Navigation – Plan du site

AccueilNumeros25Travaux soutenusThèsesMarie-Elise Hunyadi, Promouvoir l...

Travaux soutenus
Thèses

Marie-Elise Hunyadi, Promouvoir l’accès des femmes aux études et aux titres universitaires : un défi transnational ? L’engagement de la Fédération Internationale des Femmes Diplômées des Universités (1919-1970)

Thèse de doctorat en sciences de l’éducation, Université de Paris et Université de Genève, sous la direction de Rebecca Rogers et de Rita Hofstetter, soutenue le 22 novembre 2019

Texte intégral

1À la croisée de l’histoire de l’accès des femmes à l’enseignement supérieur, de l’histoire de l’internationalisation des questions éducatives, et de l’histoire des féminismes, cette thèse interroge la manière dont la question de l’éducation supérieure des filles s’est faite une place sur la scène internationale au travers des débats portés par les associations internationales féminines. Elle se centre sur l’engagement d’une association relevant d’un « féminisme modéré » qui a peu intéressé les historiennes et les historiens, la Fédération Internationale des Femmes diplômées des Universités (FIFDU), fondée au lendemain de la Première Guerre mondiale. En s’intéressant spécifiquement aux profils académiques, scientifiques et professionnels des fondatrices et dirigeantes, et en problématisant les questionnements directeurs autour de leurs idéaux et engagements éducatifs, ce travail contribue de manière originale à l’histoire de l’éducation.

2Sur le plan méthodologique, la thèse adopte une perspective transnationale et privilégie les jeux d’échelles, l’approche internationale étant contrastée par des études de cas nationaux et locaux. Différents fonds d’archives ont été dépouillés, en particulier les archives et publications de la FIFDU et de ses branches française, britannique et genevoise. Ces fonds ont été complétés par les archives privées de plusieurs dirigeantes ; celles de la fondatrice britannique Caroline Spurgeon, conservées au Royal Holloway College de l’Université de Londres, les correspondances de la Française Marie-Louise Puech déposées aux Archives départementales du Tarn à Albi, ainsi que les archives privées de la Française Jeanne Chaton, disponibles à la Bibliothèque Marguerite Durand à Paris. La thèse s’appuie également sur le dépouillement des archives d’organisations internationales, en particulier celles de Société des Nations et celles de l’Institut international de coopération intellectuelle (IICI) et de l’UNESCO.

3La première partie de la thèse décrit la position singulière de la FIFDU dans la constellation des associations internationales féminines, et questionne les fondements de l’organisation, qui oscillent entre pacifisme, féminisme, et internationalisme. Elle analyse la construction par l’association d’une identité de « femmes diplômées », à partir de l’étude des trajectoires des fondatrices et dirigeantes, comme les États-uniennes Virginia Gildersleeve et Martha Carey Thomas, les Britanniques Caroline Spurgeon et Winifred Cullis, les Norvégiennes Kristine Bonnevie et Ellen Gleditsch, la Néerlandaise Johanna Westerdijk, ou encore les Françaises Anna Amieux, Marguerite Mespoulet et Marie-Louise Puech. Ces parcours, et les discours de ces actrices, permettent en outre d’analyser les besoins de nouvelles générations de diplômées, qui font suite aux pionnières de l’enseignement supérieur ayant ouvert les portes des universités occidentales aux femmes dans le second xixe siècle. Les dirigeantes considèrent que leur niveau d’instruction leur confère un surcroit de responsabilité sociale qui doit les conduire à prendre part à la vie publique et à poursuivre la lutte des pionnières sur le terrain universitaire et des professions supérieures, tout en favorisant la paix par la coopération internationale et l’éducation à l’altérité. Cette partie met également en lumière les limites du caractère international de la FIFDU et les jeux de pouvoir qui s’effectuent dans le partage des responsabilités associatives entre diplômées de différentes origines nationales et culturelles, les associations occidentales et notamment états-uniennes et britanniques restant très largement à la tête de la Fédération.

4La seconde partie étudie les actions mises en place dans le cadre de la FIFDU pour atteindre les buts de promotion de l’internationalisation, des études et des carrières féminines. En particulier, elle analyse les apports du programme de bourses internationales financé intégralement par les membres pour permettre à des chercheuses prometteuses de mener des recherches ou des études avancées durant plusieurs mois dans un autre pays que le leur, questionnant si cette expérience se révèle instrumentale pour stimuler les carrières académiques des boursières et pour développer leurs sentiments de compréhension internationale. Elle interroge également les modalités de l’accueil qui est réservé aux boursières et aux diplômées en voyage à l’étranger, et les formes de soutien matériel, moral et intellectuel qui sont organisées pour elles par la FIFDU et ses branches locales, en particulier dans le cas des clubs internationaux fondés à Paris et à Londres. Par ailleurs, elle s’intéresse à l’utilisation faite par la Fédération et ses associations nationales de l’orientation professionnelle et de formes d’éducation des adultes, qu’elles perçoivent comme un levier de promotion et de protection des études universitaires féminines, et sur lesquelles elles prennent appui pour encourager la présence des femmes dans les carrières scientifiques.

5La troisième et dernière partie explore les ressorts de la collaboration entre la FIFDU et les grandes organisations internationales, qui permet une diffusion à double sens des idéaux et des actions des deux types d’organisation. Durant l’entre-deux-guerres, les dirigeantes suivent la voie de la coopération intellectuelle internationale, cherchant à collaborer le plus activement possible avec la Société des Nations, et en particulier avec l’Institut international de coopération intellectuelle. Pour ce faire, elles développent tout un panel de centres d’intérêts et de domaines d’expertise, allant des échanges universitaires internationaux, au statut économique et juridique des femmes, en passant par l’éducation à la paix. Après la Seconde Guerre mondiale, c’est à l’UNESCO et à la Commission de la condition de la femme du Conseil économique et social des Nations Unies que s’affirment les dirigeantes de la FIFDU. Elles resserrent alors les thématiques traitées sur les problématiques touchant spécifiquement aux droits des femmes, tentant de s’imposer comme des expertes des questions d’éducation et de professionnalité féminine. La thèse offre ainsi de nouvelles pistes pour analyser les rapports entre science, militance et politiques dans le domaine éducatif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Marie-Elise Hunyadi, Promouvoir l’accès des femmes aux études et aux titres universitaires : un défi transnational ? L’engagement de la Fédération Internationale des Femmes Diplômées des Universités (1919-1970) », Genre & Histoire [En ligne], 25 | Printemps 2020, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5388

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search