Navigation – Plan du site

AccueilNumeros25Travaux soutenusThèsesSoizic Brohan, « La femme politiq...

Travaux soutenus
Thèses

Soizic Brohan, « La femme politique paradoxale ». Étude comparative sur la représentation des femmes dans les assemblées politiques en Guadeloupe et en Jamaïque depuis 1944

Thèse de doctorat en science politique, Université de Bordeaux - Sciences Po Bordeaux, sous la direction de Christine Chivallon et Catherine Achin, soutenue le 28 juin 2019

Texte intégral

1Cette thèse interroge la représentation des femmes dans les assemblées politiques en Guadeloupe et en Jamaïque de 1944 à 2017. Ces deux terrains d’étude partagent en effet, en dépit de leurs différences institutionnelles – la Guadeloupe demeurant une collectivité territoriale française tandis que la Jamaïque a proclamé son indépendance du Royaume-Uni – une matrice socio-culturelle commune, la société de plantation héritée de la colonisation et de l’esclavage. L’enquête recourt à l’utilisation combinée de données quantitatives et qualitatives : la collecte de données documentaires de différentes natures – rapports électoraux, articles de presse, ressources en ligne (pages de présentation des élues sur les sites des assemblées politiques ou/et les réseaux sociaux) – a permis la réalisation d’une base de données inédite sur les élues régionales et départementales en Guadeloupe, et les représentantes et les sénatrices en Jamaïque, tandis que la réalisation d’entretiens biographiques auprès de certaines de ces femmes et de leur entourage a permis de reconstituer leurs trajectoires de vie.

2Cette recherche s’ouvre sur le constat d’un curieux paradoxe dans la Caraïbe. Les femmes se distinguent en effet par leur visibilité, non seulement dans la sphère sociale mais également dans le champ politique. Les sociétés caribéennes sont en effet associées à la « matrifocalité », notion dont l’anthropologue et sociologue Stéphane Mulot a bien mis en évidence la dimension à la fois « structurelle » qui correspond à une configuration familiale rassemblant plusieurs générations de femmes sous le même toit, et « fonctionnelle » qui érige les femmes au centre des structures familiales, véritables potomitan (« piliers ») et backbones (« colonnes vertébrales ») de la famille, transcendant la présence d’un homme dans le foyer. En outre, des femmes caribéennes ont accédé précocement aux plus hauts échelons politiques, à l’image de Lucette Michaux-Chevry qui a présidé les Conseils régionaux et départementaux en Guadeloupe, et de Portia Simpson Miller qui a siégé durant trente ans à la Chambre des représentants avant d’être élue Première ministre en Jamaïque. Cette visibilité féminine n’empêche cependant pas le fonctionnement patriarcal de l’ordre social et politique caribéen. La « femme politique caribéenne », caractérisée à la fois par sa présence et son absence, représente donc une figure féminine ambivalente que ce travail se propose de saisir par l’analyse des rapports sociaux de sexe en contexte caribéen, aussi bien dans la sphère sociale que politique.

3L’intersectionnalité, théorisée par la juriste Kimberlé Crenshaw pour désigner les catégories de personnes subissant des formes combinées de discrimination, représente un outil conceptuel heuristique pour analyser le positionnement ambigu des femmes noires à l’intersection de plusieurs systèmes de domination, non seulement genrés mais également racialisés. La plantation a en effet façonné deux systèmes de genre antagonistes : les normes de genre coloniales – associées à la « normalité » – et les normes de genre « contre-nature » des esclaves – le discours colonial ayant produit un discours raciste et sexiste féminisant les hommes noirs et virilisant les femmes noires –. L’abolition, proclamée en 1834 en Jamaïque et en 1848 en Guadeloupe (pour la seconde fois), encourage donc la « remise à l’endroit » des normes de genre par les ancien.ne.s esclaves pour retrouver leur humanité niée par le colonisateur, entreprise néanmoins inachevée par la reconduction d’une autorité féminine devant suppléer une supposée défaillance masculine. Les rapports de sexe contemporains, oscillant entre appropriation et mise à distance des normes de genre coloniales, sont donc caractérisés par leur pluridimensionnalité.

4La thèse propose d’abord un état des lieux de la représentation des femmes dans les assemblées politiques centrales des deux terrains d’étude (Conseil régional et départemental en Guadeloupe ; Chambre des représentants et Sénat en Jamaïque) depuis la fin de la deuxième Guerre Mondiale. Elles accèdent tardivement à la citoyenneté politique – en 1944 dans les deux terrains d’étude – après les hommes blancs – l’ère esclavagiste correspondant au monopole de la citoyenneté politique par l’oligarchie coloniale blanche – et les hommes noirs – les nouveaux libres ayant obtenu le suffrage censitaire en Jamaïque et universel en Guadeloupe au lendemain de l’abolition. Le Black feminism a bien montré l’invisibilisation des revendications politiques des femmes noires, tiraillées entre défense de leur genre par le mouvement suffragiste blanc élitiste et raciste, et défense de leur « race » par le mouvement nationaliste noir patriarcal. Si les femmes demeurent sous-représentées en politique, deux phénomènes attirent néanmoins l’attention en contexte caribéen : la présence de pionnières – elles siègent dans les assemblées politiques dès 1944 – et la pérennisation des carrières politiques de certaines élues. Cette « avancée » caribéenne ne doit cependant pas masquer la relative homogénéité du profil socio-démographique des élues : issues d’un milieu social privilégié, elles ont tendance à reproduire les normes de genre coloniales. Elles mobilisent cependant leurs ressources sociales de manière différenciée, contribuant à l’émergence de filières d’accès au politique distinctes restituées par une typologie : les « héritières », les « militantes », les « technocrates » et les « électrons libres » retrouvées dans les deux terrains d’étude.

5L’analyse s’attarde ensuite sur les trajectoires politiques des élues au prisme du régime de genre. Comme l’ont bien montré les études de genre en politique, l’appartenance au sexe féminin peut freiner, voire stopper les carrières politiques des élues. Certaines variables structurelles classiques, comme le mode de scrutin majoritaire uninominal généralement défavorable aux femmes, ainsi que des variables conjoncturelles plus spécifiques au contexte caribéen, à l’instar des violences politiques accentuant la conception du champ politique comme un espace d’entre-soi masculin, expliquent la sous-représentation des femmes en politique. La contrainte représentée par le sexe féminin mérite néanmoins d’être nuancée en contexte caribéen. Les élues peuvent en effet faire un usage stratégique de leur genre, en affichant, comme leurs homologues métropolitaines, les qualités traditionnellement attendues des femmes. En outre, la « matrifocalité » caribéenne les investit d’une autorité féminine transposable dans le champ politique. L’usage du genre n’est cependant ni systématique – les élues mieux dotées en capitaux politiques recourant plus rarement à l’image de la mère et de la femme pour légitimer leur transgression dans le champ politique – ni univoque – le sexe des élues croisant d’autres catégories identitaires, notamment socio-raciales, qui impactent leur marge de négociation identitaire.

6La thèse s’achève par l’analyse des modalités de constitution de ce que la sociologue Laure Bereni désigne par « espace de la cause des femmes » en politique. La reconduction de l’État colonial, au lendemain de la départementalisation en 1946 en Guadeloupe et de l’indépendance en 1962 en Jamaïque, réactive les mobilisations sociales en faveur de l’égalité raciale, engendrant une relative invisibilisation des revendications genrées portées par les sections féminines des partis politiques. L’internationalisation de « l’espace de la cause des femmes », amorcée dans les années 1970 sous l’influence des agences onusiennes, contribue cependant à la légitimation des normes égalitaires du genre en politique. Portées par une « nébuleuse » institutionnelle composée d’associations de femmes, de féministes universitaires et d’agences gouvernementales de défense des droits des femmes venant s’ajouter aux organisations politiques, elles ont tendance à se regrouper, depuis les années 2000, en « coalitions » pour porter leurs revendications aux plus hauts niveaux de l’État. Si l’objectif égalitaire semble atteint en Guadeloupe depuis l’application des lois dites sur la parité politique – l’Insee érigeant même la Guadeloupe en « modèle » de parité en politique en 2019 – et affirmé en Jamaïque – les quotas de genre en politique ayant été mis à l’agenda en 2016 – les normes égalitaires du genre en politique demeurent néanmoins ambiguës en contexte caribéen, leur légitimité ayant tendance à être remise en cause par la persistance des imaginaires coloniaux de la dépossession masculine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Soizic Brohan, « La femme politique paradoxale ». Étude comparative sur la représentation des femmes dans les assemblées politiques en Guadeloupe et en Jamaïque depuis 1944 », Genre & Histoire [En ligne], 25 | Printemps 2020, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5373

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search