avant de tomber sous les balles nazies en 194339. Même s’il s’agit de cas très rares, des trajectoires de ce type montrent bien comment les femmes, en s’emparant des instruments mis à leur disposition par les associations, n’ont pas hésité à les mettre au service de leur propre agenda.

Conclusions : les associations, témoins et moteurs du changement social

  • 40 Ina Merdjanova, Rediscovering the Umma. Muslims in the Balkans between Nationalism and Transnationa (...)

21De l’avis d’Ina Merdjanova, l’histoire des femmes musulmanes des Balkans reste encore largement à écrire40. Pour ce faire, les associations peuvent retenir l’intérêt de l’historien des femmes et du genre pour au moins deux grandes raisons. En premier lieu, on peut voir en elle des terrains d’action et un espace social documenté où l’on peut détecter les transformations, les résistances et les négociations dans le domaine des relations de genre qui traversaient de larges segments de la société yougoslave. La richesse des fonds d’archives que les associations ont produites et qui ont été conservées en grande partie offre à cet égard une mine d’informations qui se prête bien à l’écriture d’une histoire sociale et culturelle de cette région. Les activistes associatifs ont laissé incrustées dans ces sources les expériences, les visions du monde, les désirs et les stratégies qui les ont animés, à une époque de profonde transformation. Ces traces témoignent de la découverte par ces hommes et ces femmes de nouvelles formes de sociabilité, de la participation à des nouvelles pratiques de consommation, de la diffusion de leurs idées par la parole et par l’écrit. Sans tomber dans une simplification qui ferait de l’association le miroir de la société, par une sorte de métonymie facile, on peut s’interroger sur ce que les dynamiques détectables à l’intérieur de l’association nous disent des changements en cours dans l’ensemble de la société, ou du moins dans les classes moyennes urbaines en formation qui en fournissent les bataillons.

22Mais cela n’est pas tout. Les associations – à l’instar des acteurs étatiques et religieux, ainsi que des acteurs économiques – ont contribué à l’élaboration et à la circulation de nouvelles idées sur la féminité et la masculinité appropriées à la société musulmane. Autrement dit, les associations n’ont pas été seulement les témoins et les terrains du changement social qui ont affecté la société bosnienne, elles en ont aussi été des actrices et des promotrices en développant sous diverses formes leur programme d’actions sur les questions de genre.

Haut de page

Notes

1 Francisca De Haan, Krassimira Daskalova & Anna Loutfi (dir.), A Biographical Dictionary of Women’s Movements and Feminisms. Central, Eastern and South Eastern Europe, 19th and 20th centuries, Budapest, Central European University Press, 2006, p. 5.

2 Pour un état de la recherche en histoire des femmes et du genre qui essaie de mettre en dialogue Balkans et Turquie, voir Fabio Giomi et Ece Zerman, « Femmes, genre et corps dans l’Europe du Sud-Est et en Turquie (mi-xixe-mi-xxe siècle) », Clio. Femmes, genre, histoire, 48, 2018, p. 159-186.

3 À propos de ce renouveau historiographique, voir l’Introduction de ce dossier par Lucia Sorbera et Silvia Bruzzi.

4 Xavier Bougarel et Nathalie Clayer, Les musulmans de l’Europe du sud-est. Des Empires aux États balkaniques, Paris, Karthala, 2013, p. 9-19.

5 Senija Penava, « Izvori i literatura o problemima emancipacije muslimanske žene u Bosni i Hercegovini », Prilozi Instituta za Istoriju, 18, 1981, p. 273-284 ; Senija Milišić [nom de mariée de Penava], « O pitanju emancipacije muslimanske žene u Bosni i Hercegovini », Prilozi Instituta za Istoriju 28, 1999, p. 225-241. Pour un regard d’ensemble sur l’histoire des femmes et du genre en Bosnie-Herzégovine, voir aussi Gorana Mlinarević et Lamija Kosović, « Women’s Movements and Gender Studies in Bosnia and Herzegovina », Aspasia : The International Yearbook of Central, Eastern and Southeastern European Women’s and Gender History, 5, 2011, p. 129-138.

6 Mina Kujović, « Ko su bile prve nastavnice u Muslimanskoj osnovnoj i višoj djevojačkoj narodnoj školi u Sarajevu (1894-1918.) », Muallim 21, 1426 [2005], p. 48-55.

7 Adnan Jahić, Muslimansko žensko pitanje u Bosni i Hercegovini (1908-1950), Bošnjačka nacionalna zajednica za Grad Zagreb i Zagrebačku županiju Zagreb, 2017.

8 Voir la recherche doctorale en cours de Ninja Bumann à l’Université de Vienne.

9 Fabio Giomi, Making Muslim women European. Voluntary associations, gender and Islam in post-Ottoman Bosnia and Yugoslavia, Budapest and New York, Central European University Press, sous presse.

10 Stefan-Ludwig Hoffmann, Civil Society, 1750-1914, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2006, p. 17.

11 Geneviève Dermenjan, Jacques Guilhaumou et Martine Lapied (dir.), Femmes entre ombre et lumière. Recherches sur la visibilité sociale (xvie-xxe siècles), Paris, Publisud, 2000.

12 Sur la culture associative comme objet d’analyse historique, voir les nombreux travaux de Maurice Agulhon, et en particulier « L’histoire sociale et les associations », La Revue de l’économie sociale, XIV, 1988, p. 35-44 ainsi que John A. Hall, Frank Trentmann (dir.), Civil Society : A Reader in History, Theory and Global Politics, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2004.

13 Ahmet Ðumišić, Ko smeta napretku i prosvjećivanju muslimana, a osobito muslimanki ?, Izdanje musl. prosvjetno i potporno društvo “Spas”, Banja Luka, 1919, p. 57.

14 Dževad beg Sulejmanpašić, Jedan prilog rješenju našeg muslimanskog ženskog pitanja, Daniel & A. Kajon, Sarajevo, 1918, p. 34

15 Xavier Bougarel, « Le Reis et le voile : une polémique religieuse dans la Bosnie-Herzégovine de l’entre-deux-guerres », in Nathalie Clayer, Alexandre Papas et Benoit Fliche (dir.), L’autorité religieuse et ses limites en terres d’islam. Approches historiques et anthropologiques, Leiden, Brill, 2013, p. 107-157.

16 Pravila Osvitanja, udruženja muslimanki, Islamska dioničarska štamparija, Sarajevo, 1919.

17 Nusret Kujraković, « Osvitanje. Prvo udruženje muslimanki u Bosni i Hercegovini », Prilozi, 38, 2009, p. 145-164.

18 Arhiv Bosne i Herzegovine (ABiH), ZV2, 18/26/29, Muslimanska ženska zadruga. Pravila, Mostar, 1919, p. 7.

19 *ibidem, p. 17.

20 Arhiv Hercegovačko-Neretvanskog Kantona (AHNK), Muslimanska ženska zadruga Mostar, 12, Procès-verbaux de l’assemblée constituante, 13 août 1919.

21 Arhiv Jugoslavije (AJ), 14, 63/194/2 Pravila “Bratstvo”, muslimansko dobrotvorno društvo u Gornjem Šeheru, 1929, art. 12, pages non numérotées.

22 “Sa Gajretove skupštine”, Obrana, 10, 29 mai 1920, p. 2, italique de l’auteur.

23 Ibrahim Kemura, Uloga Gajreta u društvenom životu Muslimana Bosne i Hercegovine 1903-1941, Sarajevo, Veselin Masleša, 1986, p. 275.

24 Istorijski Arhiv Sarajevo (IAS), M9, Pravilnik o poslovanju ženskog odbora muslimanskog dobrotvornog društva Merhamet u Sarajevu, 1933.

25 Jacky Hummel, « Les préambules de constitution : une forme du ‘genre littéraire utopique’ ? », Revue d’Histoire des Facultés de Droit, 2011, 31, p. 204.

26 Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, II, Paris, Les Éditions Gallimard, 1992 [1840], p. 225.

27 Bougarel, Le reis et le voile, op. cit.

28 Fikret Karčić, Društveno-pravni aspekt islamskog reformizma, Islamski Teološki Fakultet, Sarajevo 1990, Enes Karić, Prilozi za povijest islamskog mišljenje u Bosni i Hercegovini XX stoljeća, Sarajevo, El-Kalem, 2004, Xavier Bougarel, « Farewell to the Ottoman Legacy ? Islamic Reformism and Revivalism in Inter-War Bosnia-Herzegovina», in Nathalie Clayer et Eric Germain (dir.), Islam in Inter-War Europe, Londres, Hurst, 2008, p. 313-343.

29 Fabio Giomi, “Forging Habsburg Muslim girls : gender, education and empire in Bosnia and Herzegovina (1878-1918)”, History of Education, Volume 44, Issue 3, 2015, p. 274-292.

30 Fabio Giomi, “Daughters of two empires. Muslim women and public writing in Habsburg Bosnia-Herzegovina (1878-1918)”, Aspasia. The International Yearbook of Central, Eastern, and Southeastern European Women’s and Gender History, vol. 9, 2015, p. 1-18. Pour une mise en contexte, Celia Hawkesworth, Voices in the Shadows : Women and Verbal Art in Serbia and Bosnia, Budapest, Central European University Press, 2000.

31 Pour un cadre d’ensemble sur la présence des femmes musulmanes de Yougoslavie dans les écoles secondaires et à l’université, voir Giomi, Making muslim women European, op. cit., p. 227-266.

32 Cette expression est mobilisée régulièrement pour décrire les miss élues par les branches de l’association. À titre d’exemple, voir Mustafa Mulalić, Orijent na zapadu : savremeni kulturni i socijalni problemi muslimana jugoslovena, Belgrade, Skerlić, 1936, p. 258.

33 Ada Holland Shissler « Beauty Is Nothing to Be Ashamed Of : Beauty Contests As Tools of Women’s Liberation in Early Republican Turkey», Comparative Studies of South Asia, Africa and the Middle East, vol. 24 no 1, 2004, p. 107-122.

34 IAS, M9, 8, Tajnički izvještaj društva “Merhamet” za 1932. godinu, 21 janvier 1933.

35 Kemura, idem.

36 Alić, “Muslimani”, 1940, p. 160-168.

37 Rebac, Pojava Muslimanke, op. cit., p. 25.

38 Fazlija Alikalfić, « Revolucionisanje mostarske omladine kroz rad Muslimanske Narodne Biblioteka u Mostaru », in Četvrta i peta konferencija KPJ za Bosnu i Hercegovinu u istorijskom razvitku revolucionarnog pokreta 1930-1941, Institut za Istoriju u Sarajevu, Sarajevo 1980, p. 432-433 ; Mahmud Konjhodžić, Mostarke, Veselin Masleša, Sarajevo 1981, p. 36-40.

39 Perko Vojinović, « Ženski Pokret u Banjoj Luci (1918-1941) », Zbornik Krajiških Muzeja, Banja Luka, 1973, p. 113-123.

40 Ina Merdjanova, Rediscovering the Umma. Muslims in the Balkans between Nationalism and Transnationalism, New York, Oxford University Press, 2013, p. 102.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1. Portrait de mademoiselle Halida Džumišić, élue ‘Miss Gajret’ de la ville de Bijeljina
Crédits Source : Gajret 1931, 7, XII, p. 189
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/5156/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 602k
Titre Image 2. Gajret, branche féminine locale de Tuzla, 1931
Crédits Source : Gajret, 5, XII 1931, p. 123.
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/5156/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Image 3. Gajret, branche féminine locale de Brčko, 1931
Crédits Source : Gajret, 5, XII 1931, p. 123
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/5156/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabio Giomi, « Écrire l’histoire des femmes musulmanes en Europe du Sud-Est. Archives associatives et trajectoires d’engagement en Bosnie dans la première moitié du xxe siècle », Genre & Histoire [En ligne], 25 | Printemps 2020, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5156

Haut de page

Auteur

Fabio Giomi

CNRS – Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC). Courriel : fabio.giomi(at)ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search