Navigation – Plan du site

AccueilNumeros25Travaux soutenusThèsesAnna Cabanel, La fabrique d’une p...

Travaux soutenus
Thèses

Anna Cabanel, La fabrique d’une persona scientifique au féminin, L’International Federation of University Women (années 1920-années 1960)

Thèse de doctorat en histoire des sciences et du genre, Rijksuniversiteit Groningen & KU Leuven, sous la direction de Mineke Bosch, Kaat Wils et Sylvie Chaperon, soutenue le 9 décembre 2019

Texte intégral

1Si l’on assiste aujourd’hui à un regain d’intérêt général visant à réhabiliter les femmes scientifiques oubliées de l’histoire des sciences, force est de constater que dans l’imaginaire collectif des sociétés occidentales, la figure du scientifique demeure associée à des attributs masculins, tandis que les conventions sociales et les représentations culturelles constituent des obstacles supplémentaires à la participation et à la reconnaissance des femmes en science. Partant de ce constat, cette thèse entend apporter sa contribution aux débats historiographiques cherchant à identifier les mécanismes qui ont entravé la reconnaissance des femmes scientifiques et aborde la question à travers le prisme de la persona. Introduite par Mauss (1938), la notion de persona est depuis peu mobilisée par les historien.nes et philosophes des sciences (Daston & Sibum 2004). Conçue comme une identité culturelle incarnée, la persona permet d’étudier le lien existant entre l’identité des scientifiques (marquée notamment, mais pas seulement, par leur sexe), leur crédibilité en tant que scientifiques et les conditions de la reconnaissance de leurs travaux (Bosch 2016, Wesseling 2004). À la croisée des champs de l’histoire des sciences et de l’histoire du genre, cette recherche s’intéresse aux processus d’élaboration et de promotion d’une figure scientifique déclinée au féminin à travers l’étude de l’International Federation of University Women (IFUW, en français FIFDU : Fédération Internationale des Femmes Diplômées des Universités).

2Fondée en 1919 par des pionnières des mondes universitaire et scientifique, la FIFDU offre un cadre unique pour l’étude des dynamiques collectives et individuelles déployées par des femmes pour s’imposer dans ces mondes. L’étude de la fabrique d’une nouvelle figure ou persona scientifique déclinée au féminin, celle des university women, et des conditions de sa reconnaissance repose sur un corpus de sources international et largement inédit, fruit de recherches menées dans les archives de la FIFDU et fonds privés de différents pays (Pays-Bas, France, Angleterre, États-Unis ou encore Norvège). Elle mobilise des sources de nature institutionnelle (Bulletins, publications officielles de la FIFDU, rapports et comptes rendus des divers comités de l’organisation, dossiers des boursières) ainsi que des sources de nature biographique (correspondances scientifiques, dossiers universitaires ou encore autobiographies et mémoires) et accorde une place importante aux documents iconographiques (photographies, tableaux, dessins) comme outils de mise en scène d’une persona scientifique, collective et individuelle.

3L’étude débute avec la mise en place des réseaux féminins universitaires à la fin du xixe siècle, mouvement qui s’internationalise lors de la fondation de la FIFDU, une organisation qui porte des ambitions à la fois scientifique et internationaliste, encourageant les échanges et collaborations intellectuelles entre femmes de différentes nations par le biais de programmes de bourses pour la recherche, de la mise en place de clubs internationaux et de rencontres. La nouvelle figure des university women, rendue publique par les congrès, est portée sur la scène scientifique internationale par les présidentes de l’organisation qui incarnent ce modèle de réussite féminin. La trajectoire détaillée de l’une d’entre elles, Ellen Gleditsch, radiochimiste norvégienne, collaboratrice de Marie Curie et seconde femme professeure de Norvège en 1929 après Kristine Bonnevie (1912), illustre tout particulièrement l’importance des séjours de recherche à l’étranger dans la formation des carrières scientifiques. On comprend dès lors l’enjeu que recouvre la fondation d’un programme de bourses de voyage dédié aux femmes. Tout en cherchant à remédier à la sous-représentation des femmes parmi les lauréat.es des bourses décernées par des organisations telles que la Fondation Rockefeller, ce programme joue un rôle crucial, à travers les processus de recrutement, dans la définition d’un idéal-type scientifique décliné au féminin, et que les boursières se doivent d’incarner. En privilégiant des critères strictement scientifiques, les initiatrices du programme tentent ainsi de prouver que les femmes peuvent porter le même idéal scientifique que les hommes. L’analyse de type prosopographique retraçant les trajectoires des boursières à partir de leurs dossiers (documents restés inédits) est complétée par le portrait de l’une des lauréates, Erzsébet Kol, botaniste hongroise, qui poursuit en 1936 ses recherches en Amérique du Nord. Son rapport de bourse, ses correspondances et publications scientifiques mais aussi le livre offrant le récit à la première personne de son séjour de bourse, publié dès 1940, permettent d’aborder les différents répertoires adoptés par une femme cherchant à réussir dans un monde d’hommes mais aussi de réfléchir au rôle des récits autobiographiques et des photographies dans la mise en scène et la promotion d’une persona scientifique à l’échelle individuelle.

4Si les membres de la FIFDU profitent de l’élan internationaliste de la première après-guerre, elles doivent s’adapter au repli nationaliste et aux attaques antiféministes et antisémites des années 1930 et 1940 qui ont remis en cause la légitimité des femmes scientifiques et le sort de celles qui étaient juives. En s’achevant sur une étude des premières pratiques mémorielles de la FIFDU, cette recherche s’attache à démontrer le rôle joué par une organisation féminine au cours de l’entre-deux-guerres dans la fabrique d’une « internationale » de femmes scientifiques dont le rôle ne saurait être négligé dans la définition et la réussite d’une figure scientifique au féminin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Anna Cabanel, La fabrique d’une persona scientifique au féminin, L’International Federation of University Women (années 1920-années 1960) », Genre & Histoire [En ligne], 25 | Printemps 2020, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5378

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search