Navigation – Plan du site

AccueilNumeros25Travaux soutenusThèsesCécile Thomé, La sexualité aux te...

Travaux soutenus
Thèses

Cécile Thomé, La sexualité aux temps de la contraception. Genre, désir et plaisir dans les rapports hétérosexuels (France, années 1960 - années 2010)

Thèse de doctorat en sociologie, EHESS, sous la direction de Michel Bozon, soutenue le 18 novembre 2019

Texte intégral

1Ce travail de thèse, mené entre 2014 et 2019, porte sur les recompositions de la sexualité hétérosexuelle et des rapports de genre en France, depuis les années 1960, dans un contexte de généralisation de l’utilisation de la contraception médicale. Il vise à faire la sociogenèse des scripts de la sexualité « contraceptée », que cette contraception soit assurée par des moyens « médicaux » (méthodes hormonales, stérilet au cuivre, stérilisation), des méthodes barrières (préservatif masculin ou féminin, diaphragme, spermicides) ou encore par des méthodes alternatives souvent qualifiées de « naturelles », comme le retrait ou les méthodes d’auto-observation (méthode Ogino, méthode des températures, méthode Billings, méthode symptothermique). Le travail s’appuie sur trois types de matériaux. En premier lieu, des données d’archives, visant à éclairer les effets de la légalisation de la contraception médicale, puis de l’arrivée du sida, sur la sexualité hétérosexuelle : les « dossiers thématiques » de la bibliothèque Marguerite Durand (en particulier sur les thèmes « la contraception », « le sida », « la sexualité ») ; le fonds Dalsace-Vellay, conservé à la bibliothèque de l’histoire de la médecine ; un corpus de recueils de témoignages sur la vie sexuelle et les choix contraceptifs datant des années 1960 et 1970 ; des textes publiés dans les années 1960 et qui discutent des effets possibles de la légalisation de la pilule sur la sexualité, que ce soit en termes positifs (en France, principalement des textes féministes) ou négatifs (en particulier venant de penseurs catholiques). Ensuite, une analyse secondaire de données quantitatives récentes (enquêtes Contexte de la sexualité en France de 2006, FECOND 2010 et FECOND 2013 sur la contraception). Enfin, 71 entretiens semi-directifs avec des hommes et des femmes ayant entre 20 et 84 ans. Ces entretiens visent à interroger les parcours contraceptifs et sexuels genrés de différentes générations d’individus. Ils permettent d’avoir accès à deux types d’analyse.

2D’abord, une comparaison entre trois générations : celle qui a commencé sa vie sexuelle avant la légalisation de la pilule, celle qui a commencé sa vie sexuelle avant l’arrivée du VIH et enfin les différentes générations qui ont grandi en devant tenir compte de l’existence du VIH. Ensuite, une comparaison de ce que l’utilisation par les femmes et par les hommes de méthodes de contraception différentes (et parfois aussi de protection contre les infections sexuellement transmissibles) fait à leur sexualité, que ce soit en termes de plaisir, de désir ou encore de spontanéité de l’acte sexuel. Il s’agit, à partir de ces différents matériaux, de rendre compte des représentations naturalisées de la sexualité, du désir et du plaisir sexuels, ainsi que des rapports de pouvoir qui sont mis au jour par l’étude concrète des pratiques contraceptives et sexuelles.

3La thèse restitue d’abord la construction et le déroulement de l’enquête, en interrogeant épistémologiquement la sexualité aux différentes ères de la contraception. Il s’agit de réfléchir à la construction d’un objet qui ne va pas de « soi », ainsi que de mener une réflexion méthodologique sur les conditions de possibilité d’une telle recherche sur la sexualité. Puis c’est une démarche sociohistorique qui est adoptée, avec l’étude de l’évolution de l’articulation entre sexualité et contraception, en particulier autour de la diffusion de la contraception médicale (années 1960-1970) et de celle du préservatif masculin (années 1980-1990). La recherche montre que le plaisir sexuel des femmes n’est pas né avec la pilule, mais également que les rapports de genre autour de la sexualité se sont largement recomposés dans cette période, alors que la contraception passait du statut de compétence masculine à celui de responsabilité féminine. En se centrant ensuite sur le milieu des années 2010, la thèse s’appuie sur l’étude détaillée des pratiques contraceptives récentes, pour approcher la sexualité et les réflexivités sexuelles créées par chaque méthode. Revenant successivement sur les méthodes médicales, les méthodes barrières et les méthodes alternatives de contraception, elle met au jour trois types de réflexivité sur la sexualité (attentive, obligatoire et amplifiée), c’est-à-dire des rapports différenciés à la sexualité découlant des techniques contraceptives utilisées. Le travail contraceptif (multiforme et très largement féminin) impliqué par chaque méthode y est également interrogé, de même que ses effets en matière de désirs, de plaisirs et de pratiques sexuelles. Enfin, ce travail met en évidence, grâce à l’étude de la contraception, certains fondements de la sexualité hétérosexuelle en France au milieu des années 2010 et la manière dont ils se sont mis en place depuis les années 1960. Ce sont en particulier la force de la réciprocité, la centralité de la pénétration pénovaginale et la nécessité des disponibilités physique et émotionnelle pour le bon déroulement du script « banal » qui sont mises en évidence, ainsi que le travail des femmes sur la sexualité pour produire la spontanéité de ce script.

4Prendre la pratique contraceptive comme point de départ pour étudier la sexualité et ses transformations aboutit à des résultats éclairants en termes d’inégalités sociales, de genre et face à l’institution médicale. Ce travail permet, finalement, de mieux renseigner l’évolution de l’utilisation de la contraception elle-même et des réflexivités sexuelles qui émergent par son utilisation. Mais il met aussi en évidence la facilité avec laquelle l’« ordre du genre » parvient à se recomposer en s’adaptant aux innovations techniques et à la médicalisation des pratiques. Enfin, il dessine les contours d’une « banalité sexuelle » largement impensée, et qui repose sur l’existence même de la contraception. Cette description de l’intimité du monde social peut servir de socle pour penser ce que pourrait être une véritable égalité sexuelle des hommes et des femmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Cécile Thomé, La sexualité aux temps de la contraception. Genre, désir et plaisir dans les rapports hétérosexuels (France, années 1960 - années 2010) », Genre & Histoire [En ligne], 25 | Printemps 2020, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/5397

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search