Navigation – Plan du site

AccueilNumeros25Travaux soutenusThèsesAnnabelle Bonnet, « La barbe ne f...

Travaux soutenus
Thèses

Annabelle Bonnet, « La barbe ne fait pas le philosophe ». Les femmes et la philosophie en France (1880-1949)

Thèse de doctorat en sociologie, EHESS, sous la direction de Jean-Louis Fabiani, soutenue le 10 janvier 2020

Texte intégral

1Dans ses principes, le régime libéral républicain instauré en 1870 s’inspire de l’héritage des valeurs d’égalité portées par les Lumières. En pratique, il a été confronté à diverses contradictions concernant notamment les femmes. L’une d’entre elles, restée inexplorée, est l’objet de cette thèse : exactement au même moment que la philosophie est considérée comme la pratique culturelle républicaine par excellence, basée sur des concepts universels et un rôle moral dans la société dispensé par l’enseignement public, la loi Camille Sée de 1880 refuse la pratique de l’enseignement philosophique aux femmes. Il est de coutume de considérer alors que l’histoire de la philosophie en France du tournant du xxe siècle a été entièrement masculine et qu’il existe un vide temporel jusqu’à la réussite de Simone Weil et de Simone de Beauvoir, dont l’ouvrage Le Deuxième Sexe (1949) marque un tournant. Mais les femmes ne se sont-elles vraiment pas, durant plusieurs décennies et malgré cette contrainte durable, intéressées à la philosophie ? Ne s’est-il donc rien passé au sein d’une période pourtant aussi fondamentale pour le féminisme ? Les philosophes hommes n’ont-ils quant à eux rien commenté ? La thèse propose une enquête parcourant environ soixante ans d’histoire. Un dialogue interdisciplinaire entre philosophie, histoire des femmes et du genre et l’approche de la sociologie historique a permis de reconstituer une histoire par traces des femmes philosophes pendant cette période, en usant d’un large spectre de sources primaires : revues philosophiques, bulletins d’associations, journaux féministes et féminins, presse à grand tirage, ouvrages philosophiques classiques et oubliés, doctorats et cours de l’époque, mais aussi entretiens, correspondances privées et mémoires.

2Quatre axes complémentaires ont été explorés afin de mettre en évidence à quel point l’histoire des femmes philosophes pour la période étudiée a constitué une tâche aveugle et de démontrer qu’il existe bien une histoire des femmes philosophes sous la Troisième République ; une ère pré-Simone de Beauvoir des femmes philosophes.

3Le premier reconstitue pour la première fois une chronologie de ces femmes philosophes, minoritaires mais présentes constamment. On dénombre 169 femmes agrégées, 35 docteures, plus de 120 ouvrages de femmes commentés dans les deux principales revues de philosophie de l’époque, la Revue de Métaphysique et de Morale et la Revue philosophique de la France et de l’Étranger, pour lesquels elles rédigent aussi des dizaines d’articles. De même, les diplômées apparaissent très tôt : 1889 voit naître la première licenciée en philosophie, 1905 la première agrégée, 1913 la première doctoresse. En 1939, l’agrégation de philosophie est, proportionnellement aux autres agrégations, le concours le plus recherché par les femmes. Cette chronologie est par ailleurs enrichie d’études de cas de femmes représentatives des contradictions et difficultés pour philosopher à cette période, comme Léontine Zanta.

4Le deuxième apporte un éclairage inédit sur les relations entre femmes et philosophie : replacées au sein des débats connus concernant l’accès des femmes à l’enseignement et aux professions, l’accès des femmes à la philosophie n’a en effet pas été une question comme les autres. L’enquête montre que peu de questions concernant leur éducation ont suscité autant de discussions, de controverses, de passions législatives comme médiatiques et ce depuis les débats de la Loi Camille Sée jusque dans les années 1930 au moins. La thèse en restitue les moments et acteurs. La presse, les hommes politiques, les philosophes, les féministes et antiféministes s’en sont mêlés, car la philosophie est interprétée comme Le lieu où pourraient tout particulièrement se produire des dérèglements sociaux, familiaux et genrés. Constituant une menace sociale potentielle, à caractère subversif et révolutionnaire, le contenu de l’enseignement de la philosophie pour les femmes est alors enjeu essentiel d’influences, particulièrement visible dans l’affrontement se jouant sur ce thème entre l’enseignement privé catholique et l’enseignement public laïc.

5Le troisième met au jour que l’accès des femmes à la philosophie a constitué un enjeu de luttes et de transgressions pour le droit à philosopher au même titre que les hommes. Les femmes ne sont pas restées passives : les combats pour changer la loi Camille Sée, instaurer des cours de philosophie dans le secondaire, ouvrir les concours de l’enseignement philosophique aux femmes, en finir avec les préjugés sur leur incapacité rationnelle, ont été menés individuellement mais aussi collectivement par des femmes. Des hommes philosophes se sont par ailleurs joints à leurs revendications, tandis que d’autres n’ont pas pris position publiquement mais ont aidé des femmes à accéder aux cours et concours qui leurs étaient interdits, leur permettant ainsi de contourner la loi et de s’insérer partiellement professionnellement.

6Le quatrième donne les clés pour comprendre ce qu’a alors signifié être une femme philosophe à cette période. Les femmes occupent des positions hétéronomes, souvent hétérodoxes, tandis que celles qui traitent de problématiques considérées légitimes n’ont pas la reconnaissance qui leur est due, leur conférant une maigre visibilité qui ne correspond pas à leur travail. Beaucoup d’entre elles ne s’établissent pas dans un réseau, certaines même ne publient rien et parfois leurs traces se perdent même. Les changements législatifs importants des années 1920, malgré des avancées indéniables, ne mettent pas immédiatement fin à cette culture : en 1935, aucune femme n’enseigne encore la philosophie en lycée de garçons et le chômage des licenciées de philosophie les touche deux fois plus que les hommes. Il faut, enfin, attendre les années 1950 pour qu’une femme obtienne une chaire de philosophie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Annabelle Bonnet, « La barbe ne fait pas le philosophe ». Les femmes et la philosophie en France (1880-1949) », Genre & Histoire [En ligne], 25 | Printemps 2020, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5367

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search