Navigation – Plan du site

AccueilNumeros25Travaux soutenusThèsesMarion Maudet, Sécularisation, ge...

Travaux soutenus
Thèses

Marion Maudet, Sécularisation, genre et sexualité. Des catholiques et des musulman·es en quête de sens (France, années 1970-années 2010)

Thèse de doctorat en sociologie, EHESS, sous la direction de Michel Bozon, soutenue le 9 décembre 2019

Texte intégral

1Tout au long des xxe et xxie siècles, la sexualité et les rapports entre les femmes et les hommes ont fait l’objet d’une inquiétude constante de la part des institutions religieuses. Malgré leur hétérogénéité, les religions tendent à naturaliser les identités de genre et à essentialiser les conduites (hétéro)sexuelles. Toutefois, les paysages religieux et sexuels se caractérisent, en France, par des mutations communes d’individualisation et de pluralisation des normes, questionnant la place contemporaine du religieux dans la dynamique des rapports de genre.

  • 1 2625 personnes mariées de 20 ans et plus ont été interrogées (méthode des quotas).
  • 2 20 055 personnes de 18 à 69 ans ont été interrogées (tirage aléatoire).
  • 3 12 364 personnes de 18 à 69 ans ont été interrogées (tirage aléatoire).
  • 4 7825 personnes de 26 à 65 ans ont été interrogées (tirage aléatoire).

2La thèse interroge l’articulation entre genre, sexualité et religions en France depuis les années 1970 jusqu’aux années 2010 pour les jeunes fidèles en s’appuyant sur une méthodologie mixte. D’une part, elle se fonde sur l’analyse des données secondaires de quatre enquêtes en population générale : trois enquêtes sur la sexualité – Enquête sur le comportement sexuel des Français ou « enquête Simon » (Ifop, 1970)1, Analyse des comportements sexuels en France (Inserm, 1992)2 et Contexte de la sexualité en France (Ined-Inserm, 2006)3 – et une enquête sur les parcours affectifs et conjugaux : Étude des parcours individuels et conjugaux (Ined-Insee, 2013)4. L’utilisation de ces différentes enquêtes offre un regard de longue période sur l’évolution des conduites et représentations sexuelles. Elle a nécessité un travail précis sur la mise en contexte de ces différentes enquêtes, ainsi que sur la construction d’indicateurs pertinents permettant de mener des comparaisons au cours du temps. Le terme de « pornographie », par exemple, est absent du questionnaire de 1970 contrairement aux deux enquêtes suivantes. D’autre part, elle repose sur l’analyse de 44 entretiens semi-directifs, menés auprès de jeunes s’auto déclarant catholiques et musulman·es ainsi que d’autres ayant été fortement socialisé·es au catholicisme et à l’islam (en particulier au sein de la sphère familiale, mais aussi au sein de groupes de pairs) mais s’en étant fortement éloigné·es et ne se définissant plus par une appartenance confessionnelle. Ces entretiens, menés entre 2015 et 2018, ont tous été intégralement retranscrits. Ils reposent sur une diversification des profils enquêtés en termes de sexe, d’orientation sexuelle, de milieu social et d’engagement religieux (variations dans le niveau de pratique, de croyance, de sociabilité religieuse, etc.). En dépit de cette variété, des tendances propres au corpus – qui ne sont pas sans lien avec les caractéristiques sociodémographiques plus larges des catholiques et des musulman·es en France – mériteraient d’être dépassées dans un travail ultérieur, en particulier le tropisme populaire des personnes musulmanes interrogées, mais aussi leur trajectoire sociale ascendante (la plupart ont fait des études supérieures) d’un côté ; l’origine sociale très favorisée et urbaine (parisienne en majeure partie) des personnes catholiques.

3Afin d’analyser les différents matériaux, la thèse propose une contextualisation qui replace les analyses dans les évènements clés déterminants dans les domaines religieux et sexuels des années 1970 à nos jours. Parmi les principaux résultats de la thèse, on montre les pratiques sexuelles des catholiques et des personnes sans religion se rapprochent, pour les femmes comme pour les hommes, entre les années 1970 et les années 2010, mais que les normes restent clivées, en particulier autour de la famille hétérosexuelle, et ce avant les mobilisations contre le « mariage pour tous ». Les formes que prennent les féminités et les masculinités varient, de plus, entre les catholiques et les musulman·es, en relation avec les rapports sociaux à l’œuvre. Ainsi, en 1970, les écarts de pratiques sexuelles entre les femmes pratiquantes et des non pratiquantes sont moins importants qu’entre hommes (les femmes pratiquantes et non pratiquantes ont une sexualité contrôlée et peu diversifiée, tandis que les hommes pratiquants ont une sexualité moins active que les non pratiquants), une situation qui pourrait s’expliquer par la forte proximité entre normes religieuses et normes de genre à l’époque, invitant à une sexualité plus restreinte et tardive pour les femmes et ce malgré la contestation régulière des normes rigoristes en matière de sexualité par des féministes dès le xixe siècle. De plus, dans la période plus récente, des formes différenciées de masculinité se distinguent durant la période de jeunesse, selon l’appartenance religieuse. À une « masculinité active », revendiquée par les jeunes hommes musulmans durant la jeunesse sexuelle peut s’opposer une « masculinité modérée » chez certains hommes catholiques, caractérisée par un nombre réduit de partenaires sexuels et un âge d’entrée dans la sexualité se situant autour de la moyenne. Ces variations religieuses de genre dépendent aussi d’autres rapports sociaux et répondent à des injonctions normatives multiples : d’un côté, la confrontation entre des normes contradictoires pour les hommes musulmans (cherchant à performer ce qu’ils considèrent comme leur « nature méditerranéenne », s’inscrivant plus fréquemment dans les milieux populaires), de l’autre, une affinité élective entre un ethos bourgeois et une éthique catholique de la modération sexuelle.

4À partir des données de l’enquête Contexte de la sexualité en France (2006) et de l’analyse des entretiens, il a été mis en évidence l’existence de trois grandes formes de positionnement à l’égard de l’hétéronormativité, rompant avec l’idée d’un continuum linéaire qui opposerait des pratiquant·es hétéronormé·es et des personnes sans religion qui seraient ouvertes sur ces questions. Les positionnements à l’égard de l’homosexualité ne peuvent ainsi pas être compris sans prendre en compte l’attachement à l’égard d’un modèle familial procréatif et souligne la diversité interne des groupes des catholiques et des musulman·es.

5La « mystique de l’union », c’est-à-dire le rôle que jouent le couple, la conjugalité et la famille ou leur horizon dans les conduites sexuelles, prend une place centrale dans les pratiques et discours des fidèles catholiques et musulman·es. Celle-ci peut conduire à une érotisation de conduites a priori non sexuelles, en particulier les prières en couple pour les jeunes catholiques. Ces analyses montrent ainsi, dans le cadre d’une réflexion plus large sur le concept de sécularisation, des résistances nouvelles face aux nouvelles normes sexuelles, qui s’énoncent en termes de performance et de consumérisme, et se détacheraient de la conjugalité. Ces singularités religieuses montrent en quoi le genre et la sexualité sont au fondement d’expressions de la religiosité.

6Enfin, en utilisant en particulier les données de l’enquête Étude des parcours individuels et conjugaux (2013), la force de l’homogamie religieuse en France a été mise au jour. La religion constitue une ressource permettant de consolider des formes d’homogamie sociale en se référant à des valeurs et donc de participer à la reproduction sociale de certains groupes. La recherche, par des femmes catholiques homosexuelles issues des milieux supérieurs, d’une partenaire elle-même catholique repose au moins autant sur le souhait d’une connivence religieuse que sur celui d’une cohérence des manières socialement acceptables de se conduire « en tant que femme ». Le féminin recherché est alors maîtrisé, il doit se faire discret, ce qui ne peut selon elles se trouver dans des bars lesbiens où les femmes sont, selon les dires d’une enquêtée, « en marcel, comme Josiane Balasko ». Les distinctions morales et religieuses sont ainsi l’expressions de jugements sociaux.

7En conclusion, la thèse apporte des clés pour mieux historiciser et comprendre le processus de sécularisation en France, à partir de l’analyse conjointe de deux domaines, religieux et sexuel. Elle montre en quoi la notion peut être retravaillée, plutôt qu’abandonnée. En soulignant la plasticité des normes religieuses, et en prenant en compte les transformations du détachement de la loi civile et des modes de régulations des sexualités vis-à-vis d’une matrice religieuse chrétienne, plus particulièrement catholique, elle propose de penser la sécularisation comme un processus de recomposition et de mutations parallèles du religieux et du non religieux, comme un mouvement d’individualisation et de diversification des normes et de conduites, mais aussi des manières de parler de soi, que la question du genre et de la sexualité mettent en évidence. Elle offre un point de vue original sur la manière dont les individus se constituent comme sujets et apporte un nouveau regard sur les formes que prend la normativité sociale, dans une société au sein de laquelle les sources normatives sont plurielles, peu hiérarchisées et souvent contradictoires. En adoptant une perspective intersectionnelle, elle montre combien les conduites sexuelles doivent se comprendre à l’imbrication des rapports sociaux, la religion venant, selon les contextes, renforcer des hiérarchies genrées, les atténuer ou les transformer.

Haut de page

Notes

1 2625 personnes mariées de 20 ans et plus ont été interrogées (méthode des quotas).

2 20 055 personnes de 18 à 69 ans ont été interrogées (tirage aléatoire).

3 12 364 personnes de 18 à 69 ans ont été interrogées (tirage aléatoire).

4 7825 personnes de 26 à 65 ans ont été interrogées (tirage aléatoire).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Marion Maudet, Sécularisation, genre et sexualité. Des catholiques et des musulman·es en quête de sens (France, années 1970-années 2010) », Genre & Histoire [En ligne], 25 | Printemps 2020, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5393

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search