Navigation – Plan du site

AccueilNumeros25Travaux soutenusThèsesAlice Bonzom, Criminelles ou rebe...

Travaux soutenus
Thèses

Alice Bonzom, Criminelles ou rebelles, déviantes ou démentes : femmes victoriennes et édouardiennes dans l’univers carcéral londonien (1877-1914)

Thèse de doctorat en civilisation britannique, Université Lumière Lyon 2, sous la direction de Neil Davie, soutenue le 4 décembre 2019

Texte intégral

1Comment les criminelles victoriennes et édouardiennes, qui représentaient une faible part des détenus britanniques, étaient-elles perçues et traitées dans l’univers carcéral et semi-carcéral londonien ? De quels visages les paraient la presse, les juges, les réformateurs pénaux, les philanthropes, les administrateurs, les gardiennes et les médecins des prisons, mais aussi les « experts » scientifiques auto-proclamés qui gravitaient autour d’elles ? Cette recherche s’interroge sur la construction de l’identité « anormale », labile et problématique des « mauvaises femmes » entre 1877 et 1914, une période charnière de l’histoire carcérale qui s’ouvre avec la nationalisation des prisons pour peines courtes. Sillonner avec les détenues les couloirs des tribunaux et les coursives des prisons permet de remettre en question une idée préconçue selon laquelle elles n’auraient été que de dociles pantins, confinées dans une « camisole de force » tantôt morale, tantôt sociale, tantôt biologique.

  • 1 Florence Maybrick, Mrs. Maybrick’s Own Story: My Fifteen Lost Years, New York, Funk & Wagnalls Co., (...)

2Redonner voix aux femmes emmurées est primordial pour éviter de brosser d’elles un portrait simpliste qui les prive d’agentivité. Les archives d’en bas qui retracent l’expérience féminine carcérale peuvent sembler lacunaires et atypiques, mais il est possible d’exploiter ces rares « egodocuments » pour échapper au regard filtré des autorités : ainsi, l’autobiographie de Florence Maybrick, une Américaine condamnée pour le meurtre de son mari, permet de plonger dans le quotidien de deux prisons britanniques1. Les archives d’en haut – les rapports des autorités carcérales, conservés aux Archives Nationales à Kew, et leurs longues colonnes de statistiques, les mémoires des directeurs, des gardiennes, des réformateurs et des réformatrices ou encore les ouvrages de médecins et de psychiatres réputés tels qu’Henry Maudsley (1835-1918) ou James Crichton-Browne (1840-1938) – en révèlent souvent plus sur la société qui les produisait que sur leur objet. Mais, souvent sans le savoir ni le vouloir, elles laissent transparaître le vécu des prisonnières.

3La première partie de ce travail souligne que la « fabrique de la féminité » victorienne et édouardienne idéalisée se réverbérait sur le jugement pénal des femmes ayant enfreint la loi en commettant, pour la plupart, des délits mineurs. Mais si le genre était un élément constitutif de la condamnation morale et pénale des déviantes, la classe, l’âge, la religion et l’origine ethnique compliquaient l’équation. La répartie des prévenues jouait aussi un rôle clef dans leur condamnation ou leur relaxe : les rapports de procès font saillir l’importance de la parole et invitent à dépasser des clivages binaires sur l’idée d’une clémence accrue ou d’une sévérité indue des juges à l’égard des femmes. En outre, les hommes n’étaient pas à l’abri de préjugés genrés : ils étaient la cible d’une mission civilisatrice qui visaient à réprimer une masculinité vue comme contraire aux valeurs impériales britanniques.

4Pour ne pas laisser la réalité s’estomper derrière la théorie, le deuxième volet de ce travail cherche à donner corps à l’expérience carcérale. Il s’intéresse donc aux tentatives de normalisation du corps et de l’esprit des détenues à travers une analyse du biopouvoir carcéral. Les corps vus comme réfractaires étaient régulés mais aussi négligés. Si la routine carcérale se transformait souvent en un cours intensif de féminité, la maternité des prisonnières était dédaignée. Celles qui bravaient le règlement ne pouvaient pas subir de châtiments corporels, mais elles n’en étaient pas pour autant forcément moins punies que les hommes : des infractions aux règles, comme le fait de chanter, de refuser de travailler ou de briser des carreaux leur valaient des privations alimentaires, une mise à l’isolement ou diverses formes d’entraves. Les détenues qui se rebellaient se réappropriaient aussi paradoxalement leur corps à travers l’adoption de normes genrées qu’elles avaient parfois d’abord transgressées. Certaines fabriquaient du maquillage avec de la chaux, d’autres du rouge à lèvres avec de la teinture : la vanité que dénonçaient les autorités était la marque d’une grande ingéniosité.

5Au tournant du siècle, de nouveaux courants de pensée scientifiques s’immiscèrent dans les débats sur la déviance, précipitant les criminels dans l’orbite de la sphère médico-scientifique. La hausse de la récidive féminine, en particulier en matière de délits liés à l’alcool, associée à l’essor de l’eugénisme et de la théorie de la dégénérescence, mais aussi à l’émancipation croissante des femmes, finit par donner le jour à de nouvelles « sciences des criminelles » embryonnaires, brouillant certaines frontières entre délinquance et démence, sexualité débridée et criminalité. Des médecins, des aliénistes et des gynécologues s’insinuèrent dans un débat biologisant sur la criminalité féminine. Parmi ces praticiens, citons le gynécologue Robert Barnes, le médecin et sexologue Havelock Ellis ou encore l’obstétricien Henry MacNaughton-Jones, qui considéraient que troubles mentaux et troubles de l’appareil génital féminin allaient forcément de pair. Le médecin londonien Isaac Baker Brown, critiqué par certains confères, alla même jusqu’à pratiquer des clitoridectomies pour « endiguer » la masturbation, qui conduisait selon lui à l’hystérie et la folie (potentiellement criminelle). Certains eugénistes, comme le Dr Crichton-Browne, alimentèrent également ces discours misogynes qui contribuèrent à la mise à l’écart des criminelles dites « faibles d’esprit » ou « ivrognes chroniques ». Toutefois, la réalité du quotidien de ces « détenues-patientes » révèle que s’opérait une purification morale bien plus qu’un traitement médical. Le dernier volet de ce travail insiste enfin sur l’émergence d’un discours hygiéniste qui ciblait en particulier les mères : puisque c’était à elles que revenait la mission d’éduquer les probes citoyens de demain, s’immiscer dans leur foyer était nécessaire pour mieux les guider, mais aussi pour mieux les surveiller.

Haut de page

Notes

1 Florence Maybrick, Mrs. Maybrick’s Own Story: My Fifteen Lost Years, New York, Funk & Wagnalls Co., 1905.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Alice Bonzom, Criminelles ou rebelles, déviantes ou démentes : femmes victoriennes et édouardiennes dans l’univers carcéral londonien (1877-1914) », Genre & Histoire [En ligne], 25 | Printemps 2020, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5371

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search