Navigation – Plan du site

AccueilNumeros25VariaRepenser les espaces féminins de ...

Varia

Repenser les espaces féminins de la ville au regard du genre (al-Andalus, xe-xve siècle)

Rethinking women's spaces in the city through a gendered perspective (al-Andalus, 10th-15th century)
Repensar los espacios femeninos de la ciudad desde la perspectiva del género (al-Andalus, siglos X-XV)
Christine Mazzoli-Guintard

Résumés

Depuis une trentaine d’années, la recherche sur les femmes en al-Andalus, puis en histoire du genre, a fait progresser le savoir dans un domaine jusqu’alors peu exploré. La place des femmes dans le monde urbain a été envisagée sous l’angle des espaces féminins, puis le genre a donné une nouvelle grille de lecture des espaces urbains. C’est un bilan historiographique des apports du genre à notre connaissance des villes d’al-Andalus qui est proposé ici.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Denis Menjot et Jean-Luc Pinol, « Ville », in Claude Gauvard et Jean-François Sirinelli (dir.), Dic (...)
  • 2 Christine Mazzoli-Guintard, Villes d’al-Andalus (viiie-xve siècle), Rennes, PUR, 1996, p. 157-200.

1Attachée à tous les aspects de la ville, l’histoire urbaine s’efforce, entre autres, de saisir comment les formes urbaines résultent des pratiques des habitants, comment les acteurs sociaux fabriquent, modèlent et utilisent les espaces urbains, comment se développe une « dynamique interactive entre la structure évolutive des groupes sociaux et l’aménagement de l’espace1 ». C’est entre le milieu du xe siècle, lorsque le processus d’urbanisation est entré dans une phase active, et 1492, lorsque prend fin l’histoire urbaine d’al-Andalus2, que les interactions entre une société arabisée et islamisée et les formes des villes peuvent être le plus aisément mises en évidence. Les possibilités d’enquêter sur les espaces féminins des villes d’al-Andalus et de les réexaminer à l’aune du genre s’avèrent aussi les plus fructueuses pour les xe-xve siècles, sans que l’état de la recherche autorise d’ailleurs la segmentation de ces six longs siècles : l’enquête, on le verra, est bel et bien à poursuivre, à l’aune du genre qui constitue un outil remarquable pour relire des espaces féminins souvent considérés comme une question résolue. La démarche menée ici pour repenser les espaces féminins des villes d’al-Andalus se veut réflexion sur une production abondante depuis une trentaine d’années, en histoire des femmes et en histoire du genre, histoires par ailleurs en continuité. Entendons-nous bien : il ne s’agit pas de dresser un bilan historiographique des recherches menées sur la femme, les femmes et le genre, en al-Andalus, mais il s’agit de porter le regard sur les chemins parcourus par la recherche attachée aux espaces féminins des villes d’al-Andalus et de suggérer des enquêtes à mener sur les espaces genrés de ce monde urbain.

  • 3 Isabelle Brian, Didier Lett, Violaine Sebillotte-Cuchet et Geneviève Verdo, « Le genre comme démarc (...)
  • 4 Nicole Mosconi, Marion Paoletti et Yves Raibaud, « Le genre, la ville », Travail, genre et sociétés(...)
  • 5 Didier Lett, Hommes et femmes au Moyen Âge, Histoire du genre xiie-xve siècle, Paris, A. Colin, 201 (...)
  • 6 Menjot et Pinol, « Ville », art. cit., p. 743.
  • 7 María Jesús Viguera Molins (coord.), La mujer en al-Andalus : reflejos históricos de su actividad y (...)
  • 8 Gloria López de la Plaza, Al-Andalus : mujeres, sociedad y religión, Málaga, UMA, 1992 ; Manuela Ma (...)
  • 9 Ainsi le projet GENARQ, La arquitectura en Andalucía desde una perspectiva de género : estudios de (...)
  • 10 Marín, Mujeres…, op. cit. p. 219.
  • 11 Cristina Segura, « Problemas y retos de la historia de las mujeres », Vasconia, 35, 2006, p. 505-51 (...)
  • 12 Sur la minoration, Stéphane Boissellier, « De la différenciation sociale à la minoration en passant (...)
  • 13 Marín, Mujeres…, op. cit. p. 172-175.

2Si le Moyen Âge s’est progressivement ouvert à l’histoire du genre3, les analyses de genre ont, en revanche, peu concerné le monde urbain ; le médiéviste rejoint le géographe dans ses regrets d’un couple ville-genre parent pauvre de la discipline4. Dans la synthèse de Didier Lett sur Hommes et femmes au Moyen Âge, aussi commode que novatrice, le couple ville-genre apparaît au détour des espaces du prêche, où les hommes se réservent la meilleure place, et des lieux de pouvoir en Italie, dont les femmes sont exclues5. Le bel et long article « ville » du Dictionnaire de l’historien se borne à signaler l’existence de travaux sur les « femmes dans leur rôle et leur place dans les différents secteurs de la vie de la cité6 ». Al-Andalus, en fin de compte, a suscité un nombre assez nourri de publications à la croisée de l’histoire des villes et de l’histoire des femmes, plus que de l’histoire du genre toutefois. En trente ans, depuis l’œuvre pionnière coordonnée en 1989 par María Jesús Viguera Molins7, l’angle d’approche est passé de la femme aux femmes8, couronné par l’œuvre majeure de Manuela Marín, puis des femmes au genre9. La mise en évidence, par Manuela Marín, d’un régime de genre à stricte ségrégation sexuée a guidé tous les travaux sur les espaces féminins dans les villes d’al-Andalus10 : tous les lieux où les femmes exercèrent une activité sociale furent régis par un rapport de sexe caractéristique des sociétés patriarcales et agnatiques, fondées sur « la division de la société en deux groupes inégaux11 », à savoir la ségrégation et la minoration des femmes12. Tout comme l’ont indiqué les études des sources textuelles produites au sein de la chrétienté médiévale, Manuela Marín a souligné, à l’heure d’analyser le régime de genre, les difficultés posées par une documentation textuelle arabe produite quasi exclusivement par des hommes, et a rappelé que le genre ne constituait qu’un critère de différenciation parmi d’autres, l’âge, la classe sociale, le statut juridique, la religion, l’appartenance ethnique13.

3Précisons, enfin, la méthodologie employée et le but poursuivi : la mise en évidence des apports du genre à notre connaissance des espaces urbains d’al-Andalus pour les xe-xve siècles repose principalement sur une relecture des publications relatives aux espaces féminins de ces villes, produites depuis trente ans, afin de montrer de quelle manière le genre a permis de repenser ces espaces féminins, et comment il peut permettre de poursuivre l’enquête. Des retours vers le corpus documentaire disponible – œuvres littéraires et juridiques, données de la culture matérielle – permettront de mieux asseoir le propos et de suggérer une manière de dépasser la distinction privé-public, en la remplaçant par les critères de classification dont disposaient les lettrés d’al-Andalus.

Les espaces féminins des villes d’al-Andalus : la constitution d’un corpus

4La recherche commença par définir les espaces féminins des villes d’al-Andalus, dans le cadre des travaux visant à faire sortir les femmes de leur invisibilité, ce qui permit de délimiter, puis de penser les espaces féminins.

Rendre les femmes visibles

  • 14 Antoni Furió, « Les deux sexes ou l’imaginaire du Mâle Moyen Âge (Espagne) », Clio. Histoire, femme (...)
  • 15 María Luisa Ávila, « Las mujeres ‘sabias’ en al-Andalus », in Viguera Molins, La mujer en al-Andalu (...)
  • 16 Manuela Marín, Vidas de mujeres andalusíes, Málaga, Ed. Sarriá, 2006, p. 159-196 ; Idem, Mujeres…, (...)
  • 17 María Elena Díez Jorge, « Women and the Architecture of al-Andalus (711-1492): a historiographical (...)

5L’histoire des femmes en al-Andalus, à l’instar de toute l’histoire des femmes, consista d’abord en un immense effort pour « récupérer les femmes, les tirer de l’oubli des sources et des historiens, accumuler indicateurs et monographies14 ». Depuis la première publication collective consacrée aux femmes en al-Andalus, parue en 1989 et intitulée de manière révélatrice reflejos históricos de su actividad y categorías sociales, les études se sont multipliées et ont rassemblé maintes données sur les activités des femmes, aussi bien dans les domaines intellectuel et religieux – celui du savoir, de la poésie, de la sainteté15 –, que dans les systèmes de production : aux secteurs les plus évidents du travail féminin, ceux du textile et des services, dont le cadre était domestique16, l’historiographie la plus récente a mis en évidence le rôle joué par les femmes dans le secteur de la construction, depuis les mécènes de l’élite fondant des œuvres pies, jusqu’aux modestes propriétaires réformant leur maison par l’ajout d’un étage (algorfa)17.

  • 18 María Jesús Viguera Molins, « Aṣluḥu li’ l-ma’ālī : on the Social Status of Andalusi Women », in Sa (...)
  • 19 Pilar Coello, « Las actividades de las esclavas según Ibn Buṭlān (s. XI) y al-Saqaṭī de Málaga (ss. (...)
  • 20 Manuela Marín, « Las mujeres de las clases sociales superiores. Al-Andalus, desde la conquista hast (...)
  • 21 Marín, Mujeres…, op. cit., p. 313-394 ; Maya Shatzmiller, Her Day in Court: Women’s Property Rights (...)
  • 22 Dépenses du mari pour sa femme : Amalia Zomeño, Dote y matrimonio en al-Andalus y el norte de Áfric (...)

6La recherche a fait ressortir également la grande diversité des statuts sociaux18, selon que la femme vivait à la campagne ou en ville, était libre ou esclave19, selon son âge, son statut matrimonial, sa religion, son appartenance à la `āmma (plèbe) ou à la ḫāṣṣa (élite). Les frontières entre les groupes demeuraient perméables, la situation la plus symptomatique étant celle de la concubine devenue umm walad (mère de l’héritier) mais le corpus documentaire permet de mieux connaître les femmes de la ḫāṣṣa que celles de la `āmma20. La recherche, enfin, a sollicité l’abondante documentation juridique pour mettre en évidence les droits des femmes, lorsqu’elles agissaient en justice en tant que propriétaires par exemple21, ou bien quand elles réclamaient les droits définis par le contrat matrimonial, en particulier la nafaqa22. Ces études tirèrent les femmes d’al-Andalus de l’oubli et permirent de déterminer quels espaces furent les leurs dans les villes.

Circonscrire les espaces féminins

  • 23 Míkel de Epalza, « La mujer en el espacio urbano musulmán », in Viguera Molins, La mujer en al-Anda (...)
  • 24 Victoria Aguilar et Manuela Marín, « Las mujeres en el espacio urbano de al-Andalus », in Julio Nav (...)
  • 25 Rafael Valencia Rodríguez, « La mujer y el espacio público de las ciudades andalusíes », in María I (...)

7En 1989, un article général sur la femme dans l’espace urbain de l’Islam, du Moyen Âge au xxe siècle, avait ouvert le chemin23 ; des publications postérieures, centrées cette fois sur al-Andalus, firent de la maison l’espace féminin par excellence : introvertie, repliée autour de sa cour intérieure, la maison arabe, présente dans tout le monde de l’Islam à partir du xe siècle, permettait de préserver l’intimité de la famille et constituait l’espace urbain où la norme régulant les contacts entre hommes et femmes pouvait être parfaitement respectée24. Les manuels de ḥisba (gestion de la vie urbaine) permirent de mettre en évidence l’écart entre norme et pratiques, les activités féminines débordant largement l’espace traditionnellement dévolu aux femmes25.

  • 26 Marín, Mujeres…, op. cit., p. 217-252. L’article de Marisa Bueno Sánchez, « Espacios femeninos en a (...)
  • 27 Marín, Mujeres…, op. cit, p. 252.

8La dichotomie public-privé, lieux où la présence des femmes était interdite ou strictement contrôlée et lieux où la présence des femmes était permise, a longtemps servi à définir les espaces féminins des villes : Manuela Marín intitule « Lieux publics et lieux privés : la présence des femmes », son chapitre consacré à l’inventaire des espaces de la ville sous l’angle de la présence ou de l’absence des femmes26. Si la maison reste par excellence l’espace féminin de la ville, les femmes entraient dans les mosquées du vendredi, par des portes qui leur étaient réservées, et s’installaient à l’écart des hommes. Les femmes se rendaient dans les cimetières, pour assister aux funérailles de pieux personnages, malgré l’insistance de certains juristes pour leur interdire d’accéder à des espaces où il était impossible de séparer hommes et femmes. Les femmes allaient aussi aux bains – même si les juristes s’efforcèrent toujours de restreindre la venue des femmes au ḥammām – tout comme les femmes de la `āmma se rendaient au marché. Dans les palais, elles occupaient des espaces distincts de ceux des hommes et se tenaient éloignées des espaces protocolaires. Et lorsque les femmes circulaient dans les rues, espace public par excellence de la ville, le port du voile leur permettait de s’isoler du regard des hommes. Bref, dans le monde urbain, « la présence publique des femmes était régulée par la mise en place d’espaces séparés, comme dans les mosquées, ou bien cette présence était censurée là où la ségrégation ne pouvait être strictement établie, comme les cimetières ou le souk27 ».

  • 28 María Elena Díez Jorge, « El espacio doméstico : lo femenino y lo masculino en la ciudad palatina d (...)
  • 29 Bárbara Boloix Gallardo, Las sultanas de la Alhambra, las grandes desconocidas del reino nazarí de (...)

9Les palais nasrides de l’Alhambra, par la richesse de leur corpus documentaire, ont permis des analyses très fines des espaces féminins. En s’intéressant à la disposition des salles, à leur système d’ouverture, à la présence d’un étage, María Elena Díez Jorge a proposé une lecture des espaces féminins et masculins de l’Alhambra palatine ; le Palais de Comares aux salles disposées autour d’une cour étant bien différent de la Tour de Comares, amplement ouverte sur l’extérieur28. La documentation textuelle arabe a permis à Bárbara Boloix Gallardo d’affiner et de confirmer cette lecture des espaces29: ainsi, à l’étage de la Salle des Abencérages, se trouvait sans doute la Dār al-Nisā’ (Maison des Femmes) – dont Ibn al-Ḫaṭīb (m. 1374) évoque l’existence – qui isolait des espaces masculins et protocolaires du Palais des Lions les appartements des épouses et concubines de l’émir. La recherche a donc permis de mettre en évidence les espaces féminins des villes d’al-Andalus : quels enseignements peuvent être tirés du corpus documentaire ainsi réuni ?

Penser les espaces féminins

  • 30 Gutiérrez Lloret, Sonia, « Casa y Casas : reflexiones arqueológicas sobre la lectura social del esp (...)
  • 31 Marín, Mujeres …, op. cit., p. 242.
  • 32 Valencia Rodríguez, « La mujer…», art. cit., p. 120.

10Dans l’état actuel de la recherche, il est impossible d’envisager les espaces féminins des villes dans une perspective diachronique, alors que l’histoire d’al-Andalus court sur huit siècles : les effets de l’islamisation sur l’architecture domestique sont pourtant connus30 et ils gagneraient à être intégrés au débat ; en limitant la réflexion aux xe-xve siècles, on aimerait pouvoir distinguer les espaces féminins de la Cordoue califale de ceux de la Grenade nasride. Par ailleurs, la notion d’espaces féminins n’intègre qu’imparfaitement les autres variables (classe sociale, âge, etc.) à la catégorie du féminin, tout comme elle ne permet pas de donner toute la vigueur nécessaire aux différences entre normes et pratiques. Les sources textuelles arabes furent très souvent élaborées dans le cercle intellectuel des oulémas, « préoccupés avant tout par le maintien des activités sociales dans un cadre normatif en adéquation avec leur image idéale de la société islamique31 ». Rafael Valencia a montré, à partir des manuels de ḥisba, que l’idéal social et religieux d’une absence de contacts entre hommes et femmes était parfois bafoué, et il évoque même une « convivencia entre hommes et femmes dans l’espace public de la ville, qui allait au-delà de la norme musulmane », en particulier lors des fêtes religieuses, quand des pavillons montés sur l’esplanade de la muṣalla servaient non à prier, mais à se divertir32.

  • 33 André Raymond, « Espaces publics et espaces privés dans les villes arabes traditionnelles », Maghre (...)
  • 34 Joseph Schacht, Introduction au droit musulman, Paris, Maisonnneuve et Larose, 1999, p. 104.
  • 35 Christine Mazzoli-Guintard, « Réflexions autour de la territorialité féminine dans la Cordoue andal (...)
  • 36 Manuela Marín, « Mujeres en las mezquitas », Mezquitas en Toledo a la luz de los nuevos descubrimie (...)

11La dichotomie public-privé, superposée à homme-femme, a souvent servi de cadre à la réflexion sur les espaces féminins, alors même que les notions d’espaces publics et d’espaces privés restent problématiques pour le monde urbain de l’Islam33. Il conviendrait de dépasser ce double schéma binaire et de penser les espaces de la ville en termes juridiques, à partir du système de classification en cinq catégories religieuses que les oulémas -ceux-là mêmes qui fixent la norme du régime de genre !-, emploient pour les contrats et transactions par exemple34. L’espace obligatoire (wāğib), la maison, si souvent présentée comme l’espace féminin par excellence, où les femmes accouchaient et élevaient les enfants, travaillaient et étudiaient, et où elles avaient la plus large liberté de mouvement, serait à distinguer des espaces désapprouvés (makrūh), le bain, le cimetière, la rue, où la présence des femmes pouvait engendrer des troubles graves, comme ceux qu’elles suscitèrent en assistant au départ de l’armée califale en campagne en 95835. Les espaces strictement interdits (ḥarām), les espaces protocolaires des palais ou les églises pour les musulmanes, seraient à différencier d’un espace recommandé (mandūb) par certains juristes, celui de la mosquée : si Ibn Ḥazm (m. 1064) considère que la prière des femmes dans la mosquée a plus de valeur et peut être recommandée, bien des juristes pensent l’inverse36. Aucun espace ne serait mubāḥ (indifférent), ce qui est révélateur du contrôle que les oulémas entendaient exercer sur les activités sociales des femmes.

12Penser les villes d’al-Andalus en termes d’espaces féminins a eu pour mérite de rendre les femmes visibles, au travers des formes concrètes des lieux où, de l’obligatoire à l’interdit, se déroulaient leur vie. De quelle manière l’ouverture de la recherche au genre permit-elle un renouvellement du savoir de l’historien ?

Les espaces féminins à l’aune du genre : la territorialité masculine

13L’histoire des femmes en al-Andalus, à l’instar d’autres histoires des femmes, s’est ouverte à l’histoire du genre : la démarche nouvelle, d’abord appliquée à la piété et aux productions littéraires, s’ouvrit à l’architecture et aux villes.

Des femmes au genre en al-Andalus : des textes aux constructions

  • 37 María Jesús Viguera Molins, « Reflejos cronísticos de mujeres andalusíes y magrebíes », Anaquel de (...)
  • 38 Adang, « Women’s Access…», art. cit., p. 90.

14Inséparable de son contexte documentaire, le genre permet de connaître des systèmes de représentation, élaborés par les chroniqueurs, les juristes, les poètes, etc.37 Non seulement chaque système de représentation est propre à son auteur, mais encore un seul et même auteur a-t-il pu développer, d’une œuvre à l’autre, des nuances dans sa conception du régime de genre. Ainsi Camilla Adang conclut-elle avec justesse à propos de l’accès des femmes aux espaces publics selon le Cordouan Ibn Ḥazm (m. 1064) : dans son code de droit zahirite, ce dernier donne aux femmes une plus grande visibilité dans les manifestations de piété et un rôle plus actif que dans son célèbre traité sur l’amour, Le collier de la colombe38.

  • 39 López de la Plaza, Al-Andalus…, op. cit., p. 111-118, p. 178-179.
  • 40 Ibid., p. 180.
  • 41 El Hour et Marín, Memoria…, op. cit., p. 179.
  • 42 Celia del Moral, « Poesía de mujer, poesía de hombre : la diferencia del género en la lírica andalu (...)

15Le genre a d’abord été sollicité par les chercheurs pour analyser la documentation textuelle. Dans le domaine de la piété, Gloria López de la Plaza a souligné les différences des pratiques religieuses selon le sexe, mais aussi selon la classe sociale : les différences sont moins marquées entre les membres de l’élite, alors que les visites aux cimetières sont des formes de piété spécifiquement féminines et populaires39. De même, le régime de genre a suscité la mise en place d’espaces de piété différents : « Les hommes disposent d’institutions pour combler leurs besoins spirituels (écoles coraniques, confréries…), tandis que les femmes manifestent leur religiosité dans des milieux féminins situés hors de la sphère publique40 ». Le modèle dominant de la sainteté féminine, celui de la sainte guérisseuse, protectrice des enfants, et qui favorise le bonheur conjugal, est toutefois mieux connu pour le Maghreb médiéval que pour al-Andalus41. Dans le domaine de la poésie, Celia del Moral a souligné les caractéristiques de la lyrique féminine qui, à la différence de la production masculine, ne s’est jamais exprimée sur la guerre ou sur la cour, et fut peu encline à aborder les thèmes ascétiques et bacchiques42.

  • 43 Díez Jorge, « Women… », art. cit., p. 491-495 ; Christine Mazzoli-Guintard, « Hommes et femmes à Ma (...)
  • 44 Hospice, plutôt que léproserie, fondé à Cordoue au ixe siècle : Christine Mazzoli-Guintard, « La vi (...)
  • 45 Fontaine édifiée sur ordre de Ṣubḥ, la mère du calife Hišām II, à Écija. Voir Martínez Núñez, « Muj (...)
  • 46 Anderson, « Concubines… », art. cit.
  • 47 Christine Mazzoli-Guintard, Vivre à Cordoue au Moyen Âge, Rennes, PUR, 2003, p. 206, p. 217, p. 229 (...)

16Dans le domaine de la construction, les hommes fondèrent villes, palais et forteresses, tandis que les femmes jouèrent un rôle passif, celui de la muse qui inspira la construction. Ainsi, la concubine Zahrā’, qui tient d’ailleurs davantage du mythe que de la réalité, souffla au calife l’idée d’édifier la ville nouvelle de Madīnat al-Zahrā’43. Le mécénat des femmes de la cour, surtout connu pour le temps des Omeyyades, concerna les constructions pieuses, mosquées, cimetières, hospice44, fontaine45, et Glaire Anderson a rapproché, à juste titre, les constructions des femmes de celles des eunuques et des affranchis du palais46, autrement dit d’individus asservis et dépendants de leur maître. Quant aux maisons, dans les consultations juridiques réunies par Ibn Sahl (m. 1093), les femmes ne sont intervenues dans la construction que pour aménager leur terrasse, tandis que les hommes firent des travaux qui affectèrent bien davantage le bâti, empiétant sur la rue pour agrandir leur propriété, relevant une salle en ruine, déplaçant la porte d’entrée47.

Genre et espaces urbains : plasticité des espaces, territorialité masculine

  • 48 Aguilar et Marín, « Las mujeres… », art. cit., p. 42-43.
  • 49 Marín, Mujeres…, op. cit., p. 237.
  • 50 Ibn Ḥazm, De l’amour et des amants, trad. Gabriel Martinez-Gros, Paris, Sindbad, 1992, p. 207.
  • 51 César González Ochoa, « Espacio plástico y significación », Tópicos del Seminario, 24, 2010, p. 71- (...)

17Appliqué à la ville, le genre fit prendre conscience de la plasticité des espaces et obligea à réfléchir en termes d’espaces vécus : Victoria Aguilar et Manuela Marín avaient suggéré l’idée, en notant que la femme pouvait être mise à l’écart dans sa propre maison, lorsque celle-ci accueillait des hommes, dont les visites étaient régies par les normes de la parenté48. L’épouse de l’ouléma Yaḥyā b. Yaḥyā (m. 849) dut, par exemple, abandonner si précipitamment la pièce où elle se tenait à l’arrivée d’un hôte qu’elle ne put remettre ses mules richement ornées de pierres précieuses49. Dans la maison, tout comme dans la rue, la femme devait être isolée du regard masculin indésirable par une cloison, un rideau ou par le voile : retrouvant bien des années après une femme de sa connaissance, Ibn Ḥazm eut le souffle coupé devant la beauté de son visage, car « elle ne se couvrit pas devant moi, comme nous en avions l’habitude dans notre enfance50 ». La maison, pourtant considérée comme l’espace féminin par excellence, est avant tout un espace vécu et plastique51.

  • 52 Roger Brunet, Robert Ferras et Hervé Théry, Les mots de la géographie, Dictionnaire critique, Paris (...)
  • 53 Christine Bard, « Introduction », in Idem, Le genre des territoires : masculin, féminin, neutre, An (...)

18Appliqué à la ville, le genre amena aussi à raisonner non plus seulement en termes d’espace, le lieu de l’activité sociale, mais en termes de territoire, à savoir un espace approprié par le groupe qui exerce là l’autorité52. Autrement dit, la dualité espace féminin-espace masculin, très souvent superposée à privé-public, doit être abandonnée au profit de la notion de territoire, c’est-à-dire d’espaces qui peuvent être du dedans (la maison) ou du dehors (la rue), mais qui n’échappent jamais à la territorialité masculine53. Dans les villes d’al-Andalus, cette territorialité masculine empêcha qu’un espace féminin ne devînt territoire féminin, à une exception près, celle du bain.

La territorialité masculine mise en scène : Cordoue à l’époque omeyyade

  • 54 Christine Mazzoli-Guintard, « Huellas del género en la ciudad : hombres y mujeres en época omeya (s (...)
  • 55 Ibid., p. 99-103.
  • 56 Manuela Marín, Mujeres en al-Ándalus…, p. 271.

19La Cordoue omeyyade se prête aisément à l’enquête sur la territorialité masculine, car l’historien peut interroger un riche corpus documentaire, à la fois textuel et matériel54. La territorialité masculine se traduisit par la ségrégation des femmes dans la grande mosquée : trois éléments du bâti permirent la discrimination, les portes – deux ou trois, sur la vingtaine donnant accès à l’édifice, furent réservées aux femmes –, les bassins aux ablutions – deux grands pour les hommes et deux petits pour les femmes à compter du règne d’al-Ḥakam II (961-976) – et les galeries réservées aux femmes, qui entraînèrent la marginalisation de ces dernières. Lors de la construction de la mosquée, en 785, les galeries des femmes étaient les deux nefs latérales de la salle de prière, aux extrémités du mur de qibla et au plus loin du miḥrāb. Lors de l’agrandissement de 833, les galeries des femmes furent déplacées dans la cour, à l’opposé de la qibla, et les nefs latérales furent incorporées à l’oratoire masculin, ce qui accentua la marginalisation des femmes vis-à-vis du lieu le plus sacré de la mosquée55. Cantonnées à la périphérie de la grande mosquée, les femmes accédaient librement au lieu de culte lorsque celui-ci était désert ; un juriste du ixe siècle est ainsi consulté à propos d’une femme qui a besoin de place pour réparer son métier à tisser et utilise la mosquée, lorsque celle-ci est inoccupée56.

  • 57 Mazzoli-Guintard, « Huellas… », art. cit., p. 95.
  • 58 Ibid., p. 98-99.

20La territorialité masculine imposait l’utilisation alternée entre les genres des espaces de la maison, tout comme elle éloignait les femmes de l’entrée : au début du xe siècle, le juriste Ibn `Abd al-Ra’ūf stipula que les femmes ne devaient pas se tenir aux portes des maisons, car elles étaient dévoilées et avaient le visage découvert57. De même, dans tous les lieux de Cordoue où la mixité multipliait les occasions de rencontre, les femmes étaient isolées des hommes, par le port du voile dans les rues, par un emplacement spécifique dans le marché – Ibn `Abd al-Ra’ūf exigeait que les fileuses eussent un espace réservé et fixe pour vendre à une clientèle féminine ou d’hommes âgés –, ou encore par une place déterminée lors des funérailles : Ibn Ḥazm aperçut une jeune esclave de sa maison au milieu des femmes du cortège, parmi les pleureuses funèbres58.

  • 59 Cristina de la Puente, « Mujeres andalusíes y baños públicos », in Baños árabes…, op. cit., p. 49-5 (...)
  • 60 Mazzoli-Guintard, « Huellas… », art. cit., p. 104.
  • 61 Manuela Marín, « Derecho islámico medieval y fronteras de género : reflexiones sobre textos de al-B (...)
  • 62 Bard, « Introduction », art. cit., p. 15.

21La territorialité masculine souffrit cependant d’une exception : le bain. Espace plastique, le ḥammām est tantôt masculin, tantôt féminin, autant par sa clientèle que par son personnel59. Un lieu strictement féminin à certains moments de la semaine ou de la journée attirait de joyeux drilles, ce qui pouvait porter atteinte à la tranquillité urbaine : Ibn al-Ḥāğğ (m. 1135) se prononça en faveur de la démolition d’un banc placé contre le mur d’un bain, car des hommes s’y asseyaient et importunaient les femmes60. Les juristes d’al-Andalus, comme les malékites en général, manifestèrent souvent leur hostilité à la fréquentation du bain par les femmes et tentèrent de la limiter, car les femmes s’y rencontraient exclusivement entre elles, à l’écart de tout contrôle masculin sur leur nudité et leur sexualité61. Le bain, en somme, était le seul territoire féminin de la ville, où les femmes manifestaient « une certaine autonomie, voire une autorité ou des prérogatives spécifiques62 » et, partant, le bain était un espace de la ville qui transgressait la territorialité masculine.

Des transgressions aux espaces genrés : les enquêtes à poursuivre

22Le bain, seule situation de territorialité féminine dans la ville, invite à entrer dans les enquêtes en cours ou à poursuivre, celle des transgressions d’une part, celle des genres de l’autre.

Des espaces de transgression dans la ville ?

  • 63 Eva Pibiri et Fanny Abbott (dir.), Féminité et masculinité altérées : transgression et inversion de (...)

23Quelques travaux en histoire d’al-Andalus ont rejoint les préoccupations actuelles pour les transgressions au féminin : ils s’inscrivent dans un champ de la recherche encore peu développé pour l’Islam médiéval63 et ils concernent deux espaces de la ville, les espaces protocolaires et les espaces défensifs.

  • 64 La recherche sur les liens entre femmes et pouvoir politique reste dynamique, ainsi que l’atteste l (...)

24Pour la chrétienté médiévale, la recherche a mis en évidence le rôle des femmes dans la vie politique et la diversité, dans l’espace et dans le temps, des pouvoirs exercés par les femmes64, de telle sorte que les conclusions formulées par Antoni Furió il y a plus de vingt ans gardent toute leur vigueur :

  • 65 Furió, « Les deux sexes… », art. cit., § 23-25.

« à l’image trop simpliste de femmes victimes d’un patriarcat toujours également oppresseur et les excluant des espaces publics, on a substitué celle de femmes plus actives et même rebelles, dotées elles aussi de pouvoirs […] Les femmes n’avaient donc pas d’’autorité’, pas de droits juridiquement sanctionnés selon la définition de Weber, mais elles avaient du ‘pouvoir’, une influence plus informelle et diffuse, qu’il faut admettre dans l’analyse65 ».

  • 66 Marín, « Las mujeres… », art. cit., p. 114-115.
  • 67 Ibid., p. 114-118 ; Rafael Valencia, « Presencia de la mujer en la corte de al-Mu`tamid b. `Abbād d (...)

25Manuela Marín avait aussi souligné le contraste entre la norme qui, en Islam, réservait aux hommes l’autorité politique, et la pratique qui mettait en scène des femmes intervenant dans l’exercice du pouvoir66 : les études firent connaître ces femmes, presque toujours épouses ou mères de souverains, actives tout au long des huit siècles de l’histoire d’al-Andalus, qui financèrent une rébellion avec leur fortune personnelle, veillèrent jalousement sur les intérêts de leur héritier ou exercèrent la régence67. Citons les plus célèbres d’entre elles : Ṣubḥ, concubine d’al-Ḥakam II et mère d’Hišām II, devenue ainsi umm walad ; al-Ḏalfā’, mère de `Abd al-Malik, le successeur d’Al-Manṣūr ; I`timād, épouse d’al-Mu`tamid de Séville ; la mère de `Abd Allāh, souverain ziride de Grenade ; la grande princesse nasride Fāṭima bint al-Aḥmar, fille de Muḥammad II et mère d’Ismâ`îl Ier, régente de ses deux petits-fils, Muḥammad IV et Yūsuf Ier.

  • 68 Viguera Molins, « Reflejos… », art. cit.
  • 69 Manuela Marín, « Una vida de mujer : Ṣubḥ », in María Luisa Ávila et Manuela Marín (coord.), Biogra (...)
  • 70 Leopoldo Torres Balbás, « Paseos por la Alhambra. Una necrópoli nazarí : la rauda », Archivo Españo (...)

26Transgressives de l’ordre patriarcal et évoquées par les chroniqueurs de manière négative68, les interventions des femmes dans la vie politique n’amenèrent cependant pas les femmes à pénétrer dans les espaces protocolaires des palais ; seule peut-être Ṣubḥ assista-t-elle à une passation de pouvoirs, puisqu’elle se trouvait dans le cortège qui, en 997-998, se rendit à al-Madīna al-Zāhira où se déroula la cérémonie au cours de laquelle le calife Hišām, en déléguant le pouvoir aux `Āmirides, perdit définitivement toute possibilité d’exercer un rôle politique69. Invisible dans la salle du trône, Fāṭima bint al-Aḥmar (m. 1349) devint en revanche très visible dans l’espace palatin après sa mort, plus visible même que certains émirs nasrides : enterrée dans le panthéon de l’Alhambra, placé entre le palais et la grande mosquée, elle reposa auprès de son père, Muḥammad II (m. 1302), alors que le fondateur de la dynastie, Muḥammad Ier (m. 1273), les émirs Muḥammad III (m. 1314) et Naṣr (m. 1322), furent enterrés dans le cimetière de la Sabīka, situé à l’extérieur de la ville palatine, qui accueillit aussi les restes mortuaires de l’époux de Fāṭima 70.

  • 71 María Jesús Viguera Molins, « Una andalusí en Galicia y sus cuatro ‘transgresiones’« , in Toro Ceba (...)
  • 72 Marín, « The Princess… », art. cit.
  • 73 Les données réunies dans María Magdalena Martínez Almira, « La mujer andalusí y su papel en la yiha (...)
  • 74 Leonard P. Harvey, « Nugeymath Turquia : Primera Crónica General, chapter 956 », Journal of Semitic (...)
  • 75 María Jesús Viguera Molins, « Reflexiones históricas sobre la mujer en al-Andalus », in Virginia Al (...)
  • 76 Elena Lourie, « Black women warriors in the Muslim army besieging Valencia and the Cid’s victory : (...)

27Les études sur le rôle des femmes d’al-Andalus dans le domaine de la guerre ne laissent que timidement entrevoir une présence féminine dans les espaces défensifs de la ville : la personnalité de Ğamīla, en rébellion contre l’émir de Cordoue avec son frère Maḥmūd (m. 840), est celle d’une femme qui participa activement au combat et dirigea des troupes, mais en rase campagne71 ; en 1147, face aux Almohades, Fānnū bint `Umar b. Yīntān orchestra la défense d’une ville, dont elle défendit le palais jusqu’à son dernier souffle, Marrakech72. Dans l’état actuel de nos connaissances, le seul récit conservant la mémoire de femmes combattantes dans une ville d’al-Andalus figure dans la Primera Crónica General, et concerne les guerrières qui défendirent Valence à l’époque du Cid73. D’abord vues comme des guerriers touareg74, puis comme des femmes légendaires permettant de jeter le discrédit sur l’ennemi75, ces combattantes sont désormais identifiées à des femmes réelles. Rappelant que d’autres femmes dans le monde almoravide furent des guerrières, Elena Lourie met en garde contre les stéréotypes auxquels se heurte la recherche sur les espaces du féminin en Islam médiéval76.

  • 77 Jean-Louis Vayssettes, La conquête de Majorque par Jacques d’Aragon, Iconographie d’un plafond pein (...)

28Un autre document produit dans la chrétienté met en images des femmes sur les murailles d’une ville. Il s’agit d’un plafond peint, récemment découvert dans une maison de Montpellier, qui narre la conquête de Palma de Mallorca par Jacques Ier, le 31 décembre 122977. Des côtés vers le centre, des combattants convergent vers la ville assiégée, défendue par des soldats en armes postés derrière les créneaux des murailles ; à l’arrière-plan, deux femmes observent la scène depuis le sommet d’une tour. Interprétées comme des captives chrétiennes utilisées comme boucliers humains par Jean-Louis Vayssettes, ces silhouettes féminines ne peuvent qu’inciter à poursuivre l’enquête sur les rôles, actif ou passif, des femmes en temps de guerre, dans les espaces défensifs.

Du genre aux genres

  • 78 Didier Lett, « Les régimes de genre dans les sociétés occidentales de l’Antiquité au xviiie siècle  (...)

29Les recherches en cours sur le genre insistent sur l’idée qu’il s’agit d’une démarche et d’un outil comme un autre, la société étant « la combinaison complexe de processus interactifs où les acteurs et les actrices s’inscrivent dans une multiplicité d’appartenances identitaires et relationnelles78 ». Les données disponibles pour al-Andalus permettront, semble-t-il, de passer du genre aux genres, ainsi que le montrent les premiers résultats d’une enquête balbutiante.

30Le genre est ainsi indissociable de l’âge. Dans les espaces sacrés et sexués de la mosquée du vendredi, la mendicité est réglementée selon le genre et l’âge ; au début du xe siècle, Ibn `Abd al-Ra’ūf stipulait qu’il fallait interdire

  • 79 Mazzoli-Guintard, « Huellas… », art. cit., p. 103.

« aux mendiants de passer entre les rangs des femmes dans la grande mosquée ou bien sur son parvis, à moins qu’il ne s’agisse d’un vieillard décrépit, qui n’éprouve aucun désir charnel et n’en éveille pas […]. On doit interdire également à la jeune femme qui demande l’aumône de passer entre les rangs des hommes dans la grande mosquée ou bien sur le parvis ; une exception sera faite en faveur de la femme âgée manifestement fanée et de ses pareilles79 ».

  • 80 Évariste Lévi-Provençal, Séville au début du xiie siècle, Le traité d’Ibn `Abdun sur la vie urbaine (...)
  • 81 Marín, Mujeres…, op. cit., p. 141-148.
  • 82 Jessica Coope, « Were Women Part of Convivencia ? », in Mark T. Abate (ed.), Convivencia and Mediev (...)
  • 83 Fournier, Les bains…, op. cit., p. 212-217.
  • 84 Alexandra Cuffel, « Polemicizing Women’s Bathing among Medieval and Early Modern Muslims and Christ (...)

31En revanche, malgré une recherche d’une extraordinaire vitalité sur les contacts entre ḏimmī et musulmans en al-Andalus, le corpus documentaire ne permet guère de lier genre et religion au-delà de prescriptions liées aux suspicions des juristes, comme l’interdiction faite aux musulmanes d’entrer dans les églises et la limitation de l’accès des chrétiennes à ces mêmes églises80, et au-delà des clauses relatives au mariage ou à la conversion à l’islam. Une musulmane ne peut épouser un ḏimmī, alors qu’un musulman peut épouser une ḏimmī ; par la conversion, un ḏimmī esclave acquiert la liberté s’il est un homme, mais ne l’obtient pas s’il est une femme81. Pour les sources juridiques, le paradoxe tient au fait, souligné par Jessica Coope, que la religion est définie comme exclusivement masculine et que « les textes visant à fixer l’identité religieuse ignorent souvent complètement les femmes ou expriment une ambivalence quant à la place des femmes dans leur communauté confessionnelle82 ». Les sources restent muettes, par exemple, sur l’accès des femmes ḏimmī et des musulmanes aux bains : la notion de bains réservés à chaque communauté, aujourd’hui contestée83, a été remplacée par l’idée que le ḥammām permettait les rencontres entre musulmanes et non-musulmanes, d’où la méfiance des juristes à l’égard de ce territoire féminin84.

  • 85 À la différence de l’Orient au viie siècle. Voir Mónica Rius, « Mujeres desveladas : una incitación (...)
  • 86 Marín, Mujeres…, op. cit., p. 121-140.

32Peut-on établir un lien entre genre et appartenance ethnique ? Ğamīla, tout comme les guerrières qui défendirent Valence, sont évoquées par les chroniqueurs médiévaux comme des Berbères, alors que la recherche n’a pour le moment mis en évidence aucune femme arabe (i.e. reconnue comme arabe par le consensus social) portant les armes en al-Andalus85. Être arabe rimait, pour la femme, avec statut social prestigieux et condition libre, tandis que les femmes berbères pouvaient être esclaves ou libres : l’appartenance ethnique, vite devenue référence symbolique, était en effet indissociable de la condition juridique86. Les conditions des femmes esclaves variaient en fonction de leurs origines géographiques, mais aussi de leur intégration sociale : si les esclaves noires étaient en général les plus méprisées, certaines furent appréciées pour leurs savoirs ou intégrées, par leur maternité, à de puissantes familles. Il reste, enfin, à envisager un dernier critère de distinction, le rang social de la femme.

  • 87 Ibid., p. 226-227. `Ātika bint `Alī devait prêter serment dans une affaire matrimoniale : l’affaire (...)
  • 88 Mazzoli-Guintard, « Hommes et femmes… », art. cit., p. 16-17, sur la foi d’Ibn Ḥayyān.
  • 89 Mazzoli-Guintard, « Huellas… », art. cit., p. 97, sur la foi d’Ibn `Iḏārī.
  • 90 Brian, Lett, Sebillotte-Cuchet et Verdo, « Le genre… », art. cit., p. 287.

33Certaines femmes ne sortaient jamais de leur maison en journée et attendaient la nuit pour se rendre à la mosquée. En 1064-1065, à Cordoue, `Ātika bint `Alī devait prêter serment dans la grande mosquée et le juriste dit à son propos : « si elle fait partie de celles qui ne sortent pas de jour, qu’elle sorte la nuit ! ». En cas de divergence au sein du couple, c’est la femme qui réclamait à pouvoir jurer de nuit, car il s’agissait d’une marque de distinction sociale et d’une reconnaissance de son rang et de sa noblesse87. De même, les récits relatifs aux déplacements des femmes de l’élite montrent bien la relation étroite entre rang social et invisibilité. Lorsqu’en 971, Ğa`far b. `Alī et son frère vinrent du Maghreb pactiser avec le calife omeyyade, ils furent reçus avec les honneurs dus à leur rang. Ils débarquèrent avec leurs femmes « qui voyagèrent cachées dans des litières fermées, selon les ordres du calife pour honorer [ses hôtes] et pour renforcer la garde et la dissimulation de ces femmes […] la nuit venue, elles furent conduites en secret, par des eunuques, des chefs de troupe et des hommes de confiance, dans les demeures qui leur étaient réservées88 ». Les femmes qui sortaient de jour pour aller au fleuve ou au four étaient des servantes ou des femmes de la plèbe n’ayant pas de domestiques pour accomplir les tâches quotidiennes. Ainsi en 1010-1011, lorsque les Berbères assiégeaient Cordoue, une femme fit tomber une jarre pleine d’eau, une autre laissa échapper une marmite ; la couleur sombre de leur peau fit penser qu’elles étaient peut-être berbères, ce qui attira sur elles la colère des badauds89. Seules les esclaves ou les servantes fréquentaient le marché – le poète al-Ramādī tomba amoureux d’une esclave à l’entrée du marché de Cordoue –, tandis que les femmes de rang social supérieur recevaient des vendeuses ambulantes. Les femmes qui chantaient, dansaient et circulaient librement entre les hommes lors des fêtes du palais étaient des ğawārī (esclaves). L’occultation plus ou moins stricte du corps de la femme dans les espaces mixtes de la ville était donc liée, avant tout autre critère de distinction, à son statut social : dans les villes d’al-Andalus aussi, « le rang social l’emporte sur l’appartenance au sexe féminin90 ».

Conclusion

34Depuis une trentaine d’années, les études en histoire des femmes et l’utilisation du genre comme outil ont permis de renouveler en profondeur notre connaissance des espaces urbains d’al-Andalus : si réfléchir en termes d’espaces féminins a permis de forger l’indispensable corpus des lieux de l’activité sociale des femmes, il est désormais possible de penser les lieux de la ville non de manière binaire quant à la présence des femmes, mais de manière graduelle de l’obligatoire à l’interdit. L’introduction du genre a permis de revenir sur une question en apparence résolue, celle des espaces féminins de la ville envisagés de manière dichotomique privé-femme/public-homme, en donnant une nouvelle grille de lecture des espaces urbains.

  • 91 Mazzoli-Guintard, « Huellas… », art. cit., p. 106.

35Le genre a obligé à penser comme vécus et plastiques des espaces toujours soumis à un régime de genre qui devait préserver la prééminence masculine dans l’ordre social et imposait partout une stricte territorialité masculine, à l’exception toutefois du bain. Le ḥammām fut le seul territoire féminin de la ville et, parce qu’il mettait en péril le régime de genre, il fut sévèrement condamné par les juristes. Le genre amène à explorer de possibles espaces de transgression : jusqu’à quel point les femmes furent-elles toujours absentes des domaines que les hommes se réservaient jalousement, le politique et le militaire ? Enfin, le genre incite à intégrer le sexe aux autres composantes de l’identité et, en relativisant la dichotomie homme-femme, à proposer de nouvelles grilles de lecture des espaces urbains, sous l’angle des genres. L’enquête, à poursuivre, permettra d’entrer également dans la part symbolique des sociétés urbaines d’al-Andalus, et éclairera peut-être une situation paradoxale, la présence d’une statue féminine au-dessus de la porte principale de Cordoue et de celle de Madīnat al-Zahrā’ à l’époque omeyyade, à l’entrée de villes qui s’efforçaient de rendre les femmes invisibles91.

Haut de page

Notes

1 Denis Menjot et Jean-Luc Pinol, « Ville », in Claude Gauvard et Jean-François Sirinelli (dir.), Dictionnaire de l’historien, Paris, PUF, 2015, p. 742.

2 Christine Mazzoli-Guintard, Villes d’al-Andalus (viiie-xve siècle), Rennes, PUR, 1996, p. 157-200.

3 Isabelle Brian, Didier Lett, Violaine Sebillotte-Cuchet et Geneviève Verdo, « Le genre comme démarche », Hypothèses [En ligne], 18, 2005, p. 277-295, consulté le 25 avril 2019, URL : https://www.cairn.info/revue-hypotheses-2005-1-page-277.htm ; Caroline Jeanne et Diane Pasquier-Chambolle, « Le Moyen Âge à l’aune du genre : les débuts d’une enquête », Sociétés & Représentations [En ligne], 24, 2007, p. 29-41, consulté le 25 avril 2019, URL : www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2007-2-page-29.htm.

4 Nicole Mosconi, Marion Paoletti et Yves Raibaud, « Le genre, la ville », Travail, genre et sociétés [En ligne], 33, 2015, p. 23-28, consulté le 6 mai 2020, URL : https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2015-1-page-23.htm ; Marianne Blidon, « Genre et ville, une réflexion à poursuivre », Les Annales de la recherche urbaine [En ligne], 112, 2017, p. 6-15, consulté le 6 mai 2020, URL : www.persee.fr/doc/aru_0180-930x_2017_num_112_1_32352015, DOI :10.3406/aru.2017.3235. Je remercie Christopher Fletcher de m’avoir indiqué l’existence de sa contribution consacrée à « Gouvernance, genre et culture matérielle dans les villes anglaises du bas Moyen Âge », in Luc Bourgeois et al. (dir.), La culture matérielle : un objet en question, Anthropologie, archéologie et histoire, Caen, Presses Universitaires de Caen, 2018, p. 237-243.

5 Didier Lett, Hommes et femmes au Moyen Âge, Histoire du genre xiie-xve siècle, Paris, A. Colin, 2013, p. 111-112, p. 137-138.

6 Menjot et Pinol, « Ville », art. cit., p. 743.

7 María Jesús Viguera Molins (coord.), La mujer en al-Andalus : reflejos históricos de su actividad y categorías sociales, Madrid-Sevilla : Universidad Autónoma-Ediciones andaluzas, 1989 ; Celia del Moral, « La mujer árabe en Andalucía durante la Edad Media, Estado la cuestión de los trabajos publicados hasta el momento », in Actas del II Congreso de Historia de Andalucía, Las mujeres en la historia de Andalucía, Córdoba, Junta de Andalucía-Cajasur, 1994, p. 35-40. Les premières publications, dispersées, remontent à la première moitié des années 1980, comme le rappelle María Isabel Pérez de Tudela dans « La Historiografía reciente acerca de las mujeres andalusíes. Itinerario y balance », Revista de Historiografía, 22, 2015, p 129-146.

8 Gloria López de la Plaza, Al-Andalus : mujeres, sociedad y religión, Málaga, UMA, 1992 ; Manuela Marín, Mujeres en al-Andalus, Madrid, CSIC, 2000.

9 Ainsi le projet GENARQ, La arquitectura en Andalucía desde una perspectiva de género : estudios de casos, prácticas y realidades construidas, Universidad de Granada (2011-2015), IP María Elena Díez Jorge. Sur ce projet, voir María Elena Díez Jorge, « Investigar sobre la arquitectura y el género : teoría y praxis de un proyecto », Arenal, 21, 2014, p. 179-190. Les investigations du projet GENARQ sont actuellement poursuivies dans le cadre du programme de recherche VESCASEM, Vestir la casa : espacios, objetos y emociones en los siglos XV y XVI, Universidad de Granada (2019-2022), IP María Elena Díez Jorge (http://vescasem.ugr.es/).

10 Marín, Mujeres…, op. cit. p. 219.

11 Cristina Segura, « Problemas y retos de la historia de las mujeres », Vasconia, 35, 2006, p. 505-513, en part. p. 507.

12 Sur la minoration, Stéphane Boissellier, « De la différenciation sociale à la minoration en passant par les régulations, quelques propositions », in Stéphane Boissellier, François Clément et John Tolan (dir.), Minorités et régulations sociales en Méditerranée médiévale, Rennes, PUR, 2010, p. 14-48.

13 Marín, Mujeres…, op. cit. p. 172-175.

14 Antoni Furió, « Les deux sexes ou l’imaginaire du Mâle Moyen Âge (Espagne) », Clio. Histoire, femmes et sociétés [En ligne], 8, 1998, § 18, consulté le 20 avril 2019, URL : http://journals.openedition.org/clio/317, DOI : 10.4000/clio.317. Voir aussi Cristina Segura, « Veinticinco años de historia de las mujeres en España », Memoria y Civilización, 9, 2006, p. 85-107.

15 María Luisa Ávila, « Las mujeres ‘sabias’ en al-Andalus », in Viguera Molins, La mujer en al-Andalus…, op. cit., p. 139-184 ; Rafael Valencia, « Tres maestras sevillanas de la época del califato omeya », ibid., p. 185-190 ; Teresa Garulo, « Sobre las poetisas de al-Andalus », ibid., p. 191-199 ; Idem, Diwan de las poetisas de al-Andalus, Madrid, Poesía Hiperión, 1986 ; López de la Plaza, Al-Andalus…, op. cit. ; Marín, Mujeres…, op. cit., p. 599-656 ; María Jesús Viguera Molins, « Dieciséis mujeres andalusíes biografiadas por el cordobés Ibn Baškuwāl (494/1101-578/1183), Al-Mulk, 14, 2016, p. 9-18 ; Rachid El Hour et Manuela Marín, Memoria y presencia de las mujeres santas de Alcazarquivir (Marruecos) : transmisión oral y tradición escrita, Salamanca, USAL, 2018.

16 Manuela Marín, Vidas de mujeres andalusíes, Málaga, Ed. Sarriá, 2006, p. 159-196 ; Idem, Mujeres…, op. cit., p. 253-311.

17 María Elena Díez Jorge, « Women and the Architecture of al-Andalus (711-1492): a historiographical analysis », in Therese Martin (ed.), Reassessing the Roles of Women as ‘Makers’ of Medieval Art and Architecture, Leiden-Boston, Brill, 2012, t. I, p. 479-521; Glaire D. Anderson, « Concubines, eunuchs and patronage in early islamic Córdoba », ibid., t. 2, p. 633-669; Christine Mazzoli-Guintard, « Género y arquitectura doméstica en la Córdoba del siglo XI: construcción y funcionalidad de la algorfa », in María Elena Díez Jorge et Julio Navarro Palazón (ed.), La casa medieval en la Península Ibérica, Madrid, Sílex, 2015, p. 289-306.

18 María Jesús Viguera Molins, « Aṣluḥu li’ l-ma’ālī : on the Social Status of Andalusi Women », in Salma Khadra Jayyusi (ed.), The Legacy of Muslim Spain, Leiden-New York-Cologne, Brill, 1994, p. 709-724; Marín, Mujeres…, op. cit., p. 113-175.

19 Pilar Coello, « Las actividades de las esclavas según Ibn Buṭlān (s. XI) y al-Saqaṭī de Málaga (ss. XII-XIII) », in Viguera Molins, La mujer en al-Andalus…, op. cit., p. 201-210.

20 Manuela Marín, « Las mujeres de las clases sociales superiores. Al-Andalus, desde la conquista hasta finales del califato de Córdoba », ibid., p. 105-127 ; María Antonia Martínez Núñez, « Mujeres y élites sociales en al-Andalus a través de la documentación epigráfica », in María Isabel Calero Secall (coord.), Mujeres y sociedad islámica : una visión plural, Málaga, UMA, 2006, p. 289-328.

21 Marín, Mujeres…, op. cit., p. 313-394 ; Maya Shatzmiller, Her Day in Court: Women’s Property Rights in Fifteenth-Century Granada, Cambridge, Harvard University Press, 2007.

22 Dépenses du mari pour sa femme : Amalia Zomeño, Dote y matrimonio en al-Andalus y el norte de África, Estudio sobre la jurisprudencia medieval, Madrid, CSIC, 2000 ; Marín, Mujeres…, op. cit., p. 395-482 ; Marín, Vidas de mujeres…, op. cit., p. 71-134 ; María Jesús Viguera Molins et Christine Mazzoli-Guintard, « Disponer casa a la esposa (Tremecén, 747/1346) y cumplir la obligación matrimonial de la añafaga (nafaqa) », in Dolores Serrano-Niza (ed.), Vestir la casa : objetos y emociones en el hogar andalusí y morisco, Madrid, CSIC, 2019, p. 33-54. La thèse de Seila de Castro García sur le Kitāb al-Nafaqāt d’Ibn Rašīq al-Taġlibī apportera de précieuses indications sur le sujet.

23 Míkel de Epalza, « La mujer en el espacio urbano musulmán », in Viguera Molins, La mujer en al-Andalus…, op. cit., p. 53-60.

24 Victoria Aguilar et Manuela Marín, « Las mujeres en el espacio urbano de al-Andalus », in Julio Navarro Palazón (ed.), Casa y palacios de al-Andalus (siglos XII-XIII), Barcelona, El Legado andalusí-Lunwerg, 1995, p. 39-44 ; Alejandro Pérez Ordóñez, « Algunos apuntes sobre las mujeres en la casa andalusí », I Congreso virtual sobre historia de las mujeres (del 15 al 31 de octubre del 2009) [En ligne], consulté le 28 septembre 2019, URL : digital.csic.es/bitstream/10261/18938/1/comuperezordoñez.pdf.

25 Rafael Valencia Rodríguez, « La mujer y el espacio público de las ciudades andalusíes », in María Isabel Calero Secall et Rosa Francia Somalo (coord.), Saber y vivir : mujer, Antigüedad y medievo, Málaga, UMA, 1996, p. 113-125.

26 Marín, Mujeres…, op. cit., p. 217-252. L’article de Marisa Bueno Sánchez, « Espacios femeninos en al-Andalus. Aportaciones desde la arqueología urbana de la Marca media », in Pilar Díaz Sánchez, Gloria Franco Rubio et María Jesús Fuente Pérez (ed.), Impulsando la historia desde la historia de las mujeres, Huelva, UHU, 2012, p. 205-219 signale les fouilles récentes menées dans les villes de la région tolédane et la documentation textuelle arabe relative à cette même région et mettant en scène des femmes.

27 Marín, Mujeres…, op. cit, p. 252.

28 María Elena Díez Jorge, « El espacio doméstico : lo femenino y lo masculino en la ciudad palatina de la Alhambra », Cuadernos de la Alhambra, 38, 2002, p. 155-181 ; Idem, « Las mujeres en la ciudad palatina de la Alhambra ¿ una presencia olvidada ? », in Margarita Sánchez Romero (ed.), Arqueología y género, Grenade, Universidad, 2005, p. 383-420.

29 Bárbara Boloix Gallardo, Las sultanas de la Alhambra, las grandes desconocidas del reino nazarí de Granada (siglos XIII-XV), Grenade, Patronato de la Alhambra y del Generalife-Ed. Comares, 2013, p. 229-235.

30 Gutiérrez Lloret, Sonia, « Casa y Casas : reflexiones arqueológicas sobre la lectura social del espacio doméstico medieval », in Díez Jorge et Navarro Palazón (ed.), La casa medieval…, op. cit., p. 17-47.

31 Marín, Mujeres …, op. cit., p. 242.

32 Valencia Rodríguez, « La mujer…», art. cit., p. 120.

33 André Raymond, « Espaces publics et espaces privés dans les villes arabes traditionnelles », Maghreb Machrek, 123, 1989, p. 194-201 [En ligne], consulté le 28 septembre 2019, URL : https://books.openedition.org/ifpo/1656?lang=fr. La remise en question de la dichotomie espaces féminins-espaces masculins n’est pas propre à la recherche sur les villes de l’Islam : Muller Miriam, « Le genre en théorie et en pratique : le statut des femmes, la question des espaces genrés, publics et privés dans le village anglais médiéval », Genre textuel, genre social, Cahiers électroniques d’histoire textuelle du Lamop, 8, 2015, p. 102-132.

34 Joseph Schacht, Introduction au droit musulman, Paris, Maisonnneuve et Larose, 1999, p. 104.

35 Christine Mazzoli-Guintard, « Réflexions autour de la territorialité féminine dans la Cordoue andalusí », in Francisco Toro Ceballos et José Rodríguez Molina (coord.), Mujeres y Fronteras, Jaén, Diputación Provincial, 2011, p. 283-293.

36 Manuela Marín, « Mujeres en las mezquitas », Mezquitas en Toledo a la luz de los nuevos descubrimientos, Toledo, Consorcio de la Ciudad, 2010, p. 297-307 ; Camilla Adang, « Women’s Access to Public Space according to al-Muḥallā bi-l-Āthār », in Manuela Marín et Randi Deguilhem (ed.), Wrinting the Feminine. Women in Arab Sources, Londres-New York, I. B. Tauris, 2002, p. 75-94.

37 María Jesús Viguera Molins, « Reflejos cronísticos de mujeres andalusíes y magrebíes », Anaquel de Estudios Árabes, 12, 2001, p. 829-841.

38 Adang, « Women’s Access…», art. cit., p. 90.

39 López de la Plaza, Al-Andalus…, op. cit., p. 111-118, p. 178-179.

40 Ibid., p. 180.

41 El Hour et Marín, Memoria…, op. cit., p. 179.

42 Celia del Moral, « Poesía de mujer, poesía de hombre : la diferencia del género en la lírica andalusí », in Idem, Árabes, judías y cristianas, Mujeres en la Europa medieval, Grenade, Universidad, 1993, p. 173-193.

43 Díez Jorge, « Women… », art. cit., p. 491-495 ; Christine Mazzoli-Guintard, « Hommes et femmes à Madīnat al-Zahrā’ (xe siècle) : des espaces urbains entre ségrégation et mixité », Arenal, 21-1, 2014, p. 5-25.

44 Hospice, plutôt que léproserie, fondé à Cordoue au ixe siècle : Christine Mazzoli-Guintard, « La ville, espace d’expérience de l’autre : les marqueurs de l’altérité à Cordoue, des Omeyyades aux Almohades (viiie-xiiie siècles) », in Philippe Josserand et Jerzy Pysiak (dir.), Á la rencontre de l’Autre au Moyen Âge, Rennes, PUR, 2017, p. 79-101, en part. p. 86-87.

45 Fontaine édifiée sur ordre de Ṣubḥ, la mère du calife Hišām II, à Écija. Voir Martínez Núñez, « Mujeres y élites… », art. cit., p. 297-301.

46 Anderson, « Concubines… », art. cit.

47 Christine Mazzoli-Guintard, Vivre à Cordoue au Moyen Âge, Rennes, PUR, 2003, p. 206, p. 217, p. 229, p. 234, p. 236 [En ligne], URL : https://books.openedition.org/pur/17013.

48 Aguilar et Marín, « Las mujeres… », art. cit., p. 42-43.

49 Marín, Mujeres…, op. cit., p. 237.

50 Ibn Ḥazm, De l’amour et des amants, trad. Gabriel Martinez-Gros, Paris, Sindbad, 1992, p. 207.

51 César González Ochoa, « Espacio plástico y significación », Tópicos del Seminario, 24, 2010, p. 71-100 [En ligne], consulté le 20 juillet 2019, URL : www.scielo.org.mx/pdf/tods/n24/n24a5.pdf

52 Roger Brunet, Robert Ferras et Hervé Théry, Les mots de la géographie, Dictionnaire critique, Paris, Reclus, 1993, p. 193-195, p. 480-481.

53 Christine Bard, « Introduction », in Idem, Le genre des territoires : masculin, féminin, neutre, Angers, PUA, 2004, p. 8 ; Jean-Luc Piveteau, « Notre territorialité n’est-elle pas essentiellement masculine ? », Géographie et cultures, 20, 1996, p. 69-80 ; Mazzoli-Guintard, « Réflexions… », art. cit.

54 Christine Mazzoli-Guintard, « Huellas del género en la ciudad : hombres y mujeres en época omeya (siglos VIII-XI) », in María Elena Díez Jorge (ed.), Arquitectura y mujeres en la historia, Madrid, Ed. Síntesis, 2015, p. 89-114.

55 Ibid., p. 99-103.

56 Manuela Marín, Mujeres en al-Ándalus…, p. 271.

57 Mazzoli-Guintard, « Huellas… », art. cit., p. 95.

58 Ibid., p. 98-99.

59 Cristina de la Puente, « Mujeres andalusíes y baños públicos », in Baños árabes…, op. cit., p. 49-57 ; Manuela Marín, « Ibn Ḥawṭ Allāh (m. 612/1215) y dos mujeres de Sevilla », Al-Qanṭara, 29-1, 2008, p. 209-219 ; Caroline Fournier, Les bains d’al-Andalus (viiie-xve siècles), Rennes, PUR, 2016, p. 212-217.

60 Mazzoli-Guintard, « Huellas… », art. cit., p. 104.

61 Manuela Marín, « Derecho islámico medieval y fronteras de género : reflexiones sobre textos de al-Burzulī (m. 841/1438) », Clepsydra, 9, 2010, p. 21-40.

62 Bard, « Introduction », art. cit., p. 15.

63 Eva Pibiri et Fanny Abbott (dir.), Féminité et masculinité altérées : transgression et inversion des genres au Moyen Âge, Florence, Edizioni del Galluzzo, 2017.

64 La recherche sur les liens entre femmes et pouvoir politique reste dynamique, ainsi que l’atteste la publication récente de Jean-Pierre Jardin, Patricia Rochwert-Zuili et Hélène Thieulin-Pardo (dir.), Histoires, femmes, pouvoirs (péninsule Ibérique, ixe-xve siècle), Mélanges offerts au Professeur Georges Martin, Paris, Garnier, 2018 ; voir, en particulier, Frédéric Alchalabi, « Les femmes qui gouvernèrent sagement au temps passé. Représentations littéraires du pouvoir politique féminin, dans la péninsule Ibérique au xve siècle », p. 437-457.

65 Furió, « Les deux sexes… », art. cit., § 23-25.

66 Marín, « Las mujeres… », art. cit., p. 114-115.

67 Ibid., p. 114-118 ; Rafael Valencia, « Presencia de la mujer en la corte de al-Mu`tamid b. `Abbād de Sevilla », La mujer en al-Andalus…, op. cit., p. 129-137 ; Gabriel Martinez Gros, « Femmes et pouvoir dans les mémoires d’`Abd Allah b. Ziri », La condición de la mujer en la Edad Media, Madrid, UCM,1986, p. 371-378 ; Marín, Mujeres…, op. cit., p. 575-591 ; Boloix Gallardo, Las sultanas…, op. cit. ; Manuela Marín, « The Princess and the Palace. On Hawwa’ bint Tashufin and Other Women from the Almoravid Royal Family », in Michelle M. Hamilton et Núria Silleras-Fernández (ed.), In and Of the Mediterranean Medieval and Early Modern Iberian Studies, Nashville-Tennessee, Vanderbilt University Press, 2015, p. 29-47 ; Bárbara Boloix, « Mujer y poder en el reino nazarí de Granada : Fāṭima bint al-Aḥmar, la perla central del collar de la dinastía (siglo XIV) », Anuario de Estudios Medievales, 46-1, 2016, p. 269-300.

68 Viguera Molins, « Reflejos… », art. cit.

69 Manuela Marín, « Una vida de mujer : Ṣubḥ », in María Luisa Ávila et Manuela Marín (coord.), Biografías y género biográfico en el occidente islámico, Madrid, CSIC, 1997, p. 425-445, en part. p. 442.

70 Leopoldo Torres Balbás, « Paseos por la Alhambra. Una necrópoli nazarí : la rauda », Archivo Español de Arte y Arqueología, 6, 1926, p. 261-286.

71 María Jesús Viguera Molins, « Una andalusí en Galicia y sus cuatro ‘transgresiones’« , in Toro Ceballos et Rodríguez Molina, Mujeres…, op. cit., p. 497-505 : Ğamīla fut capturée par les troupes d’Alphonse II et donnée en mariage à un seigneur de Galice. De cette union, naquirent plusieurs fils, dont l’un fut évêque de Saint-Jacques-de-Compostelle.

72 Marín, « The Princess… », art. cit.

73 Les données réunies dans María Magdalena Martínez Almira, « La mujer andalusí y su papel en la yihad. Orgullo y derecho a la autodefensa », Codex, Boletín de la Ilustre Sociedad Andaluza de Estudios Histórico-Jurídicos, VI-VII, 2014-2016, p. 221-246 concernent principalement la révolte des Alpujarras (1568-1571).

74 Leonard P. Harvey, « Nugeymath Turquia : Primera Crónica General, chapter 956 », Journal of Semitic Studies, 13, 1968, p. 232-240 [En ligne], consulté le 12 septembre 2019, URL : http://opac.regesta-imperii.de/lang_en/anzeige.php?aufsatz=Nugeymath+Turquia%3A+Primera+Crónica+General%2C+chapter+956&pk=381158.

75 María Jesús Viguera Molins, « Reflexiones históricas sobre la mujer en al-Andalus », in Virginia Alfaro Bech et Lidia Taillefer de Haya (ed.), Nueva lectura de la mujer : crítica histórica, Málaga, UMA, 1995, p. 63-84 ; Idem, « A Borrowed Space : Andalusi and Maghribi Women in Chronicles », in Marín et Deguilhem, Writing…, op. cit., p. 165-180.

76 Elena Lourie, « Black women warriors in the Muslim army besieging Valencia and the Cid’s victory : a problem of interpretation », Traditio, 55, 2000, p. 208-209 [En ligne], consulté le 12 septembre 2019, URL : https://www.jstor.org/stable/27831993

77 Jean-Louis Vayssettes, La conquête de Majorque par Jacques d’Aragon, Iconographie d’un plafond peint montpelliérain du XIIIe siècle, Montpellier, DRAC Occitanie, 2017. Depuis 1204, Montpellier appartient au roi d’Aragon.

78 Didier Lett, « Les régimes de genre dans les sociétés occidentales de l’Antiquité au xviiie siècle », Annales Histoire, Sciences Sociales, 67-3, 2012, p. 563-572, en part. p. 565.

79 Mazzoli-Guintard, « Huellas… », art. cit., p. 103.

80 Évariste Lévi-Provençal, Séville au début du xiie siècle, Le traité d’Ibn `Abdun sur la vie urbaine et les corps de métiers, Paris, Maisonneuve, 1947, p. 108-109.

81 Marín, Mujeres…, op. cit., p. 141-148.

82 Jessica Coope, « Were Women Part of Convivencia ? », in Mark T. Abate (ed.), Convivencia and Medieval Spain, Essays in honor of Thomas F. Glick, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2019, p. 297-310, en part. p. 298.

83 Fournier, Les bains…, op. cit., p. 212-217.

84 Alexandra Cuffel, « Polemicizing Women’s Bathing among Medieval and Early Modern Muslims and Christians », in Cynthia Kosso et Anne Scott (ed.), The Nature and Function of Water, Baths, Bathing and Hygiene from Antiquity through the Renaissance, Leiden-Boston, 2009, p. 171-188.

85 À la différence de l’Orient au viie siècle. Voir Mónica Rius, « Mujeres desveladas : una incitación al valor », in Roser Puig et Ingrid Bejarano (coord.), Homenatge a Francesc Castelló, Geografies/Jugrāfiyyāt, Barcelona, UB, 2012, p. 269-282.

86 Marín, Mujeres…, op. cit., p. 121-140.

87 Ibid., p. 226-227. `Ātika bint `Alī devait prêter serment dans une affaire matrimoniale : l’affaire est consignée par le juriste cordouan Ibn Sahl (m. 1093). La distinction entre les femmes qui jurent de nuit et celles qui jurent de jour est présente dans la littérature juridique d’al-Andalus au xie siècle ; elle figure aussi dans le formulaire notarial du juriste tolédan Ibn Muġīṯ (m. 1067) et mériterait peut-être une étude exhaustive permettant, entre autres, de fixer le moment de son apparition dans la jurisprudence d’al-Andalus.

88 Mazzoli-Guintard, « Hommes et femmes… », art. cit., p. 16-17, sur la foi d’Ibn Ḥayyān.

89 Mazzoli-Guintard, « Huellas… », art. cit., p. 97, sur la foi d’Ibn `Iḏārī.

90 Brian, Lett, Sebillotte-Cuchet et Verdo, « Le genre… », art. cit., p. 287.

91 Mazzoli-Guintard, « Huellas… », art. cit., p. 106.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Mazzoli-Guintard, « Repenser les espaces féminins de la ville au regard du genre (al-Andalus, xe-xve siècle) », Genre & Histoire [En ligne], 25 | Printemps 2020, mis en ligne le 30 novembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5268

Haut de page

Auteur

Christine Mazzoli-Guintard

Université de Nantes, CReAAH-UMR 6566-LARA. Courriel : christine.mazzoli-guintard(at)univ-nantes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search