Navigation – Plan du site

AccueilNumeros25Travaux soutenusMasters Mnémosyne 2019Masters candidats au Prix Mnémosy...

Travaux soutenus
Masters Mnémosyne 2019

Masters candidats au Prix Mnémosyne 2019

Plan

Haut de page

Texte intégral

Histoire ancienne

Pauline Butel, « Plutarque. Vies romaines. Histoire morale des représentations du féminin. Identités des matrones, entre idéal et pratiques », dir. Caroline Blonce, Université de Caen-Normandie, 2019

1Si peu de sources concernant les femmes — et encore moins émanant de femmes — nous sont parvenues, elles sont pourtant actrices à part entière de l’Histoire. Nous avons souhaité en examiner la vision qu’en donne Plutarque dans les Vies Parallèles romaines. Certes cette œuvre est un recueil de biographies masculines mais les figures féminines la peuplent. Tout au long de cette étude, nous nous sommes attachés à comprendre qui étaient ces figures féminines. Elles s’imposent comme des symboles politiques et moraux mais aussi comme des individus à part entière. Nous avons cherché à comprendre comment elles ont été représentées mais aussi comment elles ont vécu. Parmi elles, nous avons choisi un groupe en particulier : les matrones, ces épouses légitimes de citoyens, mères potentielles des héritiers de ces derniers.

2Modèles de vertu, bénéficiant d’un statut social privilégié, emprunts de sacré et de puissance magique, ces femmes sont des figures complexes prises entre une image idéale traditionnelle fantasmée et une certaine réalité effective. À travers ces biographies, étiologie du statut matronal pour les Vies archaïques et plus généralement sorte d’encyclopédie des exempla et figures repoussoirs de l’histoire romaine, Plutarque nous amène à réinterroger la question du genre dans la société romaine dans tous les domaines et dans tous ses mécanismes profonds, aussi bien économique, juridique, médical que politique, religieux ou encore philosophique. Il nous invite à penser sur un temps long la dichotomie entre image et réel, conservatisme et mobilités culturelles. Au-delà, cette question intervient dans une dynamique de propagande politique et morale dont Plutarque est autant tributaire qu’instigateur et qui s’inscrit dans une volonté d’éducation des élites, de rénovation des mœurs ainsi que de perpétuation d’une certaine mémoire individuelle, familiale et collective. Rien n’est laissé au hasard dans ses Vies. Tout repose sur l’usage de symboles traditionnels, représentés de manière biaisée ou non, à des fins politiques.

3Entre mythe, représentation et réalité, Plutarque établit des règles et nous renseigne, volontairement ou non, sur son monde. Il est passeur du mos maiorum mais également bâtisseur d’une koinè culturelle d’Empire dans un contexte d’évolution et d’adaptation des mécanismes sociétaux et institutionnels. De ce fait, tout le contenu des Vies Parallèles est le fruit de visions différentes, d’opinions, de préconçus et d’univers mentaux particuliers liés à des déterminismes culturels, de classe et de genre. Ces filtres sont d’ailleurs autant des pièges déformant la société et les individus décrits par Plutarque, que de précieux renseignements, riches d’un contenu parfois extérieur aux faits relatés mais plein de celui concernant un auteur ou une période de l’histoire. Du reste, le but de ce travail est sans doute moins d’établir « la vérité » que d’appréhender les imaginaires collectifs, les aspirations des élites et l’identité des matrones via les exempla mis en avant par Plutarque. Cette analyse des représentations morales du féminin dans les Vies Parallèles nous a permis de saisir toute l’ambiguïté du statut des femmes à Rome, à la fois menaces pour le pouvoir des hommes et instigatrices du désordre politique, ambassadrices de la tryphè orientale, mais aussi sauveuses de la cité lorsqu’elles sont restées insensibles aux sirènes de l’immoralité.

4De la fondation de Rome à la mort de Plutarque vers 125 de notre ère, Rome et l’Empire ont été en proie à maintes crises et évolutions politiques, institutionnelles, religieuses, culturelles, intellectuelles ou psychologiques. Toutes ces variations semblent avoir favorisé l’émergence d’une certaine autonomie et d’un certain pouvoir des femmes — surtout des matrones et de ce qui était désigné comme l’ordo matronarum. Bien que généralement considérées comme exclues du domaine politique, il est évident que les matrones romaines, indépendamment de toute considération sur leur moralité ou immoralité supposée, ne l’étaient pas. Elles étaient toujours présentes dans la sphère civique de différentes manières du fait de leur prestige, de leur sacralité, de leur réseau clientélaire, de leurs moyens financiers, de leur importance au sein des stratégies familiales, de leur bonne éducation et d’une autonomie juridique croissante. Elles ont su également s’imposer dans le champ politique selon leurs règles — celles de l’ordo matronarum. Dans une société de hiérarchie ou l’égalité géométrique règne, il aurait été presque absurde de croire que des femmes de l’élite aient été en retrait de la sphère politique et de la gouvernance de l’Empire. In fine, c’est ici moins le genre qui détermine le pouvoir d’un individu que son appartenance à un groupe socio-économique.

Flavie Fontaine, « Une économie des reines lagides », dir. Bernard Legras, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, 2019

5Ce mémoire se présente comme une synthèse utilisant des sources et des recherches qui n’ont jamais traité globalement ce thème — pourtant central — pour comprendre la place et le rôle des femmes de pouvoir dans une monarchie hellénistique. En effet, si leur rôle religieux, culturel et même politique est désormais bien documenté, leur implication dans la sphère économique n’a jamais fait l’objet d’un traitement particulier. Dans l’Égypte lagide, les souveraines de la dynastie agissent, tant à la cour que dans le royaume, aux côtés des souverains, mais également à titre personnel. Les cultes dont elles font l’objet, ainsi que leurs origines macédoniennes et l’héritage pharaonique du pays, favorisent cette place centrale. Ce mémoire a donc pour ambition d’étudier les reines de la dynastie au prisme d’une approche économique au sens large. Il est important de préciser qu’il ne constitue pas un sujet d’histoire économique à proprement parler, mais qu’il emprunte l’outil économique pour percevoir les souveraines sous un nouvel angle. Par conséquent, ce sujet s’articule autour de plusieurs domaines, politique, culturel, social, religieux et diplomatique, qui ont en commun cette problématique économique (IVe-Ier av. n.-è.).

6La recherche se propose de recenser ce qui peut relever de leurs possessions (navales, foncières, animalières, vivrières) ainsi que leurs financements et revenus (impôts, tributs, cadeaux), directs ou indirects, par l’intermédiaire du roi et de ses institutions, de leur vivant ou à titre posthume. Cet ensemble de biens matériels et immatériels, comme le système qu’il nécessite de mobiliser, constitue ce que nous appelons une « économie de la reine ». Ce recensement a été possible grâce à l’élaboration d’une base de données rassemblant les propriétés, les transactions et le personnel travaillant pour les intérêts matériels des reines. Le corpus contient des attestations renvoyant directement ou indirectement à une économie des reines. Il est constitué de sources littéraires et documentaires, grecques, égyptiennes et romaines, rédigées en grec, en égyptien hiéroglyphique et démotique. Il s’agit majoritairement d’une documentation de type papyrologique, mais aussi épigraphique et iconographique (ex : reçus commerciaux, baux de location, stèles commémoratives, décrets royaux, objets de culte, monnaies, oinochoai).

7Notre problématique vise donc à déterminer s’il existe une « économie de la reine » au sein de la dynastie lagide, tout en tentant de comprendre si les souveraines détiennent un pouvoir économique particulier, à travers la typologie de leurs possessions et de leurs revenus, propres ou délégués par le roi, afin de déterminer si elles sont détentrices d’un patrimoine et d’une fortune que l’on pourrait qualifier de personnels et d’en percevoir la variété. Nous avons donc axé une première partie sur la diversité et la nature des possessions, meubles ou immeubles, et des revenus qui en émanent ; puis une seconde partie plus conceptuelle vise à évaluer l’étendue et les caractéristiques d’une économie à la gloire de la reine, à travers l’implication et la présence des souveraines dans les milieux culturels et religieux du royaume, comme les fêtes religieuses et les concours panhelléniques, mais aussi dans la diffusion de l’image royale notamment à travers les émissions monétaires.

8Cette étude a permis de conclure que les reines ont des possessions et revenus personnels, indépendamment du roi, parmi lesquelles des navires de transport, des terres qu’elles exploitent avec un personnel qui leur est propre, ou qu’elles louent à des tiers, et impliquent la création d’un fond spécial de la souveraine (syntaxis) et d’une administration dédiée à ses activités. Elles possèdent aussi des écuries, avec des chevaux qu’elles font concourir aux jeux panhelléniques. En outre, s’il existe une économie personnelle des souveraines émanant de leurs propres actions et investissements, est parallèlement mise en place une politique de glorification de leur personne par le pouvoir royal à travers des cultes, monnaies, objets manufacturés et tout moyen de propagande pour les honorer. Il est donc possible d’affirmer que les reines lagides possèdent des biens, les gèrent et les font prospérer, ce qui leur apportent des revenus, mais aussi qu’elles reçoivent des financements. Cet ensemble constitue ainsi un patrimoine et un capital allant bien au-delà du simple entretien d’un mode de vie, déjà assuré par leur rang. Les souveraines lagides apparaissent donc comme de véritables « femmes d’affaires » de leur temps, tout en incarnant au sein du royaume des allégories de la prospérité du pays.

Aviva Roditi, « Les violences sexuelles dans les discours des orateurs attiques : une approche socio-historique », dir. Sandra Boehringer, Université de Strasbourg, 2019

9La question des violences n’a émergé que récemment dans le champ des recherches académiques relatives à l’histoire ancienne. Ce mémoire poursuit cet axe d’étude et propose une réflexion autour des mentions de violences à caractère sexuel apparaissant dans les discours des orateurs attiques ayant vécu et pratiqué au ve et ivsiècle avant notre ère dans la cité d’Athènes. L’étude de cette forme particulière de violence au prisme du genre permet de mettre au jour un système de normes et de valeurs propre à la cité athénienne et invite à établir un lien avec notre époque actuelle.

10C’est au sein du panel des discours civils et judiciaires — à l’inverse des procès politiques — qu’il est plus aisé de relever et d’analyser des actes et des motifs de violence. Parce que ces procès sont des exercices de rhétorique qui relèvent aussi de la performance, il a été nécessaire de prendre en compte la pratique discursive particulièrement révélatrice du système de pensée de l’époque étudiée. L’alliance du commentaire historique, des outils de l’étude du genre et de l’analyse performative des discours a permis de soulever les interrogations suivantes : comment les violences sexuelles sont-elles présentées par les auteurs et à quelles fins ? L’identité de sexe des auteurs et des victimes joue-t-elle un rôle dans le traitement de ces violences ? Quelles sont, par conséquent, les personnes considérées comme les plus vulnérables et dignes d’être protégées ?

11Une première analyse des sources a permis une mise en lumière des utilisations politiques, économiques, juridiques et idéologiques des violences sexuelles. La question des châtiments laisse apercevoir notamment des inégalités non pas liées au sexe des individus, mais à leur statut. Ainsi, du point de vue athénien, les corps physiques ou symboliques des hommes citoyens sont les plus dignes d’être protégés puisqu’ils contribuent à la pérennité de leur situation sociale. Ils cherchent avant tout à défendre leur maisonnée — de façon concrète le lieu géographique et de façon abstraite les personnes sous leur tutelle, c’est-à-dire leurs épouses, leurs enfants et dans une certaine mesure leurs esclaves —, leur avenir, leur réputation et par conséquent leur honneur. Les femmes, citoyennes, métèques ou esclaves, apparaissent a priori comme des corps intermédiaires sur lesquels certaines violences sont exercées afin d’atteindre un adversaire. Néanmoins, la présence même de ces femmes au sein des discours, démontre une capacité d’agir et une certaine liberté de mouvement qui contribue à effacer le mythe du gynécée. De même, l’étude des contextes extérieurs dans lesquels apparaissent ces violences dénote d’une différence dans le traitement des violences et propose constamment de nouvelles normes de vulnérabilité.

Amélie Schmidt, « Genre et pratique rituelle : les dédicaces privées votives faites à Athéna et à Asclépios en Attique au ive siècle av. JC », dir. Sandra Boehringer, Université de Strasbourg, 2019

12Depuis trois décennies, les travaux de recherche en histoire des femmes et du genre se sont développés dans le champ de l’histoire ancienne et ont permis de réévaluer la place et le rôle des femmes dans la société. C’est dans la continuité de cette démarche que s’inscrit cette recherche portant sur l’articulation entre genre et pratique rituelle à partir des dédicaces privées votives faites à Athéna et à Asclépios en Attique au ive siècle av. J.-C. Parce que les chercheurs modernes se sont réappropriés — parfois hors contexte — les textes des anciens, c’est souvent un tableau d’une cité antique avec des hommes omniprésents et des femmes effacées voire invisibles qui nous a été transmis. Il est important de reconsidérer ce dossier, à partir d’une documentation qui avait été peu prise en compte dans ces travaux.

13À partir d’un corpus épigraphique de 116 inscriptions se trouvant sur des bases de statues, des reliefs votifs ou des ex-voto anatomiques adressés comme offrandes à Athéna et à Asclépios dans une démarche de sollicitation ou de remerciement des divinités pour un bienfait souhaité ou obtenu, cette étude vise à examiner la pratique religieuse des dédicaces votives sous l’angle du genre : quels étaient les critères de distinction importants dans le contexte de cette pratique ? Quel rôle joue l’identité de sexe ? En d’autres termes, y a-t-il des points communs ou des différences entre les pratiques des hommes et des femmes dans ce contexte ?

14Pour mener cette étude, il a été nécessaire d’établir une traduction — pour la première fois en français — de l’ensemble des inscriptions. Une première d’analyse avec les outils du genre et dans une approche sensible à la spécificité des pratiques religieuses antiques permet de mener dans un premier temps une démarche comparative : les inscriptions mentionnant un nom d’homme sont confrontées à celles mentionnant un nom de femme, dans un souci de pertinence scientifique, celle de ne pas imposer au matériau grecque des distinctions de genre qui ne seraient pas pertinentes dans le contexte des pratiques religieuses.

15En prenant en considération la nomination des individus et des motifs de dédicace, le choix de la formule dédicatoire, ainsi que les offrandes qui accompagnent les inscriptions, il est possible de dégager différentes catégories de distinction concernant à la fois les individus, l’inscription et l’objet. L’origine sociale des individus et leur origine géographique constituent également des catégories de distinction intéressantes, mais la nature de la documentation ne permet pas toujours d’approfondir cet aspect.

16La base de données Eurykleia (http://eurykleia.huma-num.fr/​) propose un formulaire utile pour dépouiller les documents et avancer dans l’analyse. Les comparaisons réalisées au sein des différentes catégories de distinction révèlent qu’aucune d’entre elles ne distingue des pratiques masculines ou féminines lorsque les individus adressent des dédicaces votives à Athéna et à Asclépios de leur propre initiative et pour eux-mêmes. Cette étude révèle également de nombreuses similitudes entre les hommes et les femmes dans la manière dont ils accomplissent et se représentent dans cette pratique rituelle. Ces résultats indiquent que les hommes et les femmes sont donc nommés de la même manière, consacrent de la même manière, pour les mêmes raisons, et en faisant les mêmes offrandes.

17À partir des résultats obtenus, il apparaît que l’identité de sexe n’a pas d’influence significative sur la pratique des dédicaces votives faites à Athéna et à Asclépios. Des recherches menées avec un nombre d’inscriptions plus important pourraient permettre d’étendre cette étude à d’autres régions, d’autres divinités et d’autres périodes. Quoi qu’il en soit, ces documents offrent une perspective nouvelle sur la vie des femmes grecques, une image différente de celles que développent les discours officiels à l’assemblée ou au tribunal. Dans le contexte des pratiques dédicatoires en effet, les actions des femmes sont visibles, valables et visibilisées. Le temps de « l’éternelle mineure » est révolu.

Histoire médiévale

Noémie Brun, « La sexualisation des saints et des saintes dans l’hagiographie du haut Moyen Âge », dir. Geneviève Bührer-Thierry, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, 2019

18Au croisement de thématiques théologique, sociale, culturelle et politique, « La sexualisation des saints et des saintes dans l’hagiographie du haut Moyen Âge » propose une étude de la différenciation sexuelle, biologique et sociale, des hommes et des femmes dans ces sociétés. C’est dans cette acception qu’est compris le terme « sexualisation », aujourd’hui très peu défini dans les dictionnaires de référence, alors même qu’il soulève des thématiques essentielles à l’appréhension du système de pensée, de ses applications, des structures sociales et des hiérarchies entre les sexes au sein d’une société.

19Entre le ve et la fin du xie siècle, de nouvelles réflexions se mettent en place avec l’implantation du christianisme en Occident. Discutant des conceptions de Dieu et de sa Création, de la Trinité, de la morale, du Bien et du Mal, les débats des grands penseurs du haut Moyen Âge s’appliquent au travers de dogmes et de pratiques concrètes dans le quotidien du fidèle. Les places de l’individu et du groupe au sein de la société sont ainsi redéfinies tout au long de la période, et avec elles, la place des hommes et celle des femmes, dans des rôles et des attributs qui leurs sont propres.

20Les textes hagiographiques, qui narrent les vies et les miracles des saints et des saintes, offrent des modèles de vie, de vertu et de piété à l’ensemble de la communauté chrétienne. Pour la société qui les produit, ces textes, par l’intermédiaire de ces hommes et ces femmes exceptionnels, présentent l’idéal du chrétien exemplaire. Ils paraissent donc être un lieu privilégié pour étudier cette sexualisation et ses évolutions. Le corpus a ainsi été constitué autour de huit saints, quatre hommes et quatre femmes, et de dix récits qui leur ont été dédiés. Il s’agit des Vies de Radegonde de Poitiers (ꝉ 587), Emmeram de Ratisbonne (ꝉ 652), Amand de Maastricht (ꝉ 679), Bavon de Gand (ꝉ 625-650), Amalberge de Tamise (ꝉ 700-750), Gengoul de Varenne (ꝉ 760), Leoba de Bischofsheim (ꝉ 779-782) et Hathumoda de Gandersheim (ꝉ 874). Tous ces documents, composés par des auteurs identifiés, débattus ou anonymes, sont estimés entre la fin du VIe et la première moitié du xie siècle.

21Ce travail se concentre, dans un premier temps, sur les lieux d’expression d’une sexualisation des saints et des saintes, avant de se pencher sur les finalités de cette dernière. Ainsi, après avoir défini le cadre général des recherches en retraçant l’historiographie du sujet et en exposant le contexte général des sociétés étudiées, il a été possible de dégager trois axes de recherche.

22L’étude de la sexualisation des saints et des saintes suppose tout d’abord de s’intéresser au sexe et à la sexualité de ces protagonistes. Or, une sexualité ne se comprend, dans les conceptions chrétiennes du haut Moyen Âge, que dans le cadre réglementé du mariage et dans une finalité procréatrice. De cette constatation découle un premier axe de recherche sur le mariage et la descendance. D’ores et déjà, des distinctions s’opèrent dans le traitement des corps, de la sexualité, mais également dans la place qui est attribuée aux saints et aux saintes, en fonction de leur sexe, auprès de Dieu.

23La seconde question qui s’est imposée est celle de l’incarnation de la sexualisation. Ainsi, un deuxième axe s’est constitué autour des corps et des discours qui s’y rapportent. Énoncer la beauté des corps, masculins comme féminins, permet d’affirmer, non seulement le contrôle légitime de l’esprit sur une chair potentiellement pécheresse, mais également d’instituer une hiérarchie idéologique et sociale par la représentation de l’esprit dans les clercs, et des laïcs dans le corps. Au-delà de ces hiérarchies, saints et saintes s’élèvent ensemble au-dessus de tout fidèle, et sont ainsi exposés comme exemple à tous, tout sexe confondu. Toutefois, les distinctions dépeintes entre les hommes et les femmes sont, encore une fois, trop présentes pour ne pas engendrer de nouveaux questionnements.

24Couplées à la lecture de plusieurs Pères de l’Eglise ou encore à la représentation des fidèles dans l’au-delà, ces observations ont mené à une réflexion plus vaste et plus complexe : la sainteté peut-elle avoir un genre ? Celle-ci s’est imposée comme dernier axe, mêlant les définitions traditionnelles de sainteté féminine et de sainteté masculine, à des figures de genres différents. Nous avons donc cherché à explorer plusieurs hypothèses afin de comprendre si, dans ces conceptions chrétiennes du haut Moyen Âge, la sexualisation des saints et des saintes dans l’hagiographie aurait permis la mise en place de nouveaux genres, au-delà du genre humain.

Louise Gay, « Les reines capétiennes entre guerre et diplomatique (xe-xive siècles) », dir. Sophie Brouquet, Université Toulouse Jean Jaurès, 2019

25La souveraineté au Moyen Âge est un objet d’étude que l’on a envisagé, pensé, et écrit avant tout au masculin. Au cœur de cette conception androcentrée, l’activité guerrière apparaît comme une prérogative exclusivement masculine, devenue le terrain privilégié de la manifestation du pouvoir et de la virilité des monarques. Les femmes, que les héritages judaïque, gréco-romain et chrétien définissent tous trois comme des êtres faibles répugnant à la violence, en sont écartées. Dévolues par Dieu à un rôle procréateur, elles agiraient de manière contre-nature en prenant les armes pour donner la mort. En définitive, celles-ci n’auraient de place ni sur les champs de bataille, ni dans les sphères de commandement.

26Tout semble donc indiquer que la conception médiévale du rôle de l’épouse du roi est d’être une reine de paix : depuis son mariage, scellant l’alliance entre son lignage et la maison royale, jusqu’à son éducation, destinée à faire d’elle une figure conciliatrice et pacificatrice à l’image de la Vierge. Dans les faits cependant, le rôle politique de la reine l’amène parfois à la guerre. Révélant un champ d’action bien plus étendu que ne le laisse entendre le positionnement du clergé ou des juristes, celle-ci n’hésite pas à prendre part aux conflits armés, voire même, pour certaines, à les initier. Les exemples ne manquent pas pour illustrer les interventions réginales dans les affaires du royaume capétien. On peut penser à la reine Rozala-Suzanne d’Italie qui, une fois répudiée par son époux Robert le Pieux, mène une offensive contre ce dernier ; ou bien encore à la reine mère Adèle de Champagne, entrée dans une rébellion armée contre son fils Philippe-Auguste à la fin du xiie siècle. En dehors des champs de batailles, les reines influencent également la diplomatie capétienne en faisant valoir leurs intérêts personnels et familiaux, et agissent en tant que médiatrices privilégiées lors des conflits.

27Aux confluents de l’histoire politique, militaire et du genre, ce mémoire interroge le pouvoir au féminin dans ses attributs traditionnellement perçus comme masculins. Il s’appuie pour cela sur un corpus réunissant huit reines capétiennes dans un vaste cadre chronologique s’étalant de la fin du xe siècle au début du xive siècle : Adélaïde de Poitou, Rozala-Suzanne d’Italie, Constance d’Arles, Aliénor d’Aquitaine, Adèle de Champagne, Blanche de Castille, Marguerite de Provence et Jeanne de Navarre. En mettant en perspective les évolutions du pouvoir royal et la capacité d’action des reines dans le domaine guerrier, nous entendons distinguer les motifs qui poussent ces femmes de pouvoir à détraquer la paix, ou, à l’inverse, les contextes qui font d’elles des pacificatrices. Une réflexion qui invite à se pencher sur la proximité de ces femmes à la chose militaire, ainsi qu’aux réseaux qu’elles entretiennent. Sont-elles bien des « Capétiennes » ou restent-elles fidèles à leur lignage de naissance ?

28Du point de vue des sources, l’enjeu a été de regrouper archives de la Chancellerie royale et sources narratives afin de les associer et de les comparer. Si les débuts capétiens (xe-xiie siècles) se dévoilent presque exclusivement par le biais des chroniques monastiques sous influence royale, peu nombreuses et offrant de ce fait un point de vue orienté et marqué par la morale cléricale, les siècles suivants (xiiie-xivsiècles) permettent une meilleure approche de l’objet d’étude grâce à la multiplication et à la diversification des documents. Un décuplement de la documentation nous autorise à étudier la subjectivité historiographique de chaque source en croisant les points de vue.

29Dans cette optique, il a d’abord fallu revenir sur la construction de la « reinauté » capétienne dans les premiers temps de la dynastie. Dame féodale avant tout, la reine manifeste alors une loyauté centrée sur sa famille, de naissance plutôt que maritale, et n’hésite pas à prendre les armes pour défendre les siens et son propre agenda politique. L’affirmation de la prédominance de la maison capétienne sur ses vassales au tournant des xiie et xiiie siècles la prive cependant d’aller désormais à l’encontre du pouvoir royal, devenu trop puissant. Représentant la « paix du roi », celle-ci ne peut dorénavant agir que de concert avec la monarchie pour la détraquer, et doit faire passer ses intérêts personnels et lignagers après ceux du royaume. Les images et les représentations auxquelles les chroniqueurs font référence pour rapporter leurs interventions diplomatiques et militaires contribuent, quant à elles, à les marginaliser en faisant appel à des figures extraordinaires et des constructions stéréotypées. À l’issue de cette première recherche un constat s’impose néanmoins : l’exceptionnalité attribuée aux reines impliquées dans la guerre et la diplomatie doit être reconsidérée face à la récurrence du phénomène, tant au sein de la dynastie qu’à l’étranger.

Enora Le Cabec, « Le travestissement au Moyen Âge au travers de sources littéraires et judiciaires (xiie-xvie siècles) », dir. Christophe Maneuvrier, Université Caen-Normandie, 2019

30Le travestissement à l’époque médiévale est un sujet qui mêle histoire du genre et histoire des sexualités. Une personne travestie est une personne qui porte des habits du genre opposé à celui qui lui a été attribué à sa naissance, par son anatomie. Souvent synonyme de déguisement, le travestissement, ou transvestisme, implique parfois également l’adoption du comportement du genre opposé, ainsi que l’emprunt de ses pratiques et autres attributs.

31Au Moyen Âge, il est difficile, voire impossible, de trouver des témoignages directs de ces individus. Pourtant, des sources judiciaires de la fin de la période attestent de la présence de personnes travesties à l’époque médiévale. Aujourd’hui, l’un des personnages médiévaux les plus emblématiques du royaume de France relève d’ailleurs du travestissement. Jeanne d’Arc est ainsi condamnée et brûlée en mai 1431 pour sa reprise du vêtement masculin. Un autre procès anglais a lieu une quarantaine d’années plus tôt et implique John Rykener, qui désire être appelé Eleanor. Rykener est ainsi interrogé.e après avoir été surpris.e en plein acte sexuel avec un homme qui avait payé ses services. Il s’agit là de deux sources judiciaires bien différentes, le premier personnage étant soutenu par l’Église et le second étant un.e prostitué.e.

32Les sources littéraires sont des témoins importants de l’existence de cette pratique par le passé. Ainsi, des œuvres fictives peuvent se construire en totalité autour ou avec un épisode de travestissement. C’est le cas de l’Alda de Guillaume de Blois (1167-1169), du Roman de Silence de Heldris de Cornuälle (xiiie siècle) ou encore Frauendienst de Ulrich von Lichtenstein (1255). Des recueils de nouvelles peuvent aussi avoir recours au travestissement comme outil littéraire comique par exemple. Ainsi, Rutebeuf (milieu du xiiie siècle), Boccace, dans le Decameron (1349-1351) et dans le De Mulieribus Claris (1361-1375), Philippe de Vigneulles, dans les Cent Nouvelles Nouvelles (1505-1515), et Marguerite d’Angoulême, dans l’Heptameron (environ 1542-1549), utilisent-ils le transvestisme dans certaines de leurs histoires. Enfin, les vitae de saintes font une place plus ou moins importante au travestissement. On en trouve la trace pour neuf saintes dans la Légende dorée de Jacques de Voragine, traduite par Jean de Vignay et révisée par Jean Batallier (1476). On y repère aussi des épisodes plus accessoires dans d’autres légendes, comme le déguisement de païens en femmes lors de cérémonies ou l’utilisation d’une fausse barbe par les femmes des Lombards sous le règne d’Albion.

33Tous ces documents hétéroclites sont des exemples des diverses sources dans lesquelles les chercheurs et chercheuses peuvent actuellement trouver des descriptions de cette pratique. À la lecture de ces différents épisodes, notre vision de contemporain.es des années 2010 du transvestisme est mise à mal. En effet, le travestissement n’est ici pas le fait presque exclusif d’hommes. Ce n’est pas non plus une pratique uniquement festive. Au contraire, elle peut parfois être approuvée par l’Église et même mise en avant par la sainteté. C’est pourquoi ce mémoire amène à se demander dans quelle mesure, au travers des sources citées, le travestissement permet un renforcement des normes genrées et sexuelles en Europe occidentale, ?

34Nous comprendrons alors que les transvestismes masculins et féminins se distinguent par leurs attributs et leurs justifications. Les femmes se travestissent par nécessité face à un danger (souvent une violence masculine, individuelle ou collective), tandis que le travestissement masculin est une pratique temporaire, d’une durée courte et/ou précise et qui ne découle pas d’une urgence face à un péril mortel. Ces deux types de travestissement genré renforcent des modèles, plus ou moins abstraits, d’hommes et de femmes. Les femmes sont encadrées par des exemples qui se rapprochent de modèles bibliques, tels que Marie ou Marie-Madeleine. Les hommes travestis sont moqués, faisant de ce travestissement une pratique ridicule qui sert uniquement de déguisement. Il s’agit également d’un moyen de contrôler la sexualité et de la restreindre au seul cadre conjugal. Ces histoires permettent de présenter aux femmes les deux modèles de vie qui leur sont offerts à l’époque : la religion ou le mariage. Les auteurs et l’autrice y condamnent également l’homosexualité masculine et féminine et blâment les personnes qui pratiquent l’adultère. L’acte sexuel est contenu dans le mariage et la procréation. Le travestissement devient alors un modèle encadrant une pratique pouvant remettre en cause les barrières de genre inscrites dans la société médiévale.

Isabelle Magnan, « Les violences faites aux femmes : justice et société à la fin du Moyen Âge (xive-xve siècles », dir. Maïté Billoré, Université Lyon 3, 2019

35La violence est un phénomène historique qui traverse les âges et qui ne cesse de nous étonner par les ignominies que l’on découvre chaque jour dans les actualités, mais également, grâce aux archives parvenues jusqu’à nous. Il s’agit également d’un fait : notre société est violente, c’est dans sa nature comme dans celle de l’être humain. Le plus anodin mais aussi le plus terrifiant, c’est que nous devons vivre avec cette violence, quotidienne ou extraordinaire, qui transforme nos vies. Elle angoisse, horrifie mais aussi fascine et surtout, permet de comprendre notre société et l’Homme. Son étude est donc primordiale car elle permet d’apporter des réponses aux questions sur les enjeux sociétaux actuels, mais également sur ce que nous sommes tout simplement. En France, en 2018, 121 femmes sont décédées sous les coups de leur mari, quant le nombre de viols dénoncés (seulement !) aux autorités a augmenté de 20 % en cinq ans. La violence est un fait mais c’est également un fléau. Comment comprendre ce que nous vivons actuellement sans entreprendre un retour vers le passé ? Il s’agit de pénétrer au cœur de la construction de notre société, afin de saisir comment nous en sommes arrivés là aujourd’hui.

36Très tardivement, nous nous sommes demandé.es si nous pouvions faire une histoire des femmes. Celles-ci, trop souvent tenues à l’écart de l’histoire de notre pays, sont aujourd’hui un objet d’étude incontournable. Le pluriel est ici volontaire puisque les femmes ne sont pas qu’une et leur histoire non plus. En effet, les sources révèlent des réalités, des destins et des vies, mais également une individualité des femmes, une consistance et une existence propre à chacune, qui les intègrent pleinement dans la société médiévale, dans sa construction et dans son évolution.

37Les violences envers les femmes sont une préoccupation de tous les instants qui traverse le temps et les sociétés. Cette domination masculine, bien plus qu’une question d’actualité, renvoie à des pratiques anciennes que les sociologues et anthropologues tentent aujourd’hui de comprendre et d’expliquer. L’étude de ces violences dévoile une grande richesse d’informations les concernant : leur vie, leurs droits, leurs devoirs, leur symbolisme et représentations, mais également leur statut et plus largement leurs rapports aux autres, qu’ils soient féminins ou masculins, ce que nous appelons aujourd’hui l’altérité. Cet objet d’étude est primordial à analyser, non pas pour savoir si oui ou non les femmes sont les égales des hommes ou si une certaine parité existait déjà au Moyen Âge, (de tout cela nous en connaissons déjà plus ou moins les réponses), mais plutôt afin de chercher et d’entrevoir la parole des femmes, leur propre vision de leur condition et de leur place au sein de la société, mais également leur vécu et les liens qu’elles ont choisis d’entretenir dans la sphère publique et privée. Les violences qu’elles soient ordinaires ou extraordinaires façonnent un quotidien que nous, historien.nes médiévistes, tentons d’apercevoir et d’imaginer. Ainsi, ce mémoire s’inscrit dans une historiographie récente et propose une brève mais riche incursion dans la vie des femmes à l’époque médiévale ; il s’agit de comprendre et de cerner leur quotidien à travers les violences. Cette problématique qui se veut générale permet d’offrir un travail de recherche global, répondant à deux objectifs : apporter des informations nouvelles ou complémentaires sur l’étude des femmes mais également, faire ressortir de nouvelles thématiques et axes de recherche qui peuvent être traités dans le futur, et ainsi ouvrir la voie à de nouvelles questions et réflexions. Afin de répondre au mieux à ce questionnement, cette recherche est appuyée sur des documents d’archives — plus précisément des sources criminelles —, dans le but d’entreprendre une histoire sociale à travers le domaine judiciaire. Ce choix de la justice se justifie par une certaine visibilité donnée aux femmes dans ces textes que d’autres sources ne révèlent pas. Ce mémoire s’appuie donc sur quatre dossiers archivistiques datant des xive et xve siècles : Lyon et Dijon et leurs registres d’audience ; le Poitou avec des lettres de rémission et enfin un plaid, tenu à Morteau. L’étude de ces documents apporte une grande richesse d’informations et suscite un profond intérêt pour l’historien, puisque chaque région révèle un particularisme politique et juridique, ainsi que des us et coutumes, qui s’organisent et s’articulent différemment selon leur position géographique et l’autorité instituée au sein des villes. Par conséquent, ils ouvrent la voie vers un comparatisme régional sur la condition féminine : peut-il vraiment être tenté ? De plus, ces documents permettent l’utilisation du quantitatif et un traitement statistique des données recueillies. Dans un souci de croiser les sources et de nourrir la réflexion proposée dans ce travail de recherche, il était important de rapprocher ces documents judiciaires avec d’autres types de sources. Par conséquent, le corpus s’est enrichi de chroniques, d’œuvres littéraires, de textes hagiographiques, de sources normatives mais également d’une iconographie venus compléter les sources de la pratique ; ils ont permis d’une part, d’étendre cette analyse à toutes les couches de la société et d’autre part, de faire davantage ressortir les différentes dynamiques de la violence auxquelles sont confrontées les femmes à l’époque médiévale. En effet, le choix de ces sources, loin d’être anodin, se situe toujours dans l’optique de fournir un travail général. Il était primordial, grâce à la complémentarité des documents d’analyser la violence sous ses différents angles. En effet, les chroniques mentionnent des violences sur les femmes de la haute aristocratie, catégorie sociale absente des sources de la pratique. Les œuvres littéraires quant à elles, au-delà d’offrir une vision de la violence que peuvent subir les femmes, renseignent davantage sur celle de leur auteur, c’est-à-dire les hommes. Cette perception masculine des femmes et de la violence traduit les normes comportementales qu’ils doivent avoir envers elles : vision essentielle pour comprendre les relations qu’entretiennent les deux sexes. Grâce à l’étude des sources normatives, nous touchons aux prémices du droit des femmes et de leur représentation dans le paysage judiciaire. Ces documents permettent de percevoir les différences de traitements infligées aux coupables selon les régions et comment les femmes sont traitées et catégorisées au sein de la société médiévale selon leur statut. Enfin, les textes hagiographiques exposent un panel de tortures et sévices infligés aux femmes ; quant aux enluminures, nous pouvons y déceler, outre la perception de la violence de leurs auteurs, une vision masculine, parfois déformée, du corps féminin.

38Une typologie des violences, dressée dans une première partie, permet de dévoiler comment elles s’articulent dans les sources et quel type d’actes elles relèvent. De plus, une analyse du vocabulaire employé par les rédacteurs des textes vient compléter cette taxonomie. En effet, chaque document traite d’un ou plusieurs types de violences qui ne sont pas exprimés de la même façon selon la nature de la source. Le récit peut être bref ou au contraire très détaillé, permettant ainsi de capter le regard que portent les médiévaux sur telle ou telle brutalité. Ainsi, l’analyse des mots permet de replacer les violences dans leur contexte et de percevoir les différences qui peuvent exister entre notre vision contemporaine de ce phénomène et celle du Moyen Âge, mais également entre les hommes et les femmes de cette époque. Ainsi, il a été révélé que le vocabulaire du viol est flou et instable — autant du côté du coupable que celui de la victime — ; il peut, selon les sources, se confondre avec le rapt. Des expressions ou autres mots plus ou moins fantasques viennent se confondre avec le verbe « violer » utilisé aujourd’hui. Seules deux occurrences de ce terme ont été retrouvées dans l’ensemble du corpus, ce qui prouve la rareté de son emploi. Ainsi, chaque document révèle donc sa représentation de la violence, dévoilant ainsi sa vision de la femme médiévale.

39L’analyse des conflits, véritables reflets d’un quotidien, compose le deuxième temps de l’étude. Comprendre la place des femmes et de leur corps dans le conflit permet de mettre en lumière des règles sociales qui dictent les hommes et la violence. Par exemple, la famille est un cadre structurel et social essentiel à cette époque, expliquant ainsi la relative faiblesse des violences intra-familiales (attention aux effets de sources, cela ne veut pas dire qu’elles sont rares ou inexistantes), constatation qui rejoint les travaux de certains historiens comme Claude Gauvard. Une étude sociologique permet également de mettre en lumière le profil type des victimes, révélant que toutes les femmes ne sont pas concernées par les mêmes brutalités et que les liens entre l’agresseur et l’agressée sont multiples et diffèrent selon les actes. La thématique du corps féminin, objet d’étude essentiel lorsque l’on traite de violence, occupe une grande place dans cette analyse. En effet, ce corps était problématique pour les rédacteurs des documents étudiés et il renvoyait à une image particulière et complexe de la femme, expliquant ainsi certaines violences. En effet, les hommes craignent ce corps tout en étant fasciné par lui. Dans les chroniques, il est parfois instrumentalisé afin de décrire les horreurs de la guerre mais dans les autres sources il est surtout critiqué, malmené et déshumanisé, avant d’être réhabilité vers la fin du Moyen Âge lorsque la vision de la sexualité évolue.

40Les femmes et la justice clôturent ce travail de recherche. Les sources de la pratique révèlent comment le système judiciaire répond à leurs attentes. En effet, une analyse du rôle et de la place de la justice dans la vie des femmes à cette époque est essentielle. Les victimes conservent certaines attentes envers une institution qui représente des enjeux capitaux pour elles. L’enquête menée est centrée sur la victime, les coupables n’apparaissent que très peu au fil des interrogatoires. Leur profil peut tout de même être dressé : leur sexe, âge, profession, lieu d’habitation, famille et relations permettent de mieux les cerner et d’appréhender les dangers auxquels les femmes étaient confrontées. De plus, les investigations entreprises par le personnel de justice, révèlent les liens qu’ont les femmes au sein de leur environnement et la nature de ceux-ci. Elles nouent des amitiés avec leurs voisines ; les hommes et les femmes restent dans un mode de relations conflictuelles : aucun lien n’est possible entre eux, mise à part dans le cadre familial ou dans le domaine charnel. Les femmes pratiquent leurs activités entre elles et les hommes aussi.

41Par sa pluridisciplinarité (anthropologie, linguistique, sociologie, psychologie et bien sûr, histoire), ce mémoire démontre que les femmes — comme les hommes — vivent pleinement au sein de la société médiévale et participent entièrement à la vie communautaire ; elles travaillent, pratiquent des activités et ont des amies. Elles sont les gardiennes de leur foyer et les protectrices de leur famille, mais elles occupent également l’espace public ; elles sortent, commercent dans la rue. Elles vont également boire à la taverne et pratiquent des métiers d’hommes en participant au guet de la ville ou en transportant des matériaux sur des chantiers.

42Mais surtout elles savent vivre avec la violence qui plane sur elles à chaque instant, en temps de guerre comme en temps de paix, au sein de leur maison comme en pleine rue, à la ville comme à la campagne ; elles résistent, se battent, insultent, mais aussi se défendent et se plaignent. Elles osent le faire car elles connaissent leurs droits, leur statut et leur situation. Elles sont présentes partout et bien qu’elles ne soient les auteurs d’aucun document étudié, on arrive tant bien que mal à les entendre.

43Nous pouvons aujourd’hui affirmer que les femmes sont un objet d’étude actif au sein de la discipline historique et qu’elles y ont leur place. Cependant, les travaux les concernant restent encore trop en marge de la recherche. Comme l’a très justement écrit Michelle Perrot dans un article tiré du journal Le Monde en 2018 : « l’histoire demeure une science largement virile, dans son exercice, comme dans son contenu ». Pourtant, loin d’être le signe d’un découragement ou d’une fatalité, cette citation résonne pour les jeunes historiens, comme un défi, un objectif à atteindre ou un espoir, nous promettant de nombreuses et palpitantes recherches. Il reste encore beaucoup à découvrir !

Bérangère Mouchy, « Chevaux, genre et représentations du pouvoir : l’exemple de Marguerite de Flandre (1369-1405) », dir. Martine Clouzot, Université de Bourgogne, 2019

44Partant du constat d’un vide historiographique, le mémoire « Chevaux, genre et représentations du pouvoir, l’exemple de Marguerite de Flandre (1369-1405) » cherche à démontrer que les chevaux des dames, et en particulier d’une femme de haut rang, jouent un rôle dans l’exercice et la manifestation du pouvoir. Pour cela, il s’appuie sur des registres de comptabilité et les Chroniques de Froissart. Les comptabilités bourguignonnes et, en particulier, celles de la recette générale, sont quasiment continues, offrant ainsi un regard complet sur la période concernée. Froissart fait un récit détaillé de l’entrée d’Isabeau de Bavière, des femmes présentes et de leurs chevaux. D’autres sources, envisagées au départ, comme les sceaux et les enluminures, ont finalement été laissées de côté, les premiers en raison de l’absence de sceaux équestres de dames sur la période, les enluminures compte tenu du décalage entre ces images et la réalité.

45Le choix de Marguerite de Flandre n’est pas un hasard. Elle est l’une des femmes les plus importantes de son époque et ce pour deux raisons principales : elle est l’épouse d’un frère puis d’un oncle du roi de France mais aussi l’héritière des terres de Flandre rattachées au duché de Bourgogne à la mort de son père en 1384. Qualifiée de « princesse des Flamands », elle invite à réfléchir sur la nature particulière de son pouvoir. Elle a aussi été deux fois duchesse de Bourgogne. Cependant, en raison de sa jeunesse (sept ans) et de la volonté d’éviter une rupture dans les archives et la chronologie de cette étude, son premier mariage a été exclu pour mieux se concentrer sur le second.

46Cette étude se trouve donc au carrefour de l’histoire des animaux, de l’histoire du genre, de l’histoire de la Bourgogne et de l’histoire du pouvoir. D’un point de vue méthodologique, l’interdisciplinarité a été de mise. Une des difficultés rencontrées réside dans l’ampleur des sources mobilisées par rapport aux mentions de la duchesse rencontrées. Afin d’ordonner cette masse documentaire principalement comptable, une base de données a été construite. Autre difficulté, bien garder en tête le risque d’anachronisme quand on s’intéresse aux animaux, les chevaux du xive siècle n’étant pas ceux de 2019.

47Le mémoire invite donc à se poser de nombreuses questions : quelle est alors la place et le rôle des chevaux ? Quelle est la composition des écuries de la duchesse ? Possède-t-elle d’ailleurs une écurie ? Quels sont les types et les origines des chevaux présents ? Comment la duchesse se déplace-t-elle ? La duchesse a-t-elle reçu des cadeaux diplomatiques sous forme de chevaux ? Quel est la place de l’apparat et de l’équipement ? Quel est la place des femmes et des chevaux dans les cérémonies ? À l’égard des chevaux, quels sont les points communs entre hommes et femmes et à l’inverse, quels sont les aspects spécifiquement féminins ? Toutes ces questions ont été regroupées en une seule problématique : comment les chevaux de Marguerite de Flandre participent-ils de la représentation du pouvoir de cette duchesse de Bourgogne ?

48Marguerite de Flandre possède bien son écurie comme d’autres dames de son époque, elle lui est indispensable. Ses chevaux participent de la représentation du pouvoir par leur prix, leur qualité, le soin qu’on leur apporte mais aussi parce qu’ils sont désignés comme appartenant à la duchesse. Les élevages bourguignons et en particulier, le haras de Brazey, propriété de la duchesse, jouent un rôle important dans l’approvisionnement des écuries ducales, même si, numériquement, ils ne suffisent pas. Ces équidés permettent aussi l’exercice pratique du pouvoir de la duchesse : moyen de déplacement de la duchesse et donc de gouvernement pour elle et son mari, ils peuvent être aussi des cadeaux diplomatiques fort appréciés. Enfin, un soin particulier est apporté aux équipements notamment aux chariots. En raison des lacunes documentaires, certaines questions sont difficiles à traiter telle celle des vêtements équestres de la duchesse. L’apparat et les chevaux de parade trouvent toute leur place dans des moments rares et exceptionnels comme une entrée réginale. Le recours aux chariots et à la litière comme la monte de côté sont spécifiquement associés aux femmes. Marguerite de Flandre créé d’ailleurs un précédent en utilisant un chariot, ce dernier ayant servi de modèle à celui de sa fille lors de son mariage avec le duc d’Autriche en 1393.

49Cette étude pourra être étendue géographiquement et chronologiquement afin de repérer d’éventuelles évolutions et spécificités régionales. Les études sur les femmes et les chevaux à l’époque médiévale tout comme les travaux sur les duchesses étant encore rares, elles sont à poursuivre.

Histoire moderne

Natacha Aprile, « Art et homosexualité à Rome dans l’entourage du Caravage », dir. Anne Perrin Khelissa, Université Toulouse-Jean Jaurès, 2017

50L’érotisme, et plus précisément l’homoérotisme, est l’une des caractéristiques les plus importantes de l’art du Caravage (v. 1571-1610) : aussi bien dans ses peintures de jeunesse que dans sa production religieuse. C’est pourquoi, ses œuvres ont souvent été rejetées sous prétexte d’être « obscènes ». Un des exemples les plus connus est sans aucun doute la première version du Saint Mathieu et l’Ange (détruite) où était représentée un contact « inapproprié » entre les deux protagonistes. La seconde version, cette fois acceptée par la chapelle Contarelli, montre l’Ange et le Saint complètement séparés. Beaucoup d’autres toiles, comme ses multiples Bacchus ou ses portraits d’hommes, montrent l’ambivalence du désir et remplacent le modèle féminin passif par de jeunes hommes langoureux. Mais de nos jours, seule la subversion du style naturaliste est retenue.

51Notre approche inédite du Caravage, incluant les perspectives du genre et de l’homosexualité, révèle, tant du point de vue artistique que personnel, des éléments longtemps niés par l’historiographie. Cette recherche s’intéresse à l’homoérotisme qui caractérise son œuvre. Les protecteurs du Caravage sont aussi au cœur de la réflexion. Au cours de sa vie, l’artiste a été confronté à de nombreuses reprises à la justice : que ce soit pour port illégal de d’épée, trouble à l’ordre public ou encore pour meurtre, il a pu compter sur ses nombreux mécènes pour le sortir des situations les plus délicates. C’est notamment le cas du cardinal Francesco Del Monte (1549-1626), un de ces principaux protecteurs qui a contribué à en faire l’un des artistes les plus connus de son temps. Il est nottament le commanditaire de la fameuse toile Le Concert (MET, New York) qui offre un aperçu des parties-fines organisées par l’ecclésiastique. Cette étude accorde également un intérêt tout particulier aux élites et aux cercles de la sociabilité romaine du xviie siècle, composés d’érudits, d’amateurs d’art et de musique, qui se sont épanouis dans l’observation et la collection des toiles du Caravage. Ces protecteurs constituaient ainsi, de manière plus sous-entendue que véritablement revendiquée, un réseau d’homosociabilité réuni par l’amour commun pour les toiles du Caravage dont ils se disputaient les productions. Les commanditaires ont ainsi joué un rôle déterminant dans la carrière de l’artiste qui a pu voir ses toiles dépasser les frontières de la péninsule italienne.

52Grâce à l’étude du contexte historique et des pratiques sexuelles de la population romaine du xviisiècle, la répression mise en place par le Gouverneur de Rome contre la « sodomie » est analysée. Ce travail s’appuie essentiellement sur les archives judiciaires romaines, notamment les procès qui ont été intentés contre Caravage et tout particulièrement le procès de 1603 qui l’oppose à Giovanni Baglione (1566-1643). En outre, le fond d’archives du Tribunal du Gouverneur de Rome a été exploré pour les années 1600 à 1666. Cette institution était alors en charge des crimes et des procès de mœurs, incluant les faits relevant de la sexualité dont les pratiques dites « contre-nature ». Dans ce fonds, on trouve 99 procès pour « sodomie ». Au regard des milliers de crimes jugés par le tribunal, ce nombre est faible. Loin de signifier l’inexistence de cette pratique, ce manque de matériel juridique souligne la difficulté pour l’époque de juger un tel « crime » s’il n’est pas pris sur le fait. La sévérité de la répression et des condamnations souligne le caractère privilégié du cercle de sociabilité du peintre qui bénéficiait d’une impunité presque totale.

53Notre recherche met en évidence un réseau d’homosociabilité puissant constitué de nombreuses personnalités et qui ont toutes, à leur échelle, contribué au succès du Caravage. Outre les grands protecteurs incontournables du xviie siècle romain, émerge Mario Minniti (1577-1640), un de ses modèles et amants, qui l’a accompagné lors de ses dernières années et qui offre des informatons cruciales sur le meurtre commis par Caravage en 1606. La vie de cet artiste est un des exemples les plus significatifs d’un sujet renouvelé par le prisme de l’homosexualité. Si le peintre est souvent décrit comme un homme à femmes, cette vision n’est qu’une création des chercheurs du xxe siècle. Malgré les preuves de son homosexualité présentes dans les archives, elle reste souvent niée dans le domaine de l’histoire de l’art. Plus précisément, sa « présumée » homosexualité a été pendant longtemps considérée comme une rumeur, supposée nuire et minimiser son talent artistique.

Laurie Barao, « Corps et corsets du milieu du xviiie siècle à la fin des années 1820 », dir. Natacha Coquery, Université Lyon 2, 2019

54Ce mémoire, accompagné d’un fascicule iconographique, porte sur les corps et corsets de la seconde moitié du xviiie siècle à la fin des années 1830, période marquée par une plus grande liberté corporelle. L’essor de nouveaux courants idéologiques dans la seconde moitié du xviiisiècle est concomitant d’un début d’assouplissement des corps ; en 1829, l’invention du dos à poulies permet aux femmes de se lacer et délacer seules. Il a semblé plus pertinent de parler de « corps » plutôt que de « corset », terme restrictif qui ne qualifie pas l’ensemble des vêtements qui contraignent le buste.

55L’étude est au croisement de plusieurs axes de recherche. Elle touche l’histoire du corps, celle de la mode et de la culture matérielle ; représentant le sexe féminin, ces pièces sont emblématiques pour l’histoire des femmes et du genre. La pluralité des domaines abordés explique la diversité de la bibliographie et des sources. Le recueil de sources imprimées provient d’une sélection faite sur Gallica. Aux discours sur les corps, il a été choisi d’ajouter l’étude des objets eux-mêmes : un corpus de 63 pièces a été constitué en collectant des informations dans les catalogues d’expositions, les bases de données en ligne ou en contactant directement quelques musées (palais Galliera, Museon Arleten, Musée des Tissus de Lyon). L’iconographie a aussi été un point d’appui indispensable.

56L’enjeu de cette recherche est de montrer que l’évolution du corps éclaire les changements sociaux qui entourent son utilisation. Ce mémoire s’organise autour de trois axes principaux : le contexte socio-économique et politique, les discours, le genre.

57Dans un premier temps, la réflexion s’organise autour de l’évolution physique de l’objet et de sa consommation, liées aux modifications socio-économiques et politiques. D’abord privilège aristocratique, le port du corps se répand dans la société avec l’augmentation générale de la consommation. Un point central du travail a été de mettre en évidence un phénomène d’imitation à double sens. Les femmes de l’élite se sont approprié certains éléments des corps des femmes laborieuses et inversement. La relative uniformisation des bustes entraîne un brouillage de la lecture sociale. L’allégement de la contrainte vestimentaire est à son apogée aux alentours de la Révolution. Cependant, cette pause de liberté corporelle a été de courte durée puisque dès le début du xixe siècle les corps ont été utilisés à des fins politiques ; leur réintroduction devait légitimer les nouveaux régimes en rappelant le prestige monarchique.

58Dans un deuxième temps, les discours sur l’usage des corps et corsets ont été analysés en distinguant les ouvrages médico-pédagogiques des œuvres plus poétiques. Les débats sur le port des corps et corsets interviennent dans un contexte de peur de dégénérescence de l’espèce et de dépopulation. Contre ce fléau, les médecins font des corps et corsets des boucs émissaires et ont tendance à exagérer leurs effets néfastes. À l’inverse, les auteurs littéraires (romans, almanachs, poèmes…) en ont une vision plutôt favorable, mais leur emploi rend les femmes si sensuelles et désirables que les hommes craignent ces pièces, semblables à des armes qui viseraient à les asservir. Entre ces deux perceptions, grâce à de rares témoignages, l’avis des femmes a pu être analysé. Leurs propos sont pleins d’ambiguïté ; certaines sont satisfaites de l’assouplissement de la contrainte des corps, d’autres se montrent hostiles au déclin de la hiérarchie sociale.

59Enfin, dans un troisième temps, cette étude révèle que la pratique des corps et corsets est indissociable des questions de genre. Le façonnage de la silhouette est un des premiers éléments du dimorphisme sexuel. La contrainte physique est aussi un symbole de la subordination féminine. Le port des corps et corsets offre des formes de contre-pouvoir. Il est peu envisageable que les femmes se soient contraintes à les porter des siècles durant s’ils ne leur apportaient quelque bénéfice. Elles ont reconquis de l’emprise sur leur corps grâce à l’allègement du baleinage et aux innovations techniques. Le port peut améliorer leur statut social et économique ; en mettant en valeur des hanches et une poitrine nourricière généreuses, il rappelle leur utilité sociale. Dans une société où le mariage est fondamental pour les femmes, les corps et corsets ont été des outils qui leur ont permis d’accroître leur capital beauté sur le marché matrimonial.

60L’ensemble de l’analyse a mis en lumière l’extrême ambiguïté qui a marqué le port des corps et corsets dans les moments de mutation (sociale, économique, politique, culturelle). Au-delà des questions de mode, les débats qui entourent leur utilisation révèlent de profondes interrogations sociales.

Camille Cudorge, « Femmes de pouvoir en France et dans l’Empire Ottoman (xvie-xviie siècle) », dir. Anna Bellavitis, Université de Rouen Normandie, 2019

61La notion de « femme de pouvoir » est un anachronisme renvoyant dos-à-dos les conceptions misogynes héritées du monde médiéval et les progrès réalisés en matière d’histoire du genre depuis la deuxième moitié du xxe siècle. La chronologie du xvisiècle est ainsi indissociable de ses protagonistes féminins qui, par le fruit des circonstances, se taillent la part du lion dans des contextes politiques où la futilité n’est pas de mise. Toutes n’ont pas un rôle à jouer, et toutes n’y aspirent pas. Si les modèles féminins, demeurés inchangés depuis plusieurs siècles, ont résisté à l’épreuve du temps en s’affirmant comme des préceptes éducatifs à perpétuer à chaque génération, les vertus qui les caractérisent, considérées comme élémentaires, s’entrecroisent allègrement, peu importent les horizons et les différences culturelles : on attend toujours d’une femme de haut rang qu’elle fasse preuve de piété, de rigueur morale, qu’elle mette au monde des fils, et ait à cœur le respect de règles depuis longtemps établies.

62Pourtant, le xvie siècle qui s’ouvre est d’emblée très différent, et l’Europe, bien que constituée d’une pluralité infinie de terreaux nationaux divers et variés, ne tarde pas à se peupler de souverains en jupons : en Castille, bientôt en Angleterre, dans les Pays-Bas Espagnols, en Bretagne même. En politique, la puissance féminine s’illustre à de très nombreuses reprises, au point que cette influence, en France comme au sein de l’Empire, devienne si palpable, si robuste, qu’à partir des années 1550-1560, il est impossible de s’en passer. Matriarches et régentes, reines-mères, favorites, tous les aspects de la vie masculine sont conditionnés par les démonstrations de pouvoir et d’autorité coordonnées par les membres féminins de l’entourage royal ou impérial, et ce dès leur plus jeune âge, au point de culminer dans l’Empire ottoman au cours des xvie et xviie siècles, donnant à cette période le nom historiographique de « Sultanat des Femmes » ou « Hatunlar Saltanatı ». Rapprocher ces deux entités politiques, que vient couronner une alliance diplomatique et politique particulièrement active au xvie siècle, appelait alors une démonstration fructueuse.

63La démarche que nous proposons de développer au cours de cette étude est ainsi issue des courants de l’histoire globale, permettant une intéressante approche comparative ; le but est avant tout d’établir des liens et des connexions entre deux pôles géographiques ayant été fortement marqués par l’influence féminine, tout particulièrement dans la sphère politique, tout

64en proposant une situation inédite, car affranchie des rapprochements comparatifs et déductions civilisationnelles qu’aurait pu apporter une comparaison interne à l’Europe occidentale : tout en effet, sépare les systèmes gouvernementaux et curiaux français et ottomans, que ce soit au niveau religieux, dynastique et aristocratique. Et pourtant, les similitudes affleurent et se remarquent. L’intérêt est donc ici d’illustrer les destins croisés du Royaume de France et de l’Empire Ottoman, qui se retrouvent à la croisée des chemins entre les xvie et xviie siècle, afin d’en identifier les analogies diverses et variées dans le parcours et la formation politiques des femmes durant la période étudiée.

65L’époque moderne, plus particulièrement le xvie siècle, offre en effet un terrain d’action considérablement élargi pour les femmes, et l’intérêt de la période étudiée réside en partie dans sa chronologie. L’observation et la mise en parallèle des différents objets d’étude permettent ainsi de mettre en lumière une trajectoire très nette, particulièrement en ce qui concerne la gestion et la répartition des pouvoirs, alors même que cette génération de femmes parvient à s’approprier des pouvoirs exceptionnels sans pour autant se départir de leur position féminine ; rien au final dans leur parcours ne rompt avec les attributs propres à leur genre dans une société patriarcale (la maternité), ni ne bouleverse le cours des institutions. En cela, la France comme l’Empire Ottoman deviennent alors les observatoires privilégiés, au début de l’époque moderne, de ces nouvelles dynamiques féminines.

66Ce sujet d’étude présente aussi l’avantage de s’inscrire dans un renouveau historiographique impulsé par les gender studies en convoquant deux champs disciplinaires que sont l’étude des circuits du pouvoir féminin et les dynamiques féminines au sein des sphères étatiques. Côté français, comme côté ottoman, ces dernières années ont en effet vu fleurir plusieurs recherches fondamentales qui nous ont permis de nourrir notre propos, particulièrement les enquêtes fondamentales de Leslie P. Pierce sur le Harem impérial, ainsi que les travaux de référence sur l’histoire des femmes de pouvoir en France (Fanny Cosandey, Caroline Zulm Kolk, Kathleen Wilson-Chevalier ou encore Eliane Viennot).

Johana Figliuzzi, « Les sages-femmes en Alsace entre 1728 et 1803 : une professionnalisation contrôlée », dir. Isabelle Laboulais, Université de Strasbourg, 2019

67Le xviiie siècle marque un tournant décisif dans la pratique des accouchements et dans le rôle des sages-femmes en Europe en concrétisant une évolution qui débute aux siècles précédents. De virulentes critiques soulignent la dangerosité des actes des sages-femmes et leur nécessaire encadrement par les médecins. D’une part, l’idéal populationniste des autorités politiques veut une population nombreuse et en bonne santé et donc entend améliorer les conditions d’accouchement. D’autre part, l’idéologie des Lumières entend chasser toute forme « d’obscurantisme » dont les matrones sont accusées. Plusieurs figures d’autorité s’accordent sur un fait : il est nécessaire de contrôler les accouchements pour le bien de tous et toutes. En s’appuyant sur l’étude de l’émergence du métier de sage-femme par Nathalie Sage-Pranchère, ainsi que sur l’histoire locale des pratiques de santé, ce mémoire retrace l’émergence du métier de sage-femme en Alsace. Cette recherche n’étudie pas l’évolution des accouchements sous l’angle du progrès, mais sous l’angle des rapports de pouvoir. Il est donc question de la manière dont l’uniformisation des politiques de santé renforce la présence de l’État dans la gestion du soin et de la vie quotidienne.

68L’évolution de l’activité des sages-femmes et de leurs relations aux autorités médicales, politiques et religieuses sont décrites à partir de la création de l’école d’accouchement de Strasbourg, première école d’accouchement du royaume après l’Hôtel-Dieu de Paris, en 1728 et jusqu’à la loi du 19 ventôse an XI (10 mars 1803) qui rend indispensable l’obtention d’un diplôme pour pouvoir exercer l’activité de sage-femme. Le nombre des sages-femmes et matrones présentes sur le territoire, catholiques et protestantes, ainsi que la création de deux écoles d’accouchement, font de l’Alsace une région particulièrement intéressante à étudier pour connaître l’évolution de la fonction de sage-femme. Ainsi, Strasbourg est un pôle central puisque c’est dans cette ville que l’activité de sage-femme se transforme le plus rapidement.

69L’évolution de ce métier a pu être retracé à partir de correspondances qui façonnent un discours type sur les sages-femmes, d’archives judiciaires, ainsi que de registres et de dossiers individuels de sages-femmes, par village et par ville. Tout cela a permis de montrer quelles pratiques de contrôle social ont accompagné la création du métier de sage-femme au xviiisiècle en Alsace.

70Dans un premier temps l’étude porte sur le discours produit sur les sages-femmes qui permet de justifier leur contrôle. Un discours péjoratif et stéréotypé transforme le rôle de l’accoucheuse. Sa valeur est définie par sa fidélité aux lois définies par l’État, et non au soin qu’elle apporte à sa communauté. L’encadrement des sages-femmes est aussi justifié par une volonté de contrôle social et religieux. Comme les sages-femmes servent d’intermédiaire entre les femmes et l’État, la création par l’État et les médecins d’un tel métier garantit une cohésion sociale et religieuse.

71L’examen attentif des projets de formation des sages-femmes, accompagnés d’une procédure stricte de recrutement, révèle que ce sont des moyens de contrôle des accouchements. Cela permet aux médecins de contrôler un champ médical auparavant réservé aux sages-femmes : ce sont eux qui enseignent l’art des accouchements aux sages-femmes. Ce projet de formation est indissociable de la standardisation des pratiques d’accouchement ainsi que de l’appareil de surveillance qui accompagne une sage-femme, depuis son recrutement et tout au long de sa vie professionnelle.

72Enfin, les sources permettent d’entrevoir comment les sages-femmes modèlent l’évolution de leur activité. Bien que leur pratique ne connaisse pas de changement radical au cours du siècle, elles doivent davantage négocier avec plusieurs figures d’autorité, en particulier avec le corps médical et l’administration étatique. Les conflits entre sages-femmes révèlent la coexistence de modèles différents -communautaires et étatiques- du soin et de la gestion de la vie quotidienne auxquels elles doivent s’adapter pour garantir la stabilité de leur activité.

73Lorsque l’État s’intéresse aux sages-femmes et cherche à réguler leur activité, c’est l’ensemble de la vie sociale qui est impactée : les sages-femmes interviennent en effet à des moments clef de la vie qui mettent en jeu des questions sociales, religieuses, professionnelles, morales, et par leur biais, il est possible de precevoir les changements globaux qui touchent la société française et alsacienne au xviiie siècle. En étudiant l’histoire d’une profession, surtout lorsque celle-ci concerne des sujets aussi importants que la naissance et la mort, on fait au final une histoire plus large des relations qui lient les individus, et qui sont toujours déterminées par les structures politiques, sociales, religieuses et médicales en place, avec lesquelles il faut composer pour vivre en société.

Marina Giardinetti, « Exercices de style : éducation et pratiques artistiques des jeunes femmes de la Society of Arts », dir. Liliane Hilaire-Pérez, Université Paris Diderot, 2019

74Les femmes étant peu présentes dans la sphère artistique anglaise au xviiie siècle et n’étant pas admises dans les sociétés d’art françaises, leur présence au sein de la Society of Arts à Londres dans la deuxième moitié du siècle est exceptionnelle. En effet, la discipline des Polite Arts de la société́ d’encouragement des arts, fondée en 1754, révèle la participation aux concours qu’elle organise de jeunes femmes d’origine noble ou plus modeste. Chaque année, des prix sont publiés et sont l’objet de récompenses monétaires et honorifiques. La production concerne des dessins, des gravures, des miniatures, des comptes rendus géographiques ou encore l’apprentissage de langues. La discipline doit être comprise au sens d’arts libéraux, les « arts » représentant la connaissance : celle des codes industriels, géographiques, celle de la technique du dessin. Celui-ci est un outil pour la transmission d’informations en temps que dessin technique et utilisé par les femmes.

75Les sources sont diverses. En premier lieu figurent celles de la Society of Arts dont principalement les Transactions qui détaillent les prix proposés, les Registres de prix qui dévoilent l’identité́ des lauréates et les œuvres réalisées qui témoignent du travail concret des jeunes artistes. La pratique et l’éducation artistique des jeunes femmes étant spécifique, il est intéressant d’y ajouter l’étude de manuels d’apprentissages du dessin, ainsi que celle de livres de modèles utilisés par ces artistes pour comparer leur travail.

76Plusieurs thématiques se croisent dans cette étude : un socle social (l’histoire des femmes), une dimension technique ainsi que des enjeux commerciaux. La nature même des dessins est questionnée : constituent-ils des dessins techniques ou des exercices liés à leur éducation artistique ? Les femmes, davantage relayées au niveau des travaux mécaniques, se trouvent là enrôlées dans des activités laissant libre court à leur créativité́ dans de nouveaux modelés pour l’industrie.

77Ces femmes artistes sont le cœur de l’objet d’étude, notamment leur identité́ et leur importance au sein des arts libéraux. Si, en moyenne, la part des prix proposés aux femmes est équivalente à celle des hommes, les prix mixtes révèlent une très forte inégalité́. Des sujets, des supports et des techniques plus diversifies sont proposés aux hommes et le maintien des prix honorifiques uniquement pour les femmes révèle le peu de considération économique allouée à leur travail. La plupart des jeunes femmes artistes participent plusieurs fois mais le mariage met fin à leur production, conformément aux pratiques courantes au xviiie siècle. Le dessin correspond à un art d’agrément, un atout sur le marché matrimonial ainsi que pour certaines, des compétences à faire valoir sur le marché du travail. Au-delà de cette pratique artisanale, certaines sont reconnues comme artistes.

78Les sujets des dessins exécutés par les femmes sont divers : motifs ornementaux, objets décoratifs, portraits, paysages, ainsi qu’une grande quantité́ de motifs floraux, bouquets et vases. Plusieurs supports sont utilisés : textile, céramique, objets décoratifs et meubles. La plus-value apportée par les dessins est liée l’attractivité́ du modèle. Les dessins révèlent le peu de connaissances techniques des femmes artistes, ils contiennent un grand nombre d’erreurs et sont d’un niveau très inégal en dessin. Ce dernier est plus déterminant dans l’attribution d’un prix que les connaissances artisanales ou industrielles. En effet, les esquisses ne contiennent pas les codes des dessins techniques qui seuls permettent au créateur et au fabricant de se comprendre.

79L’éducation artistique des jeunes participantes indique que ces dessins sont davantage des exercices graphiques que des dessins industriels. Les nombreuses écoles de dessin basent leur enseignement sur l’art de la copie et l’organisation de concours stimule le travail des élèves. La diversité́ des ouvrages publiés montre un enseignement hiérarchisé́ et rigoureux de la pratique du dessin pour les hommes et une diversité́ de motifs à recopier pour les femmes. Celles-ci ne sont pas appelées à créer de nouveaux modèles, contrairement aux hommes qui acquièrent les bases nécessaires à l’innovation. Certains ouvrages ont constitué des sources d’inspiration directes, notamment les livres de motifs de créateurs français où ont été copiés des objets et des motifs ornementaux. Ainsi, alors que le but premier de la Society of Arts est de stimuler la créativité́ en matière de décoration anglaise pour supplanter la France, la base de l’innovation prend racine dans l’imitation. C’est la copie de ces modèles et l’apprentissage de la technique qui en constitue la valeur. L’utilité́ plaquée sur l’art féminin permet aux actrices de trouver leur place dans cette pratique.

Maria Goupil-Travert, « Les femmes militaires dans les armées révolutionnaires, royalistes et impériales (1791-1851). De l’expérience transgressive au récit autobiographique », dir. Sylvie Steinberg, EHESS, 2019

80Ce mémoire a reçu le Prix Mnémosyne 2019, l’ouvrage qui en est issu paraîtra aux Presses universitaires de Rennes au début de l’année 2021.

81En assignant les hommes à la guerre, l’armée apparaît à l’époque moderne comme un espace de différenciation entre les sexes. Pourtant, la présence de nombreuses femmes dans les armées est avérée durant l’époque révolutionnaire, en particulier à partir de 1791-1793. Suiveuses ou combattantes, elles sont présentes tant dans l’armée républicaine que dans les armées royalistes de la Vendée. Leur nombre est tel que la Convention, craignant qu’elles ne ralentissent la progression des troupes, vote un décret interdisant les femmes dans l’armée en 1793. Malgré l’interdiction légale et morale, elles sont nombreuses à s’y maintenir, travesties ou non, comme combattantes, aides de camps, charretières, espionnes ou épouses de combattants. En dépit de la diversité des appartenances sociales et des fonctions occupées dans l’armée, elles ont toutes en commun un rapport à la violence et à la mort ainsi qu’une culture militaire qui tend à rapprocher leur expérience de celle des autres soldats. Se pose alors la question de l’importance du facteur genre dans leur expérience de l’armée et de leur rapport plus général à l’institution militaire.

82Ces femmes militaires racontent leur passage à l’armée à l’époque révolutionnaire dans des sources autobiographiques qui prennent deux formes : d’une part dix Mémoires, dont ceux de Thérèse Figueur ou de Renée Bordereau, publiés pour la plupart entre 1814 et 1842, dans un contexte d’explosion des publications autobiographiques sur la Révolution ; d’autre part une cinquantaine de dossiers de demande de pension adressés au Ministère de la Guerre après leur licenciement. L’étude et la confrontation de ces deux types de sources renseignent sur deux temporalités, celle du moment du passage à l’armée, et celle du récit de cette expérience. Les sources permettent d’approcher des aspects très concrets de la vie militaire de ces femmes au sein des camps, mais également les stratégies qu’elles déploient à leur sortie de l’armée pour valoriser ce parcours biographique hors du commun.

83Si l’enrôlement des femmes dans les armées n’est pas une pratique propre à la période révolutionnaire, celle-ci voit une augmentation inédite du nombre de femmes engagées. Les bouleversements idéologiques et sociaux de la Révolution offrent aux femmes la possibilité de penser leur prise d’armes. Malgré l’interdiction, elles sont nombreuses à s’enrôler, ce qui démontre d’une part, une certaine permissivité de l’institution militaire à leur égard, et, d’autre part, la capacité de ces femmes à négocier leur présence dans l’armée. L’idée que l’armée serait une institution exclusivement masculine est donc à nuancer. Même si leur expérience de l’armée tend à se rapprocher de celle des autres militaires, des spécificités demeurent, comme la conscience de transgresser les normes sociales genrées, la position d’intermédiaire entre l’univers militaire et les autres femmes et les violences sexuelles. À ces spécificités s’ajoutent d’autres facteurs déterminants dans l’expérience militaire, comme l’appartenance sociale. Le genre apparaît donc comme un facteur insuffisant pour saisir les particularités des itinéraires biographiques de ces femmes. En imposant des valeurs et des comportements spécifiques, l’armée offre la possibilité aux femmes qui l’intègrent de dépasser leur condition. Elle devient pour elles un lieu d’apprentissage de compétences et de comportements masculins, créant ainsi les conditions de la transgression des normes de genre. La sortie de l’armée s’accompagne cependant d’une réassignation aux normes de genre, matérialisée par l’endossement du vêtement féminin, et la réassignation aux rôles de mère ou d’épouse. Loin de signifier une rupture avec le monde militaire, la sortie de l’armée s’accompagne d’une recomposition des relations avec les acteurs du monde militaire. Des relations économiques, par le biais de la pension, et parfois affectives persistent, et peuvent être mobilisées en cas de besoin. Cela témoigne de la capacité de ces femmes à exploiter la marge de manœuvre qui leur est offerte, et ce, malgré leur situation marginale. En prenant en charge le récit de leur propre histoire au sortir de l’armée, les femmes militaires parviennent à valoriser leur expérience hors du commun en ayant recours à des procédés rhétoriques ou commerciaux. Elles font ainsi la preuve de leur capacité à mobiliser différents réseaux sociaux militaires ou civils pour obtenir une pension, une publication ou une décoration. Mais l’entretien de relations avec l’institution militaire, et leur capacité à être pensionnées, publiées et décorées obligent à nuancer la dimension transgressive de ces récits autobiographiques. Bien que leur existence en tant que telle questionne les normes de genre au tournant du xixe siècle, le contexte exceptionnel de leur engagement et l’absence de revendications politiques collectives atténue grandement la portée subversive de leur parcours.

Édith Jouanjean, « Madame Roland ou les correspondances d’une femme des Lumières de 1780 à 1787 : entre incarnation et distinction de son temps », dir. Dominique Godineau, Université Rennes 2, 2019

84Considérer la source littéraire — celle qui ne se réduit pas à la seule littérature fictive — comme l’objet même d’une étude historique permet à l’historien.ne de se tourner vers une « écriture du quotidien » dans laquelle s’inscrivent les correspondances. La source épistolaire se situe entre l’individuel et le social : elle se place à mi-chemin entre un acte de communication personnelle qui semble illustrer la spontanéité́ des mots et une écriture normée, tant d’un point de vue social que littéraire. C’est en tant que parole ritualisée que la lettre dévoile le lien entre l’homme — ici la femme — et la société́. La lettre est au xviiie siècle une pratique courante dans les élites sociales, un type d’écriture dont l’héritage stylistique remonte à l’Antiquité́ et que les théoriciens de l’époque attribuent souvent à la femme du fait de sa nature sensible. La correspondance serait un outil qui permettrait de vaincre l’absence de l’autre à travers une écriture de l’expression des sentiments. Et pourtant certaines femmes font de l’espace épistolaire un lieu d’autonomisation, de découverte de soi qui leur permet de s’intellectualiser. Ainsi l’étude des lettres de Madame Roland permet d’appréhender l’écrit intime d’une femme des Lumières qui illustre à la fois son quotidien et sa volonté́ d’acquérir un certain degré́ d’autonomie au sein d’une écriture privée pour tenter d’échapper aux assignations socialement genrées de l’espace public.

85C’est à travers 289 lettres envoyées à des destinataires divers, comprenant son mari et plusieurs de ses ami.es, retranscrites par Claude Perroud en 1900 et conservées à la BNF, que nous pouvons entrevoir ce que fut une partie de la vie de Madame Roland. Madame Roland, qui ne le devient qu’en 1780 en épousant celui qui sera son époux jusqu’à la fin de sa vie, est née le 17 mars 1754 sous le nom de Marie-Jeanne Phlipon et fût surnommée Manon durant son enfance. Femme lettrée de la seconde moitié du xviiie siècle, elle fut surtout étudiée soit à travers ses lettres de jeunesse qu’elle échangea avec ses amies du couvent, les sœurs Cannet, ou avec ses différents prétendants, soit au prisme de la Révolution Française, à travers ses lettres et ses Mémoires, afin d’étudier le rôle qu’elle eut aux côtés de son mari et ministre girondin. Le peu d’études menées entre ces deux périodes de sa vie, ajouté à la volonté́ de travailler sur l’épistolaire comme pratique culturelle et littéraire, nous a dirigé vers une étude plus approfondie des années 1780 à 1787. La lettre a toujours été́ une pratique régulière chez Madame Roland, une activité́ quotidienne dont elle dépasse la seule fonction d’expression mondaine et sentimentale pour en faire l’outil d’une pensée dialogique en prise sur le monde.

86L’entreprise de cette recherche vise à mettre en avant l’individualité́ et la singularité́ de Madame Roland tout en cherchant à voir en quoi elle a pu et peut être comparée au type de la « femme des Lumières », prônant les idées progressistes d’une société́ qui loue l’autonomie intellectuelle et la critique des savoirs. L’ambition de Madame Roland en tant qu’épistolière doit être questionnée au regard de ce que l’on pourrait qualifier de tendance au Siècle des Lumières, mais toujours dans cette perspective de faire ressortir ses particularités, et ce à travers divers domaines de son existence, pour ainsi prétendre à une vision quelque peu globale.

87Cette étude s’inscrit directement dans une histoire des femmes et du genre dont le point de départ se trouve dans une considération de la différence sexuelle, agrémentée de la notion centrale d’agency. Cette recherche propose ainsi de voir en quoi Madame Roland a pu atteindre un certain degré́ d’autonomie en tant que femme. Ses lettres illustrent une prise d’autorité́ féminine au sein de son entourage proche mais également maternelle dans sa prise en charge de l’éducation de sa fille. Sa capacité́ à asseoir un cercle d’influence dans l’espace privé mais aussi dans celui du public permet de questionner sa place dans une République des Lumières à laquelle elle participe à un certain niveau via la pratique culturelle qu’est l’épistolaire. Il s’agit de voir comment cette femme se positionnait face à son genre et aux règles sociales qui lui étaient assignées, dans son couple, puisqu’elle contribua fortement aux travaux de son mari, dans sa famille, mais aussi dans la société́ même.

88Il s’agit donc à travers cette recherche de réviser les préjugés concernant la source épistolaire qui serait un simple acte de communication ou, au mieux, une littérature marginale, mais aussi de combler des vides et de renouveler les études menées sur Madame Roland. Cette période allant de 1780 à 1787, trop souvent mise de côté́, permet finalement de considérer la volonté́ d’autonomisation d’une femme du xviiie siècle qui participa activement au mouvement des Lumières à travers ses idées, ses lectures, ses pratiques sociales et culturelles, mais aussi ses travaux intellectuels.

Julie Özcan, « La famille royale : choix matrimoniaux et organisation du pouvoir dynastique dans la famille ottomane au xviie siècle (1595-1703), dir. Fanny Cosandey, EHESS, 2019

89Ce mémoire se propose d’analyser les stratégies matrimoniales mises en place par la famille royale ottomane au cours du xviie siècle. À travers la littérature ottomane, les témoignages contemporains et la correspondance diplomatique française, l’enjeu de ce travail est de mettre en lumière une volonté systémique de la famille royale ottomane dans son organisation familiale. Entre histoire et anthropologie, il s’agit donc d’observer la structure familiale et comment cette dernière est influencée par les différentes conjonctures historiques. Inversement, il s’agit également de voir comment malgré les différentes crises, la famille ottomane parvient à maintenir son hégémonie sur l’Empire ottoman.

90Dans une présentation en deux temps, il s’agit d’expliciter l’organisation interne de la dynastie ottomane avant de se pencher sur ses conséquences sur les pratiques du pouvoir. À l’aide des chroniques ottomanes de l’époque, des témoignages des voyageurs européens et de la documentation diplomatique française disponible à la Courneuve, à la Bibliothèque Nationale de France et aux Archives Nationales, il apparaît que les stratégies matrimoniales des sultans découlent essentiellement du fait que les règles de succession au trône ne sont pas claires. De là, la lutte entre les éléments masculins de la famille ottomane, entraînant la polygamie du sultan cherchant à produire le plus d’enfants possible et l’interdiction pour ses frères de procréer. En effet, l’héritier du trône n’est choisi ni en fonction d’une primogéniture masculine, ni de part une position privilégiée de la mère — il s’agit toutes d’esclaves-concubines — mais parmi la totalité des fils du sultan. Élevés au sein du harem, éduqués politiquement par ses dernières, une relation privilégiée se créé entre les enfants et les femmes. Les jeunes princes se reposent donc sur un système de soutien dans leur lutte pour le trône principalement féminin, que ce soit par leur mère ou leurs sœurs. Les conjonctures du début du xviie siècle, amenant des sultans très jeunes sur le trône, entraîne dans le même temps une matrifocalisation de la dynastie ottomane et un renforcement de la place des femmes dans le système cérémonial.

91Les princes, désormais enfermés dans le kafes, dépendent de leur mère pour leur avenir, notamment par la création d’alliances politiques. Afin de s’attacher les membres de cette faction, un grand nombre des mères de shezâde ont renforcé leurs alliances en unissant les femmes de leur entourage à leurs alliés — en particulier leurs filles. En effet, avec la multiplication des cellules familiales et la lutte entre les membres masculins de la ligne paternelle, les femmes redoutent pour la vie de leurs fils. Dans ce contexte, la constitution d’une faction curiale est primordiale : les valides sultan — qui souhaitent la conservation du pouvoir par leur fils — et les mères des shezâde — qui veulent voir leurs fils prendre la place de leurs pères, se retrouvent souvent dans des factions opposées. La primauté générationnelle — dont découle également le principe de succession du séniorat — donne l’avantage à la valide sultan dans ce cadre, lui permettant de contrôler la vie sexuelle des résidents du harem. En choisissant les concubines présentées à leurs fils, elle exerce bel et bien un contrôle sur leur sexualité. Ainsi, une fois encore, les limitations imposées pour restreindre le nombre d’héritiers potentiels, permettent le renforcement de la figure de la mère au sein de la dynastie ottomane.

92Au début du xviie siècle, les valide sultan sont donc désormais une figure incontournable de la dynastie, dont la place centrale dans le harem est quasiment institutionnalisée et reconnue par le peuple. Ses sorties dans le monde extérieur sont en effet l’occasion pour certains de plaider leur cause auprès de celles qui sont connues pour leur influence sur le sultan, leur conférant un véritable rôle politique, celui de lien avec le sultan. Il existe en effet une porosité entre l’appartement des femmes et le monde extérieur, qui montre que l’enfermement, en soi, n’est pas genré, puisque les princes eux, n’ont pas l’autorisation du sortir du kafes.

93Ainsi, les stratégies matrimoniales des sultans portés sur la limitation des héritiers potentiels, tout en continuant la pratique de la polygamie afin de ne pas risquer l’extinction la lignée, finit par entraîner une matrifocalisation amenant à terme à concentrer dans les mains des valide sultan un pouvoir d’influence politique important. Son implication dans le jeu des factions curiales de plus en plus présentes dans l’organisation du pouvoir polico-administratif de l’Empire ottoman au cours du xviisiècle, en fait un acteur politique de premier plan.

Histoire contemporaine

Mélissa Bernier, « Julia Ward Howe : héritages et réappropriations philhellènes aux États-Unis (1830-1910) », dir. Pascale Rabault-Feuerhahn (École normale supérieure – École nationale des Chartes PSL Research University), 2019

94En 1866 éclata une révolution en Crète, menée par les populations grécophones orthodoxes de l’île pour la reconnaissance de leurs droits au sein de l’Empire ottoman. Réprimée par la Sublime Porte en 1869, cette révolution engendra une résurgence du philhellénisme aux États-Unis dans la seconde moitié du xixe siècle. Désignant l’enthousiasme pour la culture grecque antique mais aussi l’engagement en faveur de la lutte nationale grecque contre les Ottomans, ce mouvement s’était d’abord épanoui de la fin du xviiie siècle jusqu’à l’indépendance grecque en 1830. Profondément transnational dès ses origines, il comptait de fervents représentants dans toute l’Europe occidentale, ainsi qu’aux États-Unis, et puisait dans des registres de mobilisation militaires, intellectuels et philanthropiques. Si le philhellénisme fut réactualisé après la proclamation de l’État-nation grec, c’est parce que les frontières de ce dernier excluaient la plupart des territoires revendiqués par les populations grecques et les philhellènes ; en particulier la Crète, où d’autres révoltes survinrent après 1866. Certes, une frange importante des philhellènes européens et états-uniens se désengagèrent alors, mais les revendications inabouties, et notamment la situation crétoise, entretinrent au contraire la flamme philhellène jusqu’au début du xxe siècle.

95Le but de ce mémoire est donc d’étudier les résurgences du mouvement philhellène après l’indépendance grecque par l’analyse micro-historique du parcours d’une femme philhellène états-unienne et en mobilisant les approches de l’histoire matérielle, transnationale et des transferts culturels. La trajectoire de Julia Ward Howe (1819-1910), qui articule les dimensions sociales, culturelles et politiques de la cause philhellène offre un observatoire de premier choix pour analyser les mutations de ce mouvement et pour apporter un nouvel éclairage sur les interactions entre le philhellénisme, le nationalisme et le féminisme.

96Ce travail s’appuie sur des sources manuscrites, imprimées et matérielles permettant de retracer l’ensemble des intérêts et des engagements philhellènes de Julia Ward Howe. Bien que la majeure partie du corpus documentaire soit composée d’archives émanant de Julia Ward Howe, telles que sa correspondance ou ses journaux intimes, une attention particulière est portée aux sources produites par ses contemporains — articles de presse, biographies, comptes rendus des comités philhellènes — afin d’appréhender la diffusion et la réception de son œuvre.

97Le choix de consacrer cette étude à Julia Ward Howe est motivé par plusieurs raisons : née en 1819 dans une famille new-yorkaise aisée, cette femme de lettres engagée en faveur de la cause crétoise n’était autre que l’épouse de Samuel Gridley Howe (1801-1876), célèbre vétéran de la guerre d’indépendance grecque. Aujourd’hui connue pour ses engagements féministes et antiesclavagistes, elle développa sa sensibilité philhellène grâce à la culture classique offerte par son éducation bourgeoise et à la mémoire et les réseaux issus du premier philhellénisme. À partir du milieu du xixe siècle, son intérêt philhellène se manifesta sous de multiples formes : la collection d’objets d’art antiques, la réécriture d’une pièce de théâtre d’Euripide, la publication d’essais sur la philosophie et la dramaturgie antiques, la participation aux distributions philanthropiques du comité crétois de Boston en Grèce, l’écriture d’une lettre ouverte au président des États-Unis ou encore la commémoration publique de l’œuvre philhellène de son époux. En défendant, par le biais du philhellénisme, des valeurs républicaines et protestantes, telles que la liberté des peuples, la solidarité chrétienne et l’exceptionnalisme états-unien, Julia Ward Howe parvint à se faire une place dans des milieux sociaux, culturels et politiques plutôt masculins. Au cœur des réseaux du philhellénisme, elle le diffusa dans des cercles peu accessibles aux hommes philhellènes, notamment les milieux féminins et féministes états-uniens et européens. Son combat philhellène allait ainsi de pair avec son combat féministe car tous deux reposaient sur des discours et des pratiques d’affranchissement d’une oppression qualifiée d’illégitime et d’affirmation de la supériorité du modèle national états-unien.

98Son parcours représente de ce point de vue un témoignage unique sur l’investissement des femmes dans le philhellénisme au xixe siècle. Celui-ci permet de nuancer l’historiographie d’un mouvement souvent appréhendé dans sa version masculine, immatérielle et ouest-européenne par les historiens. Cette étude atteste au contraire du caractère intermédial, transnational et transgénérationnel des circulations philhellènes, de l’interdépendance des différentes formes que peut revêtir le philhellénisme — social, culturel et politique —, et surtout de l’existence de réseaux philhellènes féminins et féministes actifs du début des années 1860 aux années 1910.

Carla Bezanilla, « Représentations socioculturelles des femmes rurales dans les discours de modernisation dans l’Espagne des années 1920 », dir. Mercedes Yusta Rodrigo, Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis, 2019

99En 1930, la féministe Margarita Nelken comparait les paysannes espagnoles aux femmes marocaines des territoires colonisés par l’État espagnol. Alors que l’historiographie ne s’est pas penchée sur cette comparaison, pour la féministe espagnole, les deux collectifs féminins étaient marqués par leur condition de « bêtes de somme », partant de sujets animalisés et subalternisés. Cette étude se penche sur cette comparaison et, de façon plus générale, sur les représentations des femmes rurales (dans la métropole et dans les colonies) en tant que, à la fois, modèles et anti-modèles de la modernité nationale recherchée par la dictature de Miguel Primo de Rivera (1923-1930).

100Suite à la crise socio-économique provoquée par la perte des colonies d’Outre- mer en 1898 et les défaites militaires en territoires marocains, l’Espagne vit un moment de reformulation des discours d’identité nationale qui passe par une volonté de moderniser tous les aspects de la société. Dans ce contexte, les femmes rurales en tant qu’image de la tradition vont devenir des figures discursives récurrentes et sont invoquées par plusieurs cultures politiques qui expriment différentes logiques modernisatrices. Cette étude vise ainsi à montrer l’hétérogénéité des manières de les représenter en partant de la présence d’éléments communs tels que l’image de la tradition qu’elles incarnent. Pour mener à terme ces analyses il a été nécessaire de croiser les catégories de race, classe et genre. On s’est ainsi interrogée sur les représentations des femmes rurales qui circulent pendant la Dictature, en dialogue avec celles faites sur les femmes des territoires colonisés : les paysannes espagnoles représentent-elles un élément non moderne de la société espagnole des années 1920 ? Moderniser et coloniser impliquent-ils des éléments discursifs semblables ?

101Dans la mesure où la presse est à la fois un véhicule de production et de diffusion d’imaginaires sociaux, la consultation de journaux destinés à différents publics nous aide à reconstruire ces représentations. Les carnets de voyages, les traités de pédagogues et hygiénistes ont également été mobilisés pour l’analyse de l’image des femmes rurales. Finalement, la presse féministe nous montre une manière très caractéristique de s’apercevoir soi-même comme un sujet moderne en opposition à d’autres qui ne le sont pas. D’abord, dans la presse officielle de la dictature de Primo de Rivera (1923-1930) comme ABC ou Mujeres Españolas, les femmes rurales symbolisent l’âme de la patrie car elles sont les détentrices des valeurs les plus traditionnels de la nation espagnole, tout particulièrement des valeurs religieuses et morales exprimées à travers la religion catholique. On assiste également à une revalorisation des éléments folkloriques de chaque région d’Espagne, où les femmes rurales, leurs coutumes et activités deviennent un élément indispensable pour la création de l’identité nationale. Comme dans la plupart des pays européens depuis la fin du xixe siècle, les pédagogues et les politiques entreprennent de façon massive la scolarisation de la population rurale en s’intéressant particulièrement aux femmes. Afin d’éviter l’exode rural qui met en danger la productivité de l’économie agraire, dû au manque de main-d’œuvre invisible, ces systèmes encouragent les jeunes filles à prendre part aux travaux agraires comme gage de modernité.

102D’autres projets pour moderniser les campagnes sont plutôt liés à la mise en place de mesures hygiéniques. Si les premiers utilisent des arguments moraux sur la pureté de la race des femmes rurales, les deuxièmes se fondent sur des notions plus biologiques. La médecine sociale et les hygiénistes dénoncent les conditions des campagnes et se focalisent sur les corps des femmes rurales et les possibles dégradations et maladies de la race. L’analyse du voyage du roi accompagné du médecin eugéniste Gregorio Marañón, suivant le modèle de l’expédition coloniale, aux Hurdes (région particulièrement pauvre de l’Espagne) illustre ces inquiétudes.

103Nous passons ainsi à l’élaboration d’une catégorisation des femmes rurales comme des sujets dégénérées et inadaptées. Cette dégénérescence s’illustre par des questions telles que le vieillissement prématuré des femmes ou leurs dégénérescences physiques, qu’elles risquent de transmettre à leur descendance. La féministe María Lejárraga, lors des campagnes électorales, écrivait « qui sait si une femme des campagnes (…) a 25 ans ou deux siècles et demi ? », montrant une brèche d’intelligibilité entre la féministe et la paysanne objet de son regard. Également, les stéréotypes des femmes rurales comme ignorantes, esclaves et dominées par les hommes se répètent, illustrant un parallélisme avec la construction discursive de la femme maure dans les discours africanistes. La structure de l’identité/altérité est fondée sur la logique binaire de la modernité. Les éléments discursifs en communs entre les femmes rurales et les femmes maures montrent qu’elles restent aux marges de la construction de l’identité de la « femme moderne » espagnole.

Léa Buatois, « Pratiques textuelles féministes dans la presse de la fin des Qing (1899-1911) », dir. Sebastian Veg et Christine Lévy, EHESS, 2019

104À la fin de la dynastie des Qing (1644-1911), suivant la défaite de la Chine face au Japon dans la guerre (1894-1895), la course aux concessions des puissances occidentales, puis le mouvement de réformes dit des « cent jours » de 1898, le bouillonnement politique et intellectuel de la sphère publique chinoise est à son comble.

105Cette période, pourtant délaissée de l’historiographie de la Chine au profit des mouvements politiques de 1915 et 1919, coïncide avec l’essor de la participation des femmes dans la presse. La « question des femmes » (funü wenti) s’impose comme un sujet incontournable des publications : la condition des femmes en Chine, leur rôle ou place dans la famille et la nation, ou encore leur responsabilité dans le déclin de la nation chinoise face aux puissances occidentales et japonaise, deviennent des sujets majeurs de débat et de réflexion.

106Or, de nouvelles figures à la croisée des journalistes (nübaoren), des intellectuelles et des « femmes de talent » (cairen) apparaissent et prennent la plume pour défendre les « droits des femmes » (nüquan) et la « libération des femmes » (nüzi jiefang).

107Celles-ci fondent et animent leurs propres périodiques, appelés nübao (« journaux de femmes »), dont on peut citer le Journal de l’Education des Femmes (Nüxue bao) de Chen Xiefen, ou le Magazine des Nouvelles Femmes Chinoises (Zhongguo xin nüjie zazhi) de Lian Shi. Dans leurs textes, elles émettent des réserves par rapport à l’instrumentalisation des « droits des femmes » par les discours nationalistes et critiquent les représentations et ambitions des discours de réformes, en proposant d’autres rôles et identités politiques et collectives des « femmes ». Elles revendiquent par exemple une « citoyenneté féminine » (nü guomin) et imaginent une « communauté de sœurs » (nü tongbao), contre les rôles assignés aux « mères de la nation », « mères des citoyens », ou encore aux « épouses vertueuses ». Elles formulent des critiques virulentes de ce qu’elles estiment être des approches réductrices de l’éducation des filles et de la morale.

108Ces auteures, comme Chen Xiefen (1883-1923), Lian Shi (1869- ?), Lin Zongsu (1878-1944), Xue Shaohui (1855-1911) ou He-Yin Zhen (1884-1920), par leurs discours, pamphlets et articles, revendiquent une prise de parole publique, en brisant l’ancienne distinction entre un espace intérieur (nei) réservé aux femmes, et un espace extérieur (wai) réservé aux hommes. Certaines d’entre elles présentent aussi dans leurs textes le journalisme comme un moyen de diffusion des idées féministes et leur participation dans la sphère publique comme une partie intégrante de la réforme (gaige) ou révolution (geming) menée par les femmes. Ensuite, un certain nombre d’entre elles s’attèlent à analyser le mécanisme d’oppression spécifique pesant sur les femmes en puisant dans des ressources taoïstes, anarchistes ou des exemples des mouvements de femmes en Europe, aux États-Unis ou au Japon, et s’interroge aussi quant à la pertinence des distinctions sociales nan-nü (homme-femme).

109L’attention portée aux stratégies rhétoriques et linguistiques permet de proposer un aperçu des traditions rhétoriques féministes en Chine, et de mettre en valeur quelques jalons de la théorie féministe chinoise. La pluralité de leurs perspectives et leurs approches, à la croisée du nationalisme, du réformisme, du libéralisme, du socialisme ou encore du marxisme, permet de relire la « naissance du féminisme chinois » comme un événement historique complexe.

110De plus, l’analyse de l’expression de la catégorie « femmes » dans les textes permet de voir qu’au moment où ces auteures écrivent (1899-1911), cette catégorie n’est pas tout à fait stabilisée lexicalement, et les auteures en explorent les potentiels de redéfinition du genre. Ce travail part donc de l’examen de leurs idées et des pratiques textuelles mises en œuvre pour les défendre.

111Pour cela, ce travail s’appuie sur les recherches menées aux États-Unis, en Chine et à Taïwan depuis la fin des années 1990, ainsi que sur une quinzaine de textes de corpus en langue originale, à savoir des textes parus dans la presse de l’époque (1899-1911), dont des extraits sont traduits et analysés. De nombreux éléments du contexte historique et social sont apportés afin d’enrichir la lecture de ces textes, et de mettre en perspective les enjeux et les problématiques qui les fondent.

Anna Chatelain, « Les enjeux actuels du combat anti-droit à l’avortement aux États-Unis : étude de stratégie. La Pennsylvanie : un État discret mais pourtant clé », dir. Hélène Quanquin Université de Lille, 2019

112Le mémoire propose une approche pluridisciplinaire des enjeux et du débat sur le droit à l’avortement aux États-Unis. Il met en évidence les dimensions historiques, politiques et sociologiques de cette question particulièrement épineuse qui se retrouve régulièrement et de façon croissante au-devant de la scène médiatique et politique. L’analyse de la grande activité des groupes anti-droit à l’avortement en Pennsylvanie permet de mettre en lumière l’importance du débat à l’échelle locale et son impact à l’échelle nationale. Plus important, elle permet de montrer que les stratégies brutales et répétées qui envahissent la sphère médiatique ne représentent pas les seuls aspects du combat anti-droit à l’avortement aujourd’hui. Les forces anti-droit à l’avortement en Pennsylvanie, sous couvert de représenter un combat modéré et défendant les droits humains, profitent du vacarme causé par d’autres campagnes pour mener un combat plus silencieux, plus efficace et donc potentiellement plus dangereux pour ce droit.

113Cette recherche repose sur le dépouillement et l’étude de sources primaires légales, d’articles de presse, d’articles provenant de groupes anti et pro-droit à l’avortement et de sources secondaires universitaires, scientifiques, et provenant de différents médias. Ces sources ont permis d’étudier conjointement l’histoire proche du débat sur l’avortement au niveau national et en Pennsylvanie à l’histoire des stratégies des groupes d’intérêt anti-droit à l’avortement.

114Le premier chapitre explore l’histoire du débat sur le droit à l’avortement à l’échelle nationale de Roe c. Wade (1973) à aujourd’hui. Il met en lumière la naissance, le développement et l’intensification du mouvement anti-droit à l’avortement tout en soulignant l’évolution de ses acteurs et actrices et de leurs stratégies.

115Le deuxième, construit en miroir du premier, a pour objectif d’étudier l’histoire de ce débat à l’échelle de la Pennsylvanie, tout en soulignant les particularités et l’importance de cet État à l’échelle nationale. La formation précoce et rapide de forces opposées à ce droit, leur travail de terrain et la formation de coalitions avec d’autres groupes et des législateurs et législatrices a permis la mise en place d’une stratégie incrémentale sophistiquée visant à repousser les limites de Roe. La Pennsylvanie s’est alors imposé comme leader du combat anti-droit à l’avortement jusqu’en 1992. En 2010, un renouvellement de ces forces s’est opéré, engendrant la naissance de nouvelles stratégies.

116Le troisième chapitre justifie le choix et l’intérêt des trois projets de loi étudiés : les projets visant à réguler les cliniques pratiquant l’avortement, ceux interdisant l’avortement à partir de 20 semaines ainsi que la technique de dilatation et évacuation, et ceux interdisant l’avortement dans le cas où le fœtus est atteint du syndrome de Trisomie 21. Leur étude permet un état du débat en Pennsylvanie et met en lumière la stratégie priorisée par les forces anti-droit à l’avortement : la défense et la promotion de « reason bans ».

117Enfin, le dernier chapitre mesure l’impact, l’intérêt et les potentielles réussites de cette stratégie. L’étude des fondements et mécanismes de celle-ci ainsi que sa comparaison avec celles mises en place dans d’autres États permet d’en mesurer l’importance et prouve que ce combat plus silencieux et en apparence modéré pourrait bien représenter le danger le plus imminent pour le droit à l’avortement aujourd’hui.

118Écrit dans une perspective qui combine à la fois histoire et science politique, ce mémoire se propose d’étudier l’évolution des stratégies anti-droit à l’avortement en mettant en évidence ruptures et continuités dans l’histoire des États-Unis, jusqu’à la période actuelle. Bien que concentrée sur les États-Unis, cette recherche explore une question centrale à nos sociétés. La pratique de l’avortement fait l’objet d’une instrumentalisation politique croissante et engendre des politiques impactant la vie de millions de femmes partout dans le monde. Ce débat dépasse le droit à l’avortement en lui-même et met en péril l’accès des femmes à des soins encadrés et sûrs ainsi que l’accès à des informations, conseils et aides liés à la contraception. Petit à petit, le droit à disposer de son corps est remis en question. Si le débat est très virulent aux États-Unis, on ne peut que constater qu’il commence à en dépasser les frontières. L’enquête menée par l’association indépendante OpenDemocracy a démontré que des militants fondamentalistes chrétiens américains, anti droit à l’avortement, tentent de propager leurs idées en finançant des campagnes de partis d’extrême droite dans de nombreux pays européens. Il semble donc nécessaire et même impératif de s’intéresser à ces questions qui nous concernent toutes et tous.

Yan Cottineau, « Les mères et futures mères en relation avec la Ligue pour la protection des mères abandonnées, 1925-1978 », dir. Fabrice Virgili et Olivier Wieviorka, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, 2019

119La Ligue pour la protection des mères abandonnées est fondée en 1925 à Paris, à l’initiative d’une femme, Germaine Besnard de Quelen. Elle en reste la présidente jusqu’à sa mort en 1977, laquelle entraîne la dissolution de l’œuvre quelques mois plus tard. La Ligue se proposait de venir en aide aux mères et futures mères sans conjoint, de les aider dans leurs démarches, de leur procurer du travail ou encore de trouver une nourrice pour leur(s) enfant(s). Ce mémoire s’organise chronologiquement autour des grands moments de l’histoire de cette association, qui accompagne les mutations du milieu de l’assistance et du monde associatif durant ses cinquante années d’existence. Mais il s’intéresse particulièrement aux femmes qui ont été en contact avec la Ligue, en suivant deux principaux axes de problématique.

120L’objet premier de cette étude est d’examiner les caractéristiques de ces femmes, les permanences et les mutations parmi leurs profils et les difficultés qu’elles rencontrent sur l’ensemble de la période d’activité de l’œuvre. Pour ce faire, nous exploitons particulièrement une catégorie de documents du fonds d’archives de l’œuvre : les fiches individuelles des mères et futures mères. En effet, une fiche compilant une série de renseignements était rédigée pour chaque femme s’adressant à l’œuvre par la travailleuse sociale l’ayant prise en charge. À partir d’un échantillon de 819 fiches, tirées aléatoirement parmi les 36 000 que contient le fonds, nous procédons à un examen quantitatif et qualitatif afin d’établir ce que signifie concrètement, pour ces femmes, la maternité en l’absence de conjoint. Il ressort de cet examen que les femmes qui ont été en contact avec la Ligue ont des profils et des préoccupations très stables sur l’ensemble de la période. Les difficultés — le départ définitif du père qui constitue un moment charnière, des emplois peu rémunérateurs et peu stables, la grossesse puis la charge d’un ou plusieurs enfants, la difficulté à trouver un mode de garde qui soit compatible avec une activité professionnelle, un opprobre pouvant entraîner le rejet par la famille — sont pour elles autant de facteurs de vulnérabilité, entendue alors comme un continuum de situations. Les mères qui abandonnent leur enfant ont des difficultés similaires, mais exacerbées au point de devenir insurmontables. Leur précarité sur le marché du travail est plus avancée, et les mécanismes de solidarité intra- et extra-familiale sont pour elles épuisés. Cependant, la majorité des femmes étudiées conservent des points d’attache à la société, parfois fragiles, mais qui leur permettent de ne pas renoncer à leur enfant. Ainsi, très peu sont en rupture complète avec le marché du travail. Antoine Rivière, à partir des archives de l’abandon sous la Troisième République, estime que le « lieu depuis lequel [il] l’a observée dans cette étude détermine le regard, et force à conclure que la maternité solitaire est une maternité impossible ». Dans son prolongement, notre étude montre que la vulnérabilité des mères et futures mères sans conjoint étudiées, si elle est bien réelle, ne conduit pas nécessairement à la rupture du lien avec l’enfant.

121Par ailleurs, ce mémoire s’intéresse à la relation d’assistance qui se noue entre les mères et futures mères d’une part, et les assistantes sociales de l’association d’autre part. Outre les fiches, considérées dans ce cadre comme un point de contact, nous mobilisons une autre catégorie de documents : les correspondances entre le personnel de la Ligue et les femmes qui se sont adressées à elle. Ces lettres échangées ne sont adossées aux fiches individuelles qu’à partir des années 1950. Nous ne disposons donc pas de ces documents pour l’ensemble de la période. Toutefois, à partir d’un corpus de 80 correspondances, nous étudions cette relation de care dans une perspective interactionniste et examinons les principales caractéristiques de la supplique de ces mères et futures mères, ainsi que leur capacité à rencontrer ou non les attentes des assistantes de la Ligue. Malgré les assignations genrées des travailleuses sociales à leur égard, les femmes assistées ne sont pas passives et disposent de marges de manœuvre pour peser dans ce rapport. En justifiant leur position de femme assistée, en montrant que leur isolement est subi et n’est pas le fait de leur mauvaise conduite, en insistant sur leur volonté de faire face malgré les difficultés, les mères soulèvent des enjeux auxquels les assistantes sociales sont particulièrement sensibles. Si leur maîtrise de la supplique diffère, elles ne refusent pas cet exercice de présentation de soi et de ses demandes. C’est en ce sens que nous parlons d’une agency, ou capacité d’agir, puisqu’elles sont en mesure de présenter une image d’elles-mêmes qu’elles jugent conforme aux attentes des travailleuses de la Ligue. La relation d’assistance est dès lors considérée comme le résultat d’une négociation plutôt que d’une domination.

Maud Delebarre, « L’esprit de Sèvres : comment former le corps enseignant féminin ? (1881-1941) », dir. Rebecca Rogers, Université Paris 5, 2019

122L’École Normale Supérieure de Jeunes Filles de Sèvres ouvre ses portes le 12 décembre 1881 pour fournir des enseignantes aux nouveaux collèges et lycées féminins créés à la suite de l’adoption de la loi Camille Sée un an plus tôt. Si l’instauration de cet enseignement secondaire féminin public est un acte politique de la Troisième République contre l’Eglise, les femmes ont su s’emparer de cette opportunité. Jeanne Ancelet-Hustache affirme ainsi dans son ouvrage autobiographique, Lycéenne en 1905 : « si l’on était reçu à l’École de Sèvres qui conduisait à l’agrégation, on avait gagné le gros lot. Pas de plus belle perspective pour les intellectuelles qui désiraient travailler ».

123En formant l’élite du corps enseignant féminin pendant plus de cent ans, l’École de Sèvres a occupé une place particulière dans le paysage éducatif qui demeure difficile à cerner. Si Jo Burr Margadant et Muriel Jorge ont travaillé respectivement sur les enseignantes formées à Sèvres et sur l’enseignement de la langue française, il reste encore beaucoup à découvrir sur cette institution. En s’interrogeant sur la culture pédagogique transmise à l’École de Sèvres, ce travail inédit met en lumière l’organisation du personnel enseignant ainsi que les effets de cette formation sur la socialisation des enseignantes. Les résultats permettent ainsi de mieux comprendre le rôle de l’École de Sèvres dans l’éducation féminine et la place que ces enseignantes occupent dans la société de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle. L’étude des archives de l’établissement ainsi qu’une analyse critique des ouvrages commémoratifs et d’écrits personnels de Sévriennes ont permis de dessiner un portrait nuancé de cette institution. Dans une démarche permanente de légitimation, l’École de Sèvres cherche à se définir comme une École Normale Supérieure mais oscille entre innovation pédagogique et tradition. Ainsi, les enseignements d’agrément côtoient notamment les travaux pratiques de physique et chimie pendant lesquels les Sévriennes expérimentent en laboratoire. Le latin et la philosophie entrent dans les programmes de l’École avant la loi Bérard de 1924 tandis que les enseignements de couture perdureront encore plusieurs années. Le corps enseignant est mixte mais la hiérarchie demeure genrée puisque les hommes occupent les postes de maîtres de conférence et les femmes, ceux de maîtresses adjointes. Marie Curie, première femme maître de conférence à Sèvres y fait figure d’exception.

124Lors de la création de l’ENSJF, ses conditions de fonctionnement sont peu définies par les législateurs ce qui entraîne des difficultés à définir sa place dans le paysage éducatif féminin. Cependant, les résultats de l’étude montrent que le corps enseignant trouve là un espace de liberté qui lui permet de s’adapter aux demandes croissantes des jeunes filles en matière d’éducation. La pédagogie transmise s’éloigne ainsi de l’approche différentialiste qui prône un enseignement adapté aux capacités féminines présupposées. Les enseignants souhaitent en effet former des esprits critiques capables de poursuivre leur formation au-delà de l’enceinte de l’École. Ils s’investissent pour que les Sévriennes développent une capacité de réflexion et un pouvoir d’agir. Ainsi, Eugénie Cotton, Paul Langevin ou encore Gustave Lanson participent à former cette élite. Eugénie Cotton, maîtresse adjointe puis directrice à Sèvres obtient finalement le rattachement de l’École à l’enseignement supérieur en 1936. Ce goût pour l’exigence se retrouve d’ailleurs dans les résultats aux concours des agrégations féminines où les Sévriennes sont en tête des classements.

125En promouvant une volonté d’excellence et d’ouverture au savoir, le personnel de Sèvres offre de nouvelles perspectives à ces femmes. Dès lors, nombre de Sévriennes une fois sorties de l’École voient en cette institution un idéal perdu et regretté. Leur socialisation s’avère souvent malaisée et ce, d’autant plus qu’elles ont à porter la légitimité de l’enseignement féminin. Malgré tout, l’étude des sources révèle que la majorité se sent investie d’une mission : conscientes du rôle qu’elles ont à jouer pour faire évoluer la place des femmes dans la société, elles permettent de conquérir des territoires jusque-là masculins : le savoir, l’enseignement supérieur, les professions intellectuelles.

126Comme l’exprime Berthe Wahl, Sévrienne de la 5e promotion, un monde nouveau s’ouvre finalement à Sèvres : « La vie sévère et peut-être solitaire, l’absence de distractions, la lutte possible contre l’injustice, que voilà donc des choses qui nous préoccupaient peu ! N’avions-nous pas la plus belle des tâches à remplir ! Outre la grandeur et la beauté de notre rôle d’éducatrice, nous sentions que nous devions être les pionniers de l’avenir, qu’il appartenait de modeler, de créer l’âme de la femme nouvelle ».

Fériel Dridi, « Les mondes de Juliette Roche », dir. Emmanuel Pernoud, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, 2019

127Juliette Roche (1884-1980) est une artiste peintre, poétesse et écrivaine de la première moitié du xxe siècle. Tout au long de sa carrière, elle a pratiqué des genres et des styles différents, allant de la peinture académique aux travaux d’avant-garde, en passant par les arts décoratifs. Artiste libre et indépendante, elle a continuellement alimenté son laboratoire plastique d’une étonnante variété de langages et de modèles qu’elle a su apprivoiser au gré de ses incursions dans les mouvances artistiques de son temps. Cercles symbolistes, nabis, cubistes ou encore dadaïstes lui ont ainsi fourni un terreau favorable pour modeler son vocable et faire évoluer son identité. Son art, multiforme et extrêmement prolifique, témoigne également de son engagement intellectuel, politique et social. En plus de ses prises de position en faveur du féminisme, Roche s’est engagée dans un militantisme pacifiste durant la Première Guerre mondiale et a consacré les dernières années de sa carrière à la valorisation de la décentralisation culturelle et à l’éducation artistique populaire. Il est difficile d’omettre dans cette définition l’impact de la parentèle de l’artiste sur son œuvre et son parcours. Fille unique du politicien Jules Roche (1841-1923) et épouse du peintre théoricien Albert Gleizes (1881-1953), elle aurait pu se contenter d’être le revers d’un beau nom, la gloire rayonnante de son père et la gloire naissante de son mari occultant toute forme de vocation. Mais ce sont ses choix seuls de femme libre et sa farouche volonté d’indépendance qui ont porté ses ambitions, parfois même aux dépens de sa propre reconnaissance. Au regard de l’œuvre et des archives de Juliette Roche, il a été question de retracer la manière dont elle a construit et légitimé son identité artistique. À quels discours s’est-elle heurtée durant sa carrière ? Quelles stratégies a-t-elle mises en place pour neutraliser ou amplifier les effets contingents de sa parentèle ? De quelle manière l’ambivalence de son statut de femme, artiste et épouse s’est-elle répercutée sur ses œuvres et son parcours ?

128Plutôt qu’un recensement des contraintes imposées aux artistes femmes au tournant du xxe siècle, cette étude propose une cartographie des différentes marges de manœuvre dont elles ont disposé et à partir desquelles elles sont parvenues à se construire et à s’affirmer. Dans cette optique, il a fallu dresser un premier bilan des limites juridiques et institutionnelles auxquelles Juliette Roche a été confronté et du contexte social et économique au regard duquel elle a esquissé les différentes facettes de sa personnalité. Née au tournant d’une époque mouvementée, enserrée entre une misogynie avilissante et un féminisme naissant, elle a dû composer avec l’antagonisme de ces discours pour se forger sa propre définition du féminin. Une définition dont les limites ont indéniablement été marquées par sa condition de bourgeoise et sa proximité avec les sphères d’influence politique et culturelle. À la lumière de cette première approche, il a été possible d’aborder les différentes stratégies qu’elle a mises en place pour maîtriser les enjeux de sa parentèle. Par sa filiation à la haute bourgeoisie parisienne, Juliette Roche a bénéficié de ressources relationnelles, financières et culturelles qui lui ont permis d’envisager une carrière professionnelle à l’abri des contraintes matérielles et des restrictions imposées par les normes sociales. La proximité de son père avec les institutions académiques, l’ancrage de son époux dans les milieux d’avant-garde et ses relations personnelles avec des collectionneurs, marchands d’art, écrivain·es et salonnières lui ont ainsi permis d’élargir son réseau de sociabilité, usant de son influence pour développer sa formation et faire valoir sa légitimé au sein de milieux foncièrement rétifs à accorder aux femmes le talent, l’intelligence et la créativité de leurs homologues masculins. À partir des constats qui ont découlé de cette démarche, il a été possible d’élargir les différentes lectures qui ont été faites des œuvres de Juliette Roche. De fait, en dépit du caractère politiquement neutre et commun des thématiques qu’elle aborde dans l’essentiel de sa production, Roche arrive à donner une lecture singulière et originale à ses œuvres, faisant valoir son style et son altérité. Elle démontre ainsi que l’originalité n’est pas seulement l’apanage de celui qui est émancipé comme le laisse à penser le consensus traditionnel de l’esthétique moderniste. Comme beaucoup de ses contemporaines, Roche incarne le paradoxe du subordonné inventif, dans la mesure où elle a su cultiver tout au long de sa carrière une manière très originale d’être à la fois servile et créative. Une posture qui nous enjoint à réviser les préjugés récalcitrants quant à la « qualité » des productions féminines, et à renouveler notre démarche en confrontant le cas de Juliette Roche à celui d’autres artistes femmes de son temps.

Constance Durand, « Marie d’Agoult et la révolution de 1848, sa pensée, son action et son œuvre (1847-1853) », dir. Éric Anceau, Sorbonne Université, 2019

129« Ce livre, [l’Histoire de la révolution de 1848] je l’ai écrit sous l’impression vive des événements, au milieu d’une très grande agitation politique. Écho vivant d’un temps qui n’est plus, ce livre en garde l’accent passionné ». Voici les premiers mots de la comtesse d’Agoult dans la préface de sa deuxième édition de l’Histoire de la révolution de 1848 publié en 1862. On voit ici transparaitre sa volonté littéraire d’écrire l’histoire de ce xixe siècle qui fut le premier à se penser comme siècle. Comme une nécessité, elle met par écrit ce qu’elle voit, entend et ressent.

130Véritable figure moderne d’intellectuelle, Marie d’Agoult est issue de la vieille noblesse française et fut mariée au comte C. d’Agoult en 1827. Si elle évolue dans un milieu aristocratique, sa liaison scandaleuse avec le pianiste F. Liszt et sa décision de vivre seule, séparée de son mari dès 1840, l’entraine dans un milieu tout nouveau. Marie d’Agoult se tourne vers les intellectuels parisiens et se lance dans l’écriture, chaperonnée par son ami E. de Girardin, ne tardant pas à animer un salon. Féministe sans se désigner comme telle, Marie d’Agoult cherche alors à acquérir une indépendance personnelle dans tous les aspects de sa vie et c’est en ce sens qu’elle devient un modèle et une figure féminine majeure de son époque pour les femmes qui lui succèdent, sur le plan philosophique, littéraire et politique.

131Ce mémoire vise à montrer comment, dans l’Histoire de la révolution de 1848, l’auteure a pu construire une histoire immédiate d’un fait marquant de son époque, dans un récit modéré qui fait pourtant ressortir les aspirations profondes de la comtesse d’Agoult.

132Notre étude s’appuie sur des outils analytiques encore peu utilisés par les historiens. L’étude numérique et l’analyse lexicométrique des ouvrages de Daniel Stern, pseudonyme de Marie d’Agoult, ont rendu possible une étude plus précise des thèmes, des champs lexicaux, et du vocabulaire choisis par la comtesse d’Agoult dans ses œuvres littéraires, afin de comprendre son cheminement intellectuel.

133L’Histoire de la révolution de 1848 par Daniel Stern est publiée en trois tomes, entre 1850 et 1853. Marie d’Agoult commence son œuvre en pleine révolution et la termine sous l’Empire, alors que sa Maison Rose est devenue un centre de contestation de l’empereur. Son œuvre est un récit d’observations, de témoignages et d’analyses des insurrections populaires de février 1848 : après trois jours de barricades dans la capitale, le roi des français Louis-Philippe abdique, laissant la place, pour la seconde fois en France, à une République qui voit arriver à la présidence, Louis-Napoléon Bonaparte.

134À partir des idées morales et philosophiques de la comtesse d’Agoult, révélées dans son Essai sur la liberté (1847) et ses Esquisses Morales (1849) et qui transparaissent dans l’analyse que fait Daniel Stern des événements de 1848, nous avons montré que l’Histoire de la révolution de 1848 n’est autre que l’histoire d’une bataille pour la liberté et l’émancipation du peuple opprimé comme des femmes déresponsabilisées. Cette œuvre historique témoigne de la façon dont les femmes écrivent l’histoire au xixe siècle et la quête de Marie d’Agoult, dans ses œuvres morales, pour la liberté et l’émancipation des femmes, s’adapte alors à la place prise par celles-ci dans l’Histoire. L’égalité entre le peuple et la bourgeoisie revendiquée par Daniel Stern, dans ses écrits, est alors analogue à sa demande d’une égalité entre l’homme et la femme au sein de la société et de la famille.

135Les idées politiques de la comtesse d’Agoult se comprennent à travers l’analyse de ses « Lettres Républicaines » et de ses relations tant féminines que masculines, aristocratiques ou républicaines, françaises et européennes. L’analyse de la correspondance de la comtesse d’Agoult, publique et privée, nous a permis de comprendre pourquoi certaines idées politiques, prises de position et avis de la comtesse transparaissent dans cette Histoire de la révolution de 1848 qui se veut pourtant la plus modérée et la plus neutre possible. Plus qu’écrire un simple récit, l’auteure cherche à montrer, à travers son œuvre, que l’échec de la République est dû à l’incapacité du gouvernement à concrétiser les idéaux moraux défendus par Daniel Stern et ses amis républicains.

136Plus concrètement, nous avons cherché à comprendre comment la comtesse d’Agoult a pu rassembler, en l’espace de deux à cinq ans, les documents nécessaires à la fabrication de son Histoire. Une enquête minutieuse et une observation consignée quotidiennement ont permis à Daniel Stern d’assoir la légitimité de son œuvre et d’envisager sa réédition dès les années 1860, non sans quelques rectifications qui répondent à certaines critiques soulevées par la première édition, et qui font de cet ouvrage une source essentielle pour l’historien d’aujourd’hui.

Iliana Ferrand-Bouchau, « Agentivité et écriture : l’œuvre de Grisélidis Réal », dir. Judith Lyon-Caen, EHESS, 2018

137En prenant pour objet de recherche l’œuvre de l’écrivaine prostituée, peintre et militante suisse Grisélidis Réal (1929-2005), ce mémoire interroge les rapports entre écriture et pratiques militantes à la lumière du concept d’agency, entendu comme la capacité de réaliser des actions individuelles ou collectives signifiantes et la possibilité d’agir sur sa propre subjectivité, sa place et sa représentation dans l’ordre social. Si la bibliographie de Réal est largement accessible depuis le travail de réédition intégrale augmenté d’écrits posthumes, mené par les éditions Verticales depuis 2005, ce sont les Archives Littéraires Suisses de Berne qui m’ont permis de mesurer l’ampleur de la production littéraire et du travail militant de Réal. Le corpus retenu pour ce mémoire inclut ses deux premiers ouvrages dans l’ordre chronologique d’écriture — le journal de prison Suis-je encore vivante ? et le roman autobiographique Le noir est une couleur — ainsi que les textes écrits et publiés entre 1974 (date de la publication de son premier roman, Le noir est une couleur) et 1992 (date de la publication de son deuxième livre, La passe imaginaire). Ces contributions publiées ça et là apparaissent comme autant d’opportunités pour s’exprimer sur un mode littéraire lors d’une période d’investissement militant notable, celle de la révolte des Prostituées menée en France à partir de 1975. L’intention est la suivante : interroger l’émergence de nouvelles pratiques d’écriture en regard de l’investissement de l’auteure dans une lutte militante. Que fait-on lorsqu’on écrit, ou plus précisément que fait Grisélidis Réal lorsqu’elle écrit ? En quoi cette œuvre présente-elle des spécificités du point de vue de l’écriture de soi, de l’écriture des femmes, et de l’écriture des prostitué·es ? Pourquoi écrire lorsqu’on a d’autres moyens d’agir ? Et, écrire est-ce agir ?

138Le premier chapitre de ce mémoire propose de regarder, dans une perspective historique, les rapports entre prostitution et littérature. Dans la continuité du travail mené par Yagos Koliopanos, il se présente comme un panorama schématique et non exhaustif des évolutions de l’inscription littéraire de l’activité prostitutionnelle et de ses principaux·ales acteur·rices — les prostitué·es — afin de mettre en lumière l’influence réciproque entre la littérature et l’histoire politique, juridique, culturelle et sociale. Ce chapitre introductif permet d’une part de situer l’oeuvre réalienne dans une tradition littéraire longtemps monopolisée par des auteur·es extérieur·es au milieu prostitutionnel et particulièrement des hommes ; et d’autre part de saisir la conscience que Grisélidis Réal a de son inscription dans cette histoire. Cette partie m’aura permis d’observer dans quelle mesure la capacité d’agir est très largement déniée aux femmes dans nos sociétés occidentales patriarcales, où les sujets féminins et masculins sont respectivement constitués comme passifs et actifs. Elle permet également de constater que les travailleuses du sexe souffrent systématiquement, dans le champ littéraire, d’une double peine : les effets de genre propres à leur assignation sexuée, et le stigmate de putain propre à leur condition prostituée.

139Le deuxième chapitre esquisse une biographie sociologique de Grisélidis Réal afin de saisir l’origine des processus de construction d’une carrière littéraire et militante. Elle établit les liens entre l’histoire vécue de Réal, sa pratique de la prostitution, de l’écriture et du militantisme en regard des obstacles symboliques et pratiques qui entravent l’accès à la pratique de l’écriture publique ; en particulier pour une femme qui cumule les statuts d’écrivaine et de prostituée, dans le champ littéraire suisse et français. À l’aide de la notion de « posture d’auteur » proposée par Jérôme Meizoz, ce chapitre analyse en quoi la posture construite par Réal, celle de « catin révolutionnaire », est inédite et agentive : elle impose la parole d’une prostituée autonome qui institue sa propre légitimité au sein d’un discours public sur la prostitution qui en exclue les principaux·ales concerné·es.

140Le dernier chapitre se concentre sur le pouvoir de résistance des textes, et plus particulièrement des écrits postérieurs à la révolte des Prostituées. Il tente de disséquer la construction d’un style pamphlétaire qui, en s’insurgeant contre le partage normatif de la société, permet de contrevenir aux logiques d’éloignement et d’invisibilisation portées par les tendances politiques de la prostitution. Il s’intéresse à la relation constante entre la vie et les œuvres de Grisélidis Réal, liée à ses facultés d’imaginer, de métamorphoser et en fin de compte d’exister à ses propres yeux dans l’acte d’écrire. Cette étude m’a permis de mettre en lumière que l’activité prostitutionnelle et l’activité littéraire sont ensemble, pour Grisélidis Réal, sources conjointes d’agentivité.

Noé Fouilland, « Des savantes et du politique. Trajectoires de chercheuses impliquées dans un groupe pionnier de recherches sur les femmes (1979-1990) », dir. Johanna Siméant-Germanos, ENS-EHESS, 2019

141Ce mémoire s’intéresse aux trajectoires de chercheuses impliquées dans les années 1980 au sein de l’un des premiers groupes français de recherches sur les femmes, le GRIEF (Groupe de Recherches Interdisciplinaire d’Etude des Femmes). L’attention porté à ce groupe, formé à l’Université Toulouse-Le Mirail par onze chercheuses de six disciplines (histoire, philosophie, économie, sociologie, littérature et mathématiques), permet de revenir sur la genèse des recherches sur les femmes, un objet peu traité par les sciences sociales. Les quelques travaux portant sur ce champ d’études ont insisté sur son institutionnalisation progressive (Bard, 2003 ; Picq, 2005), parfois dans une perspective comparée (Andriocci & Le Feuvre, 2006). On sait néanmoins peu de choses des femmes impliquées dans ce processus, si ce n’est leur engagement, présumé comme évident, dans le mouvement des femmes.

142À partir d’un cas localisé dans le temps et dans l’espace (les années 1980 à Toulouse), ce travail revient sur les conditions sociales de possibilité d’émergence et de déclin d’un groupe de recherches sur les femmes, et ce à partir de l’étude des trajectoires des chercheuses à son origine. Dans cette optique, il se base sur deux méthodes d’enquêtes : d’une part, sur un corpus de vingt-cinq entretiens biographiques avec neuf chercheuses qui ont fait partie du groupe étudié ; d’autre part, sur trois sources écrites : des documents d’archives de l’Université Toulouse-Le Mirail, des archives personnelles transmises par une membre du groupe, et les cinq numéros de la Revue du GRIEF.

143Après un chapitre introductif sur les enjeux liés au croisement des sources afin de réaliser la sociohistoire du groupe trente ans après, ce mémoire décrit l’enfance « dans les rangs » des chercheuses étudiées, toutes issues de la petite bourgeoisie provinciale, enfance marquée par une forte réussite scolaire et une faible politisation (chapitre 1). Le chapitre 2 souligne le caractère décisif des « années 68 » pour ces chercheuses : période d’intense socialisation politique, elles s’investirent à des degrés divers dans les événements de Mai 68 et au sein du mouvement des femmes, et transférèrent leurs dispositions critiques à l’université, où elles participèrent aux nombreuses mobilisations sociales, mais aussi investirent le renouvellement en cours du marxisme et les recherches émergentes sur les femmes (chapitre 2). C’est dans ce contexte qu’elles créèrent le GRIEF à la toute fin des années 1970, un groupe qui se caractérisa par une position à double distance : d’une part, à distance des mouvements féministes, puisque ces chercheuses revendiquaient une volonté de faire de la recherche universitaire sans ambition militante ; d’autre part, à distance des formes instituées de recherche, dans la mesure où elles adoptèrent une structure horizontale rare, eurent une vocation interdisciplinaire originale et choisirent des objets novateurs de recherche sur les femmes (chapitre 3). Le GRIEF fut pour elles un lieu de socialisation différenciée à la recherche sur les femmes, certaines participant fortement à la détermination des thèmes du groupe, d’autres traitant de ces thèmes a minima en conservant leurs objets de recherche ou par l’incursion momentanée dans une autre discipline. Cette socialisation fut par ailleurs interrompue par la progressive désagrégation du GRIEF, sous l’effet d’une double nécessité : celle d’évoluer dans sa carrière, qui impliquait le retour dans sa discipline d’appartenance et donc une individualisation des trajectoires, et celle d’évoluer comme groupe, du fait des transformations du contexte universitaire (chapitre 4). La poursuite ou non de recherches sur les femmes dans la dernière partie de leur carrière tint alors à deux dimensions : d’abord à la force de leurs « dispositions scolastiques », condition sine qua non d’un fort investissement dans les activités de recherche, ensuite à leurs disciplines d’appartenance, qui rendent l’inscription d’une dimension sexuée dans ses travaux diversement possible (chapitre 5).

144En portant une attention soutenue aux socialisations des chercheuses étudiées, en décentrant le regard des savantes les plus impliquées dans les recherches sur les femmes, au moins deux phénomènes, peu ou pas évoqués jusqu’alors, ont pu être mis en valeur : d’une part, les processus d’entrée et de sortie des recherches sur les femmes, qui tiennent à la fois à des socialisations politiques et scientifiques diversement durables et à des facteurs disciplinaires ; d’autre part, le fait que la participation à ces recherches n’implique pas systématiquement une implication dans les mouvements féministes, la réticence vis-à-vis des organisations militantes pouvant même participer d’un investissement plus important dans des activités scolastiques intégrant une dimension sexuée, et qu’elle peut également se faire au dépend des activités militantes lorsque les chercheuses s’engagent au même moment dans un processus de désengagement.

Pauline Joseph, « Être universitaire et féministe : l’institutionnalisation du féminisme à travers les parcours militants et académiques d’enseignantes de l’Université de Lyon II (1973-1995) », dir. Marianne Thivend, Université Lumière Lyon 2, 2019

145Dans un article intitulé « La cause des femmes dans les institutions » (Actes de la recherche en sciences sociales, n° 223, 2018), les sociologues Soline Blanchard, Alban Jacquemart, Marie Perrin et Alice Romerio définissent l’institutionnalisation du féminisme comme un « processus de circulation d’idées politiques et de pratiques dans des institutions qui n’ont pas pour vocation première d’œuvrer pour la cause des femmes ». Les questionnements et les idées produits par la théorie féministe se heurtent souvent aux modèles institutionnels mis en place dans la société contemporaine française. Si le processus d’incorporation des questions relatives aux femmes a pu être étudié au sein des politiques gouvernementales, principalement à l’échelle européenne, l’histoire de l’institutionnalisation du féminisme dans l’Université française reste à faire : ce mémoire traite d’un cas local, celui de Lyon 2, en s’intéressant particulièrement au transfert du militantisme de terrain vers la sphère académique, transfert incarné dans les parcours d’universitaires féministes.

146L’exploitation d’un fonds d’archives inédit de l’Université Lumière Lyon 2, le fonds du Centre Louise Labé, a permis de mettre au jour l’action et les initiatives de l’un des premiers centres de documentation et de recherches féministes sur le territoire français : le Centre Lyonnais d’Etudes Féministes (CLEF). Créé en 1976 dans l’Institut de recherches et d’intervention en sciences humaines, à l’initiative d’enseignantes-chercheuses féministes principalement psychologues ou sociologues, ce centre représente la continuité des mobilisations féministes collectives, caractéristiques du mouvement féministe dit de la « deuxième vague ». Le CLEF est inséré dans un réseau national de centres féministes régionaux dans lequel sont déployées des stratégies pour la promotion des recherches sur les femmes.

147À l’échelle de Lyon, le Centre des femmes (1975-1981), structure associative regroupant un large panel de groupes-femmes sur le modèle des groupes de conscience, constitue un des pôles majeurs du paysage militant féministe. Le Mouvement de Libération des femmes (MLF) de Lyon périclite pourtant progressivement au tournant des années 1980, à mesure que la « norme féministe » investit les politiques gouvernementales et institutionnelles.

148Les universitaires du CLEF, en étant activement engagées au Centre des femmes, sont positionnées au carrefour de ces deux espaces particuliers. Ce mémoire analyse la position d’enseignantes-chercheuses féministes au travers de leurs carrières (militantes et académiques) et s’intéresse à leurs réseaux et sociabilités ainsi qu’aux stratégies académiques et politiques mobilisées (Colloque de Toulouse de 1982, attribution nationale de postes fléchés en études féministes, programmes de recherches, enseignements…) afin de retracer l’implantation des études féministes à Lyon 2.

149Les archives du fonds du Centre Louise Labé ont été complétées par un corpus d’archives orales : des entretiens oraux ont été menés avec deux enseignantes-chercheuses féministes, professeures émérites de psychologie sociale de l’Université Lumière Lyon 2.

150La mise en perspective des carrières militantes et universitaires permet d’identifier à la fois l’influence du féminisme dans la profession, mais aussi les conséquences que la fonction occupée produit au sein des réseaux militants, associatifs et institutionnels. La réflexion sur les actrices choisies a fait émerger plusieurs éléments : l’expérience du militantisme influe sur la carrière universitaire et en particulier sur le choix de la discipline investie par les chercheuses.

151La position occupée au sein du groupe militant et les affinités nouées à l’intérieur de celui-ci jouent également dans la future carrière, dans un contexte où la dynamique de réseaux est essentielle à la progression professionnelle, en particulier lorsque les recherches s’inscrivent dans une perspective féministe. La fréquentation du Centre des femmes joue ici le rôle de creuset intellectuel.

152L’étude des trajectoires nous montre toute l’importance des sociabilités locales, nationales et internationales dans la visibilité des revendications féministes. Les sociabilités militantes, universitaires et associatives sont toujours imbriquées dans la logique de pluri-engagement qui caractérise les féministes des années 1970. La transmission du féminisme à l’Université s’effectue par le biais d’un long processus : les premiers enseignements sur les femmes mis en place à Lyon 2 sont la concrétisation d’une quinzaine d’années de luttes, d’échanges et de stratégies — parfois inopérantes — pour diffuser et transmettre le féminisme dans un monde académique français encore peu au fait de cette conception critique du monde social.

Morgane Lafagne, « Des femmes d’artistes aux peintres consacrées. Enjeux de représentations post-féministes dans les biographies filmées Artemisia (1997), Frida (2002) et Paula (2016) », dir. Catherine Wermester, Université Paris 1 — Panthéon Sorbonne, 2019

153La critique féministe et américaine de l’histoire de l’art a démontré, à partir des années 1970, que cette discipline était historiquement et idéologiquement située. Que, sous couvert d’universalité, elle participait à une omission volontaire et discriminante d’un grand nombre d’individus qui ne correspondaient pas à son canon exclusif, et notamment à l’exclusion des artistes femmes. Le cinéma de fiction est quant à lui très critiqué pour les discriminations sexistes qui y ont cours. Que ce soit au niveau du fonctionnement de son industrie, de ses institutions, et des représentations qui s’y développent, il s’agit d’un support privilégié de reproduction des stéréotypes de genre. Ce mémoire est motivé par la supposition d’une représentation problématique des artistes femmes au cinéma, en particulier dans les biographies filmées de peintre, qui se situent à l’intersection de ces deux domaines. Afin d’étudier cette question, nous nous sommes concentré·es en particulier sur trois films, qui sont à notre sens représentatif de la culture post-féministe au sein de laquelle les biopics de peintre femme se sont particulièrement développés et ont beaucoup évolué.

154Les biopics Artemisia (MERLET, 1997), Frida (TAYMOR, 2002) et Paula (SCHWOCHOW, 2016), se trouvent ainsi à l’intersection de deux types de représentations d’artiste ultérieures. D’une part, le Grand Artiste, figure mythologique et stéréotypée héritée des Vies de Giorgio Vasari et critiqué par Linda Nochlin, autour duquel s’est construit le paradigme masculin du biopic de peintre. De l’autre, la femme d’artiste, qui dans ce paradigme n’a généralement qu’un rôle secondaire d’intérêt amoureux ou de faire-valoir. Oscillant entre une forme traditionnellement hagiographique et valorisante et des mécanismes de représentations conservateurs et sexistes, les biopics de peintres femmes sont des espaces de réflexivité, d’adaptation et d’innovations, que la comparaison avec une filmographie plus large permet de mettre à jour. Ces représentations sont à la fois redevables aux interventions féministes en histoire de l’art, tout en témoignant pour la plupart d’un remarquable double enchevêtrement post-féministe. Nous avons examiné ces trois films à la lumière des interventions féministes en histoire de l’art et des différentes problématiques propres à la culture post-féministe qui sont étudiées par les Women’s Film Studies, en nous appuyant sur de nombreuses comparaisons avec d’autres biopics de peintres (trente-sept biopics de peintres, produits entre 1952 et 2018).

155Dans la première partie, nous avons étudié les conditions de l’incarnation, de la subjectivisation et de la valorisation qui permettent aux artistes femmes de devenir héroïnes de leurs propres biopics. Ce processus se fait, comme pour leurs pairs masculins, par l’invocation de mythes et d’images valorisantes qui institue les personnages comme sujet légitime et comme autorités culturelles. Néanmoins, il convient de remarquer que cette valorisation s’accompagne, dans le cas des artistes femmes, d’une sexualisation des corps, qui deviennent paradoxalement des objets de plaisir visuel.

156Une fois reconnu le statut d’héroïne de nos sujets, nous avons examiné dans la seconde partie les procédés mis en place par les cinéastes pour les valoriser et leur donner le statut de Grands Artistes. À cet effet, nous avons recherché d’éventuelles similitudes avec le paradigme masculin, des reprises ou des adaptations de séquences ou de mises en scènes récurrentes. Ce qui ressort de cette recherche, c’est l’attrait particulier des auteurs de biopics de peintres femmes pour la figure de l’artiste maudit et incompris. La marge, dans le cas des artistes femmes, est cependant double. Les femmes artistes sont marginales à cause de leurs ambitions artistiques au sein de la société, mais aussi à cause de leur genre au sein de la communauté des artistes.

157Nous avons également relevé plusieurs séquences qui symbolisent, formellement ou dans la diégèse, l’émancipation artistique et personnelles des artistes, qui cessent d’être des « miroirs grossissants » pour les personnages masculins, pour reprendre les mots de Virginia Woolf. Cette émancipation s’accompagne d’une hausse de l’espace et du temps donnés aux œuvres, qui apparaissent plus longuement, plus nombreuses, et dont l’intégrité est de plus en plus respectée. La lecture autobiographique des œuvres tend également à disparaître, au profit de la reconnaissance d’une recherche plastique et d’une subjectivité artistique.

158Ainsi, nous avons pu observer comment les biopics de peintres femmes deviennent progressivement constitutives d’un nouveau type, d’une nouvelle image de l’artiste qui, puisqu’elle est maintenant reconnue au sein de la culture populaire, va pouvoir investir l’imaginaire commun. L’un des exemples de cette évolution de la représentation des artistes femmes est selon nous le personnage de Marianne, l’artiste fictive et héroïne du film Portrait de la jeune fille en feu, de Céline Sciamma (2019), qui semble être l’aboutissement de la plupart des réflexions abordées dans ce mémoire.

Pauline Laurent, « À elle, je pourrai dire tous les mots qui accentuent mon excitation et prolongent l’ascension du désir. Discours lesbien(s) dans le journal de Mireille Havet : 1924-1929 », dir. Sylvie Chaperon, Université Toulouse Jean Jaurès, 2019.

159Mireille Havet, écrivaine lesbienne de l’entre-deux-guerres, est encore aujourd’hui largement inconnue du grand public. Quelques poèmes, un recueil de contes et un roman seront toute son œuvre publiée de son vivant, et bien vite oubliée. Si ces quelques productions littéraires ne lui ont pas assuré la postérité, elle laisse également derrière elle son fabuleux journal. Née en 1898, Mireille Havet débute en 1913 l’écriture de son journal, qu’elle tient jusqu’en 1929. Cette année-là, très affaiblie par les drogues, la tuberculose et la sous-alimentation, Mireille Havet cesse d’écrire son journal. Elle confie l’intégralité de ses carnets à son amie de longue date, Ludmila Savitzky, manifestant dans une lettre son désir qu’ils soient conservés. Elle rejoint un sanatorium en Suisse en octobre 1931 afin de soigner sa tuberculose, et mourra là-bas en mars 1932. Quant à ses journaux, soigneusement conservés par Ludmila Savitzky, ils seront oubliés jusqu’à leur redécouverte en 1994 par Dominique Tiry, la petite-fille de cette dernière. En 1995, Dominique Tiry lègue ces écrits au Fonds Cocteau de l’université Paul Valéry de Montpellier, où un sous-fonds « Mireille Havet » est créé. Entre 1997 et 1998 les journaux sont transcrits par Pierre Plateau, puis proposés à l’éditrice Claire Paulhan qui a publié en cinq tomes la période s’étendant de 1918 à 1929, soit le journal d’adulte de la poétesse.

160Si les études sur Mireille Havet sont aujourd’hui possibles c’est donc grâce à la redécouverte, il y a une vingtaine d’années, de son journal intime. Formidable matériau tant pour les recherches historiques que littéraires, son contenu ouvre d’importantes perspectives pour une histoire des sexualités féminines et lesbiennes dans le premier tiers du xxe siècle. La poétesse déploie une expression sexuelle tout à fait remarquable et atypique pour son époque. Loin de faire preuve de retenue ou d’auto-censure, Mireille Havet dévoile dans ses carnets ses expériences les plus intimes. Dans cet espace du for privé, elle ne craint pas de détailler ses pratiques sexuelles et relations amoureuses. Le discours sur sa sexualité occupe une place centrale. Un état de fait particulièrement révélateur : qu’elle en ait eu conscience ou non, il semble que Mireille Havet ait ressenti le besoin de poser des mots sur son lesbianisme au travers de son écriture diaristique.

161À l’articulation entre histoire du lesbianisme et histoire de l’intime, mes recherches prennent donc essentiellement la forme d’une étude de discours : il s’agit d’étudier le langage de la sexualité dans l’écriture intime de Mireille Havet en prêtant une attention particulière au rôle d’un tel discours dans le développement d’une véritable identité lesbienne et son effondrement consécutif. Mes recherches interrogent essentiellement la fonction structurante du geste d’écriture intime dans le processus de construction identitaire. Plus spécifiquement, j’ai tâché de mettre en évidence que l’expression de son attirance pour les femmes et l’écriture de sa sexualité ne sont pas simplement des marqueurs d’une orientation sexuelle assumée, mais avant tout révélateurs de l’élaboration d’une véritable identité lesbienne.

162La première année de Master avait permis d’étudier la période 1918-1924 des journaux de Mireille Havet. Dans ces volumes, la poétesse développe un langage qui exalte la sexualité lesbienne. Consciente de son individualité et témoignant d’une réelle résistance aux normes, elle développe et affirme une sexualité et une identité lesbienne autonomes. Mais certaines nuances, certaines ambiguïtés, viennent d’ores et déjà parsemer son discours et laissent présumer de fragilités identitaires qui se déploient avec force vers la fin des années 1920.

163Le mémoire de Master 2 poursuit directement ces travaux en prenant pour objet d’étude les trois derniers volumes du journal couvrant la période 1924-1929. L’expression de la sexualité et du désir lesbien chez Mireille Havet, indissociable d’un processus de construction identitaire par l’écriture intime, se transforme peu à peu en marqueur de l’anormalité de la poétesse et l’une des causes même de son échec social et littéraire — en un mot, de son inaptitude à la « vie normale ». Les recherches menées s’efforcent d’appréhender la façon dont se manifeste, dans l’écriture diaristique, la progression d’une rupture identitaire, en lien avec le parcours tragique de la poétesse.

164Sans se limiter à l’analyse d’une intimité particulière, ce travail de recherche s’efforce également d’établir un glissement du subjectif vers l’objectif. Il s’agit d’étendre l’étude d’un discours individuel au contexte plus général du lesbianisme à cette époque, et ainsi mettre en exergue toute la valeur de témoignage qui caractérise ces écrits. Du particulier au collectif, le journal de Mireille Havet constitue, dans une certaine mesure, un écran de la sociabilité lesbienne des années 1920.

Clémence Mahon, « Quand l’armée fait l’homme. L’image genrée du militaire russe sous le règne d’Alexandre Ier (1801-1825) » dir. Marie-Pierre Rey, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2019

165« J’aime la bataille sanglante / Je suis né pour servir le tsar ! Sabre, vodka, cheval de hussard / Mon âge d’or est avec vous… » : les vers du partisan Denis Davidov reflètent bien l’image du militaire russe du premier xixe siècle. Modèle de l’homme fort et courageux, se sacrifiant pour sa patrie, il est aussi un romantique, à la fois galant et cultivé. C’est cet homme que nous avons choisi d’étudier, en l’interrogeant par le prisme de la masculinité. Anachronique pour le xixe siècle, ce concept renvoie à une norme sociale : plus qu’une donnée biologique, « être un homme » requiert d’adopter les marqueurs alloués au premier sexe. Construction sociale, produit de son temps, la masculinité n’a cependant reçu que peu d’intérêt de la part des historiens de l’époque impériale russe : si les travaux sur les soldats sont nombreux, la question de leur identité sexuée est demeurée inexplorée. Le guerrier est pourtant au cœur du règne d’Alexandre Ier : la hausse des effectifs militaires, destinés à mener les multiples guerres du règne, lui permettent d’investir le paysage social. Toutefois, le militaire est avant tout une figure symbolique : le réveil national russe découlant de l’invasion napoléonienne de 1812 fait naître une intense propagande reposant en grande partie sur le soldat, pilier emblématique de la guerre patriotique qui se joue.

166S’ils renforcent le prestige du militaire, les discours officiels tendent à en brosser un portrait monosémique, or, « le » militaire est tout autant le soldat-paysan enrôlé de force que l’officier de carrière. Penser conjointement ces deux figures dont les origines, la formation, le rôle et les représentations divergent interroge l’univocité de la masculinité militaire, tout en complexifiant l’analyse des sources. Pour la plupart analphabètes, les enrôlés n’ont laissé que peu de traces de leur passage dans les troupes, tandis que les officiers ont pour beaucoup retranscrit leur expérience du combat, surreprésentant une classe pourtant minoritaire. Les écrits personnels forment néanmoins le substrat de cette recherche. Écrits au fil des jours ou a posteriori, ils dévoilent à la fois l’expérience vécue et ses processus de réécriture sous la plume d’hommes désireux de passer à la postérité sous des traits virils. Littérature et iconographie sont également mobilisées pour saisir les représentations qui entourent le guerrier. L’hétérogénéité documentaire ambitionne ainsi de mêler les regards sur le militaire, examiné par un œil féminin et masculin, civil et militaire, russe et étranger, afin d’y dégager l’expression d’une identité de genre particulière. C’est là l’enjeu de ce travail : déterminer l’existence d’une masculinité militaire russe, tout en tentant de la définir, d’en dessiner la constitution et les enjeux.

167A l’évidence, les militaires russes ne sont plus ceux qu’ils étaient avant d’entrer dans les troupes : leur métamorphose physique, matérialisée par leur pilosité, l’uniforme et la maîtrise de postures caractéristiques du « corps redressé », se double de l’adhésion à de nouvelles valeurs. L’armée agit comme une matrice, capable de transformer des hommes d’origines diverses en une communauté unie par des codes hiérarchiques, émotionnels, mais aussi genrés. Le militaire, qui évolue désormais dans un cadre où femmes sont exclues, doit assumer des tâches féminines réinvesties d’une symbolique virile : il conduit en ce sens à repenser les rapports traditionnels des genres. L’adoption du modèle militaro-viril se fait au prix d’un douloureux apprentissage, effectué sur un mode d’abord vertical, rappelant que l’armée, institution officielle, façonne des soldats dévoués au triptyque tsar-patrie-orthodoxie, porteurs d’une masculinité « maîtrisée ». Mais l’armée est aussi le cadre de l’entre-soi où les hommes se défient au cours de « rites » souvent caractérisés par l’excès. Figure résolument complexe, le militaire incarne la pluralité des masculinités, mais le modèle militaro-viril qu’il est censé incarner est pourtant univoque, bien que contradictoire. Il enjoint à la frénésie au combat et à la maîtrise de soi, à la soumission de l’homme comme à son affirmation : autant d’injonctions inatteignables pour des soldats fragilisés par une vie de campagne extrêmement rude. Si l’armée façonne les individus, elle fabrique aussi les représentations qui les entourent : le guerrier ainsi sublimé devient un « type », une construction sociale chargée d’enjeux politiques, patriotiques et mémoriels cruciaux dans le contexte de guerre. Érigé en héros national pendant les campagnes napoléonienne, ce type incarne bientôt un modèle à suivre pour l’ensemble de la société russe, servant de fait les intérêts de l’autocratie : « être un homme », c’est réinvestir les principes militaro-virils établis par l’Etat mais dont les soldats sont, en réalité, de plus en plus éloignés.

Alice Ménager, « L’Américaine de Paris (1873-1914). Esquisse d’un imaginaire français », dir. Dominique Kalifa, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2018

168La fin du xixe siècle est marquée par l’arrivée massive d’un nouveau personnage dans la société : l’Américaine. En effet, l’évolution des transports et l’amélioration des trajets en steamers, plus confortables et rapides, ont considérablement transformé la circulation des idées et des hommes : la jeune miss investie physiquement la capitale, les espaces balnéaires, la province mais surtout le quotidien des Français. Cette belle enchanteresse jouit de la démocratisation de la lecture, lui permettant de devenir un sujet récurrent dans les romans, pièce de théâtre, feuilletons ou écrits scientifiques. Il est presque impossible de passer à côté : elle fait la une des journaux, des chansons sur elle sont fredonnées et distribuées dans les boulevards et surtout elle brise le coeur de nombreux jeunes hommes français. L’Américaine comme type repose sur un imaginaire, plus ou moins collectif, construit sur des fantasmes, des récits, des fictions mais aussi sur des faits réels tels que les mariages franco-américains, les divorces et les évènements mondains. Par Américaine, on entend réfléchir à la fois sur la femme rencontrée dans son home américain ainsi que sur celle venue en France et surtout à Paris. Toutes deux nourrissent les représentations des Français sur cette femme nouvelle, que l’on peut qualifier d’« Américaine de Paris », dans le sens où elle est le fruit d’une assimilation première du cercle parisien, composé de l’« élite » politique, intellectuelle et économique.

169Cette recherche sur la « belle Yankee », depuis le scandale de L’Oncle Sam de Victorien Sardou en 1873 jusqu’à la Première Guerre mondiale, s’inscrit dans l’étude des sensibilités et du genre. Les sensibilités, plurielles par la palette d’émotions à laquelle la société est confrontée, sont révélatrices, par les traces laissées dans le temps, d’opinions, de cohésion voire de division d’une même population. La Yankee, par son entrée spectaculaire dans l’Ancien Monde, interpelle. Avec les sensibilités, c’est plus que les émotions suscitées par l’étasunienne qui sont étudiées, mais les mécanismes psychiques et physiques engendrés par cette femme fraichement débarquée. Sans oublier que cette miss est avant tout une femme étrangère : son arrivée réelle et sensible dans la société de la Belle Époque questionne profondément la place de la femme et plus particulièrement ses rapports avec ses camarades masculins.

170Pour cerner au mieux l’imaginaire concernant l’étasunienne, plusieurs types de sources ont été mobilisés. Les sources imprimées constituent une grande partie du corpus avec des dictionnaires, des écrits personnels, des études sur l’Amérique, des romans, des guides touristiques, des pièces de théâtre ainsi que des chansons et des articles de presse. S’ajoutent à cela les sources iconographiques (tableaux, dessins, portraits de l’atelier Nadar) essentielles à la fixation du type dans l’imaginaire, ainsi que certaines archives sur les différents aspects de la vie de cette femme : son rôle d’épouse d’homme politique, son appartenance à la colonie américaine et ses voyages en steamers reliant New York au Havre. Suite à la constitution de ce corpus, la recherche s’est orientée autour de la question suivante : dans quelle mesure l’Américaine, type construit à partir d’imaginaires hétéroclites, questionne à la fois les rapports de genre et la vision de la femme moderne au sein de la société de la Belle Époque ?

171L’Américaine est un type, c’est-à-dire une construction mentale à la fois individuelle et collective, composée de différents caractères distinctifs, inventée et intégrée par et pour la société française. L’imaginaire à son propos n’est élaboré qu’à partir de rencontres réelles et/ou sensibles avec des étasuniennes d’un rang social élevé : elles sont les petites chéries de leurs daddys, qui ont bien souvent fait fortune dans le pétrole, les chemins de fer ou la finance. Ainsi l’Américaine de Paris n’est pas représentative de toutes les Américaines du Nouveau-Monde mais plutôt de la femme étrangère que l’on se plaît à imaginer. Sa figure est significative des rapports entre les sexes au tournant des xixe et xxe siècles. D’abord parce qu’il s’agit d’un type principalement élaboré par et pour des hommes, ensuite parce que la libre Yankee, par son éducation à « l’américaine », renverse les rôles sociaux originellement répartis dans l’Ancien Monde : elle flirte, déambule seule en ville, se comporte souvent comme un homme, en définitive elle est novatrice par son indépendance et son hybridité. L’étasunienne dépasse les frontières entre l’imaginaire et le réel, le perçu et le vécu. Sa comparaison systématique avec la Française reflète l’évolution des mœurs et l’émergence d’une réflexion sur la femme moderne (libertés, sexualités, droits, devoirs) et des débats à son encontre. Assurément on ne naît pas Américaine, on le devient, que cela plaise ou non.

Juliette Mendiboure, « Réintégrer les femmes mariées à des étrangers dans la nationalité française : Étude des dossiers de réintégration de la Préfecture du Rhône entre 1918 et 1927 », dir. Manuela Martini, Université Lumière Lyon 2, 2019

172En s’appuyant sur les travaux traitant de l’aspect juridique et politique de la nationalité des femmes mariées et les études menées autour des dossiers de naturalisation, ce mémoire vise à constituer une analyse prosopographique inédite des femmes mariées à des étrangers à travers les dossiers de réintégration déposés à la Préfecture du Rhône entre 1918 et 1927. Promulguée dans le contexte de chute démographique après la Première Guerre Mondiale et de forte immigration, la loi du 10 août 1927, remet en question les dispositions de la loi d’immigration de 1889. En effet, elle diminue l’importance du jus sanguini, et facilite l’accès à la naturalisation pour les étrangèr·es. Mais elle revient également sur un principe datant de l’instauration du Code civil de 1803 : celui de l’indépendance de la nationalité des femmes mariées.

173Le choix du cadrage chronologique, 1918-1927, a été déterminé en aval par la loi du 10 août 1927 et en amont par les conditions d’élaboration de notre échantillon et les contraintes relatives au nombre de dossiers recueillis aux Archives Départementales. Le nombre de demandes de réintégration déposées entre 1900 et 1927 étant très important, nous avons choisi de nous concentrer sur les dossiers déposés pendant les premières années de l’Entre- deux-Guerres, période où le nombre de demandes de réintégration est à son apogée, et les dispositions de la loi de 1927 en discussion. Notre échantillon comprend donc les 287 dossiers de réintégration déposés à la Préfecture du Rhône entre 1918 et 1927, conservés aux Archives Départementales du Rhône à Lyon. Les dossiers de couple constituent la majorité de notre échantillon et sont focalisés sur la situation du mari, puisque la naturalisation de celui-ci détermine la réintégration de sa femme, qui ne peut avoir une nationalité différente de celle de son mari. Notre analyse porte donc également, et dans une moindre mesure, sur les maris des femmes réintégrées présents dans les dossiers dont la naturalisation influe sur la réintégration des femmes que nous étudions. La complémentarité et la potentielle dualité de ces deux procédures seront également le propos de notre analyse. Ces dossiers donnent énormément de renseignements sur l’identité des postulant·es mais livrent également beaucoup d’informations sur les administrations en charge de leurs dossiers. Au-delà de témoigner du déroulé administratif d’une demande de réintégration, ces dossiers contiennent les avis de plusieurs administrations sur la réintégration des postulantes qui doivent être analysés.

174Par le choix de ces sources, il s’agit ici d’étudier le parcours administratif de ces femmes mais également d’étudier leurs parcours de vie, depuis leur naissance jusqu’à la demande de réintégration. Ces dossiers regorgent d’informations personnelles sur les postulant·es permettant de reconstituer assez précisément leurs parcours de vie et leurs profils grâce à des informations sur leurs origines sociales, leurs professions, leurs âges, leurs différentes adresses etc. Notre recherche propose à la fois une étude prosopographique des femmes mariées à des étrangers, mais se concentre également sur les politiques et les pratiques administratives locales de réintégration, en utilisant simultanément des approches quantitative et qualitative, sous le prisme d’une analyse de genre. À travers les dossiers de réintégration, nous souhaitons faire l’analyse de la spécificité de la procédure de réintégration mais également rendre compte des interactions entre les postulant·es et les administrations lors de celle-ci. À l’instar des méthodes d’analyses récentes de dossiers de naturalisation que proposent Linda Guerry et Mary D. Lewis pour ne citer qu’elles, la démarche de notre analyse est d’opérer une double voire triple confrontation : celle des pratiques des administrations préfectorales aux discours et aux enjeux politiques de l’époque autour de la nationalité des femmes mariées, celle des intérêts des administrations aux objectifs des postulant·es, et celle des représentations des administrations à la réalité des trajectoires de vie des femmes mariées à des étrangers.

175Notre étude prosopographique montre que les femmes formulant une demande de réintégration dans le Rhône entre 1918 et 1927 ont des profils et des parcours multiples. Elles peuvent être mariées, veuves ou divorcées au moment de leur demande, tout juste majeures ou bien plus âgées, mères de plusieurs enfants ou non, vivre en concubinage, exercer une profession et/ou accomplir leurs devoirs de ménagères. Mais malgré leurs profils hétérogènes, elles sont, dans la majorité des cas, issues de familles françaises, venant de petites villes ou villages du département du Rhône et des départements voisins à celui-ci. Beaucoup ont participé à l’exode rural, et se sont mariées à Lyon ou dans sa proche banlieue à des immigrés venus trouver du travail en France, majoritairement des Italiens, des Suisses et des Allemands. Les nationalités de mariage des femmes réintégrées sont en adéquation avec les vagues migratoires des xixe et xxe siècles dans la région lyonnaise, composées principalement de ressortissant·es de pays limitrophes à la France. Les parcours migratoires transnationaux et nationaux des postulant·es répondent à des logiques de proximité géographique et d’attractivité d’une métropole industrielle qu’est la ville de Lyon.

176La Première Guerre mondiale, période ne faisant pourtant pas partie de nos bornes chronologiques, est continuellement présente dans les dossiers. La guerre a eu des conséquences importantes sur la vie des postulant·es et détermine, consciemment ou inconsciemment, leurs parcours de vie et leurs situations matrimoniales. Cette guerre prend une place prédominante dans l’esprit des administrateur·rices : le comportement et l’attitude des postulant·es au cours de la guerre sont systématiquement rapportés, particulièrement pour les hommes. La Première Guerre mondiale fait figure de mise à l’épreuve du patriotisme et de l’attachement des candidat·es à la France et est centrale dans l’examen fait par les administrations. Les conséquences de celle-ci façonnent également les logiques administratives : la réintégration et la naturalisation deviennent après 1918 des instruments de politiques populationnistes afin de pallier la chute démographique et la dénatalité de la population française, caractéristique de la période de l’entre-deux-guerres. Cet impératif démographique se retrouve dans l’intérêt que porte les administrations à la présence d’enfants mineurs dans les dossiers. L’inscription de celleux-ci dans la nationalité française est une condition à la naturalisation et à la réintégration des parents et semble parfois être le véritable intérêt de l’intégration des parents dans la communauté nationale.

177Les pratiques de naturalisation et de réintégration sont clairement déterminées par des critères de genre. L’analyse comparative des dossiers de couple, comportant des hommes étrangers souhaitant être naturalisés avec des dossiers de femmes veuves ou divorcées d’origine française demandant leur réintégration témoigne de la dualité des attentes administratives au regard du genre des postulant·es. La citoyenneté française et les devoirs qu’elle comporte sont différents pour les hommes et les femmes. La répartition des rôles et des espaces sociétaux suivant le genre des personnes se retrouve dans la conception de la citoyenneté des administrations. Les hommes, par l’obtention de droits civils et politiques, sont amenés à participer à la vie politique du pays, et occupent l’espace public au sein de la société alors que les femmes sont chargées de l’entretien du foyer et de la reproduction de la population nationale, et sont ainsi responsables et reléguées à l’espace privé. La réintégration et la naturalisation ont pour but d’intégrer les personnes étrangères dans la citoyenneté : elles sont donc jugées en fonction de ces attentes sociales et de cette répartition genrée. Les femmes sont attendues sur leurs qualités de mère et d’épouse alors que les hommes sont observés comme de futurs citoyens et potentiels soldats.

178L’analyse couplée et comparative de la naturalisation et de la réintégration amène à identifier de nouvelles logiques d’intégration. Les femmes mariées à des étrangers sont amenées à s’inscrire dans deux logiques assimilationnistes. Leur mariage avec un étranger les exclue de la communauté française et les intègre à la communauté nationale de leurs maris sur un plan administratif. Suite à cette assimilation, leurs maris étrangers demandent leur intégration à la communauté française, soit la communauté nationale d’origine de leurs femmes. Leur mariage, considéré comme gage de leur assimilation à la société française, grâce à l’identité culturelle de leurs femmes, leur permet d’accéder plus facilement à la nationalité française. La « désintégration » administrative des femmes à la communauté française permet ainsi l’assimilation culturelle des hommes étrangers, transformée en assimilation administrative par leur naturalisation, qui provoque la réintégration des femmes initialement déchues de leur nationalité française. Les mariages mixtes sont donc à l’origine d’une logique de « vases communicants » permettant l’intégration des hommes étrangers dans la communauté nationale par la désintégration provisoire des femmes françaises.

Marion Paupert, « Étudier la photographie de mode dans Vogue France pour repenser la photographie de presse (1945-1968) », dir. Michel Poivert et Elissa Mailander, École du Louvre – Sciences Po Paris, 2019

179Ce travail de recherche, mené à partir du dépouillement systématique de Vogue Paris de 1945 à mai 1968, replace la photographie de mode dans son contexte de parution qu’est le magazine pour l’inscrire dans l’histoire de la presse, étudiant ainsi une des formes emblématiques des médias au XXe siècle. Caractérisé par l’importance du visuel, mais peu étudié au-delà des années 1930, le magazine, et plus fortement le magazine de mode, apparaît comme périphérique par rapport à l’image de presse, centrée autour de la mythologie du photojournaliste. S’intéresser à la photographie de mode sous sa forme imprimée ne permet pas alors seulement d’enrichir l’analyse de ce qui est considéré comme un genre particulier de photographie mais de le rattacher à l’ensemble de la presse magazine. Si la photographie de mode se définit par son sujet particulier que sont les vêtements, majoritairement de créateurs dans Vogue, son répertoire graphique et visuel n’est pas hermétique aux évolutions générales du champ extrêmement concurrentiel qu’est la presse magazine. Bien plus, la presse de mode a pu diffuser à l’ensemble de la presse magazine certaines de ses représentations, en particulier concernant la féminité. Ce travail montre donc les transferts culturels au sein de la presse magazine française à partir de comparaisons choisies entre Vogue et Paris-Match notamment, et invite à repenser la photographie de mode comme un type de photographie de presse.

Lisa Petit, « J’avais envie d’écrire. Être une femme dans les classes d’écriture et de composition du Conservatoire de Paris, des années 1950 à la fin des années 1980 », dir. Rémy Campos, Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, 2019

180En réponse à l’injonction faite aux femmes d’exercer des activités qui conviennent à leur genre tout en les maintenant dans l’espace domestique, Elsa Barraine compose en 1939 un Ouvrage de dame pour quintette à vent. Premier Grand Prix de Rome (1929), professeure de déchiffrage (années 1950) puis d’analyse (années 1970) au Conservatoire de Paris, inspectrice à la Direction de la musique au ministère de la culture (années 1970), la compositrice n’aura de cesse d’affirmer son indépendance. Si chacun des mouvements du quintette porte un prénom féminin, notre travail de recherche se nomme tout à la fois Gisèle Barreau, Françoise Barrière, Thérèse Brenet, Édith Canat de Chizy, Yvonne Desportes, Coralie Fayolle, Graciane Finzi, Betsy Jolas, Édith Lejet, Michèle Reverdy, Lucie Robert, Jeanine Rueff, Marie-Jeanne Séréro… Toutes furent élèves et/ou professeures en écriture ou composition au Conservatoire de Paris entre 1950 et la fin des années 1980, et toutes ont répondu à ce même désir qui ne connaît pas de genre : écrire de la musique.

181Le Conservatoire d’après-guerre est une institution poussiéreuse à laquelle s’oppose l’avant-garde du Domaine musical et du Groupe de recherches musicales. Il connaît de multiples réformes à partir des revendications étudiantes de Mai 68, puis, dans les années 1980, il voit s’épanouir en son sein la musique moderne électroacoustique. Dès lors, l’évolution de l’esthétique musicale défendue par l’école, entre 1950 et la fin des années 1980, s’accompagne-t-elle d’un changement de situation pour les femmes qui fréquentent ses classes d’écriture et de composition ? Plus largement : comment être compositrice dans un milieu qui, de Platon à aujourd’hui sans oublier Rameau ni Messiaen, a toujours réservé aux hommes la création et aux femmes la procréation ?

182Ce travail retrace le parcours de compositrices, de l’enfance à l’entrée dans la carrière professionnelle à laquelle s’ajoute parfois une vie familiale, en passant par les classes d’écriture et/ou de composition. Si les travaux de recherche existants portent sur le Conservatoire de Paris ou sur les femmes, sur les études ou sur la carrière, celui-ci vise à croiser simultanément ces différentes approches et problématiques.

183Différentes sources ont été utilisées pour nourrir la réflexion. Pour ses recherches, Malo Courbaron avait reconstitué la liste des élèves des classes de composition pour la période 1945-1992, en s’appuyant principalement sur les palmarès et les tableaux de classes du Conservatoire de Paris ; ces données nous ont servi à réaliser un important travail statistique comparatif. Parallèlement, nous avons relevé les constantes de mise en scène et analysé à travers le prisme du genre les photographies des classes, y compris instrumentales, du Conservatoire. Enfin, une très large partie du travail se fonde sur une série d’entretiens inédits avec des personnes ayant été élèves ou professeur·es entre 1953 et 1989 : Betsy Jolas, Bernard de Crépy, Édith Lejet, Michèle Reverdy, Alain Louvier, Édith Canat de Chizy, Coralie Fayolle et Marie-Jeanne Séréro. Les entretiens ont porté sur les parcours des femmes au sein des classes d’écriture et de composition, sur le déroulé des cours, les aspirations individuelles, les perspectives de carrière, l’engagement au sein de la vie étudiante du Conservatoire. Ces témoignages ont été complétés par d’autres récits tirés du site de l’INA ainsi que de travaux antérieurs portant notamment sur le Conservatoire de Paris et le Prix de Rome.

184Entre 1950 et 1989, les classes d’écriture comptent en moyenne une femme sur trois, les classes de composition moins d’une femme sur cinq, et les femmes se font plus rares encore dans les programmes de concert. Durant leurs études, elles rencontrent davantage d’obstacles que les hommes du fait d’une misogynie ambiante alimentée par les professeurs et camarades masculins, bien que les conditions s’améliorent dans les années 1980. Les événements de Mai-68 n’ont pas entraîné de modification directe de la place des femmes au Conservatoire de Paris en particulier et dans le milieu de la musique en général — on note plutôt une curieuse baisse des effectifs féminins dans les classes de composition dans les années 1970. Le concours du Prix de Rome, qui donne habituellement accès à des postes importants à ses lauréat·es, permet certes de légitimer les compétences des compositrices, mais ne leur ouvre pas aussi facilement qu’aux hommes les portes du concert, de l’enseignement de la composition ou des hautes fonctions institutionnelles. Tout repose sur une hiérarchisation, par conséquent une répartition genrée, des métiers de la musique. Ces recherches ont ainsi mis en lumière certains phénomènes et mécanismes sociaux qui s’appliquent autant à la musique qu’à d’autres milieux (domination, double standard, stéréotype de genre, masculinité hégémonique…), permettant d’analyser le chemin parcouru et de donner une idée de celui qu’il reste à parcourir.

Marina Rivière, » L’hypersexualisation du personnage féminin dans la bande dessinée à travers un exemple local : Le Cri du Margouillat (1986-2000) », dir. Prosper Eve, Université de la Réunion, 2019

185De nombreux chercheurs se sont penchés sur l’étude de la représentation de la femme. Que ce soit dans la littérature, le théâtre ou encore le monde publicitaire, étudier la manière dont la femme est mise en scène permet d’étayer le vaste champ d’étude que représente l’histoire des femmes. Ce mémoire s’inscrit dans cette dynamique de recherche et s’intéresse à la représentation de la femme au niveau de son hypersexualisation, dans le support littéraire qu’est la bande dessinée. Comme le dit l’historien René Nouillhat, « la bande dessinée est un art de représentation graphique qui exprime bien les fantasmes humains ». Bien que ce support littéraire soit considéré comme une source ludique dans l’inconscient collectif, il offre une représentation de la société dont la profondeur peut être étudiée par un historien. Ce travail de recherche a une double ambition. En effet, nous souhaitons rendre ses lettres de noblesse à la femme, dont l’importance est souvent secondaire dans ces œuvres et également mettre en évidence la bande dessinée comme objet d’étude pour l’historien.

186Ce travail de recherche se fonde sur un exemple de revue de bandes dessinées réunionnaises : Le Cri du Margouillat. Les sources principales sont les 28 numéros de la revue parus entre 1986 et 2000. L’année 1986 correspond à la date de création de cette revue. L’analyse se termine en 2000, car c’est à partir de cette date que la formule de la revue change. Le journal qui était à périodicité aléatoire devient mensuel et change de ton pour laisser place à des articles satiriques ou critiques sur l’actualité réunionnaise.

187Nous nous sommes intéressées tout d’abord à la place des femmes et du personnage féminin dans Le Cri du Margouillat. Ensuite, nous nous sommes demandées si le rapport entre la représentation de la femme et le 9e art tendait vers une hypersexualisation et enfin nous nous nous sommes attardées sur l’évolution du personnage bédéisé sur la période 1986-2000.

188Notre étude a permis de mettre en évidence le fait que la place des femmes était bien moins importante que celle des hommes dans la bande dessinée, bien que nous ayons pu relever une récurrence dans la représentation des femmes à travers trois archétypes de femmes. La ménagère, une femme cantonnée à ses tâches domestiques et familiales. La guerrière amazone, personnage complexe à la frontière entre l’Héroïne et la femme fatale castratrice et la femme superficielle, celle qui est représentée en majorité et dont l’oisiveté et la soumission à l’homme sont les principales caractéristiques. Nous avons pu mettre en évidence les différents aspects de la mise en image de ces femmes, tant dans leurs propos, leur physique, leurs tenues mais aussi à travers les codes de couleurs utilisés dans leurs cheveux, leurs vêtements et leurs accessoires.

189Le personnage hypersexualisé présent dans notre journal est certainement influencé par des modèles extérieurs tels que le comic book et ses archétypes de personnages, mais aussi plus largement par d’autres courants artistiques et la société en elle-même. Nous avons ainsi pu constater que les figures de la pin-up ou de la superhéroïne représentent la genèse de l’hypersexualisation du personnage féminin, notamment à travers leurs tenues. Nous pouvons citer comme exemple Wonder Woman ou Catwoman et leurs costumes moulants. Le personnage féminin dans la littérature a souvent été réduit à sa beauté et à sa fragilité (archétype de la princesse dans les contes tels que Cendrillon), mais rarement pour ce qu’elle est intellectuellement. La construction du personnage féminin dans Le Cri du Margouillat s’inspire de ces différents archétypes, de ceux de la société, mais aussi d’une vision fantasmée par les auteurs de la femme dans la société. En effet, cette image érotisée des femmes est présente depuis longtemps dans la littérature, la peinture, le 7e art et la photographie offrant le double voyeurisme de la construction de l’image et de celui du spectateur ou du lecteur de l’image.

Alexia Rosso, « L’écrivaine Auguste Hauschner (1850-1924). Présence passée et présente absence ? une critique de la réception », dir. Mandana Covindassamy, Université Paris-Sorbonne – ENS-EHESS, 2019

190Auguste Sobotka naquit à Prague en 1850. En 1871, elle épousa l’industriel Benno Hauschner et ils partirent pour Berlin. Le couple y créa de nombreux liens d’amitié avec la scène culturelle. En 1890, son mari mourut et lui laissa sa fortune. Hauschner commença une carrière littéraire conjointe à des activités de mécénat et de salonnière. Elle décéda en 1924 avec une bibliographie d’une quinzaine de livres et autant de publications dans des revues littéraires. Plusieurs hommages parurent dans la presse et en 1929, Martin Berardt et Lotte Bloch-Zavrel publièrent un recueil de lettres qui lui furent adressées : Briefe an Auguste Hauschner. Son œuvre littéraire était déjà oubliée.

191Ce travail part du constat de la présence d’Auguste Hauschner dans les paysages littéraire et culturel de son temps, suivie de son absence de l’historiographie du champ littéraire de cette époque. C’est une critique de la réception qui confronte ces états de présence et d’absence et tente de mettre en lumière les différents mécanismes à l’œuvre dans ce glissement d’une présence passée vers une présence aujourd’hui marginale. À travers un travail d’historicisation et de contextualisation marqué par un passage aux archives de la Staatsbibliothek zu Berlin et du Deutsches Literaturarchiv Marbach, il pointe du doigt ces mécanismes en exhumant des traces de la présence de Hauschner dans le champ littéraire. Il s’agit de plusieurs lettres du fonds Auguste Hauschner à la Staatsbibliothek zu Berlin que lui adressèrent des personnalités du monde littéraire et éditorial ainsi que quelques lettres que Hauschner envoya dans ce réseau (H. Landauer et A. Juncker) ; de l’intégralité des recensions parues dans des revues au sujet de son œuvre ; ses textes littéraires publiés dans des revues, des anthologies ou des ouvrages collectifs ; des recensions qu’elle écrivit sur ses contemporains ainsi que de ses essais. Notre propos ne correspond pas à une volonté de réhabilitation mais vise plutôt à déchiffrer ces traces découvertes lors de notre séjour aux archives.

192Cette recherche commence par l’exposition des mécanismes de délégitimation qui conduisirent, dans Briefe an Auguste Hauschner, à reléguer l’écrivaine aux activités de mécénat et de salonnière, et par là aux marges du champ littéraire. À cela, nous confrontons des indices de son existence avérée dans le champ en analysant les recensions parues sur ses œuvres littéraires de son vivant. Presque tous ses romans et recueils de nouvelles firent l’objet d’articles, certains furent couverts par différents journaux et s’attirèrent des applaudissements unanimes. Cette réception contemporaine complexifie la représentation que l’édition de lettres mais également que plusieurs hommages avaient pu faire de Hauschner. Nous ébauchons ensuite la toile de fond du champ littéraire de l’époque afin de comprendre comment elle s’y manifesta. La mécène et la salonnière avaient elles aussi été à l’origine de traces écrites qui profitaient à l’écrivaine en agrandissant ses marges de manœuvre dans le champ. Il est donc crucial de lever les barrières entre espace public et espace privé pour appréhender ensemble ses différents modes d’agir dans le champ et rendre à cette figure son agence. Finalement, le chemin des archives nous mena vers des supports de publications périodiques et collectifs qui témoignent d’une autre présence d’Auguste Hauschner dans le paysage littéraire. Considérer ensemble ces textes et leurs supports est une nouvelle piste pour notre critique de la réception, à une échelle plus réduite cette fois-ci. Nous proposons une analyse narratologique d’un ensemble de deux textes publiés dans l’anthologie de littérature et d’art de Bohême Der Heimat zum Gruss (1914). Cela vise à inscrire cette production dans l’ensemble de l’œuvre de Hauschner en soulignant sa dimension politique, évoquée à plusieurs reprises dans les chapitres précédents. Les remarques émises sur le support de publication en tant que tel nous permettent d’évaluer les objectifs de cette anthologie et l’horizon d’attente qu’elle suscitait chez les lecteurs.

193À partir de ces différents éléments, nous pouvons nous interroger sur les effets produits par la présence d’Auguste Hauschner dans cette anthologie en commentant la façon dont s’articulent texte et support, et comment leur rapport contribue à modeler la réception de l’écrivaine. En ce sens, nous revenons sur les nombreuses assignations identitaires dont Hauschner fut l’objet de son vivant. Les étiquettes religieuse, sexuée et régionale ont peut-être participé de sa réception dans des champs en marges du champ littéraire dominant qu’était celui de la literarische Moderne. Cela fournit un élément de réponse sur son absence de l’historiographie littéraire réalisée sur son époque, et explique sa « redécouverte » à partir de ces sous-champs du paysage littéraire germanophone.

Célia Safer-Tebbi, « Le rapport entre l’écriture et le féminin dans la littérature française des années 1960 à nos jours : Sarraute, Duras, Ernaux », dir. Béatrice Bloch, Université Bordeaux Montaigne, 2019

194Si la question du rapport de l’écriture au féminin est un enjeu majeur de l’époque moderne et qui ne cesse de bouleverser notre actualité, la notion d’écriture féminine, elle, demeure problématique. D’abord, cette notion et les débats qu’elle suscite sont peu connus du grand public : l’appellation « écriture féminine » se heurte donc, dans le meilleur des cas, à une incompréhension, ou alors à des interprétations fautives. Enfin, même au sein d’un public averti, composé principalement d’auteur·es et d’universitaires, l’écriture féminine est loin de faire consensus. Notre exposé se propose donc d’étudier la question à l’aune d’un corpus essentiellement littéraire et féminin, s’échelonnant des années 1960 à nos jours : Enfance de Nathalie Sarraute, L’été 80 de Marguerite Duras et Les années d’Annie Ernaux. En choisissant de focaliser l’étude sur des textes littéraires, il s’agissait d’abord d’essayer de tenter de définir une ou plusieurs pratiques de l’écriture féminine et également de montrer que c’est essentiellement à travers l’écriture littéraire que les idées et les usages circulent et posent question. Nous avons, par ailleurs, pris pour point de départ à notre réflexion l’essai Le Rire de la Méduse et autres ironies, dans lequel Hélène Cixous donne naissance à la notion d’écriture féminine, en 1975, alors que les théories et les mouvements féministes sont en plein essor. De là, la volonté de choisir d’étudier une œuvre légèrement antérieure aux années 1970, avec l’autobiographie de Sarraute : il s’agissait en effet de montrer que l’écriture féminine, en dépit des tentatives de théorisation d’intellectuelles féministes, n’a pas attendu d’être théorisée pour se déployer en littérature.

195Nous avons commencé par affirmer que l’écriture féminine était une notion complexe et problématique : complexe d’une part, à définir dans toutes ses acceptions, et problématique d’autre part, en ce qui concerne la réception d’une telle notion. Le premier écueil est celui de l’essentialisation de l’écriture féminine. Cela consisterait à penser que le fait de revendiquer une singularité féminine dans la pratique de l’écriture reviendrait à avouer que les femmes ne sont pas égales aux hommes. Telle serait la réflexion d’un·e partisan·e de la pensée universaliste qui se caractérise par une volonté de nier la construction sociale qu’est le genre ou gender pour aboutir à une parfaite égalité entre les hommes et les femmes. Au contraire, les personnes se reconnaissant dans la pensée différentialiste défendraient l’écriture féminine en démontrant qu’une écriture neutre, aurait pour conséquence de nier, non seulement la femme, mais également l’homme. Dès lors, notre étude a consisté à dresser des hypothèses permettant d’abord d’approcher quelques éléments permettant de mettre au jour une définition de l’écriture féminine et de ses implications, sur le plan littéraire mais également philosophique et politique.

196Puis nous avons recherché, dans notre corpus, les manifestations d’une telle écriture en nous demandant s’il était possible de trouver les indices d’une spécificité dans l’écriture qui serait commune à nos trois auteures. L’hypothèse de la spécificité, qui offre une vision particularisante des écritures de femmes, a néanmoins été rapidement remplacée, au fil de l’étude, par l’idée d’une familiarité dans l’écriture. Il s’agissait dès lors de mettre au jour un réseau de ressemblances thématiques, stylistiques et poétiques permettant de relier entre elles les œuvres du corpus. Ce faisant, le risque était d’entretenir les clichés essentialistes qui font de l’écriture des femmes une écriture intuitive plus que raisonnée, ayant trait à la corporalité plus qu’à la spiritualité. Nous avons voulu montrer que de tels lieux communs étaient, à l’instar du genre, les fruits d’une construction issue de la société patriarcale. L’idée était alors de savoir s’il était possible de déconstruire de tels schémas en dévoilant certaines tentatives de déconstruction, notamment à travers les écrits de Monique Wittig. Cela nous a permis d’aboutir à la conclusion qu’une fois les modes de représentation déconstruits et repensés, il était opportun de réhabiliter certains stéréotypes au profit des femmes. Il s’agissait dès lors de définir quelle était la place concédée au corps féminin dans l’écriture féminine et de démontrer que ce corps n’était pas un fardeau mais un moteur pour la création, une énergie positive que l’écrivaine pouvait choisir de mobiliser ou non. Cela nous a ainsi mené à une autre conclusion : l’écriture féminine procède d’un choix esthétique, elle est davantage un mode de création choisi par l’auteur, qui peut être féminin ou masculin, qu’un genre littéraire ou une contrainte spécifiquement féminine.

197Enfin, nous avons décidé d’explorer la portée politique que revêt l’écriture féminine. Hélène Cixous exhortait les femmes à user d’une écriture « insurgée ». Il convenait dès lors de s’interroger sur la part d’insurrection que pouvait contenir concrètement l’écriture féminine sous la plume des auteures étudiées et des femmes auteures en général. Nous avons défini que les femmes n’étaient à ce jour pas encore parvenues à se constituer comme un groupe « femmes », prêtes à agir et à écrire pour défendre une condition qui leur est commune. Ce constat nous a amené à considérer que la force politique que constituait l’écriture féminine, et plus généralement le féminisme, tenait plus à la multiplicité des voix qui s’élèvent de tous horizons par l’écriture, qu’à la montée en puissance d’un groupe défini et organisé.

198Afin d’achever l’étude, il s’agissait d’envisager l’avenir de l’écriture féminine, et nous avons abouti à la conclusion selon laquelle ce mode d’écriture, à l’instar du féminisme, marquait certainement une transition vers deux avenirs possibles : l’avènement d’une société égalitaire ou le renforcement des inégalités intersectionnelles.

Fanny Schann, « Être parents en temps de guerre (1914-1919). Fonctions et effets de la correspondance sur les dynamiques parentales », dir. Mathilde Rossigneux-Méheust, Université Lumière Lyon 2, 2019

199L’inflation des échanges postaux lors de la Guerre 14-18 offre de nouvelles sources aux historien·nes. Récemment, les historiennes Clémentine Vidal-Naquet et Manon Pignot, qui ont travaillé respectivement sur le couple et la paternité pendant la Grande Guerre à partir d’archives de soi, ont renouvelé l’intérêt de l’étude de ce type de sources en histoire de l’intime et de la vie quotidienne. Leurs recherches ont mis en lumière la création de nouveaux équilibres familiaux générés par la guerre. En effet, les correspondances échangées entre les soldats et leur famille, permettent de saisir les recompositions de l’ordre domestique qui se jouent durant la Grande Guerre.

200De fait, l’absence des pères mobilisés oblige à repenser la façon dont les parents sont impliqués dans l’éducation des enfants : comment les places et les rôles de chacun·e sont redéfinis ? Quelles prérogatives se voient transférées ? Vers qui ? Nous avons ainsi comme objet d’observer les interactions au sein du couple de parents, les façons dont le père et la mère se coordonnent ou se soutiennent dans leur rôle de parent, comment ils se construisent et s’organisent de concert malgré la distance. Nous ne nous contentons pas d’étudier la paternité ou la maternité comme des entités séparées mais veillons à examiner la parentalité co-construite via les dialogues, les confrontations et les tentatives d’élaboration et de mise en actes d’une éducation commune.

201Le corpus est composé de 18 correspondances, socialement hétérogènes, issues de différents centres d’archives et conservées sous des formats divers. L’ensemble représente une abondance d’interactions effectives : au total, plus de 3 000 courriers ont été lus et sondés au cours de cette recherche.

202Ce riche matériau nous a permis d’analyser les échanges parentaux, les partages et redistributions des tâches ainsi que la place laissée à chacun·e dans ces recompositions familiales. Nous avons également examiné le rôle joué par la correspondance dans la restructuration des relations entre les pères et les mères séparé·es par le conflit. L’échange épistolaire apparaît en effet comme un espace à part entière de la restructuration familiale. Ainsi, si le modèle familial, les représentations et les pratiques parentales mises en œuvre dans l’éducation des enfants sont bouleversés voire désorganisés pendant la Grande Guerre, l’ambition de ce travail de recherche est de saisir en quoi ces éléments se reconfigurent à travers la correspondance échangée par les parents durant l’absence des pères.

203Pour ce faire, nous avons commencé par aborder la relation parentale à l’épreuve de la guerre, à travers laquelle nous avons mis en évidence l’importance primordiale de la correspondance pour le maintien et la continuité de la relation. Nous nous sommes concentrés sur les dialogues, les discussions et les négociations entre pères et mères éloigné·es, afin d’identifier la façon dont se réinvente le lien parental en temps de guerre et d’observer comment la lettre devient espace et vecteur de construction d’un futur commun et d’organisation de l’avenir en famille.

204Dans un deuxième temps, nous nous sommes penchés sur la reconfiguration de l’ordre domestique en mettant le focus sur les impacts concrets de cette correspondance sur les restructurations familiales et les rôles de chacun·e, au-delà même des pères et des mères — les rôles des divers membres de la famille et des proches impactés par la séparation se trouvant parallèlement modifiés. D’une part, nous remarquons que les couples parentaux décrivent les pères comme éloignés de la vie familiale, possiblement effacés par cette distance, et dépendants des mères ; d’autre part, les mères, de leur côté, sont dépeintes comme débordées par l’absence des pères et se voient surinvesties dans les champs du soin et de l’éducation des enfants.

205Nous constatons bien une reconfiguration des places et des rôles de chaque parent en temps de guerre, sans cesse renouvelés et redéfinis à travers l’échange épistolaire. Toutefois, la correspondance représente également un outil commun pour tenter de conserver au maximum le fonctionnement familial et l’ordre domestique d’avant-guerre, notamment dans les rapports de genre. On lit dans les lettres la volonté de penser le conflit comme un élément perturbateur passager dans le quotidien des familles et non une situation pérenne. Le fantasme des retrouvailles, l’organisation du futur et la planification de nouvelles grossesses participent de ce phénomène. Dès lors, la correspondance incarne à la fois une tentative de conservation du fonctionnement familial ancien et un outil de réorganisation du quotidien. De ce fait, on y observe dans un même temps une modification voire une inversion des rapports de pouvoir dans le couple mais aussi une tentative de maintien des rôles genrés.

Anna Siderovich, « Le mouvement dissident des femmes de Leningrad dans les années 1970-1980 : la rencontre avec un féminisme occidental », dir. Caroline Moine, Université Versailles-Saint-Quentin, 2018

206Le mouvement dissident des femmes de Leningrad est né au mois de septembre de 1979 à Leningrad lorsque Tatiana Mamonova, Natalia Malakhovskaia, Tatiana Goritcheva et Ioulia Voznesenskaia publient dans le samizdat le premier numéro de l’almanach Femme et Russie où elles exposent les problèmes graves auxquels se heurtent les femmes soviétiques dans la société où avait été proclamée l’égalité entre les sexes. En octobre 1979, les persécutions du KGB commencent et les femmes doivent changer le nom de leur publication. Ainsi, la revue féministe et religieuse Maria est née en 1980 avec le club de discussion « Maria ». En raison des activités des femmes, elles sont expulsées de l’URSS en juillet 1980, mais c’est déjà à la fin de l’année 1979 que les textes des femmes dissidentes parviennent à Paris, et les féministes françaises de deux maisons d’éditions Tierce et des femmes se mettent à les traduire et publier. Les éditions des femmes sont plus rapides, et la traduction française du premier numéro de l’almanach Femme et Russie paraît dans le n° 10 de l’hebdomadaire Des femmes en mouvements du 11 janvier 1980.

207Le présent travail de recherche vise à répondre à la question suivante : comment et dans quel but la coopération entre les participantes du mouvement dissident des femmes de Leningrad et les féministes françaises dans les années 1970-1980 a-t-elle été mise en place et à quels résultats a-t-elle abouti ? Plusieurs sources, de nature diverse, ont été prises en compte pour effectuer ce travail de recherche. Ce sont d’abord les sources manuscrites publiques conservées aux fonds d’archives du Centre des Archives diplomatiques de Nantes contenant le dossier du Consulat français de Leningrad des années 1970-1980. Ce sont également les sources imprimées dont une copie de l’almanach Femme et Russie (1980), sa traduction française (1980), ainsi que la traduction française de la revue Maria (1981) publiées aux éditions des femmes. Ce sont aussi les trois numéros de la revue Maria publiés en russe à Francfort-sur-le-Main en 1981 et en 1982 par les fondatrices du mouvement exilées. Enfin, ce sont les sources orales : nous avons effectué les entretiens semi-directifs avec 8 personnes prenant part dans la coopération, dont des fondatrices du mouvement de Leningrad, des féministes françaises et des dissidentes soviétiques émigrées en France.

208Dans le cadre de notre étude, tout d’abord, nous avons analysé le champ d’origine du mouvement des femmes dissidentes, et nous avons conclu que toutes les fondatrices du mouvement provenaient des familles dont les parents exerçaient des professions intermédiaires, elles possédaient un diplôme des études supérieures et appartenaient au milieu de l’intelligentsia de la « deuxième culture » de Leningrad. Toutes les femmes étaient issues des familles athées, et aucunes d’elles n’étaient pratiquantes dès le début. En outre, aucunes des fondatrices du mouvement, à part Tatiana Mamonova, ne s’intéressaient aux questions du féminisme et de la lutte des femmes avant leur engagement dans le mouvement en 1979.

209Ensuite, nous nous sommes concentrés sur le processus de la circulation des écrits des femmes dissidentes. C’est à travers le Consulat français de Leningrad ainsi que par l’intermédiaire des dissidentes soviétiques exilées en France que le texte de l’almanach parvient à Paris. Pourtant, une fois en France, le samizdat des femmes se trouve au centre des conflits entre des groupes féministes représentés par deux maisons d’éditions : Tierce et des femmes. En fait, la publication du samizdat des femmes par les éditions des femmes ainsi que leur signature du contrat avec les femmes soviétiques provoquent beaucoup de critiques violentes dans des médias tels que Libération, Charlie Hebdo, Les Temps Modernes.

210En outre, les textes des dissidentes soviétiques deviennent eux-mêmes l’objet des critiques de la part de leurs lectrices françaises, ce que nous nous sommes proposés d’analyser dans la troisième partie de ce travail de recherche. En raison de sa tendance religieuse, développée notamment au sein du club de discussion « Maria » et avec la revue Maria qui a succédé à l’almanach en 1980, l’idéologie à la base de ce mouvement des femmes provoque de l’incompréhension chez des lectrices de l’hebdomadaire Des femmes en mouvements. En fait, c’est la manière dont les écrits des femmes dissidentes étaient reproduits qui pourrait elle aussi contribuer à l’incompréhension de ce qui était ce mouvement des femmes. Les photos qui accompagnent les textes, ainsi que des sous-titres rajoutés par les éditions des femmes représentent le mouvement de Leningrad comme étant quasiment un mouvement national, un MLF en URSS, ce qui n’était pas le cas. En outre, la théorie de ce féminisme religieux incite même aujourd’hui des interrogations chez les féministes françaises qui participaient à la coopération avec les dissidentes soviétiques dans les années 1970-1980.

Gabriele Slizyte, « Gaby Casadesus, dite Madame Robert Casadesus. Grande dame du piano et femme de l’ombre », dir. Catherine Deutsch, Sorbonne Université, 2019

211Ce mémoire de Master porte l’attention sur le paradoxe d’une femme. Une femme dans l’ombre et une femme médiatisée. Mère de trois enfants, femme d’un grand artiste, ambassadrice de son œuvre, mais en même temps pianiste brillante, pédagogue recherchée et personnalité forte. Gaby Casadesus (1901-1999) incarna parfaitement tous ces rôles différents qui, au cours du xxe siècle, ont construit son image d’une femme « épanouie » socialement et professionnellement.

212Son ambivalence en tant que femme active et femme au service de la famille est surtout visible à travers l’écriture de ses mémoires, intitulées Mes noces musicales (Buchet-Chastel/Sacem, 1989), ouvrage qui a constitué le point de départ de cette recherche. Tandis que ce livre témoigne de la carrière extraordinaire de son époux Robert Casadesus (pianiste et compositeur), il reste assez fragmentaire quant à celle de Gaby. Sa lecture a permis de formuler des questionnements essentiels, centrés autour de sa personnalité paradoxale.

213Dans les années 1920 la pianiste entre par son mariage dans la tribu d’une grande famille de musiciens et devient Casadesus. Le nom « Madame Robert Casadesus » est ainsi rapidement adopté et sa situation familiale constamment rappelée tout au long de sa carrière. La perte d’identité influence-t-elle les choix d’une vie professionnelle et d’un effacement volontaire devant l’image forte de son époux ? Gaby a-t-elle vraiment vécu et mené sa carrière sous la domination de son mari ? Quels moyens et quel type d’outils faut-il utiliser afin de réinscrire Gaby dans l’histoire du piano français, où son apport n’est pas mentionné à sa juste valeur ? Et enfin, rester dans l’ombre — est-ce le seul moyen de vivre « aux côtés d’un génie » ?

214Cette recherche s’inscrit dans la continuité de travaux dédiés à l’histoire des femmes, au genre et aux couples d’artistes. Tout en renouvelant ces champs de recherche, elle propose de s’intéresser à Gaby en oubliant les stéréotypes, si fréquents lorsqu’on analyse la relation dans un couple d’artistes, souvent imaginé sous une forme de maître et sa muse. Divisée en trois chapitres, cette étude s’articule autour de thématiques aussi diverses comme l’histoire de l’interprétation et l’école française du piano, l’analyse de l’image publique de Gaby Casadesus et enfin la place des femmes artistes au xxe siècle.

215La recherche, initialement basée sur le matériel d’archives de la Bibliothèque nationale de France et du Centre des archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères, a dû être rapidement élargie. En effet, les deux archives ne contenaient principalement que des informations sur la carrière de l’époux de Gaby. Une importante partie de la vie du couple passée aux États-Unis suggérait de prendre en compte cette américanisation des Casadesus, considérés à la sortie de la Seconde Guerre mondiale comme The First Family of the Piano. C’est en complétant les archives françaises par le fonds Casadesus de l’International Piano Archives at Maryland et celui du Carnegie Hall qu’il a été possible de reconstruire ce puzzle dû à la dispersion des archives entre les deux continents.

216La découverte des documents rarement utilisés comme le matériel publicitaire de Columbia Artists Management a permis de mieux comprendre le paradoxe de Gaby Casadesus. Son image d’une femme dévouée, fabriquée par la Columbia, a formaté sa carrière à travers les photos et les articles de presse. Illustrée comme mère, femme de foyer et compagne parfaite de Robert, Gaby a rarement été présentée comme une personnalité propre. Si, au cours de sa vie, Gaby s’est surtout illustrée comme une pianiste en duo et l’ambassadrice de l’œuvre de son mari, son apport à la perpétuation de l’école française du piano à travers ses publications (Ma technique quotidienne, éd. Eschig, 1992) et sa pédagogie a fait d’elle une des voix françaises aux États-Unis qui comptait le plus après celle de Nadia Boulanger. Veuve en 1972, Gaby s’est mise à la tête de la famille et a ainsi repris les engagements de son mari. Son investissement dans le Conservatoire américain de Fontainebleau a permis de sauver cet établissement de la faillite en 1940 et en 1990. Enfin, sans les entretiens menés avec ses anciens élèves ou collègues Philippe Bianconi, Philip Lasser, Bond Johnson, Philippe Entremont et plus particulièrement avec sa fille Thérèse Casadesus Rawson, il n’aurait jamais été possible de véritablement comprendre la psychologie, la pédagogie héritée par ses professeurs Louis Diémer et Marguerite Long, et l’humanité de cette « Grande dame » du piano. Cette recherche atteste qu’il existe encore aujourd’hui des cas particuliers comme celui de Gaby et qu’une femme de l’ombre montre en elle plusieurs paradoxes qui témoignent de la difficulté de faire une carrière lorsque l’on naît femme au xxe siècle.

Fanny Tessier, « L’expérience pédagogique et esthétique des écoles de danse Duncan (1904-1935) : Transmission et incorporation de l’idéal d’un corps jeune, féminin et en mouvement », dir. Damien Delille, Université Lumière Lyon 2, 2019

217Ce mémoire propose d’analyser les mythes et représentations entourant les corps jeunes et féminins au début du xxe siècle en Europe, à travers l’étude spécifique des écoles de danse fondées par les sœurs Duncan en France et en Allemagne. Isadora Duncan (1877-1927) est connue comme pionnière de la danse moderne, révolutionnant au début du xxe siècle la discipline et rejetant la tradition du ballet classique. La pratique pédagogique de la danseuse américaine et de sa sœur ainée Elizabeth demeure cependant mal connue. Les deux sœurs fondent en 1904 une première école à Berlin accueillant une vingtaine de fillettes âgées de quatre à dix ans auxquelles elles entendent enseigner « la danse de l’avenir ». Cette école connaît plusieurs relocalisations dans les pays germanophones et une branche française est ouverte à Meudon en 1913.

218En se situant à la croisée de l’histoire, de l’histoire de l’art, de la danse et du genre et se fondant sur un corpus de sources très varié en langues française, allemande et anglaise (écrits du for privé, documents administratifs, photographies, dessins, articles de presse, essais esthétiques etc.), ce mémoire s’attache à saisir les enjeux — esthétiques, scientifiques, moraux — entourant la formation de ces jeunes filles, et surtout celle de leurs corps, placés au centre de cette étude.

219Si le parcours de la plupart de ces élèves demeure inconnu, un corpus photographique se situe au point de départ de ce travail, venant documenter leur scolarité. Sur ces images, les vêtements, les lieux dans lesquels elles apparaissent ou encore la nudité partielle des corps, suggère l’exceptionnalité du groupe que les élèves formaient alors. Pendant que se développent dès la fin du xixe siècle des discours pédagogiques, moraux et scientifiques sur la nécessaire formation physique des corps féminins, ces filles sont placées dans des écoles-pensionnats, dans lesquelles elles passeront leur enfance, n’ayant pour contacts humains extérieurs que ceux des visiteur·ses venu·es les admirer, ou du public des spectacles et performances devant lequel elles affichent à l’occasion un modèle de corporéité nouveau.

220La première partie de ce travail vise à mettre en évidence les idéaux esthétiques, au fondement de la formation des élèves et plus largement de leur vie quotidienne. Le refus de retranscription verbale ou filmique de sa danse, rend d’autant plus précieux le travail de transmission, qu’Isadora Duncan réalise au sein de ses écoles. En établissant la Nature comme source première d’inspiration et grâce à des mouvements fluides et illimités, trouvant leur source au cœur des inspirations internes et subjectives de leur interprète, Isadora Duncan entend libérer le corps de la danseuse. Ce qui est en jeu surtout, dans l’exécution d’une pratique du corps entrevue comme « naturelle », c’est la pleine expression de la féminité de ces corps jeunes, dont la grâce et l’harmonie est entrevue comme le moyen de parvenir à l’expression de la beauté idéale. Dès lors, la volonté de transmission d’un modèle esthétique s’associe à des enjeux sociaux et moraux liés à l’air du temps : ceux d’un changement de siècle, d’un rejet de la modernité, et de la croyance en la menace de la dégénérescence.

221Le second pan de ce travail s’attache à identifier les élèves et à analyser la manière dont leurs corps sont désignés, classés, formés, soignés etc., par les discours et les pratiques inhérentes aux écoles. Parce qu’elles sont encore des enfants aux corps « malléables », lorsqu’elles entrent dans les écoles-pensionnats, parfois dès l’âge de cinq ans, les médecins et spécialistes qui font partie du comité de soutien et de financement de l’école, envisagent les élèves comme des patientes et l’école comme le terrain d’expérimentation de pratiques nouvelles : celles de l’orthopédie, du végétarisme, de la physiothérapie etc. La vie quotidienne des élèves se trouve alors régie par les principes de la Lebensreform, qui, combinés aux idéaux esthétiques d’Isadora Duncan entretiennent le projet d’une régénérescence de la race en commençant par les petites filles.

222Enfin, la dernière partie de ce mémoire se concentre sur les performances publiques données par les élèves offrant subitement leur corps à la vue d’un public varié. Alors soumises aux images négatives de la danseuse — femme émancipée et figure immorale — les élèves Duncan perdent leur statut d’enfant. Les regards des spectateurs et spectatrices scrutent et analysent leurs corps dansants, tantôt perçus comme angéliques, tantôt comme scandaleux, en tout cas comme anormaux. L’idéal féminin qui deviendra celui de la seconde moitié du xxe siècle, celui d’une féminité en mouvement, jeune et légère, est celui que véhicule dès 1905 les jeunes danseuses. Par la pratique publique d’une danse dite libre, les élèves agissent sur le modèle de corporéité associé à leur âge et à leur genre, participant ainsi paradoxalement à la diffusion d’un modèle nouveau, qui finalement réussira à s’imposer comme norme.

Solène Touche, « Les institutrices des écoles maternelles en Ille-et-Vilaine (1881-1929) », dir. Patricia Legris, Université Rennes 2, 2019

223L’histoire du personnel des écoles maternelles françaises dans les premières décennies qui suivent la création de celles-ci reste encore très largement à faire en France. C’est l’histoire de ce corps enseignant des écoles maternelles, exclusivement féminin jusqu’en 1977, que ce mémoire souhaite éclairer en prenant le cas particulier de l’Ille-et-Vilaine au tournant des xixe et xxe siècles.

224L’école maternelle qui naît en France d’un ensemble de textes publiés en 1881 et 1882 dans le sillage des lois fondamentales sur l’instruction, complété en 1887 par une série de décrets, affiche la volonté de rompre avec la tradition de bienfaisance des salles d’asile. La Troisième République réprouve, en effet, l’image charitable encore attachée à cette institution qui assure depuis 1837 la prise en charge de la petite enfance. La Troisième République, qui place la question scolaire au cœur de sa politique, a le désir clair de faire de l’école maternelle un véritable lieu d’instruction et cela passe par la formation et le recrutement d’un personnel spécifique et compétant.

225Ce mémoire entend mettre en lumière un personnel peu étudié et souvent, à tort, rabaissé au simple rôle de garde d’enfants en analysant le processus de professionnalisation progressive des institutrices de maternelle entre 1881 et les années 1920. Nous définirons ici la professionnalisation comme le processus qui conduit certains groupes professionnels à obtenir le statut de profession, c’est-à-dire une activité professionnelle légitime qui bénéficie de traits spécifiques. On jaugera la professionnalisation des institutrices de maternelle par la mise en place de contrôles instaurés au moment de l’entrée dans l’enseignement, par l’organisation d’une formation spécifique, par l’apparition d’associations professionnelles et par l’émergence d’un esprit de corps. Il s’agit également de comprendre comment on passe de l’idée que la femme, en tant que telle, est forcément apte à s’occuper de petits enfants, à l’idée que l’institutrice accomplit un véritable travail qui nécessite une compétence particulière et donc une formation adaptée. Il s’agit enfin de s’interroger sur les changements de mentalité envers les institutrices qu’on peut observer au cours de la période 1881-1929.

226Ce mémoire mobilise un certain nombre de sources variées : dossiers de carrière d’institutrices, fonds de l’école normale d’institutrices primaires et feuilles de renseignement des écoles maternelles conservés aux archives départementales d’Ille-et-Vilaine. Des statistiques administratives du ministère de l’instruction (accessibles sur Gallica) ainsi que les premiers bulletins de l’AGIEM conservés à la BNF ont également été analysés dans le cadre de ce mémoire.

227Les institutrices de la petite enfance en Ille-et-Vilaine sont longtemps partagées en deux groupes qui se succèdent à la direction des écoles. Les religieuses, largement majoritaires au moment de la création de l’institution, sont contraintes d’abandonner leurs écoles à la suite des lois anticléricales des années 1901-1905 qui bouleversent profondément l’enseignement confessionnel en France. Elles sont remplacées par une nouvelle élite d’institutrices laïques. Très semblables par leurs origines sociales, elles appartiennent aux classes moyennes et sont d’origines locales. Leur assimilation aux institutrices de primaire en 1881, puis l’obtention d’un statut spécifique en 1921 contribuent à leur donner une plus grande légitimité. De plus, la création de leur association professionnelle en 1921, l’Association Générale des Institutrices des Écoles Maternelles et des classes enfantines (AGIEM), et la rédaction de revues spécialisées participent tout au long de la période à définir leur identité professionnelle.

228Cet esprit de corps est renforcé par les contrôles instaurés au moment de l’entrée dans l’enseignement. Les critères en termes de diplômes sont dès lors accrus afin de substituer à un personnel majoritairement religieux, réputé peu qualifié, une élite féminine laïque savante. Sous la Troisième République, l’Etat décide également de prendre en charge la formation des institutrices afin d’en contrôler le recrutement. Les institutrices de maternelle ne bénéficient pas d’une formation spécifique puisqu’elles sont formées dans les écoles normales d’institutrices avec leurs collègues du primaire. Néanmoins, au cours de leur carrière, ces maîtresses se forment aux méthodes de la maternelle grâce au travail des inspectrices et au dynamisme de certaines collègues avec qui elles collaborent et échangent des conseils.

229C’est également au cours de notre période que la figure de l’institutrice idéale se dessine. Bien que s’appuyant sur des qualités traditionnellement imputées aux mères, l’institutrice idéale doit faire preuve d’une spécificité pédagogique adaptée au jeune enfant.

230Le personnel de la petite enfance prend également conscience de son rôle social. L’école maternelle se fait le relai des familles laborieuses et est fortement marquée par la notion d’acculturation des classes populaires réalisée à travers les enfants. L’institutrice est alors investie de la mission de promouvoir l’institution préscolaire et de transmettre aux enfants et à leurs parents les valeurs de la République.

231Enfin, ces institutrices développent une pédagogie spécifique de l’école maternelle marquée par les progrès en pédagogie enfantine et par l’influence de l’école nouvelle. Les institutrices de maternelle sont donc, pour une large part, les actrices de leur professionnalisation.

Anaëlle Verjongeanne, « La prostitution dans les relations internationales. Socio-histoire d’un tabou mondial (1904-2019) », dir. Guillaume Devin, Science-Po Paris, 2019

232Bien que présente comme enjeu de relations internationales depuis le début du xxe siècle, la prostitution ne fait toujours pas l’objet d’une convention internationale à part entière. Mise à l’agenda de manière répétée au cours de l’histoire du siècle dernier par une série d’acteurs différents, allant des médecins hygiénistes aux organisations internationales, en passant par les féministes et les juristes, aucun consensus clair ni pérenne n’a su émerger autour de la question. Constamment contournée, en particulier par le biais de la traite des êtres humains, la question de la prostitution elle-même ne parvient jamais jusqu’à la table des négociations internationales. Abordée chaque fois sous un prisme différent, elle renvoie pourtant à une série d’enjeux clés, parmi lesquels les migrations, le travail, la santé publique mondiale ou encore les droits des femmes, eux-mêmes bien présents au sein du multilatéralisme depuis ses débuts. Cette étude procède à une analyse du rejet de la prostitution de l’agenda international à partir des discours et silences produits à son sujet par les différents acteurs, sans toutefois négliger leurs pratiques.

233Ce travail, bien que relevant de la science politique, s’est principalement appuyé sur une approche socio-historique, nécessaire pour étudier l’émergence dans le temps long de notre objet au sein des débats internationaux, et la cristallisation des discours à son égard. Face à la difficulté de « localiser le terrain de l’international », nous avons fait le choix de rechercher l’occurrence de la prostitution au sein d’un corpus avant tout juridique. On se concentre ainsi en premier lieu sur l’étude des six principales conventions multilatérales à portée mondiale ayant eu lieu entre 1904 et 2001 et visant à lutter contre la traite des êtres humains, car c’est au cours de leurs négociations et de leur préparation qu’ont eu lieu la plupart des débats internationaux autour de la prostitution, malgré son exclusion régulière des textes définitifs. L’approche socio-historique est alors conçue comme une boîte à outils nous permettant de mettre en évidence les liens sociaux, relations de pouvoir à distance qui lient les individus entre eux. Il s’agit donc de « retrouver les individus derrière les entités collectives que véhicule le langage courant ».

234Pour ce faire, l’accès à un certain nombre d’archives relatives aux négociations des textes de notre corpus juridique international se révèle précieuse. L’enquête s’en est trouvée facilitée par la tenue à Paris de toutes les grandes conférences diplomatiques relatives à la traite des blanches au début du xxe siècle, ainsi que des correspondances du ministère des affaires étrangères français autour de la question une fois celle-ci transférée à la Société des Nations après guerre. La pluralité de ces sources d’archives a permis un suivi de l’évolution des débats majeurs autour de la question sur une période large, faisant ressortir la présence récurrente de certains acteurs devenus experts de la question, et permettant ainsi de dessiner leurs trajectoires respectives. Dans un second temps, la concentration sur les négociations du protocole de Palerme de 2001 a été facilitée par l’accès privilégié aux archives diplomatiques françaises relatives à celles-ci, non encore ouvertes au public. L’analyse s’est concentrée sur les télégrammes diplomatiques échangés entre la délégation française et le ministère des affaires étrangères du début des négociations en janvier 1999 à leur clôture en décembre 2000, afin de rendre compte de l’évolution des diplomates sur la question prostitutionnelle. Ces documents ont pu être mis en perspective par leur comparaison avec les travaux préparatoires à la convention de lutte contre la CTO et ses protocoles, compilés par l’Assemblée Générale des Nations Unies ; mais également avec les archives privées du lobby Human Rights Network rassemblant les documents produits et distribués par leurs militants au cours de ces négociations.

235La prostitution est donc omniprésente mais reste un point résolument aveugle de la discussion internationale. Pourquoi n’y a-t-il pas de consensus international pérenne à son sujet ? Ce rejet systématique de la prostitution du champ international relève selon nous de l’émergence d’un tabou, portant sur la nature politique des enjeux prostitutionnels à cette échelle. La démonstration de l’existence de ce tabou s’effectue en trois temps, à partir de la définition anthropologique de cette notion. L’émergence de la prostitution dans le champ international, s’est heurtée à un refus systématique de mise à l’agenda, interprété comme l’émergence du tabou prostitutionnel. En observant les interactions des acteurs dans le champ international de la prostitution, on s’aperçoit que celui-ci ne s’applique pas qu’au moment des négociations mais s’exprime également dans le temps ordinaire. On analyse alors le tabou comme structurant la pensée autour de cet objet dans le système international.

Transpériodique

Caroline Gomes, « La représentation de la sorcière, du xvie siècle à nos jours. Comment la culture populaire a-t-elle transformé l’image de la sorcière ? », dir. Shannon Wells-Lassage, Université de Bourgogne, 2019

236Au xvie siècle la sorcière était une femme qui inspirait peur et dégoût dans le regard de ceux qui la croisaient. Aujourd’hui, elle est notamment devenue un personnage de cinéma et de télévision très présente dans la narration d’histoires de fantasy et appréciée du public. Se concentrant sur l’Europe et les États-Unis, du xvie siècle à nos jours, ce travail se propose de revisiter les origines du personnage de la sorcière, le traitement qu’elle a subi, et sa réhabilitation aux yeux du grand public.

237À travers une analyse à la fois historique, littéraire et cinématographique, ce travail tentera de répondre à la question suivante : Comment la culture populaire a-t-elle transformé l’image de la sorcière ? Le sujet d’étude étant vaste et complexe, le premier chapitre de ce travail s’articule autour de l’histoire des sorcières, et les deux suivants s’intéressent aux représentations fictives des personnages de sorcièr·es. Au travers de l’analyse de contes classiques, de films et de séries qui ont marqué des générations, le personnage de la sorcière se voit en effet évoluer. D’un personnage unidimensionnel, elle est devenue une entité beaucoup plus complexe, dont l’évolution fait partie intégrante de l’intérêt qu’éprouve le spectateur ou le lecteur dans la narration de l’histoire.

238Malgré tout, une véritable ambigüité entoure la sorcière. Symbole de féminisme dans certaines luttes (notamment pour le droit à l’avortement aux États-Unis), son apparence est également largement utilisée lors de fêtes telles qu’Halloween, au cours desquelles elle semble n’être qu’un costume. Pourtant, les sorcières semblent bel et bien faire partie de notre monde, notamment grâce à l’émergence du mouvement Wiccan ces dernières décennies. La sorcière ne serait donc pas un tout, mais une multitude d’interprétations, s’éloignant parfois des réalités historiques qui l’ont fait connaitre. Nous parlerons donc ici de « sorcière classique » pour évoquer la sorcière stéréotypique de contes et de légendes, et de « néo-sorcière » pour la sorcière moderne, beaucoup plus complexe. Le terme « sorcière » sera également utilisé pour évoquer les accusées de sorcellerie.

239Le sujet étant d’une grande complexité, ce travail a nécessité, notamment dans la réalisation du premier chapitre, de nombreuses lectures d’œuvres théologiques et historiques, ainsi que de comptes rendus juridiques, afin de tenter d’appréhender non seulement les faits historiques, mais également le climat (religieux, politique et social) dans lequel la sorcière a été chassée. Les deux chapitres suivants ont quant à eux nécessité un revisionnage et une relecture des œuvres cités, ainsi qu’une analyse de celles-ci. Il a également été nécessaire de consulter diverses sources, certes moins fiables, telles que des forums de fans ou encore des articles critiques, pour saisir le contexte dans lequel ces œuvres ont été diffusées et leur réception auprès du public.

240Ce travail nous conduit à l’affirmation que la sorcière a effectivement évolué au fil des siècles, notamment grâce aux changements qu’a connu le monde occidental. La sorcière a non seulement changé, mais s’est diversifiée autour de différentes interprétations, et de diverses pratiques, telles que le Wicca. Elle est également devenue un élément politique à ne pas négliger, permettant à la fois à certains d’injurier leurs des femmes politiques (Hillary Clinton, par exemple), mais également pour d’autres d’illustrer leurs combats, devenant un véritable emblème. Quoi qu’il en soit, la sorcière, malgré toute l’ambigüité qui peut l’entourer, reste un personnage créateur de mouvement et de réactions. Qu’elle fasse peur ou inspire, qu’elle soit une injure ou un emblème, elle n’est pas une entité passive.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Masters candidats au Prix Mnémosyne 2019 », Genre & Histoire [En ligne], 25 | Printemps 2020, mis en ligne le 23 novembre 2020, consulté le 18 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5358

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search